Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gilles Caillotin, pèlerin

 | 
Dominique Julia

Les « Mémoires » d’un maître sergier rémois

Texte intégral

  • 1 Bibliothèque municipale de Reims (désormais désignée sous le sigle B. M. Reims), ms. 2487, Récit de (...)
  • 2 B. M. Reims, ms. 2487, p. 96, au moment où le scripteur franchit les Apennins entre Florence et Bol (...)
  • 3 Le scripteur tient à cette désignation de Mémoires, ibid., p. 83. Le texte comporte en réalité plus (...)
  • 4 Catalogue de livres anciens composant la bibliothèque de Madame D*** [Daulnoy], Deuxième partie, n° (...)

1Voici un texte écrit entièrement à la première personne. Du scripteur, nous ne saurions pas même l’identité s’il n’avait jugé bon d’insérer dans son récit plusieurs pièces justificatives qui en attestent la véracité et qui nous fournissent son patronyme ainsi que son origine géographique1. Autrement, le je du narrateur, qui est aussi le héros de ce récit autobiographique, serait resté à jamais anonyme. Il est vrai que nous disposons seulement de la seconde partie de ce texte, puisque le narrateur renvoie à un premier tome de ses Mémoires aujourd’hui perdu2. Le volume in quarto qui porte sur le dos de sa reliure en veau moucheté le titre Retour de Rome, comprend 730 pages couvertes d’une écriture fine et relativement égale et constitue donc la suite de Mémoires3 commencées peut-être par un Aller à Rome, où l’auteur nous en aurait sans doute appris davantage sur les conventions qui règlent son écriture : peut-être avait-il mis en tête de son manuscrit une page de titre et rédigé une préface. Mais l’enquête sur l’histoire de ce texte et les modalités par lesquelles il est parvenu jusqu’à nous tourne court : l’ouvrage, aujourd’hui conservé parmi les manuscrits de la bibliothèque municipale de Reims, a été acheté par celle-ci à l’hôtel Drouot en novembre 1931 et nous ignorons comment il était parvenu dans la collection privée qui fut alors dispersée4. L’historien se voit alors renvoyé à une critique interne et externe du texte pour tenter d’en mesurer la véridicité en contrôlant les informations qui lui sont fournies, et évaluer la valeur du témoignage surgi.

  • 5 Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, (...)
  • 6 Notre constat rejoint celui de Dominique Kalifa, qui, dans un compte-rendu paru dans Critique (n° 6 (...)
  • 7 Sur ce point, voir le dossier critique réuni par Jean-Luc Mayaud, Jacques Rémy, Corinne Boujot, “«  (...)
  • 8 À l’évidence, le livre d’Alain Corbin est d’abord une “méditation sur la disparition” (p. 8) : il s (...)
  • 9 Ibid., p. 7-8, 12-13.

2Plus il avance dans son métier, plus l’historien sait que des pans entiers de la vie des hommes et des femmes d’autrefois lui resteront à jamais inconnus. Ces hommes et ces femmes ont disparu sans laisser aucune trace d’eux-mêmes, et nous ne les atteindrons jamais comme sujets. Devons-nous pour autant récuser les textes écrits que nous pouvons, dans une première approche, considérer comme “populaires”, au prétexte que leurs auteurs, par leur écriture, se sont extraits de leur groupe social d’origine et procèdent à une héroïsation d’eux-mêmes ? Refusant justement ces témoignages parce qu’il les juge exceptionnels, Alain Corbin a récemment voulu, dans un exercice éblouissant5, forcer cette fatalité qui fait que l’historien ne fonde, en règle générale, son étude que sur “une gamme restreinte d’individus au destin exceptionnel” et a tenté de reconstituer de manière hypothétique l’existence d’un parfait inconnu en choisissant, quasiment au hasard, un nom dans les tables de l’état civil. L’immense connaissance qu’a Alain Corbin des archives et de la société rurale de la France du xixe siècle lui permet ainsi de reconstruire, par approximations successives et avec une très grande probabilité, l’univers mental d’un sabotier percheron, Louis-François Pinagot, qui a vécu toute sa vie, de 1798 à 1876, à la lisière méridionale de la forêt de Bellême. S’inscrivant délibérément contre une historiographie militante qui prétend “porter témoignage”, Alain Corbin affirme que son but est simplement “d’opérer un rassemblement, puis d’effectuer un assemblage de traces dont aucune n’a été produite par le désir de construire l’existence de Louis-François Pinagot en destin, ni même de le désigner comme un individu susceptible d’en avoir un”. Bref, il s’agit bien “d’écrire sur les engloutis, les effacés”, de “recréer” un individu avec lequel l’historien “ne partage, a priori, aucune croyance, aucune mission, aucun engagement”. Cette mise à distance de l’objet étudié est, à coup sûr, un pari pour la scientificité de la démarche, qui s’accompagne de la quête du plus grand nombre de documents susceptibles d’éclairer non seulement les conditions objectives de l’existence économique et sociale du sabotier – son niveau de vie, sa parenté, son voisinage – mais aussi ses désirs et ses plaisirs, ses émotions, sa représentation du passé : sources du recensement et archives judiciaires qui retracent les délits forestiers les plus courants dans l’environnement quotidien de Pinagot, récits ou témoignages sur les massacres révolutionnaires ou les invasions des Prussiens en 1815 et 1871 sont ainsi mis à contribution. Il faut avouer cependant que la méthode est périlleuse6 : au delà du fait que l’historien, même en croisant le maximum d’archives, n’est jamais assuré d’avoir vu toutes celles qui sont pertinentes à son objet7 et qui peuvent venir ébranler le château de cartes qu’il édifie, nous entrons ici dans le domaine de l’histoire virtuelle, qui accorde au pouvoir d’évocation et au talent de l’écrivain une part démesurée8. Sans doute l’imagination se trouve-telle ici bridée par les règles du métier : l’historiographie est une fiction qui obéit à des contraintes bien précises et se différencie justement du roman. Il y a, dans le défi que s’est lancé à lui-même Alain Corbin, une lutte prométhéenne contre la mort et l’oubli. Mais, quel que puisse être son “effort d’identification et donc de déconstruction” de son “propre savoir historique” pour atteindre les manières de penser et de sentir de Louis-François Pinagot, il est réduit, le plus souvent, à une série de conjectures et de postulats, sans pouvoir percer le mystère de cette vie enfouie, faute de documents : “centre inaccessible”, “point aveugle” d’un tableau historique constitué pourtant en fonction de lui, le sabotier d’Origny-le-Butin n’est pas sorti de son silence originel et “l’atonie d’une existence ordinaire” a gardé son secret, même si le lecteur, une fois le livre refermé, a désormais appris, grâce à l’optique compréhensive adoptée par son guide, beaucoup de choses non seulement sur les travaux et les jours des paysans, mais aussi sur la culture de l’arrangement qui règle les échanges au sein d’un village percheron au dix-neuvième siècle9.

  • 10 Cf Michel Foucault (ed.), Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère... Un cas (...)
  • 11 Pour une présentation de la micro-histoire, voir Jacques Revel, “L’histoire au ras du sol”, in Giov (...)
  • 12 Depuis une vingtaine d’années, la bibliographie historique qui se fonde sur une analyse des procès (...)
  • 13 Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan, Paris, Gallimard, 1975 ; Nathan Wachtel, La F (...)
  • 14 Arlette Farge, La Vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, H (...)

3À la vérité, notre imagination contemporaine se révèle toujours moins riche que la diversité des croyances, des comportements et des gestes des hommes du passé, telle qu’elle surgit des sources. Il ne s’agit en aucun cas ici de fétichiser l’archive écrite ni de nous laisser “subjuguer” par la singularité d’une écriture dont l’étrangeté nous fascinerait10. Il est question de notre capacité à comprendre et à restituer les logiques à l’œuvre dans telle période, telle profession, telle région ou tel pays. En changeant l’échelle d’observation, la micro-histoire11microstoria – a pu, à travers une patiente quête d’archives, reconstituer les fonctionnements des pouvoirs locaux, leurs enchevêtrements, les stratégies et les tactiques des groupes, des classes, des familles, les oppositions et les fractures qui traversent les communautés rurales. Un tel type d’analyse est d’autant plus précieux que dans une époque et un univers où l’alphabétisation est restreinte, l’historien ne peut guère s’appuyer sur des écrits intimes – journaux, mémoires, correspondance – qui ne proviennent en règle générale que de l’élite la plus cultivée. Faut-il pour autant renoncer à connaître de l’intérieur les groupes sociaux les plus éloignés de l’écriture, au prétexte qu’ils n’ont laissé aucune autre trace d’eux-mêmes que les actes de baptême, mariage, et sépulture ou des actes notariés d’achats et de ventes de biens ? Les historiens italiens, espagnols12, mais aussi français13 ont su exploiter avec bonheur les procès d’Inquisition ; en France, Arlette Farge a montré tout le parti que l’on pouvait tirer des interrogatoires de police : même si l’aveu est provoqué et si la situation dans laquelle se trouvent les personnes interpellées n’est pas la plus favorable à la surgie de confessions intimes, ceux-ci apportent des éléments tout à fait éclairants sur les modes de pensée et d’action des couches populaires14. Peut-on aller au-delà de cette parole, en quelque sorte volée ou arrachée par l’inquisiteur, le juge ou le policier ?

  • 15 [Michel Vovelle (ed.)], Les Intermédiaires culturels. Actes du colloque du Centre méridional d’hist (...)

4Pour les siècles passés, le texte écrit en première personne, Monsieur de La Palice l’eût dit, émane d’un scripteur qui a dépassé le seul registre de l’oralité. C’est uniquement dans la période contemporaine que les anthropologues ont pu suppléer la défaillance de la plume par l’enregistrement au magnétophone de récits et témoignages oraux. Mais même si les écrivants s’éloignent par leurs compétences de la masse de leurs contemporains, il existe alors toute une variété de rapports à l’écriture et c’est cette diversité qu’il faut explorer pour comprendre comment progressivement, entre xvie et xixe siècle, l’ensemble des Français sont entrés dans la culture écrite. Il y a une vingtaine d’années, les historiens avaient trouvé une formulation aussi commode qu’indécise pour définir ceux qui n’étaient pas des virtuoses de l’écriture en les désignant sous la catégorie d’“intermédiaires culturels”15. Il n’est pas sûr que cette appellation générique aide forcément à la compréhension dans la mesure où elle recouvre un spectre extrêmement large de situations souvent hétérogènes. Le texte que nous publions aujourd’hui, et auquel nous ne prétendons pas attribuer a priori une valeur représentative, servira ici de support à une analyse qui s’attachera simplement à retracer un parcours singulier. Admettons même que ce témoignage soit “exceptionnel”, pour la simple raison que les textes de ce type ne sont pas, il est vrai, légion. Il nous faudra justement tenter de le confronter avec d’autres textes similaires, tout aussi “exceptionnels”, pour saisir ce qui appartient à des pensées, des émotions, une culture et un système de représentations partagés, et ce qui revient en propre au scripteur.

LA CONSTRUCTION COMPLEXE D’UN MANUSCRIT

  • 16 “Description du parvis, l’obélisque, et St Pierre”, p. 245-259, “Petite description du Vatican et d (...)
  • 17 “Description de la noble ville de Venise, p. 503-508 ; “Description du superbe et magnifique temple (...)
  • 18 “Description de la magnifique ville de Naples”, p. 535-539.
  • 19 “Description de la noble ville de Gênes”, p. 554-558.
  • 20 “Description du Mont Vésuve et autres endroits”, p. 542-546 ; “Description des environs de la ville (...)
  • 21 “Première prise de la ville de Rome par les Gaulois”, p. 451-459 ; “Rome assiégée par Alaric puis p (...)
  • 22 “Description du suprême pouvoir du souverain pontife”, p. 322-344 ; “Description des cérémonies qui (...)
  • 23 Ibid., p. 397-403.
  • 24 Ibid., p. 413-425.
  • 25 Un certain nombre de pages du manuscrit sont restées blanches (ainsi p. 495-500, 559-566), ce qui l (...)

5Le contenu du volume manuscrit qui fait l’objet de cette étude est lui-même composite. Il s’ouvre par une gravure hors texte qui, étant donné son format, se déplie et représente la Piazza del Popolo à Rome, la page en regard commençant par un titre, “Mon départ de Rome le 1er septembre” : suit le récit du voyage qui ramène le scripteur de la cité papale à Reims. Parti le 1er septembre 1724, il arrive dans la capitale champenoise le 17 octobre suivant, soit une marche d’un peu plus d’un mois et demi. C’est cette partie du volume qui est entièrement retranscrite ici, la narration s’achevant par une “chanson des pèlerins de Lorette et de Rome sur l’air de celle de Saint Jacques”. Commence alors une seconde section du manuscrit qui, au premier abord, se présente de manière beaucoup plus disparate puisqu’elle est composée de textes plus ou moins courts, séparés les uns des autres : il s’agit de descriptions de villes de la péninsule italienne ou de bâtiments particuliers à l’intérieur de celles-ci : Rome16, Venise17, Naples18, Gênes19, voire de leurs environs20, ou bien de brefs chapitres d’histoire21, ou encore de notations relatives aux institutions pontificales et aux cérémonies religieuses romaines22, parfois ouvertement polémiques et faisant explicitement l’apologie de la papauté, tel ce “Discours touchant les filles de joie de la ville de Rome”23, soit enfin des réflexions que nous qualifierions aujourd’hui d’ethnographiques, comme cette “Longue narration des mœurs et des coutumes des Italiens”24. Cette série de textes est entièrement recopiée et empruntée à toute une bibliographie composée de guides ou de récits de voyage, de traités de géographie ou de livres d’histoire, le scripteur ajoutant de ci de là une réflexion personnelle ou une modification. Par delà le désordre apparent de ce qui semble au premier abord un patchwork de textes mis bout à bout25, il y a un ordre voulu par l’auteur : celui-ci a mis en tête tout ce qui a trait à la description de Rome, à ses cérémonies et à son histoire avant de passer aux villes de Venise, Naples ou Gênes où il ne s’est pas rendu. De toute façon, il convient de s’interroger plus avant sur cette culture du “collage” ou du recopiage qu’a pratiquée avec tant d’ardeur le scripteur, et sur le type de lecture auquel il se livre.

  • 26 Ibid., p. 721.

6La dernière section du manuscrit s’intitule : “L’histoire de toutes mes routes commençantes l’an 1712 le jour de la Pentecôte 15 mai à Notre Dame de Liesse” et s’achève par le récit d’un pèlerinage effectué à Alise Sainte-Reine le 24 novembre 1732. Dans cette section, le scripteur nous livre la chronique des nombreux voyages qu’il a effectués, depuis ses pèlerinages à Liesse, jusqu’à ses trajets à Paris, Versailles, Fontainebleau, Dieppe et Rouen, mais aussi en Champagne et dans les Ardennes à Rethel, Rocroi et Luxembourg. Les cinq dernières pages de son manuscrit sont consacrées à la description des mirabilia que le scripteur n’a jamais vus mais qui l’ont fait sans doute rêver puisqu’il éprouve besoin de les décorer de deux gravures appropriées au sujet : “Description de la fameuse ville d’Alexandrie en Égypte”, “Vue des trois fameuses aiguilles du royaume d’Égypte”. Il ajoute d’ailleurs pour justifier ses propos : “J’ai affecté exprès de placer ici la perspective de la ville d’Alexandrie, comme ayant quelque rapport avec celle de Rome quant aux aiguilles qui s’y voient, et aussi comme voulant parler des fameuses aiguilles d’Égypte qui ont passé pour des miracles du monde et mises au rang des sept merveilles”26.

  • 27 Ibid., p. 568-570 (Amiens) ; 596-597 (Paris) ; 654 (Soissons) ; 663-664 (Rouen) ; 665 (Noyon et Bea (...)
  • 28 Ibid., p. 632-633 (Saint-Denis en France) ; 647-648 (Signy-l’Abbaye) ; 717720 (Saint-Pierre de Flav (...)
  • 29 Ibid., p. 658-660 (Dieppe) ; 662 (Rouen).
  • 30 Ibid., p. 669-673 et 680-682. Le scripteur s’est rendu deux fois à Versailles en avril et en juin 1 (...)
  • 31 Ibid., p. 683-686, 11 juin 1729. C’est à cette occasion qu’il visite la ménagerie de Versailles et (...)

7C’est donc bien un recueil de mirabilia qu’a constitué le scripteur dans la seconde partie de son manuscrit, lorsqu’il réunit des descriptions de villes ou de monuments. L’“Histoire de toutes mes routes” s’apparente encore à ce genre, puisque l’auteur s’attarde à décrire tout ce qu’il estime remarquable sur son passage depuis les différentes cathédrales (Amiens, Paris, Soissons, Rouen, Noyon, Beauvais, Laon)27 et les abbayes28, jusqu’aux ports de Dieppe et de Rouen29, du palais et des jardins de Versailles30 à la machine de Marly31. Tout se passe comme s’il s’identifiait à ses marches et n’avait rien voulu nous livrer de la ville qu’il habite, de sa famille et de ses amis, de l’univers quotidien qui est le sien – sinon dans les comparaisons qu’il introduit par rapport aux monuments, aux coutumes et aux gens qu’il a rencontrés au cours de ses périples. C’est en quelque sorte une chronique de l’extra-ordinaire qu’il nous est donné de lire, même si cet extra-ordinaire est écrit au fil d’une quotidienneté.

  • 32 Ainsi les xylographies représentant Milan (après la p. 122), Pavie (après la p. 132), Tortone (p. 1 (...)
  • 33 Ibid., p. 626, 9 mai 1726.
  • 34 D’après Maxime Préaud, Pierre Casselle, Marianne Grivel, Corinne Le Bitouzé, Dictionnaire des édite (...)
  • 35 Il devait y avoir entre les pages 628 et 629 une gravure représentant la ville de Paris à la hauteu (...)
  • 36 Ibid., p. 630.
  • 37 Ibid., p. 628.
  • 38 Ibid., p. 337.

8Au reste, l’une des originalités du manuscrit est d’être truffé de vingt-quatre gravures représentant pour la plupart des villes de la péninsule italienne – il y a même une carte du royaume de Naples – soit placées hors texte lorsque leur format dépasse celui du manuscrit (elles sont alors repliées), soit découpées et situées à l’intérieur du texte immédiatement après le titre inscrit par l’auteur et avant la description de la ville correspondant à la gravure. Celles-ci sont tantôt des xylographies32, tantôt des gravures en taille douce. Leurs légendes sont toutes rédigées en langue française, ce qui laisse à penser que le scripteur les a achetées soit à Reims même, soit plus vraisemblablement lors de l’un de ses voyages à Paris, auprès des marchands imagiers de la rue Saint-Jacques ou au “Palais des marchands”, c’est-à-dire à la galerie du Palais de justice où “les principales marchandises sont celles des libraires” et où l’on “voit quantité de marchands d’images”33. Les noms des graveurs indiqués sur les planches renvoient en tous les cas au commerce de la rue Saint-Jacques : Crépy, Chéreau le jeune “rue Saint-Jacques au Grand Saint-Rémy”, Chiquet, Aveline “sur le Petit Pont devant l’Hôtel Dieu proche le petit Châtelet”34. Certaines des gravures introduites par le scripteur pour agrémenter son texte ont malheureusement disparu aujourd’hui, arrachées sans doute par une main peu scrupuleuse35. Il s’agit bien pour l’auteur de rendre son texte plus attrayant : “pour un plus bel ornement”, il a donc placé “la représentation de la place Royale [au bout du faubourg Saint-Honoré] avec la statue qui y est élevée au milieu”36 ; de la même façon, lorsqu’il décrit émerveillé, le Pont Neuf qui de tous les ponts de la capitale est le plus “fréquenté” et le plus “magnifique”, “pour mieux faire la beauté de la ville de Paris” il a “ici placé la représentation qui parlera encore mieux que ma plume, nonobstant la confusion du portrait que voici”37. Alors qu’il recopie un texte sur le “suprême pouvoir du Souverain Pontife”, il éprouve le besoin d’ajouter une image représentant le Bon Pasteur un agneau sur les épaules et, à l’arrière-plan, saint Pierre, aisément reconnaissable à ses clés, remettant un agneau dans le parc des brebis, et d’expliquer : “Voici une naïve représentation de la sollicitude pastorale des Papes en la personne de saint Pierre qui surveille à la garde du troupeau”38.

LE SCRIPTEUR

  • 39 Ibid., p. 390-392. Ces formulaires étaient régulièrement réimprimés par la Typographie de la Chambr (...)
  • 40 Ibid., p. 393. Le menuisier brugeois Josephus Jacobus Verplancke, qui a laissé un récit du pèlerina (...)

9Le scripteur a jugé nécessaire de garnir son texte de pièces justificatives destinées à en accréditer la valeur. Il a ainsi pris soin de recopier le “Formulaire des indulgences que Notre Saint Père le Pape Benoît XIII concède aux chapelets, rosaires, croix, images d’or, d’argent ou autres métal appelées communément médailles” et il s’en explique ainsi : “Comme l’imprimé de ces indulgences était trop grand pour être placé ici, je l’ai mieux aimé copier pour être beaucoup moins embarrassant”39. En revanche, il insère l’imprimé qui contient la “Prière que le Pape fait à la bénédiction de l’Agnus Dei” – il s’agit de médaillons bénis portant en effigie l’agneau mystique, mais comme cet imprimé “était trop haut”, il l’a exactement “coupé” et il ajoute à la main la partie retranchée. On peut penser que notre auteur avait un particulier attachement à cette prière : “Que tous ceux qui le portent puissent toujours être en sûreté, qu’ils ne craignent aucun péril, qu’ils n’aient point de peur des ombres [...] qu’ils soient exempts de tous périls de feu, de foudre, de tourments et tempêtes ; et que les femmes enfantent sans travail, et soient délivrées de tout mal et de tout danger”40.

  • 41 Pierre Gonneau, “Les pérégrinations de Vasilij Grigorovic Barskij, 1723-1747”, in Philippe Boutry, (...)
  • 42 Ibid., pièce insérée entre la p. 68 et 69.
  • 43 Ibid., pièce insérée entre la p. 696 et 697 : “Je soussigné chanoine de l’Église cathédrale de Notr (...)
  • 44 Ibid., p. 64 ; ici même, p. 103-104.
  • 45 Ibid., pièce insérée entre la p. 176 et la p. 177.
  • 46 Ibid., pièce insérée entre la p. 176 et 177. Les mots en italiques sont préalablement imprimés. Le (...)

10Parmi les pièces justificatives qui rehaussent le document se trouvent aussi les attestations portant témoignage du saint but du voyage. Un pèlerin russe, Vasillij Grigorovic Barskij, dont le voyage à Rome est quasi contemporain de celui qui est ici publié, puisqu’il est à Rome en septembre 1724, écrit à ce propos : “Il est doux à chaque voyageur de se remémorer son voyage et de voir les témoignages de l’épreuve où il a versé sa sueur, portant la signature de grands personnages, ecclésiastiques et laïques, de sorte qu’après le voyage, les patentes sont au pèlerin, pendant toute sa vie, une consolation”41. C’est ainsi que sont incluses les lettres patentes délivrées par Lazzaro Pallavicini, nonce apostolique à Florence qui certifient que Egidius Calotin sacrosancta limina Apostolorum visit aliaque sacra loca42. De la même façon, lorsqu’il évoque ses pèlerinages à Notre-Dame de Liesse, l’auteur a jugé utile de placer un certificat imprimé, orné d’une représentation de la statue vénérée et attestant que “Gilles Caillotin a fait le pèlerinage et visité ladite église et pour la célébration de trois messes à l’intention de François Caillotin défunt a donné quarante-cinq sols”43. D’autres pièces justificatives enrichissaient le manuscrit mais sont aujourd’hui perdues : passant à Florence, notre pèlerin va “à confesse chez les religieux Antonins qui sont tous français et de la fondation de nos rois de France” ; il prend une “attestation par écrit signée de la main du confesseur”, puis après avoir communié dans l’église de l’Annonciade (Santa Maria Annunziata) il se rend à la cathédrale Sainte-Marie de la Fleur (Santa Maria del Fiore) “pour en avoir une autre attestation imprimée ainsi que l’une et l’autre sont ici représentées”44. C’est évidemment le passeport du scripteur qui constitue la pièce maîtresse de l’ensemble de ces papiers : il lui a été délivré le 5 octobre 1724 par les administrateurs de l’Hôpital général de Grenoble, puis a été visé à l’hôtel de ville de Lyon le 7, à celui de Chalon-sur-Saône le 10, à celui de Dijon le 12, et à celui de Langres le 1345 ; il nous livre son identité accompagnée d’une description anthropologique précise : “Gilles Caillotin pèlerin venant de Rome, mendiant âgé de vingt-sept ans natif de Reims paroisse Saint-Jean en Champagne, sergier de profession domicilié audit Reims en Champagne, taille de cinq pieds, cheveux châtains, les sourcils de même, les yeux assez grands et roux, le nez bien, la bouche médiocre, le visage rond et maigre”46.

  • 47 Ibid., p. 67-68 ; lors de son passage à Florence, le scripteur, en compagnie d’un jeune clerc espag (...)
  • 48 Archives des Pieux Établissements de Rome et de Lorette, registre 209/4, nuits des 25, 26, 27 et 28 (...)

11Ce souci d’obtenir des pièces officielles n’est pas manie de collectionneur : celles-ci, comme nous le verrons, sont indispensables pendant le voyage parce qu’elles permettent de faire le partage entre le « vrai » pèlerin et le gueux ou le vagabond47. Insérées dans le récit, elles visent à en authentifier la véridicité et à éliminer toute suspicion qu’il puisse s’agir d’une fiction romanesque. Au reste, les nombreux contrôles externes effectués grâce au dépouillement des archives les plus variées attestent tous la véracité des renseignements fournis par le scripteur. À titre d’exemple, nous citerons seulement celui-ci, qui a trait à son séjour à Rome. Le registre des pèlerins accueillis à Saint-Louis des Français témoigne de la présence de Gilles “Calluten”, “Calloten” ou “Caloten” de Reims du 25 au 28 août 1724, soit au total quatre nuits, alors que les pèlerins n’ont droit en général qu’à y demeurer trois nuits : il est vrai que Gilles Caillotin est inscrit comme “combalesan” [convalescent] la dernière nuit qu’il passe à l’hôpital, ce qui explique la faveur dont il a fait l’objet48.

  • 49 Voir Antoinette Fauve-Chamoux, “Rémois et Rémoises d’Ancien Régime”, in Pierre Desportes, Histoire (...)
  • 50 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences des Arts et des Métiers, t. XV, Neuchâtel, 1765, (...)
  • 51 Nous avons effectué un sondage au 1/5 sur la capitation de 1725, A. M. Reims, registre 615. La vill (...)
  • 52 A. D. Marne, 2 G 210. Titre patrimonial d’Antoine Caillotin en date du 31 juillet 1731. La maison a (...)
  • 53 D’après Natalis de Wailly, Mémoire sur les variations de la livre tournois depuis le règne de Saint (...)
  • 54 A. D. Marne, 4 E 20047, Achat par François Caillotin et Marie Le Blan d’une maison sise à Reims, ru (...)
  • 55 A. D. Marne, C 4616* (pour l’année 1732) et C 4631* (pour 1755), registres du contrôle des actes de (...)
  • 56 D’après A. Fauve-Chamoux, art. cit., les maîtres-sergiers sont concentrés dans les paroisses du sud (...)
  • 57 L’église de l’abbaye Saint-Nicaise de Reims, dont la construction fut commencée par Hugues Libergie (...)

12Une recherche menée dans les registres paroissiaux de Saint-Jean de Reims confirme pleinement les données du passeport. Gilles Caillotin, “fils de François Cailliottin et de Marie Le Blanc” a été baptisé le 1er décembre 1697. Son père, – nous l’apprendrons aux actes de baptême de sa sœur Marguerite et de son frère Louis, est “maître sergier” à Reims, c’est-à-dire l’un des très nombreux maîtres fabricants qui composent la “manufacture”, agrégeant de toutes petites entreprises familiales où le maître n’a bien souvent qu’un seul compagnon dans son atelier. La manufacture de Reims, spécialisée dans la production des étoffes de laine, fait alors vivre le plus grand nombre des habitants de la ville : elle est, en importance, la seconde manufacture textile du royaume après celle d’Amiens, mais beaucoup de “maîtres” sont en fait des ouvriers travaillant pour un fabricant qui leur confie la matière première49. L’Encyclopédie de d’Alembert et de Diderot exprime d’ailleurs une hésitation en donnant une définition ambiguë du sergier, affirmant que “c’est un ouvrier, un marchand qui fabrique ou qui vend des serges”50. Ce qui est à tout le moins sûr, c’est que François Caillotin paie une cote de capitation relativement faible : en 1725 elle n’est que de 53 sols et lorsqu’on essaie de situer cette cote parmi celles que paient l’ensemble des sergiers de Reims, on s’aperçoit qu’elle représente environ la moitié de leur cote moyenne51. Sans aucun doute, François Caillotin partage la condition de la majeure partie des maîtres sergiers rémois. Il ne fait certes pas partie des métiers les plus humbles et les plus pauvres de la capitale champenoise – tisseurs, fileurs, cardeurs, peigneurs. Mais sa fortune est vraisemblablement limitée. En témoigne le titre patrimonial qu’il constitue en 1731 à l’un des frères de Gilles, Antoine, au moment où celui-ci va recevoir l’ordre de sous-diaconat : il lui fait – ce qui était la règle exigée dans le diocèse de Reims – une pension viagère de cent livres de rente au capital de 2 000 livres, fondée sur la maison dans laquelle il demeure rue du Barbâtre (l’un des grands axes nord-sud de la ville), “consistant en deux boutiques, deux cuisines, grenier, cave, cour, puits, jardin et autres appartenances et dépendances”. Mais l’acte stipule que dès qu’Antoine Caillotin sera “pourvu d’un bénéfice reçu et approuvé par Monseigneur l’Archevêque ou Messieurs ses Vicaires généraux”, “la dite pension viagère demeurera éteinte et ladite pension déchargée”52. Une telle clause restrictive laisse à penser que la maison de François Caillotin constitue sinon la totalité de sa fortune, du moins la majeure partie de celle-ci. On peut d’ailleurs se demander si le capital que représente la maison n’a pas été nettement surévalué lorsqu’on se reporte à l’achat de celle-ci fait par François Caillotin en 1707 : avec une description rigoureusement identique, elle ne valait alors que 750 livres et, même en tenant compte de l’inflation, l’écart entre son prix approximatif et la valeur annoncée dans le titre de rente de 1731 est de plus du simple au double53. Au reste, deux autres indices tendent à rendre plausible l’hypothèse d’une modicité de la fortune des Caillotin. En 1707, François Caillotin ne peut apporter que 150 livres en monnaies sonnantes et trébuchantes pour l’achat de la maison de la rue du Barbâtre ; les 600 livres qui restent à payer le seront en plusieurs versements, l’acheteur s’engageant à verser au vendeur chaque année trente livres d’intérêts, ceux-ci diminuant au fur et à mesure que le prix de la maison sera progressivement payé54 : ces stipulations indiquent les faibles disponibilités de l’acquéreur. Ensuite, on ne retrouve aucun inventaire après décès ni aucun acte de partage de succession tant à la mort de François Caillotin qu’à la mort de son épouse en 1755 : cette absence laisse à penser que le patrimoine légué par ceux-ci était trop maigre pour donner lieu à la prisée du notaire55. Ce que les registres paroissiaux nous confirment en tout cas, c’est la localisation durable du domicile des Caillotin dans la zone sud-est de la ville, dite le « Bourg-Saint-Rémi », d’abord sur la paroisse Saint-Jean de 1695 à 1705, puis sur la paroisse Saint-Martin à partir de 1707 – paroisses populaires où se concentre une bonne partie de la population des artisans et ouvriers du textile56. Cette insertion dans un quartier particulier de la ville permet de comprendre et les références constantes auxquelles recourt Gilles Caillotin pour comparer les monuments qu’il visite à ceux de son environnement proche – ainsi l’église du monastère mauriste de Saint-Nicaise57 – et les relations spirituelles qu’il a nouées avec des ordres religieux implantés dans le voisinage : ainsi les jésuites installés rue Neuve, les Minimes établis près de la porte Dieu-Lumière, ou les Capucins dans la rue du même nom.

  • 58 Reims est, au xviie siècle, une ville de forte immigration : 44 % des hommes qui meurent à l’Hôtel- (...)
  • 59 A. D. Oise, 5 Mi 528, registres paroissiaux de Luchy. Claude Caillotin a épousé Anne de Lannoy le 2 (...)
  • 60 Ibid., 15 mars 1682, acte de baptême d’Adrien Cailliotin, fils de Simon et de Marie Pelletier. Simo (...)
  • 61 Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’histoire sociale de la F (...)
  • 62 Nous n’avons pas entrepris une généalogie de la famille Caillotin qui eût outrepassé les limites de (...)
  • 63 P. Goubert, op. cit., p. 163.
  • 64 B. M. Reims, ms. 2487, p. 568. Gilles Caillotin reste à Luchy du 27 août au 6 septembre 1717, puis (...)
  • 65 Ibid., p. 665. Gilles Caillotin séjourne d’abord du 25 juillet au 2 août, puis du 8 au 16 août 1728 (...)
  • 66 Ibid., p. 677 et 690. Gilles Caillotin séjourne à Luchy du 30 avril au 4 mai 1729, puis les 13 et 1 (...)

13François Caillotin, au reste, n’est pas rémois d’origine58. Les Caillotin, ou Calliotin comme l’écrivent les registres paroissiaux, sont originaires de Luchy, village du Beauvaisis (aujourd’hui dans le département de l’Oise), où ils sont particulièrement nombreux. François, fils de Claude et de Anne de Lannoy est né à Luchy le 3 avril 166259, et il est encore présent dans son village en 1682 lorsqu’il y signe l’acte de baptême d’un neveu à la mode de Bretagne dont il est le parrain60. Cet enracinement dans le Beauvaisis laisse supposer que le tissage de la serge est loin d’être inconnu à la famille Caillotin. Luchy est en effet l’un des gros villages qui travaille pour la manufacture de Beauvais : celle-ci, à cette date, est pour les deux tiers rurale61. Pierre Goubert a bien mis en relief le groupe des manouvriers-sergiers, situés à la frange inférieure de la paysannerie, qui sont manouvriers l’été et sergiers l’hiver et qui ont parfois réussi à garder une apparence d’autonomie, tout en contractant de grosses dettes à l’égard des marchands de Beauvais. Il cite même la figure de Louis Caillotin, originaire de Luchy – qui pourrait bien être un parent de François62 mort en 1681 –, “riche de deux hectares de terre, d’une vache, de cinq moutons et de quatre poules, qui laisse sur le métier une pièce [...] inachevée”63. Il est redevable de 200 livres à un gros marchand de Beauvais et ses dettes dépassent la valeur de son matériel, de son bétail et de sa future récolte déjà semée. Les liens avec le village d’origine du père ne sont aucunement distendus puisque, dans la troisième section de son manuscrit où il raconte “l’histoire de toutes” ses “routes”, Gilles Caillotin évoque les séjours qu’il fait à Luchy lors de ses nombreux voyages : en 171764, en 1728 à l’aller comme au retour du parcours qui l’a mené à Dieppe et à Rouen65, en 1729 encore quand il va de Versailles à Compiègne et en revient : il retrouve d’ailleurs à cette occasion son père66.

  • 67 A. M. Reims, GG 101 et 102, registres de baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse Saint-Jean (...)
  • 68 La « fécondité du moment » (Total Fertility Rate), qui est établie à partir de fiches de familles r (...)
  • 69 Les registres d’ordination du diocèse de Reims manquent pour cette période. La signature d’Antoine (...)
  • 70 B. M. Reims, ms. 2487, p. 596 et 602. Le couvent des Filles de la Charité était situé à l’emplaceme (...)
  • 71 Ibid., p. 628, 9 mai 1726. La communauté des Sœurs Servantes des Pauvres Malades ou Sœurs Grises ou (...)

14Si nous n’avons pas retrouvé l’acte de mariage de François Caillotin, ni l’acte de naissance de la sœur aînée de Gilles, Marie-Madeleine – rien n’indique d’ailleurs que François Caillotin se soit marié à Reims – nous pouvons, en revanche, suivre l’agrandissement de la famille sur les registres paroissiaux de Saint-Jean et de Saint-Martin. Onze naissances s’espacent entre mars 1695 et novembre 1712 au foyer de François Caillotin et Marie Le Blanc : celle-ci a donc connu au moins douze maternités, sans doute même plus ; quatre des enfants meurent en bas âge mais le nombre des bouches à nourrir dans ce ménage fécond reste élevé67. Il convient d’ailleurs de noter que cette fécondité tend justement, à ces dates, à devenir exceptionnelle dans le milieu des tisseurs rémois où la limitation des naissances s’impose très tôt : l’indice conjoncturel de fécondité des femmes de tisseurs, pour les années 1690-1715, se situe entre trois et quatre enfants68. Plusieurs indices laissent à penser que la famille de Gilles Caillotin est dévote. L’un des frères de Gilles, Antoine, est devenu prêtre, on vient de l’évoquer, sans doute vers 1732 ou 1733 : il dessert, en tout cas, la paroisse Saint-Martin en 1734 en cas d’absence ou d’empêchement du curé69. Une sœur de Gilles s’est faite « sœur grise », c’est-à-dire est entrée dans la congrégation des Filles de la Charité : lorsqu’il se rend à Paris en mai 1725, Gilles Caillotin se rend droit “au couvent des sœurs grises vis-à-vis les Pères Missionnaires de Saint Lazare”, rue du faubourg Saint-Denis pour y rencontrer sa sœur, mais son attente est déçue car l’heure du dîner de la communauté ayant sonné, il est obligé de repasser au couvent dans l’après-midi70. En 1726, lors d’un second voyage à Paris, il visite cette même sœur qui habite, cette fois, “la maison des sœurs grises résidentes pour le service de la paroisse Saint-Sulpice”71.

  • 72 Sur les congrégations mariales jésuites, voir Émile Villaret, Les Congrégations mariales, I, Des or (...)
  • 73 Voir ici-même, p. 236.
  • 74 Guillaume-Stanislas Mondran, L’Artisan chrétien, et les devoirs des personnes d’une condition médio (...)

15Quant à Gilles Caillotin lui-même, il paraît fortement lié à la Compagnie de Jésus. Son Retour de Rome nous apprend qu’il est membre de la congrégation des artisans de Reims, l’un de ces groupes de dévotion organisés par les jésuites pour encadrer, tout en respectant les hiérarchies existantes, la société urbaine72 : c’est à ce titre qu’il peut quêter à la porte de la chapelle toute neuve de la Congrégation des Grands Artisans de Lyon à l’issue de la messe dominicale qui réunit les congréganistes, alors même que la déclaration royale du 18 juillet 1724 vient d’interdire toute mendicité ; il le fait en même temps qu’un compagnon de route qui revient, lui-aussi, de Rome, François Sauvage de Luxembourg, membre de la congrégation des artisans de cette ville, après que tous deux ont remis au préfet de la congrégation de Lyon les “patentes” qui attestent de leur appartenance73. Il est d’ailleurs probable qu’au cours de son voyage aller, notre scripteur a pu avoir recours au réseau des résidences jésuites pour leur demander du secours. Dans un livre presque contemporain du pèlerinage de Gilles Caillotin, le père jésuite Guillaume Stanislas Mondran indique aux artisans chrétiens auxquels il s’adresse que “si une fois quelqu’un est reçu dans une congrégation, il sera admis dans toutes les autres de sa profession en quelque lieu du monde qu’elles soient établies. En partant donc de la ville où il a été mis au nombre des congréganistes, qu’il se souvienne de prendre un certificat qui fasse foi de sa réception, qu’il se présente à la congrégation des villes où il passe et où il fait séjour, il y sera reçu, il y jouira des mêmes avantages qu’il aurait eus dans la congrégation où il a été reçu pour la première fois”74.

  • 75 B. M. Reims, ms. 2487, p. 582, à la date du 15 avril 1725.
  • 76 Ibid., p. 602-603 ; le frère Jean Ignace David, originaire de Louvemont dans le diocèse de Châlons- (...)
  • 77 Ibid., p. 604. D’après les catalogues triennaux, le père Jean Gadebois (16841768), originaire de Ch (...)

16Dans ses voyages ultérieurs, Gilles Caillotin sert souvent de messager aux différents pères du collège de la capitale champenoise et l’on peut parfois se demander si cet artisan sergier n’est pas une sorte de factotum : le 17 décembre 1724, il porte cinq lettres aux jésuites de Châlons-sur-Marne ; en avril 1725, il porte une lettre à la sœur du père d’Arse, pensionnaire à l’abbaye bénédictine d’Avenay75. Le 2 mai suivant, il ramène à Paris un cheval blanc à l’hôtelier de l’auberge de la Couronne, située en face de la maison professe Saint-Louis rue Saint-Antoine : celui-ci avait vraisemblablement servi de monture à l’un des pères venu de Paris à Reims. À cette occasion, Gilles Caillotin note que le portail de leur église – il s’agit de l’église Saint-Louis, aujourd’hui paroisse Saint-Paul – est “bâti sur le modèle de celui du chef de l’église Saint-Ignace du grand collège romain étant composé de trois rangs de colonnes les unes sur les autres”, signe qu’il est au moins passé, lors de son séjour dans la ville Éternelle, par la place Sant’Ignazio et qu’il a sans doute pris contact avec des pères de la maison ; le frère David lui fait voir la bibliothèque de la maison professe qui est “le tiers non seulement plus longue que celle de Reims, mais encore plus fournie en livres”, mais que Gilles Caillotin juge “inférieure en beauté de lambris qui n’est que de toile figurée en peinture”76 ; notre voyageur passe en même temps au collège Louis-le-Grand pour demander au père Despoissons une équerre que le père Gadebois lui a demandé de prendre77.

  • 78 Ibid., p. 608-618. Voyage du 24 au 29 avril 1726. Il s’agit de Marie Monjoyn et de Charlotte Lefèvr (...)
  • 79 Ibid., p. 641, 642, 649, 10, 12 et 18 juillet 1726. Le 18 juillet, il couche “le mieux du monde” ch (...)
  • 80 Ibid., p. 649, 19 juillet 1726. Le père Gabriel Lemoine (1685-1764), originaire de Bar-le-Duc, est (...)
  • 81 B. M. Reims, ms. 2487, p. 652, 10 septembre 1726.

17En avril 1726, Gilles Caillotin est chargé par le père Foulon de conduire auprès du curé de Damvillers (aujourd’hui au Luxembourg) deux jeunes filles destinées à devenir régentes d’école78. En juillet de la même année, il va porter des lettres à Renwez (aujourd’hui dans le département des Ardennes) auprès de la veuve Vassal, qui n’est autre que la sœur du père Foulon79, et il visite le collège des jésuites de Charleville où il retrouve le père Gabriel Lemoine, qu’il avait connu au collège de Reims80. Au mois de septembre suivant, lors d’un voyage à Rethel, il s’arrête au Châtelet (aujourd’hui dans le département des Ardennes), où le curé lui donne une réponse à la lettre du père Foulon qu’il a portée81.

  • 82 D’après les catalogues triennaux (catalogi tertii) de la Compagnie de Jésus (ARSJ, Camp. 14, 15 et (...)
  • 83 B. M. Reims, ms. 2487, p. 60.
  • 84 Ibid., p. 148. Ici-même, p. 185.
  • 85 Ibid, p. 632, 2 mai 1726.
  • 86 ARSJ, Camp. 20. Le père Foulon est professeur d’humanités en 1716-1717, de logique et de physique e (...)
  • 87 Le Père Jean Pichon (1683-1751) est entré en 1697 au noviciat de la Compagnie de Jésus à Nancy. Apr (...)
  • 88 Voir René Taveneaux, Le jansénisme en Lorraine, Paris, Vrin, 1960, p. 686, qui s’appuie ici sur Les (...)
  • 89 ARSJ, Camp. 14, fo280 (catalogus secundus de 1720, no 406), Camp. 15, fo 196 vo (catalogus secundus (...)

18Les liens de Gilles Caillotin avec les jésuites sont donc, on le voit, tout autres que fortuits. La congrégation des artisans de Reims reste d’ailleurs importante tout au long de la première moitié du xviiie siècle, puisqu’elle avoisine plus de quatre cents membres dès les années 172082. C’est sans nul doute à cette empreinte que Gilles Caillotin doit sa dévotion à saint Ignace : lors de son passage à l’hôpital del Melani à Florence, il ne veut pas passer “sous silence les beaux tableaux dont les cadres sont dorés d’or”, pendus aux murailles du réfectoire et distingue parmi ceux-ci “Saint Ignace représenté pour avoir été reçu audit hôpital lorsqu’il fit le voyage en mil cinq cent [blanc dans le texte]”83. Il remarque lors de son passage à Alessandria que le pont qui traverse le Tanaro, recouvert d’une galerie, porte au-dessus des piliers qui la soutiennent “plusieurs histoires et saints personnages” peints, en particulier “le portrait de saint Ignace sur la main droite”84. Passant à sa sortie de Paris par la basilique Saint-Denis, lors d’un voyage postérieur, il note son regret “de ne pas avoir visité l’église Notre-Dame de Montmartre où le grand saint Denis et ses compagnons furent martyrisés : c’est une église de grande vénération en laquelle saint Ignace y donna commencement à sa Compagnie, étant pour lors assisté de neuf de ses compagnons”85. Mais c’est aussi à l’empreinte de la Compagnie qu’il doit l’anti-jansénisme virulent qui traverse son texte. Le père François-Xavier Foulon (1681-1751), auquel il rend de nombreux services, est présent au collège de Reims de l’année scolaire 1716-1717 à l’année scolaire 1725-1726 et il exerce, outre ses fonctions d’enseignant, celle de préfet de la congrégation mariale des artisans de 1718 à 172686. Le personnage est connu pour avoir été un fougueux prédicateur anti-janséniste en compagnie d’un de ses confrères, le père Jean Pichon, auteur en 1745 de l’Esprit de Jésus Christ et de l’Église sur la fréquente communion qui devait donner lieu à de très violentes controverses à l’intérieur de l’Église de France87 : en 1731, les deux jésuites prêchaient de concert une mission de six semaines à Nancy en exaltant la fréquentation des sacrements, suscitant chaque dimanche des communions générales et vouant à la destruction de nombreux ouvrages jansénistes88. Gilles Caillotin nous avertit lui-même qu’il a emporté dans sa besace de pèlerin des lettres de recommandation des pères Pichon et Foulon, et il les met sous les yeux des administrateurs de l’hôpital de Grenoble comme un titre de moralité. Si les catalogues triennaux de la Compagnie sont relativement élogieux sur le Père François-Xavier Foulon au moment où il est à Reims – le catalogue de 1720 note une intelligence ingénieuse et claire (ingenium solers et perspicuum), un excellent discernement (judicium optimum) et un talent pour enseigner la théologie, écrire et prêcher –, celui de 1730 est déjà beaucoup plus réservé : le judicium est cette fois versipelle (que nous traduirons par un jugement fluctuant) et la prudentia, latebrosa (une pénétration bien obscure) ; quant à celui de 1734, il considère aussi bien le judicium que la prudentia du père François-Xavier Foulon comme au dessous de la moyenne (inframediocres) et ne l’estime propre à aucun ministère par manque de clairvoyance : nunc ad nulla defectu prudentiae. Le personnage, dont la complexion naturelle est jugée sanguine, ardente, et hardie (sanguinaea, ardens et audax) est sûrement davantage un boutefeu qu’un apathique89 et il ne serait donc pas étonnant qu’il ait engagé les congréganistes artisans de Reims dans sa propre croisade.

GILLES CAILLOTIN, PÈLERIN

  • 90 Sur le pèlerinage de Liesse, voir Bruno Maës, Notre Dame de Liesse. Huit siècles de libération et d (...)
  • 91 B. M. Reims, ms. 2487, p. 567 (15 mai 1712, 4 décembre 1716), 580 (5-7 juin 1718, 19-21 mai 1720, 9 (...)
  • 92 Sur l’origine polonaise de l’icône de la Sainte-Face de Laon et sa datation (seconde moitié du xiie(...)
  • 93 Marc Bloch, Les Rois thaumaturges. Étude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale (...)
  • 94 Le pèlerinage à saint Gorgon se déroule à l’église paroissiale du Fréty, commune située aujourd’hui (...)
  • 95 Sur la pratique du pèlerinage de proximité voir D. Julia, « Les pèlerinages de Pierre Bernard, maît (...)

19Par delà cette mobilisation dans un combat contemporain, l’un des traits les plus significatifs du récit est de faire surgir devant nos yeux la figure d’un pèlerin. Dans la dernière partie de sa narration intitulée “histoire de toutes mes routes”, le scripteur ne consigne pas moins de huit pèlerinages effectués à Notre-Dame de Liesse90 ; le premier cité date de 1712 (Gilles Caillotin a alors seulement quinze ans), les autres suivent à intervalles plus ou moins réguliers : 1716, 1718, 1720, 1721, 1723, deux fois en 1732 (6 mai et 5 juin)91. Ce pèlerinage se fait le plus souvent au moment des fêtes de la Pentecôte (sauf en 1716 où Gilles Caillotin se rend à Liesse en décembre) et se combine systématiquement avec un passage à l’abbaye des Cisterciennes de la Sainte-Face à Laon, pour y vénérer l’icône, envoyée de Rome en 1249 par Jacques de Troyes, ancien archidiacre de Laon, et futur pape Urbain IV92, voire même, comme en 1723, avec un passage à l’église Saint-Martin de Laon, pour y révérer le bras de saint Laurent, martyr. Il s’agit là d’un pèlerinage familial puisque Gilles Caillotin l’accomplit en compagnie de sa mère, de son frère Louis et de sa sœur Marguerite du 5 au 7 juin 1720 ; à ceux-ci, se joint le jeune Antoine – il a alors quinze ans – en 1723. C’est encore en famille que Gilles Caillotin se rend le 1er mai 1719, jour de la fête de Saint-Philippe et Saint-Jacques –, il est accompagné de sa mère et de son frère Louis – à Corbeny pour y vénérer le corps de saint Marcoul, celui-là même devant lequel les rois de France viennent s’incliner, le lendemain de leur sacre, pour y faire une neuvaine et recueillir du saint le pouvoir de toucher les écrouelles93. Il est vrai que Liesse n’est qu’à une cinquantaine de kilomètres de Reims ; Corbeny est encore plus proche : vingt-cinq kilomètres. En septembre 1721, la famille Caillotin se divise même en deux bandes de pèlerins : la mère de Gilles, Marie Caillotin, accompagnée de ses fils Louis et Jean-Baptiste, se rend en droiture de Reims à Notre-Dame de Liesse pour la fête de la Nativité de la Vierge ; pendant ce temps, Gilles, en compagnie de Louis Le Blanc, qui est sans doute un oncle ou un cousin (il est le parrain de son frère Louis), fait un pèlerinage au “grand saint Gorgon”, situé sur la paroisse du Fréty, dans les Ardennes actuelles94 : il y passe le dimanche 7 septembre, avant-veille de la fête du saint, puis revient par Antheny, la Chartreuse du Val-Saint-Pierre en Thiérache, où il couche le 8 septembre, et Notre-Dame de Liesse, où il n’est présent que le 9 septembre et où il a reconnu, sur les murs de la chapelle de la fontaine, les noms de ses frères et de sa mère ; il ne les retrouve cependant pas puisqu’il sont déjà repartis. Il s’agit là de pèlerinages de proximité, qui peuvent durer deux à quatre jours et qui attiraient encore, en cette première moitié du xviiie siècle, des flux massifs de dévots95.

  • 96 Jean-Baptiste de La Salle, Conduite des écoles chrétiennes, chapitre 16, article 1, section 2, Œuvr (...)
  • 97 Lettres de confirmation de la confrérie de Notre-Dame de Liesse données par Louis de Clermont, évêq (...)
  • 98 B. M. Reims, ms. 2487, p. 696. Entre les pages 696 et 697, l’auteur a inséré le certificat imprimé (...)

20La pratique du pèlerinage familial devait être en tous les cas assez courante à Reims puisque, dans sa Conduite des écoles chrétiennes, dont le manuscrit date de 1706 et la première édition de 1720, Jean Baptiste de La Salle, ancien chanoine de la cathédrale et fondateur de l’Institut des Frères des écoles chrétiennes, prévoit, parmi les cas d’absence autorisée, que “les jours d’école, on pourra quelquefois permettre aux écoliers d’aller à des pèlerinages éloignés de la ville et auxquels il y a ordinairement un grand concours de peuple, lorsqu’ils iront avec leurs parents, et qu’on connaîtra que c’est la seule piété et dévotion qui les y conduit ; et on ne leur donnera point cette permission que leurs parents ne la demandent pour eux”96. Il n’est pas interdit de penser que les Caillotin font partie de la confrérie de Notre-Dame de Liesse, confrérie “célèbre dans tout le monde chrétien, par l’abord continuel qui se fait en l’église de Liesse d’un nombre infini de pèlerins, de tous pays et de toute condition, pour y honorer la mère de Dieu dans un temple que la toute puissance du Seigneur a signalé par les miracles et les grâces qu’il accorde tous les jours aux fidèles par l’intercession et les suffrages de la Sainte-Vierge, la plupart de ces pèlerins se faisant associer à la dite confrérie pour appartenir par un titre particulier à la Sainte-Vierge, pour être sous sa protection et pour avoir une part perpétuelle aux hommages qu’on lui rend en ce Temple et aux prières qui s’y font”97. L’hypothèse est confirmée par le fait que, lors de son pèlerinage à Liesse en date du 6 mai 1732, Gilles Caillotin s’acquitte de la promesse qu’il avait faite à son père “avant que mourir dont en voilà une attestation pour en conserver la mémoire”, à savoir le don de quarante cinq sols destiné à la célébration de trois messes pour le repos de l’âme de François Caillotin98.

  • 99 Ibid., p. 187, 3 octobre 1724 : parti à la course après un lièvre près du fort Barraux, Gilles Cail (...)
  • 100 Ibid., p. 236 : avant d’entrer dans Reims, Gilles Caillotin quitte les “houssettes que jusqu’alors” (...)
  • 101 Lorsqu’il couche, au delà de Langres, dans le village de Humes, les bas qu’il avait placés sur la b (...)
  • 102 Ici même, p. 132. Le Campo Vaccino renvoie au Forum Boarium de la Rome antique, mais désigne de man (...)
  • 103 Ainsi à la Chartreuse de Pavie, ibid., p. 130, 20 septembre 1724. Sur la boîte en fer du pèlerin, v (...)
  • 104 Entre Rome et Viterbe, Gilles Caillotin a du mal à échapper aux instances du frère portier d’un cou (...)
  • 105 Ibid., p. 218, 13 octobre 1724. Gilles Caillotin a déjà eu l’intention de faire refaire cette pomme (...)
  • 106 Ibid., p. 143, 23 septembre 1724 : Gilles Caillotin recoud ses habits à l’hôpital d’Asti, profitant (...)

21Avant même son pèlerinage lointain pour la Ville Éternelle, Gilles Caillotin accomplit donc régulièrement des voyages de dévotion au sein d’un espace relativement proche de sa ville natale. Le récit du périple qui le mène ad limina apostolorum nous permet d’ailleurs, par sa précision, de compléter le portrait esquissé par son passeport. Il nous apprend, en effet, que notre héros porte un “habit” de pèlerin. Celui-ci a varié au cours des siècles et la désignation extrêmement vague employée par Gilles Caillotin nous interdit de trancher avec précision : il n’est pas sûr qu’elle désigne ce que nous appelons aujourd’hui d’un néologisme la “pèlerine” – le terme dans son acception contemporaine naît seulement au début du xixe siècle – il est plus probable qu’il s’agit d’une robe en drap grossier de laine, destinée à protéger le pèlerin du froid. Il n’est pas interdit d’imaginer que Gilles Caillotin se l’est fabriquée lui-même puisqu’il est maître sergier. Cette robe était-elle surmontée du camail ou du mantelet de cuir – l’esclavina ou la schiavina – couvrant les épaules et interdisant à la pluie de pénétrer, comme on la voit sur les nombreuses représentations de pèlerins de l’époque moderne ? Il ne le semble pas, tant sont nombreuses les indications où notre auteur se dit “détrempé”. Dans la chaleur de la péninsule, il porte le plus souvent son habit sur l’épaule, au point qu’un fripier de Pavie lui propose de le lui acheter, prétendant qu’il lui est parfaitement “inutile”. Le jour, il se couvre d’un chapeau, mais, la nuit, il tient son “bonnet bien serré sur sa tête de peur du serein” (ainsi au bord du lac de Bolsena). En dessous de son habit, il porte une chemisette, une culotte tenue par des bretelles99, des guêtres (dénommées par lui “houssettes”) qui lui couvrent les jambes et le protègent de la pluie et de la boue100 et des bas101. Il se ceint à l’occasion d’une cravate pour résister au froid. Il porte sans doute à la ceinture sa calebasse, un pot de terre rouge “composé de deux anses proches l’un de l’autre” qu’il a achetée dès le premier jour de son arrivée à Rome “sur la place du Campo Vaccino”102. Il a une boîte de fer blanc où il range ses patentes et ses certificats, un sac et un bourdon qu’il dépose parfois à l’entrée des monuments qu’il visite103. Le sac est pesant104 et notre pèlerin se résout à alléger son fardeau à Plaisance : nous savons que celui-ci contient alors trois chemises, un ceinturon de buffle, une bouteille de grès. Sans doute s’agit-il, pour ce dernier objet, de la “fiole” qu’il a achetée à Lorette et qu’il remplit de temps en temps d’huile. La pomme qui est au haut de son bourdon s’étant entrouverte sous l’effet de la chaleur, Gilles Caillotin en fait tourner une nouvelle dans la ville de Langres105. C’est bien l’attirail classique d’un pèlerin qui ressort de toutes ces notes dispersées : le voyageur ne s’encombre pas de superflu, il ne garde que le strict nécessaire pour supporter les difficultés du chemin, et il a d’ailleurs de quoi réparer les déchirures de ses vêtements en cas de besoin106.

  • 107 Ibid., p. 702-720, 24 novembre-5 décembre 1732. Sur le pèlerinage d’Alise-Sainte-Reine, voir Marcel (...)
  • 108 B. M. Reims, ms. 2487, p. 714. Sur l’histoire des cartons de tapisserie encore présents aujourd’hui (...)

22La narration du voyage qui clôt le manuscrit est encore le récit d’un pèlerinage : celui que Gilles Caillotin accomplit seul, du 24 novembre au 5 décembre 1732, pour aller faire ses ablutions à la fontaine thérapeutique de sainte Reine à Alise en Bourgogne, vénérer les reliques de la sainte à l’abbaye voisine de Saint-Pierre de Flavigny, toucher la chaîne “avec laquelle elle fut enchaînée par le travers de son corps” et revenir ensuite dans sa ville natale107. Dans cette ultime relation se mêlent inextricablement, tout comme dans celle du retour de Rome, les notations du voyageur « curieux » qui s’arrête pour regarder et visiter les monuments des villes qu’il traverse – ainsi l’hôtel de ville et la cathédrale Saint-Pierre de Troyes – et les indications topographiques précises du pèlerin, qui inscrit les épisodes de la légende de sainte Reine dans l’espace du village d’Alise. La “naïve représentation” du martyre de sainte Reine, qui figure sur les cartons de tapisserie donnés par la confrérie parisienne de sainte Reine à la chapelle de l’hôpital d’Alise, “perce le cœur de tendresse envers cette sainte qui, dans un âge aussi tendre que le sien, a souffert de si cruels tourments”108.

Carte 1 – Itinéraire de Gilles Caillotin : Reims – Alise-Sainte-Reine – Reims du 24 novembre au 5 décembre 1732.

  • 109 Ibid., p. 720.
  • 110 A. M. Reims, GG 145, p. 287. Gilles Caillotin est inhumé le 13 juillet en présence de Louis Caillot (...)
  • 111 Ibid., GG 146. Marie Le Blan “veuve de François Caillotin Me Sergier” décède le 24 février 1755 à l (...)
  • 112 Ibid., Fonds ancien, registre 635. La cote de capitation est alors de six livres deux sols, soit pl (...)

23Il faut nous résigner cependant à admettre que l’essentiel de nos informations sur Gilles Caillotin s’arrête en 1732 à l’issue de ce récit où il inscrit : “Ici se termine l’histoire de toutes mes routes”109. Les renseignements laconiques que nous pouvons désormais tirer des archives nous apprennent qu’il ne s’est jamais marié puisque, lors de son décès le 11 juillet 1746 – il a alors 49 ans – il est dit garçon majeur110. Il vit alors chez sa mère – qui lui survit neuf années111 – puisque la cote de capitation de celle-ci en 1745 porte la mention suivante “veuve François Caillotin et ses enfants sergier”112 : le petit atelier familial a donc continué son activité après la mort du père, sans doute avec les deux fils Gilles et Louis, mais nous ne saurons jamais si Gilles a poursuivi ses dévotes itinérances.

Notes

1 Bibliothèque municipale de Reims (désormais désignée sous le sigle B. M. Reims), ms. 2487, Récit des voyages effectués par Gilles Caillotin entre 1712 et 1732, 730 pages (225 × 155 mm), 24 planches et 4 pièces. Sur ce manuscrit, n’existait que la brève conférence de Charles Sarazin faite le 24 avril 1950 à la Société des Amis du Vieux Reims et parue en 1952 sous le titre Le retour à pied en 1724 de Rome à Reims de Gilles Caillotin pèlerin rémois. Les notes et extraits pris par Charles Sarazin sur le manuscrit de Gilles Caillotin sont rassemblés dans le manuscrit 2488 (cinq cahiers de 285 folios auxquels s’ajoute une vingtaine de folios volants intercalés).

2 B. M. Reims, ms. 2487, p. 96, au moment où le scripteur franchit les Apennins entre Florence et Bologne : “Leurs audacieux sommets dont j’ai parlé autre part dans le premier tome de mes mémoires, lorsque je parle du pas de Spolète, j’en ai dit assez à ce sujet sans qu’il soit besoin de redite”.

3 Le scripteur tient à cette désignation de Mémoires, ibid., p. 83. Le texte comporte en réalité plus de 730 pages, l’auteur ayant parfois numéroté de manière identique plusieurs pages successives.

4 Catalogue de livres anciens composant la bibliothèque de Madame D*** [Daulnoy], Deuxième partie, n° 586, vente à l’Hôtel Drouot du 23 au 25 novembre 1931.

5 Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998.

6 Notre constat rejoint celui de Dominique Kalifa, qui, dans un compte-rendu paru dans Critique (n° 632-633, janvier février 2000, p. 31-40), “L’historien et l’atome social” souligne que “l’ouvrage, s’il ne procède pas véritablement de l’histoire virtuelle, y invite cependant son lecteur” et reconnaît que l’approche “d’une absolue singularité” de l’auteur passe non seulement « par son objet, et sa démarche, mais plus encore par son dispositif “littéraire”, celui d’une écriture d’investigation ouverte, réflexive, qui suit le mouvement de la recherche et en admet la part de subjectivité, qui restitue l’historien dans son laboratoire, le met en scène et en abîme ». L’entreprise vaut d’abord “par le pari d’une autre posture et d’une autre écriture” (p. 36 et 39).

7 Sur ce point, voir le dossier critique réuni par Jean-Luc Mayaud, Jacques Rémy, Corinne Boujot, “« Recherches pinagotiques ». À propos du monde retrouvé de Louis-François Pinagot”, Ruralia, n° 3, 1998, p. 159-197.

8 À l’évidence, le livre d’Alain Corbin est d’abord une “méditation sur la disparition” (p. 8) : il s’agit pour lui de “fournir au lecteur des éléments qui lui permettent de recréer le possible et le probable ; d’esquisser une histoire virtuelle du paysage, de l’entourage et des ambiances ; d’ébaucher la reconstitution d’émotions hypothétiques et de séquences de dialogue, d’imaginer l’échelle des positions sociales vues d’en bas ou les modes de structuration de la mémoire. Étant bien entendu que jamais nous ne saurions les qualités morales de l’individu choisi” (p. 9-10). Condamné de ce fait dans bien des cas à la conjecture (comme, par exemple, à propos du savoir que Louis-François Pinagot peut avoir acquis sur le passé), Alain Corbin évolue “du probable au possible” (p. 183) et reconnaît qu’il postule. “Mais”, ajoute-t-il, “tout compte fait, quel historien peut se targuer d’agir autrement ?” (p. 180).

9 Ibid., p. 7-8, 12-13.

10 Cf Michel Foucault (ed.), Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère... Un cas de parricide au xixe siècle, Paris, Gallimard-Julliard, 1973, p. 14 : “Nous avons été subjugués par le parricide aux yeux roux”.

11 Pour une présentation de la micro-histoire, voir Jacques Revel, “L’histoire au ras du sol”, in Giovanni Levi, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, 1989, p. I-XXXIII.

12 Depuis une vingtaine d’années, la bibliographie historique qui se fonde sur une analyse des procès d’Inquisition est en croissance exponentielle tant en Espagne qu’en Italie. Citons, parce qu’il fit date et qu’il fut très controversé, le livre de Carlo Ginzburg, Le Fromage et les vers. L’univers d’un meunier au xvie siècle, Paris, Flammarion, 1980 (1re éd. italienne, Turin, Einaudi, 1976). Le procès lui-même a été publié par Andrea Del Col (ed.), Domenico Scandella detto Menocchio. I processi dell’Inquisizione (1583-1599), Pordenone, Edizioni Biblioteca dell’Immagine, 1990. Sur le débat historiographique qui s’est développé autour du livre de Carlo Ginzburg, voir Jean Boutier, Philippe Boutry, “L’invention historiographique. Autour du dossier Menocchio”, Enquête, n° 3, Interpréter, Sur-interpréter, 1996, p. 165-176.

13 Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan, Paris, Gallimard, 1975 ; Nathan Wachtel, La Foi du souvenir : labyrinthes marranes, Paris, Éditions du Seuil, 2001.

14 Arlette Farge, La Vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1986 ; Dire et mal dire : l’opinion publique au xviiie siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

15 [Michel Vovelle (ed.)], Les Intermédiaires culturels. Actes du colloque du Centre méridional d’histoire sociale, des mentalités et des cultures, Aix-en-Provence, 1981. Voir en particulier dans ce volume la contribution, assez critique, de Jean Molino, “Combien de cultures”, p. 631-640.

16 “Description du parvis, l’obélisque, et St Pierre”, p. 245-259, “Petite description du Vatican et de l’hôpital du Saint Esprit prise des voyages de Richard Lassels Anglais”, p. 288-292, “Description de tous les bâtiments de Sixte Cinq”, p. 293-304 ; “Les ouvrages que fit faire le Grand Sixte hors de la ville de Rome”, p. 305-312 ; “Description de la magnifique bibliothèque du Palais du Vatican”, p. 313-322 ; “Description de lieux souterrains de Rome”, p. 501-503.

17 “Description de la noble ville de Venise, p. 503-508 ; “Description du superbe et magnifique temple de saint Marc de Venise, p. 509-527 ; “Description de la belle horloge de la ville de Venise”, p. 528 ; “Grand nombre d’églises ou de corps saints à Venise”, p. 530-532 ; “Description du grand Arsenal de la ville de Venise”, p. 533-534.

18 “Description de la magnifique ville de Naples”, p. 535-539.

19 “Description de la noble ville de Gênes”, p. 554-558.

20 “Description du Mont Vésuve et autres endroits”, p. 542-546 ; “Description des environs de la ville de Naples”, p. 547-551 ; “Description des bains de Cicéron et de leurs effets merveilleux”, p. 552.

21 “Première prise de la ville de Rome par les Gaulois”, p. 451-459 ; “Rome assiégée par Alaric puis prise par le même”, p. 460-463 ; “Rome brûlée par Genséric, roi des Vandales”, p. 463 ; “La ville de Rome assiégée diverses fois et même par Totilas”, p. 464-465 ; “Prise, reprise de Rome par Bélisaire puis des Goths”, p. 466-467 ; “Derechef la ville de Rome assiégée par le roi des Lombards”, p. 468471 ; “L’histoire du sac de Rome 1527”, p. 471-494.

22 “Description du suprême pouvoir du souverain pontife”, p. 322-344 ; “Description des cérémonies qui se pratiquent à Rome à l’occasion du jubilé général qui arrive tous les vingt-cinq ans”, p. 345-351 ; “Description de toutes les cérémonies qui se font à Rome depuis la mort du pape jusqu’au commencement de son successeur”, p. 353-377 ; “Liste des cardinaux qui composaient le sacré collège après la mort du pape Clément Onzième en 1721”, p. 378-380 ; “Cérémonies qui se pratiquent à Rome lorsque le pape tient chapelle ou qu’il entend la messe”, p. 381-384 ; “Cérémonie observée quand le pape va par la ville”, p. 385-388 ; “Formulaire des indulgences que notre St Père le pape Benoît treizième concède aux chapelets, rosaires, croix, images d’or, d’argent ou autre métal, appelées communément médailles, établies de nouveau pour réduire en une seule forme toutes celles qui ont été ci-devant”, p. 390-392 ; “Avant-propos sur l’établissement de l’Inquisition”, p. 427-432 ; “Réflexions tirées au sujet de l’Inquisition”, p. 433-436.

23 Ibid., p. 397-403.

24 Ibid., p. 413-425.

25 Un certain nombre de pages du manuscrit sont restées blanches (ainsi p. 495-500, 559-566), ce qui laisse penser que plusieurs cahiers du volume ont pu être rédigés concomitamment. L’hypothèse est confirmée par le fait que certains des textes de cette partie commencent à des pages dont le dernier chiffre correspond au commencement d’une dizaine : p. 451 : “Première prise de la ville de Rome par les Gaulois” ; p. 471 : “L’histoire du sac de Rome 1527” ; p. 501 : “Description des lieux souterrains de la ville de Rome”. Tout se passe comme si le scripteur avait prévu à l’avance un espace défini pour les passages qu’il recopie.

26 Ibid., p. 721.

27 Ibid., p. 568-570 (Amiens) ; 596-597 (Paris) ; 654 (Soissons) ; 663-664 (Rouen) ; 665 (Noyon et Beauvais) ; 697 (Laon).

28 Ibid., p. 632-633 (Saint-Denis en France) ; 647-648 (Signy-l’Abbaye) ; 717720 (Saint-Pierre de Flavigny).

29 Ibid., p. 658-660 (Dieppe) ; 662 (Rouen).

30 Ibid., p. 669-673 et 680-682. Le scripteur s’est rendu deux fois à Versailles en avril et en juin 1729.

31 Ibid., p. 683-686, 11 juin 1729. C’est à cette occasion qu’il visite la ménagerie de Versailles et Trianon.

32 Ainsi les xylographies représentant Milan (après la p. 122), Pavie (après la p. 132), Tortone (p. 141), Alexandrie de la Paille (p. 144), Turin (entre la p. 164 et 165).

33 Ibid., p. 626, 9 mai 1726.

34 D’après Maxime Préaud, Pierre Casselle, Marianne Grivel, Corinne Le Bitouzé, Dictionnaire des éditeurs d’estampes sous l’Ancien Régime, Paris, Promodis-Éditions du Cercle de la Librairie, 1987, Jean Crépy (vers 1660-1739) a eu au moins six adresses rue Saint-Jacques ; Chéreau le jeune est en fait Jacques Chéreau (1688-1776) et son adresse semble être restée stable tout au long de sa vie ; Jacques Chiquet (1673-1721), beau-père de Jacques Chéreau habite lui aussi rue Saint-Jacques à l’enseigne du Grand Saint Henri ; quant à Pierre Aveline (1656-1722), installé définitivement sur le Petit-Pont à partir de 1699, il est spécialisé dans les vues topographiques qui ont justement séduit le scripteur.

35 Il devait y avoir entre les pages 628 et 629 une gravure représentant la ville de Paris à la hauteur du Pont-Neuf ; de la même façon entre la pages 629 et 630, l’auteur avait placé une représentation de la “Vaste place royale au bout de la rue du faubourg Saint-Honoré”. Il s’agit de l’actuelle place Vendôme qui était alors appelée place Louis-le-Grand. Le scripteur évoque d’ailleurs la colossale statue de Louis XIV, fondue par le Suisse Keller sur un dessin de Girardon : “Le cheval sur lequel il est monté, il est de la plus énorme grosseur que je vis jamais” (p. 630).

36 Ibid., p. 630.

37 Ibid., p. 628.

38 Ibid., p. 337.

39 Ibid., p. 390-392. Ces formulaires étaient régulièrement réimprimés par la Typographie de la Chambre apostolique à Rome dans les grandes langues vernaculaires (français, italien, espagnol, portugais) et en latin : on en trouve de nombreux exemplaires à l’Archivio Segreto Vaticano, Miscellanea, Armadio IV, vol. 2, f° 32-82 ; voir également Bibliothèque Vaticane, Stampati Chigi, III, 469, pièce 10.

40 Ibid., p. 393. Le menuisier brugeois Josephus Jacobus Verplancke, qui a laissé un récit du pèlerinage qu’il a fait à Rome en 1738, recopie lui aussi un imprimé similaire. Bibliothèque municipale de Bruges De Biekorf, ms. no G. G. B. 974, p. 526-529. On retrouve la reproduction d’un placard identique imprimé en 1662 à la Bibliothèque Vaticane, RG Liturgia, IV 1127, vol. Miscellanea, pièce 7. Sur les Agnus Dei et la cérémonie de leur distribution, voir Vincenzo Bonardo, Discorso intorno all’origine, antichità et Virtu de Gli Agnus Dei di Cera benedetti, Rome, V. Accolti, 1586. Voir également l’article de Eugène Mangenot dans le Dictionnaire de théologie catholique, t. I, Paris, Letouzey et Ané, 1930, col. 605-613.

41 Pierre Gonneau, “Les pérégrinations de Vasilij Grigorovic Barskij, 1723-1747”, in Philippe Boutry, Pierre-Antoine Fabre, Dominique Julia (dir.), Rendre ses vœux..., op. cit., p. 217-237, citation p. 219.

42 Ibid., pièce insérée entre la p. 68 et 69.

43 Ibid., pièce insérée entre la p. 696 et 697 : “Je soussigné chanoine de l’Église cathédrale de Notre-Dame de Laon et Trésorier Commis de l’Église Notre-Dame de Liesse certifie à tous qu’il appartiendra que Gilles Caillotin a fait le pèlerinage et visité la dite Église et pour la célébration de trois messes à l’intention de François Caillotin défunt a donné quarante cinq sols et a laissé à l’Église pour l’offrande – pour le luminaire –. Fait au 6e jour de Mai 1732. Quinement prêtre habitué de Liesse”. (Les mots mis en italiques sont manuscrits sur la pièce qui est imprimée).

44 Ibid., p. 64 ; ici même, p. 103-104.

45 Ibid., pièce insérée entre la p. 176 et la p. 177.

46 Ibid., pièce insérée entre la p. 176 et 177. Les mots en italiques sont préalablement imprimés. Le pied de Grenoble valant 34,25 centimètres, Gilles Caillotin mesure donc environ 1,70 mètres, ce qui est supérieur à la moyenne des adultes français de cette période (1,64 m.). On comprend alors qu’il puisse être l’objet de tentatives récurrentes pour l’engager dans un régiment. Voir John Komlos, “Histoire anthropométrique de la France d’Ancien Régime”, Histoire Économie et Société, t. 22, 2003, p. 519-536. On trouvera dans l’annotation du texte les autres éléments de critique externe qui confirment la véracité du récit de Gilles Caillotin.

47 Ibid., p. 67-68 ; lors de son passage à Florence, le scripteur, en compagnie d’un jeune clerc espagnol, se fait faire une série d’attestations qui seront autant de sauf-conduits sur sa route.

48 Archives des Pieux Établissements de Rome et de Lorette, registre 209/4, nuits des 25, 26, 27 et 28 août 1724. Les pèlerins “convalescents” pouvaient bénéficier d’une nuit supplémentaire à l’hôpital.

49 Voir Antoinette Fauve-Chamoux, “Rémois et Rémoises d’Ancien Régime”, in Pierre Desportes, Histoire de Reims, Toulouse, Privat, 1983, p. 193-228. En 1685, près des deux tiers des 1 500 maîtres-fabricants (62 %) n’emploient qu’un seul ouvrier, généralement un compagnon tisseur. En 1708, l’inspecteur Favart estime la capacité manufacturière de Reims à 2000 maîtres de métiers et à 7 à 8 000 ouvriers, selon Robert Benoît, Vivre et mourir à Reims au Grand Siècle (1580-1720), Arras, Artois Presses Université, 1999, p. 56, qui cite ce chiffre d’après le Mémoire concernant les manufactures de Rheims envoyé au Contrôleur général des finances Desmaretz le 18 octobre 1708, B.n.F., Département des manuscrits, Fonds français, n° 8037.

50 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences des Arts et des Métiers, t. XV, Neuchâtel, 1765, p. 93. Voir aussi l’article Manufacture, t. X, Neuchâtel, 1765, p. 61, à propos des manufactures dispersées, “chez le petit fabricant, le compagnon est le camarade du maître, vit avec lui comme avec son égal ; a place au feu et à la chandelle, a plus de liberté et préfère travailler chez lui”.

51 Nous avons effectué un sondage au 1/5 sur la capitation de 1725, A. M. Reims, registre 615. La ville est alors divisée en neuf “compagnies”, auxquelles il faut ajouter les faubourgs, les compagnies étant elles-mêmes divisées en quatre connétablies. Notre sondage portant sur les deux premières compagnies aboutit à une cote moyenne pour les sergiers de 105 sols. 74 % des sergiers paient une cote au dessous de la moyenne, ce qui représente seulement 31,4 % du montant total des cotes de sergiers.

52 A. D. Marne, 2 G 210. Titre patrimonial d’Antoine Caillotin en date du 31 juillet 1731. La maison a été achetée par François Caillotin et sa femme le 20 mars 1707.

53 D’après Natalis de Wailly, Mémoire sur les variations de la livre tournois depuis le règne de Saint-Louis jusqu’à l’établissement de la monnaie décimale, Paris, Imprimerie impériale, 1857, p. 215-217. L’inflation, sur le pied de l’argent, entre 1707 et la régularisation du cours de la livre en 1726 est de 23,4 %, du fait des variations du cours légal de la monnaie. La maison de François Caillotin, achetée 750Lt en 1707, vaudrait donc 925 livres en 1731 et non 2 000.

54 A. D. Marne, 4 E 20047, Achat par François Caillotin et Marie Le Blan d’une maison sise à Reims, rue du Barbastre appartenant à Jean-Baptiste Masson et Madeleine Lagoye, en l’étude de François Copillon, notaire à Reims, 21 mars 1707. Le document est extrêmement mutilé et nous déduisons l’intérêt versé à partir des intérêts versés dans les autres actes de ce même notaire au cours de la même année ; voir aussi A. D. Marne C 4605*, fo 78, Contrôle des actes des notaires de la ville de Reims, 26 mars 1707.

55 A. D. Marne, C 4616* (pour l’année 1732) et C 4631* (pour 1755), registres du contrôle des actes des notaires de la ville de Reims. On ne trouve pas davantage d’inventaire après la mort de Gilles Caillotin en 1746, A. D. Marne C 4626*.

56 D’après A. Fauve-Chamoux, art. cit., les maîtres-sergiers sont concentrés dans les paroisses du sud de la ville (fig. 12, p. 209).

57 L’église de l’abbaye Saint-Nicaise de Reims, dont la construction fut commencée par Hugues Libergier en 1231, était un très bel exemple d’architecture gothique rayonnante. D’après le mémoire du charpentier Ponsin en date du 3 thermidor an VI (21 juillet 1798) elle avait 97 mètres de longueur, 26 mètres de largeur et une hauteur de voûtes dans la nef principale de près de 31 mètres. L’abbaye désaffectée servit d’abord d’hôpital militaire (en août 1792) puis de magasin de fourrages avant d’être vendue le 4 nivôse an VII (24 décembre 1798) et finalement détruite. Voir A. Lebourq, “La démolition de l’église saint-Nicaise de Reims 1791-1805. Documents extraits des archives de Reims et de Châlons”, Travaux de l’Académie Nationale de Reims, t. 72, 1881-1882, n° 3 et 4, p. 37-113 ; Charles Givelet, L’église et l’abbaye Saint-Nicaise de Reims, notice historique et archéologique depuis leurs origines jusqu’à leur destruction, Reims, F. Michaud, 1897 ; Henri Deneux, “L’ancienne église de Saint-Nicaise de Reims”, Bulletin monumental, t. 85, 1926, p. 117-142 ; Maryse Bideault, Claudine Lautier, “Saint-Nicaise de Reims. Chronologie et nouvelles remarques sur l’architecture”, Bulletin monumental, t. 135, 1977, p. 295-330.

58 Reims est, au xviie siècle, une ville de forte immigration : 44 % des hommes qui meurent à l’Hôtel-Dieu de Reims en 1679-1688 ont un domicile extérieur à Reims et une bonne proportion de ceux qui sont dits « Rémois » ne le sont que de première ou deuxième génération. Le bassin de recrutement des hommes est très large et inclut le Nord et la Picardie. Voir à ce propos : A. Fauve-Chamoux, “Le modèle migratoire en Champagne-Ardennes à la fin de l’Ancien Régime”, dans André Burguière, Joseph Goy, Marie-Jeanne Tits-Dieuaide (dir.), L’Histoire grande ouverte Hommages à Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, Fayard, 1997, p. 313-325.

59 A. D. Oise, 5 Mi 528, registres paroissiaux de Luchy. Claude Caillotin a épousé Anne de Lannoy le 25 novembre 1660.

60 Ibid., 15 mars 1682, acte de baptême d’Adrien Cailliotin, fils de Simon et de Marie Pelletier. Simon qui s’est marié le 22 novembre 1677 est le fils d’Adrien Caillotin et de Jeanne Gille. Adrien est vraisemblablement le frère de Claude, père de François.

61 Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’histoire sociale de la France au xviie siècle, Paris, S.E.V.P.E.N., 1960, p. 129.

62 Nous n’avons pas entrepris une généalogie de la famille Caillotin qui eût outrepassé les limites de cette recherche. Un Louis Caillotin, fils d’Adrien (mort le 11 février 1677) et de Jeanne Gille se marie le 30 juin 1678 avec Jeanne Vérité. Il pourrait donc s’agir d’un cousin germain de François Caillotin, A. D. Oise, 5 Mi 528, registres paroissiaux de Luchy.

63 P. Goubert, op. cit., p. 163.

64 B. M. Reims, ms. 2487, p. 568. Gilles Caillotin reste à Luchy du 27 août au 6 septembre 1717, puis les 7 et 8 septembre de la même année après être passé par Amiens.

65 Ibid., p. 665. Gilles Caillotin séjourne d’abord du 25 juillet au 2 août, puis du 8 au 16 août 1728 “afin de m’y délasser de la grande fatigue de ce voyage de Dieppe où la fatigue également comme l’extrême chaleur m’avaient de beaucoup amaigri.”

66 Ibid., p. 677 et 690. Gilles Caillotin séjourne à Luchy du 30 avril au 4 mai 1729, puis les 13 et 14 juin suivants.

67 A. M. Reims, GG 101 et 102, registres de baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse Saint-Jean : Étienne (31 mars 1695-14 février 1696), Gilles (1er décembre 1697), Marie-Anne (30 mars 1699-12 août 1700), Jeanne (9 janvier-3 mars 1701), Marguerite (17 mars 1702), Louis (19 janvier 1704), Jean-Baptiste (31 octobre 1705 – inhumé au cimetière de la paroisse Saint-Martin le 3 octobre 1721) ; GG 141, registres de baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse Saint-Martin : Louis (deuxième de ce prénom 10 février 1707-2 novembre 1708), Antoine (7 août 1708), Jean-Nicolas (1er janvier 1711), Martin (16 novembre 1712). Marie-Madeleine Caillotin, fille (aînée ?) de François est marraine de trois de ses frères : Jean-Baptiste, Louis (né en 1707) et Antoine. Elle se marie le 19 janvier 1712 à la paroisse Saint-Martin avec Martin Pothier. Marie Le Blanc, femme de François Caillotin a 42 ans lors de son dernier accouchement, âge qui est supérieur de cinq années à la moyenne des femmes rémoises à leur dernière maternité pendant la période 1700-1729 : voir A. Fauve-Chamoux, “Familles urbaines et maternité consciente au xviiie siècle : Reims entre Genève et Rouen”, dans Anne-Lise Head-König, Luigi Lorenzetti, Béatrice Veyrassat (dir.), Famille, parenté et réseaux en Occident (xviie-xxe siècles) Mélanges offerts à Alfred Perrenoud, Genève, Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève, 2001, p. 359-380.

68 La « fécondité du moment » (Total Fertility Rate), qui est établie à partir de fiches de familles reconstituées, reste très basse pour les ouvriers du textile comme pour les tisseurs pendant la première moitié du xviiie siècle. Reims semble avoir été une ville pionnière en matière de contraception, mais le taux de descendance théorique de l’ensemble des femmes mariées y reste supérieur à 6 jusqu’en 1705. Voir A. Fauve-Chamoux, article cité à la note précédente, p. 361, 373-376.

69 Les registres d’ordination du diocèse de Reims manquent pour cette période. La signature d’Antoine Caillotin est fréquente en 1734 sur le registre de baptêmes, mariages et décès de la paroisse Saint-Martin, A. M. Reims, GG 143. Antoine Caillotin ne figure pas sur les listes du personnel ecclésiastique (curés et vicaires) du diocèse de Reims, dressées pour la période 1663-1780 par l’abbé Émile Bouchez au début du xxe siècle à partir des archives de l’ancien diocèse de Reims, Archives de la Marne, 7 J 137, 138 et 143. Il a vraisemblablement été un simple prêtre « habitué » ou peut-être disposé d’une petite chapellenie sur la paroisse Saint-Martin de Reims. L’absence de registres d’insinuations ecclésiastiques pour cette période interdit de vérifier cette hypothèse.

70 B. M. Reims, ms. 2487, p. 596 et 602. Le couvent des Filles de la Charité était situé à l’emplacement des numéros actuels 94 à 114 de la rue du Faubourg-Saint-Denis, l’entrée correspondant au n° 112. Il faisait face à la Maison de Saint-Lazare (résidence du supérieur général de la Congrégation de la Mission, couvent, hôpital et séminaire) situé à l’emplacement du n° 107 de la même rue. Il est difficile d’identifier la sœur qu’évoque ici le scripteur : il pourrait éventuellement s’agir d’une sœur aînée dont nous n’avons pas retrouvé l’acte de naissance.

71 Ibid., p. 628, 9 mai 1726. La communauté des Sœurs Servantes des Pauvres Malades ou Sœurs Grises ou Sœurs de la Charité de la paroisse Saint-Sulpice avait été installée en 1656 par Vincent de Paul rue du Pot-de-Fer-Saint-Sulpice (actuelle rue Bonaparte) ; elle est transférée à partir de 1732 et jusqu’à la Révolution sur le côté pair de la rue Férou, à l’emplacement du bâtiment occupé aujourd’hui par le Ministère des Finances, qui fut construit en 1820 comme “nouveau” séminaire Saint-Sulpice.

72 Sur les congrégations mariales jésuites, voir Émile Villaret, Les Congrégations mariales, I, Des origines à la suppression de la Compagnie de Jésus (1540-1773), Paris, Beauchesne, 1947 ; Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987. Sur les congrégations mariales des villes de Champagne, voir Stefano Simiz, Confréries urbaines et dévotion en Champagne (1450-1830), Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2002, p. 157-159 ; sur les livrets de prières édités pour les confrères dans la même province, voir du même auteur, “Une école de prière aux xviie et xviiie siècles : les confréries de Champagne”, Annales de l’Est, sixième série, 51e année, 2001, p. 215-236.

73 Voir ici-même, p. 236.

74 Guillaume-Stanislas Mondran, L’Artisan chrétien, et les devoirs des personnes d’une condition médiocre. Où on traitte plusieurs matières, et où on donne la décision d’un grand nombre des Cas de Conscience, dont l’intelligence est nécessaire à tous ceux qui veulent sincèrement aller à Dieu pendant leur vie, et s’assurer après leur mort une heureuse éternité, t. I, Toulouse, Pierre Robert, 1728, p. 331-332, “Avis pour ceux qui ont été admis dans les Congrégations de la Sainte Vierge”.

75 B. M. Reims, ms. 2487, p. 582, à la date du 15 avril 1725.

76 Ibid., p. 602-603 ; le frère Jean Ignace David, originaire de Louvemont dans le diocèse de Châlons-sur-Marne est entré en 1712 dans la Compagnie ; il réside à partir de 1723 à la maison professe de Paris, où il est désigné comme le socius du procureur de la province de Champagne. La présence de ce coadjuteur temporel dans le manuscrit de Gilles Caillotin confirme que ce dernier sert de messager pour les affaires que les jésuites du collège de Reims ne veulent pas confier à la poste ordinaire. Voir Archives romaines de la Compagnie de Jésus (désormais ARSJ), Camp. 14, f° 227 v°, 259 v° ; Camp. 15, f° 34, 36 v°, 38 v°, 106, 135, 183, 184, 334 ; Franc. 26, f° 160-161, 232, 233, 289-290, 314, 325.

77 Ibid., p. 604. D’après les catalogues triennaux, le père Jean Gadebois (16841768), originaire de Châlons-sur-Marne est présent au collège de Reims au moins de 1721 à 1734 ; il est professeur de logique et de physique de 1721 à 1725, puis professeur de théologie scolastique. Il est également bibliothécaire à partir de 1723, ARSJ, Camp. 15 et Camp. 20. Le Père Despoissons est en réalité Paul Du Poisson, scolastique jésuite, originaire de la province jésuite de Champagne qui, en 1725 suit sa troisième année de théologie au collège parisien, ARSJ, Franc. 26, f° 178.

78 Ibid., p. 608-618. Voyage du 24 au 29 avril 1726. Il s’agit de Marie Monjoyn et de Charlotte Lefèvre. Damvillers est situé dans une ancienne partie du duché de Luxembourg annexée à la couronne de France en 1659.

79 Ibid., p. 641, 642, 649, 10, 12 et 18 juillet 1726. Le 18 juillet, il couche “le mieux du monde” chez la veuve Vassal “en un lit de parade destiné à y recevoir le père Foulon son frère” et celle-ci lui fait chauffer “de la crème et du sucre râpé dedans”. Le père François-Xavier Foulon est lui-même originaire de Renwez.

80 Ibid., p. 649, 19 juillet 1726. Le père Gabriel Lemoine (1685-1764), originaire de Bar-le-Duc, est présent au collège de Reims lors de l’année scolaire 1722-1723 ; il y est professeur de rhétorique. Après un court passage au collège d’Auxerre (1723-1725), il est en 1725-1726 professeur de logique et en 1726-1727 professeur de physique au collège de Charleville, ARSJ, Camp. 15, f° 29, 85 ; Camp. 20, f° 219, 227, 242, 252 v°, 260 v°.

81 B. M. Reims, ms. 2487, p. 652, 10 septembre 1726.

82 D’après les catalogues triennaux (catalogi tertii) de la Compagnie de Jésus (ARSJ, Camp. 14, 15 et 16, les effectifs de la congrégation des artisans du collège de Reims sont les suivants :
1711 300
1714 200
1717 200
1723 480
1727 430
1730 430
1734 430
1737 440
1743 400
1746 430

83 B. M. Reims, ms. 2487, p. 60.

84 Ibid., p. 148. Ici-même, p. 185.

85 Ibid, p. 632, 2 mai 1726.

86 ARSJ, Camp. 20. Le père Foulon est professeur d’humanités en 1716-1717, de logique et de physique entre 1718 et 1722, de théologie scolastique de 1722 à 1726.

87 Le Père Jean Pichon (1683-1751) est entré en 1697 au noviciat de la Compagnie de Jésus à Nancy. Après ses études et un cursus de régent jusqu’en 1715, il poursuit une carrière de prédicateur (concionator) dans les divers collèges de la province de Champagne jusqu’en 1748. Il meurt en 1751 à Sion (Valais), où l’évêque l’a appelé pour diriger les missions. Il est d’octobre 1718 à octobre 1720 au collège de Reims où il est désigné par le catalogues comme prédicateur dominical : c’est alors que notre pèlerin a dû faire sa connaissance. En 1724, l’année du pèlerinage de Gilles Caillotin, il est “missionnaire” au collège de Strasbourg, puis à partir de la Saint-Luc de la même année (18 octobre), prédicateur et missionnaire au collège de Châlons-sur-Marne. L’Esprit de Jésus-Christ et de l’Église sur la fréquente communion (Paris, Guérin, 1745) provoque, par son apologie de la communion quotidienne, des mandements de condamnation d’au moins dix-huit évêques français en 1747-1748 et le livre est condamné par un décret de la Congrégation de l’Index le 13 août 1748.

88 Voir René Taveneaux, Le jansénisme en Lorraine, Paris, Vrin, 1960, p. 686, qui s’appuie ici sur Les Nouvelles Ecclésiastiques, 1731, p. 179.

89 ARSJ, Camp. 14, fo280 (catalogus secundus de 1720, no 406), Camp. 15, fo 196 vo (catalogus secundus de 1730, no 201), fo 243 (catalogus secundus de 1734, no 209).

90 Sur le pèlerinage de Liesse, voir Bruno Maës, Notre Dame de Liesse. Huit siècles de libération et de joie, Paris, O.E.I.L., 1991 ; du même auteur, Le Roi, la Vierge et la Nation. Pèlerinages et identité nationale entre guerre de Cent Ans et Révolution, Paris, Publisud, 2002, particulièrement p. 425-512 pour la vitalité du pèlerinage au xviiie siècle. Les lundis et mardis de la Pentecôte sont jours d’indulgence plénière.

91 B. M. Reims, ms. 2487, p. 567 (15 mai 1712, 4 décembre 1716), 580 (5-7 juin 1718, 19-21 mai 1720, 9 septembre 1721), 582 (27-28 juin 1723), 696 (3-6 mai 1732), 698 (5 juin 1732).

92 Sur l’origine polonaise de l’icône de la Sainte-Face de Laon et sa datation (seconde moitié du xiie siècle ou début du xiiie siècle), on se reportera à André Grabar, La Sainte-Face de Laon. Le mandylion dans l’art orthodoxe, Prague, Seminarium Kondakovianum, 1931. L’icône porte une inscription slavonne qui veut dire “Image du Seigneur sur le mouchoir” et représente le visage du Christ, encerclé par un grand nimbe crucifère et encadré d’une épaisse chevelure et une longue barbe, se détachant sur un fond très blanc, damassé et frangé sur le bas pour représenter le mouchoir de Véronique.

93 Marc Bloch, Les Rois thaumaturges. Étude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale particulièrement en France et en Angleterre, Strasbourg s.l. [Oxford], Istra-Oxford University Press, 1924, particulièrement p. 261-308. Le1er mai est la date traditionnelle du pèlerinage à Saint-Marcoul. Sur les miracles opérés par saint Marcou à l’époque moderne, voir Jean de Viguerie, “Miracles à Corbeny. Étude sur les miracles de saint Marcoul, suivie de quelques remarques sur le ‘toucher royal’ aux dix-septième et dix-huitième siècles”, Studi e fonti di storia lombarda. Ricerche sul miracolo, Milan, 1988, p. 5-31. Saint Marcoul est le saint guérisseur des écrouelles et le pèlerinage de Corbeny est spécialisé dans les demandes d’intercession pour être délivré de cette maladie. On conserve 287 attestations de guérisons réputées miraculeuses entre 1650 et 1738. Le pèlerinage est plutôt printanier (avril et mai surtout) puisque la fête de saint Marcoul est célébrée le premier mai. Le gros des pèlerins provient de Champagne et de Picardie : il s’agit donc d’un sanctuaire provincial qui semble fréquenté majoritairement par des jeunes gens, voire par des enfants, d’après les rares indications d’âge qui sont données. Mais les miraculés dont on a les attestations ne sont qu’une infime partie des pèlerins. Il reste que la famille Caillotin s’inscrit parfaitement dans le cadre esquissé.

94 Le pèlerinage à saint Gorgon se déroule à l’église paroissiale du Fréty, commune située aujourd’hui dans le département des Ardennes, à une soixantaine de kilomètres au nord de Reims. Saint Gorgon, martyr de Rome sur la via Lavicana, est présent dans les sacramentaires gélasien et grégorien, et sa fête liturgique est fixée au 9 septembre dès le martyrologe hiéronymien. Ses reliques ont été transférées au viiie siècle à l’abbaye de Gorze en Lorraine. Ce martyr de Rome a plus tard été confondu avec le martyr de Nicomédie portant le même nom et supplicié en 303, dont Eusèbe a retracé l’histoire. Aux questions de l’enquête épiscopale de 1774, le curé de la paroisse du Fréty répond que son église “possède une relique de ce saint martyr qui fait l’objet de la dévotion des fidèles. Autrefois le pèlerinage était plus considérable ; maintenant le concours n’est plus si grand. Je le crois autorisé. La dévotion y paraît sincère”, A. D. Marne, dépôt de Reims, 2 G 268. Il est probable que la relique conservée au Fréty provient de l’abbaye de Gorze et l’on peut supposer que la fête du saint, l’année où Gilles Caillotin se rend au Fréty, a été reportée au dimanche le plus proche. Voir abbé Augustin Poulin, Les pèlerinages du diocèse de Reims, Charleville, P. Anciaux, 1927, p. 81-83. Après la rupture révolutionnaire, le pèlerinage a repris au xixe siècle, les reliques ayant été préservées de la destruction par de pieux paroissiens. Fixé au dimanche suivant la fête du saint, il existait encore en 1967 et réunissait alors une centaine de personnes venues des départements de l’Aisne et des Ardennes (Archives de l’enquête d’Alphonse Dupront sur les pèlerinages français contemporains, Centre d’anthropologie religieuse européenne). On y venait alors pour “guérir des douleurs” (réponse du chanoine Martin, curé du Fréty, mars 1965).

95 Sur la pratique du pèlerinage de proximité voir D. Julia, « Les pèlerinages de Pierre Bernard, maître d’école amiénois (1730-1764) », in Brigitte Maillard (ed.), Foi, fidélité, amitié en Europe à l’époque moderne, Mélanges offerts à Robert Sauzet, t. II, Sensibilité et pratiques religieuses, Tours, Publications de l’Université de Tours, 1995, p. 355-373.

96 Jean-Baptiste de La Salle, Conduite des écoles chrétiennes, chapitre 16, article 1, section 2, Œuvres complètes, Rome, Frères des Écoles Chrétiennes, 1993, p. 678 ; dans la première édition, Avignon, 1720, p. 181-182.

97 Lettres de confirmation de la confrérie de Notre-Dame de Liesse données par Louis de Clermont, évêque duc de Laon le 1er août 1706, publiées in Étienne-Nicolas Villette, Histoire de Notre-Dame de Liesse, 1ère édition, Laon, François Meunier, 1707 ; dans l’édition de 1716, que nous utilisons, p. 96-98. La carte de l’origine géographique des miraculés de Liesse, établie à partir de la littérature dévote consacrée au sanctuaire aux XVIIe et xviiie siècles, manifeste le très large rayonnement de ce centre de pèlerinage dans toute la France du Nord, particulièrement à Paris, en Champagne, Picardie et Normandie. Voir B. Maës, Le Roi, la Vierge..., op. cit., p. 322-323.

98 B. M. Reims, ms. 2487, p. 696. Entre les pages 696 et 697, l’auteur a inséré le certificat imprimé délivré par le chapelain de Notre-Dame de Liesse attestant de la date de son passage et de son offrande. François Caillotin, “mari de Marie Le Blan”, est décédé le 17 janvier 1732 soit moins de quatre mois avant le pèlerinage de Gilles et a été inhumé le lendemain 18 dans le cimetière de l’église Saint-Martin de Reims. Ont signé à l’acte de sépulture Gilles et Antoine Caillotin, A. M. Reims, GG 103, registre de baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse Saint-Martin.

99 Ibid., p. 187, 3 octobre 1724 : parti à la course après un lièvre près du fort Barraux, Gilles Caillotin rompt ses bretelles.

100 Ibid., p. 236 : avant d’entrer dans Reims, Gilles Caillotin quitte les “houssettes que jusqu’alors” il avait portées “pour porter une paire de bas neufs”.

101 Lorsqu’il couche, au delà de Langres, dans le village de Humes, les bas qu’il avait placés sur la barre “d’un rang à pourceaux” tombent dans un baquet d’eau, ibid., p. 219.

102 Ici même, p. 132. Le Campo Vaccino renvoie au Forum Boarium de la Rome antique, mais désigne de manière plus large au xviiie siècle l’entier Forum.

103 Ainsi à la Chartreuse de Pavie, ibid., p. 130, 20 septembre 1724. Sur la boîte en fer du pèlerin, voir Octave Thorel, « L’équipement d’un pèlerin picard à Saint-Jacques de Compostelle », Bulletin de la Société des antiquaires de Picardie, tome XXIII, 1907-1908, p. 503-554, particulièrment p. 540-543.

104 Entre Rome et Viterbe, Gilles Caillotin a du mal à échapper aux instances du frère portier d’un couvent de Cordeliers qui lui réclame des médailles bénites à Rome, “attendu que la grosseur de mon paquet semblait démentir ma pauvreté”, ici même p. 44.

105 Ibid., p. 218, 13 octobre 1724. Gilles Caillotin a déjà eu l’intention de faire refaire cette pomme à Beaune et à Dijon (p. 212 et 216).

106 Ibid., p. 143, 23 septembre 1724 : Gilles Caillotin recoud ses habits à l’hôpital d’Asti, profitant du temps “à loisir” qu’il a ; p. 187, il met “bas le sac” pour raccommoder ses bretelles.

107 Ibid., p. 702-720, 24 novembre-5 décembre 1732. Sur le pèlerinage d’Alise-Sainte-Reine, voir Marcel Bolotte, Alise-Sainte-Reine aux xviie et xviiie siècles. Les pèlerinages. La station thermale. Histoire de l’hôpital, s. l., 1970 ; Ph. Boutry, D. Julia (dir.), Reine au Mont Auxois. Le culte et le pèlerinage de sainte Reine des origines à nos jours, Dijon-Paris, Ville de Dijon-Éditions du Cerf, 1997. Nous avons publié dans ce dernier ouvrage la description faite par Gilles Caillotin d’Alise-Sainte-Reine et de Flavigny, p. 283-289. Sainte Reine d’Alise a la réputation de guérir les maladies de la peau. Gilles Caillotin note (p. 715) que la fontaine est fermée par une grille de fer mais qu’on peut faire usage de l’eau “comme je l’ai fait, parce qu’il y a des seaux qui en sont pleins proche cette fermeture, et des caisses d’airain enchaînées de fer pour en puiser”. À Flavigny, on met la chaîne de sainte Reine “au col de chaque pèlerin, comme il me la fut mise à moi-même” (p. 719). Il y avait dans l’église paroissiale Saint-Martin de Reims (qui est, rappelons, la paroisse dont Gilles Caillotin dépend) une confrérie et une chapelle dédiées à sainte Reine : la confrérie a été créée au tout début du xviie siècle, des reliques en provenance de l’abbaye de Flavigny ont été obtenues dès 1615, l’autel a été consacré en 1632. Cette dévotion instituée pourrait laisser penser que la ferveur de Gilles Caillotin à l’égard de cette sainte est ancienne. Voir Stefano Simiz, Confréries urbaines et dévotion en Champagne (1450-1830), Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2001, p. 155-157.

108 B. M. Reims, ms. 2487, p. 714. Sur l’histoire des cartons de tapisserie encore présents aujourd’hui dans la chapelle de l’hôpital, voir Judith Kagan, « “De grands et pieux tableaux qui retracent dans la chapelle le glorieux martyre de Sainte Reine” », in Ph. Boutry, D. Julia, op. cit., p. 147-168.

109 Ibid., p. 720.

110 A. M. Reims, GG 145, p. 287. Gilles Caillotin est inhumé le 13 juillet en présence de Louis Caillotin son frère, dans le cimetière de la paroisse Saint-Martin.

111 Ibid., GG 146. Marie Le Blan “veuve de François Caillotin Me Sergier” décède le 24 février 1755 à l’âge de 85 ans et est inhumée le lendemain dans le cimetière de la paroisse Saint-Martin.

112 Ibid., Fonds ancien, registre 635. La cote de capitation est alors de six livres deux sols, soit plus du double de la capitation payée en 1725.

Table des illustrations

Légende Carte 1 – Itinéraire de Gilles Caillotin : Reims – Alise-Sainte-Reine – Reims du 24 novembre au 5 décembre 1732.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1078/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 671k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540