Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La comunità “impossibile” di Georges Bataille

 | 
Marina Galletti

Appendice II

Un inedito di Georges Bataille

Texte intégral

Le Château1

  • 1 Papiers Georges Bataille. Département des manuscrits occidentaux de la Nouvelle Bibliothèque de Fra (...)

11. Il ne faut pas parler d’Ordre nécessaire, au sens où l’État est nécessaire. L’univers n’a pas les humbles besoins auxquels l’État répond comme il le peut. C’est l’envie que nous en avons qui justifie l’existence de l’ordre.

 

22. Naturellement, l’ordre ne peut rien faire, rien entreprendre. Il est l’effet (même, plus simplement, le signe) de l’oisiveté, de la solitude, du caprice, du silence, de la grâce.

 

33. Il ne s’agit pas, bien entendu, de fonder un ordre. Il existe depuis longtemps. Ceux qui en font partie l’ignorent. Leur vie serait changée, s’ils le savaient. Cet Ordre qui est, le caprice et la réflexion mêlée (puisque néanmoins il n’est pas, mais c’est la seule manière d’être avouable) à l’instant m’en donnent le nom, je l’écris à l’instant en tête de ces feuillets.

 

44. J’allais toute à l’heure écrire: de l’alcool, c’est un ravissement assez faible. La sainteté infinie, doucement extasiée, le parfum des fleurs, de la pluie, auxquels il ne manqua jamais que la queue de rat de la méchanceté.

 

55. Les “membres isolés” ont tort de ne pas croire à l’existence de l’ordre. Ils seraient, s’ils savaient, comme l’oubli, glissant dans les airs et légers. Ils échapperaient à la réalité qui en est la négation. Ils seraient transfigurés s’ils ouvraient les yeux: ils oublieraient des limites qu’il est si facile d’oublier. Naturellement ils pourraient aussi trembler, mais ce n’est pas si facile. Même en somme, c’est le plus difficile. C’est la grâce, aussi rare, aussi sûre qu’une incroyable beauté.

 

66. Trembler veut dire être en dehors, s’évader: mais il n’est d’évasion que lucide. Comment sortir d’un monde réel dont le plus petit ressort serait ignoré, dont la plus petite signification échapperait.

 

77. Ce serait le déshonorer qu’appartenir à l’Ordre, et la pure royauté en serait ternie si la pensée de lui appartenir était plus qu’un désir, plus qu’un tremblement. Quelle immense ironie! quelle incertitude! et comme la possibilité seule en est lourde! mais personne n’étant sûr d’être Dieu, personne ne peut être assuré de ne l’être pas.

 

88. Personne ne peut donc être sûr de ne pas appartenir à l’Ordre. S’il est de nombreux moyens d’y entrer, ils n’ont pas d’efficacité. Mais le refus n’est nullement le moyen d’en sortir; on pourrait même dire que c’est le meilleur moyen d’y entrer si l’on n’avait peur d’engager la pensée dans des voies d’où elle sort aisément.

 

910 [sic]. Il est doux de songer à l’énorme silence qui déjà répond à mes phrases et qui les noie, comme la première étoile venue est noyée dans l’immensité.

 

  • 2 All’interno di un cerchio: «écrire à Blanchot pour Le Caire».

1011. La pire disgrâce, pour un membre de l’Ordre, est2 de mourir ou même d’être persécuté soit à cause de l’Ordre soit au nom de quelque principe sur lequel l’Ordre serait fondé. Une si parfaite méconnaissance de la morale de l’Ordre, la seule dont l’exigence, portant sur les petites comme sur les grandes actions, ait une aussi grande mais aussi insaisissable rigueur, entraîne presque à coup sûr un désaveu.
La première raison est que les principes pour lesquels on meurt doivent donner à celui qui meurt de la fermeté, que l’assurance, même dans la mort, est une servitude, qu’à cette fin ils doivent perdre une vérité par elle-même aussi inexprimable que l’ensemble. La seconde (qui est une autre forme de la première) est que parler de ce qui éveille la plus grande passion est peut-être déjà se taire. Haïr ce qui détourne de l’objet de la passion est l’aveu d’une faiblesse: si la passion est forte elle détourne décidément de ce qui n’en est pas l’objet. Mais l’objet ne peut différer de la passion même, déchaînée sans mesure, immensément folle et dont l’intolérable brillant a l’hilarité, qui ne peut être contenue, de la nuit. Combien l’odeur d’étable ou de marais du diable est plus digne d’amour que l’intelligence de Dieu. Je ne puis ignorer que Dieu fut l’objet d’une passion plus grande, plus entière et plus insensée que rien d’autre mais c’est justement la honte de l’homme d’avoir confondu la passion avec le pouvoir, le tremblement du mal avec le goût de condamner, une violence louche sans égards et adorablement risquée avec la sagesse.

Notes

1 Papiers Georges Bataille. Département des manuscrits occidentaux de la Nouvelle Bibliothèque de France. Enveloppe 1. Sulla fotocopia della busta, di pugno di Bataille: “Le Chateau. texte écrit pour Septentrion”. 8 fogli (di cui l’ultimo di colore rosa), scritti sul recto (inchiostro blu), di cm 13,5x21, numerati da 1 a 8.
A p. 1 si legge (scritto a matita nera):

«Septentrion
La conscience que tous les hommes
n’en sont qu’un»

 

Successivamente, all’interno di un cerchio tracciato con una matita blu:

«Le désert et
l'amitié»

 

Infine, su un foglio azzurro incollato orizzontalmente sulla parte inferiore di un altro foglio, scritto con inchiostro blu:

«pour Septentrion.

La raison d’agir, d’organiser etc. est la suivante. Si nous n’agissons pas les effets de notre propension à agir sur l’existence sont les plus désolants.
Les “raisons d’être” sont moins altérées par l'action que par l’absence d’action.
Ce qui se fait sur ce plan doit être accompli, par négation des valeurs».

All’interno di un cerchio: «Contre la négation molle de la poésie»

Sulla p. 7, in alto a destra, a matita nera:«Septentrion

2 All’interno di un cerchio: «écrire à Blanchot pour Le Caire».

© Edizioni Kaplan, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable