Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Critique d’art au Mercure de France (1890-1914)

Seconde partie. « La lutte pour les peintres » ?

Van Gogh et Cézanne

G.-Albert Aurier, André Fontainas, Charles Morice et Ambroise Vollard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le texte de G.-Albert Aurier sur Van Gogh, l’un des premiers consacrés au peintre, appartient à la série d’articles intitulés « Les Isolés » consacrés à Henry de Groux, Eugène Carrière et J. F. Henner. Tout en mettant en avant l’importance de la matière – couleur et touche – chez le peintre, Aurier fait de lui, comme de Gauguin, l’un des plus importants représentants du symbolisme. Ce texte suscita une réponse admirative de Van Gogh : « Je l’aime [l’article] beaucoup comme une œuvre d’art en soi, je trouve que vous faites de la couleur avec vos paroles ; enfin, dans votre article je retrouve mes toiles, mais meilleures qu’elles ne le sont en réalité, plus riches, plus significatives. »

Et voilà que, tout à coup, dès la rentrée dans l’ignoble tohu-bohu boueux de la rue sale et de la laide vie réelle, éparpillées, chantèrent, malgré moi, ces bribes de vers en ma mémoire :

L’enivrante monotonie
Du métal, du marbre et de l’eau…
Et tout, même la couleur noire,
Semblait fourbi, clair, irisé ;
L...

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540