Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Critique d’art au Mercure de France (1890-1914)

Première partie. « Lettre sur la peinture »

Paroles d’artistes

Armand Seguin, Émile Bernard, Georges d’ Espagnat et Georges Rouault

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Armand Seguin (1869-1904) découvrit le style synthétique de Gauguin à l’exposition du café Volpini en 1889 et partit en 1891 le rejoindre à Pont-Aven. Une forte amitié naquit alors entre les deux hommes, Gauguin proposant même à Seguin de le suivre à Tahiti. Cette préface de Paul Gauguin pour l’exposition Seguin tenue chez Le Barc de Boutteville en 1895, dont des extraits ont été reproduits dans divers ouvrages, est restée jusqu’ici inédite dans sa totalité.

Un geste de sympathie raisonnée : voilà, je pense, tout le sens d’une préface.

Le désir d’être jugé par quelques-uns et de s’instruire sur ses propres forces : voilà, de la part d’un artiste, le seul légitime motif d’une exposition.

Je fais ce geste, j’écris cette préface parce que Seguin est, à mon avis, un artiste. Ce mot me dispense de tous les superlatifs en usage, car je l’emploie dans l’acception haute et comme sacrée où l’entendait Swedenborg, quand il disait : « Il y a quelque part dans le monde un livre mystérieux où sont ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540