Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Critique d’art au Mercure de France (1890-1914)

Préface

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Paul Gauguin, Nave nave fenua, 1893-1894

Image 1000000000000288000003BB3A15CFDC.jpg

Gravure sur bois tirée en noir sur papier de Chine, 35,6 × 20,3 cm

The Art Institute of Chicago

« Un critique ! Un Monsieur qui se mêle de ce qui ne le regarde pas. » La celèbre phrase de Mallarmé est rappelée par Gauguin dans une lettre à André Fontainas, critique d’art au Mercure de France1. C’est pourtant bien de critique d’art qu’il s’agira ici, celle d’un ou de plusieurs critiques particuliers, au sein d’une revue spécifique et à une époque donnée.

Spécifique, Le Mercure de France l’est d’abord par sa postérité et son succès inattendus en comparaison du destin d’autres revues symbolistes fondées dans les mêmes années :

Nous avons vu mourir comme des petits crevés des journaux
qui avaient le verbe haut et le ventre soufflé. […]
Et le Mercure monte à faire péter le maître de thermomètres,

commente Jules Renard dès janvier 1891. Fondée en novembre 1889 à la suite de La Pléiade, la revue prend son nom définitif en 18902. Quelques jeunes littérateurs...

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540