Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Cinquième partie. L’ ironie et le passage vers la métaphysique

Une métaphysique du néant

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Déjà perceptible dans l’extrait précédent, l’articulation de l’esthétique à la métaphysique (en passant d’un travail sur le concept épistémologique d’ironie à un travail sur le concept spéculatif de néant) est expliquée avec pédagogie par le philosophe à son ami, Ludwig Tieck, dans une longue lettre du 1er janvier 1819. La solennité, à la fois philosophique et personnelle, qui domine ces lignes, rend d’autant plus saisissant l’un des plus beaux textes rédigés par Solger, quelques mois avant sa mort.

Berlin, le 1er janvier 1819

Veuillez recevoir, mon très cher ami, tout chauds et tout frais, mes meilleurs vœux pour la nouvelle année, ainsi que ceux de ma petite famille, pour vous et la vôtre. Je ne peux guère mieux inaugurer cette année qui, j’espère, m’apportera plus de bonheurs que la précédente, qu’en vous écrivant pour bien augurer de notre relation : qu’elle soit durable et, si cela est possible, plus étroite encore. Ayons donc une production commune ! Je pense qu’à présent, nous ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540