Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Quatrième partie. Une esthétique du symbole

Le symbole, l’allégorie et le merveilleux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après avoir exposé l’essentiel de ses conclusions dans le troisième entretien d’Erwin (et en particulier la distinction entre symbole, signe et schème), Solger propose, dans la deuxième partie des Cours d’esthétique, des exemples d’art symbolique et d’art allégorique. Il explicite ici plus en détail comment s’appliquent à l’art les deux concepts de symbole et d’allégorie, et propose alors une définition du merveilleux.

Il ne faut pas simplement prendre ici le Beau comme quelque chose de théorique, comme quelque chose de donné en dehors de l’art. Lorsque nous recourons à cette expression, nous désignons seulement un aspect de l’activité artistique, l’aspect sous lequel celle-ci apparaît comme achevée sous la forme du Beau ; une apparence, mais une apparence dans laquelle l’Idée est effective.

Dans la mesure où le Beau est matière de l’art, c’est-à-dire dans la mesure où il est une apparence dans laquelle réside l’Idée, nous disons qu’il est le symbole en général. Le concept de symbole ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540