Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Quatrième partie. Une esthétique du symbole

Définition du symbole au sens large, du symbole au sens restreint et de son corollaire, l’allégorie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’extrait suivant constitue par sa clarté l’un des meilleurs passages des Cours d’esthétique. Y est exposée – plus précisément que dans Erwin – la différence entre plusieurs niveaux de symbole. Or, celle-ci est indispensable pour comprendre l’assertion centrale de l’esthétique solgérienne selon laquelle « tout art est symbolique », ainsi que le lien étroit entre symbole et ironie.

Il faut à présent nous pencher plus précisément sur l’activité qui est, sous un angle, Idée, et sous l’autre, œuvre d’art ; car c’est en elle que réside la vie de l’art ; cette activité doit être considérée sous deux angles : 1) dans la mesure où c’est au sujet qu’il faut l’attribuer ; 2) dans la mesure où elle devient le Beau. Ainsi, cette partie comporte deux sections, l’une portant sur le Beau comme matière de l’art et l’autre portant sur l’activité artistique de l’esprit ; et chacune de ces deux sections comporte à son tour deux angles sous lesquels on peut les aborder.

En effet, le Beau comme matière de...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540