Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Art et utopie

 | 
Novalis

Annexe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lettre de Novalis à Ludwig Tieck

Weissenfels, le 23 février 1800. Dimanche.

Je suis vraiment navré que tu n’en aies pas encore fini avec ta déchirure au genou. Tu as heureusement utilisé tout ce qui est indiqué en pareil cas – des bains chauds, des bandages, des emplâtres à la cire, de l’électricité, du guajac et du tafia1, des remèdes à l’acide et au mercure. J’aurais aimé te rendre visite – mais cela n’a pas encore été possible – Il faut que tu viennes au début de l’année à Teplitz, si ça ne disparaît pas. J’imagine que tu as beaucoup souffert – Je suis émerveillé qu’il te soit resté assez de lucidité pour créer de si belles choses. J’apprends que tu as écrit une merveilleuse Mélusine. Tout cela me captive – en particulier ton poème sur Böhme. Friedrich [Schlegel] se laisse aller au désœuvrement et n’a produit que quelques poèmes, dont j’aimerais apprendre davantage. Tu t’attaques avec [August] Wilhelm [Schlegel] à Cervantès, ce qui ouvre une belle perspective.

Je suis réellement trè...

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540