Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sens de la musique (1750-1900), vol. 1

Première partie. La remise en cause du modèle de l’imitation

La réflexion esthétique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

CHRISTIAN FRIEDRICH DANIEL SCHUBART (1739-1791)

Poète, organiste, compositeur, rédacteur de revue, Christian Friedrich Daniel Schubart est prisonnier politique pendant une dizaine d’années. En prison, privé de tout instrument d’écriture, il dicte son traité Idées pour une esthétique de la musique à un autre prisonnier à travers une fissure du mur de sa cellule. On lui doit notamment le poème La Truite, destiné à devenir célèbre lorsque Schubert l’aura mis en musique. Très admiratif de la musique de C. Ph. E. Bach, il contribue à la vulgarisation de la notion de génie dans l’esthétique.

Beethoven, Haydn, puis Schumann manifesteront respect et intérêt pour nombre de ses idées. L’héritage baroque, en particulier celui de Mattheson, se décèle dans la classification qu’il propose des tonalités. Mais il s’en démarque en s’intéressant aux nuances infinies de la musique, notion qui se trouve au cœur de son esthétique. La musique vocale a la primauté et c’est d’elle que dérive la musique instr...

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540