Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sens de la musique (1750-1900), vol. 1

Première partie. La remise en cause du modèle de l’imitation

Le refus d’une musique expressive

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

BOYÉ

On ne connaît rien de Boyé. Serait-ce un pseudonyme ? Fétis assure en tout cas qu’il ne s’agit pas de Pascal Boyer, journaliste et musicien proche des milieux de l’Encyclopédie.

Ce texte est l’un des premiers à refuser toute qualité imitative ou expressive à la musique. Il ouvre ainsi la voie à la pensée qu’on appellera plus tard « formaliste », pour laquelle l’intérêt d’une musique et le plaisir qu’elle procure proviennent essentiellement du timbre, de la virtuosité de l’exécutant et de la forme sonore déployée qu’est l’œuvre.

Cette pensée permet d’accepter la musique instrumentale sans aucun besoin de justification : c’est la musique vocale qui est ambiguë ; la danse et la musique à danser deviennent alors les productions musicales les plus intéressantes. Elle achoppe sur la notion de beaux-arts : la musique ainsi conçue ne se démarque pas des arts plus sensoriels représentés par la cuisine ou le parfum, qui ne procurent que des sensations agréables. Pour Boyé, le plaisir sonore...

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540