Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théorie de la figure humaine

 | 
Pierre Paul Rubens

Théorie de la figure humaine

Chapitre VII. Des proportions de la femme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le cercle, ou la figure circulaire, dominent dans la forme de la femme : Platon assure que c’est la figure la plus bellea. Le cercle et la forme arrondie sont ses éléments primitifs et sont la cause et le principe de toute beauté – comme dans l’homme le cube et le carré sont les éléments de la force, de la grandeur et de la grosseur. Les éléments de la figure humaine sont différents dans l’homme et dans la femme en ce que dans l’homme tous les éléments tendent à la perfection, comme le cube et le triangle équilatéral ; dans la femme, au contraire, tout se trouve plus faible et plus petit. D’où il arrive que, dans la femme, la perfection est moindre, mais l’élégance des formes est plus grande. Au lieu du cube qui est affaibli dans la figure de la femme, c’est un carré long ou parallélogramme rectangle dont les côtés sont inégaux ; et au lieu du triangle c’est une pyramide ; au lieu du cercle, c’est un ovale. De là, on peut inférer que, pour la perfection des formes, la femme tient le...

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540