Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théorie de la figure humaine

 | 
Pierre Paul Rubens

Théorie de la figure humaine

Chapitre V. Des différentes espèces de statues des anciens

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous distinguons sept espèces de statues, savoir les pareilles, les grandes, les plus grandes, les très grandes, les petites, les plus petites et les très petites1.

On appelle statues « pareilles »2, quand les personnages qu’elles représentent sont dans leurs proportions naturelles. On élève celles-ci aux gens d’un mérite distingué et aux sages ou philosophes de réputation. On pourrait, par exemple, en dresser de semblables à Armodius, Aristogone, Homère, Solon, Hippocrate, Gorgias, Bérose, Pythagore, Platon, Brutus, Quintus Mucius ; à Clélie, femme forte ; aux Catons, à Quintus Ennius, Marcus Varron, Virgile, Cicéron et autres personnages illustres3.

Les statues sont dites « grandes » lorsqu’elles excèdent de moitié la proportion ordinaire : on les a appellées augustes, parce qu’on en élève de pareilles aux rois et aux empereurs, comme à Phoronée, Lycurgue, Thémistocle, Xerxès, Alexandre, Romulus, Numa, Tatius, Cneius Pompée, César, Auguste et aux autres empereurs romains qui ont été...

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540