Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théorie de la figure humaine

 | 
Pierre Paul Rubens

Théorie de la figure humaine

Chapitre IV. De la figure humaine considérée dans ses mouvements

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les mouvements du corps humain peuvent se rapporter à cinq espèces différentes, savoir : le mouvement naturel, le mental, le corporel, le mixte et le local.

On appelle mouvement naturel celui par le moyen duquel un corps peut s’accroître et décroître : ce mouvement n’est d’aucune utilité aux artistes.

Le mouvement purement mental destitue tellement le corps de toute action qu’il paraît comme s’il était mort. En effet, comme il agit en négligeant absolument tout mouvement extérieur, les membres du corps languissent et sont dans un état de repos ; en sorte qu’il ne donne aucun signe de vie ou de respiration.

Le mouvement purement corporel ne produit que des gestes vides de sens, tels que ceux d’un insensé, ou d’un homme ivre, ou dans le délire.

Le mouvement devient mixte quand le corporel est joint au mental. Dans cette réunion, avant toutes choses, les regards de la figure se dirigent vers l’objet sur lequel l’esprit a résolu de faire agir le corps. Ensuite, peu à peu, les membres se dis...

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540