Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savoir et engagement

 | 
Vincent Duclert

Postface

Jean-Noël Jeanneney

Texte intégral

1Du haut de sa renommée et de la Revue des deux mondes, Ferdinand Brunetière, qui lui-même enseignait rue d’Ulm, écrasait de son mépris les universitaires qui venaient de témoigner en faveur d’Émile Zola lors du procès de janvier 1898 : ils s’étaient livrés avec efficacité, comme on sait, à un examen scientifique et ravageur des documents portés à la charge d’Alfred Dreyfus, et notamment du bordereau.

2« Un paléologue ou un philologue, s’écriait-il, sont des érudits et, s’ils le veulent, des intellectuels, mais ils ne sont pas des savants ; et ils ne le seront jamais, et à aucun degré. » Toute idée d’intervention d’un historien ou d’un écrivain dans une affaire de justice militaire lui semblait absurde : « L’intervention d’un romancier, même fameux, dans une question de justice militaire m’a paru aussi déplacée que le serait, dans la question des origines du romantisme, celle d’un capitaine de gendarmerie. »

3On observera peut-être en souriant que cet interdit incongru intimé à un gendarme est assurément contraire à la liberté d’expression. Mais il y a plus sérieux : ce seul propos, choisi parmi tant d’autres, nous conduit, en ce moment historique de portée universelle, au centre même d’un débat qui fut, au sens exact du terme, primordial, celui de la responsabilité des intellectuels, et au cœur de l’Université française, jusqu’à l’École normale.

4Je me réjouis qu’à son équipe de direction la Bibliothèque nationale de France, gardienne d’une mémoire, ait pu fournir son appui, dans un délai resserré, lorsque Monique Canto-Sperber a décidé de célébrer le centenaire de la réhabilitation du capitaine innocent en éclairant de la sorte ce que fut le rôle des normaliens dans le formidable affrontement civique de l’Affaire. Rôle unique ? certes pas ! Mais central, assurément, et même décisif. Propre, par conséquent, quand on en fait resurgir les traces, à aiguillonner bien des réflexions d’aujourd’hui, et – pourquoi pas ? – des courages.

5Il faut se féliciter que l’on n’ait pas, dans cette exposition de grand mérite, simplifié l’Histoire et exagéré les cohésions : il n’est, pour se garder d’une bonne conscience d’École, rétrospective et anachronique, que de considérer, bien au-delà de Brunetière, les attitudes d’un Romain Rolland lorsque, se voulant déjà « au-dessus de la mêlée », il écrivait à Lucien Herr : « J’ai vu d’assez près les Sémites en cette affaire pour savoir que c’est pour eux question d’orgueil de race, bien plus que d’équité, et qu’il n’est pas de moyen dont la plupart ne soient capables pour sauver l’un des leurs, innocent ou criminel… »

6Mais quoi ! L’essentiel est ailleurs. Ce florilège des écrits dreyfusards ici généreusement rassemblés constitue, dans la diversité des circonstances et des tempéraments, un magnifique témoignage de l’intelligence au service d’une éthique républicaine. Ils sont assez prenants, assez forts, assez réfléchis, assez éloquents, assez féconds pour que notre regard, inquiet parfois de lire d’autre part tant de propos nourris par le sectarisme et par la haine, se rassérène en considérant ces pages et que la gratitude, après un siècle, s’épanouisse envers ces multiples combattants, puisque fut ainsi sauvé par eux l’honneur du navire.

Auteur

Président de la Bibliothèque nationale de France

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540