Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savoir et engagement

 | 
Vincent Duclert

Introduction. Un événement historique, politique, philosophique

Vincent Duclert

Texte intégral

  • 1 Professeur agrégé à l’École des Hautes Études en sciences sociales.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Sur l’École normale supérieure et l’affaire Dreyfus, voir « Les engagements normaliens. L’affaire (...)

2L’affaire Dreyfus a représenté un tournant dans l’histoire de l’École normale supérieure et dans l’affirmation d’une tradition d’engagement civique fondée sur l’usage des savoirs2. Des combats antérieurs, contre l’Empire, contre le boulangisme, contre la répression conservatrice des anarchistes et des socialistes, avaient certes déjà esquissé cette rencontre entre science et politique, entre connaissance et démocratie. Mais l’affaire Dreyfus fit beaucoup plus, par sa dimension de crise nationale majeure, par l’importance de la mobilisation des normaliens, depuis les élèves jusqu’aux plus anciens des archicubes, depuis les personnels de direction jusqu’aux enseignants, par la force aussi des arguments intellectuels et des convictions morales, par l’intensité des luttes et des controverses qui durèrent pour certaines près de dix ans, jusqu’à la réhabilitation définitive du capitaine Dreyfus par la Cour de cassation, le 12 juillet 1906. L’événement démontra en effet que l’engagement des intellectuels, précisément apparus et dénommés sous ce nom, allait être un élément essentiel de la construction des démocraties. Les normaliens sont intervenus majoritairement, et de manière très significative, dans un événement qui ne mettait pas seulement en cause l’innocence d’un officier d’origine juive et de formation polytechnicienne, mais aussi, à travers son destin, les libertés héritées de la révolution des droits de 1789 et du xixe siècle libéral, la citoyenneté républicaine et même la vocation à la vérité de la recherche et de l’enseignement. D’où, très logiquement, la mobilisation dreyfusarde des savants français, pour beaucoup issus de l’École normale supérieure, et leur avènement comme intellectuels démocratiques ouvrant les portes d’un xxe siècle tragique et résistant. L’Affaire a révélé le principe d’un engagement associant des pratiques intellectuelles de recherche de la vérité et d’exigence de méthode à une conscience civique et politique. De cette époque héroïque datent, pour l’École et les normaliens, un modèle d’engagement dans la cité, un souci du savoir comme de la société, une volonté de justice, autant de valeurs communes qui ont aboli les distinctions « littéraires » et « scientifiques » produites par les deux concours d’entrée.

3Pour ces raisons, l’École fut majoritairement dreyfusarde et les normaliens très actifs dans le combat en faveur de Dreyfus, pour le droit et la vérité. Cela ne signifie pas pour autant que les convictions ne furent pas laborieuses à s’exprimer ni douloureuses à se révéler. Cela n’exclut pas non plus les engagements, plus nationalistes qu’antidreyfusards, de minorités normaliennes pour certaines très actives. Et cela ne préjuge pas nécessairement de l’avenir, certains dreyfusards optant ensuite pour des combats qui n’avaient ni l’exigence de la pensée ni la vertu de la démocratie. Mais l’affaire Dreyfus aide à mieux comprendre le mouvement qui porte les hommes et les femmes de savoir vers l’action et la démocratie, déployant parfois un courage exemplaire, révélant une force de résistance et la certitude que la raison critique, que la recherche indépendante, que l’érudition la plus haute sont des écoles de la liberté autant que de l’excellence. Cette morale a un prix. Elle ne tolère ni les mondanités ni les comédies du pouvoir. Elle exige les formes d’amitié les plus hautes, elle conduit à un humanisme de tous les instants, elle fonde le respect de chaque personne et les droits universels de l’individu et du citoyen. Comprendre le sens historique et philosophique que l’affaire Dreyfus a revêtu pour les normaliens, et au-delà pour tous les intellectuels authentiquement dreyfusards, éclaire leur destin au cours du xxe siècle. Les valeurs classiques défendues à cette époque furent celles-là mêmes que défendirent d’autres normaliens, jeunes et moins jeunes, mais tous en ce sens héritiers des dreyfusards. Le sacrifice de tant de normaliens durant la Première Guerre mondiale, la résistance jusqu’à la mort d’un Jean Cavaillès ou d’un Marc Bloch sous l’occupation nazie, ou le combat pour la vérité et contre la torture dans l’État lors de la guerre d’Algérie, portent incontestablement la marque de l’éthique dreyfusarde des intellectuels.

4Si on délaisse l’histoire et la philosophie, cette éthique bascule dans le registre du mythe, sacrifiant à l’argument d’autorité et au dogme des apparences. Le choix de l’École normale supérieure, de ses personnels et de sa directrice Monique Canto-Sperber, en faveur d’une grande exposition sur l’affaire Dreyfus venant clôre l’année commémorative, retrouve la trace de l’événement et restitue l’histoire d’un engagement à la lumière du savoir. Et parce que ces engagements ont été écrits avec les mots de la raison et de la liberté, ils contribuent à travers leur écriture à la langue universelle de la démocratie. Il convenait donc de rassembler, d’ordonner et d’éclairer les textes des normaliens sur l’Affaire. Tous n’ont pu être présentés ici, faute de place ou en raison des dispositions juridiques protégeant encore nombre d’écrits de cette époque. Mais ce qui est donné à lire dans cet ouvrage traduit l’importance de l’engagement normalien et son inscription dans l’histoire autant que dans la philosophie et la politique.

  • 3 Cf. Lucien Herr et l’École normale, catalogue de l’exposition présentée par la Bibliothèque de l’E (...)
  • 4 Située au large de la Guyane française, cette île qui appartient aux îles du Salut et qui servait (...)

5Dès l’arrestation du capitaine Dreyfus le 15 octobre 1894, son cousin par alliance, le philosophe Lucien Lévy-Bruhl (L 1876), convaincu de l’innocence de l’officier comme le reste des deux familles, alerte ses amis de l’École normale supérieure, dont le bibliothécaire, le philosophe et germaniste Lucien Herr (L 1883), par ailleurs militant socialiste très proche de Jean Allemane3. Un autre normalien, Salomon Reinach (L 1876), conservateur au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, est mis au courant. Avec ses frères Joseph, député et historien, et Théodore, historien et numismate, il s’était déjà vivement inquiété de la campagne déclenchée en mai et juin 1892 par le « journal antijuif » d’Édouard Drumont, La Libre Parole, contre la présence d’officiers israélites dans l’armée. Cependant, le silence répandu sur l’affaire une fois le capitaine Dreyfus dégradé (le 5 janvier 1895) et déporté sur l’île du Diable4 (le 21 février 1895) et l’hostilité de principe de l’opinion à toute intervention en faveur du « traître » empêchèrent toute action publique pour défendre la vérité et le droit. Mais ces quelques normaliens restèrent vigilants, accumulèrent les renseignements sur le procès de 1894 et se préparèrent à de futurs combats pour la défense des libertés – déjà fortement ébranlées par la répression anti-anarchiste et anti-ouvrière.

  • 5 B. Lazare, Une erreur judiciaire. La vérité sur l’affaire Dreyfus, Bruxelles, Imprimerie Veuve Mon (...)

6À partir de l’automne 1896, la révélation des conditions extrêmes de détention sur l’île du Diable accroît les inquiétudes sur les menaces que la République, dominée par des courants très autoritaires, pouvait exercer sur les principes démocratiques. Quant aux conditions de détention spécialement appliquées au capitaine Dreyfus, en violation complète de la loi sur la déportation de 1872 (complétée par celle du 9 février 1895 promulguée pour lui et autorisant sa déportation aux îles du Salut), elles avivèrent les doutes sur la légalité du procès de 1894, voire sur la culpabilité du prisonnier. Bernard Lazare, qui avait publié dans les premiers jours de novembre 1896 une démonstration méthodique de la conspiration d’État ayant frappé Dreyfus5, multiplie les contacts dans le monde intellectuel et politique. Toutes les portes ne se sont pas fermées. Il rencontre coup sur coup Lucien Herr, Salomon Reinach et l’historien Gabriel Monod (L 1862), qui a été son professeur à l’École pratique des Hautes Études.

7Au début de l’été 1897, les informations étaient suffisamment solides pour permettre d’avancer dans la connaissance de la vérité. Des enquêtes personnelles sur les circonstances de la condamnation de Dreyfus mobilisèrent des normaliens prestigieux. Monod, qui occupe une place considérable dans le milieu des historiens – il est fondateur et directeur de la Revue historique, et maître de conférences à l’École normale supérieure –, procède à une recherche élargie sur l’homme et sur le crime qui lui est imputé. Au même moment, un républicain de longue date, sénateur inamovible, Alsacien, chimiste de son état et même ancien collaborateur de Pasteur, Auguste Scheurer-Kestner, à l’époque vice-président du Sénat, s’interroge sur les preuves qui ont permis au Conseil de guerre de décembre 1894 de condamner à l’unanimité le capitaine Dreyfus. Le 13 juillet 1897, il apprend par Louis Leblois, ami et avocat du lieutenant-colonel Picquart, chef des services de renseignements tombé en disgrâce, que le capitaine Dreyfus a été effectivement condamné en lieu et place du véritable coupable et que celui-ci se nomme le commandant Esterhazy. Déterminé à agir, Scheurer-Kestner tente d’amener le gouvernement, au sein duquel il compte de nombreux amis politiques, à envisager la révision du procès Dreyfus. Mais il échoue devant l’hostilité des républicains et l’acharnement des nationalistes voués à sa perte.

8Le 2 novembre 1897, Gabriel Monod lui écrit une lettre vibrante pour le féliciter de s’être convaincu, comme lui-même, de l’innocence de Dreyfus. La défaite du sénateur accélère les regroupements. Son discours courageux, mais trop tardif, prononcé à la tribune des débats lui vaut de nombreux messages de soutien dont celui du biologiste Émile Duclaux (S 1859), successeur de Pasteur à la tête de l’Institut. Les plus jeunes commencent eux aussi à s’éveiller, à l’instar d’Élie Halévy (L 1889). Chez ce brillant philosophe, fondateur avec Xavier Léon et Alphonse Darlu de la Revue de métaphysique et de morale et bientôt professeur à l’École libre des sciences politiques, une demi-ascendance juive, une culture protestante héritée de sa mère, les relations nombreuses de son père, l’influence de son frère Daniel déjà inséré dans les milieux de l’avant-garde littéraire et politique, tout concourt à ce qu’il s’intéresse rapidement à l’Affaire et à ce qu’elle révèle du régime républicain. Durant le mois de novembre 1897, il suit avec passion l’action de Scheurer-Kestner et les interventions de Monod. Dans des lettres intenses, il confie ses doutes, ses interrogations puis ses certitudes à son ami Célestin Bouglé (L 1890), également philosophe, bientôt sociologue, pour l’heure professeur au lycée de Saint-Brieuc (d’où il rejoindra la faculté des lettres de Montpellier).

  • 6 J. et J. Tharaud, Notre cher Péguy, Paris, Plon, 1926, p. 104.

9Prêts à s’engager et se sachant encouragés par certains de leurs grands anciens, ces jeunes normaliens se saisissent de l’idée de Lucien Herr – lancer une pétition pour la défense des droits du citoyen. Fin décembre 1897 et début janvier 1898, Élie Halévy et ses amis composent en secret les premières listes de pétitionnaires qui sont rendues publiques les 14 et 15 janvier 1898. La veille, Émile Zola avait fait paraître dans L’Aurore sa fameuse lettre au Président de la République, « J’accuse… ! ». Charles Péguy (L 1894) adressa aussitôt une lettre de félicitations à l’écrivain. Mais les « protestations » furent le premier acte collectif des normaliens se déclarant dreyfusards. Les noms que nous sommes parvenus à extraire des listes publiées dans L’Aurore et Le Siècle – et qui sont publiés à la fin de cet ouvrage – montrent l’importance, la diversité et aussi la précocité de cette mobilisation. À la tête des pétitionnaires, qu’ils soient ou non normaliens du reste, agit Lucien Herr. Il a, depuis plusieurs mois, fait de sa bibliothèque de la rue d’Ulm un foyer de l’engagement dreyfusard, bientôt une « citadelle du dreyfusisme », « où le sang battait le plus fort » selon l’expression d’Ernest (dit Jérôme) Tharaud (L 1896) et de son frère Jean dans l’ouvrage qu’ils ont consacré à Charles Péguy6. Herr est activement secondé par le surveillant général de l’École, Paul Dupuy (L 1876), et encouragé par le directeur scientifique, Jules Tannery (S 1866), tandis que le directeur Georges Perrot observe une réserve toute prudente mais bienveillante.

  • 7 Ch. Charle, Naissance des « intellectuels » (1880-1900), Paris, Minuit, « Le sens commun », 1990, (...)

10Le rôle des normaliens dans l’organisation des pétitions – bientôt qualifiées de « pétitions des intellectuels » – se vérifie avec leur place prépondérante dans les premières listes, les listes « actives » ou « inaugurales », celles qui déterminent le succès ou l’échec d’un mouvement collectif aussi périlleux. Elles expriment une véritable géographie des réseaux professionnels, des amitiés et des communautés de pensée. Elles constituent, autant que le texte de la pétition lui-même, la base sur laquelle se négocient les ralliements à venir. À peine sorties de l’École, des promotions littéraires ou scientifiques adhèrent presque en totalité aux « protestations » en s’appuyant sur leurs titres universitaires (licence, agrégation, doctorat). Seuls le personnel enseignant et Charles Péguy affichent leur appartenance à l’École. Les pétitions de janvier 1898 inaugurent l’engagement des hommes de savoir dans la cité républicaine. C’est la naissance des intellectuels décrite et étudiée par Christophe Charle7. Multipliant conférences et meetings, animant la Ligue française pour la défense des droits de l’homme et du citoyen qui naît au moment du procès Zola et des violences commises contre les dreyfusards, s’impliquant dans les Universités populaires et l’expérience dreyfusiste, reconnaissant pour beaucoup dans le socialisme dreyfusard de leur camarade Jean Jaurès l’avenir démocratique de la République, les intellectuels portent témoignage du devoir critique qui est le leur et qui ne s’arrête plus au seuil de leur laboratoire ou de leur cabinet de travail. Les normaliens forment les principaux bataillons de ces militants. Des grands noms de la science et de l’engagement traduisent dans leurs déclarations ou dans leurs écrits ce rôle nouveau des hommes de savoir attachés à une posture critique autant qu’à un statut social ou une position de pouvoir.

11Émile Duclaux est l’un d’entre eux. Alors qu’il s’apprête à témoigner au procès Zola aux côtés de Jean Jaurès (L 1878) et du philosophe Gabriel Séailles (L 1872), il publie les Propos d’un solitaire afin de comprendre comment une si grave crise a pu survenir en France. Face au scandale de la nouvelle condamnation d’Alfred Dreyfus par le Conseil de guerre de Rennes le 9 septembre 1899, il enchaîne une série d’articles cette fois consacrés au fonctionnement de la justice militaire, qui sont ensuite regroupés en volume par l’éditeur Pierre-Victor Stock. Il est aussi l’un de ceux qui ripostent à la charge de l’académicien Ferdinand Brunetière contre les intellectuels dreyfusards. Maître de conférences en littérature française à l’École (1886-1904), ce dernier publie en effet au lendemain du procès Zola, dans la Revue des deux mondes qu’il dirige, un article dénonçant l’imposture de l’engagement et les dangers de « l’individualisme ». Comme Émile Durkheim (L 1879), Gabriel Monod ou Célestin Bouglé, Émile Duclaux répond à Ferdinand Brunetière. Son article de la Revue du Palais, bien vite repris en brochure par Stock, s’achève sur un appel définitif en faveur de l’engagement civique des hommes de science, pour le bien du pays :

Il est certain qu’un troupeau de moutons est bien plus facile à conduire qu’une troupe humaine, et que tout progrès intellectuel chez ceux qui obéissent se tourne en obstacle pour ceux qui commandent. Je reconnais le danger comme M. Brunetière. Je sais aussi qu’on y préconise deux principaux moyens d’y parer. L’un est d’abaisser ceux qui servent, et, au besoin, de les dompter. L’autre est d’élever ceux qui détiennent l’autorité, de quelque nature qu’elle soit, de façon que les distances restent les mêmes. Je ne sais pas quel choix fera mon pays. Mais le mien est tout fait : je reste « intellectuel ». (infra, p. 119)

12En revendiquant ce terme controversé d’« intellectuel », Duclaux lui confère une valeur positive. Surtout, il établit une manière d’être, une attitude de savoir là où ses adversaires ne voulaient considérer les intellectuels qu’à travers un statut et un ordre social.

13Les normaliens, de formation ou de profession aussi bien littéraire que scientifique, s’engagent également dans la réfutation des mensonges judiciaires et des expertises scandaleuses. Paul Dupuy s’attaque par exemple au système d’accusation de Dreyfus développé par le général Roget devant la Chambre criminelle de la Cour de cassation et largement exploité par l’État-Major lors du procès de Rennes. Montrant que ce système n’est pas plus recevable que les précédents – avec lesquels il est de surcroît en parfaite contradiction –, le surveillant général de l’École, l’ami de Lucien Herr, n’hésite pas à écrire :

  • 8 Paul Marie (pseud. de Paul Dupuy), Le Général Roget et Dreyfus, étude critique sur la déposition d (...)

Les officiers de l’État-Major, et je dis cela pour le général Roget comme pour les autres, ont eu le tort de s’imaginer que les matières, au sujet desquelles ils avaient eu à rendre des témoignages ou porter des jugements, étaient de par leur nature inaccessibles au commun des mortels, et qu’aucune critique civile ne saurait s’y attaquer sans témérité. C’est là une idée fausse et pleine de dangers : il y a dans les choses militaires des parties techniques, qui appartiennent aux seuls militaires ; mais il y a aussi, comme dans toute chose où s’applique l’intelligence humaine, des parties de raison et de sens commun qui relèvent des procédés ordinaires de l’observation8.

  • 9 Histoire des variations de l’État-Major, Paris, G. Bellais, 1899 (avec une reproduction en héliogr (...)

14Quatre normaliens dont François Simiand (L 1893), le futur sociologue et professeur au Collège de France, rédigent une étude critique des systèmes d’accusation publiée en 1899 par la librairie Georges Bellais (que dirige Charles Péguy)9.

  • 10 « Examen critique des divers systèmes ou études graphologiques auxquels a donné lieu le bordereau (...)

15Les menaces sur la raison et la vérité que présentent les théories graphiques, mathématiques et même médicales d’Alphonse Bertillon, expert officieux pour le compte de l’État-Major, suscitent des réfutations critiques plus importantes encore. Le mathématicien Paul Painlevé (S 1883), maître de conférences à l’École, s’associe au chartiste Auguste Molinier afin de ruiner les fondements de l’illusion scientiste du chef de l’anthropométrie criminelle de la Préfecture de police. Jean Jaurès démontre quant à lui, dans Les Preuves, rédigé pendant l’été 1898, l’existence de faux élaborés contre Dreyfus au sein de l’État-Major. Son offensive sur le prétendu « bordereau annoté » – par l’empereur d’Allemagne lui-même – lui permet cinq ans plus tard de relancer l’Affaire de façon décisive. Saisie une nouvelle fois du dossier de condamnation du capitaine Dreyfus, la Cour de cassation confie aux trois plus grands mathématiciens français, Henri Poincaré (polytechnicien admis au concours de la rue d’Ulm en 1873), Gaston Darboux (S 1861), secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, et Paul Appell (S 1873), doyen de la faculté des sciences de Paris, le soin de passer au crible toutes les expertises de Bertillon. À l’issue de plusieurs mois de travaux et sur la base d’un mémoire de 117 pages qui a impliqué des calculs menés jusque dans l’Observatoire de Paris, les trois savants établissent le constat de l’ignorance et de l’imposture de Bertillon10. Pourtant, de nombreux antidreyfusards persisteront à croire à son génie et à la la culpabilité de Dreyfus, illustrant la force et la permanence de l’idéologie de la déraison et de la négation.

  • 11 Sur la Ligue de la Patrie française, voir J.-P. Rioux, Nationalisme et conservatisme : la Ligue de (...)

16Rares furent les normaliens antidreyfusards à s’aventurer jusqu’à détourner les savoirs scientifiques aux fins de prouver la culpabilité de Dreyfus. Leur adhésion à l’antidreyfusisme découlait essentiellement de leurs convictions nationalistes, comme pour Ernest Judet (L 1873), rédacteur en chef du Petit Journal, et pour l’académicien Jules Lemaître (L 1872), ou d’un catholicisme égarant la raison et sacralisant l’autorité chez le physicien Pierre Duhem (S 1882) et l’académicien Ferdinand Brunetière. Le géographe Marcel Dubois (L 1877), le mathématicien Georges Humbert (S 1877) ou le naturaliste Alfred Giard (S 1867) comptèrent aussi parmi les normaliens antidreyfusards de même que l’historien Alfred Rambaud (L 1861) qui fut chargé au printemps 1898, en tant que ministre de l’Instruction publique du gouvernement de Jules Méline, d’exercer des mesures disciplinaires contre certains universitaires dreyfusards. Leur militantisme à la Ligue de la Patrie française connut cependant bien des vicissitudes11. On doit leur ajouter Louis Grégori (L 1863), un journaliste de La Libre Parole qui tenta, le 4 juin 1908, d’assassiner Alfred Dreyfus lors de la cérémonie de transfert des cendres d’Émile Zola au Panthéon. La découverte que le meurtrier de Dreyfus appartenait à la rue d’Ulm jeta l’effroi chez nombre d’intellectuels. Introduisant au Collège de France, le 19 mars 1977, une conférence que Pierre Paraf, président du Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix, allait prononcer pour la Société des études renaniennes, Pierre Clarac (L 1914) se souvint de ce qu’il avait ressenti à cet instant. Sa précoce vocation normalienne avait failli se terminer avant même de s’être concrétisée.

  • 12 « Allocution de M. Pierre Clarac », Études renaniennes. Bulletin, n° 30, 1er trimestre 1977, p. 3.

L’affaire Dreyfus a tenu une grande place dans [l’] enfance [de P. Paraf] comme dans la mienne. Permettez-moi d’évoquer un de ses épisodes, bien oublié aujourd’hui, dont le souvenir demeure en moi bien vivant. En 1908, l’innocence de Dreyfus avait été officiellement reconnue. Zola était mort en 1902. Ses cendres furent déposées au Panthéon le 4 juin 1908, au cours d’une cérémonie officielle. Dreyfus, en costume civil, y assistait. Deux coups de pistolet furent tirés sur lui ; il fut blessé au bras. L’auteur de l’attentat était un journaliste nationaliste peu connu. Mais mon émotion, mon trouble intérieur furent grands lorsque j’appris qu’il était un ancien élève de l’École normale supérieure. À treize ans et demi, je songeais déjà à affronter un jour le concours de l’École. Elle me semblait l’un des lieux de France où l’amour de la vérité et la liberté de l’esprit étaient le plus en l’honneur. Mon désarroi fut douloureux et dura longtemps12.

  • 13 Ch. Andler, La Vie de Lucien Herr, Paris, Librairie François Maspero, rééd. 1977, p. 148.

17Le désarroi de Pierre Clarac était à la mesure de la représentation que le jeune homme s’était faite de l’École du temps de l’Affaire, auréolée du combat des siens pour la vérité et la liberté de l’esprit. La postérité de cet engagement a été profonde, comme en témoignent les textes présentés au terme de ce volume. La raison en réside autant dans la dimension très romantique des combats individuels que dans la mise à l’épreuve, tentée et réussie, des liens entre savoir et démocratie. L’École y trouvait sa raison d’être et la confirmation qu’elle n’était pas seulement une institution de la Révolution et de la République, mais bien « le foyer brûlant de la conscience nationale » dont parla Charles Andler13. La postérité remarquable de l’engagement dreyfusard des normaliens se traduisit par l’écriture des souvenirs et la transcription des mémoires. Elle s’exprima aussi dans la réflexion que des normaliens plus jeunes et qui occupèrent des places considérables dans la recherche et la pensée contemporaine consacrèrent à cet événement.

  • 14 Voir infra, p. 159.

18Cette postérité ne reposait pas, enfin, sur un mythe, l’illusion que l’École fût animée par le devoir de protéger la liberté politique et intellectuelle. Les textes de convictions privées, les textes d’interventions publiques, les textes de réflexion et d’analyse de l’engagement en train de se faire établissent la véracité de l’engagement normalien et son intensité physique autant qu’intellectuelle. Tous les extraits présentés ici attestent cette vérité de l’événement et la suite qui lui fut donnée. Le cas d’un Élie Halévy se souvenant de son engagement dreyfusard lorsqu’il affrontait en 1936, au cours d’une séance de la Société française de philosophie, la réalité historique du totalitarisme nazi et stalinien, n’était pas une simple anomalie mais la preuve que l’exigence la plus haute accordée à la liberté classique donnait des armes décisives contre la tyrannie14.

  • 15 Sur le socialisme des normaliens, nous renvoyons à deux livres essentiels : D. Lindenberg et P.-A. (...)

19Puisque savoir et politique se rencontrèrent dans l’engagement dreyfusard, puisque les intellectuels normaliens donnèrent de cette rencontre une représentation singulièrement forte, il est légitime de s’interroger sur l’évolution de l’un comme de l’autre. Les textes rassemblés ici nous aident une nouvelle fois à répondre à cette question fondamentale de la vocation de la recherche scientifique à la liberté politique. Les réponses qu’opposèrent Célestin Bouglé, Émile Duclaux ou Émile Durkheim à Ferdinand Brunetière, lors de la grande controverse sur la légitimité de l’engagement des intellectuels, apportent une réponse éclairante. Le savoir le plus élevé, le moins contingent ne peut que s’approfondir encore s’il accepte de se confronter au réel, de s’éprouver en face du social. À l’autre extrémité du spectre de la rencontre, la politique, la société, l’économie ne peuvent, sous peine de se refermer et de disparaître, méconnaître la raison critique et le mouvement de la pensée. C’est la leçon qu’il faut tirer, particulièrement, du parcours des socialistes normaliens, de Lucien Herr à Jean Jaurès, de Charles Andler à Albert Thomas15. Avant d’être des militants, ces hommes furent des intellectuels avec tout l’honneur attaché à ce nom ancien.

Notes

1 Professeur agrégé à l’École des Hautes Études en sciences sociales.

2 Sur l’École normale supérieure et l’affaire Dreyfus, voir « Les engagements normaliens. L’affaire Dreyfus », in J.-D. Pariset (dir.), Maîtres & Élèves, Célébrités & Savants. L’École normale supérieure 1794-1994, Paris, Archives nationales, 1994, p. 277-279, ainsi que les études suivantes : R. J. Smith, « L’atmosphère politique à l’École normale supérieure (fi n du xixe siècle) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1973, p. 248-268 ; M. Rebérioux, « Histoire, historiens et dreyfusisme », Revue historique, avril-juin 1979, p. 407-432.

3 Cf. Lucien Herr et l’École normale, catalogue de l’exposition présentée par la Bibliothèque de l’ENS, Paris, Presses de l’ENS, 1977.

4 Située au large de la Guyane française, cette île qui appartient aux îles du Salut et qui servait de lieu de confinement des lépreux du bagne, a été transformée, au début de l’année 1895, en prison pour Dreyfus.

5 B. Lazare, Une erreur judiciaire. La vérité sur l’affaire Dreyfus, Bruxelles, Imprimerie Veuve Mon nom, 1896 (réédité à Paris par P.-V. Stock).

6 J. et J. Tharaud, Notre cher Péguy, Paris, Plon, 1926, p. 104.

7 Ch. Charle, Naissance des « intellectuels » (1880-1900), Paris, Minuit, « Le sens commun », 1990, et Les Intellectuels en Europe au xixe siècle, Paris, Le Seuil, « L’univers historique », 1996.

8 Paul Marie (pseud. de Paul Dupuy), Le Général Roget et Dreyfus, étude critique sur la déposition du général Roget devant la Cour de cassation (21, 23, 24 novembre 1898, 28 janvier et 3 février 1899), Paris, P.-V. Stock, 1899, p. 279.

9 Histoire des variations de l’État-Major, Paris, G. Bellais, 1899 (avec une reproduction en héliogravure du bordereau).

10 « Examen critique des divers systèmes ou études graphologiques auxquels a donné lieu le bordereau (rapport de MM. Darboux, Appell et Poincaré) », in Affaire Dreyfus. La Révision du procès de Rennes, enquête de la Chambre criminelle de la Cour de cassation (5 mars 1904-19 novembre 1904), t. III, Paris, Ligue française pour la défense des droits de l’homme et du citoyen, 1908.

11 Sur la Ligue de la Patrie française, voir J.-P. Rioux, Nationalisme et conservatisme : la Ligue de la Patrie française 1899-1904, Paris, Beauchesne, 1977, et B. Joly, « Les antidreyfusards croyaient-ils Dreyfus coupable ? », Revue historique, 1995, p. 401-437.

12 « Allocution de M. Pierre Clarac », Études renaniennes. Bulletin, n° 30, 1er trimestre 1977, p. 3.

13 Ch. Andler, La Vie de Lucien Herr, Paris, Librairie François Maspero, rééd. 1977, p. 148.

14 Voir infra, p. 159.

15 Sur le socialisme des normaliens, nous renvoyons à deux livres essentiels : D. Lindenberg et P.-A. Meyer, Lucien Herr. Le socialisme et son destin, Paris, Calmann-Lévy, 1977, et C. Prochasson, Les Intellectuels, le socialisme et la guerre 1900-1938, préf. de M. Rebérioux, Paris, Le Seuil, « L’univers historique », 1993.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540