Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Études et la guerre

 | 
Stéphane Israël

Deuxième partie. Opinions, engagements, éloignements et exclusions (octobre 1940-février 1943)

4. S’informer, contester, résister

Texte intégral

1On l’a vu, la stratégie de Jérôme Carcopino est de dresser une sorte de cordon sanitaire autour de la rue d’Ulm. C’est pour lui la condition de la continuité de l’institution et de la remise au travail des normaliens. Mais les réalités de la Révolution nationale et celles de l’occupation allemande ne peuvent pas être méconnues des élèves. Reste à comprendre de quelle façon ils ont pu appréhender ces phénomènes, à mesurer l’évolution de leur opinion à l’égard de Vichy et des Allemands, à retracer les engagements les plus précoces.

L’ÉCOLE NORMALE ET LA RÉVOLUTION NATIONALE

Vichy, si loin, si proche

2La situation de l’École vis-à-vis de la Révolution nationale est ambiguë. Elle se caractérise à la fois par une forme d’éloignement et par un ensemble de points de contact.

  • 1 Ce cycle de conférences est présenté en détail dans AN 78 AJ15.

3Éloignement parce que l’École est en zone occupée. Pour triviale qu’elle soit, cette réalité ne peut être sous-estimée. Certes, comme le stipule l’article 3 de la convention d’armistice, l’administration et les décisions de Vichy – à commencer par celles qui concernent l’université et l’enseignement supérieur – s’appliquent sur l’ensemble du territoire, les Allemands gardant un pouvoir de censure en zone nord. Cependant, la propagande pétainiste est beaucoup plus forte en zone sud. Plusieurs institutions clefs de la Révolution nationale – comme les Mouvements de jeunesse – ne sont pas représentées en zone nord. La vie du régime au jour le jour, certaines de ses ambitions sont donc perçues avec moins d’acuité à Paris qu’à Marseille. En outre, à l’École même, aucun des enseignements ne peut servir de prétexte à des exposés politiques sur les réalisations les plus récentes du régime de Pétain. On mesure ici la distance qui sépare l’École normale supérieure de l’École libre des sciences politiques, qui pour son antenne lyonnaise accueille, en 1941-1942, un cycle de sept conférences dites d’information donnant ainsi la parole à trois ministres de Vichy, Bichelonne, Berthelot et Borotra, et présentant certaines des innovations du régime, comme la Charte du travail. Il est vrai qu’il faut initier les futurs hauts fonctionnaires aux réalités de l’« État français » qu’ils auront à servir1. Protégée par sa vocation universitaire et son orientation vers les disciplines fondamentales, l’École normale est aussi volontairement tenue à l’écart de toute propagande trop visible par sa direction.

4Pour autant, la réalité du régime de Vichy n’est pas inconnue des élèves.

5D’abord parce que le destin du nouveau directeur est mêlé à celui de la Révolution nationale. Les élèves en sont parfaitement conscients. Ensuite parce que, en raison de la législation antisémite de Vichy, tous les candidats admis au concours à partir de 1941 doivent attester sur l’honneur qu’ils sont nés de père français, et qu’ils ne sont ni juifs, ni francs-maçons. Ils remplissent à cet effet un formulaire qu’ils adressent à l’administration. Enfin, parce que certains aspects, mêmes symboliques et sur un mode mineur, de la propagande de Vichy sont perceptibles à l’École. On l’a vu avec la politique sportive et l’éducation générale. Mais ce n’est pas tout. Depuis l’armistice, des portraits du Maréchal ornent les murs des locaux administratifs et de la bibliothèque. Le 25 novembre 1942, Carcopino, reprenant ses fonctions à l’École, écrit au recteur Gidel pour lui demander deux portraits supplémentaires destinés aux laboratoires scientifiques. Certaines manifestations se déroulent également dans les établissements scolaires et universitaires : c’est le cas de la fête de Jeanne d’Arc, le 8 mai, à laquelle Carcopino demande que les établissements scolaires s’associent dès 1941, et pour laquelle, un an plus tard, son successeur Abel Bonnard compose un discours vantant les mérites de la Pucelle, que le secrétaire général de l’École lit devant un parterre de normaliens incrédules. Dans le même esprit, le 2 avril 1942, le Commissariat général à la famille adresse 150 brochures de son cru aux normaliens : voilà les étudiants incités à relever la natalité du pays, à se détourner des facilités individualistes en fondant un foyer et à se comporter comme de véritables hommes en devenant des chefs de famille. Peu convaincu par cette prose et moins encore par l’opportunité de sa diffusion rue d’Ulm, le directeur adjoint Georges Bruhat avait pourtant pris la peine d’indiquer au commissaire général que 50 brochures suffiraient amplement à l’information des normaliens.

  • 2 Discours radiodiffusé du 27 juin 1941 retranscrit dans L’Information universitaire du 5 juillet 19 (...)

6La propagande pétainiste s’exerce aussi pendant les vacances, comme l’a montré le stage d’éducation générale de Cannes pendant l’été 1942. On peut également mentionner, pour les étés 1941 et 1942, la mise en place du service civique rural qui concerne tous les jeunes n’ayant pas été mobilisés durant la guerre. Les étudiants doivent aider le pays en se ressourçant dans les fermes ou en faisant la moisson. Dans le cadre de ses fonctions ministérielles, Carcopino demande ainsi aux étudiants, à la veille de l’été 1941, de ne pas partir en vacances sans avoir au préalable accompli leur service civique rural : « Durant cet été, vous aurez mieux à faire que de courir les bars et les casinos : l’heure est à l’entraide2. » Pourtant, en dépit des injonctions du directeur-ministre, les normaliens ne donnent guère l’exemple au reste de la jeunesse étudiante : cet été-là, sur 44 requis, 23 sont exemptés pour préparer les examens de la session d’octobre ; 4 encadrent des colonies de vacances ; 14 sont censés travailler à la campagne, mais il s’agit le plus souvent de provinciaux qui rejoignent tout simplement leur famille ; seuls 3 élèves sont volontaires pour accomplir un véritable service rural. L’été suivant, le stage de Cannes dispense de service, ce qui peut aussi expliquer son succès auprès des élèves. Très peu de normaliens sont donc prêts à sacrifier leur été pour honorer la mystique tellurique du régime.

Quand le directeur fait don de son école au Maréchal

7De façon à la fois plus ponctuelle et plus officielle, un autre événement doit donner de l’École normale supérieure l’image d’une institution en harmonie avec la Révolution nationale : il s’agit d’une réception organisée à Vichy le 9 avril 1942 en l’honneur des étudiants et des élèves des grandes écoles françaises dont Carcopino, encore ministre pour quelques jours, est à l’origine. Dans ses Souvenirs de sept ans, il affirme que son but était, en faisant converger l’élite de la jeunesse depuis toutes les parties du territoire, et même de l’Afrique du Nord, de démontrer l’unité française. Acte de patriotisme, il ne s’agissait pas, dans son esprit, d’un enrôlement : en saluant le Maréchal, comme ils devaient le faire en début d’après-midi, les étudiants ne feraient pas allégeance au nouveau pouvoir, mais précisément à cette unité française qu’il incarnait.

8Ce jour-là, deux cent cinquante invités se retrouvent à Vichy, les universités étant représentées par dix volontaires et les grandes écoles par deux de leurs élèves. Chaque délégation est conduite par un professeur : le doyen Pierre Renouvin a pris la tête de celle de la Sorbonne. La journée est bien remplie : le matin, salut au drapeau ; à midi, un déjeuner préparé par les cuistots des Chantiers de la jeunesse et présidé par Carcopino qui, « lors d’un toast sacramentel », évoque « le prestige intellectuel de la France que la défaite n’avait pas entamée » et demande à l’assistance de « préparer la patrie à des lendemains de résurrection ». Puis vient le moment tant attendu où le Maréchal passe en revue les différentes délégations. Il faut ici reproduire la description que fait Carcopino dans ses mémoires de l’arrivée de Pétain. L’homme qui l’avait ébloui dès leur première rencontre à la table du déjeuner Hervieu en 1934 continue de le fasciner. Sa « maréchalolâtrie » n’a pas faibli avec le nombre des années :

À deux heures précises, le Maréchal, ponctuel comme le roi de France, descendit de sa voiture, suivi de madame Pétain et de monsieur Du Moulin de la Barthète. Droit comme un i, dans un veston bleu de bonne coupe, simple et souriant, le prodigieux vieillard, comme s’il eût puisé un regain de vitalité dans les acclamations de cette jeunesse, décida, contrairement à l’ordre prévu, que les présentations seraient individuelles.

9Parvenu devant les deux représentants de l’École normale, Pétain se voit remettre « un parchemin enluminé sur lequel avait été calligraphié un texte en latin ». Les remerciant, il se tourne alors vers Jérôme Carcopino, lui demandant s’il pourrait au besoin le lui traduire.

10Qui sont les deux messagers ? Il semble que l’administration ait sollicité deux caciques de promotion : celui de la promotion sciences 1939 est à Vichy, mais comme son homologue littéraire pour la promotion précédente n’était pas disponible, c’est un de ses camarades qui le remplace. Si ces deux élèves n’ont par ailleurs aucun engagement en faveur de la Révolution nationale connu de leurs camarades ou dont les archives auraient gardé la trace, leur présence lors d’une manifestation officielle à Vichy indique qu’ils n’étaient pas rebutés à l’idée de côtoyer, l’espace d’une journée, le personnel politique du nouveau régime et de serrer la main du maréchal Pétain. Il convient d’ailleurs d’ajouter qu’un normalien de la promotion sciences 1940 s’est glissé dans la délégation des étudiants de l’université de Paris : lors de l’entretien qu’il m’a accordé en 1993, il n’a pas tenu à mentionner ce fait, silence révélateur en lui-même.

  • 3 Je souhaite rendre hommage à Stéphane Diebler, cacique de la promotion 1990, brutalement disparu d (...)

11Arrêtons-nous sur le parchemin remis au Maréchal par la délégation normalienne ; un exemplaire en a été conservé dans les archives personnelles de Jean Baillou. On peut en proposer la traduction qui va suivre3.

12Ce parchemin peut se lire autant comme un hommage, quasi vassalique, de l’École normale au maréchal Pétain que comme une défense et une illustration de l’institution : de sa vocation d’excellence universitaire mais aussi de son patriotisme, ce qu’attestent la référence au sacrifice des normaliens durant les guerres passées et son souci présent du sort des prisonniers et du destin de la patrie. De ce point de vue, le choix d’une rédaction en latin peut apparaître comme un coup de maître : il témoigne de la tradition d’érudition des normaliens tout en flattant l’orgueil d’un régime qui préfère les humanités aux disciplines modernes. L’École normale montre ainsi que, bien loin de la réputation de « serre pour controverses » et de « vivier à intellectuels » qui était la sienne depuis l’affaire Dreyfus, elle est avant tout une citadelle de haut savoir. Le message est clair : Vichy ne doit pas redouter l’indiscipline brouillonne de ses élèves ; le régime peut compter sur l’École pour former les savants et les maîtres nécessaires au relèvement national.

Au chef de la nation française
Au guide de l’Empire le plus humain qui a jamais été au monde
À celui qui a obtenu les plus hauts honneurs parmi les soldats
À Philippe Pétain
L’École rend vénération et honneur et accorde du fond du cœur une loyauté sans égale, à la fois consciente et inquiète des destins de la Patrie
Cette École qui, à Paris, a reçu son nom parce qu’elle conserve à jamais la norme suprême de toutes les sciences ayant travaillé, depuis presque 150 ans déjà, à accroître les arts libéraux parmi les savants
Et en même temps à les transmettre inlassablement aux jeunes gens Cette école, récemment prodigue de son sang au combat, et qui dispense à présent
les dons éternels de l’esprit parmi les prisonniers S’astreint aujourd’hui, par un serment religieux, à dévouer toujours davantage ses forces à la restitution et à l’ornement de la Patrie
mois de mars année 1942 après la naissance du christ

  • 4 Cette correspondance est consultable à la bibliothèque de l’Institut.

13Toutefois, le recours au latin autorise une seconde interprétation, complétant la précédente plus qu’elle ne l’annule : de toute évidence, il exprime aussi une forme de distance par rapport à la lettre même du propos. L’hommage rendu au régime, la défense et l’illustration de l’École normale deviennent d’abord un exercice scolaire, pour ne pas dire formel : ils sont prétexte à un thème latin, beaucoup plus proche dans son esprit de la khâgne ou de la préparation de l’agrégation que du manifeste politique. Est-on alors à la limite du canular normalien ? Sans doute pas. Mais l’interprétation « distanciée » est d’autant plus permise que, si l’on en croît Carcopino, c’est Jean Bayet qui aurait supervisé la rédaction du parchemin. Latiniste de renom, Bayet est proche de la résistance universitaire et on ne peut le soupçonner de la moindre adhésion à Vichy ni même de sympathie pour la personne du Maréchal. S’il admire en Carcopino le grand historien, il vénère nettement moins le ministre. Comme en témoigne la très abondante correspondance que les deux hommes ont échangée tout au long de leur carrière4, Bayet ne se comporte jamais à son égard comme un subordonné aux ordres. Dès lors, on peut supposer qu’il a répondu à une « commande » du directeur, soucieux de défendre l’École normale à Vichy, mais qu’il l’a fait sur un mode plus normalien que politique.

14Quoi qu’il en soit, l’allégeance, en latin dans le texte, faite au Maréchal par son école n’assure pas à Carcopino un sort ministériel privilégié : quatre jours plus tard, le 13 avril 1942, à la faveur du retour de Laval, Abel Bonnard lui succède à la tête du ministère de l’Éducation nationale.

L’opinion des élèves à l’égard du régime

  • 5 P. Laborie, L’Opinion française sous Vichy et Les Français des années troubles.

15Mais revenons rue d’Ulm pour tenter d’appréhender l’opinion des élèves à l’égard du régime durant les premières années de l’Occupation. Une telle tentative réclame naturellement une prudence méthodologique, puisqu’elle se fonde, pour partie, sur la mémoire normalienne, qui, à cinquante années de distance et le destin de Vichy ayant été ce qu’il a été, ne peut qu’accentuer leur hostilité. De même, pour l’ensemble du pays, les travaux de Pierre Laborie5 ont montré qu’il était inexact de concevoir l’évolution de l’opinion de façon rectiligne, allant d’une adhésion totale à Pétain à l’été 1940 à une adhésion totale à de Gaulle quatre années plus tard. La perception des événements par l’opinion n’est pas aussi mécanique : les aléas de la politique de collaboration, les révolutions de palais à Vichy, l’avancée ou la stagnation des forces alliées, la résistance et les représailles qu’elle suscite, les bombardements sur le territoire français durant l’année 1944, sans même évoquer la plus ou moins grande visibilité des persécutions antisémites, tout cela a pu susciter une durable ambivalence parmi les Français de l’époque. Il convient donc de se garder de toute conception « téléologique » de l’opinion française entre 1940 et 1944 et de conserver toujours présent à l’esprit que, pour les Français de l’époque, la fin de l’histoire n’était pas connue.

16Deux anecdotes donnent une première idée du climat qui règne rue d’Ulm dans le courant de l’année 1941-1942, à un moment où le crédit du régime de Vichy est déjà sérieusement entamé en zone occupée.

17La première m’a été rapportée par Pierre Moussa. Juste après sa libération de l’oflag 4 D à la fin de l’année 1941, un élève littéraire de la promotion 1933, qui sera par la suite un éminent critique littéraire, se rend à l’École. Discutant dans une turne avec des élèves de la promotion lettres 1940, il affirme : « Je suis très Pétain ! » Comme la plupart des prisonniers, il a connu dans les camps une propagande pétainiste efficace. Pierre Moussa se souvient de la surprise de ses camarades face à une telle déclaration, qui, si elle restait courante en zone sud, se faisait déjà rare à Paris.

  • 6 M. Bel, Maurice Clavel, p. 56.

18Allant dans le même sens, une autre anecdote figure dans l’ouvrage consacré par Monique Bel à Maurice Clavel6. En janvier 1942, celui-ci revient à l’École après avoir passé un an chez les Compagnons de France. À cette époque, il reste favorable au régime de Vichy. Il explique à ses camarades, pour la plupart des littéraires de la promotion 1939, l’espoir qu’il place dans les Mouvements de jeunesse de la zone non occupée et leur dit sa confiance en Pétain pour assurer la régénération morale du pays. Clavel se heurte alors au même sentiment d’incompréhension et d’incrédulité que l’archicube fraîchement libéré : pour les normaliens, les réalités de la zone nord et la dureté de l’Occupation opposent, au quotidien, un démenti à de telles analyses.

19Ces deux « petits faits vrais » suggèrent que, dès le début de l’année 1942 et avant même le retour de Laval à Vichy et l’occupation de la zone sud, l’opinion dominante rue d’Ulm est sinon hostile au régime, du moins fortement sceptique à son égard.

20Peut-on en dire autant à l’été 1940 et en 1941 ?

  • 7 Dans le cadre d’un entretien qu’il m’a accordé.

21Il est certain que dans les premiers mois qui suivent la défaite, les esprits sont ébranlés. Beaucoup ont été déçus par la IIIe République finissante, même si le gouvernement Daladier avait pu marquer un certain redressement. Ainsi, l’historien François Crouzet, littéraire de la promotion 1941, se souvient que durant l’été 1940, sans soutenir le nouveau régime, il jugeait que la IIIe République avait sa part de responsabilité dans la défaite ; son père, professeur de khâgne au lycée Condorcet, proche de la SFIO et futur membre de la résistance universitaire, accusait, pour sa part, uniquement les militaires. De plus, immédiatement après l’armistice, certains normaliens croient à la thèse du double jeu de Vichy vis-à-vis des Allemands. Comme beaucoup de Français, ils accordent un crédit personnel au maréchal Pétain. Dès le 24 octobre 1940, l’entrevue de Montoire et le lancement officiel de la politique de collaboration apportent un premier démenti à cette interprétation, optimiste, des intentions de Vichy : Jean-Baptiste Duroselle7 affirme qu’il cesse alors de croire à la théorie du double jeu ; mais il ajoute aussitôt que le 13 décembre 1940, le renvoi de Laval et l’hypothèse d’un retour de Pétain à Paris ou à Versailles brouillent de nouveau les pistes.

  • 8 Les paragraphes qui suivent se fondent sur un entretien avec William Lapierre.

22Pour d’autres, il faut attendre le retour de Laval en avril 1942, voire l’invasion de la zone non occupée en novembre de la même année, pour qu’ils se persuadent que le régime ne résistait pas aux Allemands. C’est le cas de William Lapierre, littéraire de la promotion 1941. Dans la mesure où Lapierre est l’un des rares normaliens de la zone occupée à avoir eu un engagement actif en faveur du maréchal Pétain, son itinéraire mérite d’être retracé8.

23Issu d’une famille de tradition catholique installée au Mans, Lapierre fait toutes ses études secondaires dans l’enseignement confessionnel, d’abord chez les maristes à Marseille, puis chez les jésuites au Mans. Ancien combattant, son père meurt prématurément en 1935. En 1936, William Lapierre soutient les Croix-de-feu contre le gouvernement du Front populaire. En 1938, il est admis en hypokhâgne au lycée Henri-IV. Avant son départ pour la capitale, les jésuites l’ont mis en garde contre ces deux lieux de perdition que représentaient Paris et l’enseignement laïc. À Henri-IV, Lapierre découvre en effet des camarades et des professeurs très éloignés de ses traditions politiques familiales : Michel Alexandre, dont le pacifisme fait de nombreux émules chez les hypo-khâgneux de gauche ; André Alba, qui ne cache pas son anticléricalisme. Lapierre reste catholique, mais s’ouvre alors à de nouvelles lectures, plus progressistes, comme les revues Esprit et Temps présent.

24Collé au concours de 1940, il revient à Henri-IV en 1940-1941. Le choc de la débâcle le jette dans les bras du Maréchal. Il perçoit les premiers actes du régime comme des nécessités : ainsi de Montoire, mais aussi de la révocation des professeurs juifs. En décembre 1940, assistant au dernier cours de Michel Alexandre et choqué par sa révocation, il s’associe à la pétition de ses camarades pour demander que leur professeur soit relevé de l’interdiction d’enseigner. Pour autant, il reste favorable au nouveau régime, méconnaissant l’influence de ses professeurs, qui cherche à s’exercer en sens inverse : en grec, Maurice Lacroix privilégie l’étude des textes – comme Les Perses ou les Philippiques de Démosthène – qui montrent les méfaits de la tyrannie politique ; André Alba consacre un cours à l’Église au xixe siècle dans lequel il critique les excès du cléricalisme ; étudiant les relations internationales, il montre comment, dans la Pologne dépecée, c’était l’occupation prussienne qui était la plus terrible. Quant au philosophe Jean Nabert, sans avoir un propos directement politique, son cours incite à la prudence, puisqu’il traite de la pluralité des valeurs. Reçu à Ulm au concours de 1941, Lapierre rejoint le groupe des Jeunes du Maréchal. Son engagement est connu des autres normaliens, puisqu’il arbore la francisque. Mais, au-delà de son soutien à la Révolution nationale, Lapierre veut croire à une forme de résistance de Vichy aux Allemands. Ses illusions s’effondrent en avril 1942. Le port de l’étoile jaune, décidé par les Allemands mais qu’il reproche à Vichy de tolérer, puis l’invasion de la zone sud, lui font perdre ses dernières illusions. Je montrerai par la suite comment Lapierre, recruté par son camarade Robert Salmon, rejoint la Résistance à l’automne 1942.

  • 9 Dues à Y.-M. Hilaire, E. Fouilloux, B. Comte ou encore G. Cholvy, ces enquêtes sont bien résumées (...)

25L’itinéraire de William Lapierre pose la question de l’opinion des élèves catholiques de l’École à l’égard du maréchal Pétain et de la Révolution nationale. Le nouveau régime peut exercer une séduction sur eux en raison de son refus du matérialisme athée de la IIIe République et de l’exaltation des racines chrétiennes de la France. Des travaux récents permettent d’ailleurs d’établir que si l’Église de France est toujours restée allergique au nazisme9, elle a d’abord apporté son soutien à la Révolution nationale – « Pétain, c’est la France et la France, c’est Pétain » proclame alors le cardinal Gerlier –, avant de prendre progressivement ses distances avec le régime à partir de 1942 et plus encore en 1943, lors de la mise en place du STO.

  • 10 Témoignage d’André Mandouze et indication donnée par l’ouvrage de P. Golliet, Jean Badelle, sa vie (...)

26S’agissant des princes talas des années 1940-1942, j’ai déjà évoqué la figure de Jean Badelle : les témoignages convergent pour affirmer que c’était un homme de droite, mais les archives ne laissent aucune indication sur la façon dont il a accueilli le nouveau régime10. Quant à son successeur, Marie-Joseph Moeglin (L 1940), originaire d’Alsace, il a eu Paul Ricœur comme professeur de philosophie en terminale au lycée de Colmar, qui l’a rapproché des idées du Front populaire et éloigné de celles de son milieu familial, plus conservateur. Pour le reste du groupe, des sources orales évoquent, chez certains talas, une inclination en faveur du nouveau régime jusqu’au retour de Laval.

  • 11 Articles cités par A.-R. Michel dans La JEC face au nazisme et à Vichy.

27La publication de trois articles durant l’été 1941 dans la revue Voix françaises permet de mieux apprécier l’état d’esprit des talas au début de l’Occupation. Le premier article, signé par Paul Germain, scientifique de la promotion 1939, est intitulé « Le témoignage chrétien et les jeunes » ; le deuxième, dont l’auteur est Charles Ximénès (S 1937), est consacré au « christianisme étudiant » ; le troisième, de Jean Badelle, évoque « les fonctions des jeunes dans l’Église ». Ces trois normaliens, animateurs du groupe tala, occupent par ailleurs des responsabilités à la JEC11.

28Alain-René Michel note que la revue Voix françaises paraissait avec l’accord des autorités allemandes, et que son directeur, Paul Lesourd, était franchement favorable à un catholicisme réactionnaire. Il s’interroge alors sur la raison de la participation de nos trois normaliens jécistes à une telle entreprise, sans pouvoir avancer d’explication certaine. Mais le contenu des articles insiste d’abord sur la nécessité, pour les jeunes, de rester fidèles aux valeurs du christianisme, ce qui suppose à la fois un rejet du racisme nazi et la primauté de l’engagement religieux sur l’engagement politique. Reprenant l’argumentation de Pie XI dans son encyclique Mit brennender Sorge de 1937, Jean Badelle écrit ainsi : « Universalisme chrétien devant la diversité des races et des nations, primat de la charité, subordination du politique au moral, telles seraient les vérités à affirmer sans ménagement. » De même, Paul Germain, tout en rejetant « l’égoïsme individualiste que l’on offrait aux jeunes avant 39 », appelle la jeunesse à « porter un témoignage chrétien ». Si un tel programme peut participer du retour au christianisme que Vichy appelle de ses vœux, il reste, sous la plume de Germain, strictement religieux :

Qu’attendent les chrétiens ? Ils semblent oublier parfois qu’ils n’ont pas besoin d’autre chef que le Christ ni d’autre doctrine que celle de l’Évangile. […] Que les jeunes comprennent bien que le devoir de témoigner chrétien s’impose à eux de la façon la plus pressante. S’ils veulent être les témoins du Christ, ils trouveront rapidement dans leur foi les sources d’une mystique dépassant infiniment toutes les mystiques de la terre, la seule susceptible de les enthousiasmer sans leur faire perdre la liberté de leur esprit, de leur conscience et de leur âme.

  • 12 Témoignage oral de Paul Germain, confirmé dans le livre d’A.-R. Michel cité ci-dessus, p. 215.
  • 13 Cf. A.-R. Michel, ibid., p. 215.

29En somme, en ces temps où Vichy mêle le spirituel et le politique, la démarche des chefs talas peut, pour parodier Maurras, se résumer en un mot d’ordre : « Christianisme d’abord ». D’ailleurs, au printemps 1941, quand les évêques manifestent ouvertement leur allégeance au régime, Jean Badelle et Paul Germain demandent, au nom de la JEC de la zone occupée, à être reçus par le cardinal Suhard, archevêque de Paris12, devant lequel ils plaident pour une position strictement neutraliste. Contrairement à ce qui se passe en zone sud, Messages, la revue de la JEC, refuse de reproduire dans ses colonnes les prêchi-prêcha politico-religieux des hiérarques de Vichy13. Sans doute pour Badelle et Germain n’est-il pas question de franchir le pas et d’entrer en dissidence vis-à-vis des hommes forts du moment ; en revanche, ils s’opposent à tout ce qui pourrait prendre la forme d’un ralliement collectif des chrétiens à la Révolution nationale. On peut donc penser que, dès la fin de l’année 1941, la plupart des talas ont pris leurs distances à l’égard de Vichy.

  • 14 Sur les origines sociales des normaliens, cf. Ch. Baudelot et F. Matonti, « Le recrutement social (...)
  • 15 Témoignage de Lionel Galand (L 1941).
  • 16 Témoignage de Marius-François Guyard (L 1942).
  • 17 Témoignage de Jean-Pierre Dannaud (L 1940).

30D’autres élèves ont pu éprouver de la sympathie pour Vichy en raison de leur milieu familial : ainsi, Jean Leclant (L 1940) se souvient que son camarade de promotion Pierre Lévêque, dont le père, ingénieur des Ponts et Chaussées, occupait des fonctions importantes au ministère de l’Équipement, resta longtemps favorable à Pétain. Après la guerre, cet hellénisant de renom deviendra de stricte obédience marxiste. Si l’on se fie au recrutement social de l’École14, un tel contexte familial n’est pas majoritaire parmi les élèves, même si les années 1940 marquent une progression des enfants de la bonne bourgeoisie : trois normaliens sur dix ont désormais un père cadre supérieur ou exerçant une profession libérale, soit à peine plus que les enfants d’enseignants qui représentent à eux seuls un quart des promotions. Or ces derniers sont souvent issus de traditions familiales socialistes ou radical-socialistes qui les éloignent d’un régime calotin et autoritaire, même s’ils peuvent trouver dans le pacifisme de Vichy un écho à celui qui a été prégnant dans leur milieu15. Encore faut-il se garder d’assimiler un certain élitisme social à une prédisposition en faveur de Vichy. Certains normaliens, classés à droite et appartenant à des familles de la haute bourgeoisie, reprochent à Vichy d’avoir cédé devant les Allemands : la lecture du journal de Henri de Kérillis, L’Époque, au moment des accords de Munich, le fait d’avoir apporté ensuite leur soutien à Paul Reynaud ont joué un rôle déterminant dans leur formation16, et l’emportent finalement sur le respect que leur inspire la personne du maréchal Pétain. Dans le même ordre d’idée, certains considèrent la propagande de Vichy comme tout simplement « avachissante » et « débilitante » : en bons normaliens dotés d’un solide sens critique et d’une féroce ironie, ils nourrissent vite une forme de mépris pour le régime17.

  • 18 Témoignages de Francis Courtès (L 1940) et Henri Plard.

31Une ironie et un esprit critique qui n’épargnent pas le directeur-ministre. S’il est respecté par les élèves en tant qu’universitaire, ses fonctions ministérielles stimulent leur créativité verbale. L’habitude a été prise, surtout parmi les scientifiques, de surnommer Carcopino « Carcal » ou « Von Carco ». Avec l’aide de leurs camarades des promotions d’avant-guerre, les littéraires de la promotion 1940 composent une chanson en son honneur18 :

Carco est nécessaire
Il plie et ne rompt pas
Avec la protection de Hitler
Il arrivera au rectorat.

32De façon plus révélatrice encore, Carcopino est au centre de la « Revue » qu’organisent les élèves en novembre 1941. Tradition normalienne, la Revue est l’occasion pour eux de railler leurs professeurs et l’administration. La chanson composée pour l’occasion a été retrouvée dans les papiers personnels de Jean Bayet, qui a dû éprouver une certaine sympathie pour ces paroles.

33Sans doute la Revue n’exprime-t-elle pas, par elle-même, un jugement de nature politique sur la Révolution nationale. En revanche, elle montre que les élèves reprochent à leur directeur de se soucier plus de son destin ministériel que du sort quotidien de ses élèves assombri par des privations alimentaires. Les normaliens expriment ainsi une critique, à peine voilée, contre le mélange des genres que pratique Carcopino, ministre ayant voulu conserver son titre de directeur. Le « Dieu merci » final qui vient saluer le constat de l’absence de Carcopino mérite d’être souligné : grâce à l’éloignement de son directeur-ministre, l’École peut préserver une partie de l’esprit de liberté qui était le sien durant les années 30, selon une continuité garantie par la présence des autres membres de l’administration – Georges Bruhat, Jean Bayet et Jean Baillou déjà en fonction dans la décennie précédente. En moquant les prétentions ministérielles de Carcopino, les normaliens affirment une certaine indépendance à l’égard de tous les pouvoirs, et de Vichy en particulier.

  • 19 Henri Le Bonniec est caïman de lettres.
  • 20 Stéphane Piobetta est caïman de philosophie.
  • 21 Paul Étard est le bibliothécaire.
  • 22 Jean Meuvret est caïman d’histoire.
  • 23 Le Pot est l’économe : il s’agit de M. Uchan, dont le nom est cité plus loin.
  • 24 Madame Poré est la secrétaire du directeur.
  • 25 Il s’agit d’une allusion à un élève scientifique, surnommé ainsi par ses camarades en raison de sa (...)
  • 26 « L’aquarium » désigne le hall d’entrée de la rue d’Ulm.

LA REVUE
« Le directeur de l’École transmet les demandes au secrétaire d’État »
(Règlement de l’ENS)
(air : le pendu de Saint-Germain)
Par un beau jour d’audace folle
Monsieur Carco a décidé
De revenir voir son École
Et à Paris il est rentré.
La chose est extraordinaire
Tout le personnel est sur pied
Quelle réception lui faire ?
Se demande monsieur Bayet.
Je vois très bien un’prise d’arme
Au garde à vous naturel’ment
Un défilé n’manquerait pas d’charme
Avec l’Bonniec19 comme adjudant.
Il dit et aussitôt convoque
Tout l’personnel d’l’établissement
Dans son bureau au Cent’de Doc(que)
Et leur tient le discours suivant :
(cucaracha)
Carcopino ci, Carcopino là
Carcopino est un peu là
Carcopino là, Carcopino ci
Carcopino est à Paris.
(parlé)
Le lendemain : une, deux, une, deux
(marche des rois)
Vraiment devant
Les trois caïmans
Baillou, l’Bonniec et Piobetta20 leur p’tit frère
Venaient devant
Les trois Caïmans
Baillou, l’Bonniec consécutivement
(marche des rois) (suite)
Venaient après
Étard21 et Meuvret22
Bruhat, le Pot23, les 2 toubibs et la Vierge
Venaient après
Étard et Meuvret
Bruhat, le Pot et puis madame Poré24.
(cucaracha)
À cet instant-là, à cet instant-là
Carcopino leur demanda
Dites-moi s’il y a, dites-moi s’il y a
Quelque chose qui ne va pas.
Car je peux le dire, ou bien l’écrire
Au secrétaire d’État.
S’il y a quelque chose, s’il y a quelque chose
Monsieur Étard dites le moi.
(pimpolaise)
Ils ont miné mon auditoire
Ils ont coulé tous mes bateaux
Ils ont sabordé mon crachoir
Ils ont torpillé mes topos
Et ne m’ont laissé
Que ce con d’Meuvret
M’sieur Carco soyez magnanime
Faites-moi nommer amiral
Contre le blocus maritime
Faites convoyer mes batals.
(cucaracha)
Je vais le dire, ou bien l’écrire
Au secrétaire d’État
Je vais l’écrire ou bien le dire
Au secrétaire d’État.
Y a-t-il aut’chose, y a-t-il aut’chose
Quelque chose qui ne va pas ?
S’il y aut’chose, s’il y aut’chose
Monsieur Uchan dites-le moi.
(la cannibale)
Ce sont de vrais cannibales
Ils ne pensent plus qu’à bouffer
Et quand ils ont la fringale
Ils bouffent les lames du parquet
Et youp youp youp
L’autre jour vu Poubelle25
Qui se nourrissait du ciment
D’un mur de l’École nouvelle
Qu’il croquait à belles dents
Et youp youp youp
M’sieur Carco faudrait qu’ça cesse
Ça peut pas durer comme ça
J’vous dis que si on les laisse
Toute l’École y passera
Et youp youp youp…
(cucaracha)
Je vais le dire, ou bien l’écrire
Au secrétaire d’État
Je vais l’écrire ou bien le dire
Au secrétaire d’État.
Y a-t-il aut’chose, y a-t-il aut’chose
Quelque chose qui ne va pas ?
Le Bonniec, dites-le moi.
(parlé) Le Bonniec
Je voudrais avoir un bel uniforme
Les marques extérieures du respect
Un ceinturon, des bottes et un bicorne
Des galons, des épr’ons, une épée
Carcopino.
(le général dort debout)
Mais la Revue est terminée
Carcopino s’en est allé
Et dans l’aquarium26 sont restés
Les caïmans et Bayet
Ils se demandent s’ils ont rêvé
Ils savent bien que rien n’est changé
Et que le secrétair’ d’État
Bien vit’les oubliera
(cucaracha)
Carcopino ci, Carcopino
là Carcopino n’est jamais là
Carcopino la, Carcopino ci
Carcopino est à Vichy
Dieu merci.
Novembre 1941

  • 27 Témoignage écrit de René Braun (L 1939).
  • 28 Ces articles parus dans Le Pilori et Révolution nationale sont cités par J. Carcopino dans Souveni (...)
  • 29 Entretien oral, dont la transcription a été relue par René Rémond.

34Toutefois, il serait excessif d’assimiler cette impertinence des élèves à un mouvement de défiance à l’encontre de leur directeur. Lors de son retour rue d’Ulm, à la rentrée 1942, Carcopino n’est pas contesté. Certains normaliens estiment qu’il pourra tirer avantage de ses amitiés à Vichy pour protéger l’École en cas de difficulté avec les Allemands27. D’autres lui sont reconnaissants de ne pas y avoir introduit de propagande. En outre, face aux excès d’Abel Bonnard, son action ministérielle passée peut paraître essentiellement technique et, surtout, mue par son goût pour l’ordre et les honneurs plus que par une adhésion à la politique de collaboration. Du reste, quand Carcopino quitte le gouvernement de Vichy aux premiers jours d’avril 1942, il subit les attaques de la presse collaborationniste parisienne, qui l’accuse d’attentisme et même d’avoir protégé des professeurs juifs à l’université28. En outre, il a l’esprit de corps, c’est un des leurs, et les normaliens le savent. René Rémond29 résume assez bien l’opinion des élèves à l’égard de leur directeur et de Vichy et la façon dont les esprits ont évolué avec le retour de Laval :

C’était compliqué. On pouvait être patriote et vichyssois, en pensant que le gouvernement de Vichy défendait la France, préservait un minimum d’indépendance et de souveraineté, et faire confiance au patriotisme du Maréchal, ce qui était le cas de Carcopino. Il a démissionné au retour de Laval, et, si l’on pouvait contester ses opinions politiques, personne ne le prenait pour un collaborateur. Laval était cordialement détesté ; certains professeurs n’hésitaient pas à exprimer publiquement leur opposition à son gouvernement : C’est d’ailleurs quelques mois après son retour qu’un camarade de la promotion 41 – i. e Lapierre – qui avait été maréchaliste et qui portait la francisque, a décidé de rejoindre la Résistance.

FACE À L’OCCUPATION ALLEMANDE ET AUX ÉVOLUTIONS DE LA GUERRE

  • 30 Témoignages de Pierre Moussa et François Crouzet.
  • 31 Le Paris allemand et la géographie parisienne de la collaboration ont fait l’objet d’une descripti (...)

35L’hostilité des normaliens à l’encontre des Allemands semble avoir été plus immédiate. En zone nord, pour eux comme pour l’ensemble de la population, la réalité quotidienne de l’Occupation importe bien plus que les agissements, entre folklore et turpitudes, du régime de Vichy. Dès la rentrée 1940, ils peuvent constater ce que l’Occupation change à leur vie : rationnement, couvre-feu, absence de liberté. La censure les prive des journaux qui étaient autrefois rassemblés dans leur salle de lecture. Ils n’ont plus le choix qu’entre la presse de la collaboration parisienne et un petit journal de province, Le Journal de Rouen, qui arrive régulièrement rue d’Ulm, au moins durant l’année 1941-1942, et qui, tout en défendant la collaboration, n’a pas le ton vengeur de la presse parisienne30. Toutefois, comme ils le soulignent à plus de cinquante ans de distance, en raison de la situation géographique de l’École au cœur du Ve arrondissement, ils ne subissent pas la vue quotidienne de l’occupant. Certes, les troupes allemandes défilent tous les matins dans les jardins du Luxembourg et certains officiers sont logés dans les hôtels de la rue de Vaugirard. Mais, pour l’essentiel, c’est rive droite que se situe le Paris allemand31. Aussi les élèves remarquent-ils plus les uniformes vert-de-gris quand ils sortent au cinéma dans le quartier de l’Opéra ou sur les Champs-Élysées que lorsqu’ils se rendent à la Sorbonne. Ce qui peut laisser croire à certains que l’École, lieu d’étude et lieu de vie, reste un espace protégé et de relative liberté.

Aller aux nouvelles

36Pour autant, la majorité des normaliens n’oublient pas que le monde est en guerre et que, plus qu’à Vichy, le destin de la France se joue désormais sur des fronts extérieurs. Mais comment s’informer objectivement, quand on sait que les journaux parisiens et la radio officielle délivrent à qui mieux mieux intoxication et bobards ?

  • 32 Pour l’année 1941-1942, témoignages de Frédéric Deloffre (L 1941), Marc Zamansky (S 1938) et Jacqu (...)
  • 33 Témoignages de François Crouzet, Jean Méary et Robert Ecalle.

37Selon plusieurs témoignages32, au moins à partir de la rentrée 1941, les élèves écoutent la BBC à l’École même. Un poste de radio a été installé dans une turne inoccupée située dans les étages supérieurs. Elle est ornée d’une carte du front russe. Les élèves s’y rendent, le plus souvent par groupe de dix, à 13 heures, à la sortie du pot de midi, et le soir à 20 heures pour écouter les émissions en français. Certains externes, comme François Crouzet et René Rémond, écoutent la radio de Londres chez eux. Les uns et les autres répercutent ensuite l’information auprès de l’ensemble de leurs camarades. Perchés sur les toits de l’École33, plusieurs élèves assistent même en direct au bombardement allié des usines Renault de Billancourt, dans la nuit du 3 au 4 mars 1942, le premier qui ait lieu sur le sol français depuis la défaite.

  • 34 Témoignages de François Crouzet et Jean Méary.

38Signe que les alliés reprennent l’offensive, ce bombardement vient rassurer les élèves sur l’issue du conflit. Jusqu’alors, la domination allemande semblait sans partage. Comme tous les Français, les normaliens ont d’abord assisté avec découragement aux victoires successives de l’armée allemande. En juin 1940, Jean-Baptiste Duroselle a dû se résoudre à ce qu’il n’y ait pas de nouvelle bataille de la Marne, comme il l’avait un temps espéré selon son témoignage. Il estime que le pire moment a lieu au printemps 1941, avant l’entrée en guerre de l’URSS : avec son camarade Jacques Néré, historien comme lui et futur spécialiste de la crise de 1929, il redoute que la victoire allemande ne soit irréversible. De façon significative, Jean Guéhenno écrit dans son Journal des années noires à la date du 11 avril 1941 : « Toutes les nouvelles sont mauvaises. Londres paraît incertain, inquiet. Le discours que Churchill a prononcé hier rappelait fâcheusement le discours de Reynaud en juin dernier. C’est le même appel, presque aussi désespéré, à l’Amérique. Pour la première fois, je me dis que notre défaite peut être définitive et je me demande ce que sera notre vie dans cette prison. » Même après l’ouverture du front de l’Est et l’entrée en guerre des États-Unis, la situation demeure indécise : la prise de Singapour par les Japonais, le 15 février 1942, est durement ressentie par de nombreux élèves34. Il faut attendre le débarquement allié en Afrique du Nord le 8 novembre 1942 pour que la plupart en viennent à considérer que, selon le mot de Churchill, « c’était la fin du commencement ».

39La rentrée de la promotion 1942, fixée au 3 novembre, coïncide d’ailleurs, à quelques jours près, avec le débarquement en Afrique du Nord. Le conscrit René Rémond se souvient que Henri Le Bonniec, caïman de lettres, apprend avec joie la nouvelle aux élèves qu’il accueille à l’École. En revanche, quand Jérôme Carcopino reçoit la nouvelle promotion dans les salons du directeur, le jour même du débarquement, il prononce, nous dit Rémond, « un superbe discours de rentrée, parlant plus de trois quarts d’heure sans la moindre note, avec le talent oratoire qui le caractérisait, mais sans faire la moindre allusion à l’événement ». Un témoignage que confirme Carcopino dans ses souvenirs :

  • 35 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 594.

[…] Au moment où je me disposais à passer de mon cabinet dans le salon où les normaliens étaient déjà rassemblés, j’appris, sans autres détails, qu’on avait entendu dire à la radio que les Américains avaient débarqué à Alger. […] Dans l’ignorance où j’étais des conditions dans lesquelles le débarquement s’était, ou non, accompli je n’y pouvais faire d’allusion. Mais mon allocution, pour laquelle j’avais seulement préparé quelques notes, se ressentit de mon émotion et dut trahir moins encore mes inquiétudes que mon espérance35.

La collaboration n’a pas la cote

  • 36 À l’image de Jean-Pierre Dannaud et de François-Marius Guyard (L 1942).
  • 37 C’est le cas de Frédéric Deloffre et de René Deheveuls (L 1942).

40Si les normaliens suivent avec attention le cours de la guerre, ce serait une erreur d’en déduire que tous sont, d’emblée, anglophiles ou gaullistes. Certains estiment que l’Angleterre n’est qu’une alliée de circonstance. François Crouzet se souvient du jugement d’un de ses camarades de promotion qui résume une opinion fréquente à l’École : « Je souhaite la victoire des Anglais, mais ils ont nos intérêts et nous avons les nôtres. » De même, selon les témoignages de Duroselle et de Moussa, au moment de la « comédie d’Alger », certains misent plutôt sur Giraud que sur de Gaulle. À rebours, des raisons avant tout personnelles peuvent expliquer une sympathie spontanée en faveur de l’Angleterre et de de Gaulle. Tels normaliens littéraires36, par exemple, sont des admirateurs fervents du roman anglais et soutiennent Churchill. Tels autres37, originaires du nord de la France, ont entendu dans leur enfance le récit de la dureté de l’occupation allemande durant les guerres passées, ce qui les pousse vers l’homme du 18 juin.

  • 38 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 595.

41Une autre erreur ou une illusion serait de donner de la rue d’Ulm l’image d’une communauté humaine tout entière à l’écoute de la radio de Londres. L’histoire orale montre qu’une partie importante des normaliens tient la guerre pour un événement lointain qui ne les concerne pas directement. Combien sont-ils à vivre dans ce que l’on peut appeler, selon l’expression de Marc-Olivier Baruch, une forme « d’exil intérieur » ? Un normalien de la promotion lettres 1941 estime que quatre de ses camarades, sur les vingt-deux élèves qui ont regagné l’École, refusent même d’entendre parler de la guerre. Nombreux sont ceux qui, tout en suivant l’évolution du conflit, s’en tiennent, tant intellectuellement que personnellement, à distance. Pour eux, seul le studium universitaire importe vraiment. L’espace conventuel qu’est redevenue l’École normale, avec son internat, ses enseignements et sa bibliothèque, fonctionne alors comme une zone refuge. D’ailleurs, Carcopino lui-même incite ses élèves à travailler avant toute chose, pour « gagner la paix », c’est-à-dire pour « conserver et accentuer l’avance que dans les domaines intellectuel et scientifique qui sont les vôtres, nul ne contestait à la France avant 194038 ». Ce message, qu’il a adressé aux normaliens dès 1940, il le leur redit à son retour rue d’Ulm en novembre 1942.

42L’attachement au pacifisme peut d’ailleurs entrer en ligne de compte pour expliquer la passivité de certains élèves. Prenons l’exemple de Lionel Galand, littéraire de la promotion 1941. Issu d’une famille de gauche, il reproche plus à Pétain ses orientations de politique intérieure que le choix de l’armistice. Reçu à l’École normale en 1941, son premier souci est de poursuivre ses études, ce qu’il fait, sans interruption, durant toute l’Occupation, préparant sa licence en 1941-1942, son diplôme de grammaire l’année suivante, puis l’agrégation en 1943-1944, avant de pouvoir passer le concours au printemps 1945. Admis à l’École française de Rome, il se spécialise dans l’étude du berbère et deviendra directeur d’études de libyque et de berbère à l’EPHE. Dans l’entretien qu’il m’a accordé en 1993, il explique ainsi son « parti pris » en faveur du travail :

Ma mère était une militante socialiste, mon père est mort quand j’avais neuf ans, mais il était tout à fait à gauche aussi. Mais moi, je n’ai jamais été militant dans aucun parti, car j’ai une espèce de recul devant toute organisation trop structurée. […] Ma mère était extrêmement pacifiste. Elle se situait dans le sillage de Paul Faure. Il a été blâmé depuis, car il a été de ceux qui ont voté les pleins pouvoirs à Pétain. […] Au moment de l’armistice de 1940, je peux dire que la plupart des Français étaient soulagés : tout ce qu’on a pu dire depuis, pour beaucoup, c’est une reconstitution après coup. Si personnellement, j’ai détesté Pétain, c’était plus à cause de sa politique intérieure – car à mon avis il a profité de la situation pour imposer une politique à laquelle j’étais tout à fait hostile – que pour son armistice.
[…] En khâgne, en 1940-1941, mon sentiment était que nous étions d’abord préoccupés par notre travail. Je suis passé à travers les balles sans les voir. […]
En 1941-1942, je me suis orienté vers la grammaire. C’était l’année de ma licence. J’avais déjà des certificats que j’avais passés en khâgne, mais il me manquait celui de philologie. […] Je me souviens des bombardements des usines Renault, vu des toits. Mais on ne parlait pas entre nous de tous les sujets. Et puis il y avait quand même quelques canulars, et on s’amusait comme des enfants. […]
Pendant l’été 1942, j’ai suivi le stage d’éducation général de Cannes : il y avait une arrière-pensée pétainiste, mais moi je n’y ai pas été sensible. Ce qui m’intéressait, c’était de voir la zone libre, de voyager. […]
En 1942-1943, j’ai engagé un diplôme d’études supérieures avec Piganiol sur un sujet qui touchait au latin et à l’histoire romaine. Carcopino m’a obtenu une bourse que je ne demandais pas, pour faire un voyage d’études dans le Midi, en zone libre. Il s’agissait de la bourse Lavisse de 1 000 francs, qui m’a permis d’aller à Arles […]
Tout en étant hostile au régime, j’avais le sentiment que la meilleure des choses à faire, c’était de travailler. […] Je reconnais qu’il y a eu certaines personnalités qui ont fait des choses que je n’aurais pas pu faire, mais je ne suis pas ébloui par la masse. […] Pour moi, ces années ont été une période de travail avant tout, un peu en vase clos, mais, comme je vous l’ai dit, je pensais que c’était ça qu’il fallait faire.

  • 39 Témoignages de Jean Méary et Claude Roussel.
  • 40 Témoignages de Marius-François Guyard, René Rémond et Michel Debeauvais.

43Ainsi, l’état d’esprit des normaliens vis-à-vis du conflit mondial durant les premières années de l’Occupation semble reposer sur deux attitudes, qui peuvent être mêlées ou successives : un suivi régulier du déroulement de la guerre dans l’espoir d’une prochaine victoire des alliés ; une forme de distance à l’égard des événements extérieurs, dans le souci premier de l’avancement de leurs études. Ce qui est certain c’est que seule une minorité d’élèves affiche des convictions favorables aux Allemands et à la collaboration. D’après la mémoire normalienne, cette minorité est très… minoritaire. Ainsi, plusieurs élèves de la promotion 1938 se souviennent qu’un seul des leurs aimait à se distinguer en affichant ses positions en faveur de l’Axe39. Quatre ans plus tard, selon des témoignages recoupés40, il y aurait eu deux « collabos » parmi les élèves de la promotion lettres 1942. Pour l’un d’eux, qui, en fidèle disciple de Carcopino, deviendra par la suite l’auteur d’une vie quotidienne à Pompéi, ce choix s’expliquerait par une opposition résolue aux Anglo-Saxons : « Tout plutôt que les Anglo-Saxons » aurait-t-il alors répété à ses camarades. Il se serait rendu régulièrement aux meetings du Parti populaire français de Doriot et aurait pris au pied de la lettre les informations qu’il lisait dans la presse parisienne.

44Il faut aussi évoquer la situation, singulière, de deux élèves qui seront, par la suite, connus pour leur engagement à gauche.

45Le premier est le philosophe Tran-Duc-Thao, reçu au concours lettres 1939. J’ai déjà évoqué la qualité exceptionnelle du diplôme qu’il consacre en 1941-1942 à « La méthode phénoménologique », avant d’être reçu l’année suivante premier à l’agrégation, puis de prolonger sa scolarité normalienne par une quatrième année d’étude en 1943-1944. Philosophe avant tout, Tran-Duc-Thao s’intéresse peu aux événements extérieurs. Néanmoins, hostile à la colonisation de l’Indochine, il confie à ses camarades qu’il souhaite la victoire des Japonais, dont il escompte, par ricochet, qu’elle mettra fin à la présence française dans la péninsule. Conformément à son hégélianisme, Tran-Duc-Thao opère un choix dialectique en faveur de l’Axe. Si l’on en croit le journal de Jean Guéhenno, ce choix, qui est, en Indochine même, celui des nationalistes asiatiques, est fréquent parmi les jeunes intellectuels originaires de ce pays. Le 12 janvier 1941, Guéhenno écrit :

Visite de N. C’est un jeune Indochinois qui était mon élève il y a deux ans. Il écrivait le français avec une sorte d’amour, le même soin minutieux qu’il met sans doute à peindre des caractères chinois. Hier, je l’ai senti plein de trouble. […] Il me raconte ce qu’était la France pour ses camarades et pour lui, il y a quatre ans au lycée de Saïgon. […] Il l’aime encore. Il veut l’aimer. Mais sais-je les misères de ses compatriotes actuellement en France ? Comment ils sont abandonnés, vivant seulement du secours de la Croix-Rouge et de l’Armée du Salut ? Et là-bas, en Indochine, sais-je comment toute bonne volonté est surveillée, suspecte, quel sort est fait aux jeunes Indochinois cultivés, quel soin on prend à les maintenir dans des postes subalternes… Et soudain son visage s’éclaire, ses yeux brillent, le rose lui vient aux joues, et c’est seulement maintenant que je le sens tout à fait sincère. […] Il m’explique que le Japon n’est pas ce que l’on juge depuis l’Europe. Il y a le Japon étincelant et dur des samouraïs, mais il y a un autre Japon, qui n’a pas oublié les tendres et humaines leçons du Bouddha… Et j’écoute N. avec un peu d’embarras et de honte. Il me faut bien sentir que nous n’avons pas fait tout notre devoir, et que faute d’avoir assez cru en elle-même, […] la France a déçu l’amour de tant de jeunes gens dont elle devait faire des hommes libres, nos égaux et nos frères. […] Comment espérer que ces jeunes Indochinois défendent l’Empire contre le Siam et le Japon ? Et qu’ils sont généreux, s’ils ne trouvent pas quelque plaisir à nous voir humiliés par l’occupant comme ils le furent par nous-mêmes.

46On ne peut donc pas évoquer, concernant Tran-Duc-Thao, une adhésion idéologique au projet des puissances allemandes et japonaises mais bien plutôt un choix opportuniste en leur faveur. Pour autant, il est totalement erroné de le présenter, comme l’a fait à sa mort en 1992 L’Humanité, reprise ensuite par Le Monde, comme un ancien membre du Mouvement de la main-d’œuvre immigrée. Jean-François Revel, qui a connu Tran-Duc-Thao à l’École en 1943-1944, a apporté un démenti à cette information dans l’hebdomadaire Le Point. Si le philosophe a bien rejoint le Parti communiste après la guerre, il ne fut pas membre de la résistance communiste pendant la guerre.

47L’itinéraire de Robert Escarpit mérite aussi d’être retracé. Dans l’entretien qu’il m’a accordé en 1993, Escarpit dit avoir été idéologiquement « paumé » entre 1940 et 1942. En réalité, s’il participe à la fin de la guerre à la Résistance, son engagement en faveur de la collaboration a d’abord été réel. Né le 24 avril 1918 à Saint-Macaire, Escarpit est le fils d’un couple d’instituteurs de Bordeaux. Ses parents sont de tradition socialiste. Lui-même est engagé en ce sens durant ses années de préparation de l’École normale dans la khâgne de Bordeaux. Peu après son succès au concours en 1938, il adhère au mouvement de Félicien Challaye, un socialiste bordelais qui prône un pacifisme intégral. Démobilisé en septembre 1940, il regagne la rue d’Ulm en décembre pour y rédiger son diplôme sur « Madame de Staël et Byron ». Partisan de l’armistice, il s’oppose au régime de Vichy, trop réactionnaire et clérical à ses yeux. Mais son pacifisme issu du socialisme d’avant-guerre le rapproche des milieux de la collaboration de gauche : séduit par Déat, il prend contact avec Gabriel Lafaye à Bordeaux, un ancien député SFIO qui a évolué en faveur de la collaboration. Escarpit apporte alors sa contribution au journal de Lafaye, L’Atelier, qui se présente comme l’hebdomadaire du travail français mais qui émarge aux financements allemands. Quoique angliciste – il passe l’agrégation d’anglais en 1942 –, Escarpit n’est guère anglophile. Par jeu, il se plaît, avec des amis scientifiques, à mettre en place de fausses émissions de la BBC depuis les toits de l’École. En 1942-1943, il obtient une quatrième année d’École, qui sera interrompue par le STO : nommé au lycée d’Arcachon, il rejoint ensuite la Résistance. Au sortir de la guerre, il est communiste.

  • 41 Témoignages de René Rémond et Jean Sirinelli.

48On le voit, la tentation de la collaboration n’a pas épargné certains normaliens. Mais le phénomène reste marginal. D’ailleurs, la mémoire normalienne n’a pas conservé le souvenir de « traîtres » rue d’Ulm, alors même que l’engagement des normaliens dans la Résistance s’est accru au fil des années et que le cloisonnement n’était pas toujours suffisant. Bien plus, il semble que, renversant le rapport de force politique qui prédominait à l’extérieur de l’École, les normaliens aient rejeté dans la marginalité les élèves favorables aux Allemands : le climat dominant rue d’Ulm n’était pas alors favorable à l’expression de telles idées41. Chacun sait pourtant que, parmi les collaborationnistes parisiens les plus illustres, certains sont d’anciens élèves : Marcel Déat pour la collaboration politique, ou encore Robert Brasillach pour la collaboration intellectuelle. Mais, selon les informations que j’ai pu recueillir, aucun élève n’est alors allé chercher le parrainage de ces archicubes.

49Une anecdote suggère même que Brasillach, qui habitait à proximité immédiate de l’École, pouvait susciter, sinon l’hostilité, du moins l’ironie d’une partie des élèves. En juillet 1942, alors que les résultats d’admissibilité viennent d’être affichés, plusieurs normaliens, juchés sur les toits de la rue d’Ulm, attendent que les candidats se présentent devant le tableau pour les arroser de bombes à eau. C’était une coutume que l’Occupation n’avait pas interrompue. Brasillach et son beau-frère Maurice Bardèche, qui sortent à cet instant de la bibliothèque, sont repérés. Ils subissent aussitôt les tirs croisés des élèves, qui, selon François Crouzet, atteignent sans difficulté le crâne déjà dégarni de Bardèche.

50L’affaire rebondit quelques jours après. Signée de « deux vieux professeurs de Sorbonne qui préfèrent garder l’anonymat », une lettre est adressée au recteur Gidel pour dénoncer les « manœuvres » des élèves. Il y est indiqué que les agissements des normaliens ont atteint des personnes âgées qui passaient dans la rue. Les auteurs remarquent au passage que les normaliens feraient mieux de travailler davantage, les résultats de l’agrégation de 1942 n’ayant pas de quoi susciter leur fierté. Le recteur demande alors à Georges Bruhat des explications : ce dernier défend ses élèves, en soulignant que c’est une tradition normalienne d’arroser les candidats admissibles au concours, qu’aucune personne âgée n’a été touchée, et que la lettre émane certainement de khâgneux mécontents. On ne sait qui a rédigé cette plainte : la piste khâgneuse de Bruhat est plausible. Cependant, si le poète collaborationniste et son beau-frère ont bien été victimes des assauts normaliens, on peut plutôt supposer qu’ils ont eux-mêmes riposté par cette missive anonyme, ajoutant un canular à un autre ; l’allusion à la médiocrité des résultats d’agrégation pourrait émaner de Bardèche, alors assistant à la Sorbonne et en charge de la préparation de ce concours.

Les raisons d’un sentiment dominant

51Si l’on admet que la majorité des élèves a été hostile au régime de Vichy et, plus encore, à l’occupant, avant même la coupure de novembre 1942, plusieurs éléments, dont certains ont déjà été évoqués de façon disparate, peuvent expliquer ce sentiment.

  • 42 Cf. J.-P. Azéma et F. Bédarida, Vichy et les Français.

52Tout d’abord, la situation géographique de l’École normale. Les travaux des historiens ont montré qu’en zone nord la présence allemande rendait l’opinion indifférente ou hostile au gouvernement de Vichy42. Par les privations qu’elle imposait, l’Occupation suscitait aussi le mécontentement de la population. En outre, la répression allemande des manifestations du 11 novembre 1940 a montré aux étudiants, avant même le reste de la population, que l’occupant n’était pas toujours korrekt, et qu’il n’hésitait pas à sévir.

53L’identité « enseignante » des normaliens doit aussi être prise en compte. Près d’un normalien sur quatre a un père enseignant. Ce qui signifie qu’ils ont le plus souvent grandi dans un milieu familial acquis aux idées de la gauche. La très grande majorité des élèves se destine à cette profession. Même si les attaques de Vichy se tournent en priorité vers les maîtres de l’école primaire

54– accusés d’être responsables de la défaite –, et si ses mesures les plus réactionnaires visent le secondaire – avec la remise en cause de la gratuité – alors que les normaliens ont désormais surtout vocation à rejoindre le supérieur, la rue d’Ulm constitue le sommet de l’édifice scolaire de la IIIe République. Difficile pour ses élèves d’approuver un régime qui en réprouve les fondements comme les fondations.

  • 43 Témoignages de Maxime Lamotte, Henri Plard et Frédéric Deloffre.
  • 44 Témoignages de Marius-François Guyard et Jean-Pierre Dannaud.
  • 45 Témoignages de Jean Leclant et Jean Sirinelli.

55Les itinéraires individuels ont aussi compté dans la perception du régime et de l’occupant. Certains normaliens s’étaient rendus en Allemagne dans les années 30 : ils y avaient vu l’embrigadement de la jeunesse dans le cadre d’une société totalitaire43. D’autres, à l’été 1940, avaient assisté à l’effondrement de l’armée française, avec son cortège d’images humiliantes pour des jeunes gens que l’on avait élevés dans l’idée d’une armée et d’un pays puissants : ils avaient vu des officiers jeter leur arme ou se défaire de leur uniforme ; ils avaient vu l’exode d’une nation défaite44. D’autres encore, ayant fréquenté les quartiers de l’est parisien, avaient connu des enfants juifs durant leur scolarité, et avaient donc, dès le début, été sensibles aux persécutions dont ils étaient victimes45.

56À la croisée de l’histoire individuelle et du destin collectif, il faut aussi relever l’influence de certains professeurs, en khâgne d’abord, à l’université ensuite.

  • 46 Témoignage de Jean Sirinelli.
  • 47 Témoignages de Jean Sirinelli et Jean Deprun (L 1943).

57Chacun avait ses astuces pour faire comprendre à ses élèves ses sentiments profonds. André Alba choisissait d’évoquer le cas du petit Mortara, cet enfant juif disputé par l’Église au xixe siècle46. Les professeurs de lettres classiques n’avaient que l’embarras du choix pour sélectionner des versions, latines mais surtout grecques, qui dénonçaient ici un usurpateur, là un tyran, ou, à rebours, vantaient les mérites de la vertu dans la cité. En français, Jean Guéhenno insistait plus volontiers sur les auteurs du siècle des Lumières que sur ceux, jugés par lui trop intimistes, du début du xxe siècle47.

  • 48 Témoignage de Pierre Moussa.
  • 49 Témoignage de Jean Delumeau (L 1943). Monod, élève de la promotion lettres 1925, est mort dans la (...)

58Certains n’hésitaient pas à formuler des allusions directes à la situation politique. Ainsi Auguste Millardet, professeur de philologie latine à la Sorbonne, répétait souvent, pour expliquer la différence entre l’aval et l’amont : « L’aval, c’est ce qu’il y a de plus bas » ; du préfixe « ex », il disait qu’il pouvait prendre une nuance laudative, notamment quand on parlait de « l’ex-général un tel ou un tel ». Une philologie très engagée qui n’avait pas échappé au journal collaborationniste Je suis partout, lequel, dans son édition du 4 avril 1942, s’en prend à « ces universitaires distingués qui, avec la protection de monsieur Carcopino, sabotent allégrement la Révolution nationale : il nous faut tout de même parler de M. Millardet […], qui réussit ce tour de force de glisser régulièrement dans l’étude d’une syntaxe morte de très vivantes attaques contre le Maréchal, l’Amiral et le nouveau régime ». Albert Pauphilet, futur successeur de Carcopino à la direction de l’École normale et membre du Front national universitaire, consacrant un cours en Sorbonne à la croisade de Villehardouin, expliquait la déconfiture de la quatrième armée par le fait qu’elle était devenue « une armée d’occupation, et que dieu n’aime pas cela48 ». Et que dire de Jacques Monod, professeur de lettres classiques au lycée Thiers de Marseille, qui invitait ses élèves à admirer la croix de Lorraine qui ornait le sol de son jardin49. À Lyon, dans la khâgne du lycée du Parc, l’historien Joseph Hours ne cachait pas non plus à ses élèves ses sympathies en faveur de la Résistance.

59À l’influence de leurs maîtres, faut-il aussi ajouter celle de « l’esprit » de la rue d’Ulm, où, depuis l’affaire Dreyfus, le climat intellectuel penche plus à gauche qu’à droite et n’est guère porté à la révérence vis-à-vis des pouvoirs en place ? Même si l’École normale compte parmi ses anciens élèves des collaborateurs actifs, cette filiation intellectuelle ne peut être méconnue des normaliens des années de guerre. Elle contribue à éclairer leur jugement et à orienter leurs actions.

LES PREMIERS ACTES DE RÉSISTANCE

  • 50 F. Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », in A. Pro (...)

60Dans le contexte de l’Occupation, émettre une opinion dans le cloître de la rue d’Ulm, si hostile qu’elle puisse être au nazisme et à la Révolution nationale, ne constitue évidemment pas un acte de résistance. L’entrée en résistance exige davantage. Comme l’écrit François Marcot50, la résistance peut se définir comme « un combat volontaire et clandestin contre l’occupant ou ses collaborateurs afin de libérer le pays. Résister, c’est réagir. On ne peut qualifier de résistance un sentiment ou une réflexion intellectuelle. On ne résiste pas “dans sa tête”, la résistance est une action ». Pour les normaliens comme pour l’ensemble des Français, le passage de la conviction intime à l’action entraîne une forte déperdition d’effectifs. Beaucoup d’élèves n’ont cessé d’opposer durant les quatre années de l’Occupation un refus intellectuel et intérieur aux Allemands et à Vichy, sans jamais prendre le risque d’un véritable acte de résistance. Toutefois, avant même la mise en place du STO en 1943, une minorité de normaliens participent à la Résistance.

Une participation limitée aux manifestations du 11 novembre 1940

61En raison de son caractère public et de la répression qu’elle suscite, la manifestation parisienne du 11 novembre 1940 peut être considérée comme l’acte de naissance d’une résistance spécifiquement lycéenne et étudiante. Qu’en est-il de la participation des normaliens à cette journée ?

  • 51 Cf. Souvenirs de sept ans, p. 200 à 223, à propos de la journée du 11 novembre et de ses conséquen (...)

62Sur les registres des personnes arrêtées à la suite de la manifestation – au nombre de 105, dont 20 étudiants de l’université de Paris – ne figure le nom d’aucun normalien. Ces statistiques, issues des archives du rectorat, sont confirmées par Carcopino qui, dans ses souvenirs51, signale qu’aucun normalien n’a été arrêté à ce moment. Le seul normalien arrêté ne le sera que le 21 novembre, jour où la police française, craignant de nouvelles manifestations, procède à des rafles préventives d’étudiants et de lycéens dans le Quartier latin et autour du Grand Palais : parmi les 1 041 noms que compte le registre des arrestations, on trouve alors celui d’un élève littéraire de la promotion 1939 : Jules Villemain, futur professeur de philosophie de la connaissance au Collège de France.

63Selon les témoignages que j’ai pu rassembler, certains élèves auraient néanmoins participé à cette journée : Jean Leclant (L 1940) affirme ainsi avoir déposé avec quelques camarades des fleurs aux pieds de la statue de Strasbourg sur la place de la Concorde le 11 novembre 1940 au matin. Henri Plard, de la même promotion, a un souvenir identique avec ses co-turnes Gilles Chaine, Maurice Didier et Jean Lorenceau. Cependant, aucun des témoins n’a gardé le souvenir d’un départ groupé depuis la rue d’Ulm : il s’agissait donc d’initiatives isolées. Beaucoup d’autres normaliens avouent ne pas y être allés. De plus, ceux qui ont participé à la journée du 11 novembre 1940 ne l’ont pas prolongée par une activité immédiate de résistance.

64Du point de vue de l’histoire normalienne, l’élément le plus intéressant se situe en amont de cette date. Les archives du rectorat contiennent en effet une lettre adressée au recteur le 8 novembre 1940 par un étudiant de la Sorbonne. L’auteur de cette lettre, qui indique qu’il est délégué élu des étudiants de la faculté des lettres, n’est autre que Jean Delorme, normalien de la promotion lettres 1936, et qui sera caïman d’histoire rue d’Ulm à partir de la rentrée 1943. Il fait part au recteur Roussy de « ses inquiétudes concernant le projet de manifestation formé par certains étudiants pour commémorer le 11 novembre sur la tombe du soldat inconnu ». Craignant les « conséquences » d’un tel projet, dont il souligne cependant qu’il exprime « un sentiment très légitime », il propose au recteur « de procéder à des cérémonies à l’intérieur même de chaque faculté, ce qui éviterait tout problème avec les autorités d’occupation, tout en permettant au patriotisme des étudiants de s’exprimer ».

Ce n’est pas que je me sente le droit d’empêcher l’expression d’un sentiment très légitime, mais peut-être certains étudiants, désireux de montrer qu’ils n’oublient pas le sacrifice de leurs aînés ni celui de leurs camarades, pourraient-ils se laisser entraîner à une action dont ils ne voient pas nettement toutes les conséquences.
[…] Vous seul auriez ainsi les moyens d’éviter des incidents qui porteraient à coup sûr préjudice aux intérêts de l’université et de mettre chacun en face de ses responsabilités.

65Quelques jours auparavant, le rectorat avait en effet décidé de ne pas célébrer le 11 novembre, même dans l’enceinte universitaire.

66Cette lettre de Jean Delorme montre que la manifestation du 11 novembre était connue plusieurs jours à l’avance d’un certain nombre d’étudiants. Surtout, elle témoigne d’une démarche qui n’est pas dénuée d’ambiguïté. Certes, il ne s’agit pas d’une lettre de dénonciation et elle ne remet pas en cause l’aspiration à célébrer l’événement patriotique. Mais Delorme ne souhaite pas qu’une manifestation publique ait lieu car il en redoute les conséquences. Il lui préfère une solution de compromis de nature à préserver le fonctionnement de l’université. Plus âgé que la plupart des participants à la manifestation, il paraît déjà de l’autre côté, celui des responsables du moment qui doivent avant tout éviter les débordements. Politiquement, il n’est pas inutile de rappeler que Delorme est alors proche de l’Action française.

Résister à l’intérieur même de l’École normale

  • 52 Les paragraphes qui suivent se fondent sur un entretien avec Pierre Piganiol, ainsi que sur le dis (...)

67Autour du 11 novembre 1940, deux agrégés-préparateurs, le chimiste Pierre Piganiol (S 1934) et le naturaliste Raymond Croland (S 1933), décident d’utiliser les laboratoires de l’École, notamment celui de sciences naturelles, comme l’un des points de chute du réseau de renseignement qu’ils mettent en place52.

68Jusqu’à la guerre, Piganiol et Croland n’ont pas d’engagement politique militant. Croland est un humaniste, passionné par les arts et les lettres, la philosophie et l’hindouisme. Selon son condisciple Laurent Schwartz, il serait alors vaguement anarchiste et assurément de gauche. Quant à Pierre Piganiol, fils d’André Piganiol, normalien de la promotion 1903 et professeur d’histoire ancienne à la Sorbonne, il affirme, selon son témoignage, ne pas se retrouver dans le jeu des partis politiques de la IIIe République, une formulation qui le classe plutôt à droite. Piganiol a surtout été marqué par un voyage en Allemagne en 1936 où il a découvert la réalité du régime nazi, réalité dont il se souvient pendant l’été 1940 quand il décide de passer à l’action.

69En septembre 1939, Piganiol et Croland sont mobilisés ensemble comme sous-lieutenants de DCA. L’offensive allemande les oblige à battre en retraite dans le Lot-et-Garonne, à Pailloles, en compagnie de deux autres officiers, Stanislas Mangin, le fils du général Mangin, et Roger Warin. Dès l’armistice, il leur paraît évident que le combat ne doit pas cesser. Pour eux, dans la France défaite, la circulation de l’information constitue un enjeu crucial. Un partage des rôles s’instaure entre eux : Roger Warin part pour Londres, où il devient l’un des chefs du contre-espionnage de la France libre sous le nom de Roger Wybot ; Raymond Croland et Pierre Piganiol restent en France pour constituer un réseau de renseignement civil et militaire au service du Bureau central de renseignements et d’action (BCRA). Dès octobre 1940, alors que les deux agrégés-préparateurs regagnent les laboratoires de l’École normale, « un embryon de réseau se met en place avec des centres d’observation en province » : le réseau Vélites est né. Les premiers documents « précisant la situation de l’armée allemande et l’état matériel et moral de la zone occupée » arrivent au laboratoire au début de l’année 1941. Le contact avec la France libre est établi au printemps 1941. À partir de 1942, le réseau bénéficie d’agents payés par Londres qui se répartissent en différents points du territoire et qui sont en relation constante par l’intermédiaire de radios. En 1943, le système arrive à maturité : l’information, à l’intérieur de la France et entre la France et Londres, circule bien.

70Durant ces trois premières années, les deux agrégés-préparateurs mènent donc une double vie. Ils poursuivent leurs travaux de recherche – Croland étudie l’action des rayons X sur les bactéries, Piganiol a entrepris une thèse de chimie sur les dérivés de l’acétylène – et dirigent les travaux pratiques des élèves tout en étendant les ramifications de leur réseau. Mais, si les laboratoires de l’École normale constituent une de leurs bases, ils se sont fixé comme impératif de tenir le milieu normalien à l’écart de leurs activités clandestines. Non pas en raison d’une quelconque défiance, mais au nom d’une prudence élémentaire qui réclamait de « faire le vide autour de soi ». Par conséquent, le réseau ne recrute pas rue d’Ulm. Deux exceptions à cela : Jean Cusin (L 1932), ami intime de Croland, ainsi que la secrétaire du laboratoire de sciences naturelles et son mari, qui y exerce des fonctions de chef d’atelier, sont dans la confidence. Ils tapent des messages et introduisent les visiteurs de circonstance. Mais le cloisonnement est tel que Croland ignore que le directeur du laboratoire, le généticien Georges Teissier, est un membre important des Francs Tireurs et Partisans (FTP). Pour Piganiol et pour Croland, les laboratoires constituent un lieu sûr et préservé d’éventuelles investigations de l’occupant. L’année 1944 a malheureusement démenti ce pronostic.

  • 53 Annie Cohen-Solal, Sartre, 1905-1980. Cf. le chapitre consacré à « Socialisme et liberté », p. 291
  • 54 Bulletin de la Société des amis de l’ENS, n° 122, décembre 1971. Voit aussi D. et J.-T. Desanti, L (...)

71Du côté de l’école littéraire, aucun des élèves que j’ai pu rencontrer n’a gardé le souvenir d’une activité de résistance organisée dans les locaux au début de l’Occupation. La mémoire normalienne insiste même sur l’absence de tracts ou de journaux clandestins dans l’enceinte de l’École. Pourtant, selon la biographie de Jean-Paul Sartre due à Annie Cohen-Solal53 et selon le témoignage de Jean-Toussaint Desanti dans le Bulletin de la Société des amis de l’ENS54, la rue d’Ulm a abrité en 1941 une tentative de résistance intellectuelle menée par des élèves et de jeunes archicubes : c’est l’aventure, éphémère, de Sous la botte et de Socialisme et liberté.

  • 55 Demande relatée par J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 225.

72Reçu au concours lettres de 1935, Jean-Toussaint Desanti n’est plus formellement élève en 1940-1941. Toutefois, comme il prépare l’agrégation de philosophie cette année-là, il demeure en contact avec d’autres philosophes agrégatifs, François Cuzin, cacique de la promotion 1936. Tuberculeux, Cuzin a dû rester à l’École durant l’année 1939-1940, non sans avoir écrit au secrétaire général le 30 septembre 1939 pour lui demander comment il pouvait « servir son pays en dépit de son exemption ». Son patriotisme s’est affirmé immédiatement après la défaite. Lorsque les élèves regagnent la rue d’Ulm, le 8 décembre 1940, il demande à Carcopino, en tant que cacique général des normaliens, de passer outre l’interdiction allemande et d’orner des couleurs nationales les couronnes de fleurs qui doivent être déposées le jour même devant le monument aux Morts de l’École dans le cadre de la cérémonie qui marque ce retour55. Quand il retrouve Cuzin rue d’Ulm à la fin de l’année 1940, Desanti lui propose de rejoindre le petit groupe de résistance qu’il vient de constituer : Sous la botte. D’autres normaliens y participent : Maurice Merleau-Ponty, philosophe de la promotion 1924 et caïman à l’École avant la guerre, Raymond Marrot, mathématicien de la promotion 1934, et Georges Chazelas, scientifique de la promotion 1937, agrégatif de mathématiques. Leurs activités consistent à imprimer dans les caves de l’École normale des tracts et des journaux qu’ils distribuent ensuite à la sortie des usines.

73À son retour de captivité au printemps 1941, Jean-Paul Sartre est désireux de mener une action de résistance intellectuelle. Par l’intermédiaire de Merleau-Ponty, le groupe de Desanti fusionne alors avec celui de Sartre pour devenir Socialisme et liberté. Selon Annie Cohen-Solal, les activités clandestines de ce groupe s’appuient aussi sur les moyens offerts par les caves de l’École, jusqu’au jour où Marrot et Chazelas, qui devaient imprimer un tract de Sartre, manquent d’être surpris par l’économe, qu’ils soupçonnent d’être un partisan de la collaboration. De façon plus tragique, Yvonne Picard, aussi membre des étudiantes communistes, est arrêtée. Elle ne reviendra pas de déportation. À la fin de l’année 1941, l’expérience de Socialisme et liberté tourne court. Plus intellectuel que résistant, Sartre ne s’est pas véritablement donné les moyens de devenir chef de mouvement clandestin : après une offre de services sans lendemain à Piganiol dont il apprend les activités clandestines par un professeur d’anglais, il préfère retourner à l’écriture au grand jour, pendant que sa compagne Simone de Beauvoir travaille jusqu’en 1944 pour Radio-Vichy.

74En revanche, pour les jeunes normaliens de Sous la botte et de Socialisme et liberté, le choix de la résistance n’est pas remis en cause. Les uns et les autres tirent de l’échec de cette première tentative des conclusions exactement opposées à celles de Sartre : ce qu’il faut, c’est systématiser l’action, lui donner un caractère moins intellectuel, moins théorique. Desanti et Chazelas rejoignent la Résistance communiste. Quant à Cuzin, il quitte l’École normale à la fin de l’automne 1941 en compagnie de son co-turne Pierre Kaufmann pour se rendre à Lyon, où commence une nouvelle étape de son engagement dans la Résistance. Il faut noter qu’aucun de ces « agrégatifs résistants » ne réussit à la session de 1941. Leurs activités politiques peuvent expliquer ces échecs. Desanti est reçu au concours de 1942. Cuzin et Chazelas à ceux de 1943.

  • 56 Sur les différentes formes de résistance, cf. D. Veillon et J. Sainclivier, « Quelles différences (...)

75Premières actions de résistance menées à l’intérieur même de l’École, le cas du réseau Vélites et celui de Socialisme et liberté sont riches d’enseignements. Ils montrent l’importance de la sociabilité normalienne qui, permettant de rompre l’isolement des lendemains de défaite, facilite l’entrée en Résistance dans un cadre collectif. Les locaux de la rue d’Ulm sont considérés comme une « planque » assez sûre pour abriter des activités clandestines. Toutefois, tout en agissant avec certains de leurs camarades et en mobilisant les moyens de l’établissement, ces résistants normaliens de la première heure tiennent à l’écart de leurs activités le reste de la communauté. On mesure ici toute la distance qui sépare l’expression d’opinions opposées aux Allemands et à Vichy au sein de l’École, qui semble se faire sans méfiance entre les élèves dès l’année 1940-1941, et la réalisation d’une véritable action de résistance, qui réclame beaucoup plus de précaution. Au sein de la communauté normalienne, la résistance suppose de mettre en œuvre ce que l’on pourrait appeler des « coopérations renforcées » unissant, sans transparence pour les autres, des « noyaux durs » d’élèves partageant un même engagement. Il n’est pas non plus anodin de constater que ce sont des normaliens en fin de scolarité ou déjà caïmans qui prennent de telles initiatives : ils sont plus mûrs pour l’action clandestine que des normaliens frais émoulus de l’année 1940 et ont connu l’effondrement de la France sous les drapeaux. De même, on peut constater que les normaliens scientifiques choisissent une action de type « réseau » alors que les littéraires s’orientent vers des formes de contre-propagande plus intellectuelle qui sont davantage celles des « mouvements » de résistance56. La formation initiale n’est donc pas sans influence sur le mode de résistance que l’on choisit. D’ailleurs, la dissolution rapide du petit groupe de Jean-Paul Sartre, alors que le réseau de renseignements de Raymond Croland et de Pierre Piganiol ne cesse de se développer, montre que les seconds se sont mieux adaptés aux lois d’une action clandestine très structurée que les premiers, tentés de maintenir une démarche essentiellement intellectuelle, en décalage avec les réalités du Paris de l’Occupation : la constitution d’un « mouvement » à part entière aurait réclamé plus de rigueur.

Les autres pionniers de la rébellion

76Dès le début de l’Occupation, d’autres normaliens en cours de scolarité participent à des actions de résistance, sans lien direct avec la rue d’Ulm. Pour cette raison, il faut parler, à leur égard, de normaliens en résistance et non d’une forme normalienne de résistance. Lors de mon enquête, j’ai cherché à rassembler le maximum d’informations sur ces engagements précoces. Si certains ont pu m’échapper, je crois avoir retrouvé la trace de la plupart d’entre eux.

77Partir pour l’étranger peut déjà constituer une forme de résistance. Trois élèves quittent la France dès les premiers mois qui suivent l’armistice. Le premier est Jean Mayer. Reçu à l’École normale au concours sciences de 1939 par le groupe II des chimistes et des naturalistes, il se réfugie avec sa famille dans le sud après la débâcle. En tant que juifs, les Mayer se savent exposés aux persécutions de l’occupant. Dès l’été 1940, ils obtiennent un visa pour les États-Unis : le père de Jean Mayer, André Mayer, professeur de physique au Collège de France, est détaché à l’université de Harvard. Installé aux États-Unis comme de nombreux intellectuels, universitaires et artistes français, Jean Mayer n’a pas d’activité de résistance à proprement parler. Son départ est d’ailleurs sans retour : après la guerre, devenu professeur de médecine, il poursuit ses études et sa vie professionnelle dans les universités américaines.

78Le deuxième est Gérard Wlérick. Après avoir passé les écrits du concours scientifique de 1940, il ne se présente pas aux oraux organisés dans le courant du mois d’août : à cette date, il a déjà gagné l’Angleterre. Durant toute la guerre, il participe aux activités des Forces aériennes françaises libres (FAFL), en qualité d’aviateur. Il prend part aux campagnes du Pacifique, puis combat en France, notamment sur le front des Vosges en 1944-1945. Démobilisé le 15 janvier 1946, il est alors intégré comme élève de l’École normale supérieure au titre de la promotion 1940. Ses études de physique le mèneront jusqu’à l’Académie des sciences. Il est intéressant de noter que Wlérick, qui a accompli une résistance exemplaire, n’a pas voulu revenir oralement sur son engagement. Ceux qui ont vraiment fait la guerre n’ont pas toujours envie de la raconter.

  • 57 Les renseignements qui suivent sont extraits d’un entretien avec Stéphane Hessel et de son dossier (...)

79Le troisième normalien à partir pour l’étranger est Stéphane Hessel57. Son itinéraire est des plus exceptionnels. Né à Berlin en 1917, Hessel est issu de la bourgeoisie intellectuelle allemande : son père, Frantz Hessel, romancier pétri de culture française, est le traducteur de Marcel Proust et de Jules Romains. Pour des raisons personnelles, sa famille émigre en France en 1924. Ancien élève de l’École alsacienne, qui accueille de nombreux enfants de réfugiés allemands, Stéphane Hessel fait son hypokhâgne à Louis-le-Grand en 1935-1936, l’année du Front populaire. De nationalité allemande, il est reçu à l’École au concours de 1937, mais en tant qu’élève étranger. Naturalisé l’année suivante, il ne peut toutefois être admis de façon rétroactive comme élève français. Sur les conseils de Jean Baillou, il décide de repasser – avec succès – les épreuves du concours en 1939. Dans l’histoire de la rue d’Ulm, Hessel est donc le seul candidat à avoir été reçu deux fois à l’École normale.

  • 58 Cet entretien a lieu en mai 1941. Hessel en fait le récit dans Danse avec le siècle, p. 62-63.

80Mobilisé en septembre 1939, Hessel est fait prisonnier au camp de Bourbonne-les-Bains. Il s’évade pour se réfugier dans sa belle-famille dans le sud de la France. Selon la législation de Vichy, son statut de fils d’étranger, de surcroît né de père juif, lui barre l’accès aux emplois dans la fonction publique. Il décide de gagner Londres en mars 1941 via Casablanca et Lisbonne. Après une formation de navigateur-observateur dans la Royal Air Force, il rejoint les FAFL. Entre-temps, il a été reçu par le général de Gaulle, qu’il a assuré du soutien et de l’estime de l’ensemble de la communauté normalienne58. En mars 1942, il travaille dans la section du renseignement du BCRA. Désireux de participer à la lutte clandestine en France, il obtient la charge de la mission Gréco, qui doit organiser la couverture radio sur l’ensemble du territoire en vue du débarquement. Arrêté sur dénonciation le 10 juillet 1944, Hessel est déporté à Buchenwald, puis à Dora. Au moment de l’avance alliée, il parvient à rejoindre les forces américaines à Hanovre. Après la Libération, il choisit la carrière diplomatique. Prolongeant l’engagement qui avait été le sien pendant la guerre, Hessel ne cessera de se mobiliser pour des causes humanistes, tant dans ses fonctions d’ambassadeur que dans le cadre de clubs de réflexion – comme le club Jean Moulin dans les années 60 – et d’associations, et, après sa retraite du Quai d’Orsay, de tribunes et de pétitions publiques, notamment en faveur des « sans-papiers » et pour la paix au Proche-Orient.

81En France même, plusieurs normaliens participent activement à la Résistance : Marc Zamansky (S 1938), Albert Chabanon (L 1938), Jean-Daniel Jurgensen (L 1937) et Robert Salmon (L 1941), avec, pour les trois derniers, des itinéraires qui se croisent.

  • 59 Les renseignements qui suivent sont tirés d’un entretien avec Marc Zamansky, de la consultation de (...)

82Marc Zamansky59 est né en 1916 à Genève. Ses parents sont des émigrés russes. Dans les années 20, sa famille s’installe à Paris où son père est pharmacien. Les Zamansky sont alors naturalisés français. Reçu deuxième au concours scientifique de 1938, Zamansky choisit les mathématiques. Son entrée à l’École normale coïncide avec la signature des accords de Munich : bien que peu politisé – il avait eu de la sympathie pour le Front populaire en 1936 –, Zamansky s’oppose au pacifisme munichois. Démobilisé durant l’été 1940, il garde le souvenir d’avoir eu connaissance du discours de Churchill avant même celui de de Gaulle. Dès lors, il est persuadé que la Résistance britannique finira, tôt ou tard, par triompher de l’Allemagne. De retour à l’École à l’automne 1940, où il s’inscrit en deuxième année de licence, Zamansky ne fait pas mystère de ses convictions gaullistes : c’est lui qui installe le poste permettant d’écouter la radio de Londres depuis une turne. Sa personnalité et son ascendant sur les autres normaliens sont pour beaucoup dans le climat d’hostilité à l’occupant et à Vichy qui s’impose rue d’Ulm. En 1941-1942, Zamansky doit passer l’agrégation, mais, visé par le statut des juifs, bien que converti au catholicisme et devenu un tala actif, il en est empêché. Au début de l’année 1942, il trouve une filière qui l’amène à Lyon où il entre en contact avec l’Armée secrète. Il quitte définitivement l’École à l’automne 1942 pour entrer dans la clandestinité, comme agent du réseau Mithridate du colonel Passy. Je reviendrai dans la dernière partie de cet ouvrage sur les conditions de son arrestation et de sa déportation en juillet 1943.

  • 60 Sur ce réseau, cf. A. Aglan, Mémoires résistantes. Histoire du réseau Jade-Fitzroy (1940-1944).

83Albert Chabanon appartient à la même promotion que Zamansky, mais du côté des lettres. Fils d’un couple d’instituteurs marseillais, Chabanon entre en première supérieure au lycée Thiers en 1934. En 1935, il rejoint la khâgne de Louis-le-Grand, qu’il quitte trois ans plus tard après son admission à l’École normale. Entre 1935 et 1938, il s’engage activement en faveur de la gauche et de la SFIO, écrivant des articles pour la revue de Paul Goyet, Massilia, et pour l’hebdomadaire Marseille-Socialiste, et participe à des groupes de réflexion d’étudiants. Une fois reçu rue d’Ulm, il achève sa licence de lettres. Un voyage en Allemagne le détourne du pacifisme auquel il était jusqu’alors resté fidèle. Mobilisé en septembre 1939, il regagne l’École à la rentrée 1940. Parallèlement à ses études de lettres – diplôme en 1940-1941 et agrégation en 1941-1942 –, Chabanon mène des activités de résistance dans le cadre d’un petit mouvement clandestin qu’il a fondé, La Vraie France, puis au sein du réseau de renseignement Jade-Fitzroy60. Premier normalien à subir la répression allemande, il est arrêté le 9 décembre 1941 à la suite de la découverte d’un tract, à l’École même selon Robert Salmon, aux environs de la Sorbonne selon Henri Ziéglé. Accusé de propagande gaulliste, Chabanon est interné à la prison de la Santé, puis, après l’intervention de Carcopino, transféré à Marseille et à Montpellier, où intervient son jugement. De Montpellier, il écrit plusieurs lettres au secrétaire général Jean Baillou, pour lui demander de certifier qu’il était bien chargé de cours d’été à l’École entre août et septembre 1941, ce que celui-ci fait de très bonne grâce. Libéré au début de l’année 1943, Chabanon se réfugie chez un dominicain dans les Bouches-du-Rhône. Là, il reprend immédiatement ses activités clandestines. De nouveau arrêté, il est fusillé en 1944.

  • 61 Les renseignements qui suivent sont fondés sur un entretien avec madame Rose Vincent-Jurgensen, ve (...)

84Avant sa première arrestation, Chabanon a joué un rôle dans l’entrée en résistance de Jean-Daniel Jurgensen61, son aîné d’un an à l’École normale.

85Issu de la bourgeoisie intellectuelle parisienne, Jurgensen est un élève brillant : double lauréat du concours général en latin et en grec, admis à Henri-IV, il entre rue d’Ulm dès sa première tentative en 1937. Il y poursuit des études de lettres et choisit le latin pour son diplôme en 1938-1939. Pur produit de la culture classique de la khâgne, Jurgensen semble voué aux humanités. Pourtant, en 1938-1939, il connaît une véritable crise existentielle. Jusqu’alors, la politique l’avait peu intéressé. Socialiste modéré, marqué par les horreurs de la précédente guerre, il reste pacifiste jusqu’aux accords de Munich. En mars 1939, la violation de ces accords par Hitler change radicalement sa perception des choses. Germaniste, il découvre l’incroyable violence des discours nazis. Ses dictionnaires de version et de thème latin lui paraissent soudain décalés par rapport au tumulte des événements qui déchirent l’Europe. Il est pris d’une soif d’information et d’engagement. Témoin de cette conversion intellectuelle, le rapport qu’il rédige à l’issue de son stage d’agrégation au lycée Louis-le-Grand, au début de l’année 1939. Le double lauréat du concours général brûle ce qu’il avait adoré : « Le grec et le latin sont des langues mortes, et on ne ressuscite pas facilement les morts ; […] en revanche, les langues vivantes ont l’avantage de nous ouvrir la communication avec des millions d’hommes dont notre sort dépend. » Jurgensen réclame un enseignement en prise avec les problèmes de son temps et qui prépare à l’exercice des responsabilités : « L’essentiel est de former des gens intelligents qui doivent avoir une action bienfaisante sur le monde moderne. La valeur d’un enseignement, c’est son contenu intellectuel, l’essentiel, ce sont les principaux courants de l’histoire et de la pensée ; les grandes idées, leur histoire, et surtout les luttes présentes et à venir. » Aucun des autres rapports de stage de l’année 1939 ne pose aussi brutalement la question du rapport de l’enseignement au monde qui l’entoure. Aucun doute : Jurgensen est en train de changer de peau.

  • 62 Sur ce mouvement, cf. O. Wieviorka, Défense de la France. Une certaine idée de la Résistance, et M (...)

86C’est dans ce contexte qu’interviennent la guerre et la mobilisation. Au moment de l’armistice, comme Pierre Piganiol et Raymond Croland, Jurgensen se retrouve aux côtés d’officiers patriotes, le commandant Jacques Debré et le capitaine Vautrin, qui ne peuvent se résoudre à cesser le combat. Comme Marc Zamansky, il voit dans la résistance de l’Angleterre un appel à poursuivre l’action. De retour à l’École normale à l’automne 1940, Jurgensen n’en reprend pas moins ses études. Il prépare l’agrégation de lettres, à laquelle il est reçu en 1941. Mais ses préoccupations sont déjà ailleurs : aux côtés de sa jeune épouse, une normalienne mathématicienne de Sèvres, il rédige des tracts qu’ils distribuent dans les boîtes aux lettres, ce qui lui vaut une première arrestation de trois jours à Senlis. En 1941, sa résistance, encore artisanale et toute personnelle, croise celle d’Albert Chabanon : ce dernier le met en contact avec le réseau de renseignement franco-britannique Jade-Fitzroy. À la fin de l’année 1941, l’arrestation de Chabanon provoque la dispersion du réseau, laissant Jean-Daniel Jurgensen sans contact, mais toujours en quête d’action. C’est un autre normalien, Robert Salmon, qu’il rencontre à l’automne 1942 à la Bibliothèque nationale, qui lui propose de rejoindre l’équipe de Défense de la France62. Socialisant, Jean-Daniel Jurgensen partage la méfiance des animateurs du mouvement à l’égard du communisme, mais, fidèle à de Gaulle, il souhaite que le ralliement de Défense de la France au chef de la France libre soit plus net. C’est à cette condition qu’il accepte de rejoindre Défense de la France. Dès lors, il écrit régulièrement dans le journal du mouvement. Ses responsabilités prennent de l’ampleur : à la Libération, il est l’un des dirigeants des Mouvements de libération nationale (MLN) pour la zone nord. Au lendemain de la guerre, il est député aux côtés de Robert Salmon à la première assemblée constituante. Ensemble, ils rejoignent les rangs de l’Union démocratique et socialiste de la Résistance après l’éclatement des MLN, au début de l’année 1945. Sa carrière politique tournant court, Jurgensen retrouve celle de la diplomatie, vers laquelle il s’était orienté durant l’Occupation : reçu au concours du Quai d’Orsay à l’été 1943, il avait alors démissionné pour ne pas servir Vichy.

  • 63 Les renseignements qui suivent m’ont été communiqués par Robert Salmon, lors de deux entretiens do (...)

87On le voit, la résistance de Jurgensen doit beaucoup à deux normaliens : Albert Chabanon et Robert Salmon63, lequel est pourtant son cadet à l’École normale où il n’est admis qu’au concours lettres de 1941.

88Issu d’une famille de commerçants parisiens d’origine juive, installés en France depuis le xviie siècle, Robert Salmon est entré en hypokhâgne au lycée Louis-le-Grand en 1937. Collé au concours de 1939, il est mobilisé en septembre dans l’artillerie à Fontainebleau. Ayant fini ses classes juste avant le début de l’offensive allemande de mai 1940, il prend le commandement d’une batterie. À ce poste, il participe aux derniers combats qui se déroulent dans l’est de la France. Fait prisonnier le 27 juin 1940 à Saint-Dié dans les Vosges, il s’échappe quelques jours après du camp alsacien où il avait été placé. De retour à Paris, Salmon obtient un faux certificat de démobilisation qui lui permet de reprendre ses études. Profondément marqué par la guerre, il ne renonce pas à la préparation de l’École normale supérieure mais préfère s’inscrire en philosophie à la Sorbonne plutôt que de retourner en khâgne. C’est précisément à l’automne 1940 dans la cour de la Sorbonne qu’il rencontre Philippe Viannay, son ancien condisciple de khâgne, désormais agrégatif de philosophie. Sans avoir été des militants politiques actifs avant la guerre, Salmon et Viannay n’ont pas les mêmes opinions. Robert Salmon est un sympathisant socialiste, alors que Philippe Viannay, catholique conservateur, est proche de l’Action française. Après le choc de l’armistice, Robert Salmon soutient immédiatement de Gaulle, quand Philippe Viannay pense que Pétain tente de sauver ce qui peut l’être. Néanmoins, les deux étudiants ont en commun une profonde hostilité envers les Allemands et un désir d’action. Philippe Viannay informe alors Robert Salmon de ses contacts avec Marcel Lebon, un industriel qui est prêt à leur apporter une aide financière pour acheter du matériel de contre-propagande. C’est avec ses fonds que commence l’aventure de Défense de la France durant l’hiver 1941.

89Salmon se souvient en ces termes de sa rencontre avec Viannay et de la fondation du mouvement :

Dans la cour de la Sorbonne, j’ai rencontré Viannay : c’est comme les atomes crochus sur le plan amoureux, ce qui attire est plus fort que ce qui sépare. […] Sur beaucoup de points, nous étions diamétralement opposés : il était pétainiste à 100 %, même s’il était patriote à 1 000 %. Moi j’étais gaulliste automatiquement, même si je n’avais jamais entendu parler du général de Gaulle. Mais, l’un et l’autre, on était absolument d’accord sur le fait qu’il fallait faire quelque chose. […] Il fallait des moyens : on a tout de suite eu l’idée de faire des tracts, mais il fallait des machines, donc de l’argent. C’est là qu’intervient le troisième personnage, Marcel Lebon, que Viannay avait connu deux ans auparavant, en 1938, lorsqu’il était séminariste. Lebon, qui était très riche, nous a tout de suite donné de l’argent pour acheter une machine aux Allemands. C’est là que l’aventure commence, on a dû faire des faux certificats. Tout cela a pris l’hiver 1940-1941. On a tiré le premier tract sur l’Alsace chez un ancien normalien, M. Bottin, qui avait une usine de chocolat et, de fil en aiguille, on a acheté une machine. Ce fut le début du service des faux papiers, une usine extraordinaire, qui a fourni des faux papiers pour toute la Résistance, y compris les FTP, à partir de 1943. On a eu la machine en juin 1941, on a sorti le premier numéro de Défense de la France en août 1941. L’été 1941, j’ai tout fait : je me suis fiancé, j’ai été reçu à Normale, j’ai sorti le premier numéro de DF, j’ai été reçu à ma première année de Sciences-Po et même au PCB.

90Salmon est donc reçu rue d’Ulm à l’été 1941. Les candidats juifs étaient alors admis à concourir, mais, en cas de succès, au lieu de rejoindre l’École, classés avec un numéro « bis », ils se voyaient attribuer une bourse de licence à l’université. Dans le formulaire d’inscription qu’il doit remplir après son admission, Salmon déclare « ne pas tomber sous le coup des lois portant statut des juifs ». Comme il l’explique dans l’entretien qu’il m’a accordé, ne portant pas un nom qui attire outre mesure la suspicion, il « néantise purement et simplement le statut des juifs ». Dès lors, il peut faire sa rentrée rue d’Ulm en octobre 1941. Il commence un diplôme de philosophie, « Le sentiment de l’existence chez Maine de Biran », où l’on perçoit l’influence de son professeur de khâgne René le Senne. Ses co-turnes, François Crouzet, Jean Mesnard et Robert Ruhlmann, ignorent tout de sa participation à Défense de la France, dont paraissent pourtant, entre novembre 1941 et juillet 1942, les vingt premiers numéros du journal clandestin.

91L’année suivante, en 1942-1943, Salmon ne fait plus que de rares apparitions à l’École. Marié, il est devenu externe ; bien qu’agrégatif en philosophie, il donne la priorité à ses études à Sciences-Po dont il est diplômé à l’été 1943 ; enfin, le développement de son mouvement, l’augmentation régulière des tirages du journal dont il signe de nombreux articles sous le pseudonyme de Robert Tenaille et la mise en place d’un important service de faux papiers, le mobilisent toujours plus. À l’automne 1942, il fait pourtant la connaissance d’un de ses nouveaux co-turnes, William Lapierre, qui est l’un de ses condisciples de promotion. Comme je l’ai indiqué précédemment, Lapierre est l’un des rares normaliens à s’être engagé officiellement en faveur de Pétain dans le cadre des Jeunes du Maréchal. Mais il a cessé de soutenir Vichy depuis le retour de Laval et il cherche à s’engager aux côtés de la Résistance. Passant outre la règle qu’il s’est imposée de séparer strictement ses activités dans la Résistance et sa vie d’étudiant à l’École, Robert Salmon décide de faire entrer Lapierre à Défense de la France dont celui-ci rejoint rapidement le comité directeur, en charge des relations avec les autres mouvements de résistance. Avec Jean-Daniel Jurgensen, également membre du comité directeur, qu’il rencontre au même moment à la Bibliothèque nationale, Lapierre est le seul normalien recruté par Salmon. Interrogé sur le choix de Lapierre, Salmon affirme : « Il avait un côté solide, fiable, sérieux. Quand on recrutait, il fallait éliminer d’abord le traître potentiel, le “mouton”, mais aussi celui qui risquait de parler sous la torture, ce qui était beaucoup plus difficile. Nous recherchions des “types solides”, moralement et intellectuellement, ceux qui sauraient inventer des mensonges crédibles. William Lapierre m’est apparu solide à la fois intellectuellement et moralement. »

92Fondé par de simples étudiants soutenus par un industriel, Défense de la France s’est imposé à la veille de la Libération comme un des tout premiers mouvements de Résistance de la zone nord. À l’automne 1944, Salmon, qui a délaissé ses études rue d’Ulm mais a aussi renoncé à préparer le concours de l’Inspection des finances, est tenté par deux carrières : la politique et le journalisme. Après une élection au Conseil de Paris et à l’Assemblée constituante au printemps 1945, sa carrière politique avorte dès l’année suivante, quand il est écarté de l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR). En revanche, contre Viannay, Salmon fait le choix de transformer le journal de Défense de la France en un grand quotidien d’information populaire dont il sera l’un des directeurs : c’est ainsi que naît France Soir, reprise du Paris Soir d’avant-guerre et qui bénéfice dès sa fondation du professionnalisme de Pierre Lazareff.

93Comment expliquer que Robert Salmon, encore étudiant et âgé d’à peine vingt ans, ait voulu fonder un mouvement de résistance dès l’automne 1940 ? Au-delà des facteurs idéologiques – un patriotisme instinctif, la fidélité aux valeurs humanistes – et des circonstances – la rencontre avec Philippe Viannay, le soutien de Marcel Lebon – qui ont permis la réalisation de l’entreprise, ne faut-il pas, aussi, se tourner du côté de la psychologie individuelle ? N’y a-t-il pas chez Robert Salmon un tempérament optimiste et entreprenant, guidé par une sorte d’anarchisme fécond qui ne tolère pas les contraintes imposées par l’occupant ? Une affaire de tempérament et de morale, éclairés par un jugement très sûr, c’est en tout cas dans ces termes que Salmon explique, à plus de cinquante ans de distance, son entrée en résistance, son besoin de résister au lieu de poursuivre paisiblement ses études rue d’Ulm :

Il y a quelque chose de très individualiste dans le fait de créer un mouvement. Je ne sais pas ce qui se serait passé si je n’avais pas commencé, initié comme on dit aujourd’hui. […] Si l’on regarde l’époque, c’était en 1940, il n’y avait rien. Je suis tenté de dire que j’ai d’abord agi par besoin de créer. Je ne sais pas du tout ce qui se serait passé si je n’avais pas eu cette possibilité par le biais de Viannay et de ses relations.
[…] C’est une question qui relève du caractère. Sur le plan strictement intellectuel, il y a des gens qui ont des capacités voisines : s’étant présentés au même concours, ils se retrouvent ensuite rue d’Ulm. Mais ils ont des caractères, des attitudes, dans la vie comme dans leurs engagements, différents. C’est une question de tempérament moral. Regardez les rangs de la Résistance : quelle diversité étonnante, à la fois politique, générationnelle, sociologique. Quel que soit le critère, le seul point commun était une question de morale et de tempérament. Il y avait entre ces gens des atomes crochus, ce « je-ne-sais-quoi », comme dit Jankélévitch, qu’on sentait et qui faisait des résistants. Or, à l’École, certains ne sentaient pas ce « je-ne-sais-quoi ».
Et puis, il y a aussi un élément très important mais qui n’est pas facile à expliquer : c’est le fait de n’avoir aucune hésitation sur ce qu’il faut faire, et même d’avoir une pensée très précise sur ce qu’il convient de faire. Certains camarades de l’École ne se sont pas vus, à aucun moment, personnellement en situation d’être capables de penser et de dire ce qu’il fallait pour le pays. Une vocation de suivisme, un respect de l’ordre et des autorités établies, quels qu’ils puissent être, et qui sont indépendants de la capacité intellectuelle. Quelqu’un comme Charles Tillon, féru du Parti communiste, n’a pas attendu que le PC lui dise ce qu’il fallait faire : ses premiers actes datent de l’époque où le PC demandait à faire paraître L’Humanité sous censure allemande ! De la même façon, moi je n’ai été consulter personne quand j’ai décidé de « défendre la France ». C’est le propre du résistant. Je prends l’initiative. Nous avons tous fait cela, peu ou prou, à des degrés divers, en tous les cas les chefs.
[…] J’avais plus l’impression au départ de défendre la liberté que de défendre la France, malgré le nom de notre mouvement. Mais fondamentalement, l’Occupation nous plaçait dans une situation d’esclavage, de prise en main de l’individu par le groupe, et quel groupe ! Au fond Viannay, Lebon et moi avions des réactions libertaires. Le cœur du problème est de trouver le socle où on ne discute plus, ce sur quoi on ne transige pas : cela pouvait être indifféremment l’amour de la liberté, ou l’amour de la France, mais ce n’était pas un patriotisme au sens terrien du terme. Que l’on soit bourgeois ou pas, c’était une question d’anarchisme raisonné parce que la cause en vaut la peine ou, plus précisément, parce qu’elle s’impose à vous. L’entrée en résistance n’est pas un choix intellectuel, mais un choix moral. Tous les vrais résistants ont été des rebelles.

94Si la participation à un réseau ou l’animation d’un mouvement de Résistance sont des activités qui s’inscrivent dans le long terme et se mènent dans la clandestinité, deux normaliens ont aussi eu des élans de courage plus spontanés et menés au grand jour. Ces actions sont suffisamment exceptionnelles dans le contexte du Paris occupé pour être retracées en détail.

95La première revient à Armand Jacob. Littéraire de la promotion 1939, Jacob est issu d’une famille modeste du nord de la France. Il a préparé le concours au lycée Henri-IV. Reçu en 1939 mais trop jeune pour être mobilisé, il fait partie des rares élèves présents à l’École pendant la drôle de guerre. Pur littéraire et grand amateur de musique baroque, Jacob est aussi un esprit libre, voire un brin provocateur. La mémoire normalienne le décrit ainsi comme un grand amateur de canulars. Selon Pierre Moussa, il aurait ainsi demandé à Darquier de Pellepoix qui venait de certifier à son auditoire qu’aucun juif ne figurait dans son arbre généalogique, s’il avait néanmoins des « cocus » dans sa famille. Surtout, le 7 avril 1941, alors que l’ordre nazi règne dans les Balkans, il s’exclame en allemand devant plusieurs soldats : « Vive la Yougoslavie ! » Cette parole lui vaut de passer trois mois à Fresnes. Libéré à la rentrée 1941, Jacob poursuit ses études de lettres à l’École et devient agrégé en 1943. Passé cet éclat de voix, il n’a plus aucun engagement connu dans la Résistance. À sa mort en 1982, il était professeur de lettres au lycée Henri-IV.

96Un an plus tard, le dimanche 7 juin 1942, un autre normalien littéraire, Henri Plard, est arrêté par la police française pour avoir porté l’étoile jaune sur le boulevard Saint-Michel à la hauteur du musée de Cluny alors qu’il n’est pas juif.

  • 64 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 641.

97Issu d’une famille calviniste de Rouen, Henri Plard est le fils d’un couple d’enseignants – son père est instituteur et sa mère professeur de lycée. Plard fait ses classes préparatoires à Henri-IV puis à Rennes. Il est reçu à l’École en 1940 où il commence des études d’allemand. Protestant pratiquant, il prend la décision d’arborer l’étoile jaune après avoir entendu un sermon au temple de l’Oratoire critiquant la décision que venaient de prendre les nazis. C’est bien par fidélité au peuple du Livre et donc par conviction protestante que Plard décide de son geste de solidarité. Dans ses souvenirs, Carcopino raconte ainsi les circonstances de son arrestation : « Henri Plard conçut la fâcheuse idée d’accompagner avec son insigne une de ses camarades catholiques à la messe de Saint-Jacques-du-Haut-Pas. Intrigué par ces apparences contradictoires, un agent de la Gestapo qui rôdait en civil autour de l’église invita Henri Plard à exhiber ses papiers, et, constatant qu’il n’était pas juif, mais désirait passer pour tel, lui déclara qu’il le traitait comme s’il l’était et l’expédia séance tenante au camp de Drancy64. » Plard est donc interné à Drancy, où il passe tout l’été 1942, classé comme « ami des juifs ». L’École normale, par l’intermédiaire de Jean Baillou, multiplie les démarches pour obtenir sa libération, mais en vain. C’est finalement son professeur d’allemand, Maurice Boucher, qui, s’appuyant sur Karl Epting, chargé des affaires culturelles auprès d’Otto Abetz et directeur de l’Institut allemand de Paris, le fait libérer le 27 août 1942, soit la veille de la déportation de milliers d’enfants juifs du camp de Drancy vers celui d’Auschwitz. À l’évidence, Plard a eu la chance d’être germaniste et de surcroît l’élève d’un professeur bien vu des autorités d’occupation. De retour à l’École à la rentrée 1942, Carcopino le convoque aussitôt pour le sermonner. Selon le témoignage de Plard, Carcopino lui aurait alors expliqué qu’il ne servait à rien, dans les circonstances de l’Occupation, de jouer les Don Quichotte. De fait, dans ses souvenirs, Carcopino, tout en évoquant un geste « généreux », affirme que cet « épisode attira sur l’École une attention dont elle se serait bien passée » et insiste sur les conséquences « d’une redoutable gravité » qui auraient pu en découler pour l’ensemble des normaliens. Plard, dont le geste n’était pas lié à une participation à un mouvement de résistance, décide alors de reprendre normalement sa scolarité : il est reçu premier à l’agrégation d’allemand en 1943, année de la publication de son mémoire de diplôme sur Angelus Silesius mais aussi de sa participation à un ouvrage sur Hölderlin dont je reparlerai. Après la guerre, il s’installe à Bruxelles, devient professeur d’université et l’un des principaux traducteurs d’Ernst Jünger. Il est mort en 2003.

  • 65 Le texte de cette pétition est contenu en AN 16 AJ 7130. Il est aussi reproduit et analysé par C. (...)
  • 66 Sur la façon dont J. Carcopino explique avoir appliqué le statut aux professeurs de l’université e (...)

98L’initiative de Henri Plard pose la question de l’attitude des normaliens face aux persécutions antisémites. Beaucoup d’entre eux, on l’a vu, alors qu’ils étaient encore en khâgne, avaient manifesté leur solidarité à l’égard de Michel Alexandre, professeur de philosophie en lettres supérieures à Henri-IV, qui avait dû cesser son enseignement à la fin de l’année 1940 du fait du premier statut des juifs. Les professeurs du lycée Henri-IV et la majorité des élèves des classes de première supérieure avaient alors décidé d’adresser une pétition au recteur de l’université de Paris, qui n’était autre que Jérôme Carcopino, pour lui demander de relever Michel Alexandre de l’interdiction d’enseigner65. Mais Carcopino estimait que ce professeur, quelles que fussent par ailleurs ses qualités, ne remplissait pas les conditions lui permettant d’obtenir une dérogation au statut66. Parmi les 100 signatures de khâgneux, on retrouve les noms de 12 futurs normaliens des promotions 1941 et 1942, sur les 20 qui sont issus de Henri-IV, soit un taux de 60 %. Comme le montre Claude Singer, cette pétition présente un caractère exceptionnel au regard des autres révocations de professeurs juifs, entourées le plus souvent d’un silence gêné de la part de leurs collègues et de leurs élèves. De façon significative, à l’École même, on ne trouve aucune trace de protestation lors de la révocation du physicien Eugène Bloch, du naturaliste Robert Lévy, pourtant l’un et l’autre directeurs de laboratoire, et du philosophe Jean Wahl à la fin de l’année 1940.

  • 67 P. Laborie, « Le statut des juifs et l’opinion », in Les Français des années troubles, p. 143-166.
  • 68 Témoignages de François Courtès (L 1940), François Crouzet (L 1941) et Frédéric Deloffre (L 1941). (...)

99J’y reviendrai, certains élèves juifs finissent leur scolarité rue d’Ulm sans pouvoir se présenter à l’agrégation. Quant aux candidats, ils doivent attester sur l’honneur ne pas être juifs à partir du concours de 1941, sauf à être classés avec un numéro « bis » en cas de succès. Ni les archives écrites, ni la mémoire normalienne n’ont gardé de souvenir particulier de réaction, individuelle ou collective, face à cette situation doublement anormale. Il semble que, mis à part chez les juifs eux-mêmes, la spécificité de la répression antisémite ait alors été occultée par les normaliens, suivant ainsi une attitude comparable à celle de l’opinion en général, qui, selon l’expression de Pierre Laborie, aurait été comme « anesthésiée67 ». Il faut attendre l’obligation du port de l’étoile jaune à l’été 1942 pour que se manifeste un geste de solidarité collective des normaliens à l’égard des juifs. Car, si Henri Plard a agi de façon isolée, d’autres élèves ont alors décidé de mettre une petite pochette jaune à leur boutonnière et de se rendre à la messe68. Il convient toutefois de souligner la différence entre le geste de Plard et celui de ses camarades : Plard arpente le boulevard Saint-Michel une étoile jaune sur la poitrine quand les autres se contentent de sortir dans les environs immédiats de l’École normale avec un signe jaune qui évoque une étoile sans en être vraiment une. La prise de risque n’est pas de même nature et, logiquement, Plard est le seul à être arrêté.

  • 69 Même si ce tournant mérite d’être relativisé, cf. P. Laborie, « 1942 et le sort des juifs. Quel to (...)

100En manifestant leur réprobation à l’égard du port de l’étoile jaune, les normaliens semblent d’ailleurs partager l’opinion de la plupart des Parisiens, laquelle connaît alors un tournant69. Le 16 juin 1942 dans son journal, Jean Guéhenno note : « Depuis huit jours, les juifs doivent porter l’étoile jaune et appeler sur eux le mépris public. Jamais les gens n’ont été avec eux si aimables. C’est qu’il n’est sans doute rien de plus ignoble que de contraindre un homme à avoir à tous les instants honte de lui-même et le gentil peuple de Paris le sait. Comme le savait Nietzsche. “Épargnez à tout homme la honte”. »

101Après l’obligation du port de l’étoile jaune, les persécutions antisémites se font de plus en plus visibles, dans le cadre des grandes rafles de l’été 1942, qui se déroulent en pleine rue, à la vue et au su de tous. Le 13 juillet 1942, Guéhenno indique : « Ce matin, j’apprends que tous les juifs d’Europe centrale vont être déportés en Russie, leurs enfants mis dans des camps. » Il est très probable que certains normaliens ont été les témoins de ce spectacle lugubre. Ainsi, le philosophe Jean-Toussaint Desanti décide de passer à la lutte armée après avoir vu une rafle opérée en juillet 1942 au commissariat de police de la place du Panthéon, dans les alentours les plus immédiats de l’École :

  • 70 J.-T. Desanti, Un destin philosophique, p. 147.

Rappelons-nous. Rappelons-nous ce matin de juillet 1942. Le commissariat de la place du Panthéon et les enfants juifs, assis (quelle dérision) sur leurs valises. Tout autour, la flicaille (française) en armes. Ce jour-là j’avoue l’avoir entendue cette voix lointaine, que je croyais enterrée : c’était un désir de meurtre ; tuer, tuer, non pour punir, ni pour venger, mais afin seulement que cela se sache que tout n’est pas permis contre des innocents70.

102Il est difficile de trouver une unité ou une origine commune aux actions de résistance menées par les normaliens avant la mise en place du STO. Tout au plus convient-il de relever que, parmi ces résistants de la première heure, les normaliens ayant des origines juives sont surreprésentés : c’est le cas de Stéphane Hessel, Marc Zamansky et Robert Salmon. Être exposé aux persécutions de l’occupant et à la législation antisémite de Vichy a pu hâter chez eux le refus de l’ordre né de la défaite. Surtout, il faut remarquer que la poignée de normaliens qui s’engagent dès le début de l’Occupation le font indépendamment du contexte de la rue d’Ulm et selon des choix variés : départ pour l’étranger, participation à un réseau ou à un mouvement de résistance, gestes de défi lancés à l’occupant. Comme je le développerai par la suite, ce sont plus des résistants normaliens que des normaliens résistants.

103Toutefois, pour certains d’entre eux, l’appartenance à l’École normale peut compter. Elle crée des contacts qui facilitent l’entrée dans la Résistance. Plus normaliens que résistants apparaissent aussi les gestes de défi lancés à l’occupant : Jacob et Plard exportent à l’extérieur de la rue d’Ulm des comportements dont l’impertinence et le caractère public font plus penser à des engagements normaliens en temps de paix et dans le cadre d’un régime de libertés qu’à un engagement politique sous la botte nazie. Enfin, avec le réseau Vélites de Croland et Piganiol et, dans une moindre mesure l’expérience de Socialisme et liberté, les bâtiments de la rue d’Ulm abritent de précoces activités de résistance – une réalité qui s’accentuera à la fin de l’Occupation pour faire de l’École normale supérieure un véritable foyer de résistance.

Notes

1 Ce cycle de conférences est présenté en détail dans AN 78 AJ15.

2 Discours radiodiffusé du 27 juin 1941 retranscrit dans L’Information universitaire du 5 juillet 1941.

3 Je souhaite rendre hommage à Stéphane Diebler, cacique de la promotion 1990, brutalement disparu depuis, qui m’a aidé à établir cette traduction.

4 Cette correspondance est consultable à la bibliothèque de l’Institut.

5 P. Laborie, L’Opinion française sous Vichy et Les Français des années troubles.

6 M. Bel, Maurice Clavel, p. 56.

7 Dans le cadre d’un entretien qu’il m’a accordé.

8 Les paragraphes qui suivent se fondent sur un entretien avec William Lapierre.

9 Dues à Y.-M. Hilaire, E. Fouilloux, B. Comte ou encore G. Cholvy, ces enquêtes sont bien résumées par J.-F. Muracciole, La France pendant la Seconde Guerre mondiale, « Églises et chrétiens », p. 251-272.

10 Témoignage d’André Mandouze et indication donnée par l’ouvrage de P. Golliet, Jean Badelle, sa vie et sa pensée.

11 Articles cités par A.-R. Michel dans La JEC face au nazisme et à Vichy.

12 Témoignage oral de Paul Germain, confirmé dans le livre d’A.-R. Michel cité ci-dessus, p. 215.

13 Cf. A.-R. Michel, ibid., p. 215.

14 Sur les origines sociales des normaliens, cf. Ch. Baudelot et F. Matonti, « Le recrutement social des normaliens », in J.-F. Sirinelli (dir.), L’École normale supérieure, le livre du bicentenaire.

15 Témoignage de Lionel Galand (L 1941).

16 Témoignage de Marius-François Guyard (L 1942).

17 Témoignage de Jean-Pierre Dannaud (L 1940).

18 Témoignages de Francis Courtès (L 1940) et Henri Plard.

19 Henri Le Bonniec est caïman de lettres.

20 Stéphane Piobetta est caïman de philosophie.

21 Paul Étard est le bibliothécaire.

22 Jean Meuvret est caïman d’histoire.

23 Le Pot est l’économe : il s’agit de M. Uchan, dont le nom est cité plus loin.

24 Madame Poré est la secrétaire du directeur.

25 Il s’agit d’une allusion à un élève scientifique, surnommé ainsi par ses camarades en raison de sa voracité.

26 « L’aquarium » désigne le hall d’entrée de la rue d’Ulm.

27 Témoignage écrit de René Braun (L 1939).

28 Ces articles parus dans Le Pilori et Révolution nationale sont cités par J. Carcopino dans Souvenirs de sept ans, p. 590-591.

29 Entretien oral, dont la transcription a été relue par René Rémond.

30 Témoignages de Pierre Moussa et François Crouzet.

31 Le Paris allemand et la géographie parisienne de la collaboration ont fait l’objet d’une description suggestive dans l’ouvrage d’É. Hazan, L’Invention de Paris.

32 Pour l’année 1941-1942, témoignages de Frédéric Deloffre (L 1941), Marc Zamansky (S 1938) et Jacques Polonovski (S 1939). Pour l’année suivante, cf. J. Carcopino, Souvenirs de sept ans.

33 Témoignages de François Crouzet, Jean Méary et Robert Ecalle.

34 Témoignages de François Crouzet et Jean Méary.

35 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 594.

36 À l’image de Jean-Pierre Dannaud et de François-Marius Guyard (L 1942).

37 C’est le cas de Frédéric Deloffre et de René Deheveuls (L 1942).

38 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 595.

39 Témoignages de Jean Méary et Claude Roussel.

40 Témoignages de Marius-François Guyard, René Rémond et Michel Debeauvais.

41 Témoignages de René Rémond et Jean Sirinelli.

42 Cf. J.-P. Azéma et F. Bédarida, Vichy et les Français.

43 Témoignages de Maxime Lamotte, Henri Plard et Frédéric Deloffre.

44 Témoignages de Marius-François Guyard et Jean-Pierre Dannaud.

45 Témoignages de Jean Leclant et Jean Sirinelli.

46 Témoignage de Jean Sirinelli.

47 Témoignages de Jean Sirinelli et Jean Deprun (L 1943).

48 Témoignage de Pierre Moussa.

49 Témoignage de Jean Delumeau (L 1943). Monod, élève de la promotion lettres 1925, est mort dans la Résistance, comme lieutenant FFI, en 1944. Cf. J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, p. 378.

50 F. Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », in A. Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale, p. 21-42.

51 Cf. Souvenirs de sept ans, p. 200 à 223, à propos de la journée du 11 novembre et de ses conséquences.

52 Les paragraphes qui suivent se fondent sur un entretien avec Pierre Piganiol, ainsi que sur le discours qu’il a prononcé le 11 novembre 1992 en hommage à Raymond Croland. Cf. l’Annuaire des anciens élèves de l’ENS, 1993, partie « b ».

53 Annie Cohen-Solal, Sartre, 1905-1980. Cf. le chapitre consacré à « Socialisme et liberté », p. 291.

54 Bulletin de la Société des amis de l’ENS, n° 122, décembre 1971. Voit aussi D. et J.-T. Desanti, La Liberté nous aime encore.

55 Demande relatée par J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 225.

56 Sur les différentes formes de résistance, cf. D. Veillon et J. Sainclivier, « Quelles différences sociales entre réseaux, mouvements et maquis », in A. Prost, La Résistance, une histoire sociale.

57 Les renseignements qui suivent sont extraits d’un entretien avec Stéphane Hessel et de son dossier d’élève. En outre, Hessel a publié ses mémoires, Danse avec le siècle.

58 Cet entretien a lieu en mai 1941. Hessel en fait le récit dans Danse avec le siècle, p. 62-63.

59 Les renseignements qui suivent sont tirés d’un entretien avec Marc Zamansky, de la consultation de son dossier d’élève et des témoignages d’autres élèves qui l’ont connu à l’École pendant la guerre.

60 Sur ce réseau, cf. A. Aglan, Mémoires résistantes. Histoire du réseau Jade-Fitzroy (1940-1944).

61 Les renseignements qui suivent sont fondés sur un entretien avec madame Rose Vincent-Jurgensen, veuve de Jurgensen, la consultation de son dossier d’élève et la préface du livre qu’il a consacré à Georges Orwell, Orwell ou la route de 1984.

62 Sur ce mouvement, cf. O. Wieviorka, Défense de la France. Une certaine idée de la Résistance, et M. Granet, Défense de la France. Histoire d’un mouvement de Résistance (1940-1944).

63 Les renseignements qui suivent m’ont été communiqués par Robert Salmon, lors de deux entretiens dont il a relu la retranscription.

64 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 641.

65 Le texte de cette pétition est contenu en AN 16 AJ 7130. Il est aussi reproduit et analysé par C. Singer dans Vichy, l’université et les juifs, p. 172.

66 Sur la façon dont J. Carcopino explique avoir appliqué le statut aux professeurs de l’université et de l’académie de Paris, cf. Souvenirs de sept ans, p. 243-258.

67 P. Laborie, « Le statut des juifs et l’opinion », in Les Français des années troubles, p. 143-166.

68 Témoignages de François Courtès (L 1940), François Crouzet (L 1941) et Frédéric Deloffre (L 1941). L’épisode est aussi évoqué par J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 641.

69 Même si ce tournant mérite d’être relativisé, cf. P. Laborie, « 1942 et le sort des juifs. Quel tournant dans l’opinion ? », in Les Français des années troubles, p. 167-182.

70 J.-T. Desanti, Un destin philosophique, p. 147.

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540