Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Études et la guerre

 | 
Stéphane Israël

Première partie. Un îlot de tranquillité? (octobre 1940-février 1943)

3. Vivre rue d’Ulm

Texte intégral

TURNES, BIZUTAGES ET CANULARS

1Comme je l’ai rappelé, Jérôme Carcopino, tout au souvenir de la communauté conventuelle qu’il avait connue au début du siècle lors de sa propre scolarité rue d’Ulm, avait tenu à ce que l’internat fût de nouveau la règle. Durant les premières années de l’Occupation, cette règle est généralement respectée, sauf pour les élèves mariés et ceux, comme l’historien François Crouzet ou le géographe Jean Delvert, dont les parents habitent à proximité de l’École. Les conditions matérielles de l’internat sont rudimentaires : en dépit des protestations répétées de Carcopino auprès du Ministère, les travaux qui devaient y être menés à la fin des années 30 sont suspendus pendant toute la durée de la guerre. Les élèves sont logés dans des boxes séparés les uns des autres par de fines cloisons et fermés par des rideaux : le temps de la chambre individuelle n’est pas encore venu. De plus, du fait de l’interruption de travaux, l’École normale n’est plus raccordée au chauffage urbain : elle doit donc puiser dans ses propres réserves de charbon pour alimenter les douches en eau chaude, ce qui limite l’usage de ces dernières à une journée par semaine pendant toute l’année 1942 ! Perspective peu réjouissante pour une communauté de 150 internes.

  • 1 Sur la turne, cf. les nombreux témoignages d’anciens élèves dans A. Peyrefitte, Rue d’Ulm.

2Mais, plus que l’internat, c’est la turne, pièce de travail partagée, qui constitue la cellule de base de la sociabilité normalienne. Le fait n’est pas nouveau, si l’on se souvient de « turne Utopie » de Péguy ou de la « turne aux fresques » d’André François-Poncet1. Ce qui est plus nouveau, j’y reviendrai, c’est que, face à la dureté des temps, la turne devient autant un lieu d’entraide et de solidarité qu’un espace d’amitié.

Une turne de « diplômitif » en 1942 (de gauche à droite : G. Lefort, P. Germain, A. Lutz, R. Siestrunck). Coll. particulière.

Sur les toits de l’École en mars 1941 (de gauche à droite : G. Chaine, H. Plard, J. Leclant, J. Lorenceau, R. Marill, M. Didier). Coll. particulière.

  • 2 Leurs co-turnes, dans le jargon normalien (par référence plaisante au cothurne des acteurs antique (...)
  • 3 Témoignage de Francis Courtès (L 1940), issu de la khâgne de Montpellier.
  • 4 Témoignages de Jean Lorenceau et Henri Plard.

3Comme avant la guerre, les normaliens des lycées parisiens choisissent leurs camarades de turnes2 en fonction des affinités nouées en khâgne. Ainsi en 1941, la turne 1 des littéraires ne compte que des anciens de Henri-IV : Paul Naulin, Lionel Galand, Jacques Martin, Jean-Pierre Richard et Jean Sirinelli. Inversement, pour les élèves venant des khâgnes de province, il faut se faire accepter par les élèves parisiens3. Autre règle inchangée : la diminution du nombre d’élèves par turne au fur et à mesure de l’avancement de la scolarité. En théorie, les turnes comptent six élèves la première année, quatre la deuxième et deux la troisième, consacrée à la préparation de l’agrégation. Néanmoins, la réduction des effectifs permet, dès la première année, une diminution du nombre d’élèves par turne. Ainsi, quatre littéraires de la promotion 1940 – Henri Plard, Jean Lorenceau, Maurice Didier et Gilles Chaine – occupent durant toute leur scolarité deux turnes contiguës, l’une consacrée au travail, appelée la « turne labeur », l’autre destinée à la détente, la « turne volupté », agrémentée d’un divan rouge et ornée de reproductions de tableaux de Toulouse-Lautrec4.

4Le rôle des turnes est d’autant plus important que les promotions sont éclatées, bien des élèves manquant à l’appel rue d’Ulm. Toutefois, les promotions gardent une réalité, structurant des activités et soudant des amitiés : ainsi de la promotion sciences 1942, au quasi complet dès la rentrée et dont les élèves ont conservé le souvenir de nombreuses sorties de groupe. Sorties pas toujours autorisées d’ailleurs : au début de l’année 1943, l’ensemble des élèves de cette promotion, auxquels se sont joints deux normaliens scientifiques de la promotion précédente de retour des Chantiers de la jeunesse, est sanctionné pour avoir passé une nuit en dehors de l’École dans un local prêté par l’un d’eux. Une sanction qui, à soixante années de distance, figure encore dans leurs dossiers individuels.

5Les activités de promotion n’ont donc pas totalement disparu. Il en va de même pour deux autres rituels normaliens : le bizutage et les canulars.

  • 5 Les « conscrits » sont les élèves nouvellement reçus à l’École ; les « carrés », ceux de deuxième (...)
  • 6 Témoignages de Jacques Pinel et René Rémond (L 1942).

6Avant la guerre, le bizutage, qui avait lieu en début d’année, marquait la supériorité des « carrés » et des « cubes » sur les « conscrits5 ». Ces derniers devaient suivre nuitamment et les yeux bandés un parcours initiatique à travers l’École, qui les menait notamment à embrasser la queue du mégathérium, squelette situé dans la bibliothèque, et à s’allonger aux côtés des « lesbiennes », statues de la cour Pasteur représentant deux femmes en train de converser. Certes, selon la mémoire normalienne, le bizutage n’a pas eu lieu en 1940, l’École normale se trouvant alors dans les locaux de l’École polytechnique. En revanche, dès la rentrée 1941, les anciens imposent le rituel aux nouveaux : François Crouzet, jeune conscrit, apprécie peu la cérémonie et décide de devenir externe. L’année suivante, les conscrits littéraires et scientifiques sont également victimes de chahuts nocturnes6.

  • 7 Ce canular est raconté par A. Mandouze dans Mémoires d’outre-siècle, p. 52-53.
  • 8 Témoignages de Robert Ecalle (S 1939) et Jean Soucasse (S 1940).
  • 9 Témoignages de Pierre Moussa et Henri Plard.

7Les canulars ont aussi perduré même s’il est vrai que l’on ne retrouve pas, durant l’Occupation, les canulars « géants » des années 30, quand, par exemple, Mandouze et ses co-turnes invitaient toute l’Académie française en salle des Actes pour honorer l’élection sous la coupole de celui des deux frères Tharaud qui était archicube7. Pour autant, même déployée sur un mode mineur, la tradition ne se perd pas : les scientifiques continuent de jouer, depuis les toits de l’École, avec les lances à eau8, provoquant parfois de véritables inondations. Quant aux littéraires, ils usent du téléphone situé dans le hall d’accueil de l’École pour se moquer gentiment de certains de leurs professeurs en Sorbonne9.

  • 10 Ce fait a été relaté par deux témoignages : celui de Pierre Moussa, qui sans être partie prenante (...)
  • 11 Témoignage de Pierre Moussa. Henri Ziéglé, pour sa part, explique cet échec uniquement par des dif (...)

8Deux traditions festives de l’École normale d’avant-guerre ont néanmoins disparu : le bal et la garden party, ce qui diminue les ressources de l’Association des anciens élèves et de la Société des amis de l’École. À l’évidence, la rigueur des temps ne se prête guère à ce genre d’initiative. Pourtant, au printemps 1942, deux élèves littéraires de la promotion 1938, qui avaient connu l’École d’avant-guerre et qui regrettaient l’austérité toute récente de l’institution, essayent d’organiser une sorte de fête des élèves, qui aurait été suivie d’une réception officielle10. Avec cinq autres élèves littéraires et scientifiques des promotions 1937 à 1941, ils se chargent de rédiger des textes et de se procurer des vivres, y compris sur le marché noir. La tentative échoue, certains normaliens jugeant l’initiative déplacée au regard de la situation du pays. Bruhat, directeur en l’absence de Carcopino, s’oppose également à cette manifestation, de crainte qu’elle ne se déroule en présence de l’occupant11.

9Il est des limites à la continuité… qui sont tout simplement celles de la décence. Imagine-t-on la rue d’Ulm en fête dans un Paris en berne ? Limites, en l’espèce, mieux comprises par Georges Bruhat que par certains élèves.

ON VA AU SPECTACLE ?

  • 12 Sur les pratiques culturelles des Parisiens pendant l’Occupation, voir J.-P. Rioux (dir.), La Vie (...)

10Si l’occupation allemande compromet la perpétuation de certaines traditions normaliennes à l’École même, elle n’empêche pas les sorties entre camarades hors de l’École. En dépit du couvre-feu, la volonté d’oublier les rigueurs du moment suscite un grand intérêt pour les spectacles. À l’image de l’ensemble des Parisiens12, de nombreux élèves fréquentent avec assiduité les salles de cinéma et de théâtre, s’accommodant de la présence des « vert-de-gris » allemands.

  • 13 A. Mandouze, Mémoires d’outre-siècle, p. 82.

11Pour le cinéma, les normaliens choisissent soit la salle de la rue des Ursulines, située à proximité de l’École, soit les salles plus courues de la rive droite. Ils vont voir les films français à la mode, comme La Fille du puisatier (1940) de Marcel Pagnol, Les Visiteurs du soir (1942) de Marcel Carné ou encore Goupi mains rouges de Jacques Becker. Certains n’ont pas de scrupules à découvrir des films allemands : au moins trois normaliens se souviennent ainsi avoir vu Le Juif Süss (1942), film de propagande antisémite dont, de l’autre côté de la ligne de démarcation, André Mandouze (L 1937), alors jeune professeur au lycée de Bourg-en-Bresse, perturbe la première représentation aux cris de « À bas Hitler13 ».

12S’agissant du théâtre, les élèves n’ont que l’embarras du choix. La programmation est alors brillante, tant du côté des metteurs en scène et des comédiens – en août 1940, Jacques Copeau appelle Jean-Louis Barrault à la Comédie française où il rejoint Madeleine Renaud ; en 1942, Jean Vilar fonde sa propre troupe à Paris, au théâtre de Poche – que des auteurs – Montherlant et Giraudoux, et d’autres plus jeunes comme Anouilh, Sartre ou Camus. Les souvenirs oraux des élèves évoquent, au début de l’Occupation, la Jeanne d’Arc du dramaturge anglais Bernard Shaw, ou encore, à la fin de l’année 1942, La Reine morte de Montherlant. L’École normale reçoit également des invitations pour certains spectacles : en mars 1942, L’Étoile de Séville, pièce de Lope de Vega, adaptée et mise en scène par l’équipe théâtrale de Jeune France ; quelques mois plus tard, la première de Richard III de Shakespeare, sous la direction de Charles Dullin, au théâtre « aryanisé » de la Cité, ex-théâtre Sarah-Bernhardt.

13D’autres élèves, moins nombreux il est vrai, se rendent régulièrement au concert. Un cercle musical est même fondé au sein de l’École à la rentrée 1942, sous l’impulsion de Pierre Fortassier, élève littéraire de la promotion 1941. Les activités du cercle sont variées : en 1942-1943, cinq concerts sont donnés et plusieurs conférenciers sont invités, parmi lesquels Jacques Chailley, secrétaire général du Conservatoire. Grâce aux cotisations des membres, aux subventions du Commissariat général à l’éducation générale et au sport, du secrétariat général des Beaux-Arts et de la Société des amis de l’École, un pick-up et une première collection de disques ont pu être achetés.

14Ces sorties se font, la plupart du temps, exclusivement entre normaliens. Peu d’élèves m’ont fait part de liens tissés avec les étudiants de la Sorbonne. C’est aussi entre camarades de l’École que certains fréquentent les cafés voisins de la rue d’Ulm, le Normal’s Bar, rue Claude Bernard, et Chez Guimard, rue de l’Abbé de l’Épée. D’autres cafés, un peu plus éloignés, sont également courus : La Capoulade, à l’angle de la rue Soufflot et du boulevard Saint-Michel, ainsi que les cafés de la place de la Sorbonne. En revanche, Saint-Germain-des-Prés et ses « zazous » paraissent ignorés des normaliens : c’est une autre géographie, une autre sociologie aussi, que la leur.

15Au cours de ces années, les normaliens de la rue d’Ulm se lient avec les jeunes filles de l’École de Sèvres. Plusieurs raisons à cela : durant la drôle de guerre, les classes préparatoires étaient mixtes ; de plus, leur école étant occupée par les troupes allemandes, les sévriennes sont logées depuis 1941 non loin de la rue d’Ulm, à Reid Hall, rue de Chevreuse, dans le VIe arrondissement ; certaines d’entre elles travaillent dans les laboratoires de l’École. La promotion sciences 1942 sort ainsi régulièrement en leur compagnie dans les forêts proches de Paris, plusieurs mariages venant sceller ces étroites relations.

Sortie en forêt de Fontainebleau des scientifiques d’Ulm et de Sèvres durant l’année scolaire 1942-1943. Coll. particulière.

LES NORMALIENS ET LA MAISON DES LETTRES

16Le tableau des loisirs normaliens ne serait pas complet si l’on ne mentionnait un lieu de sociabilité important pour plusieurs élèves littéraires : la Maison des lettres, située au 15 rue Soufflot et dirigée depuis sa fondation, en septembre 1941, par le critique de théâtre Pierre-Aimé Touchard, chrétien engagé proche de la revue Esprit.

17La Maison des lettres fait partie, avec la Maison du droit, la Maison des sciences, la Maison des arts et la Maison de la médecine, d’un projet de Vichy pour diffuser les idées de la Révolution nationale parmi les étudiants de la zone occupée. Dans les faits pourtant, Touchard prend soin de tenir son institution éloignée de toute propagande pour la consacrer aux activités culturelles : projections de films, auditions de disques, organisation de fêtes et mise en place de trois groupes de réflexion – un groupe d’études sur le roman, un autre sur le cinéma et un dernier sur le théâtre antique. Des conférenciers, la plupart du temps universitaires, sont aussi invités à la Maison des lettres.

18Selon le témoignage de la secrétaire de la Maison des lettres, une quinzaine d’élèves des promotions 1938 à 1941 fréquentent la rue Soufflot. Le premier d’entre eux, Armand Jacob, littéraire de la promotion 1939, s’y rend d’abord en prenant à partie les organisateurs qu’il soupçonne de pétainisme. Vite rassuré sur les intentions véritables de Touchard, Jacob devient ensuite un des piliers de la maison, au même titre que les normaliens littéraires Maurice Didier, Louis Pamplume, Jean Meyriat et Jacques Mettra, qui animent les groupes de travail. D’autres comme Jean Leclant, Pierre Moussa et Henri Plard y vont plus occasionnellement. Enfin, c’est là que Jean Lorenceau, littéraire de la promotion 1940, un temps méfiant vis-à-vis de la nouvelle institution, rencontre sa future femme. Je montrerai par la suite comment la Maison des lettres a joué un rôle dans l’entrée en résistance de certains élèves.

19Il ne semble pas en revanche que les élèves scientifiques aient été aussi assidus à la Maison des sciences : ceux que j’ai pu rencontrer n’en avaient gardé aucun souvenir. Les seules indications à ce propos sont extraites des rapports annuels d’activité de l’École pour les années 1941-1942 et 1942-1943 : il y est indiqué que « de nombreux élèves ont collaboré comme moniteurs et chefs de groupe aux activités de la Maison des lettres et de la Maison des sciences ».

TALAS ET PARPAILLAUX RESTENT ACTIFS

20La Maison des lettres permet de maintenir une réflexion collective, ce qui n’est plus possible à l’École normale même, où tous les groupes politiques qui existaient avant la guerre ont cessé de fonctionner. Seuls les groupes à caractère religieux sont autorisés.

21Ainsi, le groupe tala et le groupe protestant, dit aussi groupe « parpaillal », poursuivent leurs activités. Dans cette École normale réduite au silence par l’occupation allemande, les réunions des groupes religieux permettent à de nombreux élèves de se connaître et d’avoir des échanges, au-delà de la coupure entre les promotions d’avant-guerre et d’après-guerre. Près d’un quart des élèves participent occasionnellement au groupe tala, avec un noyau dur d’une quinzaine de personnes. Les protestants actifs sont moins d’une dizaine.

  • 14 Le livre d’A.-R. Michel, La JEC face au nazisme et à la guerre, donne des renseignements précis su (...)
  • 15 P. Golliet, Jean Badelle, sa vie et sa pensée.

22Comme avant la guerre, un prince tala est chargé de superviser les activités du groupe. Prenant le relais d’André Mandouze, trois princes talas, tous littéraires, se succèdent entre 1940 et 1943 : le philosophe Jean Badelle (L 1937) pour l’année 1940-1941, le germaniste Marie-Joseph Moeglin (L 1940) l’année suivante, puis l’historien Michel Join-Lambert (L 1938) à partir de novembre 1942. Mort accidentellement en novembre 1941, Jean Badelle est aussi secrétaire général de la JEC en zone occupée14. Boursier d’origine rurale, ce quintuple lauréat du concours général a fortement marqué ses camarades : l’un d’entre eux, Pierre Golliet, consacre un livre à sa mémoire qui paraît en 194415.

23Un rapport établi par les élèves et l’administration de l’École au début de l’année 1942 pour les normaliens en captivité montre que les activités d’avant-guerre ont été rétablies par Jean Badelle et ses successeurs :

Après un fonctionnement limité en 39-40, le groupe tala a repris ses activités en 40-41, sous la houlette de Badelle, permettant de rapprocher les élèves d’avant-guerre et les conscrits. Des réunions hebdomadaires, destinées à tous, ont été organisées, se divisant en des conférences bibliques souvent animées par l’aumônier, le révérend père Brillet, et des causeries sur les sujets les plus variés – spirituels comme la foi, la grâce, ou la méditation ; historiques ou intéressant l’archéologie biblique, voire les récits des missionnaires. Le mardi matin, la messe avait lieu chez les pères du Saint-Esprit, et les complies étaient récitées tous les soirs, malgré le manque d’entraînement liturgique des conscrits. Vers la fin de l’année, le groupe a repris une tradition plus ancienne : il a invité plusieurs fois talas et non talas à discuter autour d’un pot organisé avec les moyens de fortune.

24À ces activités, il faudrait ajouter ce moment important de l’année tala que représente la retraite de rentrée : elle se déroule en décembre 1941 chez les dominicains d’Étiolles, au sud de Paris, et, l’année suivante, chez les oratoriens de Pontoise.

25Malgré des effectifs réduits, le groupe protestant entretient aussi ses propres activités : réunions de prière et de lecture de la Bible dans les turnes, organisation de conférences, notamment à la faculté de théologie. Comme avant la guerre, la tendance à l’œcuménisme reste forte et les échanges sont soutenus entre les deux groupes. Ainsi, durant l’année 1942-1943, Michel Join-Lambert organise une confrontation entre le père Brillet et le pasteur Maury. De même, le 16 octobre 1942, Pierre Kuentz, élève protestant de la promotion lettres 1941, écrit à son coturne William Lapierre, membre du groupe tala, pour lui proposer d’agir en commun à l’intérieur de l’École :

Nous avons un terrain d’action qui nous est commun, et dont nous n’avons pas le droit de nous retirer avec mépris et envers qui nous avons des devoirs, une responsabilité, parce qu’il n’est pas pour notre plaisir et jouissance que Dieu nous y a placés, mais pour y annoncer la bonne nouvelle et y témoigner par notre vie que nous sommes transformés par le renouvellement de l’esprit ; ce terrain, c’est d’abord l’École et ensuite l’université. Je me demande si à l’École, la formule d’un groupe professionnel qui poserait les questions de notre métier d’étudiant et de professeur ne pourrait pas, à condition d’être bien barré, démarrer.

26Les élèves catholiques participent aussi à des regroupements plus larges : le groupe catholique des écoles normales supérieures, les groupes catholiques de l’université des lettres et des sciences et la JEC. Du côté des protestants, Pierre Kuentz dirige la Fédération des étudiants protestants de Paris.

  • 16 Lettre du 16 octobre 1942 à William Lapierre.

27Pour beaucoup d’élèves, la participation à ces groupes est l’occasion d’une réflexion approfondie, en particulier sur l’attitude du chrétien dans la cité. Les normaliens jécistes écrivent régulièrement dans la revue Messages, organe officiel de la JEC. Jacques Polonovski et Maxime Lamotte, élèves scientifiques de la promotion 1939, très assidus au groupe catholique des sciences, gardent le souvenir de leurs discussions lors des réunions hebdomadaires du groupe dans les jardins du Luxembourg. Quant à Pierre Kuentz, il envisage à la rentrée 1942 un programme complet de formation pour les étudiants de la fédération parisienne, comprenant un cercle artistique, littéraire, économique et social, pédagogique et vie personnelle, ainsi que deux groupes d’études bibliques sur Jean et Jérémie16.

LE POT : DU « CYCLE INFERNAL » À LA « RATION POMPIER »

28Avant la guerre, les élèves talas avaient pris l’habitude d’organiser deux fois l’an des « pots chantants » dans le réfectoire de l’École. Les conditions matérielles de l’Occupation ne permettent plus de tenir de tels banquets. Comme l’ensemble des Français, les normaliens souffrent des restrictions alimentaires.

29Les élèves internes prennent leurs trois repas de la journée à l’École. Le réfectoire s’appelle le pot, mais ce terme désigne aussi l’économe chargé de la gestion du budget alimentaire. Les élèves mangent sur de grandes tables de marbre de huit personnes. Les places sont fixes, à l’exception du repas du matin, où le service est aussi plus lent : c’est généralement le moment où les discussions sont les plus longues.

  • 17 Sur ce point, cf. J.-P. Azéma, « Au ras des rutabagas », in De Munich à la Libération, p. 160.

30Pour les normaliens, l’internat a l’avantage de leur épargner les interminables files d’attente devant des magasins peu approvisionnés que connaissent les autres Parisiens17. Pour autant, il n’est pas certain que les rations communes d’un établissement scolaire satisfassent tous les appétits. Soumis au rationnement, les Français se répartissent en onze catégories. Les trois catégories les plus avantagées sont les adolescents (entre 13 et 21 ans), les travailleurs de force et les femmes enceintes. Or, du fait de l’âge de ses élèves, le statut de l’École normale vis-à-vis du ravitaillement est incertain : faut-il prendre en compte les plus jeunes et l’aligner sur les rations « J 3 » des établissements scolaires ; ou bien, doit-on l’assimiler aux établissements universitaires, ce qui la rattache à la catégorie « A », dont les rations sont moins importantes ?

31Entre 1940 et 1942, c’est la seconde solution qui l’emporte. L’École connaît alors un régime alimentaire des plus précaires. Comme le résume de façon lapidaire Robert Salmon, reçu au concours lettres 1941, « le pot était lamentable, nul, absent ». La monotonie des repas n’a d’égal que leur indigence : la trilogie formée par le retour incessant des rutabagas, des navets et des carottes est baptisée « le cycle infernal ». Un repas peut se réduire à une rondelle de saucisson, trois cuillerées de rutabagas et une pomme.

32Cette indigence suscite la colère des élèves qui protestent auprès de l’administration. Ainsi, selon le témoignage de Salmon, Carcopino, encore ministre à Vichy mais de passage rue d’Ulm, est accueilli un soir de l’hiver 1942 dans le hall de l’École par une table qui comporte quatre assiettes uniquement remplies d’arêtes de poisson. Carcopino demande alors à l’économe de l’informer des rations dont bénéficient les polytechniciens. Le 10 mars 1942, ce dernier écrit au ministre-directeur pour lui dire qu’en tant que militaires, les « X » ont le droit aux rations des soldats, soit 600 g de pain, 15 g de sucre et 300 g de pomme de terre par jour, plus 600 g de viande par semaine. Toujours soucieux de l’égalité de traitement entre les deux écoles, Carcopino mène aussitôt des démarches auprès du ministère du Ravitaillement pour que l’École normale obtienne les mêmes avantages.

33Dès le 19 mars 1942, une première amélioration est accordée : le ministère du Ravitaillement donne des consignes pour que les élèves de la rue d’Ulm, ainsi que ceux de l’École de Saint-Cloud et les jeunes filles de Fontenay-aux-Roses, bénéficient de contingents de pommes de terre, de pâtes alimentaires et de légumes secs identiques à ceux auxquels ont droit les jeunes filles de l’École de Sèvres. Puis, à partir du 30 mai 1942, les élèves de la rue d’Ulm sont purement et simplement alignés sur la ration des polytechniciens, restée dans la mémoire normalienne sous le nom de « ration pompier ».

34Il ne fait guère de doute que la position de Jérôme Carcopino à Vichy a été pour beaucoup dans l’octroi de ce statut avantageux. Comme il l’évoque dans ses Souvenirs de sept ans, après la fin de ses fonctions ministérielles, il obtient la pérennisation de la ration « J 3 » du nouveau ministre du Ravitaillement, l’archicube Max Bonnafous (L 1920) : on le voit, les amitiés personnelles du directeur peuvent se révéler utiles et le réseau des normaliens à Vichy reste solidaire de son école.

35Toutefois, l’octroi de la « ration pompier » ne règle pas toutes les difficultés. Si dans l’ensemble les élèves constatent une nette amélioration de leur ordinaire, ils restent très vigilants sur leur repas. Durant l’année 1942-1943, Jean-Pierre Dannaud (L 1940) qui, en tant que « cacique général » – c’est-à-dire major de la promotion la plus ancienne encore en scolarité à l’École –, représente les élèves auprès de la direction, se souvient être allé dans le bureau du directeur lui démontrer, balance à l’appui, que la ration de viande n’atteignait pas le poids promis. En réalité, les élèves soupçonnent l’économe et son assistant de détourner une partie du stock alimentaire à des fins de marché noir.

36En réponse, Carcopino demande au mois de février 1943 que le détail précis de l’intendance – menus, relevés des stocks et denrées existants, relevé des quantités de biscuits caséinés livrés à l’École, etc. – lui soit régulièrement communiqué. Il charge également un enseignant de surveiller les services de l’économat et de la cuisine. Vexé, l’économe proteste alors dans une lettre adressée au directeur, affirmant que de telles mesures avalisent « l’esprit critique d’une minorité d’élèves malveillants et de mauvaise foi qui se servent des restrictions alimentaires actuelles pour créer un climat de défiance et de suspicion à l’égard de l’économe ». Manifestement Carcopino n’est pas convaincu par ces arguments, puisque l’économe est remplacé avant même la fin de l’année scolaire 1942-1943. À partir de ce changement, les archives de l’École n’indiquent plus de protestation des élèves concernant leur nourriture. Pour anecdotique qu’il soit, cet incident montre l’enjeu que constitue l’alimentation durant l’Occupation.

37Si les ressources du pot constituent l’essentiel de l’alimentation des élèves, ces derniers cherchent par d’autres moyens à améliorer leur ordinaire. D’une part, avec l’aide de l’administration, les normaliens multiplient les petits cours auprès des élèves des beaux quartiers ou administrent des colles dans des établissements privés : grâce à ces ressources, ils peuvent, marché noir ou non, se procurer des victuailles supplémentaires. D’autre part, les élèves parisiens, et ceux dont la famille habite à proximité de Paris, rentrent chez eux en fin de semaine, où ils trouvent des repas plus abondants. Surtout, les provinciaux reçoivent à l’École même des colis de leur famille.

38La nourriture fait alors l’objet d’un véritable système d’entraide entre les élèves d’une même turne. Les Parisiens et les élèves mariés convient leurs co-turnes provinciaux aux repas de famille du dimanche : ainsi, Pierre Moussa et René Marill, issus de la khâgne du lycée du Parc et sans famille à Paris, vont souvent déjeuner chez leurs camarades de turne Pierre Lévêque et Jean Leclant. En échange, les colis des provinciaux profitent à tous : ils offrent même un second repas après le pot, comme le montre cette lettre que William Lapierre (L 1941) adresse à sa mère le 6 mars 1942 :

L’annonce du colis de mi-carême a fait la joie de la turne ; comme ma lettre a été interrompue par l’heure du Pot et que je viens de la reprendre, pendant que j’écris, Kuentz et Bigot sont en train de préparer un plat de pommes de terre sautées aux oignons sur le réchaud à essence. Nous avons passé quelques jours de crise, mais hier, un colis de madame Deloffre est arrivé.

39Parmi ces quatre co-turnes de la promotion lettres 1941, les deux normaliens qui reçoivent des colis sont Frédéric Deloffre, originaire du Nord, et William Lapierre, dont la mère habite la région du Mans. Pierre Kuentz, ici en position de cuisinier, est lui issu d’une famille de Neuilly.

40On pourrait multiplier les exemples allant dans ce sens : la pratique en est si courante que Carcopino en vient à demander au surveillant chargé des problèmes d’intendance de veiller à ce que les élèves n’utilisent pas le matériel du réfectoire dans leurs turnes. De toute évidence, les restrictions du moment ont favorisé le développement d’une solidarité de turne, dont la mémoire orale a gardé le souvenir.

DEUX IMPULSIONS DE VICHY : LE SPORT ET L’ÉDUCATION GÉNÉRALE

  • 18 Sur ces deux points, cf. W.-D. Halls, Les Jeunes et la politique de Vichy et J.-L. Gay-Lescot, Spo (...)

41Dès les premiers jours de la Révolution nationale, Vichy décide de développer la pratique du sport dans les établissements scolaires, car, pour ce régime, il ne peut y avoir d’esprit sain dans un corps faible. En outre, il est reproché à l’enseignement de la IIIe République d’avoir péché par excès d’intellectualisme, ce dernier ne pouvant qu’exacerber l’individualisme, alors que l’entraînement des corps serait plus propice à l’esprit collectif. La mise en place du Commissariat général à l’éducation générale et au sport attribué au champion de tennis Jean Borotra concrétise cette volonté. Il ne s’agit plus seulement d’instruire la jeunesse, il faut désormais l’éduquer : les cours d’éducation générale, accompagnés de stages intensifs, doivent remplir cette mission18.

42La pratique du sport à l’École normale n’est pas une innovation de Vichy. Tout au long des années 30, le sport s’est développé rue d’Ulm, conformément à la politique du ministre de l’Éducation nationale Jean Zay pour l’ensemble des établissements scolaires et universitaires. Un terrain de tennis a ainsi été construit sur les toits des nouveaux laboratoires scientifiques inaugurés en 1937. Avec l’avènement de la Révolution nationale, le sport connaît cependant une impulsion nouvelle dans l’enseignement supérieur et dans les grandes écoles. Le 27 octobre 1941, une circulaire du Commissariat général à l’éducation générale et au sport préconise de consacrer au minimum un après-midi par semaine au sport dans les établissements scolaires. Un an plus tard, en novembre 1942, le rectorat de Paris fait afficher à l’université de Paris et dans les grandes écoles un avis d’organisation de cours d’Éducation générale et sportive auxquels la participation des étudiants de première année est obligatoire. On passe progressivement de l’incitation à l’obligation.

43Ces orientations sont mises en œuvre à l’École normale. Les représentants de l’administration sont sensibilisés à l’importance nouvelle de la discipline et sont invités à différentes manifestations qui mêlent sport et propagande. L’École normale reçoit des invitations pour la cérémonie du « serment de l’athlète » qui se déroule le 17 mai 1942 au vélodrome municipal de Vincennes, et pour la « fête nationale de la sportive », le dimanche 5 juillet 1942 au parc des Princes ; le 23 janvier 1943, le directeur est convié à la première des réunions d’un cycle de conférences-récitals qui doit mettre en lumière « le rôle joué par le sport dans la vie intellectuelle et artistique du pays ». Il n’est pas inutile de noter que, lors des deux premières manifestations, Georges Bruhat choisit d’être représenté par un simple agrégé-répétiteur, alors que, pour celle du 23 janvier 1943, Jérôme Carcopino tient à se rendre personnellement dans l’amphithéâtre de la Sorbonne pour écouter Serge Lifar parler de « la danse et du sport ».

44Cette propagande sportive s’adresse aussi aux élèves : le 16 avril 1942, le directeur administratif du périodique Sport et documentation leur offre cinquante abonnements gratuits à sa revue. Surtout, les crédits sportifs de l’École normale augmentent fortement, phénomène particulièrement remarquable quand on connaît les restrictions du moment. Un professeur d’éducation physique, Émile Boile, est nommé en janvier 1941. Le 14 novembre 1941, le Ministère propose à Bruhat d’améliorer les infrastructures sportives de l’École : dans sa réponse, ce dernier souligne qu’il n’y a pas de salle de gymnastique et que le terrain de sport ne permet que de jouer au basket. Des moyens supplémentaires sont alors accordés et, le 9 janvier 1943, Carcopino remercie le Ministère pour ses efforts en faveur du développement du sport à l’École. Sans même attendre la construction de nouvelles infrastructures, Boile propose de nombreuses activités aux élèves. À l’École même, il organise des cours de gymnastique dans la salle de conférences des nouveaux bâtiments en construction et il utilise une allée circulaire de 150 m comme piste de course à pied. Une initiation à la boxe est organisée, ainsi que des cours d’escrime, sous la houlette de l’ancien maître d’armes de l’École polytechnique. La participation à deux leçons d’éducation physique par semaine devient obligatoire. Pour ceux qui le souhaitent, des cours supplémentaires sont mis en place le jeudi matin, le mardi, le mercredi et le vendredi en fin d’après-midi. En dehors de l’École, les élèves peuvent s’entraîner le samedi après-midi sur le stade du boulevard Jourdan prêté par l’École nationale d’éducation physique et sportive et se rendre à la piscine de la rue de Pontoise le vendredi matin.

45Les élèves semblent avoir très bien accueilli cette nouvelle politique sportive. La mémoire normalienne a gardé un excellent souvenir du professeur d’éducation physique, le caractère obligatoire des séances n’ayant pas suscité d’opposition. La demande de sport est forte : une vingtaine d’élèves s’initient à l’escrime ; des équipes sont constituées pour participer aux compétitions universitaires d’athlétisme, de basket-ball, de cross-country, d’escrime, de football et de natation ; enfin, une association sportive affiliée à l’Office du sport scolaire et universitaire est créée dès l’année 1941-1942. Signe des temps, les élèves doivent attendre novembre 1943, au bout de leur troisième tentative, pour que les statuts de l’association – lesquels mentionnent explicitement que les activités sportives sont soumises au contrôle des autorités ministérielles – soient validés. Mais l’association est active dès l’année scolaire 1941-1942 : en avril 1942, elle rassemble 64 élèves. Si les scientifiques y sont plus nombreux que les littéraires – 40 contre 24 –, c’est un normalien littéraire de la promotion 1941, Marcel Hignette, capitaine de l’équipe de basket-ball, qui en est le fondateur.

46Fort opportunément, l’engouement des normaliens pour le sport est mis en valeur par l’administration dans un article sur les activités extra-scolaires de l’École normale qu’adresse le secrétaire général Jean Baillou au rédacteur en chef des Cahiers des étudiants le 6 mai 1942 :

On se ferait une idée très fausse de l’ENS, si on voyait en elle une sorte de couvent d’intellectuels. Si les activités de l’esprit gardent chez nous leur primauté, nous continuons pourtant, comme par le passé, à manifester dans d’autres domaines, la vitalité de notre vieille et toujours jeune École.
La pratique des sports, par exemple, a pris cette année un développement considérable, grâce à l’impulsion habile et énergique de notre nouveau maître d’éducation physique. Une association sportive a été créée : elle groupe la majorité des normaliens, et organise des rencontres amicales avec les élèves d’autres grandes écoles. C’est ainsi que l’Institut agronomique, avec qui nous avons disputé plusieurs matchs de basket-ball, n’est plus pour nous un monde fermé et inconnu. Grâce au sport, les contacts humains se multiplient. Cette année, pour la première fois, une équipe de normaliens a participé avec honneur au championnat de Paris d’athlétisme. […] Sports d’équipe et sports individuels sont également en faveur. […] De tout temps, on a joué au tennis à l’École normale : en revanche, le cours d’escrime et le cours de boxe ont été inaugurés l’an dernier. Interrompus durant les grands froids, les exercices de natation connaissent depuis les beaux jours un vif succès. […] Les efforts fournis cette année, les résultats déjà obtenus, la bonne volonté de tous, font bien augurer, malgré les difficultés du moment, de l’avenir sportif de l’école.

  • 19 H. Rousso, « Vichy : politique, idéologie et culture », in J.-P. Rioux, La Vie culturelle sous Vic (...)

47Mais si le développement du sport à l’École permet à cette dernière de corriger une image trop exclusivement intellectuelle, et de montrer ainsi que l’institution phare de la IIIe République peut prendre sa place dans la France nouvelle de Vichy, les élèves paraissent avoir été nettement moins sensibles aux présupposés idéologiques de l’entreprise qu’à ses avantages pratiques : dans les circonstances difficiles de l’Occupation, le sport offre aux normaliens un moyen de se défouler d’autant plus apprécié qu’ils ne quittent guère l’internat de la rue d’Ulm. Ils illustrent ici le décalage constaté par de nombreux historiens, à la suite des travaux de Jean-Louis Gay-Lescot, entre les motivations idéologiques de la politique de Vichy et l’adhésion réelle des Français. Comme le souligne justement Henry Rousso : « Quand Vichy promeut le sport, il rencontre une demande et un assentiment très forts. Mais, autant le régime cherche un hypothétique embrigadement de la jeunesse, autant les sportifs courent ou nagent sans s’occuper des motivations cachées19. » Le succès du sport sous Vichy, c’est bien la rencontre entre une demande des corps et une offre du politique.

  • 20 P. Moussa, La Roue de la fortune, p. 33.

48Car, même en dehors des périodes scolaires, les normaliens ont peu d’occasion de s’éloigner de la rue d’Ulm. Certes, les élèves parisiens se rendent dans leur famille en fin de semaine. Ceux dont les parents résident en zone occupée peuvent aussi y passer leurs vacances. En revanche, pour les élèves originaires de la zone sud, il est plus difficile de regagner leur foyer, sauf à passer la ligne de démarcation en fraude ou à bénéficier de mesures de faveur. Dans ses souvenirs20, Pierre Moussa, originaire de Lyon, raconte ainsi comment ses camarades et lui ont obtenu d’une employée allemande du personnel d’occupation de la Chambre des députés des laissez-passer pour la zone sud durant l’été 1941. La situation s’assouplit à partir de Pâques 1942 – date à laquelle des convois interzones sont mis en place pour les étudiants – et plus fortement encore après l’invasion de la zone sud. Mais, en raison des circonstances, l’internat de l’École normale reste ouvert toute l’année, période estivale comprise.

49C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier la participation des normaliens au stage d’éducation générale de Cannes durant l’été 1942.

  • 21 Circulaire du Commissariat général à l’éducation générale et au sport du 3 décembre 1942.

50Pour Vichy, l’éducation générale participe du même esprit que la mise en place des activités sportives dans les établissements scolaires. Dans les écoles, dès 1941, et un an après pour les universités, un professeur est chargé d’assurer « la coordination et la liaison entre les disciplines intellectuelles et sportives21 ». La mesure est appliquée à l’École normale : Carcopino, qui avait été un fervent partisan de l’éducation générale alors qu’il était secrétaire d’État à Vichy, en confie la responsabilité au professeur de littérature médiévale Albert Pauphilet, assisté de l’agrégé-répétiteur de latin Henri Le Bonniec. Le choix de Pauphilet montre toutefois que, dans l’esprit de Carcopino, il ne s’agit pas de chercher à enrégimenter les normaliens via l’éducation générale. Car Pauphilet est alors proche de la résistance universitaire. Même si Carcopino l’ignore, il doit néanmoins savoir que son maître d’éducation générale n’est pas un admirateur du Maréchal.

51Au titre des activités d’éducation générale, des stages intensifs de plusieurs semaines sont organisés pour les futurs instituteurs et professeurs. La pratique du sport y occupe la plus grande partie du temps, complétée par des conférences destinées à informer les futurs maîtres de la jeunesse sur les réalisations de la Révolution nationale. Dans ce cadre, les normaliens sont invités par le secrétariat d’État à l’Éducation nationale et à la Jeunesse à participer à deux stages qui se déroulent à Cannes durant l’été 1942, le premier du 19 juillet au 4 août, le second du 20 août au 16 septembre. Quarante places sont réservées aux normaliens : 33 élèves des promotions 1939 à 1941, en majorité des littéraires, répondent favorablement à l’invitation, ce qui constitue un succès indéniable pour les organisateurs.

  • 22 Témoignages recoupés, notamment de Pierre Moussa, Jean Sirinelli, François Crouzet et Robert Ecall (...)

52Selon les témoignages de plusieurs d’entre eux22, le sport y joue un rôle important, mais l’esprit de Révolution nationale n’est pas absent : salut au drapeau le matin, chants patriotiques en groupe durant les veillées, exaltation du courage physique et de l’esprit pratique en complément indispensable aux performances intellectuelles.

53Pour la plupart, ce stage au bord de la mer en zone sud est d’abord l’occasion de prendre des vacances et de rejoindre leur famille. À titre d’exemple, Jean Sirinelli en profite pour rendre visite en Corse à sa famille qu’il n’a plus revue depuis le début de l’Occupation. Mais, selon la mémoire normalienne, ce stage est aussi, pour ceux qui sont originaires de la zone nord, le premier contact direct avec la propagande de la Révolution nationale.

Notes

1 Sur la turne, cf. les nombreux témoignages d’anciens élèves dans A. Peyrefitte, Rue d’Ulm.

2 Leurs co-turnes, dans le jargon normalien (par référence plaisante au cothurne des acteurs antiques).

3 Témoignage de Francis Courtès (L 1940), issu de la khâgne de Montpellier.

4 Témoignages de Jean Lorenceau et Henri Plard.

5 Les « conscrits » sont les élèves nouvellement reçus à l’École ; les « carrés », ceux de deuxième année ; les « cubes », ceux de troisième année.

6 Témoignages de Jacques Pinel et René Rémond (L 1942).

7 Ce canular est raconté par A. Mandouze dans Mémoires d’outre-siècle, p. 52-53.

8 Témoignages de Robert Ecalle (S 1939) et Jean Soucasse (S 1940).

9 Témoignages de Pierre Moussa et Henri Plard.

10 Ce fait a été relaté par deux témoignages : celui de Pierre Moussa, qui sans être partie prenante de ce projet, se souvient des discussions qu’il a suscitées ; celui de Henri Ziéglé, le cacique de la promotion lettres 1938, qui en fut l’instigateur, avec un de ses camarades, Paul Sotiroff.

11 Témoignage de Pierre Moussa. Henri Ziéglé, pour sa part, explique cet échec uniquement par des difficultés matérielles.

12 Sur les pratiques culturelles des Parisiens pendant l’Occupation, voir J.-P. Rioux (dir.), La Vie culturelle sous Vichy.

13 A. Mandouze, Mémoires d’outre-siècle, p. 82.

14 Le livre d’A.-R. Michel, La JEC face au nazisme et à la guerre, donne des renseignements précis sur le rôle de Jean Badelle à la tête de la JEC. J’y reviendrai lorsque j’évoquerai l’attitude politique des chrétiens de l’École face à Vichy et à l’Occupation.

15 P. Golliet, Jean Badelle, sa vie et sa pensée.

16 Lettre du 16 octobre 1942 à William Lapierre.

17 Sur ce point, cf. J.-P. Azéma, « Au ras des rutabagas », in De Munich à la Libération, p. 160.

18 Sur ces deux points, cf. W.-D. Halls, Les Jeunes et la politique de Vichy et J.-L. Gay-Lescot, Sport et éducation sous Vichy.

19 H. Rousso, « Vichy : politique, idéologie et culture », in J.-P. Rioux, La Vie culturelle sous Vichy, p. 19-39.

20 P. Moussa, La Roue de la fortune, p. 33.

21 Circulaire du Commissariat général à l’éducation générale et au sport du 3 décembre 1942.

22 Témoignages recoupés, notamment de Pierre Moussa, Jean Sirinelli, François Crouzet et Robert Ecalle.

Table des illustrations

Légende Une turne de « diplômitif » en 1942 (de gauche à droite : G. Lefort, P. Germain, A. Lutz, R. Siestrunck). Coll. particulière.
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/696/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Sur les toits de l’École en mars 1941 (de gauche à droite : G. Chaine, H. Plard, J. Leclant, J. Lorenceau, R. Marill, M. Didier). Coll. particulière.
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/696/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Sortie en forêt de Fontainebleau des scientifiques d’Ulm et de Sèvres durant l’année scolaire 1942-1943. Coll. particulière.
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/696/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540