Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Études et la guerre

 | 
Stéphane Israël

Première partie. Un îlot de tranquillité? (octobre 1940-février 1943)

1. Jérôme Carcopino directeur : un symbole des temps nouveaux

Texte intégral

  • 1 Cf. J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 176.

1Au lendemain de la mort de Célestin Bouglé, le conseil de l’université de Paris avait proposé, lors de sa réunion du 13 mars 1940, de nommer jusqu’à l’issue du conflit Georges Bruhat directeur de l’École normale supérieure, et Jean Bayet directeur adjoint. Il s’agissait d’un compromis. En effet, durant la réunion du conseil, les membres n’avaient pas pu se mettre d’accord sur le choix définitif d’un homme. Le doyen de la faculté des lettres, Georges Vendryès, avait avancé le nom de Jérôme Carcopino, estimant que la tradition voulait qu’une haute personnalité du domaine littéraire présidât aux destinées de la rue d’Ulm. Émile Borel, professeur de mathématiques à l’université de Paris, directeur de l’Institut Henri-Poincaré et également président de la Société des amis de l’École normale supérieure, soutint au contraire que rien ne s’opposait à ce qu’un scientifique dirigeât l’École. Pour sa part, Carcopino a affirmé qu’il avait alors refusé tout poste en France afin de ne pas laisser l’École française de Rome sans directeur au moment où l’Italie fasciste se faisait de plus en plus menaçante à l’égard de la France1.

2L’armistice crée une situation nouvelle, favorable à Jérôme Carcopino. De retour en France après la fermeture de l’École française de Rome, l’admirateur de Jules César se voit confier la direction de l’École normale par le premier ministre de l’Instruction publique du gouvernement de Vichy, l’historien Émile Mireaux. Cette nomination constitue la réponse aux félicitations que Carcopino venait de lui adresser, et d’adresser à travers lui, au maréchal Pétain, quelques jours après l’armistice. Carcopino accepte l’offre dès le 12 août 1940, tout en subordonnant son acceptation à la possibilité d’appliquer à l’École normale un certain nombre de réformes auxquelles il est attaché. Avant de les évoquer, il faut revenir sur la carrière, la personnalité et les idées de l’auteur de La Vie quotidienne à Rome au temps de l’Empire.

DE LA ROME ANTIQUE AU MARÉCHAL PÉTAIN2

Dix-huit années d’internat pour une formation d’excellence

3Jérôme Carcopino est né en 1881, en Normandie, à Verneuil-sur-Avre, dans le département de l’Eure. Son père avait été élève de l’École de santé militaire de Lyon, avant de servir dans l’armée comme médecin major, puis de s’établir civilement à Verneuil. Il était lui-même issu d’une famille corse assez modeste : son père était gendarme à Ajaccio et sa mère tenait une auberge à Zicavo. Sa première épouse, Françoise Dumont, la mère de Jérôme Carcopino, meurt alors que celui-ci n’a que dix-huit mois. C’est donc par la seconde épouse de son père, Amélina Colombel, que Carcopino sera élevé.

4À Verneuil-sur-Avre, le père de Jérôme Carcopino est un notable républicain : à sa mort en 1913, il est maire de la commune et président du syndicat des médecins du département. Son adhésion à la République se double d’un fort patriotisme. Bien que de tradition catholique, il choisit pour son fils l’école publique de Verneuil.

  • 3 Sur cette réforme, voir P. Albertini, « La réforme de 1903, un assassinat manqué », in J.-F. Sirin (...)

5Mais Carcopino poursuit rapidement ses études à Paris. Dès 1889, âgé d’à peine huit ans, il entre au collège Sainte-Barbe, sur la montagne Sainte-Geneviève. C’est pour lui le début d’une longue période d’internat qui ne s’achève qu’après son retour de l’École française de Rome en 1907. Après avoir été élève du lycée Henri-IV, il est reçu quatrième à l’École normale supérieure en 1900. Il n’y fait sa rentrée effective qu’un an plus tard, en 1901, après son service militaire. Ses principaux camarades de promotion sont Pierre Roussel, helléniste et futur directeur de l’École française d’Athènes, et Henri Focillon, qui deviendra par la suite un historien d’art de tout premier plan et qui, lui, rejoindra la France libre en 1943. Rue d’Ulm, Carcopino côtoie aussi des élèves de la promotion 1900, parmi lesquels Jacques Chevalier, qui le précédera à Vichy, Paul Hazard et Louis Réau. Surtout, il a pu connaître les dernières années de l’École d’avant la réforme de 19033 : un établissement totalement autonome, doté d’un corps enseignant distinct de celui de l’université de Paris.

6Durant ces années encore marquées par l’affaire Dreyfus et au moment où le socialisme domine rue d’Ulm – à tel point que l’historien Christophe Prochasson a pu parler d’un socialisme normalien –, Carcopino ne semble guère s’intéresser aux événements politiques. À peine confesse-t-il qu’il se serait alors éloigné de la religion catholique. En réalité, il est d’abord mobilisé par sa passion pour l’histoire ancienne. En complément de sa licence, il rédige un premier mémoire qui porte sur « L’ostracisme athénien ». Après avoir consacré son diplôme d’études supérieures à « La loi de Hiéron et les Romains », il est reçu premier à l’agrégation d’histoire, en 1904. Sa vocation peut s’épanouir à l’École française de Rome, dont il est pensionnaire pendant trois ans. C’est à Rome qu’il découvre l’archéologie.

7À son retour de l’École française, il se marie avec Antoinette Hillermacher, la fille d’un compositeur de musique que connaît son père. Il prend un poste au lycée du Havre et entre alors en contact avec Raymond Poincaré, pour qui il rassemble des documents en vue de la publication de son Monsieur Thiers. Mais leurs liens se distendent dès cette tâche achevée. Car Carcopino se consacre avant tout à sa thèse sur « Virgile et les origines d’Ostie ». En 1912, il est chargé d’un cours d’Antiquité africaine à la faculté d’Alger.

Des Dardanelles à la direction de l’École française de Rome

8Dès le début de la Première Guerre mondiale, Jérôme Carcopino est mobilisé comme lieutenant. Il est promu capitaine en 1916. Il s’illustre alors aux Dardanelles, puis sert dans l’armée française d’Orient, ce qui lui vaut deux citations et la Légion d’honneur. S’il a près de quarante ans lorsque le conflit s’achève, il semble bien que cet événement constitue la véritable matrice de sa conscience politique et civique. Son patriotisme conservateur, son goût pour la hiérarchie, son respect naturel pour l’autorité se renforcent. Ce que seront ses choix en 1940 porte la marque du précédent conflit, sa guerre.

  • 4 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 151.

9La carrière universitaire de Carcopino progresse à vive allure. Après avoir soutenu sa thèse en 1919, il rejoint la Sorbonne en 1920, où il devient professeur titulaire d’une chaire dix ans plus tard. C’est en 1930 qu’il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Universitaire reconnu, il fréquente aussi une certaine élite mondaine. En 1934, il est admis au « déjeuner Hervieu », un club qui rassemble des personnalités de la vie politique et intellectuelle parisienne et que préside le maréchal Pétain depuis l’assassinat de Louis Barthou. C’est là qu’il rencontre pour la première fois celui auquel il voue une « singulière admiration, née au cours de la guerre de 1914-1918 », qui n’a cessé de croître en un quart de siècle pour s’élever à la hauteur « d’un véritable culte », selon les termes mêmes de Carcopino dans ses mémoires publiés en 19534. Il faut citer le récit de cette première rencontre pour mesurer qu’il s’agit d’un véritable culte de la personnalité dans toutes ses composantes, qu’elles soient d’ordre physique et vestimentaire, ou encore qu’elles relèvent du caractère, de la culture et de l’intelligence :

  • 5 Ibid., p. 158.

Je n’ai aucune difficulté à l’avouer aujourd’hui : je fus conquis d’emblée ; et tel je vis Pétain ce jour-là, tel je le retrouvai à chacune de nos réunions à l’Interallié : émouvant de noblesse et de simplicité. En veston, toujours, et la boutonnière démunie du moindre ruban, il ne signifiait sa distance que par le soin qu’il mettait à l’abolir. Prévenant avec tous, sans être familier avec personne, il improvisait pour chacun la bienvenue dont la pertinence, à défaut de chaleur, transforme une relation mondaine en un commencement d’amitié. Surtout, ce plébéien portait avec une aisance de grand seigneur, comme si l’ayant toujours eue, il l’oubliait naturellement, la célébrité qui lui était venue sur le tard ; et l’on était sans défense devant la séduction de ce victorieux dont l’autorité rayonnait du contraste entre sa gloire et sa modestie. D’habitude, il parlait peu, mais il ne parlait jamais pour ne rien dire. Il n’était pas rare qu’il ajoutât son grain de sel à nos plaisanteries ; et je l’ai entendu filer avec un esprit de pince-sans-rire des anecdotes plus ou moins cocasses ou scabreuses. Mais il fuyait les méchancetés, et, pour sa part, il avait la coquetterie de ne nous faire rire qu’à ses dépens […]. Se mêlait-il à un débat littéraire ? On était frappé de l’étendue de son information et de la sûreté de son goût. S’agissait-il de politique ? On l’était plus encore de son bon sens, de sa fermeté et de sa modération5.

10L’admiration de Carcopino pour Pétain est encore magnifiée par l’appartenance du Maréchal à l’Académie française à laquelle il a été reçu en 1930. Une assemblée que Carcopino espère pouvoir rejoindre le moment venu. Dès 1934, d’aucuns lui suggèrent de briguer le fauteuil de Camille Jullian, le grand spécialiste de la Gaule romaine, qui vient de mourir. Si Carcopino considère sa candidature comme prématurée, il n’est pas insensible au projet. Il est vrai que sa notoriété dépasse les cercles universitaires. Il écrit régulièrement pour Le Figaro et n’hésite pas à vulgariser ses travaux. Sa réputation scientifique n’en est pas moins très solide : docteur honoris causa de l’université d’Oxford et membre de la très élitiste Association for the Promotion of Roman Studies, il multiplie les conférences à travers l’Europe et le monde.

11Il n’est donc pas surprenant de voir Carcopino succéder à Émile Mâle à la direction de l’École française de Rome en juillet 1937. Comme le veut l’usage, si la nomination relève formellement du ministre de l’Éducation nationale, qui est alors Jean Zay, ce dernier suit la proposition formulée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres. À Rome, Carcopino poursuit ses travaux universitaires, dirigeant les célèbres Mélanges de l’École française. C’est aussi du palais Farnèse qu’il publie, en 1939, son ouvrage de vulgarisation le plus célèbre, La Vie quotidienne à Rome au temps de l’Empire.

  • 6 C’est le même André François-Poncet qui le recevra sous la coupole en 1956. Sur A. François-Poncet (...)
  • 7 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 132.
  • 8 Sur André Bellessort professeur de khâgne, cf. J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle…, p. 74- (...)
  • 9 Son nom figure à plusieurs reprises au bas des pétitions de droite durant les années 30. Cf. J.-F. (...)
  • 10 Comme il l’écrit dans les Souvenirs de sept ans, p. 135, « à Rome en 1940, je fus forcé de reconna (...)

12Dans un premier temps, ses relations avec les autorités italiennes restent limitées, même s’il négocie directement avec le ministre de l’Éducation nationale italien Bottaï un échange de pièces archéologiques entre la France et l’Italie. Cependant, à partir de septembre 1939, la présence d’une école française en Italie devient problématique dans la mesure où l’Italie fasciste, malgré sa non-belligérance officielle, est plus proche du régime hitlérien que de la République française. En accord avec le Quai d’Orsay et en contact étroit avec l’ambassadeur de France à Rome André François-Poncet6, lui-même ancien élève de la rue d’Ulm, Carcopino s’engage alors dans une entreprise à la frontière de la vie culturelle et de l’activité diplomatique. Pour attirer la sympathie des élites fascistes envers la France, il invite à Rome des conférenciers français connus pour être des « amis de l’Italie7 ». Alors que les conférences scientifiques habituellement organisées par l’École française étaient réservées à un public d’érudits, Carcopino convie à ce cycle exceptionnel « toutes les élites de la société romaine ». Parmi les sept conférenciers qui font le voyage à Rome durant l’année 1939-1940, on retrouve les grands noms de la droite intellectuelle des années 30 : le critique littéraire André Bellessort, ancien professeur de khâgne à Louis-le-Grand8 et soutien traditionnel de l’Action française ; l’écrivain Henry Bordeaux, habitué à signer les pétitions de la droite9 ; Louis Madelin, historien de l’Empire, également proche des ligues et de l’Action française ; enfin, l’écrivain Abel Bonnard, admirateur de Hitler et de Mussolini, avec lequel Carcopino s’était lié d’amitié au début du siècle mais qui entretient désormais avec lui des relations plus distantes10.

  • 11 Dans les Souvenirs de sept ans, il raconte avec quelle satisfaction il avait vu l’entente entre la (...)

13Si l’entreprise permet à Carcopino de renforcer ses liens avec quelques académiciens, elle reste sans effet sur le régime italien. Pourtant, il veut croire jusqu’au bout qu’un rapprochement reste possible entre la France et l’Italie de Mussolini11. C’est à regret qu’il doit se résoudre à fermer son école et à quitter Rome le 1er juin 1940. Et c’est depuis la France qu’il apprend, le 10 juin 1940, que l’Italie vient d’entrer en guerre contre son pays. Ses efforts depuis 1937 pour développer l’amitié entre les deux pays ont donc échoué. Néanmoins, à travers ses années romaines, Carcopino a appris à apprécier les responsabilités extra-universitaires, les fastes officiels et les missions délicates avec un régime fasciste : une expérience qui a sans doute son importance pour comprendre sa volonté de prendre des responsabilités dans le contexte de l’Occupation et du gouvernement de Vichy.

Ralliement immédiat à Pétain et offre de services aussitôt récompensée12

  • 12 Sur le ralliement de Carcopino à Pétain et sur sa nomination à la direction de l’ENS, cf. Souvenir (...)
  • 13 Ibid., p. 151 (ainsi que pour la citation suivante).

14Carcopino assiste à l’effondrement de la France depuis sa résidence champenoise de La Ferté-sur-Aube. Son ralliement à Pétain est immédiat. Il approuve l’armistice, parce qu’il juge qu’avec le maintien de l’Empire et la création d’une zone libre, celui qu’il appelle le Maréchal a su préserver l’essentiel, « l’existence et l’unité nationales ». Sur un plan plus strictement politique, la mort de la IIIe République ne lui inspire pas de regret particulier : après le vote par les parlementaires de la délégation des pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940, il lui fait confiance pour « rendre à la France les forces qu’elle avait perdues ». Comme il l’écrira dans ses mémoires, « j’ai suivi d’instinct le mouvement qui emportait les trois quarts de la nation, obéi à la conviction que semblable à lui-même le vainqueur de 1918 saurait une seconde fois sauver la patrie13 ».

15En réalité, Carcopino fait preuve d’activisme plus que de suivisme. Dès la nomination du premier ministre de l’Instruction publique de Pétain, Émile Mireaux, il lui écrit pour le féliciter. Cette lettre ne s’adresse pas seulement au normalien historien qu’il a reçu à l’agrégation de 1910. C’est une déclaration d’adhésion au nouveau régime, et il le reconnaît lui-même : « En écrivant pour le féliciter à son nouveau ministre de l’Éducation nationale, je ne pus m’empêcher d’y faire acte d’adhésion à son gouvernement. » Ce soutien déclaré peut aussi être compris par celui à qui il s’adresse comme une offre de services à un moment où, à l’évidence, des postes de responsabilité vont changer de mains. De fait, le 26 juillet 1940, Mireaux propose à Carcopino la direction de l’École normale supérieure. Proposition aussitôt acceptée : « Je vous avais demandé du travail. Vous m’avez offert la direction de l’ENS », lui répond Carcopino.

16Ainsi, parvenu au seuil de sa soixantième année, Jérôme Carcopino s’apprête à revenir rue d’Ulm. Ses atouts sont nombreux. Il apparaît à la fois comme un universitaire respecté par ses pairs, un homme de lettres connu du grand public cultivé et un administrateur qui a fait ses preuves à l’École française de Rome. Si ses rapports avec la vie politique restent distants, il est néanmoins proche des cercles de la droite intellectuelle parisienne. Autant sans doute par conviction personnelle que par souci de carrière. Car c’est de la droite qu’il peut attendre le couronnement de sa carrière : une prochaine élection à l’Académie française. D’un point de vue idéologique, sans être hostile à la République, Carcopino a un réel goût pour l’ordre, une certaine fascination pour le césarisme de la Rome antique et une admiration personnelle pour Pétain. Après avoir connu les honneurs et les difficultés de l’École française de Rome, il aspire à exercer de nouveau des responsabilités, et pense pouvoir imprimer sa marque dans un contexte certes troublé mais qui ouvre des marges de manœuvre nouvelles. S’il a su servir la République dans la Rome fasciste, pourquoi ne pourrait-il pas être utile à Vichy dans le Paris occupé ? Ces différentes raisons expliquent son maréchalisme de la première heure et la disponibilité qu’il affiche vis-à-vis du nouveau régime.

LE PROJET DE JÉRÔME CARCOPINO : RECRÉER L’ÉCOLE NORMALE D’AVANT 1903

17Carcopino a des idées très précises sur ce que devrait être une réforme de l’École normale supérieure. Faute de pouvoir les appliquer, il avait refusé une première fois de prendre la direction de l’établissement en 1927 au terme du mandat de Gustave Lanson. Mais, en cet été 1940, à l’image des élites qui font le choix de la Révolution nationale, il estime que les circonstances créées par la défaite sont propices à certaines évolutions. Ces projets, Carcopino en expose le détail à Émile Mireaux dans la lettre dactylographiée qu’il lui adresse le 12 août 1940.

Renforcer l’autorité du directeur et régénérer la communauté normalienne

18Carcopino entend d’abord modifier l’organisation administrative de la direction. Il souhaite que le directeur de l’École soit désormais assisté de deux sous-directeurs, un pour la section des lettres, un autre pour celle des sciences, au lieu d’un unique directeur adjoint, comme c’était le cas auparavant. Dans le système précédent, le directeur – généralement un littéraire – s’occupait surtout de la section dont il était issu, laissant à son adjoint de vastes prérogatives pour l’autre section. En plaçant deux sous-directeurs sous son autorité, Carcopino cherche manifestement à éviter ce partage des rôles et à renforcer son pouvoir d’impulsion et d’arbitrage tout en se dégageant de la gestion quotidienne de l’une des deux sections. Toutefois, il précise qu’il ne souhaite pas modifier l’équipe en place : sa volonté est donc de faire de Georges Bruhat et de Jean Bayet ses deux adjoints.

19Cette première proposition s’accompagne d’une volonté d’affirmer son autorité sur les normaliens. À cet effet, Carcopino demande que le directeur puisse proposer au ministre des sanctions contre tout élève ayant échoué à ses examens ou ayant manqué aux règles du bon comportement au sein ou à l’extérieur de l’École. Jusqu’alors, le règlement général de 1931 prévoyait qu’une telle sanction serait arbitrée collégialement par le conseil de discipline de l’École. Or Carcopino ne « veut plus subordonner ses blâmes ou ses exclusions à des conseils de discipline qui n’aboutissent jamais à rien ». En renforçant son autorité sur les normaliens, il cherche à restaurer une plus grande discipline rue d’Ulm. Il juge que les années 30 ont marqué un certain relâchement et porte un jugement sévère sur l’action de son prédécesseur Bouglé. Cette demande de discipline lui paraît d’ailleurs correspondre aux nécessités du temps : « la discipline doit être renforcée à l’École, comme ailleurs ». S’il précise que ce pouvoir disciplinaire renforcé ne doit pas ouvrir à l’arbitraire, il semble vouloir en étendre les limites au-delà même des seules insuffisances scolaires. Évoquant l’impuissance de son prédécesseur Vessiot en 1928 face à des manifestations d’élèves antimilitaristes, il précise ainsi : « J’aurais honte d’espionner les normaliens ; de leur distribuer mon amitié selon leurs opinions ou théories, mais il y a certains gestes de lèse-patrie qui appellent une répression immédiate. J’en revendique expressément les moyens. » La discipline sera d’ailleurs affermie par la pratique du sport, laquelle doit devenir obligatoire : « Il faudra pousser aussi loin que possible une éducation physique qui fut trop négligée et dont nous devons sentir, dans nos tristes conditions présentes, l’impérieuse nécessité. »

  • 14 Le concours de 1938 devait être le dernier ouvert aux jeunes filles. Par exception, seules les adm (...)

20À travers ce mouvement de restauration de l’autorité, Carcopino cherche aussi à recréer la communauté de vie qu’il a connue dans l’École d’avant la réforme de 1903. Telle est du moins la justification qu’il avance pour procéder à deux autres changements : le rétablissement du caractère obligatoire de l’internat et l’interdiction faite aux jeunes filles de se présenter au concours d’Ulm. « L’école doit être fermée aux femmes », écrit-il sans détour à Mireaux. En réalité, cette mesure avait déjà été décidée par la précédente direction14. Mais alors qu’il s’agissait de tirer toutes les conséquences du nouveau statut de l’École de Sèvres, rattachée à l’enseignement supérieur par le décret du 13 décembre 1936 et devenant ainsi l’égale de la rue d’Ulm, le but de Carcopino est différent : restaurer l’unité normalienne, menacée par la présence d’une poignée de jeunes filles rue d’Ulm et par l’absence d’une minorité d’élèves de son internat :

  • 15 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 179.

J’étais résolu à ramener dans la maison l’ordre que j’y avais connu quand j’en étais le pensionnaire ; et pour cela d’en exclure les femmes, et d’y généraliser l’internat. Car si étrange que paraisse l’anomalie, il y avait maintenant des femmes à Normale, et en revanche il y avait des normaliens qu’on n’y rencontrait plus que par le plus grand des hasards. […] Je ne parvenais pas à discerner ce que Normale avait gagné à ce système anarchique, où elle recrutait des élèves qu’elle ne rassemblait plus. En revanche, je distinguais à l’œil nu ce qu’elle y perdait de discipline, d’homogénéité, de secours périodique, d’union intime des esprits et des cœurs ; et à la seule exception des élèves mariés, je désirais pour tous les normaliens un régime […] grâce auquel ils pourraient […] conjuguer leurs efforts, confronter leurs idées, constituer les équipes sportives où se fortifieraient leurs corps, effacer, au frottement de la vie commune, leurs inégalités sociales, et malgré leurs divergences d’opinions et leurs différences de tempérament, retrouver toute la douceur d’une intime et quotidienne camaraderie15.

  • 16 Sur Vichy et les femmes, cf. F. Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, en particulier le chapit (...)

21Ces réflexions tranchées montrent ce que les projets de Carcopino doivent d’une part à son expérience personnelle rue d’Ulm au début du siècle et, d’autre part, ce qu’ils empruntent à l’esprit anti-individualiste – l’École normale comme communauté organique –, autoritaire – « ramener l’ordre dans la maison » – et misogyne de Vichy16. Ce sont les deux sources de son ambition réformatrice. Dans les deux cas, elles marquent une rupture, qui n’est pas seulement symbolique, avec l’École normale supérieure de la IIIe République.

Développer le prestige de l’École et orienter les normaliens vers l’enseignement supérieur

  • 17 Cf. J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 176.

22Depuis la réforme de 1903, l’École est placée sous la tutelle de l’université de Paris. Ses élèves en sont officiellement les boursiers et c’est à la Sorbonne qu’ils doivent préparer leurs examens. Une tutelle relative puisque, dès 1918, des enseignements réservés aux normaliens et notamment une préparation autonome à l’agrégation se sont reconstitués rue d’Ulm. Toutefois, Carcopino, qui n’a jamais accepté cette réforme, entend aller plus loin en dotant l’École des outils qui assureront son rayonnement intellectuel et marqueront son autonomie à l’égard de la Sorbonne, sans toutefois aller jusqu’à remettre en cause son statut17.

  • 18 Ibid., p. 181.

23Deux mesures doivent y contribuer : l’instauration d’un cycle de conférences exceptionnelles en lettres et en sciences, en marge des enseignements déjà prodigués à l’École ; l’élaboration de publications internes à l’école littéraire, à l’image des annales de la section des sciences. Ce faisant, Carcopino poursuit un autre objectif, plus fondamental encore à ses yeux : inciter les normaliens à s’orienter vers l’enseignement supérieur plutôt que de se limiter, une fois l’agrégation acquise, à une carrière dans le secondaire. Dans la lettre qu’il adresse à Mireaux, il regrette que le nombre de normaliens qui se destinent à l’université ne soit pas suffisant. Pour le renforcer, il convient de donner aux élèves le goût de la recherche dans le cadre même de leur scolarité. Animées par des personnalités de premier plan, les conférences doivent permettre aux normaliens de découvrir le dernier état de la recherche sur les sujets les plus variés, leur ouvrant ainsi des perspectives nouvelles. Quant aux publications de la section des lettres, elles ont vocation à faire connaître « les meilleurs travaux que les littéraires auraient composés et les conférences les plus neuves qu’ils auraient entendues18 ».

  • 19 Ou, pour ceux qui ont échoué à l’agrégation, de préparer de nouveau ce concours.
  • 20 Selon les termes du compte rendu du conseil de l’université de Paris (AN AJ 16 2884).

24Pour s’assurer que ces vocations universitaires ne seront pas interrompues après l’agrégation, Carcopino formule une proposition audacieuse : créer une quatrième année de scolarité qui permettrait aux élèves de commencer des travaux de recherche19. L’attribution de cette quatrième année serait réservée aux meilleurs éléments sur proposition du directeur après avis des professeurs. Selon Carcopino, « cette année supplémentaire est une sorte de bourse de doctorat » car « si l’École doit former des membres du corps enseignant, elle doit aussi former des savants auxquels il faut assurer les moyens d’un libre développement scientifique20 ».

25Ces trois mesures – conférences exceptionnelles, publications, quatrième année – cherchent en réalité à accélérer les évolutions déjà en cours durant l’entre-deux-guerres : indépendance croissante de l’École vis-à-vis de la Sorbonne et orientation des normaliens vers le supérieur. Carcopino s’inscrit donc ici dans une certaine continuité. Plus que le partisan de Vichy ou l’homme d’ordre, c’est le normalien attaché à la spécificité de son école et l’universitaire soucieux du rayonnement de la recherche française qui agit. D’ailleurs, ces mesures seront confirmées après la Libération.

  • 21 Voir le compte rendu de la séance du conseil de l’université du 13 mars 1940 (AN AJ 16 2890).
  • 22 L’abondante correspondance échangée par Jean Bayet et Jérôme Carcopino a été déposée à l’Institut (...)

26Ces différentes propositions reçoivent l’aval d’Émile Mireaux, qui convoque Carcopino à Vichy le 7 septembre 1940. Mais, à cette date, par l’une de ces révolutions de palais dont Vichy a le secret, le juriste Georges Ripert lui a déjà succédé au portefeuille de l’Instruction publique. Ce dernier, et son secrétaire général Jacques Chevalier, camarade de promotion de Carcopino, confirment sa nomination rue d’Ulm. Contrairement à la tradition universitaire, il ne semble pas que le conseil de l’université ait été consulté sur cette nomination. S’il est vrai que ce conseil n’avait désigné Bruhat et Bayet qu’à titre provisoire lors de sa séance du 13 mars 1940, il avait toutefois demandé à être consulté à l’issue du conflit21. Prenant aussitôt ses fonctions, Carcopino a donc les mains libres pour mettre en place ses réformes. Adopté le 3 mars 1941, le nouveau règlement général de l’École normale supérieure consacre l’essentiel de son projet, à une exception et une nuance près. Le dédoublement de la fonction de directeur adjoint échoue devant le refus de Jean Bayet, pressenti par Carcopino pour prendre la direction de la section des lettres, d’occuper un poste qu’il juge faire doublon avec celui du directeur. Bayet, qui redeviendra formellement directeur adjoint après la nomination de Carcopino comme ministre de Vichy, témoigne ici de son indépendance d’esprit et de caractère à l’égard de son aîné, qui, entré à Ulm dix ans avant lui, l’a précédé dans la carrière mais dont il ne partage pas les convictions politiques22. La nuance porte sur la création de la quatrième année : elle est acceptée, mais le Ministère garde un pouvoir ultime de décision sur le nombre d’élèves pouvant en bénéficier. De plus, sur la pression de la direction de l’Enseignement secondaire, les élèves maintenus à l’École après leur succès à l’agrégation sont théoriquement mis à la disposition du recteur de l’université de Paris pour des suppléances dans les lycées de la Seine et de la Seine-et-Oise pour une durée comprise entre un et trois mois.

27Je reviendrai sur l’application concrète de ces différentes mesures et les tensions qu’elles ont pu susciter avec la direction de l’Enseignement secondaire. Mais, en cette rentrée 1940, la priorité la plus immédiate de Jérôme Carcopino est d’en finir avec l’occupation des locaux de l’École normale et de convaincre les élèves de se remettre au travail.

LIBÉRER LA RUE D’ULM, REMETTRE LES NORMALIENS AU TRAVAIL

Stratégies pour mettre un terme à l’occupation de l’École

28Le 20 août 1940, le commandement allemand de la ville de Paris informe Georges Bruhat qu’il a décidé d’installer la 36e division d’infanterie à l’École normale supérieure. Aussitôt, Bruhat écrit au préfet pour qu’il s’oppose à cette mesure, ou, à défaut, que l’occupation de la rue d’Ulm cesse avant la rentrée des élèves et laisse libre l’accès à la bibliothèque et aux laboratoires scientifiques. Il n’obtient gain de cause que sur ce dernier point, comme le montre le rapport qu’il adresse au recteur Roussy le 27 août :

Les hommes ont été logés dans les bâtiments en achèvement de la rue Érasme et dans les deuxième et troisième dortoirs ; les sous-officiers ont été logés dans les chambres des maîtres. Le logement des officiers et les bureaux de l’unité ont été installés dans l’appartement du directeur. Les douches, la cuisine et les pièces annexes ont également été occupées. Des ateliers ont été installés dans les salles d’étude du rez-de-chaussée, le mess des sous-officiers dans la salle de musique ; les voitures sont parquées dans le jardin et les munitions entreposées dans le sous-sol du bâtiment de la rue Érasme. Le corps de garde est dans le pavillon de l’infirmerie ; toutes les tables et les chaises des salles d’étude non occupées ont été transportées dans les salles qui servent de cantonnement.
Jusqu’ici rien n’a été pris des appartements effectivement occupés par le personnel logé à l’École ni dans les laboratoires et la bibliothèque.
Le personnel de l’École doit être muni de laissez-passer pour la circulation dans l’École ; il a été convenu que les visites venant de l’extérieur pourraient accéder à la bibliothèque et aux bureaux de l’administration, à condition d’être conduites par un de nos agents.
L’occupation ainsi réalisée par l’autorité allemande ne permettrait pas une rentrée des élèves à l’École.

29C’est dans ce contexte que Carcopino prend officiellement ses fonctions au début du mois de septembre. Épaulé par Bruhat, il multiplie les interventions auprès du rectorat, des inspecteurs généraux chargés de la liaison entre la rue de Grenelle et les autorités d’occupation et sollicite même l’intervention directe du représentant de Vichy en zone occupée, le général de la Laurencie. De son côté, le secrétaire général Jean Baillou se met en relation avec un ancien lecteur d’allemand à l’École normale, placé depuis auprès d’Otto Abetz, l’ambassadeur de Hitler à Paris. En vain : à la fin du mois de septembre, les troupes allemandes sont toujours rue d’Ulm, alors même que la rentrée des élèves, prévue pour la mi-octobre, approche.

  • 23 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 195.

30Carcopino songe alors à une solution alternative : accueillir les normaliens dans les bâtiments, voisins, de l’École polytechnique, rue Descartes, laissés vacants par son transfert à Lyon. Devant le refus du directeur de l’Enseignement supérieur Théodore Rosset, Carcopino contourne le ministère de l’Éducation nationale pour solliciter directement l’appui du maréchal Pétain. Il lui écrit le 8 octobre pour lui exposer les avantages de sa solution qui rapproche les deux écoles et préserve la formation des élites au moment même où les collaborationnistes parisiens pressent le nouveau régime d’en finir avec « les pépinières des fruits secs de la bourgeoisie » que sont Polytechnique et Normale. « Ainsi s’affirmerait la camaraderie de deux grandes écoles françaises unies depuis leur fondation par une glorieuse émulation et rapprochées dans nos épreuves présentes par la haine que leur vouent ensemble, en de misérables articles de journaux parisiens, les saboteurs de notre relèvement et les destructeurs de nos élites23. » Les arguments de Carcopino font mouche auprès du Maréchal, qui lui donne son accord. Le 16 octobre, l’agence Havas annonce que les normaliens seront accueillis à l’École polytechnique à partir du 19 octobre.

31Ainsi, pour la première fois depuis sa création, une armée étrangère occupant les locaux de leur école, les normaliens effectuent leur rentrée… dans les bâtiments d’une école militaire.

Avis de réquisition de l’École par le commandement allemand à Paris (20 août 1940).

32Leur séjour rue Descartes ne dure que quelques semaines. Les Allemands décident en effet d’évacuer l’École normale le 15 novembre. Les élèves présents à Paris retrouvent la rue d’Ulm dès le 8 décembre.

33Dans ses souvenirs, Carcopino affirme que sa détermination à organiser la rentrée de l’École à l’automne 1940 avait démontré aux Allemands que celle-ci se maintiendrait quoi qu’il arrive et que son occupation ne serait donc pas un obstacle à sa continuité. C’était supposer que les autorités allemandes avaient décidé d’occuper l’École normale moins pour profiter de ses bâtiments que pour s’en prendre au symbole qu’elle représentait. En réalité, c’est d’abord la vétusté des locaux qui semble avoir incité les Allemands à se retirer rapidement de la rue d’Ulm. Le suggère une correspondance de Carcopino avec les autorités ministérielles en 1943, dans laquelle il demande des crédits pour la rénovation de l’École, mettant le départ des Allemands en relation avec son mauvais état général. D’ailleurs, la vétusté de l’internat de la rue d’Ulm est telle que, lors de la réunion du conseil de l’université du 7 novembre 1940, Carcopino envisage que les normaliens restent rue Descartes, y compris après le départ des Allemands, le temps que soient effectués les travaux de rénovation nécessaires.

34Une autre raison, plus politique, peut également être avancée. La décision des Allemands intervient le 15 novembre. Quatre jours auparavant, le 11 novembre 1940, lycéens et étudiants ont manifesté pour la première fois au grand jour contre l’occupant. En représailles, les Allemands ordonnent la fermeture immédiate de l’université de Paris et le renvoi des étudiants provinciaux dans leurs foyers, ce qui constitue une menace directe pour tous ceux qui, à l’image des normaliens, vivent sous le régime de l’internat. De son côté, Vichy décide de révoquer le recteur de l’université de Paris, Gustave Roussy, et nomme à sa place le 13 novembre 1940… Jérôme Carcopino, poste qu’il cumule désormais avec la direction de l’École. Sa mission est claire : obtenir la réouverture rapide de la Sorbonne en donnant des gages de discipline à l’occupant. Dès le 15 novembre, Carcopino se rend en délégation au Majestic pour négocier avec les Allemands. Or, c’est ce même jour qu’est prise la décision d’évacuer la rue d’Ulm. Dans ses mémoires, Carcopino n’établit pas de lien entre les deux événements. Selon lui, les négociations ne portent que sur la réouverture de la Sorbonne et, de façon annexe, sur la situation des étudiants provinciaux logés dans des internats. La coïncidence chronologique n’en est pas moins troublante. En acceptant la charge du rectorat de Paris au lendemain des événements du 11 novembre et en engageant immédiatement des négociations avec l’occupant, Carcopino apparaît comme un interlocuteur de confiance pour les Allemands. Dès ce jour, il devient d’ailleurs la cible des attaques de la résistance universitaire. L’Université libre, la revue clandestine de sensibilité communiste de Decour, Politzer et Solomon, dont le premier numéro paraît en décembre 1940, l’appelle le « Gauleiter de l’université de Paris ». L’équation personnelle de Carcopino a pu compter dans la décision allemande d’évacuer la rue d’Ulm : aux yeux de l’occupant, l’École normale semble désormais tenue. D’ailleurs, au-delà du sort de la rue d’Ulm, les négociations engagées par Carcopino sont fructueuses : les Allemands acceptent de rouvrir la Sorbonne à partir du 20 décembre.

35Ainsi, Carcopino a obtenu une sorte de neutralité de principe de l’occupant à l’égard de la rue d’Ulm. L’attitude du régime de Vichy a été plus favorable encore, puisque le maréchal Pétain est intervenu personnellement en faveur de l’institution pour trouver une parade à l’occupation de ses locaux. Un soutien qui peut paraître surprenant au regard de l’identité politique de l’École normale, classée à gauche, et de la place qu’elle occupe au sommet d’une école républicaine en proie aux accusations du nouveau régime.

36Plusieurs raisons peuvent expliquer ce soutien inattendu. Au-delà de la confiance inspirée par Carcopino, de nombreux normaliens sont présents à Vichy dès l’été 1940 : ce sont des normaliens qui se succèdent au poste de ministre de l’Éducation nationale, Jacques Chevalier remplaçant Émile Mireaux après l’intermède Ripert. Plus fondamentalement, l’École normale bénéficie de trois atouts pour trouver sa place dans la France nouvelle de Vichy. Temple des humanités classiques, elle est la dépositaire d’une culture gréco-latine que Vichy entend restaurer. Institution d’excellence, elle a vocation à former des élites, qualité essentielle au sein d’une France qui se devra d’être fortement hiérarchisée et dirigée par des « chefs » de valeur. En cela elle ne peut être assimilée à « l’esprit primaire » de l’école élémentaire et de ses instituteurs qui subissent en priorité les foudres du régime. C’est d’ailleurs sur ce registre élitiste que joue Carcopino quand il s’adresse au maréchal Pétain, dans un rapprochement habile avec l’École polytechnique. Enfin, ses élèves forment une sorte de communauté conventuelle, en rupture avec l’individualisme reproché à la IIIe République finissante, et qui peut se détourner des joutes intellectuelles au profit d’une stricte érudition. En répondant favorablement à l’appel de Carcopino, le nouveau régime considère que le caractère élitiste des grandes écoles importe plus que leur origine républicaine. Vichy marque ainsi sa différence avec les collaborationnistes parisiens, qui aspirent à former des élites véritablement nouvelles.

37Libérée par les Allemands et bénéficiant de puissants relais à Vichy, l’École normale supérieure peut donc continuer de fonctionner. Le choix de la continuité, il faut y insister, n’est pas uniquement le fait de Carcopino. Il est partagé par ses proches collaborateurs, qu’il s’agisse du directeur adjoint Georges Bruhat ou du secrétaire général Jean Baillou. Pour eux aussi, il s’agit de la moins mauvaise des solutions. S’ils ne partagent pas l’analyse de Carcopino sur les événements politiques – Bruhat et Baillou n’ont guère de sympathie pour le régime de Vichy, ils le montreront dans l’exercice même de leurs fonctions –, ils sont d’accord avec lui pour faire vivre l’École dans le Paris occupé.

38Encore faut-il convaincre les élèves de se remettre au travail. Le directeur s’y emploie activement, en s’adressant à eux.

« Travaillez ! »

39Le 24 octobre 1940 – le jour même de Montoire ! –, à l’occasion de la séance de rentrée de l’université de Paris, Carcopino prononce son premier discours public relatif à l’École normale supérieure. Après avoir dressé le bilan de l’année 1939-1940, en saluant les efforts de l’administration pour assurer la continuité de la rue d’Ulm et le dévouement des élèves mobilisés, il précise le rôle qu’il assigne à ses élèves dans le contexte politique de l’automne 1940 :

  • 24 Ibid., p. 196, ainsi que dans AN 3W 121 où le discours se trouve dans son intégralité.

Les normaliens savent que les temps sont également révolus des dilettanti et de la facilité des présomptueux. Ils ont entendu l’appel que le chef de l’État a lancé à la Nation moins encore comme un mot de ralliement que comme la parole du salut : travaillez ! Ils y répondront de toute l’ardeur de leur jeunesse ; et de cette université de Paris dont ils sont les pupilles d’élection, ils ne prétendront point à d’autres faveurs que mériter par leur discipline et l’amour de leur métier, son affection privilégiée et d’un même élan concourir avec elle à la rédemption de la Patrie24.

40On retrouve dans les paroles de Carcopino le souci de la formation des élites, d’un retour rapide au travail et à une forme de rigueur et de discipline, qui avaient caractérisé les lendemains de la défaite de 1870-1871 et qui avaient justifié, par exemple, la création de l’École libre des sciences politiques sous l’égide de Renan, Boutmy et Leroy-Beaulieu. L’inspiration patriotique et la volonté de préparer l’avenir du pays ne peuvent en être niées. Toutefois, la mystique de Révolution nationale est aussi présente dans le discours de Carcopino : le travail et la discipline comme sources du salut, la jeunesse comme force de la nation, la patrie rassemblée derrière son chef, la communauté organique – les normaliens unis à l’université de Paris – et l’élan rédempteur. Carcopino inscrit l’effort intellectuel qu’il attend des normaliens dans le projet global de « redressement » national entrepris par Vichy. Ce faisant, il prend soin de préciser qu’il ne s’agit pas pour les normaliens d’un ralliement au Maréchal. Une précision qui a son importance et qui s’explique de deux façons complémentaires. D’abord, la volonté de Carcopino de réaffirmer l’indépendance de l’université à l’égard de toute forme de pression politique : on constate alors ce qui le sépare d’un Abel Bonnard, partisan d’un enseignement mêlé de propagande. Mais il faut aussi se souvenir que la tradition politique de l’École normale penche à gauche, que beaucoup d’élèves ont soutenu les républicains espagnols et le Front populaire et qu’ils sont enclins à se comporter en intellectuels plus qu’en universitaires. Leur directeur ne l’ignore pas et c’est la raison pour laquelle il préfère dépolitiser le choix de la continuité : les normaliens se remettront d’autant plus vite au travail que leur attitude ne pourra pas être considérée comme un acte d’allégeance au nouveau régime.

  • 25 Notes manuscrites non datées retrouvées dans le carton AN 61 AJ 106.

41Finalement, moins qu’un ralliement à Vichy, Carcopino demande aux normaliens de rompre avec la tradition d’engagement qui était la leur avant la guerre pour se concentrer sur leur vocation d’universitaires. Cette position est exprimée très clairement dans le discours qu’il adresse cette fois aux seuls normaliens, sans doute à l’occasion de leur retour rue d’Ulm le 8 décembre 194025 :

Ne pas braver l’opinion. Pas d’étiquette, pas de propagande. Sans doute la politique avec ses fatigantes et quotidiennes discussions semble être notre guide. Vaine apparence. Ce qui nous mène, ce sont les découvertes scientifiques et leurs applications. […] Notre salut ne viendra pas des improvisations de la rhétorique mais de la constance de notre effort à faire loyalement notre tâche. Notre salut sera professoral ou ne sera pas.

42Comment ne pas remarquer, pourtant, qu’au moment où Carcopino propose à ses élèves un salut strictement professoral, il songe déjà, pour la suite de sa propre carrière, à un salut… ministériel ?

Jérôme Carcopino à sa table de travail dans les années 1940. © Roger-Viollet.

Notes

1 Cf. J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 176.

2 Les renseignements qui suivent proviennent de trois sources principales : la notice consacrée à J. Carcopino par Ch. Charle dans Les Professeurs de la faculté des lettres de Paris. Dictionnaire biographique des universitaires aux xixe et xxe siècles, vol. 2, 1909-1939 ; le mémoire rédigé par J. Carcopino pour sa défense durant l’instruction de son procès en Haute Cour de justice, dans lequel il commence par retracer les principales étapes de sa vie avant la guerre ; les pages des Souvenirs de sept ans qui ont trait aux années 30. Sur J. Carcopino, on se reportera aussi à la thèse de S. Corcy-Debray, Jérôme Carcopino. Un historien à Vichy.

3 Sur cette réforme, voir P. Albertini, « La réforme de 1903, un assassinat manqué », in J.-F. Sirinelli (dir.), L’École normale supérieure, le livre du bicentenaire.

4 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 151.

5 Ibid., p. 158.

6 C’est le même André François-Poncet qui le recevra sous la coupole en 1956. Sur A. François-Poncet, cf. H. M. Bock, « De la république moderne à la Révolution nationale : l’itinéraire d’André François-Poncet entre 1913 et 1943 », in A. Betz et S. Martens, Les Intellectuels et l’Occupation. 1940-1944.

7 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 132.

8 Sur André Bellessort professeur de khâgne, cf. J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle…, p. 74-82.

9 Son nom figure à plusieurs reprises au bas des pétitions de droite durant les années 30. Cf. J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, p. 94 et 109.

10 Comme il l’écrit dans les Souvenirs de sept ans, p. 135, « à Rome en 1940, je fus forcé de reconnaître, au soin qu’il prit de n’en rien laisser soupçonner à son auditoire, que son amitié pour moi n’était plus celle d’antan ». Les autres invités sont Léon Bérard, Émile Mâle et Paul Pelliot.

11 Dans les Souvenirs de sept ans, il raconte avec quelle satisfaction il avait vu l’entente entre la France, la Belgique et l’Italie scellée de nouveau le 9 mai, lors du premier anniversaire de l’Académie belge de Rome. Les ministres de l’Éducation nationale de Belgique et d’Italie avaient rivalisé d’éloquence pour décrire l’amitié entre leurs deux pays, qui, selon Carcopino, signifiait, par le jeu des alliances, celle de la France et de l’Italie.

12 Sur le ralliement de Carcopino à Pétain et sur sa nomination à la direction de l’ENS, cf. Souvenirs de sept ans, p. 149-200.

13 Ibid., p. 151 (ainsi que pour la citation suivante).

14 Le concours de 1938 devait être le dernier ouvert aux jeunes filles. Par exception, seules les admissibles de ce concours étaient autorisées à tenter une nouvelle fois leur chance en 1939.

15 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 179.

16 Sur Vichy et les femmes, cf. F. Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, en particulier le chapitre 7.

17 Cf. J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 176.

18 Ibid., p. 181.

19 Ou, pour ceux qui ont échoué à l’agrégation, de préparer de nouveau ce concours.

20 Selon les termes du compte rendu du conseil de l’université de Paris (AN AJ 16 2884).

21 Voir le compte rendu de la séance du conseil de l’université du 13 mars 1940 (AN AJ 16 2890).

22 L’abondante correspondance échangée par Jean Bayet et Jérôme Carcopino a été déposée à l’Institut de France.

23 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 195.

24 Ibid., p. 196, ainsi que dans AN 3W 121 où le discours se trouve dans son intégralité.

25 Notes manuscrites non datées retrouvées dans le carton AN 61 AJ 106.

Table des illustrations

Légende Avis de réquisition de l’École par le commandement allemand à Paris (20 août 1940).
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Légende Jérôme Carcopino à sa table de travail dans les années 1940. © Roger-Viollet.
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540