Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Indices Librorum, II

 | 
François Dolbeau
, 
Pierre Petitmengin

Avant-propos

François Dolbeau et Pierre Petitmengin

Texte intégral

1L’accueil favorable que les critiques (et les acheteurs) ont réservé à notre premier volume d’Indices librorum, qui couvrait les années 1977-1983, nous a poussés à renouveler l’expérience pour le septennat suivant. Le but de notre bibliographie est toujours double : d’abord inciter les bibliothécaires parisiens à mettre à la disposition du public savant une collection d’instruments de travail aussi complète que possible ; ensuite attirer l’attention de ce même public sur cette « fontaine de Jouvence » que constitue, pour nos études, la description de fonds peu explorés. Il n’est peut-être pas déplacé de rappeler ici que c’est à la lecture d’un Catalogue paru en 1990 que l’un d’entre nous a identifié 26 sermons inédits de saint Augustin. Il reste sûrement beaucoup de découvertes à faire pour ceux qui savent lire les Catalogues, et qui ont eu tout d’abord - c’est bien évident - la possibilité de les consulter.

2Quelques recenseurs, que nous tenons à remercier, avaient signalé des lacunes dans notre premier volume. Nous en avons trouvé, hélas, bien d’autres, de sorte que parmi les 1545 notices que comporte ce nouveau tome, environ 140 concernent la période 1977-1983. Le bilan (provisoire) des deux septennats s’établit ainsi : 1014 notices pour le premier, 1405 pour le second. L’accroissement tient pour une part aux progrès de notre enquête elle-même, mais surtout à une inflation de la production qui ne va pas toujours de pair avec une hausse de la qualité scientifique. Toutefois il nous a semblé préférable de fournir aux lecteurs toute l’information que nous avions recueillie, en nous souvenant de l’exemple de Pline l’Ancien : nihil enim legit quod non excerperet ; dicere etiam solebat nullum esse librum tam malum ut non aliqua parte prodesset. Cela dit, c’est surtout de la reconnaissance qu’il convient d’avoir envers ceux qui font revivre les trésors du passé.

3Notre travail aurait été plus incomplet et plus imparfait sans l’aide que nous ont apportée des amis fidèles, en particulier Birger Munk Olsen, infatigable explorateur des fonds de manuscrits, et nos « alliés » de Londres, Albinia de la Mare, Carlotta Dionisotti, Christophe Ligota et Helen Young, qui nous ont ouvert les richesses de l’Institut Warburg et du « Palaeography Room » de la Bibliothèque de l’Université de Londres. Nous les remercions vivement, ainsi qu’Odile Grandmottet et Danièle Majchrzak, qui ont beaucoup facilité notre travail à Paris. Enfin, si ce livre a pu voir le jour, c’est grâce à la compétence et à l’amicale collaboration de Danièle Ablin, Hélène Couratier et Pascale Lehec, à qui va toute notre gratitude.

© Éditions Rue d’Ulm, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540