Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’économie politique de Vandermonde

Huitième leçon

3 floréal/22 avril

Texte intégral

1Nous nous sommes occupés jusqu’à présent de la nature, de la formation et de la distribution des richesses : il doit être maintenant question de la valeur et du prix des objets.

2La valeur d’une chose dépend,

  1. De l’importance du service qu’elle peut rendre ;
  2. Du degré de son aptitude à rendre ce service.

3Son prix dépend,

  1. Du besoin qu’on en ressent ;
  2. De la difficulté qu’on éprouve à se la procurer.

4Il ne faut pas s’étonner du bas prix des choses dont la valeur est la plus grande : ce bas prix a lieu,

  1. Lorsque la nature les offre d’elle-même en profusion : c’est à ce bienfait de la nature que l’espèce humaine doit sa conservation ;
  2. Lorsqu’il dépend de l’industrie de l’homme de les multiplier assez pour qu’un léger travail puisse les payer ; car leur valeur réelle suffit pour exciter cette industrie.

5On voit, pour les raisons contraires, des choses qui ont très peu de valeur réelle, vendues à très haut prix.

6C’est là ce qui a donné lieu à la distinction entre la valeur réelle et la valeur vénale ; et c’est ce qui a fait que le mot de valeur est pris le plus souvent dans cette dernière acception.

7L’usage s’est introduit dans le commerce d’appeler valeurs les objets qui ont une valeur vénale. Il suffit de remarquer en passant cette acception particulière.

8On ne peut connaître la valeur réelle des choses qu’à mesure qu’on en découvre les propriétés : la valeur que nous leur attribuons tient à celles de ces propriétés dont nous avons connaissance.

9La valeur réelle d’une chose ne varie point si la chose ne subit aucun changement ; il n’y a alors que son prix qui puisse varier. Lorsque la chose n’est pas inaltérable, la valeur a sa variation propre, qui devient une des causes des variations du prix.

10L’établissement du commerce suppose celui d’une mesure commune de la valeur vénale des choses. Le troc, les échanges ont eu lieu dans l’enfance du commerce ; on les retrouve encore dans quelqu’une de ses branches ; mais ce n’est point le commerce. Un enfant à la mamelle n’est point un homme.

11Pour qu’un objet puisse être la mesure de la valeur de tous les autres, il faut que la variation de sa valeur réelle puisse être regardée comme nulle ; mieux cette condition se trouve remplie par l’objet en question, plus le commerce se perfectionne.

12L’échelle des valeurs est purement arithmétique ; son unité est en France la livre tournois. La grandeur de cette unité n’est point attachée, comme on le dit, à un poids déterminé d’argent fin ; elle se déduit de l’étendue des besoins auxquels un revenu fixe en livres tournois met à portée de satisfaire.

13L’argent ne possède éminemment la qualité de mesure des valeurs que parce qu’on l’échange perpétuellement à bureau ouvert dans tous les hôtels de monnaie de l’Europe, à prix fixe, en monnaie de compte de chaque pays : en France, en livres tournois ; en Angleterre, en livres sterling, et ainsi des autres.

14La monnaie ne sert dans l’intérieur de chaque pays que comme signe des valeurs ; car on la reçoit en paiement, sans jamais songer à en consommer la matière comme marchandise ; et c’est ce qui lui donne ce caractère de signe, qui peut convenir aussi à une chose dénuée de valeur.

15J’ai rapproché ici ces premières notions élémentaires, pour que vous en saisissiez mieux l’ensemble. J’aurai occasion, dans ce que je vais dire, de leur donner plus de développements.

16Les deux choses du monde qui sont le plus nécessaires à l’homme, celles par conséquent qui ont le plus de valeur réelle, c’est l’eau et l’air : elles n’ont cependant aucune valeur vénale. Si je suis, dit-on, sur le bord d’une rivière l’eau me coûte la peine de me baisser pour en puiser ; si j’ouvre ma fenêtre, si je sors pour prendre l’air, l’air que je respire me coûte cette peine : or cette peine est un travail, et le travail constitue le prix réel des choses, l’argent n’en est que le prix nominal.

  • 1 Op. cit., livre I, chapitre 5, passim.

17Il y a dans ces subtilités un grand abus de mots qu’il n’est pas inutile de relever. Les recherches de Smith1 sur cette matière sont très ingénieuses, et on se les rappelle toujours avec plaisir ; mais n’a-t’il pas tort de regarder le travail comme l’unique mesure des prix, puisqu’un travail, parfaitement le même, procure, de son aveu, plus ou moins de commodités de la vie, selon les temps ? N’est-il pas plus naturel de prendre ces commodités de la vie pour mesure des prix, puisqu’elles sont le principe du travail lui-même ? Mais il eût fallu embrasser sur l’unité de la monnaie de compte un autre parti que celui qu’il a adopté.

18Quant à ceux qui s’amusent à chercher le prix de l’air et de l’eau, ils se moquent de compter pour un travail de la part d’un homme qui se porte bien, ce qu’il fait chez lui pour prendre l’air. Quoique la promenade soit fort utile, ce n’est pas travailler que de se promener.

19L’eau ne se paie point, parce que la nature la donne en profusion ; il n’y a que le transport qui se paie dans l’occasion.

20Par rapport aux objets, comme le blé, qui ne se sont multipliés que par l’industrie des hommes, j’ai une remarque importante à vous soumettre ; c’est que l’usage qu’on fait généralement de ces choses a pour principe une première vogue, dont l’origine se perd quelquefois dans la nuit des temps, mais dont la marche peut être rendue sensible par des événements journaliers. On ne sait pas comment s’est établie la vogue des blés en Europe, et celle des riz en Asie, ni même comment l’usage du maïs et du sarrazin s’est propagé dans plusieurs de nos départements. Mais nous avons vu la vogue des pommes de terre s’établir peu à peu ; elle nous a été transmise par des Anglais et des Irlandais qui sont venus se fixer parmi nous. Des prôneurs français les ont secondés par des efforts très louables, dont le succès eût été plus rapide et plus étendu si le gouvernement s’y fût véritablement intéressé. La pomme de terre est la seule nourriture de presque tous les enfants en Irlande : on en cuit pour les vaches, et les enfants les ramassent dans l’étable, où ils trouvent aussi du lait pour se désaltérer. Arthur Young assure qu’il n’a jamais vu d’enfants dans ce pays-là qui ne fussent occupés à manger ou à dormir. C’est à cela qu’on attribue la beauté de l’espèce en Irlande, qui est très remarquable.

21Le gouvernement d’un grand peuple est maître de faire naître et de propager des usages de ce genre, quand il les juge utiles ; mais il faut de l’ensemble et de la suite dans les moyens.

22La vogue sert à faire remarquer la valeur des choses, elle y ajoute un prix d’affection ; elle peut en imposer ou non sur la valeur ; mais l’usage que la vogue introduit ne se perpétue que quand elle est fondée sur des réalités.

23Pour avoir les choses, il faut payer, dès qu’il n’y en a pas pour tout le monde sans payer. La demande qu’on fait d’une chose n’est efficace que quand on se soumet à la payer le prix ordinaire, ou même davantage, si on ne peut pas l’avoir à meilleur marché. L’offre de celui qui la possède n’est concluante que quand il consent à la vendre à ce même prix ou à moins, s’il ne peut pas la vendre plus cher. Quand la chose se vend au prix ordinaire, l’offre et la demande sont en équilibre. Dans tous les autres cas la balance penche, et le débat entre le vendeur et l’acheteur se termine en faveur de celui des deux qui a le moins de concurrents et le moindre besoin.

24C’est la fréquence des marchés conclus qui fixe le prix ordinaire. Combien n’en faut-il pas pour l’établir, quand les qualités locales et annuelles de l’objet et son abondance ne sont pas les mêmes ; quand le temps et les accidents l’altèrent ou l’améliorent ; lorsqu’il est question, par exemple, de vins de différents cantons et de différentes années !

25On peut dire, en général, que la demande d’une chose se proportionne, non pas à ses usages possibles, mais à ses usages connus ; non pas à ses usages utiles, mais à ses usages recherchés : car c’est l’opinion bien ou mal fondée qui règle notre choix entre les différentes manières de satisfaire à nos besoins.

26Dans la distinction entre le vendeur et l’acheteur, la monnaie n’est regardée que comme signe : l’acheteur est celui qui donne le signe en échange ; le vendeur est celui qui le reçoit. Un signe quelconque, regardé comme absolument fixe et absolument sûr, remplit parfaitement la fonction dont il s’agit.

27Un écu est une valeur, car sa matière a des emplois utiles comme marchandise ; mais, si l’argent n’était pas employé comme monnaie, il ne vaudrait pas soixante-quinze fois le cuivre.

28Un écu est mesure des valeurs ; mais, pour qu’il en soit une mesure fixe, il faut que le prix légal de l’argent en monnaie de compte ne change pas : or, il arrive souvent que ce prix légal s’écarte du prix marchand ; et il n’est pas facile de remédier aux désordres qui en résultent.

29Un écu est signe des valeurs, puisqu’il circule sans que jamais on ait envie d’en faire aucun autre usage ; mais il est sujet à une perte par le frai, qui est très préjudiciable ; les circonstances qui le font sortir ou rentrer sont nuisibles au commerce : en grosses sommes, il est incommode pour le transport ; sa rareté absolue est irrémédiable : la difficulté de le cacher nuit au secret qui facilite beaucoup d’affaires, elle en précipite souvent la conclusion avant leur maturité ; comme valeur, il appelle au contraire la thésaurisation qui est le fléau de tous les genres d’industrie.

30Que d’avantages n’aurait pas l’assignat comme monnaie ?

31Un assignat n’est pas une valeur ; il n’est rien, si la nation entière n’adopte pas irrévocablement une maxime fondamentale qui en rende le gage sacré ; mais l’établissement de cette maxime ne peut pas être regardé comme une chimère dans un pays où on a vu la succession au trône réglée d’une manière invariable pendant un si long temps. Un assignat n’est pas une valeur, mais il assure la propriété de la plus solide de toutes, les terres.

32Un assignat est une excellente mesure des valeurs, car il se reçoit à bureau ouvert en paiement de fonds territoriaux ; et le prix de ces fonds sera fixe, si le taux de l’intérêt ne varie pas : or, c’est ce que le gouvernement est toujours parfaitement maître de faire par le moyen des assignats, comme je le démontrerai dans la suite du cours.

33Un assignat enfin est le meilleur signe possible des valeurs, et c’est ce qui ne peut être contesté de bonne foi par personne.

34C’est un perfectionnement réel de la civilisation qui a fait adopter généralement l’argent comme monnaie, mais un perfectionnement ultérieur y substituera l’assignat ; et ce métal, qui serait si utile dans nos ustensiles domestiques, l’argent, s’appliquera plus communément à cet usage.

35Examinons ce qui détermine l’unité de la monnaie de compte ; c’est-à-dire, en France, la livre tournois. Clavière a imprimé qu’elle représentait un poids déterminé d’argent fin ; et beaucoup de gens, moins savants que lui, professent la même doctrine. D’après cette idée, il n’y aurait eu aucune variation dans la livre tournois depuis 1726 jusqu’en 1786, puisqu’il n’y avait eu, pendant ces soixante années, aucune variation dans le poids, le titre et la dénomination de notre monnaie.

  • 2 Op. cit., livre I, chapitre 7, alinéa 15.

36Cependant le prix des choses nécessaires à la vie avait augmenté de beaucoup. Le même revenu, le même salaire en livres tournois ne suffisait plus aux mêmes besoins. Mais, s’il y a quelque chose de fixe dans le monde, c’est l’ensemble des besoins. Si le travail n’en est pas la mesure, c’est parce qu’il ne s’y proportionne pas constamment. Smith2 a pourtant raison de dire qu’il finit par s’y proportionner ; et il faut en conclure avec lui qu’il y a un prix naturel des choses communes, vers lequel gravitent tous les autres prix, qui ne peuvent jamais s’en écarter beaucoup. Que peut faire contre cette loi immuable le prétendu lien d’un règlement monétaire ? La livre tournois avait donc varié, malgré la constance du règlement, et la doctrine de Clavière était en défaut. Qu’on ne croit pas que cette erreur était de peu de conséquence : il n’y en a point sur les bases de l’économie politique, qui ne soit capitale pour le gouvernement. La livre tournois baissait, sans qu’on eût altéré la monnaie : on ne cherchait point à y remédier ; au contraire, on y coopérait, parce qu’on supposait qu’il n’y avait que les rentiers qui pussent en souffrir, et que toutes les autres classes, et surtout les propriétaires, en profitaient ; et cependant c’est à cela qu’il faut attribuer principalement l’embarras des finances, la langueur du commerce, et la fermentation intestine qui ont préparé la Révolution.

37Pour s’en convaincre, il suffit de remarquer que, si le prix naturel du blé est de 18 livres, le setier de Paris, comme tant d’observations concourent à le prouver, lorsqu’il a monté à 24 et 30 livres, lorsque tous les objets généraux de consommation sont montés dans une proportion encore plus forte, les rapports fixés par la nature des choses ont été intervertis. On donnait en France plus d’argent fin qu’ailleurs pour un même ouvrage : cela devait nous conduire à ne rien vendre aux étrangers, et à leur acheter au contraire. On ne fit point ce qu’il eût fallu faire pour compenser l’effet de ce désavantage : on laissa agir l’intérêt personnel du riche ; on lui permit, par exemple, de réduire la proportion des salaires, et de fouler le pauvre industrieux. C’est ce vice intense qui a le plus contribué à la crise de 1789.

38Si l’on voulait porter dans ces matières une précision rigoureuse, il faudrait faire comme en astronomie, choisir une époque dans le passé, prendre des données dans cette époque, et tout calculer sur ces données. Après avoir assigné, par exemple, pour l’année 1750, le rapport entre les facultés des particuliers de différentes classes, qui ne vivaient que d’un revenu déterminé en livres tournois, s’il se trouvait qu’en 1790 il fallût un revenu double pour avoir les mêmes facultés, on en conclurait invinciblement que la livre tournois aurait baissé de moitié, d’une époque à l’autre. Il faudrait de bonnes observations, qu’on n’a pas, et un travail inexécutable sur leur rectification par leurs applications, pour parvenir à des résultats satisfaisants ; mais ces hautes prétentions ne sont pas encore permises en économie politique. Contentons-nous d’indiquer cette marche, et de faire sentir qu’elle serait la vraie. C’est celle au reste qui dirige le bon sens, quand il cherche des aperçus en ce genre.

39La valeur vénale d’un objet est entièrement incertaine, tant qu’il n’y a pas de rapport établi par l’usage entre son prix et celui des objets courants de consommation. C’est ce qui rend, ou très lucratif, ou très ruineux, le trafic des articles qui n’ont point encore paru dans le commerce.

40Cherchons les éléments qui entrent dans l’élévation du prix ordinaire des choses, et nous en déduirons l’expression du prix qu’on nomme prix de marché, qui est, par rapport au prix ordinaire, ce que le prix défendu ou débattu est par rapport au prix fixe. Les principes qui dirigent dans la vente et l’achat des objets nouveaux, trouveront place eux-mêmes dans cette discussion. L’expression du prix courant est plus familière aux marchands, que celle de prix ordinaire ; mais, en général, ils n’entendent par prix courant que le prix ordinaire de l’année.

  • 3 Il s’agit bien sûr de Mirabeau l’Aîné (1749—1791), fils de Victor Riqueti le co-fondateur de l’Écol (...)

41Selon quelques personnes, il n’entre que deux éléments dans l’estimation de la valeur des objets : la rente des propriétaires et le salaire de leurs valets. En effet, dans le régime féodal, on ne concevait que deux espèces d’hommes, entre lesquels tel était le partage convenu de temps immémorial. Nous avons eu des auteurs qui, sans employer les termes de seigneurs et de serfs, ont voulu justifier ce partage : ils n’ont dû voir dans les prix que la rente et le salaire. Le fameaux Mirabeau3 a dit un jour à la tribune, qu’il « ne voyait dans le monde que des voleurs, des charlatans et des salariés » : c’était une extravagance tout opposée et tout aussi immorale. Il n’aurait vu alors dans le prix que le salaire et la part du voleur ; mais la rente est le paiement d’une dette ; c’est un équivalent, comme tous les autres, pour un service rendu.

  • 4 Op. cit., livre I, chapitre 6, alinéa 17, et chapitre 7, alinéa 4.
  • 5 Gilles-Marie Hocquart de Coubron (1735—1794). Descendant d’une famille de robe — son père avait été (...)
  • 6 Charles Cazaux dit le marquis de Casaux (1727—1796). Sa famille jouissait d’une grande fortune (son (...)

42Adam Smith4 a admis un troisième élément, qu’il nomme le profit : c’est le bénéfice de l’entrepreneur. Smith y comprend l’intérêt de ses avances pécuniaires, qui pourrait cependant former un article à part ; car les intérêts doivent être proportionnels à la grandeur des fonds, mais on aurait tort d’en conclure que les bénéfices doivent suivre la même proportion : ils ne la suivent même pas ordinairement ; c’est un fait dont je développerai ailleurs les raisons et les conséquences. Hocquart de Coubron5, dont les Nouvelles vues sur l’administration des finances ont paru en 1785, a fixé le premier l’attention sur le résultat des intérêts composés, dans les effets de ce troisième élément. Je reviendrai dans l’instant sur l’opinion de cet homme singulier, et sur celle du marquis de Casaux6, auteur des Considérations sur le mécanisme des sociétés, qui ont été publiées à Londres, depuis 1785 jusqu’en 1787.

43Ils ont contribué, l’un et l’autre, à mettre hors de doute l’influence d’un quatrième élément très important. C’est l’impôt qui, depuis que la civilisation s’est perfectionnée, porte toujours sur des revenus créés par la circulation.

44Ils en ont négligé un cinquième, qui me paraît essentiel ; c’est la vogue. Si on n’en a pas tenu compte dans ce genre de recherches, c’est parce qu’il n’influe pas sur le prix des subsistances : la vogue des pommes de terre, par exemple, ne paraît pas avoir un effet sensible sur le prix des grains : et dans un autre genre, si le cardinal de Fleury, qui aimait la chair d’ânon, eût réussi à la mettre à la mode, je conviens qu’il n’aurait pas diminué le prix de la viande. Je n’incidenterai point sur nos poulardes du Mans, et sur beaucoup de nos articles de comestibles apprêtés, dont la réputation étend au-dehors le commerce, mais, si on passe des subsistances aux boissons, on y trouvera des indices constants d’un prix ajouté par la vogue. On ne peut pas nier qu’elle n’ait appelé l’attention et la concurrence des acheteurs sur nos vins.

  • 7 Saint-Évremond rapporte que l’évêque du Mans s’était un jour diverti de l’excessif raffinement de s (...)
  • 8 Charles de Saint-Évremond (1614-1703). Moraliste et épicurien, lettré et mondain, Saint-Évremond fu (...)

45Le premier vin qu’on a vanté en France est le vin de Suresnes : Henri IV en envoyait en présent, et on a conservé une lettre de lui qui en fait foi. Les habitants de Suresnes, qui jouissaient de la liberté indéfinie, ont abusé de cette vogue ; ils ont changé peu à peu les plans et la culture, pour tirer à la quantité : et ils ne font plus que de la piquette. Au vin de Suresnes a succédé le vin de Bourgogne, qui doit sa réputation à un dérangement dans la digestion de Louis XIV, à qui on conseilla d’en faire usage, et qui se rétablit. Sur la fin du règne de ce prince, les prôneurs donnèrent le dessus au vin de Champagne. Une société de gourmets s’était formée chez le duc de Vendôme ; Chaulieu, Lafare, beaucoup d’autres gens très spirituels et très aimables, composaient cette société7. Ils avaient pris le surnom de coteaux : il en est souvent question dans les œuvres de Saint-Évremond8, et dans les poésies galantes du temps. Sillery, possesseur des vignes de ce nom, était de cette société, et il réussit à mettre son vin à la mode, il ne fut plus question que du vin de Champagne. La chance a encore tourné de nos jours : un président de Bordeaux est parvenu à persuader qu’il n’y avait de bon vin que sur les bords de la Gironde ; et le vin de Bordeaux a éclipsé tous les autres sur nos tables. J’approfondirai, dans le chapitre sur la vogue, les réflexions qu’on peut tirer de cet exemple, et d’une infinité d’autres en tout genre. L’art d’ajouter aux choses un prix d’affection est un art français : nous y primons toutes les nations ; et je ferai sentir de quelle importance il est de le perfectionner.

46Dans chaque objet il faut donc, selon moi, payer cinq choses : le salaire, la rente, le profit, l’impôt et la vogue. S’il y a des prix où la vogue n’entre pas, il y en a aussi où la rente n’est pour rien : il n’y a que le salaire d’indispensable ; les autres éléments sont quelquefois sans influence.

47Quand l’objet a un prix ordinaire, ces éléments ont produit tout leur effet : quand l’objet est nouveau dans le commerce, ils ne jouissent pas tous de toute leur énergie ; ils n’opèrent encore que partiellement.

48Le prix ordinaire est celui au-dessous duquel la chose ne peut pas continuer à être fournie par la totalité de ceux qui la vendent à ce prix : c’est sous ce rapport qu’on peut aussi lui donner, avec quelques auteurs, le nom de prix intrinsèque. Il peut demeurer constant, quoiqu’il arrive quelque changement dans un de ses éléments, pourvu que quelqu’un des autres éprouve un changement en sens contraire. J’invite à relire le débat du 18 germinal, où j’ai anticipé sur des remarques à ce sujet, dont c’eût été ici la vraie place, et où j’ai fait voir que le rapport entre le prix intrinsèque des grains et de l’argent peut demeurer constant, quoique le salaire, par exemple, puisse hausser ; parce que la rente, ou la charge de l’impôt, ou l’intérêt des avances pécuniaires peuvent diminuer.

49Il ne nous reste plus à considérer, pour trouver le prix de marché, que l’effet du signe des valeurs : c’est ce que je ferai dans l’instant. Passons aux revenus créés par la circulation.

50Je vais d’abord vous rapporter un passage du livre de Hocquart de Coubron. Il était d’une famille de robe, et il avait été fermier général : il a péri dans la Révolution. Il avait immensément travaillé sur les finances, et il avait eu occasion de puiser aux bonnes sources dans les dépôts publics. Au moment où je l’ai connu, en 1788, il vivait solitaire, et ne pouvait pas se résoudre à rédiger ses travaux. Il n’en a donné que quelques résultats dans de petits livrets très obscurs, qui ne se vendaient pas, et qu’il distribuait à ses connaissances. J’ai eu communication de quelques-unes de ses tables sur les monnaies, sur les prix des choses, et sur l’intérêt de l’argent à différentes époques ; je présume qu’il aurait pu me permettre de les faire copier. L’un de mes regrets est de ne le lui avoir pas demandé. Voici le passage en question : il y parle aux disciples de Quesnay, dans leur propre langue.

51« Lorsque le marchand A a acheté cent livres de laine, pour le prix de 100 livres, il les vend au marchand C 110 livres, parce qu’il faut qu’il retire son salaire et le produit de son argent ; et tandis que dans l’échange en nature la quantité reçue était diminuée du salaire du facteur, ici elle est transportée toute entière, avec le profit additionnel de l’argent et la représentation du travail du marchand A. Le marchand C a toute la laine ; la production existe toute entière dans sa main, avec une valeur de plus ; et cependant, le marchand A a une valeur de 10 livres qui représente la rétribution en nature, qu’il aurait eue comme facteur, et qu’il a laissée toute entière au marchand C qui lui a donné les 10 livres.

52« J’ai donc deux valeurs créées ; une ajoutée à la production qui est dans la main du marchand C, et une qui est dans la main du marchand A, avec laquelle il peut acheter une production. Certainement cet achat n’est pas fait avec la valeur qu’avait la laine dans les mains du propriétaire. Je suppose qu’avec ces 10 livres il paie sa taille personnelle ; il est impossible de prouver que cette taille retombe sur le propriétaire. Si ces 10 livres servent à payer la façon d’un habit, certainement ce paiement rembourse une partie de la taille personnelle qu’a payée le tailleur. Comment vouloir que cette portion d’impôt retombe sur le propriétaire ?

53« Lorsque le marchand C vendra sa laine 121 livres, il y aura 21 livres qui ne seront pas plus la valeur de la production que les 10 livres dépensées par le marchand A. Voilà donc, à la deuxième main, un revenu de 31 livres qui est créé, et qui est fort distinct de celui du propriétaire. A la cinquième main, les 100 livres de production auront créé une autre valeur de 110 livres, etc. » (V. Nouvelles vues sur l’administration des finances, p. 133 et suiv.).

54Je vous invite à lire le livre même avec attention, quoique ce ne soit qu’un ouvrage polémique : vous y trouverez, selon moi, plusieurs erreurs, mais il contient une vérité nouvelle ; et il y a fort peu de livres dont on puisse en dire autant. C’est l’explication que je viens de vous lire qui rend raison de la différence entre le prix des choses brutes, et leur prix quand elles ont reçu tous leurs apprêts. Elle conduit à prouver que le propriétaire qui ne les consomme qu’alors paie des intérêts composés de son impôt territorial, etc. Dans la suite du cours, tout cela serait développé ; mais je n’aurai peut-être pas même le temps de vous exposer des notes, assez difficiles à bien faire comprendre sans algèbre, que j’ai recueillies sur les prix à la consommation et à la production, et qui devaient fournir matière à un article annoncé dans le programme.

55Casaux est aussi un homme d’une tournure singulière ; il est né en France, mais il est devenu Anglais par ses propriétés à la Grenade. Il était ici au commencement de la Révolution, qu’il a utilement servie alors par plusieurs écrits de circonstance ; il a démontré, selon moi, que les alarmes sur la grandeur de la dette publique et des impôts n’étaient que des illusions ; que leur poids, très réel comme celui de l’air, finissait par devenir insensible, et que les nations qui en étaient grevées pouvaient être comparées à ces danseuses sveltes et délicates qui sautent si légèrement sur nos théâtres ; elles supportent réellement une énorme colonne d’air, mais elles ne s’en aperçoivent pas, parce qu’elles sont en équilibre dans l’atmosphère. Ces phénomènes d’économie politique s’expliquent par les effets de la circulation de l’argent : tout renchérit avec l’impôt, mais les revenus fixes qu’il sert à payer, ou qui se forment à proportion qu’il augmente, le remboursent à tous ceux qui en font l’avance. Les impôts, la dette publique et le numéraire, chez des nations sages, pourraient s’accroître sans limite : mais ils ne s’y accroîtraient que graduellement et proportionnellement ; et ils seraient soumis à des oscillations régulières. Malheureusement le degré de sagesse que suppose cette vérité spéculative n’est pas une chose facile à réaliser.

56Revenons au prix de marché. Pour le définir d’une manière précise, je dirai que c’est le prix ordinaire multiplié par une quantité variable : cette quantité est d’autant plus grande que l’acheteur est plus pressé du besoin de la marchandise, et qu’il peut en offrir plus de numéraire ; elle est d’autant plus petite que le vendeur est plus pressé du besoin de numéraire, et qu’il peut offrir la marchandise en plus grande abondance. Voilà l’idée la plus générale qu’on en puisse donner.

  • 9 Op. cit., t. I, p. 334-338, et t. III, p. 8-12
  • 10 Op. cit., livre I, chapitre 7, passim.
  • 11 Jean-Joseph-Louis Graslin (1727—1790). De sa fonction de receveur général des Finances à Nantes (17 (...)

57Il faudrait un volume pour la développer autant que l’exigent les circonstances particulières qui se rencontrent tous les jours : je crois devoir vous renvoyer sur cet article aux livres de Stewart9 et de Smith10, que je vous ai déjà cités, et particulièrement à un livre de Graslin11, dont je ne vous ai point encore parlé. Il a été publié en 1767, sous le titre d’Essai analytique sur la richesse et sur l’impôt. Je le regarde comme un des meilleurs livres qui ait été écrit en France sur l’économie politique. Si le gouvernement eût cherché à fixer l’auteur au centre des connaissances, il les eût probablement avancées ; mais l’opinion des meneurs était contraire à la sienne, relativement à l’impôt. On l’attacha par un bon emploi dans les traites, à Nantes, où il a introduit des billets de circulation connus sous son nom, qu’on a donné aussi à un nouveau quartier de la ville, qu’il a bâti par entreprise. J’ai cru remarquer quelquefois dans son livre qu’il ne faisait que traduire des formules d’algèbre qu’il s’était fait. Il avait déduit, du principe qu’on ne peut pas désirer ce qu’on ne connaît pas, la conséquence singulière que la somme des richesses est toujours la même. Je ne cite ce trait contraire à ma manière de voir que pour donner un aperçu de sa tournure d’esprit de mathématicien.

58Le prix de marché résulte donc d’une transaction qui concilie des intérêts opposés. Il y a à considérer, de l’un des côtés du contrat, la quantité de marchandise qu’on demande, et celle de l’argent qu’on en peut donner ; de l’autre, la quantité de marchandise qu’on offre, et celle de l’argent dont on a besoin.

59Le besoin de chaque acheteur se proportionne à la quantité de marchandise dont il a affaire, et au rapport entre la quantité totale de numéraire destinée à faire l’acquisition de ce qu’il y en a sur le marché, et celle qu’il faudrait si elle était au prix ordinaire, rapport qui peut être plus grand ou moindre que l’unité. Le besoin de chaque vendeur est en proportion de la quantité de numéraire dont il a affaire, et du rapport de la quantité totale de marchandise qui est sur le marché à celle qui est demandée au prix ordinaire, rapport qui peut aussi être plus petit que l’unité ou la surpasser. En effet, ces besoins ont leur étendue et leur degré, et le degré augmente avec la concurrence du moment.

60Ainsi, quand on a bien observé les circonstances d’un certain prix de marché connu, il n’y a que des opérations d’arithmétique à faire pour en conclure, relativement au même objet, un autre prix de marché dont les circonstances sont pareillement données. Le talent du spéculateur est de faire ces calculs par aperçu : et il y en a beaucoup qui les font avec une sagacité admirable.

61La transaction ne peut s’opérer qu’au moment où l’un et l’autre des contractants la croit avantageuse pour lui-même, dans les circonstances où il se trouve. Leur position peut s’exprimer arithmétiquement, par une portion plus ou moins grande de leur fortune ; car tout est relatif dans le gain comme dans la perte.

62Permettez-moi d’intercaler ici en passant deux considérations morales : c’est 1 ° que les choses qui n’admettent aucune compensation en argent sont des infinis dans ce genre de calcul ; c’est pour cela qu’on ne peut pas aliéner sa liberté ; 2° que la maxime nulle ne contracte avec lui-même est fausse ; la probité dépend essentiellement de la fidélité à ce genre d’engagement intérieur, qui est la meilleure garantie de la fidélité aux engagements réciproques. Je regarde l’habitude de l’enfance, à cet égard, comme le principe le plus important de l’éducation. Point de commerce entre les hommes sans la bonne foi ; ils seraient dans un perpétuel état de guerre.

63Je reviendrai midi prochain sur les conséquences de tout ce que j’ai dit dans cette séance, et j’entamerai, si le temps le permet, la question des effets de l’abondance du numéraire sur les prix.

Notes

1 Op. cit., livre I, chapitre 5, passim.

2 Op. cit., livre I, chapitre 7, alinéa 15.

3 Il s’agit bien sûr de Mirabeau l’Aîné (1749—1791), fils de Victor Riqueti le co-fondateur de l’École physiocratique. Ce « fameux Mirabeau », héros de la Révolution naissante, est ici sèchement traité et comme renvoyé à ses extravagances et à sa vénalité. Il est vrai que la découverte, après sa mort, de sa collusion avec la cour changea radicalement l’opinion de ses contemporains. Premier « grand homme » à être inhumé au Panthéon, il fut aussi le premier à en être retiré, par décision de la Convention (5 brumaire an II).

4 Op. cit., livre I, chapitre 6, alinéa 17, et chapitre 7, alinéa 4.

5 Gilles-Marie Hocquart de Coubron (1735—1794). Descendant d’une famille de robe — son père avait été fermier général de 1721 à 1762 et il a été lui-même fermier général pendant les années 1762-1763—, il périt sur l’échafaud ainsi que sa femme, mais sa condamnation ne semble pas liée aux poursuites intentées ès-qualités contre les fermiers généraux. Il a essentiellement étudié les conséquences de la circulation et du taux de l’intérêt sur les prix (accessoirement les effets de l’impôt). Il est assez remarquable que Hocquart de Coubron soit le seul auteur cité par Vandermonde dont les travaux aient été oubliés par la postérité. Ils sont parfois cités dans les ouvrages traitant des finances publiques. Hocquart de Coubron assure le passage entre le Tableau économique de Quesnay et les modèles de Ricardo pour étudier les prix. Il semble bien qu’il ait été assez près de faire du zic-zac un modèle linéaire d’input-output : il ne lui manquait que les outils mathématiques appropriés. Vandermonde était sans doute précisément le mathématicien le plus capable de son temps dans ce domaine. La perte des papiers de Hocquart et sa coopération manquée avec Vandermonde ont sans doute été dommageables pour l’économie politique.

6 Charles Cazaux dit le marquis de Casaux (1727—1796). Sa famille jouissait d’une grande fortune (son père était conseiller au Parlement de Bordeaux). Après son mariage avec la fille d’un riche commerçant d’Angoulème, sa ville natale, il alla se fixer dans la partie nord de l’île de la Grenade où il fonda une plantation de sucre. En 1759, après la prise de l’île par les Anglais, il accepta la nationalité britannique et devint le porte-parole de ses concitoyens. Il rentra en Europe en 1777 et se mit en rapport avec les agronomes, botanistes et philosophes français et anglais. Il fit diverses communications à la Société Royale de Londres où il fut admis en 1780. Mais en 1779, la Grenade était redevenue française et Casaux reprit son rôle de porte-parole, mais auprès des autorités françaises. Intrigant pour marier sa fille, il dut s’enfuir de France en 1783 et se réfugier à Londres. C’est là qu’il publia ses Considérations sur plusieurs parties du mécanisme des sociétés (1785). Il y analysait le problème des dettes de guerre de l’Angleterre et s’intéressait aux problèmes financiers. Il y déclarait notamment l’impôt territorial défendu par Quesnay absurde. Pourtant, Mirabeau, qui était alors à Londres, s’engoua du marquis de Casaux et le prôna à Paris dans le clan des économistes où il revint à la fin des années 1780 et où il publia divers ouvrages, dont Simplicité de l’idée d’une constitution (1789) qui séduisit Mirabeau fils. Mais, après la fuite du roi, Casaux retourna en Angleterre en 1792 où il publia encore Considérations sur les effets de l’impôt dans les différents modes de taxation (1794). Il mourut en 1796.

7 Saint-Évremond rapporte que l’évêque du Mans s’était un jour diverti de l’excessif raffinement de ses invités : « Ces messieurs outrent tout à force de vouloir raffiner sur tout. Ils ne sauraient manger que du veau de rivière ; il faut que leurs perdrix viennent d’Auvergne [...] et pour leur vin, ils ne sauraient boire que des trois côteaux, d’Aï, de Haut Villiers et d’Avenay. » A la suite de cet auteur, l’expression devint courante pour désigner une « confrérie » de gourmets.

8 Charles de Saint-Évremond (1614-1703). Moraliste et épicurien, lettré et mondain, Saint-Évremond fut avant tout un esprit indépendant et sceptique dont les réflexions, les poésies et les lettres le rapprochent de Montaigne et de Voltaire. Il voulait réussir sa vie plutôt que de laisser un nom en littérature ; aucun de ses textes ne fut publié avant sa mort.

9 Op. cit., t. I, p. 334-338, et t. III, p. 8-12

10 Op. cit., livre I, chapitre 7, passim.

11 Jean-Joseph-Louis Graslin (1727—1790). De sa fonction de receveur général des Finances à Nantes (1758), il tire un ensemble d’expériences et de réflexions qui fondent son Essai analytique sur la richesse et sur l’impôt (1767). Contre l’école physiocratique, il réhabilite le travail industriel, producteur de richesse. Mais, lassé des polémiques que son ouvrage a déclenchées, il se détourne de la théorie pour se consacrer à l’entreprise. Il fonde ainsi la première manufacture d’indiennes à Nantes et contribue à l’édification d’un quartier nouveau dans cette ville.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540