Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’économie politique de Vandermonde

Septième leçon

23 germinal/12 avril

Texte intégral

1Il est temps de terminer aujourd’hui mon exposé sur la nature, la formation et la distribution des richesses ; ce n’est encore que le premier des six chapitres du premier titre du cours, selon la division que j’ai adoptée dans le programme. Cette matière ne sera point épuisée dans ce chapitre, puisque ceux de la circulation, de l’impôt, de la dette publique, etc. devront en offrir de nouveaux développements.

2Je dois traiter, dans le second chapitre, de la valeur et du prix des objets ; dans le troisième, de la population ; dans le quatrième, des principes politiques de l’agriculture ; dans le cinquième, du commerce des grains ; et enfin, dans le sixième, je dois établir quelques principes sur l’instruction publique, considérée dans ses rapports immédiats avec la production des richesses.

3Il me reste, comme vous voyez, une quarantaine de notes sur le premier chapitre ; et il me serait impossible dans le cours de la séance d’insister sur chacune d’elles autant que je le désirerais. Je ne pourrai que les parcourir.

4Elles sont divisées ici en trois articles. Le premier, sur les différents genres de propriétés ; le second, sur les encouragements généraux de la production ; le troisième, sur les obstacles généraux à la formation des richesses. Ces trois articles n’ont pas leurs subdivisions complètes dans les notes que j’ai sous la main. Ces notes, triées sur un plus grand nombre, ne présentent que quelques points remarquables.

5J’ai parlé, dans la dernière séance, de deux différents genres de fortune : celles que se font les hommes laborieux ; celles dont jouissent les hommes oisifs. Il y a des fortunes de tous les degrés dans ces deux genres.

6Une autre distinction, à laquelle on attache communément beaucoup d’importance, est celle qui existe entre les propriétaires fonciers et les capitalistes ; entre ceux qui ont leur fortune en immeubles, et ceux qui l’ont en marchandises ou en crédit.

7Il y avait autrefois, il y a même encore, une grande différence, ou plutôt une espèce d’opposition, entre les habitudes et les manières de voir de ces deux genres de riches. Le temps et la force des choses, et surtout nos principes d’égalité, effaceront peu à peu ces différences. Vous verrez même, lorsque je traiterai des assignats, combien la facilité qu’ils offrent de mettre en circulation les titres de propriété, devra contribuer à faire entièrement disparaître cette distinction. Les progrès de la civilisation doivent faire qu’il n’y ait plus parmi les riches que des capitalistes, des entrepreneurs. Ce nom de capitalistes, qui ne s’applique guère aujourd’hui qu’à des banquiers et à des financiers, ne s’y appliquera plus ; car ces deux métiers n’existeront pas. Leur introduction n’a eu pour principe que l’ignorance générale. Quand les gouvernements seront suffisamment instruits, il n’y aura plus ni financiers, ni banquiers. Ceux-ci seront suppléés avantageusement par un bureau de l’agence des relations extérieures, et le crédit des premiers ne paraîtra plus une ressource nécessaire ; ou, si l’on veut, tous les négociants seront banquiers, sans faire la loi au commerce ; et tous les riches seront financiers, sans faire la loi au gouvernement.

8Au reste, la différence des manières de voir ne me paraît pas suffire, pour caractériser deux genres de fortune. La différence entre ceux qui ont leur bien au soleil, et ceux qui l’ont en porte-feuille, ne me paraît pas plus essentielle que celle qu’on voudrait établir entre des hommes également riches, dont les uns porteraient des habits de soie, et les autres n’en porteraient pas. Puisqu’il y a toujours des terres à vendre, puisqu’il n’y a plus aujourd’hui de castes privilégiées, ni de droits féodaux, lorsqu’un homme riche n’a pas de terres, c’est qu’il ne se soucie pas d’en avoir.

9Ainsi, ces intérêts qu’on regarde comme si opposés, et qui ne l’ont jamais été que par un effet de la maladresse ou de l’injustice des gouvernements, parviendront à se confondre. Il n’y aura plus d’opposition entre la possession des terres et celle de l’argent.

10Y a t-il maintenant une opposition réelle entre l’intérêt des riches et celui des pauvres ? Entre l’intérêt de ceux qui peuvent vivre sans travailler, et celui des hommes qui ont besoin de travailler pour vivre ? C’est un objet de discussion beaucoup plus intéressant, et qui doit trouver ici sa place.

11Les circonstances actuelles ne laissent plus aucune crainte sur cette guerre des pauvres contre les riches, dont on s’est exagéré le danger. Si elle pouvait avoir lieu, l’aveuglement des pauvres n’en serait pas le seul principe ; il pourrait y en avoir un second, l’insolence et l’injustice des riches.

12Si l’on n’avait jamais prétendu que les droits politiques appartiennent essentiellement et exclusivement aux propriétaires des terres ; si les jurisconsultes romains n’avaient pas défini la propriété, le droit d’user et d’abuser ; si l’on ne fondait pas aujourd’hui les prétentions des émigrés sur le système d’une propriété antérieure au contrat social, on pourrait regarder cette discussion comme inutile. Mais les fausses bases mènent aux faux calculs ; et notre mission est ici d’apprendre à calculer juste en économie politique.

13J’ai tant insisté, dans les séances précédentes, sur l’utilité et l’importance du droit de propriété, et particulièrement de la propriété territoriale héréditaire, que je ne puis pas être soupçonné de lui vouloir ôter rien de réel. C’est altérer, au contraire, le respect pour son véritable titre, que de lui en chercher d’imaginaires.

14Ceux qui veulent réserver exclusivement les droits politiques aux propriétaires de terres, s’appuient sur deux suppositions. La première, que j’examinerai tout à l’heure, est l’existence d’un droit primitif et antérieur au contrat social ; la seconde est un attachement plus naturel et plus direct à la prospérité publique qu’ils leur attribuent.

15Ce second point mérite un examen sérieux.

16Il faut d’abord écarter une fausse analogie. Il faut ôter à cet argument la force que paraissent lui prêter les exemples des anciens. Leur droit des gens donnait les propriétés particulières aux conquérants ; les propriétés mobiliaires n’étaient presque rien chez les anciens.

17Qu’importe aujourd’hui à un propriétaire de terres que le gouvernement passe ou non entre des mains étrangères ? Combien n’en est-il pas aujourd’hui que la constitution démocratique effraye, et que la domination d’un prince, même étranger, accommoderait beaucoup mieux ? Dans un pareil événement, ne seraient-ce pas au contraire les créanciers de l’État qui courraient les plus grands dangers ?

18Ne semble-t-il pas d’ailleurs qu’aujourd’hui un propriétaire de terres, et surtout un grand propriétaire, soit obligé d’en consommer le revenu sur le lieu même ? Qui est-ce qui appauvrissait nos provinces dans l’ancien régime ? N’étaient-ce pas ces propriétaires, qui en forçaient de toutes manières le revenu, pour le consommer ailleurs ? Ne sont-ce pas eux qui ont émigré ?

19L’identité des intérêts entre les grands et les petits propriétaires, n’est qu’une illusion. Il ne faut pas comparer ceux qui louent leur bien, et qui sont la majeure partie, avec ceux qui cultivent de leurs propres mains. S’il n’en eût existé que de cette espèce, ils n’eussent pas trouvé des avocats si subtils et si éloquents. Ceux-là sont modérés et justes, et ils ne veulent pas priver les autres de leurs droits politiques ; ils ne veulent pas renverser notre Déclaration des droits.

20S’il faut être propriétaire de terres pour être citoyen, l’insurrection est un devoir pour ceux qui ne le sont pas. Ces Spartiates à qui on reproche leur férocité, à l’égard des Ilotes, n’étaient que des hommes conséquents. Les droits politiques ayant été réservés aux seuls propriétaires de terres, il ne fallait laisser aux autres aucun moyen d’insurrection ; il fallait arrêter leur population par des moyens quelconques.

  • * N’excusons pas, comme l’a fait le respectable Condorcet, dans un moment d’humeur, « la barbarie mêm (...)

21Les jurisconsultes romains ont défini la propriété, le droit d’user et d’abuser. Pour expliquer une pareille déraison, il faut se rappeler l’époque où ils ont posé leurs principes : ce fut celle du plus féroce despotisme. Eh quoi ! Si j’ai recueilli mille setiers de blé, j’aurais le droit d’en jeter les trois quarts à la rivière : j’aurais le droit de laisser tout un canton en friche, s’il m’appartenait ! Non, c’est l’amélioration, c’est l’utilité publique qui est le principe du droit de propriété. Il n’est légitime que lorsqu’on remplit les devoirs qu’il impose*. Le législateur ne doit pas régler l’emploi que les particuliers feront de leur bien, je le sais ; mais il doit exister un moyen quelconque de répression des délits dans l’abus qu’ils en pourraient faire. Cet exemple, et cent autres, prouvent que l’établissement public ne peut pas être complet, sans l’exercice d’un pouvoir de censure.

22Voyons si ce droit de propriété foncière et héréditaire est, comme ils le supposent, primitif, essentiel et antérieur au contrat social.

23Avant d’accuser ceux qui ont posé ce faux principe, je dois rapporter un motif qui peut leur servir d’excuse. Lorsque Louis XIV devint dévot, les scrupules lui vinrent sur l’énormité des impôts, dont ses malheurs lui faisaient une nécessité. Il consulta des casuistes : leur réponse fut que le royaume appartenait à sa majesté, et que les particuliers ne jouissaient de l’usufruit que par sa grâce. Ils dissipèrent ainsi ses scrupules.

24En supposant à chaque particulier un droit primitif, on a cherché à détruire le mauvais raisonnement de ces casuistes ; mais on l’a détruit par un raisonnement qui n’était pas meilleur. Nous n’étions pas mûrs encore pour la déclaration des droits.

25Cette déclaration établit la propriété comme un droit naturel, et avec raison ; car tous les hommes sont propriétaires de quelque chose : mais il n’y a de droits naturels que ceux qui appartiennent à tous. La propriété foncière et héréditaire n’étant pas, et ne pouvant pas être constamment dans ce cas, ce ne peut pas être sur elle exclusivement, que porte cette déclaration.

26La propriété n’est point antérieure au pacte social ; c’est lui, comme l’observe J. J. Rousseau, qui donne au citoyen la propriété de tout ce qu’il possède. « Le droit que chaque particulier a sur son propre fonds, ajoute-t-il, est subordonné au droit que la communauté a sur tous. »

27Sans ce principe, je ne vois pas ce qu’on pourrait opposer aux raisonnements des émigrés qui réclameraient leurs biens. « Vous vous êtes sauvés dans le danger de la patrie », leur direz-vous ; — pouviez-vous, répondront-t-ils, nous garantir des brigands ? Et notre peur n’était-elle pas légitime ? « Vous avez pris les armes contre votre patrie » ; — non pas, répondront-ils, c’est contre ceux qui égaraient le peuple ; mais nos propriétés en sont-elles moins sacrées ? Nos droits ne sont-ils pas antérieurs à tout pacte social ? »

28Avouons donc qu’il n’y a rien d’antérieur au pacte social : ce pacte est comme les axiomes de la géométrie, d’une vérité éternelle. Ce n’est pas dans l’histoire de l’homme, c’est dans sa nature qu’il en faut chercher la teneur. Il doit se déduire clairement, et incontestablement de cela seul, que la société est contractée entre des êtres doués de raison. On peut le réduire à une seule phrase, comme a fait Jean-Jacques Rousseau : mais si la langue philosophique était plus avancée, si les notions politiques étaient susceptibles d’un calcul rigoureux, comme l’arithmétique et la géométrie, on y pourrait renfermer toutes les bases de l’état social, et on pourrait les regarder comme sanctionnées par l’assentiment unanime de tous les hommes, quoiqu’elles ne l’eussent jamais obtenu en effet.

29Nous supposer à l’origine du pacte, supposer que c’est aujourd’hui que l’établissement des droits se traite entre tous, c’est dire que tous les droits d’hier sont anéantis ; c’est légitimer la guerre entre le riche et le pauvre.

  • 1 Réflexions sur la formation et la distribution des richesses, 1766, § IX.

30On peut déduire la propriété territoriale du droit de premier occupant, quand on suppose, comme Jean-Jacques, que chacun n’occupe que le terrain dont il a besoin pour susbister, et qu’il en ait pris possession par le travail et la culture. Mais supposer, comme Turgot1, qu’il ait suffi de l’enclore ; appliquer cette idée d’un travail personnel, non pas à tout le terrain, mais seulement à ses limites, c’est une subtilité servile ou intéressée, qu’il est permis de blâmer malgré la réputation de l’auteur.

31La propriété a ses véritables fondements dans l’utilité publique et dans la justice. Rousseau les a très bien exposés dans la leçon donnée à son jeune Émile, par le jardinier Robert ; mais Robert avait bêché la place même où Émile était venu planter sa fève : s’il n’eût fait qu’un fossé autour, Émile n’eût rien compris à sa leçon.

  • 2 Op. cit., § LXXXIX.

32Turgot a inséré l’idée dont je viens de parler, dans un petit ouvrage sur la formation et la distribution des richesses, que je n’ai pas eu encore occasion de vous indiquer. Je dirai en passant que cet ouvrage est cité une seconde fois dans mes notes, au sujet de l’abaissement de l’intérêt, dont l’auteur donne une très belle image2, en le comparant à celui des eaux d’un déluge.

33Ceux qui croient que le pauvre industrieux est jaloux du bonheur des riches ne l’ont pas suffisamment observé. Quand le travail ne lui manque pas, quand il n’a rien à redouter d’eux, il les regarde en général avec plus de pitié que d’envie. Il sait se procurer toutes les jouissances essentielles, et il ne désire pas leurs jouissances particulières ; il en aperçoit, mieux qu’ils ne le font eux-mêmes, les tristes résultats. Si les riches sont humains et équitables, ils n’auront jamais de guerre à redouter de la part des pauvres. La partie du peuple qui a la force réelle, possède quelque chose ; et si peu que ce soit, elle voudra toujours le défendre contre les brigands : elle sera toujours du parti des bons riches.

34Il me reste encore à dire un mot des fortunes mal acquises, et de leur légitimité très réelle, après un laps de temps suffisant. Ira-t-on me contester ma fortune, parce que celui de qui je la tiens, et qui l’a faite, il y a cent ans, n’a pu l’acquérir que par des moyens illégitimes ? Non, sans doute, parce qu’il n’existe plus ni pièces ni témoins qui puissent servir à prouver juridiquement les dilapidations, les vols, les brigandages qui en ont été le principe ; et parce que ce genre de prescription est nécessaire à l’ordre social.

35Elle est légitime ; est-elle juste ? Non. Il y a une juste fortune, comme il y a un juste prix des choses. Tout ce qui est licite selon la loi, n’est pas licite selon la morale. La morale permet les grands avantages comme les petits ; mais aussitôt qu’ils deviennent énormes, elle les proscrit.

36La juste fortune se mesure par la valeur des services qu’on a rendus soi-même à la société, et par ce qui subsiste des accumulations qu’ont pu faire sur leur juste fortune, ceux qui nous les ont légitimement transmises.

37Si j’ai la conscience intime qu’une fortune, dont j’ai hérité, ait été mal acquise, je ne puis pas la regarder comme à moi. Et si quelque institution donne naissance à un pouvoir placé par le peuple au-dessus des lois pour suppléer à leur imperfection inévitable, il peut, d’après la notoriété publique, en porter le même jugement.

38Je passe maintenant à ces encouragements généraux, dont j’ai promis de vous dire un mot. Je dois d’abord remarquer que les entreprises des particuliers sont avantageuses à l’État, lors même que leur succès ne répond pas aux espérances. Si cela était bien senti, les gouvernements mettraient moins de parcimonie dans leurs encouragements pour les entreprises nouvelles.

  • 3 John Law (1671—1729). L’Écossais s’était fait connaître dès 1705 (et non en 1715, comme l’écrit Van (...)
  • 4 Op. cit.. t. IV, p. 251-350.

39Je vais vous citer, à cet égard, les paroles mêmes d’un homme bien décrédité, qui a été chassé de France et déshonoré pour avoir eu raison. C’est le fameux Jean Law3, l’auteur du trop fameux système, dont il a fallu attendre qu’un Anglais nous dévoilât le secret, cinquante ans après. Voyez l’histoire que donne Stewart4, de notre banqueroute de 1720. Le petit traité sur les monnaies, publié par Law en 1715, m’a toujours paru un chef-d’œuvre. Vous y trouverez cette découverte, que je vous ai tant vantée, celle de nos assignats. Voici le passage de ce traité que je vous indiquai tout à l’heure.

40« Si B, dit Law, fait travailler 100 personnes pour 100 liv. par jour, et que leur travail produise une amélioration de 120 liv., B ne gagne que 20 liv. et l’état en gagne 120. Il les gagnerait quand B perdrait 201. au lieu de les gagner. B achète 150 000 1. une terre qui n’est d’aucun rapport ; il en dépense 150 autres mille pour la mettre en valeur, et il ne parvient à lui faire rapporter que 6 000 livres ; il a mal employé son argent, puisqu’il n’a que deux pour cent de produit net ; mais l’état gagne tout le produit brut de cette terre. »

41Cette remarque conduit l’auteur à conclure que tout travailleur vaut à l’état dix mille livres au moins en sa vie, en sus de sa consommation. C’est l’entrepreneur, le maître ouvrier, le marchand, etc. qui les gagnent.

42Le seul encouragement constamment efficace de l’agriculture, de l’industrie et du commerce, c’est l’étendue et la sûreté des débouchés. En France, c’est le commerce intérieur qui offre les débouchés les plus sûrs et les plus étendus. Il faut qu’il y ait de la réciprocité, à cet égard, entre les cultivateurs et la classe industrieuse : celle-ci a toujours besoin des produits de la terre ; et, pour qu’il y ait réciprocité, il faut que les cultivateurs aient des besoins factices et puissent les satisfaire.

43Les débouchés intérieurs ne peuvent pas suffire dans tous les cas ; il en faut à l’extérieur.

44L’avantage dans le commerce extérieur consiste à obtenir chez les autres le produit du travail d’un grand nombre d’hommes, en échange de celui d’un plus petit nombre de nationaux. Mais l’essentiel n’est pas qu’on exporte, c’est qu’on puisse toujours exporter avec profit. Il faut que la perfection et le bon marché vous laissent toujours cette possibilité, afin de n’avoir jamais à craindre de manquer de débouchés, et pour qu’il n’y ait jamais de stagnation dans le travail du peuple. Notez que, si on n’exportait pas avec profit, il faudrait exporter à perte, pour solder les objets qu’on est obligé de tirer de l’étranger ; et que, comme il y a peu de gouvernements instruits, il arrive communément dans ce cas qu’au lieu de charger le fisc de cette perte ils la laissent retomber sur l’agriculture et sur l’industrie.

45Une autre remarque très importante, c’est que le gouvernement ne doit jamais avoir en vue l’avantage des consommateurs, et qu’il ne doit s’occuper immédiatement que de celui des travailleurs. Si les travailleurs ont des ressources et de l’aisance, ils seront actifs et nombreux, et cela même conduit à pourvoir les consommateurs abondamment et à bon marché.

46Un des élèves vient de me remettre, avant la séance, une lettre dans laquelle il propose des greniers d’abondance. Ceci me fournit l’occasion de lui répondre qu’il n’en faut point dans les pays qui peuvent se suffire pour leur consommation en blé. Il n’a songé qu’à l’intérêt des consommateurs, et il a négligé celui des hommes laborieux qui s’occupent de la culture.

47Je dois remarquer encore que c’est l’agitation des grandes villes qui est le ferment de l’émulation générale, le principe de l’abondance de toutes les productions. Les grandes villes sont à la fois et l’effet et la cause de la prospérité des peuples modernes. Il est prouvé par les faits qu’elle est proportionnelle chez les différents peuples de l’Europe, au nombre des grandes communes, à leur population et à l’activité qui y règne. La prospérité croissante de l’Angleterre, depuis une cinquantaine d’années, y a créé des communes considérables dans des endroits où il n’existait que quelques maisons. Il s’est bâti à Londres de nouveaux quartiers si étendus qu’ils formeraient seuls des villes à comparer aux capitales des peuples pauvres.

48Si les déclamations qui sont en vogue aujourd’hui contre les grandes villes, et surtout contre les capitales, avaient le moindre fondement, l’Angleterre devrait être aujourd’hui le pays le plus mal cultivé de l’Europe. La Hollande, où les villages sont plus peuplés et plus florissants que ne le sont ailleurs des cités fameuses dans l’histoire, ne devrait être couverte que de chardons : mais point du tout ; il n’y a pas un pied carré de terre en Hollande qui ne soit cultivé, et l’agriculture prend tous les jours de nouveaux accroissements en Angleterre.

49La vogue des déclamations contre les grandes villes tient à plusieurs causes qu’il serait indiscret d’approfondir ; je me contenterai d’en indiquer une.

  • 5 Gaetano Filangieri (1752—1788). Après des études de droit et de philosophie, il participe, à la cou (...)

50L’un des catéchismes le plus répandu parmi les ignorants, à qui la démangeaison de parler a fait sentir, depuis quelques années, le besoin de s’instruire, a été Le traité de la législation de Filangieri5. L’auteur est clair, méthodique, et sa table de chapitres est assez complète : cela est très commode pour les perroquets ; Filangieri déclame en cent endroits contre les grandes villes et surtout contre les capitales.

51Notez cependant qu’il a eu le bon sens de dire, liv. 2, ch. 26 : « Rapprochez les hommes, et vous les rendrez industrieux et actifs : séparez-les, et vous en ferez autant des sauvages incapables d’avoir même l’idée de leur perfectibilité ».

52Au reste, ses arguments s’appliquent tous à l’inégalité des conditions et à ses conséquences ; et il aurait dû remarquer que, sans les capitales, ces conséquences auraient été bien plus funestes. La corruption est beaucoup plus répandue en Angleterre qu’en France ; tout Anglais, sauf exception, est à vendre, et tout Français ne l’est pas : c’est que nos grands seigneurs ne quittaient guère Paris et ses environs ; et que les grands seigneurs anglais passent la plus grande partie de leur temps dans leurs terres. Supposez l’égalité établie, supposez d’immenses cités, ce qui n’implique certainement pas contradiction, Filangieri n’aura rien dit contre elles.

53Ce même auteur s’est déclaré aussi pour la maxime des disciples de Quesnay, « laissez faire et laissez passer » et cependant il a le bon sens de dire liv. 2, ch. 21 : « C’est dans l’art de connaître les cas où l’on doit ordonner, et ceux où l’on doit laisser faire, que consiste toute la science du gouvernement ». Ces contradictions font honneur à sa bonne foi.

54Au reste les grandes communes doivent se former d’elles-mêmes, sans effort et sans gêne de la part du gouvernement ; et si vous voulez conserver l’unité et l’indivisibilité d’un grand État, il faut souffrir qu’une immense population s’amoncelle autour du centre du gouvernement. Ceux qui y voient du danger pour la liberté sont trompés par de fausses analogies.

55On a dit que l’effet des canaux et de la navigation en général devait être assimilé à un rapprochement de la population dans un plus petit espace. C’est un mot très juste, et qui doit suffire pour faire sentir la grande utilité de tous les genres de navigation. Il m’a été prouvé, il y a cinq ou six ans, que la corde de bois, au centre de la forêt d’Orléans, ne valait pas quinze sols, et que l’avance des canaux à faire pour porter ce bois à sa valeur aurait été remboursée en deux ou trois ans. Tout le sol de la France offrirait des résultats analogues. La liberté et les assignats peuvent tripler en vingt-cinq ans les produits de la France.

  • 6 Josiah Child (1630—1699). Fils d’un marchand londonien, il est l’auteur de A New Discourse on Trade(...)

56Je ne dirai qu’un mot sur les colonies. « Elles sont bonnes, dit Josiah Child6, si le nombre d’hommes qu’elles emploient dans la métropole est plus grand que le nombre de ceux dont elles la privent. »

57Comme il n’y a point encore de peuple en Europe qui paraisse avoir un excédent réel de population, je me bornerai ici à cette maxime.

58Je terminerai cet article par une réflexion générale. C’est que, pour produire le plus grand effet possible, la somme des richesses accumulées ne doit être répartie ni dans un trop grand, ni dans un trop petit nombre de mains. Cela conduit à montrer combien cette autre idée de multiplier les petits propriétaires cultivateurs, qui est encore en vogue, est peu sensée. Dans toutes les entreprises, soit de culture, soit d’industrie, soit de commerce, vous n’obtiendrez le plus grand produit qu’avec des capitaux suffisants pour faciliter tous les moyens d’améliorer, et assez bornés pour que l’exacte et complète surveillance de leur emploi soit possible.

59Je vais maintenant vous exposer quelques remarques sommaires sur les obstacles généraux qui s’opposent à la formation des richesses.

60Notre Révolution a fait disparaître les plus nuisibles de tous ; c’étaient ceux qu’avait fait naître et qu’entretenait encore la féodalité ; c’étaient les vices de notre législation qui en avaient résulté ; c’étaient les richesses oisives et les exactions des prêtres et des moines ; c’étaient les abus de la fiscalité et de la chicane. Après la destruction de tant de maux, notre prospérité est assurée ; elle ne peut plus éprouver que des retards.

61Je ne trouve, dans les remarques qui sont ici sous mes yeux, rien qui ne doive paraître minutieux en comparaison.

  • 7 Étienne Clavière (Genève, 1735—Paris, 1793). Libéral genevois, il dut fuir la Suisse, en 1782, quan (...)

62Je dirai cependant un mot des erreurs à craindre dans la distribution des secours aux indigents : « Les assistés, dit Clavière7, dans son Traité de la foi publique, retirent du revenu général une part plus grande que celle des hommes laborieux les plus pauvres. C’est une espèce d’injustice. Il faut exciter au travail par des encouragements, et non pas à l’oisiveté par des aumônes ; il ne faut pas mesurer les secours sur les idées et les mœurs de ceux qui les administrent, et qui sont habitués à l’aisance. Lorsque l’assistance est de nature à être recherchée par ceux qui pourraient satisfaire à leur besoin d’une autre manière, elle est abusive. » Cette remarque très simple ne devient importante que parce que nous sommes à l’origine de nos institutions en cette matière, où les abus consolidés par le temps sont très difficiles à réformer. J’invite à consulter encore sur ce sujet le discours sur le commerce de Josiah Child.

  • 8 Les 5 octobre et 24 novembre 1793, la Convention avait adopté le calendrier républicain, sur rappor (...)

63La fausse distribution des temps de travail et de repos, est encore un obstacle à considérer. Ceux qui soupçonnent Cromwell de n’avoir fait que par hypocrisie ses lois sévères sur l’observation du dimanche8, pourraient bien se tromper. Cromwell savait que la somme des heures de repos est plus grande, si le repos du jour prescrit n’est pas complet. On a tort peut-être de n’imputer qu’au fanatisme le retour du peuple au repos des dimanches. Qui sait si ce n’est pas la force des choses qui a fixé à six jours de suite la plus longue continuité du travail ? On peut assurer au moins que c’est un point très difficile que de fixer le minimum de repos du peuple. Il se plaignait lui-même de la multiplicité des fêtes ; mais l’intervalle entre les décadis était peut-être trop grand.

64La cherté du chauffage et du luminaire dans nos latitudes septentrionales est encore un obstacle remarquable à la continuité des travaux. Le bon marché du charbon de terre et des huiles de poisson est d’une grande utilité à l’Angleterre.

65On sait que cette nation emprunteuse n’a point de rentes viagères : c’est qu’elle a remarqué que ce genre de richesses n’est pas propre à la circulation. Il faut, pour la prospérité de l’industrie, que les capitaux encouragent la production, tandis que les revenus facilitent la consommation.

66Il existe des travaux, tels que la fabrication des toiles communes, où la main-d’œuvre est à si bas prix qu’elle ne pourrait pas faire vivre ceux qui s’en occupent, s’ils y consacraient tout leur temps, et si les travaux des champs ne payaient pas le surplus de leur nécessaire. Ce surplus est un impôt sur la culture. Aussi ne se fabrique-t-il point de toiles communes, pour le commerce, dans les pays riches. La distribution des travaux des champs y est trop bien entendue, pour y laisser ce loisir à personne. Les exemples qui paraissent démentir cette proposition sont tirés de quelques pays fertiles qu’il ne faut pas confondre avec les pays riches. Il ne se fait pas de toile en Hollande ; on n’y fait que blanchir et y apprêter celles de la Westphalie.

67Les cantons les plus riches sont ceux où une même étendue de terre vaut la plus grande somme d’argent. Le canton le plus riche du monde est peut-être le centre du beau quartier de Paris, où la toise carrée de terrain non bâti se vendait plus de mille écus avant la Révolution.

68La fabrique de toiles, dans les pays fertiles n’y offre que l’avantage d’employer leurs produits en chanvres et en lins : mais l’agriculture n’y est pas grevée du supplément de salaires qu’elle est obligée de fournir aux fileuses et aux tisserands. Ces espèces d’impôts d’une industrie sur une autre sont toujours des symptômes d’une distribution vicieuse des richesses, qu’il est bon de remarquer.

  • 9 Claude Antoine Prieur-Duvernois, dit Prieur de la Côte-d’Or (1763—1832). Comme le signale Vandermon (...)

69Je n’ajoute plus qu’un mot sur l’uniformité des poids et mesures, dont les principes viennent d’être fixés définitivement par la Convention nationale, sur le rapport de Prieur9 (de la Côte-d’Or). Je vous invite, citoyens, à vous pénétrer de cet excellent rapport ; car vous êtes appelés à contribuer de tout votre pouvoir, dans toutes les parties de la République, au prompt succès de cette importante et mémorable réforme.

Notes

* N’excusons pas, comme l’a fait le respectable Condorcet, dans un moment d’humeur, « la barbarie même du propriétaire », (Réfl. sur le comm. des blés.)

1 Réflexions sur la formation et la distribution des richesses, 1766, § IX.

2 Op. cit., § LXXXIX.

3 John Law (1671—1729). L’Écossais s’était fait connaître dès 1705 (et non en 1715, comme l’écrit Vandermonde) par un ouvrage, Trade and Money Reconsidered, où il exposait une véritable « théorie générale ». Une monnaie-papier, garantie sur des terres, émise par une banque d’État, lui paraissait seule de nature à donner l’élan nécessaire à l’économie. Loin d’être un simple théoricien de l’abondance monétaire, Law associait, dans ses textes, monnaie, réforme fiscale, expansion coloniale et grands travaux. L’histoire du Système Law (1716-1721), de l’engouement qu’il a suscité et de son échec, n’a pas à être résumée ici. On notera seulement le courage (ou l’inconscience ?) de Vandermonde de placer la défense et illustration de l’assignat sous le parrainage d’un homme alors si discrédité.

4 Op. cit.. t. IV, p. 251-350.

5 Gaetano Filangieri (1752—1788). Après des études de droit et de philosophie, il participe, à la cour de Naples, au mouvement de réforme de l’administration et de la justice. Entre 1780 et 1785, il publie un grand ouvrage, La Scienza della Legislazione. Considéré (entre autres par J. Schumpeter) comme un des économistes les plus notables de la fin du xviiie siècle, il est ouvert aux doctrines libérales tout en restant influencé par les théories physiocratiques et mercantilistes.

6 Josiah Child (1630—1699). Fils d’un marchand londonien, il est l’auteur de A New Discourse on Trade (1688) mal accueilli en son temps mais dont Schumpeter prendra la défense.

7 Étienne Clavière (Genève, 1735—Paris, 1793). Libéral genevois, il dut fuir la Suisse, en 1782, quand le mouvement démocratique y fut brisé. Réfugié en France, il participe très activement aux principales spéculations financières de la fin de l’Ancien Régime. Il fonde à Paris en 1787 la première compagnie d’assurance sur la vie. Multipliant les pamphlets sous la signature de ses amis Mirabeau et Brissot, il se dresse contre la politique financière de Necker. La Révolution lui donne l’occasion, par l’intermédiaire de Mirabeau, de faire passer ses théories monétaires ; il est le véritable père de « l’assignat-monnaie ». A la mort de Mirabeau, il s’intègre au courant politique girondin qui est en train de se constituer. Député à l’Assemblée législative, il devient ministre des Finances, le 23 mars 1792 ; son secrétaire particulier n’est autre que Jean-Baptiste Say. Loin de pouvoir appliquer ses projets d’avenir (monnaie mono-métallique, banque centrale), il doit gérer les finances publiques dans l’urgence et dans la guerre. Arrêté comme girondin le 2 juin 1793, il se suicidera le 8 décembre 1793.

8 Les 5 octobre et 24 novembre 1793, la Convention avait adopté le calendrier républicain, sur rapport de Fabre d’Églantine. Le dimanche disparaissait au profit du décadi. Dès lors, au moins pour les autorités locales et les sociétés populaires, observer le repos du dimanche était un acte contre-révolutionnaire. Ceux qui s’y risquaient passaient pour de « lâches esclaves des prêtres », selon une expression très répandue. Le nouveau calendrier n’avait-il pas été présenté comme un instrument de lutte anti-religieuse ? Vandermonde s’autorise, à nouveau, de son auditoire choisi, pour suggérer une autre piste, ou au moins une hypothèse complémentaire.

9 Claude Antoine Prieur-Duvernois, dit Prieur de la Côte-d’Or (1763—1832). Comme le signale Vandermonde, Prieur (dit de la Côte-d’Or pour le distinguer de l’autre Prieur, conventionnel de la Marne) a été rapporteur sur le système métrique, au nom du Comité d’instruction. Mais il est surtout connu pour sa participation au Comité de salut public, du 14 août 1793 au 6 octobre 1794. Il y fut, aux côtés de Carnot, l’autre « organisateur de la victoire » (M. Bouchard). Ancien lieutenant de l’École du génie de Mézières, il se chargea des questions de techniques militaires, en particulier de l’armement. Cette formation scientifique et sa collaboration avec son cousin, le chimiste Guyton de Morveau expliquent la part prépondérante que Prieur a prise dans la création de l’École centrale des travaux publics, la future École polytechnique.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540