Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’économie politique de Vandermonde

Troisième débat*

9 germinal ?/29 mars ?

Texte intégral

  • * Placé dans toutes les éditions à la date du 8 ventôse, ce débat doit figurer — son contenu en témoi (...)

1Plusieurs citoyens se sont fait inscrire : mais voici une lette qui réclame la priorité.

2Le citoyen Larouverade (lit sa lettre) :

3Paris, 8 germinal, an trois la République,

4« Citoyen Professeur, M’étant inscrit deux fois pour la parole, je prends le parti de vous envoyer mes observations et mes demandes.

5« Les besoins factices vous paraissent très propres à soutenir le goût de la liberté.

6« Mais, citoyen professeur, cette opinion, bien nouvelle, paraît contraire aux idées reçues, et aux événements consacrés par l’expérience des siècles et l’histoire des peuples ; la connaissance que vous avez de l’une et de l’autre, me dispense des preuves et des détails où je pourrais entrer.

7« J’ajoute seulement que, pour donner un bon système d’économie politique à la France, à un peuple dont le goût dominant, les vertus et les vices vous sont connus, peut-être conviendrait-il de lui proposer des lois somptuaires, plutôt que l’idée de la plus grande extension à donner aux besoins factices, et à un luxe presque asiatique, qui, en corrompant l’esprit public et les mœurs, les dirigera infailliblement vers des jouissances particulières, plutôt que vers l’intérêt commun, objet de toute bonne institution.

8« Si je ne craignais d’abuser de la parole, je vous demanderais, citoyen professeur, si le sol de la France peut suffire à la nourriture de ses habitants ? Quelle proportion vous établirez entre le cultivateur et le consommateur ? Si dans l’épuisement général où nous a réduit la guerre, il ne conviendrait pas d’encourager, d’une manière particulière, toutes les branches d’agriculture, et le soin des troupeaux ?

9« Je vous demanderais qu’en appliquant la théorie à la pratique, et à nos besoins actuels, vous cherchassiez dans votre sagesse un moyen pour faire cesser le renchérissement excessif de toutes choses, qui, tout affligeant qu’il est pour le présent, me paraît plus affligeant encore pour l’avenir ; un moyen d’arrêter la cupidité du marchand, de l’artiste et de l’ouvrier, l’agiotage qui démonétise, pour ainsi dire, l’assignat, le courtage qui quintuple le prix des marchandises en les faisant passer, le même jour, dans plusieurs mains, sans déplacement effectif, et cette disette alarmante qui provient bien plus de l’égoïsme et du défaut de confiance que de la pénurie des subsistances.

10« La Rouverade, élève de l’École normale. »

11L’assemblée paraît avoir pensé que la question que vous me faites, à la fin de votre lettre, n’est pas en ce moment à l’ordre du jour entre nous.

12Nous nous occupons de la formation et de la distribution des richesses ; nous suivons l’ordre des matières indiqué dans le programme. L’agiotage nous occupera, dans la suite, si je continue le cours.

13Ce sera lorsque nous en serons au quatrième livre ; car les matières ont été divisées, dans le programme, en cinq livres, qui ont chacun leurs chapitres, et nous n’en sommes encore qu’au chapitre premier.

14Quant à vos observations sur ce que j’ai dit des besoins factices, elles me prouvent la nécessité d’insister encore sur les idées que je craignais de n’avoir que trop rebattues.

15Qu’importe, citoyen, que mon opinion sur cette matière soit nouvelle, ou ne le soit pas. Est-elle fausse, est-elle vraie ? Il n’y a que cette question à faire. Je pourrais vous dire qu’elle n’est pas nouvelle, et vous citer là-dessus les passages de différents auteurs ; mais il faut, ce me semble, s’accoutumer à ne se former aucune opinion d’après l’autorité de qui que ce soit.

16Vous demandez des lois somptuaires pour la France, et vous voulez réprimer son luxe asiatique. Et moi aussi je veux réprimer le luxe asiatique, mais je ne veux pas le réprimer par des lois. L’opinion publique me paraît suffire pour cela.

17Les besoins factices auxquels je veux qu’on donne de l’étendue, n’ont rien de commun avec le luxe asiatique. Ils y sont même tellement opposés, qu’on ne les voit pas se répandre dans les pays où règne ce genre de luxe.

18Vous demandez des encouragements pour l’agriculture. J’ai déjà dit qu’on ne cultive avec ardeur, que parce qu’on a besoin de vendre pour satisfaire à des besoins factices. Pour vendre, il faut trouver des acheteurs, et ces acheteurs ne se trouvent que parmi ceux qui ne cultivent pas : ils ne se multiplient qu’en proportion de l’étendue des besoins factices. Vous voyez donc que les besoins factices sont eux-mêmes le plus puissant des encouragements pour l’agriculture.

19Vous demandez que je fixe le rapport du nombre des hommes nécessaires à l’agriculture, au nombre de ceux qui n’y coopèrent pas immédiatement. Les auteurs d’arithmétique politique ont donné à cet égard des résultats si différents qu’ils me paraissent n’avoir pas attaché les mêmes idées à l’énoncé de cette question. Il y a des auteurs qui trouvent qu’une famille, occupée de la culture, ne peut nourrir qu’une autre famille avec la sienne. D’autres auteurs ont soutenu qu’elle peut nourrir vingt-six autres familles.

20Le résultat auquel je m’arrêterai le plus volontiers est celui qu’a adopté l’abbé Galiani, dans ses dialogues sur le commerce des bleds. Il suppose que, dans l’état actuel de l’agriculture en France, chaque famille adonnée à la culture du bled en peut nourrir onze autres.

21Ce résultat est fort différent de celui que fournirait l’exemple de la Laconie dont on vient de vous parler, où deux cent mille Ilotes, employés à la culture, ne nourrissaient que vingt-huit ou trente mille Spartiates, dont ils étaient les esclaves. Il y a lieu de penser que ces Ilotes n’avaient pas beaucoup de besoins factices. Vous en pouvez juger d’après ce que vient de vous en dire mon collègue. Ajoutez que les Spartiates n’étaient pas proprement des propriétaires ; ils n’étaient que prébendiers, puisqu’ils ne pouvaient pas disposer de leurs fonds : ils n’étaient pas fort intéressés à l’amélioration de leurs terres.

22Pour qu’une famille en nourrisse un grand nombre d’autres, il faut qu’elle travaille beaucoup ; il faut qu’elle emploie de bonnes méthodes de culture.

23Voulez-vous entendre combien les besoins factices nous sont nécessaires, pour nous défendre contre nos ennemis, et pour établir parmi nous une liberté solide et durable ? Il faut lire avec attention tout ce que j’en ai dit ; en lisant sans attention on peut me faire dire tout autre chose.

24Ce n’est pas par indulgence, ce n’est pas parce que nous sommes déjà dégénérés, que j’ai recommandé les besoins factices ; s’il n’y en avait pas en France, il faudrait en créer, pour fortifier la France contre ses ennemis, pour y perpétrer la liberté. C’est là ce que mon opinion a de particulier ; et j’avoue qu’il me serait difficile de vous trouver un auteur qui eût présenté la chose sous ce point de vue. J’ai déjà dit que je puis avoir tort, mais qu’il fallait examiner mes raisons. J’ai déjà dit que je n’étais chargé que d’offrir un texte à vos discussions et à votre méditation, sur les points principaux de l’économie politique, et que vous deviez former vous-mêmes vos opinions.

25Le peuple français est tellement situé, qu’il ne peut se défendre contre ses ennemis que par les moyens dispendieux que ceux-ci peuvent employer contre lui. C’est la richesse nationale qui procure ces moyens, et la richesse nationale n’est fondée que sur celles des particuliers. Voilà ce qui concerne l’extérieur ; quant à l’intérieur, il n’y aura pas de liberté solide pour les Français, s’ils ne maintiennent pas l’égalité parmi eux. S’ils la maintiennent, l’étendue des besoins factices sera le plus ferme appui de leur liberté ; car alors tous les citoyens, attachés à leurs jouissances, en deviendront d’autant plus sensibles aux plus légères atteintes de l’oppression.

26Tel est le sommaire des idées que j’ai développées dans les leçons et dans les débats qui ont précédé.

27Desmartin. Vous avez dit, dans la séance du 23 ventôse, que vous regardiez l’assignat comme la monnaie universelle, et vous avez ajouté qu’elle était établie sur des bases solides et inaltérables.

28Mais, citoyen professeur, un inconvénient que je trouve à cette monnaie, c’est la facilité de la contrefaire, qui provient de la facilité de se procurer les matières premières : par ce moyen, chacun peut en contrefaire à son gré. Telle est, citoyen, ma réflexion ; je vous prie de me dire ce que vous en pensez, si cela est fondé, et ce que je pourrais répondre à ceux qui me feront une pareille objection.

29Vandermonde. Lorsque je vous ai invités à répandre parmi vos concitoyens, tout ce que vous croiriez vrai et utile, je n’entendais pas en faire l’application à la question des assignats ; ma phrase était générale, et je puis la répéter sans me compromettre.

30Si je ne développe pas en ce moment mon opinion sur les assignats, c’est moins parce que cette question est infiniment délicate dans les circonstances présentes, que parce que l’ordre des matières du cours ne l’appelle pas aujourd’hui.

31J’ai pu dire en effet qu’ici je parlais, portes fermées, à des hommes instruits et revêtus de la confiance de leurs concitoyens ; et qu’ainsi j’étais dans un cas très différent de celui qui irait dans un lieu public prêcher telle ou telle doctrine : mais je ne me connais aucune pensée qui puisse mériter le blâme, quoique je puisse en énoncer quelquefois qui prêtent le flanc à la calomnie à laquelle je suis en butte.

32Je ne vois sans doute aucun danger à répondre à la question que vous me faites ; et quoiqu’elle ne soit pas appelée par l’ordre des matières, je ne crois pas pouvoir me refuser aux éclaircissements que vous demandez.

33Citoyen, on soutient avec raison que ceux qui ont eu la petite vérole, ne la reprennent jamais ; on conseille, avec raison, d’inoculer ceux qui ne l’ont point eue, afin de les préserver des dangers de son invasion dans des circonstances imprévues : et cependant des médecins qui méritaient la confiance publique, ont assuré avoir traité eux-mêmes plusieurs fois les mêmes sujets attaqués de cette maladie. Mais en supposant vraies les observations de ces médecins, on les regarde, avec raison, comme de nulle influence dans la masse générale et constante des observations.

34La proposition qu’on ne contrefait point les assignats est rigoureuse et vraie, dans le même sens que celle : on ne reprend point la petite vérole.

35Appellerez-vous contrefaits, ces assignats faits à la plume, qui pourraient à peine tromper un aveugle ?

36J’ai été membre du premier jury spécial nommé pour la punition des contrefacteurs d’assignats. Il ne s’est présenté, durant notre session, aucun assignat qui pût mériter le nom d’assignat contrefait : il s’en était cependant répandu dans les campagnes, et principalement pour le commerce des veaux, une immense quantité. Mais il ne faut pas croire que les gens de la campagne y eûssent été trompés. On leur disait que tout cela passait à Paris, et on les disposait à le croire, en payant leurs veaux au-dessus du prix courant.

37Il n’y avait pas de maison de force, de prison, où cette prétendue contrefaction ne s’exerçât presque publiquement. Les commissaires de la trésorerie s’étaient procurés des renseignements à cet égard qui ont passé par mes mains, et dont la précision était incroyable. On y trouvait la désignation parfaite des chambres, des procédés, des personnes. Expliquera qui voudra l’incurie des autorités qui avaient connaissance de tous ces détails.

38Appellerez-vous contrefaits ces assignats faits à la planche, tels que l’assignat de deux mille livres envoyé d’Espagne au commencement de l’émission, que des hommes de finance promenaient et montraient avec tant d’affectation, et dans lequel le mot obligation, qui devait se trouver en grandes capitales dans la texture même du papier, était écrit par un C ?

39La planche du premier assignat de cinq cents livres, le moins mal contrefait que j’aie vu, fourmillait de fautes grossières. Je fus appelé par le comité des assignats et monnaies, avec les citoyens Gatteaux, Firmin Didot et d’autres artistes, pour reconnaître les premiers qui parurent à la caisse de l’extraordinaire. Un garçon de caisse les avait signalés comme contrefaits ; sans les toucher, sans les examiner. On inséra, à cette époque dans les journaux, les différences principales entre ce prétendu assignat et les véritables ; il s’en trouvait peut-être deux cents de remarquables dont on ne publia que quelques-unes, et dont quelques autres furent communiquées par écrit aux caissiers publics. Je vous en citerai deux. Au lieu d’accent aigu sur le mot conformément, il y avait un accent grave ; il y avait une croix au lieu d’un blanc dans quelques rosaces de l’encadrement.

40Le contrefacteur n’en était pas moins un homme fort habile, qui avait dû être énormément payé : mais l’imitation exacte d’un assignat offre des difficultés presqu’insurmontables ; et les hommes habitués à en manier à toutes les heures du jour, acquièrent un tact pour saisir les moindres différences, dont il est difficile de se former l’idée.

41À peine se répand-il quelques épreuves d’une fausse planche, qu’il en tombe une entre les mains de quelques-uns de ces hommes, et sitôt qu’elle est dépistée, les marques de reconnaissance courent de bureaux en bureaux, de comptoir en comptoir : on remonte à la source, et on parvient bientôt à arrêter l’écoulement.

42Vous supposez qu’un assignat est facile à contrefaire, parce qu’on en a les matières premières sous la main. Citoyen, tout le monde a du papier sous la main, mais on n’a pas du papier d’assignat ; il faut un grand local et de grands moyens pour en faire.

43Contrefaire un assignat avec quelque probabilité de succès, c’est un objet de spéculation qui exige de grands préparatifs. Cette probabilité est si petite que toute spéculation de ce genre serait folle et par conséquent impossible, si elle n’était pas entreprise dans des vues de contre Révolution, et soutenue par des puissances ennemies, dont la haine est portée jusqu’au délire. Mais leur rage est impuissante sur ce point comme sur tous les autres. Cela est prouvé par les faits.

44Quand on a démonétisé les assignats à face royale, il ne s’en est trouvé de faux que pour une somme qui ne pouvait mériter aucune attention. Sur près de deux milliards, il ne s’en est trouvé que pour dix-sept mille livres. Ma mémoire peut me tromper sur cette somme, mais il ne peut point y avoir de contestation sur son exiguïté.

45Un autre fait absolument décisif et sans réplique, pour prouver que les papiers qui circulent comme monnaie, ne se contrefont point, c’est l’existence de la banque d’Angleterre depuis quatre-vingts ans. Elle a toujours en circulation pour deux milliards de papiers et quelquefois même davantage ; on a cent fois essayé de les contrefaire, et toujours sans succès.

46Il s’en faut de beaucoup cependant qu’on ait employé autant d’esprit dans la fabrication du billet de leur banque, que dans celle de l’assignat : leur principal secret est dans la beauté et la finesse du papier.

47Pour tout homme qui voudra réfléchir de bonne foi à la force de cet exemple, l’objection sur la facilité de contrefaire l’assignat se réduit à rien.

48Quant à l’immense utilité de cette monnaie, je vous prie de suspendre votre jugement sur mon opinion, jusqu’à ce que je l’aie suffisamment développée. Suivant le programme, je ne dois vous l’exposer que vers la fin du cours.

49Létade. En parlant de l’invention du télégraphe, vous avez dit qu’il pouvait seul répondre aux objections faites contre la possibilité des grandes républiques démocratiques ; je conçois qu’il peut être d’une grande utilité en temps de guerre, soit pour faire connaître très promptement la marche de nos ennemis, soit pour transmettre des plans de campagnes. Je conçois encore son utilité en temps de paix, et je crois qu’il doit contribuer beaucoup à assurer les progrès et les succès du commerce ; mais je n’entrevois pas la connexion qu’il y a entre l’invention du télégraphe, et l’établissement d’un gouvernement démocratique.

50Je vous prie de vouloir bien me développer cette opinion.

51Vandermonde. L’objection contre les grandes républiques démocratiques, fondée sur l’impossibilité d’y rassembler instantanément toutes les informations, toutes les volontés ; cette objection, qui tire sa principale force de l’autorité de Jean-Jacques Rousseau, a produit un grand mal qu’il n’a pas pu prévoir. Vous demandez comment le télégraphe, dont Rousseau n’avait pas eu l’idée, peut répondre à cette objection.

52Tous les habitants des lieux qui se trouvent sur une ligne de télégraphes, et d’où l’on peut en apercevoir les signaux, peuvent les comprendre, s’ils ne sont pas secrets, comme les comprennent aujourd’hui les représentants du peuple à Lille, à qui on en a envoyé la clef de Paris. On peut établir autant de lignes de télégraphes, qu’il y a maintenant de routes de poste : il n’y a donc aucune impossibilité à ce que tous les citoyens de la France se communiquent leurs informations et leurs volontés, dans un temps assez court, pour que cette communication doive être regardée comme instantanée. Les développements sur le perfectionnement possible du télégraphe, nous jetteraient un peu trop loin de notre objet.

53Aude. Beaucoup d’élèves n’ont pas d’idée du télégraphe.

54Vandermonde. Ce que je vais vous en dire, en peu de mots, sera un hors-d’œuvre dans les recherches qui nous occupent ; je le supprimerai dans le journal.

55(Le professeur décrit le télégraphe).

56Un élève. Citoyen professeur, permettez-moi de revenir sur ce qui a été dit des besoins factices. Je ne veux pas combattre vos principes, mais seulement faire une observation.

57Malgré tous les avantages résultant des besoins factices, vous ne vous êtes pas dissimulé qu’ils peuvent conduire à offenser les mœurs ; qu’ils peuvent rendre les hommes moins propres à conserver la liberté, et exposer les femmes à négliger les mœurs.

58Vandermonde. Citoyen, permettez-moi d’intercaler ici un mot essentiel, auquel je crains que vous n’ayez pas fait une suffisante attention. Lorsque je vous l’aurai rappelé, je vous inviterai à reprendre la parole.

59Songez, je vous prie, au grand secret que nous a dévoilé la guerre actuelle ; à cette réquisition générale des jeunes gens de toutes les classes, de tous les degrés de fortune, depuis tel âge jusqu’à tel autre. À dix-huit ans, de quelque manière qu’on ait été élevé, on sait braver encore la fatigue et le danger. Les faits qui le prouvent, se sont passés sous nos yeux.

60Je pourrais me contenter d’observer qu’il y a autant de besoins factices que de degrés de fortune ; et qu’à l’avenir ce luxe, qui peut amollir les jeunes courages, ne sera pas une chose aussi commune qu’on est porté à le supposer. Le nécessaire, l’aisance, l’abondance même n’énerveront pas nos jeunes citoyens.

61Je pourrais ajouter qu’on est sujet à se faire de très fausses idées des effets de l’effémination. Son influence sur les sens, ne se porte pas toujours jusqu’à l’âme ; cela dépend des opinions régnantes, et du tour d’esprit généralement adopté. Le nom de César s’est presque identifié avec le mot de bravoure ; et cependant les preuves multipliées de l’efféminisation de César, sont d’une telle nature qu’à peine on ose les citer. Alcibiade ne s’est pas moins signalé dans la Grèce par son courage que par son effémination.

62Si nous avons le bon esprit de conserver dans la République française, soit en paix, soit en guerre, l’excellente institution de requérir toute notre jeunesse de tel âge à tel autre, pour s’exercer dans les camps, ou pour marcher à l’ennemi ; si, fidèles au principe de l’égalité, nous ne souffrons pas qu’aucun privilège en dispense, nous pouvons demeurer tranquilles sur l’influence des besoins factices par rapport à la défense de nos droits et de notre territoire.

63L’élève. Vous avez pleinement satisfait à ma question. Je voulais vous demander quels moyens on pourrait employer pour remédier à des inconvénients si funestes à la chose publique.

Notes

* Placé dans toutes les éditions à la date du 8 ventôse, ce débat doit figurer — son contenu en témoigne — dans une des séances de discussion du début de germinal.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540