Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’économie politique de Vandermonde

Quatrième leçon

23 ventôse/13 mars

Texte intégral

1On m’a observé, avec raison, que dans la leçon de tridi dernier, en parlant des découvertes qui avaient changé l’état de la civilisation de l’Europe, je n’en avais cité que seize, et qu’il y en avait un beaucoup plus grand nombre, qui pouvaient mériter d’être citées.

2En effet, il y en a particulièrement deux, parmi celles qui sont encore au berceau, dont je me reproche de ne vous avoir pas entretenus.

  • 1 Un aérostat se compose d’un ballon renfermant un gaz plus léger que l’air — soit de l’air chaud et (...)

3L’une est celle des aérostats1 d’observation. Vous savez tous qu’à la bataille de Fleurus, on a élevé un aérostat qui était parti, plein, de Maubeuge. Il resta pendant tout le cours de la journée, et après la bataille, en observation à une hauteur si grande, que tous les mouvements des ennemis au-delà des bois et des villages, étaient aperçus de l’officier qui était dans la nacelle de l’aérostat. Il jetait delà des notes d’instant en instant, et même des dessins. Notre général en chef pouvait diriger ses manœuvres d’après ces notes ; et certainement cet aérostat a contribué au gain de la bataille de Fleurus.

  • 2 Ce point ne se trouve pas dans la Richesse des nations, mais dans les Leçons de jurisprudence de 17 (...)

4On a dit à ce sujet un mot fort ingénieux : c’est que dans une bataille, l’armée qui n’a pas d’aérostat d’observation, et qui se bat contre un ennemi qui en est pourvu, est à peu près comme un aveugle qui se bat en duel contre un clairvoyant. Le mot est juste. Vous me direz, sans doute, que quand nous aurons eu cet avantage de notre côté, nos ennemis, ou ceux du genre humain, ne manqueront pas d’en profiter. Cela ne laissera pas d’avoir une influence très remarquable. Lorsqu’il a été question de l’invention de la poudre, de la grosse antillerie, et des moyens qui rendent la guerre dispendieuse, vous avez remarqué avec Smith2 et d’autres hommes de mérite, que ces moyens la rendent aussi moins meurtrière. L’aérostat d’observation aura sans doute aussi l’honneur de contribuer à cet avantage.

  • 3 Il s’agit du télégraphe aérien inventé en 1791 par Claude Chappe et ses frères. Après des essais in (...)

5Une autre découverte encore au berceau, qui paraît promettre un succès encore plus grand, c’est le télégraphe3. On doit beaucoup de remerciements aux auteurs du télégraphe. Il a fallu beaucoup de courage et de talents, pour faire éclore cette invention ; mais sans doute elle sera perfectionnée. On a dit un mot par rapport au télégraphe, qui me paraît infiniment juste, et qui en fait sentir toute l’importance ; c’est que le fond de cette invention peut suffire pour rendre possible l’établissement de la démocratie chez un grand peuple. Beaucoup d’hommes respectables, parmi lesquels il faut compter Jean-Jacques Rousseau, ont pensé que l’établissement de la démocratie était impossible chez les grands peuples. Comment un tel peuple peut-il délibérer ? Chez les anciens, tous les citoyens étaient rassemblés sur une place ; ils se communiquaient leurs lumières ; ils manifestaient en un instant leur volonté : mais dans un grand peuple, comment cela se pourrait-il ?

6Je vous ai déjà fait remarquer que les anciens n’avaient pas l’imprimerie ; les anciens n’avaient pas les journaux, les gazettes. Les journaux sont un moyen réellement nouveau et très puissant d’établir une communication rapide entre les différents points d’un pays. Mais si une fois le moyen de communication rapide, dont le télégraphe nous donne l’idée, était généralement répandu, s’il devenait un des besoins de la nation, alors on aurait la facilité de correspondre en quelques heures entre les deux points les plus éloignés de la République. Cela a été vérifié, par le fait, dans la campagne dernière, au moyen de la ligne des télégraphes, établie entre Paris et Lille. On s’occupe maintenant à en établir une seconde entre Paris et Landau.

7Cette invention est une nouvelle donnée que Rousseau n’a pas pu faire entrer dans ses calculs.

8Probablement on en sentira mieux de jour en jour l’avantage et l’importance. Ce moyen est susceptible d’être perfectionné. Il peut servir à parler à de grandes distances aussi couramment et aussi distinctement que dans une salle : il pourrait seul répondre aux objections contre la possibilité des grandes républiques démocratiques ; et même indépendamment de cet autre moyen, les constitutions représentatives, dont je ne crois pas devoir reparler.

  • 4 « [...] et puisque l’égalité des fortune est impossible à maintenir sans proscrire les aliénations, (...)

9Je commencerai cette leçon par un mot de Stewart4, relatif à ce que j’ai dit, qu’il fallait répandre les besoins factices.

10Voici le mot en question : « Puisqu’il n’y a pas d’égalité de fortune à attendre, si on ne proscrit pas toute aliénation, toute circulation, le meilleur expédient qui reste pour ramener l’égalité parmi les hommes, c’est de les enrichir tour à tour, en favorisant également l’ardeur du pauvre pour acquérir, et celle du riche pour dépenser ».

11Ce mot est véritablement capital. J’aurai occasion d’y revenir de différentes manières. Ici certainement il faut prendre, comme je l’ai dit, un parti tranché. Vous ne pouvez augmenter l’ardeur du riche pour dépenser que par le goût des besoins factices ; l’ardeur du pauvre pour s’enrichir, que par le goût des besoins factices.

12Il me semble avoir suffisamment insisté sur ce qu’il n’y avait rien en cela de contraire à la morale ; l’ordre particulier d’une république, où il faut que les choses soient ainsi, n’est pas celui de la république romaine, dont le principe était tout différent. J’observerai que les facilités pour s’enrichir enrichiront, en effet, celui qui sera économe et intelligent ; mais que les facilités pour se ruiner, ne ruineront pas nécessairement les hommes sensés. Ainsi lorsqu’on dit qu’il faut que le peuple travaille avec ardeur, et reçoive les équivalents qui sont les récompenses de sa peine ; lorsqu’on dit qu’il faut que les besoins factices se répandent parmi les riches, il ne s’en suit pas qu’il faille renoncer à l’économie de son bien et de ses facultés. Ce n’est pas une conséquence.

13Je vais citer ici le mot d’un autre auteur très recommandable.

  • 5 Op. cit., livre II, chapitre 3, alinéa 31 ; livre IV, chapitre 5, Digression, alinéa 43 ; livre IV, (...)

14Adam Smith5, en l’insérant dans son livre, a voulu qu’on le remarquât beaucoup. Ce mot me paraît capital, en effet. Il dit que « le principe de vie des sociétés politiques modernes, c’est l’envie générale d’améliorer son état ». Je n’ajouterai qu’un petit conte de deux mots.

  • 6 L’apologie de la marchande des rues prêtée à Madame Du Deffand figure chez Boisguilbert (Le détail (...)

15Il y avait à Paris une femme, qui avait une réputation d’esprit ; on l’appelait la marquise Du Deffand. Dans ces assemblées du soir, qui avaient lieu chez elle, où tout ce qu’il y avait d’hommes à prétention d’esprit se rencontrait, on agitait un jour cette question : « Si vous reveniez au monde, que voudriez-vous être ? » L’un disait qu’il voudrait être Alexandre ; l’autre Homère, et toujours quelque personnage célèbre : chacun ornait son avis de belles phrases, et de beaux raisonnements. Quelqu’un s’avisa de demander à madame Du Deffand, qui parlait très peu alors, parce qu’elle était très vieille ; « Et vous, madame, si vous reveniez au monde, que voudriez-vous être ? » — Je vais vous scandaliser, répondit-elle ; je voudrais être une petite marchande de la rue Saint-Denis, qui a beaucoup de chalands, et qui voit prospérer ses petites affaires6. »

16Le mot est très sensé. C’est en effet la position du monde la plus heureuse que cette vie active, qui assure chaque jour le succès facile du projet très commun d’améliorer son état.

17Cette douceur de la vie paisible et champêtre, pour laquelle soupirent souvent des hommes emportés par le tourbillon des intrigues, et choqués dans tous les sens par les obstacles qui s’opposent au succès de leurs vastes projets ; ce calme ne leur paraît si beau que par son contraste avec leur vie agitée. Quelques-uns se retirent des affaires, et vont à la campagne ; la plupart s’en repentent. Ils ne trouvent pas là cette félicité dont le charme les avait séduits. Il faut être né dans cette simplicité pour la goûter. Ceux, au contraire, qui, comme nous tous malheureusement, ont eu les idées du monde, ne peuvent trouver le bonheur dans les champs, qu’en y faisant de nouveaux goûts, en imaginant de nouvelles fantaisies.

18J’ai dit que l’émulation d’acquérir est le grand mobile de la production ; mais que serait cette émulation d’acquérir, si on n’avait pas la certitude de jouir, l’espérance de conserver ? Ceci est le véritable fondement d’une vérité qui ne saurait être trop rebattue ; c’est que la propriété est la chose du monde la plus respectable. Sans le droit de propriété, s’il n’y avait pas une grande certitude de jouir de ce qu’on aurait acquis, de le transmettre à ses enfants, l’émulation d’acquérir et d’améliorer n’existerait pas ; le principe de vie des sociétés modernes serait détruit.

  • 7 C’est le nom attribué par dérision (en anglais : levellers) à l’aile radicale des républicains angl (...)

19On a parlé des niveleurs7. Je crois qu’il y a eu des hommes passionnés, voulant profiter des erreurs du peuple pour l’asservir, et qu’ils ont pu, non pas avoir ce système (car on n’a pas de système quand on est passionné : il faut avoir la tête froide, et réfléchir, pour combiner un système) ; ils ont pu donner au peuple de fausses idées à cet égard. Ces hommes-là étaient, je ne dis pas seulement méchants, mais ils étaient véritablement extravagants. Il n’y aurait pas de culture, pas de perfectionnement dans aucun genre, s’il n’y avait pas de propriété, s’il n’y avait pas de certitude de jouir de ce qu’on aurait acquis, de ce qu’on aurait hérité de ses pères. Je ne puis pas laisser cette idée sans la couler à fond ; car j’aurai peut-être quelque chose à dire un jour contre une assertion directement opposée, que quelques hommes ont avouée, ont imprimée, et qui me paraît tout aussi pernicieuse. Quant à l’idée « qu’il faut égaliser les fortunes, qu’il faut qu’il n’y ait pas d’hommes plus riches les uns que les autres » ; c’est, selon moi, le rebours du bon sens.

20J’insisterai ici particulièrement sur la propriété des terres. Je dis que, sans la propriété territoriale, il serait impossible que la terre fût cultivée. Là où il n’y a pas de propriété, la terre n’est pas cultivée ; on lui demande ce dont on a besoin le jour même, et on ne s’inquiète pas du lendemain. C’est un fait ; pour l’expliquer, je vais vous citer un passage. Il est encore tiré d’un livre anglais ; je ne sache pas qu’il ait été traduit.

  • 8 James Anderson (1739—1808) né à Hermiston, Écosse. Il eut à diriger des fermes dès l’âge de 15 ans (...)

21Les Anglais ont plus approfondi l’économie politique qu’aucune autre nation. Les Hollandais étaient trop occupés ; ils ont peu écrit sur cette matière qui ne peut être traitée que par des hommes libres, quoiqu’ils fussent assez près de la liberté. Les Anglais en avaient l’ombre. Il y a beaucoup de gens d’esprit et d’hommes oisifs en Angleterre ; ils ont fait une multitude de livres, et surtout de livrets, qui contiennent des idées très intéressantes sur ces objets. L’auteur du livre dont je parle est James Anderson8 ; c’est un cultivateur, un fermier qui a cent mille livres de rente, et qui n’en est pas moins à la tête de ses valets de labour ; c’est de plus un homme d’un très profond mérite. Il a écrit, sur les moyens d’exciter l’industrie, un volume in 4°. Vous trouverez ce livre dans quelque bibliothèque publique. J’ai dessein de vous lire le passage tel qu’il est, de peur de l’affaiblir, parce qu’il me paraît exprimé en termes très précis ; je ne lis pas tout, ceci me paraît suffisant.

22« De deux cultivateurs, dit-il, qui trouvent à vendre au marché, celui qui est le plus favorisé par la nature de son terrain et les autres circonstances, vendra au même prix que celui qui l’est le moins, et qui ne vend pas à perte. Le premier en recevrait donc un prix supérieur à ce qu’il doit regarder comme une valeur intrinsèque, tandis que le prix de l’autre ne serait qu’égal à ce qu’il doit appeler ainsi ; c’est la rente à payer au propriétaire qui compense ces inégalités. »

23En voici le commentaire : Vous concevez que l’homme qui cultive une terre ingrate et mal située pour le débit de ses produits, ne peut les vendre qu’au prix suffisant pour payer ses frais et ses peines. Celui, au contraire, dont la terre est féconde et à portée des débouchés, pourrait vendre les mêmes produits à meilleur compte, s’il n’avait pas de frais de plus à payer. Il supplanterait ce concurrent, et le réduirait à chercher quelqu’autre ressource.

24La rente à payer au propriétaire est précisément cet article de frais additionnels qui compense l’inégalité. Cette rente se proportionne à la fécondité de la terre et aux avantages de sa situation ; c’est elle qui a fait descendre la culture jusqu’aux terres défavorisées au point de ne rapporter aucune rente au propriétaire.

25Il ne devrait point y en avoir. Dans les pays où il y a de la prospérité, il n’y a réellement pas de terre ingrate qu’on ne cultive. Anderson, je crois, en a cité un exemple tout extraordinaire ; près d’Aberdeen en Écosse, ville où il s’est établi depuis peu de grandes manufactures, il y avait des terrains entièrement couverts de rochers. On est venu prendre les rochers un à un, on a apporté de la terre ; la population industrieuse d’Aberdeen, en ouvrant un débouché aux produits de son voisinage, a permis que la culture s’y exerçât dans le terrain le plus ingrat. Dans un pays prospère, il n’y a plus de terres ingrates. S’il n’y avait pas de rente à payer au propriétaire, on ne cultiverait réellement que les terres fécondes tout au plus.

26Les deux raisons que je viens d’apporter me paraissent prouver suffisamment combien la propriété et particulièrement la propriété territoriale, importe à la prospérité du genre humain.

27Je passe à une observation particulière. Je dis qu’il importe, non pas que les denrées soient chères, (car vous verrez que je suis dans une opinion directement contraire) mais que les terres soient chères.

28Je vais essayer de développer cette idée. Si j’avais dit : il faut abaisser le taux de l’intérêt, alors je n’aurais rien dit de nouveau ; je n’aurais dit cependant que la même chose : je vais insister un peu davantage.

  • 9 Le setier de Paris utilisé pour le froment pèse environ 240 livres, poids de marc lorsqu’il est emp (...)

29L’intérêt se mesure par le nombre d’années de revenu, qu’il faut donner, pour avoir l’assurance de jouir à perpétuité de ce revenu : si pour un revenu de mille setiers de blé9, par exemple, chose fixe et constante que tout le monde entend, vous donnez vingt mille setiers de blé ou leur valeur, l’intérêt est au dernier vingt ou à cinq pour cent.

30Dans le commerce des terres, parmi nous, lorsque le revenu était de mille setiers, on était dans l’usage de calculer à trente mille setiers, le prix de l’assurance de jouir à perpétuité de ce revenu, ou de dire que les terres se vendaient au denier trente. Ma proposition est qu’il importe qu’une pareille terre soit vendue soixante mille, cent mille setiers, et non pas trente mille setiers. Il faut que le taux de l’intérêt baisse. J’aurai beaucoup d’occasions de développer cette idée. Je vais en donner une raison applicable à notre question d’amélioration de culture. Lorsque les terres ne sont pas chères, qu’arrive-t-il ? Le voici : j’ai une terre ; je suppose qu’il fallût débourser ce que vaut cette terre (ce que je la vendrais) pour l’améliorer et en retirer le double par l’amélioration ; voilà une chose bien entendue. Hé bien, je dis que s’il y a une terre à côté de pareil revenu, que je puisse acquérir pour le même prix, je la préférerai, parce qu’il me paraîtra que j’aurai toujours le temps d’améliorer et celle-ci et celle-là.

31Si au contraire le prix des terres avait été considérable, l’amélioration aurait rapporté davantage que l’acquisition nouvelle. En général, on se porte vers les acquisitions nouvelles, plutôt que vers l’amélioration, quand les terres ne sont pas chères, quand elles ne se vendent, par exemple, qu’au denier trente.

32Voilà le mot que je voulais vous faire remarquer, comme un objet d’une haute considération, par rapport à l’amélioration de la culture.

33Voici un autre mot qui me paraît analogue à tous ceux-là, et qui est très essentiel, c’est que vendre beaucoup et gagner beaucoup sont synonymes ; mais que vendre cher et gagner beaucoup ne le sont point. Lorsqu’on vend cher, on croit avoir fait une bonne affaire, et on ne s’aperçoit pas que petit à petit on dédaigne les petits gains, que petit à petit on porte les objets à un prix tel que les étrangers les fourniront eux-mêmes à meilleur compte ; on fait enfin une suite de paralogismes sur lesquels j’aurai occasion d’insister. On était étonné en Hollande, de voir combien gagnaient peu ceux qui vous vendaient ; mais ils vendaient beaucoup, et tous les jours, et à toute la terre. Tel Hollandais avait acheté un objet 800, et vous le vendait 801.

34Je désire que vous remarquiez cette idée, parce qu’elle est de la plus grande importance.

  • 10 Cf. Steuart, op. cit., t. II, p. 373. Trois manières d’acquérir des richesses : gratuitement, par l (...)

35Ici je dois commencer à entrer dans quelques détails sur les moyens d’acquérir les richesses10. Il y en a trois principaux :

36Le premier est l’acquisition à titre gratuit ; ainsi, on fait un héritage, cela est gratuit ; on accepte un don, cela est gratuit ; on fait un vol, cela est gratuit.

37Il y a une seconde manière, c’est acquérir par la frugalité et par l’épargne : cette manière est très bonne. Il n’y a pas d’homme qui ne puisse épargner, lorsqu’il n’est pas dans l’indigence, et nous verrons que personne ne doit être dans l’indigence.

38Il y a un troisième moyen ; c’est d’acquérir par le travail et par l’industrie.

39La certitude de devenir riche en proportion de son activité pour acquérir par ces deux derniers moyens, par son économie et par son travail, est ce qu’il importe d’établir dans l’opinion des républicains. Il faut que chacun se croie sûr de devenir riche, par le développement de ses facultés. On n’en est pas sûr, quand on ne jouit pas de la liberté ; on n’en est pas sûr, quand il y a des brigands qui s’emparent du bien des autres. Il faut donc établir l’opinion que le travail et l’économie conduisent sûrement à la fortune. Il est peut-être moins important que cela soit, qu’il ne l’est encore qu’on croie que cela est. Ainsi les privilèges qui tendraient à l’affaiblissement, ou qui nuiraient à l’établissement de cette opinion, sont de véritables malheurs publics. Remarquez que je suis ici un grand ennemi des privilèges, pour lesquels vous me trouverez peut-être trop indulgent par la suite. Mais n’oubliez pas que ce nom s’applique à des choses très différentes entre elles. Il y a des privilèges qui servent eux-mêmes à donner à chacun l’opinion dont je parle.

40Quant au premier moyen, celui de s’enrichir gratuitement, il faut le déprimer dans l’opinion, le plus qu’il est possible.

41Notre législation y a pourvu : il n’y a personne qui ne pense que le vol est une fort vilaine manière de s’enrichir. Il y a moins de moyens de s’enrichir par les successions qu’il n’y en a jamais eu ; s’enrichir par des moyens gratuits, c’est ce qu’il faut tâcher de faire sortir de toutes les têtes ; s’enrichir par l’économie et par le travail, c’est ce qu’il faut tâcher d’y faire entrer d’une manière stable.

42J’ai déjà parlé beaucoup d’une manière de fonder la prospérité publique ; j’ai dessein ici de vous en faire remarquer trois autres.

43J’ai dit qu’il faut que le peuple en général ait du goût pour les objets de commodité et de luxe, pour les besoins factices ; c’est une de mes opinions. En voici trois encore.

44Peut-être me trompé-je, mais vous êtes tous prévenus qu’il ne faut pas me croire ; il faut examiner mon opinion, et vous prendrez ensuite la vôtre, d’après vos propres réflexions.

45Voici donc une seconde observation : il faut, selon moi, tenir à bas prix les objets de première nécessité. Je développerai cette idée par la suite. Elle est contraire à celle de quelques hommes qui ont certainement des lumières en économie politique. Je viens déjà de vous insinuer une de mes raisons. Vendre cher et gagner beaucoup, ce sont deux choses très différentes : vendre beaucoup et gagner beaucoup, cela est synonyme. Le bas prix, et surtout le prix constant des objets de première nécessité, me paraît un second moyen de prospérité. Quand il ne reste de ressource pour gagner plus que de produire plus ; quand celle de vendre plus cher est fermée, l’abondance est le prix des efforts de la cupidité. Je reviendrai ailleurs sur ce point.

46Le troisième moyen, c’est le bas intérêt de l’argent mais ici mon opinion ne présente rien de particulier. Tous les hommes qui ont réfléchi, ont vu qu’il était impossible d’augmenter la prospérité, si on n’abaissait pas le taux de l’intérêt. J’aurai occasion dans la suite de vous démontrer que la découverte de l’assignat, dont je vous ai déjà parlé avec quelque enthousiasme, offre un moyen unique d’y parvenir sans aucun risque.

47Les Hollandais avaient tenu l’intérêt de l’argent si bas qu’un Hollandais qui ne pouvait tirer chez lui qu’un très petit revenu de son argent, aimait mieux le placer chez l’étranger. Ils ont tous placé en Angleterre, et vous en voyez le résultat. L’assignat ne vous expose pas à cela ; et voilà une grande raison de regarder l’assignat comme la plus importante de toutes les inventions. Nos préjugés à cet égard changeront avec le temps. Vous êtes tous appelés, citoyens, à repousser les préjugés. Lorsque vous croirez une chose utile et vraie, n’ayez pas de crainte, il faut la répandre.

48Quant à mon opinion sur les assignats, je la prêcherai hautement, quand il en sera temps. Je regarde l’assignat non pas comme la monnaie de la Révolution, mais comme la meilleure de toutes ; et ici et aujourd’hui, et partout, et pour toujours.

49Voici maintenant la quatrième maxime ; il faut que les salaires soient chers ; cela est encore facile à expliquer. C’est dire qu’il faut que l’homme industrieux ait de l’aisance ; c’est la traduction de ce mot. Les salaires ont beau être chers, lorsque les nécessités de la vie sont à bon compte, on n’en a pas moins des débouchés au dehors, et c’est-là ce qui est important ; car ceux qui pensent qu’il est indifférent d’avoir le débouché de ses productions au dehors, sont dans une grande erreur.

50L’ordre des degrés de richesses est encore une chose que je dois soumettre à votre examen. C’est ici que je vais entrer dans quelques détails sur ces besoins factices, dont je n’ai pas encore donné de définition.

51Je réduis à six les différents degrés de fortune. Un homme peut être dans le dénuement ; je dis dénuement plutôt que pauvreté ou indigence. Je vais dire quelle est la différence que j’y trouve.

52Je crois que l’on n’empêchera jamais qu’il n’y ait, dans l’état le plus prospère, quelques hommes dans le dénuement, quelques hommes qui ne pourront pas avoir de bonnes chemises, par exemple, un bon habit et de bons souliers : j’appelle cela dénuement ; ce n’est là, ni la pauvreté, ni l’indigence ; je réserverais ces mots pour celui qui ne pourrait pas donner, par exemple, du pain à ses enfants. Ce degré de misère ne peut pas exister dans un état libre ; et nous voyons que la Convention s’est occupée de tous les moyens nécessaires, pour qu’il n’y ait plus par la suite d’indigents dans la République. Le dénuement est une limite au-delà de laquelle il ne faut pas tomber, et aucun citoyen français ne doit être dans l’indigence.

53Mais le dernier degré de fortune, c’est le dénuement. Je suppose qu’à ce degré on a du pain en suffisance à donner à ses enfants, cela est bien important ; vous verrez quels malheurs l’inanition peut causer : il y a des hommes qui ont calculé que l’inanition faisait périr dans l’ancien régime 77 000 individus par an. Je crois peu aux calculs de l’arithmétique politique ; toutefois, celui-là était fondé sur des éléments remarquables. Dans le second degré de fortune, le citoyen a le nécessaire. Il a de bon linge, de bons habits, de bons souliers. Déjà vous remarquez l’introduction des besoins factices ; mais il n’est encore question que de ceux qui sont devenus pour nous tous de véritables nécessités. Le troisième degré est l’aisance ; le quatrième est l’abondance. On peut dire d’un homme qu’il est dans l’aisance lorsqu’il peut faire des économies, soit pour les consommer dans l’occasion, soit pour les placer avantageusement. On peut dire d’un autre, qu’il est dans l’abondance, lorsque, par exemple, il peut avoir maison de ville et maison de campagne. Ces mots ont entr’eux une différence marquée.

54Au-delà, je vois un cinquième terme : on peut avoir du luxe ; je donnerai du luxe la même définition que Stewart, mais ce sera dans une autre leçon ; on n’a pas de luxe, quand on jette l’argent par les fenêtres. On en a, par exemple, quand on recherche et qu’on peut se procurer les bons ouvrages des bons artistes de différents genres.

55Le sixième et dernier degré, au-delà duquel il est impossible de monter ; c’est le faste : un homme peut avoir du luxe, et n’avoir pas de faste ; mais enfin, un homme peut avoir du faste ou du luxe d’ostentation. C’est une fantaisie qu’il ne faut pas encourager ; pas même, à mon avis, lorsqu’elle tourne à l’utilité publique, comme le faste de quelques édiles de Rome.

56Voilà les différents degrés de richesse, qui me paraissent remarquables.

Notes

1 Un aérostat se compose d’un ballon renfermant un gaz plus léger que l’air — soit de l’air chaud et l’on parle alors de montgolfière, soit d’hydrogène ou de gaz naturel — et d’une nacelle. Son principe de fonctionnement est la poussée d’Archimède : sa force ascensionnelle est égale à la différence entre le poids de l’air qu’il déplace et le poids du gaz qu’il renferme. Cette force diminue à mesure qu’il s’élève, par suite de la diffusion du gaz à travers son enveloppe ou par l’orifice, et de la raréfaction de l’air ; il faut donc la lui restituer en se débarrassant en cours d’ascension d’un certain nombre de sacs de lest.
Les frères Montgolfier firent la première expérience le 5 juin 1783 à Annonay. Charles répéta l’expérience en se servant d’hydrogène le 27 août à Paris, puis le 19 septembre Etienne Montgolfier refaisait son expérience dans la cour du château de Versailles à la demande de l’Académie des sciences. Il ne s’agissait là que d’ascensions captives. Pilâtre de Rozier fit le premier voyage aérien (huit kilomètres en vingt-cinq minutes) dès le 21 novembre et, à l’occasion du second voyage, le 1er décembre, Charles créa l’art aérostatique qui ne changera pratiquement plus : étoffe de soie enduite d’un vernis imperméable, soupape à la partie supérieure, usage du lest, ancre d’atterrissage, orifice inférieur ouvert pendant l’ascension pour permettre à l’hydrogène de s’échapper par dilatation et de ne pas crever le ballon, mesure de l’altitude grâce à un baromètre. Six mois seulement après sa création, l’aérostation parvenait à pleine maturité.
L’application militaire de l’aérostation fut l’œuvre de la Révolution. En 1793, Guyton- Morveau proposa d’employer des aérostats captifs comme moyens d’observation. Le Comité de salut public chargea Coutelle des études préparatoires et, le 2 avril 1794, la Convention lui donna le commandement d’une compagnie d’aérostiers militaires. La compagnie était à Maubeuge un mois après, Coutelle montant un ballon, l’Entreprenant, qui pouvait s’élever jusqu’à cinq cents mètres et que les aérostiers manœuvraient à l’aide de deux câbles, et transmettant des renseignements à l’aide de signaux convenus d’avance. Dès lors, la compagnie suivit les armées révolutionnaires et une école aérostatique fut créée à Meudon le 31 octobre 1795. En 1799, à son retour d’Égypte, Bonaparte dissolvait les compagnies d’aérostiers et fermait l’école de Meudon.

2 Ce point ne se trouve pas dans la Richesse des nations, mais dans les Leçons de jurisprudence de 1766. En revanche, il se trouve dans Hume, History of England, 1778, t. II, p. 342.

3 Il s’agit du télégraphe aérien inventé en 1791 par Claude Chappe et ses frères. Après des essais infructueux avec le son et l’électricité, ils optèrent pour un système optique. Une bâtisse fixe ou mobile, érigée sur une hauteur, soutenait un mât de quatre mètres et demi qui supportait trois pièces de bois en forme de parallélépipèdes rectangles se détachant en noir sur le ciel. La pièce médiane, le régulateur, pouvait prendre quatre positions (verticale, horizontale, oblique à droite, oblique à gauche). Deux autres pièces plus courtes, les ailes, pivotaient autour de ses extrêmités et pouvaient prendre sept positions de quarante-cinq en quarante-cinq degrés, la huitième, dans le prolongement du régulateur, étant exclue pour éviter toute confusion avec celle où l’aile est repliée sur le régulateur. Il y avait donc 196 configurations différentes (4 x 7 x 7) : 92 servaient aux indications de service et les autres à la formation d’un lexique de 92 pages comprenant d’abord 92 mots, puis 92 phrases. Les signaux étaient observés de station en station à la longue vue ; le régulateur et les ailes portaient des lanternes pour être visibles de nuit ; enfin, pour éviter les erreurs, à la partie inférieure du mât une manivelle communiquait la figure au sommet en la prenant elle-même et servait donc en même temps de répétiteur. Ce système, inspiré par les moulins à vent, reposait sur deux principes. Un principe optique : la longueur se perçoit mieux que la largeur, d’où le choix de parallélépipèdes rectangles. Un principe linguistique : plus on dispose de signes, moins il en faut pour transmettre une information, et plus cette transmission est rapide.
Après une expérience concluante entre Paris et ses environs ordonnée par la Convention le 12 avril 1793, celle-ci nomma Claude Chappe ingénieur-télégraphe avec rang de lieutenant du génie, et chargea le Comité de salut public de déterminer les lignes à établir en priorité. Le Comité opta pour une ligne Paris-Lille. Il fallut un an, à compter du décret d’allocation des moyens financiers, pour construire les seize stations et instruire le personnel : en septembre 1794, une dépêche de Lille annonçait à la Convention, une heure après l’événement, la reprise de Condé aux Autrichiens. Barère déclara alors : « C’est un moyen qui tend à consolider l’unité de la République par la liaison intime et subite qu’il donne à toutes ses parties [...]. Les peuples modernes, par l’imprimerie, par la poudre, par la boussole et par la langue des signes télégraphiques ont fait évanouir les plus grands obstacles qui s’opposaient à la civilisation des hommes et à leur réunion en grandes républiques. Cest ainsi que les arts et les sciences servent la liberté. »
En 1844, à la veille d’être supplanté par le télégraphe électrique, le télégraphe aérien français étendait son réseau sur 5 000 kilomètres reliant 29 villes par l’intermédiaire de 534 stations. Un signal élémentaire pouvait être transmis de Lille à Paris en deux minutes, et de Paris à Toulon (116 stations) en vingt minutes. Le système a survécu dans la signalisation ferroviaire.

4 « [...] et puisque l’égalité des fortune est impossible à maintenir sans proscrire les aliénations, c’est-à-dire la circulation, le meilleur moyen d’établir l’égalité chez un peuple est, ce me semble, de rendre les individus riches alternativement » (op. cit., t. II, p. 482).

5 Op. cit., livre II, chapitre 3, alinéa 31 ; livre IV, chapitre 5, Digression, alinéa 43 ; livre IV, chapitre 9, alinéa 28.

6 L’apologie de la marchande des rues prêtée à Madame Du Deffand figure chez Boisguilbert (Le détail de la France, 1695, in Pierre de Boisguilbert et la naissance de l’économie politique, op. cit., t. II, p. 622) : « Cette marchande ayant vendu pour quatre ou cinq écus de marchandise en une journée sur lesquels elle a quelquefois gagné la moitié, retourne le lendemain de grand matin à l’emplette, et faisant cette même manœuvre cinq à six fois la semaine, il lui est aisé de trouver sa vie et de quoi satisfaire à ceux qui lui ont prêté. » Le même thème reparaît chez L.-S. Mercier, Tableau de Paris, nouv. éd. 1782-1788, 12 vol.

7 C’est le nom attribué par dérision (en anglais : levellers) à l’aile radicale des républicains anglais, sous Cromwell. Ils revendiquaient essentiellement la souveraineté du peuple, les libertés civiles, le suffrage universel masculin. Ils étaient partisans du droit de propriété, mais on les a tôt confondus avec ceux qui militaient pour un communisme agraire. Leur exemple, on le vérifie dans ce texte, est invoqué dans le cours de la Révolution française. On parlera ainsi des « niveleurs » de la Commune parisienne. Benjamin Constant verra dans les réflexions de Burke un ouvrage dirigé contre « les levellers français ». Référence moins obsédante que l’histoire romaine, la Révolution anglaise — Charles II, Cromwell, les levellers, la Restauration — n’en est pas moins présente, fût-ce comme ici à contre-sens, dans l’affrontement politique.

8 James Anderson (1739—1808) né à Hermiston, Écosse. Il eut à diriger des fermes dès l’âge de 15 ans à Aberdeen et dans la région d’Edimbourg et fut diplômé de l’université d’Aberdeen en 1780. Il fut employé par Pitt pour superviser les pêcheries à partir de 1784. Il prit sa retraite en 1797.
Gentleman-farmer et auteur prolifique sur les problèmes agricoles et notamment les lois sur le blé, il découvrit la théorie « ricardienne » de la rente qu’il exposa d’abord dans ses Observations (1777). Il écrivait que la rente de la terre était une prime payée pour avoir le privilège de cultiver les terres les plus fertiles, et que son paiement avait pour effet d’égaliser les profits des fermiers installés sur des terres de fertilités différentes. Il donna une version plus complète de sa théorie dans son Enquiry (1777).
J. Anderson était partisan de barrières douanières pour protéger l’industrie de la pêche en Ecosse. Il polémiqua à ce sujet avec Bentham (1783).
Principals publications : Observations on the Means of Exciting a Spirit of National Industry (1777), An Inquiry into the Nature of the Corn Laws (1777).

9 Le setier de Paris utilisé pour le froment pèse environ 240 livres, poids de marc lorsqu’il est empli de grains de première qualité. En volume, cette mesure de capacité vaut approximativement 156 litres.

10 Cf. Steuart, op. cit., t. II, p. 373. Trois manières d’acquérir des richesses : gratuitement, par l’industrie, par la frugalité.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540