Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’économie politique de Vandermonde

Troisième leçon

13 ventôse/3 mars

Texte intégral

  • 1 Adam Smith, An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, Londres, 1776.
  • 2 James Steuart, An Inquiry into the Principles of Political Economy, Being an Essay on the Science o (...)
  • 3 James Steuart (Stewart) (1712—1780). Descendant d’une famille qui occupait une position de premier (...)

1Quelques citoyens qui paraissent avoir intention de s’appliquer à l’économie-politique, m’ont demandé, à la fin de la dernière séance, quels étaient les livres que je leur conseillerais. Le Traité de la richesse des nations1, par Adam Smith : ce livre excellent, je dois le regarder comme étant entre les mains de tout le monde. Il y en a un moins connu, que je recommanderai d’une manière particulière, il est plus étendu. Je ne connais point de traité complet sur l’économie politique ; aucun ne rassemble toutes les connaissances qu’on a acquises jusqu’à ce moment-ci sur cette matière : mais le plus complet que je connaisse, celui qui me paraît le plus digne d’être étudié, c’est le livre intitulé, Essais sur les principes de l’économie politique2, par James Stewart3 ; ce livre est écrit il y a longtemps. Je crois qu’il a paru en 1767, peut-être vingt ans avant le livre de Smith ; il a été traduit en 1789, à ma sollicitation. La traduction a été faite par un Irlandais qui savait peu le français, mais elle a été revue par un homme de beaucoup d’esprit. Elle a été imprimée chez Didot l’aîné, en cinq volumes in-8°. Stewart paraît rebutant à celui qui y jette les yeux pour la première fois ; il est difficile à lire : peut-être est-ce une cause du peu de succès qu’il a eu en Angleterre. J’invite ceux qui veulent approfondir l’économie politique à se procurer ce livre, et à ne point se rebuter.

2Dans la dernière séance, j’ai été pressé par le temps. La leçon qui avait précédé la mienne, avait excité tant d’intérêt, que j’ai été agité par la peur ; car j’ai encore peur : je n’ai pas dit le quart de ce que je m’étais proposé de dire ; et il y a un article que je crois devoir reprendre. J’avais eu occasion, dans cette séance, de signaler une grande époque qui a séparé la civilisation des anciens, de la civilisation des modernes ; c’est l’abolition de l’esclavage personnel. Il y en a quelques autres qu’il me paraît essentiel de vous faire remarquer.

3Tous les jours on entend comparer les Français ou les Anglais, les peuples modernes enfin, avec les peuples anciens. Il n’y en a point aujourd’hui qui ressemblent aux Grecs, ni aux Romains, encore moins au Carthaginois. D’importantes découvertes, qui se sont faites, ont introduit une extrême disparité. C’est un malheur que de se livrer à de fausses analogies. Je désire que vous vous persuadiez tous qu’il faut étudier l’état présent, sans songer à l’état passé ; il y a trop de difficulté et de danger à les comparer.

  • 4 On ne retrouve pas, sous cette formule rassurante et irénique, le difficile débat sur l’abolition d (...)

4J’ai dit qu’il n’y a plus d’esclavage personnel ; l’homme n’est plus l’esclave d’un autre homme, si ce n’est en Asie et dans quelques contrées, où il faut espérer que l’esclavage sera absolument aboli par l’impression profonde que nos maximes vont faire sur tout le globe4.

  • 5 Op. cit., livre V, première partie, avant-dernier alinéa.

5Je dois faire remarquer encore l’influence de la poudre à canon et des armes à feu ; c’est, en effet, une grande époque, que cet usage des armes à feu. Smith5 a insisté sur ce qu’elle avait rendu les guerres dispendieuses, et moins cruelles. La remarque est très juste ; il faut ajouter que cette invention nous a préservés de ces invasions des peuples barbares, qui ont désolé l’humanité pendant si longtemps. Aujourd’hui, il serait impossible à de pareils brigands de pénétrer au-delà de nos limites ; ils n’auraient aucun moyen d’attaque contre nos moyens de défense. Les peuples barbares ne sont pas assez riches pour cela. Ce sont les richesses nationales qui ont arrêté les incursions de barbares, qui bouleversaient jadis les sociétés policées.

6Tout le monde a remarqué encore l’influence de la boussole ; les découvertes des deux Indes en ont été le fruit. Elle a étendu sur tout le globe la supériorité des peuples de l’Europe. Elle a fait du commerce et de la navigation un besoin constant et une ressource immense ; cette invention est un grand événement.

7En voici un autre : l’établissement du clergé a donné lieu à l’instruction publique gratuite, à la formation des différents collèges, des différentes universités, des différentes institutions, qui, dans le temps, avaient toutes pour but de former des hommes capables d’occuper les places du clergé, et qui ont contribué à répandre les lumières. Une multitude d’hommes ont appris le latin ; s’ils n’avaient appris que le latin, ils n’en auraient pas retiré une grande utilité ; mais ils ont eu occasion de lire les anciens, et de se meubler la tête. Considérez quelle difficulté on avait à s’instruire chez les anciens. Il fallait voyager partout, pour se mettre au niveau des connaissances de son siècle. Vous conviendrez que l’étude gratuite des lettres a dû avoir des conséquences importantes.

8On a attribué à l’université de Paris l’invention des postes et messageries ; c’est, à mon avis, cet établissement qui a détruit l’usage de l’ancienne hospitalité. Pour voyager chez les anciens, il fallait avoir des hôtes, des hommes avec qui on contractait l’obligation de les recevoir chez soi, comme amis, toutes les fois qu’ils y viendraient, parce qu’il n’y avait point d’hôtelleries. On n’a pas pu instituer les postes et les messageries, sans avoir des hôtelleries pour ceux qui y étaient employés. Ces maisons sont devenues les hôtelleries de tous les hommes qui avaient des voyages à faire ; c’est ce qui a multiplié les voyages et les communications.

9On fait remonter l’usage des lettres de change au temps de la grande persécution, que les juifs ont éprouvée après les croisades. Cette invention n’a rien de commun avec ce qui se pratiquait chez les anciens. Ce sont les lettres de change qui ont créé un peuple particulier qui vit au milieu de tous les peuples, qui a ses mœurs dont l’influence tend à la paix universelle. Elle y tend avec une propension véritablement très remarquable : ce peuple est composé de tous les négociants.

10En ce moment, par exemple, de guerre générale contre nous, toute l’Europe doit à la France ; l’Europe payera : telles sont les mœurs des négociants. Ces mœurs ont été introduites par les lettres de change, par les livres et les correspondances de commerce qui en sont la suite. Je regarde l’invention des lettres de change comme une grande époque.

11Tout le monde a remarqué l’influence de la découverte de l’imprimerie en caractères mobiles. Il est inutile de s’étendre là-dessus. Il faut y ajouter l’invention du papier de chiffon qui l’a précédée. Les anciens avec leurs tablettes et leurs papyrus étaient bien bornés dans les moyens d’étendre leurs relations et leur instruction. Notre collègue Lagrange vous a fait remarquer que l’imperfection du système de numération des Grecs, rendait difficile à comprendre comment Archimède avait fait de si grands calculs numériques. J’avoue de même que je suis tenté de regarder, par exemple, la tenue des livres et des correspondances des négociants d’aujourd’hui, comme impossible avant la découverte du papier.

12Il y a une autre invention dont peu de personnes ont remarqué l’influence ; elle est de Louis XI qui a imaginé le premier d’avoir des ambassadeurs ordinaires, ou des résidents à lui, chez toutes les nations de l’Europe. Elles ont fait la même chose : et c’est, selon moi, cette communication des nations par des ambassadeurs ordinaires, des résidents, des consuls, qui a fait de la totalité du monde commerçant, une espèce d’être organisé, doué d’irritabilité : la totalité est devenue sensible à tout ce qui se passe dans chaque partie. C’est une très grande époque. Les anciens ignoraient ce qui se passait chez les autres peuples ; aujourd’hui, lorsque les relations extérieures sont bien montées, le gouvernement sait à chaque instant, ce qui se fait partout.

13Une autre institution qu’on fait remonter à Charles VII, a eu aussi une grande influence ; c’est l’institution des armées réglées, c’est-à-dire, cette époque où la guerre est devenue un métier particulier ; où des hommes se sont chargés de ce métier, et ont ménagé le temps de tous les autres. Les besoins factices dont j’ai déjà beaucoup parlé, nécessitaient ce changement ; mais il a eu une grande influence sur la civilisation de l’Europe.

14On ne peut faire remonter qu’au temps de François Ier, tout au plus, un autre changement de la plus grande importance ; c’est l’établissement d’un taux réglé de l’intérêt de l’argent : ce n’est que depuis très peu de temps, que l’argent est rangé, on ne sait comment, parmi les propriétés qui rapportent des fruits annuels. Tout négociant aujourd’hui, avant de songer au calcul de ses bénéfices, défalque l’intérêt de son capital. Communément dans le commerce de France cet intérêt est à six pour cent.

15Il défalque ce que ses fonds auraient dû lui produire au taux de six pour cent ; cela n’est pas censé être un bénéfice. Cette idée de regarder l’argent comme une propriété qui donne des fruits annuels, ne remonte pas très haut : elle a eu sur la civilisation un effet incalculable.

16Les prêtres ont lutté contre cette idée. L’intérêt de l’argent était une chose que leurs lois défendaient. Il n’y avait autrefois que des intérêts usuraires ; depuis, on les avait tolérés pour le cas d’une aliénation complète du capital.

17Maintenant c’est autre chose : la Révolution a fixé à jamais les idées sur ce point, et on a totalement renoncé aux difficultés que les prêtres avaient pu élever à cet égard.

18C’est sous François Ier qu’il y a eu un premier aveu public du taux légal de l’intérêt, dans un emprunt qui se fit sur l’hôtel-de-ville de Paris, en 1522, à huit et un tiers pour cent.

19Il y a encore une époque très remarquable : les anciens ne connaissaient pas notre système régulier des taxes constantes ; ils n’avaient aucune idée du crédit public. J’aurai tant d’occasions de m’étendre sur ce point dans la suite du cours, que je n’insisterai pas. Ce système a dispensé les gouvernements de ces amas de trésors qui rendaient la circulation languissante, et le despotisme inexpugnable.

20Une chose à laquelle on a fait peu d’attention, sur laquelle je vous ai promis de fixer la vôtre, c’est que les anciens ne connaissaient pas la vogue et la mode : je n’en dirai qu’un mot. Ne vous souvient-il pas qu’avant la Révolution, quelque frais que fût un meuble qui n’était plus à la mode, l’homme riche n’osait plus le garder ? Il ne suffisait pas que les objets en sa possession fussent magnifiques et bien conservés ; ils étaient souvent d’un goût meilleur que celui de la mode, il fallait qu’il les vendît, qu’il en changeât, qu’il en achetât d’autres. C’est véritablement à l’influence des modes qu’est due l’époque actuelle.

21Autrefois on estimait les choses par leur valeur intrinsèque, aujourd’hui la mode de l’année passée est comme l’almanach de l’année passée. Je dis aujourd’hui, dites si vous voulez avant la Révolution : mais nous y reviendrons. Jugez quelle ressource pour les hommes industrieux ! Ils parviennent à déshonorer leurs propres ouvrages, et à forcer de leur en commander de nouveaux ; telles sont les merveilles opérées depuis peu par la vogue et la mode.

22Plusieurs personnes ont remarqué aussi que les anciens ne connaissaient pas les liqueurs distillées ; or l’eau-de-vie et les liqueurs distillées produisent de grands effets sur l’espèce humaine : elles ont donné aux nations européennes un avantage sur les nations peu civilisées, qui est incalculable. Ce sont les chimistes arabes qui ont appris à distiller les vins, à en tirer l’eau-de-vie, et qui ont fait passer les connaissances de ce genre dans le commerce.

23Une autre découverte moins importante, mais qui a eu de l’influence aussi et qui doit être attribuée à Louis XI, c’est celle des cartes à jouer : peut-être ont-elles été plus utiles au despotisme qu’elles ne le seront aux hommes libres. On dit que Louis XI les avait introduites, parce qu’il croyait qu’elles serviraient à l’établissement du despotisme qu’il avait en tête. Il est certain que d’avoir déterminé les gens riches à s’occuper dans l’intérieur des maisons avec des femmes, et dans leurs sociétés, de cet objet niais en lui-même, auquel cependant il était naturel qu’on s’affectionnât, ça été un moyen général de paix, dont je dois faire mention.

  • 6 Selon une habitude courante, Vandermonde utilise implicitement de très nombreux textes. La contribu (...)

24Les anciens connaissaient des jeux de hasard et d’adresse, mais non pas ces jeux de société qui sont dus à l’introduction des cartes à jouer6.

25Il me reste à parler de deux inventions beaucoup plus modernes, qui, selon moi, auront une grande influence : l’une est celle des assignats, l’autre est celle des constitutions représentatives.

26Je regarde et j’aurai occasion de développer cette pensée : je regarde l’assignat comme une grande découverte, comparable à celle de la boussole et de l’imprimerie. Je ne puis rien développer de cela aujourd’hui, mais je me propose de vous exposer mes idées à cet égard : vous les jugerez ; je ne dirai qu’un mot.

27L’assignat est un mandat payable en terres. Quand on lui assimile le papier des Américains, c’est faute d’avoir réfléchi. Le papier d’Amérique était payable en argent ; c’était un mandat payable en argent : cela ne ressemble pas à un mandat payable en terres. J’exposerai mes raisons, pour prétendre que l’assignat subsistera à jamais, qu’il sera la monnaie de l’Europe et du monde, et que c’est véritablement une grande découverte.

28La seconde est l’établissement des constitutions représentatives : cette invention est encore au berceau. Les Anglais croient avoir une constitution représentative ; ils sont dans l’erreur. Il y a lieu de penser que les Français parviendront à en avoir une ; qu’ils apprendront aux autres ce grand secret, et que cela nous mènera à la perfection de l’état social. Je me suis interdit de traiter ces matières ; je ne me permettrai qu’un mot.

29Une constitution représentative me paraît être celle où le peuple ne se dessaisit jamais de sa souveraineté, ni pour un instant, ni en partie ; quoique cependant il ne l’exerce jamais. Nous avançons vers la solution de cette question difficile : elle changera la face du monde. Il faut que l’insurrection ne puisse jamais être empêchée, et que cependant elle n’ait jamais lieu : voilà le problème à résoudre, et les Français en auront la gloire.

30Je vous ai entretenu de seize articles qui ont fait ou qui feront incessamment époque, par rapport à notre civilisation. On en pourrait sans doute ajouter beaucoup d’autres, car les progrès des arts ont été immenses.

31Gardez-vous donc d’assimiler les peuples modernes aux peuples anciens : voyons ce qui est, ne songeons pas à ce qui a été ; il faut être trop savant pour saisir les véritables analogies entre des choses si différentes. Il est trop facile d’en saisir de fausses, cela est très facile et très dangereux.

32J’en étais resté à la définition de la richesse nationale ; j’ai dit comment elle se mesure.

  • 7 Le mathématicien J.-L. Lagrange s’est intéressé épisodiquement aux recherches statistiques en publi (...)

33Le principe de la richesse nationale est dans la richesse des particuliers. L’évaluation, l’estimation, l’énumération des objets qui composent la richesse des particuliers, est l’objet d’une partie de la science de l’économie politique, qu’on appelle l’arithmétique politique. Je ne parlerai pas de l’arithmétique politique pour deux raisons : la plus forte, c’est que je ne la sais pas ; la seconde, c’est que nous avons un collègue qui se propose de vous en expliquer quelques problèmes ; c’est le citoyen Lagrange, qui a plus de lumières sur cet objet que moi7. D’ailleurs ces questions sont du ressort des mathématiques, et seront mieux placées dans son cours que dans le mien.

  • 8 Et même écrit ; cf. son Rapport sur les fabriques et le commerce de Lyon.
  • 9 Depuis la guerre d’indépendance des colonies d’Amérique, les débats se sont développés sur la situa (...)

34Ce n’est pas que je n’aie lu beaucoup sur l’arithmétique politique8 ; mais j’ai toujours été infiniment mécontent de ce que j’ai lu sur cette matière. Par exemple, il a été publié il n’y a pas longtemps deux livres anglais9 : l’un des auteurs trouve que la prospérité de l’Angleterre va en diminuant ; l’autre trouve exactement le contraire. Tous deux partent de faits authentiques ; cela prouve la grande imperfection de cette science. Les applications en sont cependant du plus grand intérêt pour les gouvernements. Ils ne sauraient trop s’occuper à fournir aux calculateurs des données certaines et complètes à cet égard.

  • 10 Op. cit., interprétation libre de l’Introduction.

35Smith10, dans le commencement de son livre, que je vous citais tout à l’heure, a donné des détails sur la manière de distinguer et d’évaluer les richesses des particuliers. Elles consistent en fonds, en mobilier et en revenus. Ils sont plus ou moins actifs ou inactifs. Ce sont les trois grandes classes auxquelles se rapportent tous les objets dont l’ensemble forme la richesse publique.

36Smith a détaillé les différents articles que je ne fais ici qu’énoncer. Les sources des produits sont en général la culture, les mines, les pêcheries ; c’est l’industrie qui adapte les produits aux différents besoins. Tout cela est encore susceptible de divisions. Elles sont, ce me semble, bien indiquées dans le livre de Smith. J’ai tant d’objets à traiter, qu’il ne me paraît pas à propos d’insister sur ces détails ; il me suffit de vous indiquer un livre où vous puissiez les étudier.

  • 11 La conception développée ici par Vandermonde est tout à fait remarquable : alors que les physiocrat (...)

37Quant aux revenus, ma façon de voir est peut-être un peu bizarre, mais vous m’avez promis de l’indulgence. On les a beaucoup distingués : ces distinctions sont bonnes ; mais je crois plus utile de les montrer sous un seul point de vue. Je les attribue à une source unique. Ils proviennent des équivalents obtenus par des services11 rendus.

  • 12 En 1778 Vandermonde avait présenté à l’Académie des sciences un « Système d’harmonie applicable à l (...)

38Ceci a quelqu’importance. Un propriétaire tire un revenu de sa terre ; un chanteur tire un revenu de son talent ; voilà deux espèces de revenus, dont l’origine paraît très différente ; selon moi, elle est la même12.

39Je suis cultivateur ; un propriétaire me loue sa terre ; je lui paie un prix de bail ; qu’est-ce que cela ? Il me prête son droit de cultiver ; c’est un service qu’il me rend, et je lui en donne l’équivalent.

40Je suis chanteur ; vous aimez la musique ; je vous fais passer une heure agréable ; vous me payez : c’est un équivalent pour le service que je vous ai rendu.

41Cette analogie est bonne à remarquer par des républicains, qui ont établi l’égalité.

42L’état d’agriculteur avait été avili dans l’Ancien Régime. On a cherché à le relever par des éloges ; on a bien fait. Mais des républicains français ne doivent pas plus mépriser un chanteur qu’un cultivateur. Ce sont des hommes payés par un équivalent, pour des services plus ou moins essentiels qu’ils nous rendent. Si un chanteur a des talents et des vertus, il est au niveau de tous les autres hommes.

43Tel chanteur est un homme dissolu ; il ne mérite que du mépris : mais tel cultivateur donne son grain aux cochons, parce qu’il ne se soucie pas d’assignats, ou parce que le cochon gras lui rendra plus que le grain ; n’est-ce pas un homme exécrable ? Apprenons à n’apprécier les hommes que par leurs qualités personnelles, et non par leurs professions.

44Ces idées m’ont conduit à beaucoup de détails, dont il m’est impossible de vous entretenir en ce moment, et que je n’ai pas même présents à l’esprit. Je ne me suis occupé, depuis le commencement du cours, qu’à relire mes notes. Il y a plus de deux ans que je ne les ai vues ; je croyais en avoir le fil dans ma tête ; je l’ai perdu ; il faut que je m’occupe à le retrouver. Je trie parmi ces papiers ceux qui peuvent contenir des remarques qui ne sont pas communément dans les livres. En voici une :

45Je me suis accoutumé à une manière de voir ; elle m’était très familière. Je regarde que tout service qu’on rend à d’autres, forme ou doit former article de recette pour celui qui le rend ; tout service qu’on reçoit, forme ou doit former article de dépense pour celui à qui il est rendu. J’étends même cette pensée, et je dis que les services qu’on se rend à soi-même, sont dans ce cas.

46Je vais faire sentir l’utilité de voir la chose de cette manière : les idées nouvelles sur l’égalité, sont infiniment précieuses pour la prospérité de la république, et cependant leur exagération aurait quelques dangers : il semble, par exemple, que de deux hommes égaux, l’un ne doit pas servir l’autre. On a aboli le nom de domesticité, qui était odieux, on a eu raison. Cependant il ne serait pas à propos de supprimer la chose : il y a de la différence entre les hommes, pour le talent et l’utilité des fonctions qu’ils remplissent. Nous avons beau chercher l’égalité parfaite, il y aura toujours de l’inégalité entre les âges ; il y aura des vieux et des jeunes ; entre les forces, il y aura des forts et des faibles ; entre les talents, il y aura toujours des hommes habiles et des hommes bornés. Ils peuvent tous contribuer au bonheur commun : si l’un de ces hommes, qui a des talents qu’on ne peut pas suppléer, est forcé de se rendre à lui-même des services dont les hommes bornés sont capables, il y aura un véritable tort fait à la République. Le service qu’il se rend est un objet de dépense ; c’est pour la République une véritable perte, comme de l’argent jeté dans un gouffre. Il est utile qu’il y ait des hommes qui se chargent de rendre des services à ceux dont le temps peut être employé d’une manière plus avantageuse.

47C’est une chose infiniment générale ; il n’y a pas d’homme qui ne puisse employer son temps pour le mieux, en ne faisant que la chose à laquelle il est propre. Ce n’est pas seulement l’homme d’un grand talent, c’est l’homme qui ne sait bien faire qu’une chose ; il y a véritablement perte de bien, s’il est détourné de son occupation. Il faut que les hommes soient employés chacun à la chose qui épargnera le temps perdu, le plus qu’il est possible ; il faut faire entrer tout cela dans l’évaluation des richesses, si on veut bien faire l’évaluation de la richesse publique. Un léger changement, dans la direction de l’application de différentes classes d’individus, peut la diminuer ou l’accroître. Cela me semble avoir été trop négligé dans les livres d’arithmétique politique.

48Il y a une considération d’arithmétique politique, qui étonne ceux qui n’y ont pas suffisamment réfléchi ; c’est la formation des différentes espèces de revenus.

  • 13 François Quesnay (1694—1774). Médecin (membre de l’Académie de médecine). Fondateur de l’école phys (...)

49Quelques auteurs français ont pris sur cela un parti qu’ils prêchent avec passion. J’aurai occasion de combattre quelquefois leurs opinions. Je les désigne sous le nom de partisans du système de Quesnay13. S’il m’arrivait d’en parler ici avec le ton du mépris, ce serait une grande faute : je me la reprocherais beaucoup à moi-même : leurs idées ne sont pas conformes aux miennes ; mais c’est à vous à nous juger.

50Ils supposent, ce me semble, que la somme de tous les revenus est égale au prix du produit net. Cela est infiniment contraire aux faits ; il s’agit de dire pourquoi.

  • 14 Arthur Young (1741—1820). Le plus célèbre auteur anglais en matière agricole. Dès 1767, il publie T (...)

51Il y a beaucoup de choses auxquelles ils ne paraissent pas avoir songé. Ils ne paraissent pas avoir pensé à ce dont je viens d’avoir occasion de parler dans l’instant, à ce que l’argent s’est classé parmi les propriétés qui donnent un produit annuel. C’est une des causes de leur erreur sur l’objet dont je parle : il y en a une autre plus simple. Quelques résultats singuliers prouvent que les objets consommés valent à peu près quatre fois les produits bruts ; ce résultat se trouve sans explication dans l’arithmétique politique d’Arthur Young14. J’y reviendrai ailleurs ; mais on peut se contenter de celle que voici.

  • 15 L’exemple numérique est embrouillé parce que Vandermonde ne parvient pas à choisir la périodicité d (...)

52Supposez, comme les partisans du système de Quesnay, que tous les revenus partent de ceux des propriétaires de terres : ces propriétaires touchent annuellement leur revenu, ou du moins, ils peuvent être sensés le toucher ainsi, parce que la récolte est une chose annuelle. Supposons, pour nous bien faire entendre, qu’un propriétaire a touché son revenu le premier vendémiaire ; le second jour de vendémiaire, il donne une portion de ce revenu à quelqu’un, il paye un service qu’on lui rend ; car tout se réduit à un équivalent fourni pour des services rendus. Je suppose qu’il lui donne un écu ; cet écu peut servir le lendemain à payer un autre service, le surlendemain un troisième, et ainsi de suite, et de même pour tous les écus du propriétaire. Mais ne supposons pas cette circulation si rapide, supposons que l’origine de tous ces revenus successifs n’ait lieu qu’une fois par décade. Il y a trente-six décades dans l’année ; alors vous allez voir se composer les dépenses décadaires, avec le revenu touché le premier vendémiaire. Toutes les fois que ces écus passent entre les mains d’un homme qui les reçoit comme équivalent d’un service qu’il a rendu, il a droit de se faire rendre à lui-même un autre service. Si on suppose que chaque décade, l’écu passe de la main du propriétaire dans la main d’un second, et de celle du second dans celle d’un troisième, ainsi de suite, il se trouvera que tous les écus (supposons-en mille), ces mille écus, sortis annuellement de la main du propriétaire, auront payé dans l’année, non pas pour mille écus de services rendus, quand leur circulation datera d’un nombre d’années suffisant, mais pour trente-six mille écus : et les trente-six revenus de trois mille livres auront pu facilement payer des services publics par une contribution annuelle d’un dixième, qui se montera à dix mille huit cent livres15. Si la chose se passait ainsi, les objets consommés vaudraient trente six fois les objets bruts. La circulation n’est pas si rapide ; les objets consommés ne valent que quatre fois les objets bruts : ainsi, la chose se passe, comme si, tous les quartiers, tous les trois mois, chaque revenu annuel devenait l’origine d’un autre revenu égal, qui le serait lui-même d’un second, trois mois après, et ainsi de suite. J’aurai occasion de développer ces idées.

Notes

1 Adam Smith, An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, Londres, 1776.

2 James Steuart, An Inquiry into the Principles of Political Economy, Being an Essay on the Science of Domestic Policy in Free Nations, Londres, 1767. Traduction française par Etienne Sénovert d’après Barbier, Recherche des principes de l’économie politique, ou Essai sur la science de la police intérieure des nations libres, Paris, Didot, 1789-1790.

3 James Steuart (Stewart) (1712—1780). Descendant d’une famille qui occupait une position de premier plan dans la magistrature écossaire ; il fit des études de droit et, partisan des Stuarts, vécut en exil de 1745 à 1763 ; ces trois éléments expliquent, dans une certaine mesure, à la fois le contenu de ses travaux et leur réception. D’abord il y a quelque chose qui n’est pas anglais (et qui n’est pas simplement écossais) dans ses conceptions et son mode de présentation ; ce dernier est relativement raide et embarrassé ; en outre, il fut mis et resta sous le boisseau même après qu’il eut récupéré ses droits civils. De telles choses ont leur importance. En particulier, elles permettent à des concurrents de passer un rival sous silence, ce que fit précisément A. Smith. Son Enquête (1767) n’eut pas beaucoup de succès en Angleterre avant d’être rejetée dans l’ombre par la Richesse des nations (1776). II eut plus de chance en Allemagne (auprès de l’École historique). Ses Œuvres furent publiées par son fils en 1805.

4 On ne retrouve pas, sous cette formule rassurante et irénique, le difficile débat sur l’abolition de l’esclavage qui a traversé les assemblées de la Révolution. Les champions de cette cause, regroupés dans la Société des amis des Noirs, comptaient certes parmi les partisans les plus célèbres des idées nouvelles, tels Sieyès, Condorcet, Mirabeau, l’abbé Grégoire. Par ailleurs, la Déclaration des droits de l’homme, en son article premier, paraissait avoir tranché la question de principe. Mais leurs contradicteurs, porte-parole de l’efficace groupe de pression des grands colons et des bourgeoisies portuaires, ne manquaient pas d’arguments pratiques. Ils agitaient le risque d’un effondrement de l’économie de plantation, de troubles politiques internes, de rupture des liens avec la métropole. Grâce à l’abbé Grégoire et à Robespierre, l’abolition intervint enfin le 16 pluviôse an II (4 février 1794). L’esclavage sera rétabli dans les colonies françaises sous la Consulat (10 mai 1802).

5 Op. cit., livre V, première partie, avant-dernier alinéa.

6 Selon une habitude courante, Vandermonde utilise implicitement de très nombreux textes. La contribution des jeux de société à la pacification des mœurs a été développée par I. de Pinto dans son Traité de la circulation et du crédit [...] par l’auteur de l’Essai sur le luxe et de la lettre sur le jeu des cartes qu’on a ajoutés à la fin, Amsterdam, 1771, p. 345-352. Pinto attribue l’invention à Charles VI.

7 Le mathématicien J.-L. Lagrange s’est intéressé épisodiquement aux recherches statistiques en publiant un bref Essai d’arithmétique politique sur les premiers besoins de l’intérieur de la République, Paris, s. d. Ce texte a été réédité par Roederer en l’an IV dans sa Collection de divers ouvrages d’arithmétique politique. L’auteur utilise les calculs de Lavoisier, imprimés en 1791 sous le titre Résultat extrait d’un ouvrage intitulé De la richesse territoriale du royaume de France et il s’efforce d’en déduire le bilan nutritif des consommations alimentaires françaises.
En partant du principe que la valeur nutritionnelle des différents aliments est proportionnelle à leur prix, il réduit tous les aliments végétaux au blé et tous les aliments animaux (qui comprennent aussi bien les œufs que le lait et les fromages) à la viande. La proportion de blé et de viande dans la consommation moyenne d’une population « est la vraie mesure de la pauvreté ou de la richesse d’un État, puisque c’est de la nourriture que dépend essentiellement le bien-être des habitants ». Il en conclut à la nécessité d’augmenter la consommation de viande en France aux dépens du blé, et donc d’étendre les prairies artificielles.

8 Et même écrit ; cf. son Rapport sur les fabriques et le commerce de Lyon.

9 Depuis la guerre d’indépendance des colonies d’Amérique, les débats se sont développés sur la situation économique de la Grande-Bretagne et sur son évolution à court et long terme. Il n’est donc pas possible d’identifier avec certitude les allusions de l’auteur, mais deux textes célèbres peuvent être proposés : 1) G. Chalmers, An Estimate of the Comparative Strength of Great-Britain, during the Present and Four Preceding Reigns and of the Losses of her Trade from Every War since the Revolution, 1782. Cet ouvrage a fait l’objet d’éditions revues et corrigées en 1786 et 1794 ; 2) G. Rose, A Brief Examination into the Increase of the Revenue, Commerce and Navigation of Great-Britain since the Conclusion of the Peace in 1783,1792. On connaît plusieurs éditions augmentées datées de 1792 et 1793.

10 Op. cit., interprétation libre de l’Introduction.

11 La conception développée ici par Vandermonde est tout à fait remarquable : alors que les physiocrates voient dans la terre l’origine exclusive de la valeur, que l’école classique anglaise insistera sur le travail dans la détermination de celle-ci, Vandermonde tourne le dos à cette hiérarchie des facteurs et, sans doute au nom de l’égalité des citoyens, refuse de privilégier telle ou telle activité. Cette attitude se retrouvera (ou réapparaîtra) dans la tradition économique française, d’abord chez Say, puis chez Walras (G. Faccarello, « L’économie politique », in L’état de la France pendant la Révolution, Michel Vovelle éd., Paris, La Découverte, 1988, 598 p., p. 423-427).

12 En 1778 Vandermonde avait présenté à l’Académie des sciences un « Système d’harmonie applicable à l’état actuel de la musique ». Les goûts esthétiques de l’auteur sont peut-être prétexte à évoquer ici la profession de chanteur. Toutefois, l’argument trouve également son origine dans la tradition économique. Le chant est bien le plus évanescent des services, mais l’artiste perçoit légitimement un revenu en contre-partie de sa production. Pour traduire la même idée, Boisguilbert avait choisi en 1707 le travail du comédien : « le dernier ouvrage du luxe et la plus haute marque d’un excès du superflu, puisqu’il ne consiste qu’à flatter les oreilles et réjouir l’esprit par un simple récit de fictions » (cf. « Dissertation de la nature des richesses [...] », in Pierre de Boisguilbert ou la naissance de l’économie politique, Paris, 1966, 2 vol., t. II, p. 988). En 1776, Chastellux (De la félicité publique [...], op. cit., t. 1, p. 47) a repris le même exemple : « De commodités en commodités [...] on va de l’acquisition de l’habit le plus simple jusqu’à celle d’une troupe de comédiens ». Dans le développement qui entoure cette citation, Chastellux démontre qu’une offre croissante et diversifiée entraîne la demande et il manifeste une certaine intuition de la loi des débouchés qui appartient à J.-B. Say.

13 François Quesnay (1694—1774). Médecin (membre de l’Académie de médecine). Fondateur de l’école physiocratique. Dans ses deux articles de l’Encyclopédie (1756-1757), il présenta l’idée selon laquelle seule l’agriculture pouvait donner un « produit net ». Invoquant les « lois naturelles », il se prononçait en faveur de la liberté des échanges. Comme les « laboureurs » étaient seuls considérés comme productifs, le système physiocratique avait un aspect quelque peu subversif. Dans le Tableau économique, un schéma (le zic-zac) représentait les échanges économiques et la circulation des marchandises et du numéraire.
L’importance de ce schéma a été vantée tout d’abord par Marx avant d’être reconnue comme l’un des apports essentiels des physiocrates à la théorie économique (ancêtre tout à la fois des analyses input-output et de l’équilibre général).

14 Arthur Young (1741—1820). Le plus célèbre auteur anglais en matière agricole. Dès 1767, il publie The Farmer’s Letters to the People of England. Puis il entreprend plusieurs voyages dans les campagnes anglaises d’où il tire des ouvrages descriptifs qui connaissent un grand succès. En 1774 paraît Political Arithmetic, bientôt traduit en plusieurs langues. En 1784, il fonde les Annals of Agriculture dont il sera, jusqu’en 1809, un des principaux rédacteurs. A l’occasion de trois séjours en France (1787, 1788, 1789), il recueille de nombreuses informations sur l’état de l’agriculture, en même temps qu’il observe les débuts de la Révolution. Les Travels in France, publiés en 1792, seront traduits et édités en France dès 1793. Ils restent une source obligée pour toute histoire de l’agriculture française à la fin de l’Ancien Régime.

15 L’exemple numérique est embrouillé parce que Vandermonde ne parvient pas à choisir la périodicité des dépenses. Il semble bien qu’il ne s’agisse pas de dépenses décadaires mais annuelles. En effet, si l’on suppose qu’un individu dépense mille écus à la fin d’une première année en achats exclusifs à un second individu, il y aura deux mille écus disponibles la seconde année. En supposant alors que le premier individu, une sorte de rentier perpétuel, dépense à nouveau mille écus à la fin de la seconde année en achats exclusifs au même second individu, et que ce dernier dépense à son tour les mille écus gagnés à la fin de la première année en achats exclusifs à un troisième individu, il y aura trois mille écus disponibles la troisième année, et ainsi de suite jusqu’à huit mille écus la huitième année. En faisant la somme de ces revenus, on obtient bien les trente-six mille écus de Vandermonde et, puisqu’un écu vaut trois livres, ses trente-six revenus annuels de trois mille livres dont la contribution d’un dixième aux services publics donne trente-six fois trois cents, soit un revenu public de dix mille huit cents livres en huit ans.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540