Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’économie politique de Vandermonde

Programme

3 ventôse/21 février

Texte intégral

  • 1 Certains éditeurs ont mis à profit l’ouverture du cours pour relancer des livres d’économie déjà pu (...)

1Parmi les événements remarquables de la Révolution, on pourra compter un jour la création d’une chaire d’économie politique1, au moment où nous sommes. Rien ne prouvera mieux que le calme de la philosophie n’a pas cessé de régner au milieu de la tourmente.

2En vain la tyrannie s’est efforcée pendant quelques instants d’étouffer le progrès des lumières : la Convention nationale n’a pas cessé de le favoriser. Après avoir appelé, de tous les points de la République, les hommes les plus propres à y disséminer les sciences naturelles et les lettres, elle les invite aujourd’hui à discuter des principes, dont les applications l’occupent journellement elle-même : à rechercher et à répandre des résultats, dont l’influence sur la prospérité publique est directe et immédiate. Cette confiance bien fondée dans la raison du peuple honore son gouvernement.

3Déjà des malveillants cherchent à soulever l’opinion contre celui qui a été choisi pour fournir des textes à votre discussion.

  • 2 Ces notes, dont il est question à plusieurs reprises (première leçon, p. 338 ; troisième leçon, p. (...)

4Citoyens, son embarras est extrême : la faiblesse de son organe, l’inhabitude de parler en public, la confusion des notes2 qu’il n’avait recueillies que pour lui, et qu’il n’a pas le temps de ranger dans un ordre systématique, tout l’intimide. S’il faut encore qu’il soit victime de la calomnie, si vous ne le couvrez pas de votre bienveillance, il vous deviendra tout à fait inutile : car il faut une entière liberté d’esprit pour traiter les questions délicates de l’économie politique.

5L’objet de cette science est la théorie des richesses, considérées dans leurs rapports avec la prospérité publique.

6Dès le premier pas il faut prendre un parti tranché sur le but qu’on se propose à cet égard.

7Si les hommes s’entendaient pour adopter les principes de la saine morale qui attache le bonheur à la modération des désirs, si la paix perpétuelle était assurée ; alors il ne faudrait plus d’arsenaux, de magasins militaires, de forteresses, plus d’hommes réservés pour la guerre, ou pour satisfaire aux besoins factices ; alors tout l’échafaudage de l’économie politique moderne s’écroulerait, la civilisation rétrograderait, et le bonheur augmenterait sur la terre. On doit accorder cela au philosophe.

8Mais tant qu’il y aura de grands peuples livrés à la cupidité, tant que la civilisation, le commerce, la politique et l’art de la guerre y feront de continuels progrès, l’économie politique moderne sera une science indispensable, et pour ces peuples, et pour tous les autres.

9Si votre but est la simplicité des premiers âges, penez d’abord aux moyens d’y revenir. En concevez-vous l’espérance ? Nos recherches vous sont inutiles : mais si cet espoir vous paraît déraisonnable, songez que vos douces et consolantes spéculations sur le bonheur des patriarches, pourraient troubler la marche de votre gouvernement ; et peut-être vous imposerez-vous le devoir de les réserver pour les sages.

10Au reste, prenez, ou le système patriarcal ou le système moderne : mais point de système bâtard ; il n’engendrerait que des contradictions.

11Êtes-vous d’avis de repousser les villes dans les campagnes ? Voulez-vous que tous les hommes soient cultivateurs ? Demandez-vous que leurs moyens de bonheur soient non seulement égaux, mais qu’ils soient semblables ? Cherchez-vous à les délivrer des besoins factices, et à dissoudre les liens de leur dépendance mutuelle à cet égard ? Ayez de la suite : conseillez franchement de brûler les bibliothèques, de briser les statues, de déchirer les tableaux, de détruire les manufactures ; et ne calomniez point le respectable Jean-Jacques, qui voyait cette conséquence, et qu’elle n’effrayait pas.

12Si elle vous arrête, si vous sentez qu’un grand peuple, placé sur un sol généralement fertile, entre des nations policées, ne peut pas être longtemps heureux s’il n’est fort ; et que pour qu’il soit fort, il faut aujourd’hui qu’il soit riche ; alors étudions ensemble.

  1. Occupons-nous de la nature3, de la formation et de la distribution des richesses ; recherchons les principes de la valeur et du prix des objets, ainsi que du rapport entre la valeur des produits bruts et celle des mêmes produits quand ils ont reçu toutes leurs façons ; considérons la population et les suites de son accroissement ; traitons des principes politiques de l’agriculture, et du commerce des grains ; examinons enfin succinctement les parties de l’instruction publique qui sont relatives à tous ces objets : car cette instruction est aussi un principe de richesse.
  2. De là nous passerons aux considérations sur l’industrie et le commerce, et nous développerons ce que nous aurons été forcés d’en dire auparavant ; nous insisterons particulièrement sur la vogue et la mode, article sur lequel les auteurs paraissent avoir glissé trop légèrement ; nous traiterons du monopole naturel et du monopole légal ; des corporations et des privilèges exclusifs ; des règlements de fabrique et de commerce ; des gratifications et encouragements ; des inventions dans les arts, et particulièrement des machines. Nous nous occuperons enfin du commerce extérieur, et de la balance du commerce.
  3. Les contributions publiques fixeront ensuite notre attention ; nous examinerons particulièrement l’impôt territorial, et un autre genre d’impôt qui serait perçu par les marchands en détail.
  4. De là nous serons conduits à traiter du crédit public et des ressources qu’il procure, de la circulation, du taux de l’intérêt, et de l’agiotage.
  5. Nous nous occuperons enfin de la monnaie, du numéraire et des assignats, des changes étrangers, des banques de différentes natures, des opérations de finances, des dettes nationales et des violations de la foi publique.

13C’est là que nous bornerons nos recherches : et cependant cette vaste carrière n’épuise pas la science de l’économie politique.

14Dans l’exposé ci-dessus, il n’a été question que de la production et des communications de la richesse publique ; il resterait à traiter des moyens d’assurer sa conservation. Alors il faudrait parler de la politique intérieure et extérieure, des préparatifs et des ressources de la guerre, etc.

15C’est ainsi que chaque science pourrait s’attribuer le domaine de toutes les autres. Tous les faits, toutes les idées s’enchaînent ; l’ensemble du savoir humain n’offre qu’un objet unique de perspective, qui change selon les points de vue.

16Mais nous nous garderons, par beaucoup de raisons de prendre un trop grand essor ; et nous laisserons à l’écart les objets de constitution, de législation, d’administration intérieure et extérieure, qui sortent de notre mission.

17Le professeur d’économie politique ne doit même traiter son sujet que d’une manière abstraite. Les applications à tel pays, à telle époque, à telle circonstance, exigent des connaissances de détail qui ne sont pas de son ressort. Il lui suffit de montrer combien le résultat des principes doit varier selon les hypothèses, et de faire sentir les difficultés que doivent éprouver le législateur et l’administrateur instruits, pour adopter, dans chaque circonstance, la conclusion qui se déduit de la combinaison des principes. On peut assimiler nos résultats généraux à des formules analytiques qui renferment une multitude d’indéterminées ; les solutions dépendent de la substitution des nombreuses données, nécessaires pour parvenir à l’application.

18On a souvent dit qu’en administration il ne fallait que du bon sens et la connaissance des faits. Avant d’adopter cette maxime, il faut l’entendre. Ne laissons pas cette arme entre les mains de l’ignorance et de la paresse ; il peut y avoir équivoque sur le mot de faits et sur celui de bon sens.

19Les faits principaux ne sont rien sans leurs accessoires. Cela est très clair en matière criminelle, et cela n’est pas moins vrai en économie politique, où l’énumération complète des questions sur les accessoires est presque toujours la grande difficulté.

  • 4 Vandermonde esquisse une distinction entre le sens commun et la raison analytique, fruit d’un appre (...)

20Qu’entend-on par le mot bon sens ? La raison appliquée aux choses faciles : mais pour gouverner un grand peuple, il faut plus que du bon sens ; il faut de cette espèce d’esprit, qu’on peut définir, la raison appliquée aux choses difficiles4.

21La maxime est donc fausse dans son sens le plus naturel.

22Si le sentiment de ces vérités était suffisamment répandu, il en résulterait beaucoup de bien.

23D’abord, les bons citoyens se garderaient de cet empressement à tout blâmer, qui empêche si souvent que le bien ne se fasse : car le demi-savoir et les préjugés sont des obstacles plus invincibles que la cupidité et la malveillance même.

  • 5 Depuis la fin de l’Ancien Régime le rôle de l’opinion publique dans la conduite des affaires collec (...)

24Ensuite on chercherait, avec plus d’ardeur, à s’instruire ; et remarquez, citoyens, que s’il y avait une nation où le peuple fût suffisamment éclairé sur ses intérêts, le gouvernement ne pourrait jamais y faire le mal. Cette observation n’a échappé à aucun de ceux qui ont réfléchi sur l’influence de l’opinion publique5.

25Suivons donc, avec courage, la carrière que nous avons tracée. Réunissons nos efforts pour trouver, pour répandre et pour faire aimer la vérité. Cherchons fraternellement, et transmettons, dans le même esprit, ce que dicte la raison, appliquée aux questions épineuses de l’économie politique.

Notes

1 Certains éditeurs ont mis à profit l’ouverture du cours pour relancer des livres d’économie déjà publiés. Ainsi l’ouvrage de J. F. Herrenschwand, De l’économie politique moderne, discours fondamental sur la population, Londres, 1786, est réimprimé à Paris en l’an III par Maradan, libraire rue du cimetière Saint-André-des-Arts. Dans son Avertissement, l’éditeur souligne que c’est « un des meilleurs livres qui aient paru sur l’Économie Politique ; mais c’est à Londres qu’il a été publié, nous ne savons trop pourquoi ; en conséquence il manquoit en France et l’on s’en est bien aperçu lorsqu’il a été question d’entretenir les Élèves de l’École normale de la partie dont il traite. » Maradan ajoute : « Ce livre est une excellente introduction à la lecture de l’Économie politique de Steuart et du Traité de la richesse des nations de Smith. » Dans son cours, Vandermonde s’inspire de ces deux auteurs. Un autre manuel suit d’ailleurs de très près l’édition des Séances des écoles normales, c’est celui de Germain Garnier, Abrégé élémentaire des principes de l’économie politique, Paris, an IV. La comparaison Vandermonde-Garnier montrerait à quel point les deux auteurs, nourris aux mêmes sources françaises et britanniques, s’éloignent l’un de l’autre.

2 Ces notes, dont il est question à plusieurs reprises (première leçon, p. 338 ; troisième leçon, p. 350 ; septième leçon, p. 383 ; huitième leçon, p. 395) n’ont pas été retrouvées dans les papiers de Vandermonde conservés aux archives du C.N.A.M. L’une de ces notes est reproduite dans la cinquième leçon (p. 369-370).

3 Comme Jacqueline Hecht l’a déjà fait remarquer (op. cit., p. 659), Vandermonde reprend le plan de Steuart à l’interversion près des troisième et cinquième titres. Un auditeur notera qu’« il a tracé un plan très vaste et qui ne sera pas rempli dans quatre mois. Les élèves et les professeurs même commencent à dire que cela ne sera pas rempli dans six » (cité par P. Dupuy, op. cit., p. 175). Au début de sa septième leçon, Vandermonde constate en effet qu’il n’a traité jusqu’alors que le premier des six chapitres que comporte le premier titre ; dans ses deux dernières leçons, il abordera le second chapitre.

4 Vandermonde esquisse une distinction entre le sens commun et la raison analytique, fruit d’un apprentissage intellectuel, qui est communément partagée au sein de l’Académie des sciences avant 1789. Bailly et Lavoisier écrivent par exemple dans leur célèbre rapport sur le mesmérisme : « L’art de conclure d’après des expériences et des observations consiste à évaluer des probabilités et à estimer si elles sont assez grandes ou assez multipliées pour constituer des preuves. Ce genre de calcul est plus compliqué et plus difficile qu’on ne pense ; il demande une grande sagacité et il est en général au-dessus des forces du commun des hommes » (cf. E. Grimaux, Lavoisier, 1743—1794, d’après sa correspondance, ses manuscrits et d’autres documents inédits, Paris, 1888, p. 132). Si le bon sens révèle ses limites dans l’appréhension du monde physique, il se trouve encore plus démuni devant les questions économiques et politiques. Condorcet, comme Vandermonde, en déduit la nécessité de l’instruction. En son absence, « une grande partie des vérités et des opérations qui influent le plus sur le bonheur des hommes seront pour eux une espèce de mystère et [...] ils seront forcés de choisir entre la défiance stupide de l’ignorance et une confiance aveugle. Ils resteront toujours exposés à être trompés » (Deuxième mémoire sur l’instruction publique, sur la nécessité de l’arithmétique politique, in Œuvres de Condorcet publiées par A. Condorcet O’ Connor et M. F. Arago, Paris, 1847-1849, 12 vol., t. 7, p. 282).

5 Depuis la fin de l’Ancien Régime le rôle de l’opinion publique dans la conduite des affaires collectives est fortement et diversement perçu. Jusqu’en 1789, on considère l’opinion comme un utile aiguillon : « Les regards publics sont les seuls constamment clairvoyants », même « s’ils importunent ceux qui gèrent les affaires avec nonchalance » (Necker, De l’administration des finances de la France, 2e éd., Lausanne, 1785, 3 vol., t. II, p. 281). L’expérience historique acquise pendant la Révolution entraîne quelques révisions. Dans l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris, an III, p. 239, Condorcet distingue le savoir des philosophes spécialistes des sciences morales et politiques, l’opinion moyenne, et, « constamment au-dessous d’elle et de beaucoup d’années et de beaucoup de vérités », les faibles lumières des hommes politiques. Entre ces trois niveaux, l’écart ne lui semble pas pouvoir être comblé rapidement.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540