Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’économie politique de Vandermonde

Introduction

Denis Woronoff, Alain Alcouffe, Giorgo Israel, Gérard Jorland et Jean-Claude Perrot

Texte intégral

Vandermonde

  • 1 A. Birembaut, « Précisions sur la biographie du mathématicien Vandermonde et de sa famille », Actes (...)
  • 2 Madame Roland, Mémoires, Paris, 1864, t.1, p. 283.
  • 3 Lettre à Olbers du 21 novembre 1802, citée par J.-C. Pont, La topologie algébrique des origines à P (...)

1Ses contemporains ne nous ont pas laissé une image flatteuse de Vandermonde. Lyxell, astronome suédois de passage à Paris en 1781, écrit qu’« il passe pour être un homme de talent, quoiqu’il n’en a pas la mine. Sa manière de s’exprimer n’est pas trop claire. Il est petit et son front ne passerait jamais pour le front d’un mathématicien1 ». Et Madame Roland, qu’il côtoya pendant la Révolution : « Je n’ai jamais rencontré des yeux aussi faux, et qui accusassent plus juste la nature de l’esprit du personnage. On dirait que celui-ci a le sien coupé en deux parts ; avec l’une on peut commencer tous les raisonnements, mais il est impossible d’en suivre aucun avec l’autre, et de tirer de l’ensemble un bon résultat. Comme la science figure mal dans une tête ainsi organisée2 ». Et pourtant science il y eut bien, et de qualité puisque son œuvre mathématique lui valut l’estime de Gauss3.

  • 4 Tous ces renseignements biographiques sont empruntés à Birembaut, art. cit., p. 530-531

2Alexandre-Théophile Vandermonde est né le 28 février 1735 à Paris. Sa famille était originaire de Landrecies, place forte flamande cédée par l’Espagne à la France en 1759 (traité des Pyrénées). Son grand-père y fut apothicaire et garde des sceaux de l’Hôtel de Ville. Son père, docteur en médecine en 1720, fut engagé par la Compagnie des Indes comme chirurgien-major d’une mission chargée d’ouvrir un comptoir sur l’île de Poulo-Condor. La mission ayant échoué, il s’établit alors à Macao et y épousa une portugaise de famille noble dont il eut un premier fils ; mais, devenu veuf, il revint en France en 1732, s’installa à Paris, se remaria, eut un second fils et se lia avec les naturalistes du Jardin du roi dont il se fit apprécier par ses connaissances sur l’Extrême-Orient. Son premier fils, Charles, lui aussi docteur en médecine, dirigea en 1750 le Journal de médecine où son collaborateur, Roux, était un ami de d’Holbach, d’Alembert et Diderot. Son second fils, Alexandre-Théophile, fit, lui, des études de droit : bachelier en 1755, puis licencié en 1757. Mais la mort de son demi frère en 1762, après celle de son père, en 1746, le laisse à la tête d’un capital de plus de 20 000 livres, qui lui permet de se constituer une rente annuelle de plus de 2 000 livres et, fort de solides relations parmi les encyclopédistes, d’abandonner tout projet de carrière juridique pour se consacrer à la musique et aux mathématiques4.

  • 5 Lacépède, « Notice sur la vie et les ouvrages de Vandermonde », Mémoires de l’Institut pour l’An IV (...)
  • 6 Lettre du 28 décembre 1770. Arch. Conservatoire national des arts et métiers (C.N.A.M.) Bibl. 10.

3D’après Lacépède, Fontaine fut son maître en mathématiques : « Le hasard le rapprocha du célèbre Fontaine. Ce géomètre sexagénaire devina aisément les progrès que les mathématiques pourraient devoir un jour à Vandermonde ; il crut, pour ainsi dire, voir en lui son successeur ; il l’encouragea, l’attira près de lui, l’admit dans le secret de ses recherches, de ses calculs, de ses inventions5. » S’il est vrai que Vandermonde lui a demandé de soutenir sa candidature à l’Académie des sciences, sa réponse ne témoigne pas d’une telle intimité intellectuelle : « Vous ne me dites pas quel est le sujet de votre mémoire ni ce que vous avez fait... À qui est-ce que j’écrirai et qu’écrirai-je ? ne sachant pas ce que vous avez fait, je puis bien rendre témoignage à votre esprit mais il y a beaucoup de gens d’esprit qui ne sont pas géomètres6 ».

  • 7 « Mémoire sur la résolution des équations », Histoire de l’Académie royale des sciences (1771), 177 (...)
  • 8 Cité par N. Nielsen. Géomètres français sous la Révolution, Copenhague, 1929, p. 235.
  • 9 T. Muir, The Theory of Determinants in the Historical Order of its Development, Londres, 1890, t.1, (...)
  • 10 J.-C. Pont, op. cit., p. 43-44.

4Trois mémoires présentés à l’Académie des sciences entre novembre 1770 et mai 1771 lui ont suffi pour y être élu7. Du premier, sur la résolution des équations par radicaux, Kronecker dira qu’il est à l’origine de l’essor de l’algèbre moderne et que « la profondeur des conceptions, si clairement exprimées, (lui) semble vraiment surprenante8 ». Du second, Muir dira qu’il fonde la théorie des déterminants, car Vandermonde y définit les fonctions en elles-mêmes, introduit une nouvelle notation et dérive les propriétés logiquement si bien que « ses successeurs n’auront plus qu’à développer ce qu’il a fait9 ». Le troisième, sur la marche du cavalier au jeu d’échecs, dont une extension à trois dimensions est appliquée aux opérations de tissage, est aux sources de la topologie algébrique10. Ces trois mémoires procèdent de la même idée, l’idée de fonction cyclique invariante par permutation des racines, dans le mémoire sur les équations, des lignes ou des colonnes, dans le mémoire sur les déterminants, ou des cases symétriques de l’échiquier dans le mémoire d’analyse de situation.

  • 11 « Mémoire sur les irrationnelles de différents ordres avec une application au cercle », Histoire de (...)
  • 12 J. Hecht, « Un exemple d’interdisciplinarité : Alexandre Vandermonde », Population, juillet-août 19 (...)

5Vandermonde est donc entré à l’Académie des sciences en 1771, comme adjoint-géomètre ; il deviendra associé-géomètre en 1779, pensionnaire de la classe de géométrie en 1785, membre résidant de la section des arts mécaniques de la première classe de l’Institut National en 1795. Mais, à l’exception d’un mémoire sur les irrationnelles, lu en 1772 et publié en 1775, où il propose une nouvelle notation des factorielles qui ne sera reprise que par Lacroix, et d’un autre mémoire sur la sommation des suites, lu en 1779 mais non publié et non retrouvé, Vandermonde n’a pas poursuivi ses recherches mathématiques. Sa période de créativité dans ce domaine se limite donc aux années 1770-177211. Par la suite il se contentera de faire des rapports sur des travaux de mathématiques et de mécanique rationnelle soumis à l’approbation de l’Académie. Il n’a entrepris de recherche fondamentale que dans un seul autre domaine : la musique. À la fin de cette décennie, il a en effet proposé un nouveau système d’harmonie dans deux mémoires présentés à l’Académie des sciences12.

  • 13 « Expériences faites par ordre de l’Académie sur le froid de l’année 1776 », Histoire de l’Académie (...)
  • 14 « Mémoire sur la chaleur », Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, t. 100, 1781, p. (...)
  • 15 « Mémoire sur le fer considéré dans ses différents états métalliques », lu par Vandermonde à l’Acad (...)

6Vandermonde s’est donc très tôt détourné des mathématiques pures pour se consacrer aux sciences expérimentales et aux sciences appliquées, à la chimie et aux arts mécaniques. D’ailleurs, ceux dont il se sentit le plus proche à l’Académie furent le mécanicien Vaucanson, le chimiste Berthollet et le créateur de la géométrie descriptive Monge. Il fit ainsi, avec Bézout et Lavoisier, des expériences dans les caves de l’Observatoire de Paris sur la vague de froid de 1776 comparée à celle de 1707 et conclut à la nécessité de réformer le thermomètre13. Puis il présenta un mémoire sur la chaleur (non publié et non retrouvé) au moment où Laplace et Lavoisier publiaient leur fameux mémoire fondant la calorimétrie, et le résultat d’expériences sur l’azote et l’acide sulfureux14. Mais son chef-d’œuvre, en collaboration avec Berthollet et Monge, fut le Mémoire sur le fer établissant que les propriétés de l’acier dépendent de sa teneur en carbone. « Tout lecteur, dira Gillipsie, désireux de se faire une idée de la clarté, de l’urbanité, de la force et de la rationalité qui distinguaient le style de la science française à l’apogée de sa puissance ne pourrait mieux faire que se reporter à ce mémoire15. »

  • 16 Lettre de Vandermonde à Terrai du 8 mai 1786, Arch. C.N.A.M. Bibl. 264 ; à Tolozan du 2 novembre 17 (...)

7L’intérêt de Vandermonde pour les arts mécaniques, déjà manifeste dans ses nombreux rapports à l’Académie sur les inventions techniques les plus diverses, le poussa à briguer et à obtenir, en 1783, la succession de Vaucanson au poste de commissaire du Bureau du commerce, chargé du dépôt à l’Hôtel de Mortagne de la collection de machines léguées au roi par son prédécesseur. Ce dépôt devait être pour les machines ce que la Bibliothèque et le Jardin du roi étaient pour les livres et les plantes. Il avait trois objets : construire des modèles réduits de toutes les machines importantes ; collectionner les outils onéreux pour les prêter aux fabricants ; construire des machines nouvelles, en faire connaître le fonctionnement et l’utilisation, en encourager l’imitation. Le succès fut limité même si la collection augmenta de 60 à 283 pièces en six ans. Vandermonde voulait éviter que le dépôt n’apparût comme une fabrique de machines afin de ne pas susciter l’animosité des fabricants et des ouvriers. Mais comme les ouvriers de Vaucanson étaient restés à l’Hôtel de Mortagne, les utilisateurs de ses machines ne cessaient de réclamer des pièces détachées que Vandermonde leur refusait obstinément pour la même raison. Les activités de l’établissement restèrent donc confidentielles. Par ailleurs, l’insuffisance des crédits limitant l’acquisition de nouvelles pièces de collection. Vandermonde eut recours au dépôt légal, quelquefois par la force : les inventeurs de machines ayant obtenu des récompenses du Bureau du commerce étaient tenus d’en déposer un exemplaire au dépôt de Mortagne ; mais lorsqu’ils voulaient les exploiter eux-mêmes, ils excipaient d’une clause d’exclusivité pour déroger à l’obligation de dépôt. Et néanmoins l’idée, les collections et le personnel de l’Hôtel de Mortagne furent à l’origine du Conservatoire des arts et métiers créé en 179416.

  • 17 D’après A. Birembaut, art. cit., p. 532.
  • 18 J. Hecht, art. cit., p. 648-649.
  • 19 Lettre à Delisle du 28 mars [...], Arch. C.N.A.M., Bibl. 22-2.
  • 20 Madame Roland, op. cit., p. 283.
  • 21 A. Chuquet, Les guerres et la Révolution. Tome V, Jemappes et la conquête de la Belgique (1792-1793 (...)

8S’il est vrai qu’il fut à la fin des années 1780 conseiller technique du duc d’Orléans et en reçut une pension à ce titre17 Vandermonde n’a certainement pas été pris de court par la Révolution. Et, de fait, il représente à la Commune de Paris le district de Popincourt où se trouvait l’Hôtel de Mortagne, et fut membre de plusieurs clubs révolutionnaires18. Il appartint ainsi à la Société de 1789 qu’inspira Condorcet, puis au club des Jacobins qui l’exclut pour appartenance au club du Jardin de l’Égalité, ce qui lui arracha cette proclamation de foi : « J’ai été si franchement jacobin dans tous les clubs et parmi toutes mes connaissances qu’il serait étrange que seuls les jacobins ne voulussent pas me reconnaître comme tel19 ». Il aurait aussi appartenu au club des Cordeliers et aurait rétorqué à ceux qui traitaient ses membres d’enragés : « Nous voulons l’ordre par la raison, et vous êtes du parti de ceux qui le veulent par la force20 ». Cet engagement le conduisit à la direction du Bureau de l’habillement du ministère de la Guerre lorsque Pache en eut la charge, du 3 octobre 1792 au 3 février 1793, et à en partager l’opprobre21 ».

  • 22 Cité par D. Deplace, op. cit., p. 22.

9Il fut néanmoins chargé de diverses missions techniques liées à l’effort de guerre. Il écrivit avec Monge et Berthollet une version populaire du Mémoire sur le fer, largement diffusée par ordre du Comité de salut public en septembre 1793 sous le titre Avis aux ouvriers en fer sur la fabrication de l’acier et dont l’intention patriotique était en même temps politique et économique : « L’acier nous manque, l’acier qui doit servir à fabriquer les armes dont chaque citoyen doit se servir pour terminer enfin la lutte de la liberté contre l’esclavage. Jusqu’à présent, des relations amicales avec nos voisins, et surtout les entraves qui faisaient languir notre industrie, nous ont fait négliger la fabrication de l’acier. L’Angleterre et l’Allemagne en fournissaient à la plus grande partie de nos besoins ; mais les despotes de l’Angleterre et de l’Allemagne ont rompu tout commerce avec nous. Eh bien ! Faisons notre acier ». Puis, de fin septembre à début novembre 1793, Vandermonde fut en mission à la manufacture d’armes blanches de Klingenthal. De son rapport, intitulé Procédés de la fabrication des armes blanches et publié lui aussi par ordre du Comité de salut public, Prieur loua quelques années plus tard « l’excellente méthode, la clarté, l’exactitude des descriptions, le rassemblement de toutes les données propres à compléter la connaissance d’un objet22 ». Aussi un atelier de perfectionnement des armes portatives fut-il créé et placé sous la direction de Vandermonde et de Hassenfratz, mais son existence éphémère — du 3 mai 1794 au 2 janvier 1795 — est un signe d’échec. Décidément, la compétence scientifique et technique de Vandermonde semble bien avoir eu pour revers son incompétence administrative.

  • 23 Journal de Vandermonde sur sa mission à Commune-Affranchie, Arch. C.N.A.M., P. 172.
  • 24 Journal des arts et manufactures, t. I, n° 1, p. 1-48.

10Il n’a d’ailleurs pas dû s’en occuper beaucoup puisque, de mars à septembre 1794, il était chargé de commander et de veiller à la fabrication de cinq cents aunes de taffetas pour les aérostats ; il se rendit à Lyon, rebaptisée Commune-Affranchie à titre de mesure répressive de l’insurrection de l’année précédente. Plus grave encore, les combats et l’exode avaient à ce point raréfié la main-d’œuvre qualifiée que Vandermonde eut le plus grand mal à s’acquitter de sa mission23. De retour à Paris, il entreprit donc de rédiger pour le Comité de salut public un Rapport sur les fabriques et le commerce de Lyon qui est un véritable chef-d’œuvre24. Il se compose de deux parties : une première partie d’arithmétique politique à la manière d’Arthur Young plutôt que de Lagrange, c’est-à-dire une présentation des données fournies par des informateurs locaux et non un exposé des procédures d’estimation de grandeurs globales, qui décrit très précisément, tant en quantité qu’en valeur, les différentes branches industrielles et commerciales de Lyon vers 1790 ; puis une seconde partie de politique économique qui analyse les différentes causes du déclin économique de Lyon et suggère autant de remèdes.

  • 25 A. Birembaut, art. cit., p. 533.

11Est-ce ce rapport qui lui valut d’obtenir la première chaire d’Économie politique jamais créée, celle de l’École normale de l’an III ? Le fait qu’il porte ce titre dans la version publiée par le Journal des arts et manufactures le laisserait penser. Vandermonde a donné huit leçons, du 21 février au 22 avril, auxquelles s’ajoutent trois séances de débats. Il souffrait déjà d’une hémoptysie qui mit fin prématurément à ses cours et l’emporta quelques mois plus tard, le 1er janvier 179625.

12G.J.

Économie et politique

  • 26 Creuzé-Latouche, Discours sur la nécessité d’ajouter à l’École normale un professeur d’économie pol (...)
  • 27 « Le Comité d’instruction publique a discuté des titres civiques et littéraires des publicistes app (...)

13L’École normale était ouverte depuis dix jours quand Creuzé-Latouche y fit ajouter par la Convention une chaire d’économie politique26. Cette science, déjà enseignée à l’étranger, manque au dispositif de l’École normale, expliqua-t-il dans son discours ; il est indispensable que les élèves et, par eux, les citoyens, y soient initiés. L’économie politique étudie en effet « le rapport des lois et des institutions sociales avec les arts et l’industrie ». Or tout citoyen est, d’une certaine façon, un législateur et les lois ont besoin de l’appui éclairé de l’opinion. Qu’il s’agisse de l’Acte de navigation ou des modes d’aliénation des biens nationaux, l’Assemblée doit prendre des décisions délicates, complexes. Elle voit bien qu’une connaissance précise de toutes ces interdépendances lui a manqué. L’économie politique est, en quelque sorte, la science du bien gouverner. Autrement dit, l’économie politique doit rendre les gouvernants plus compétents et les citoyens mieux informés. Contre le luxe, par exemple, on débite « des déclamations sans justesse et sans aucune idée précise ». Le paradoxe est que l’on veut en même temps développer l’industrie « dont l’essence est d’étendre le luxe en multipliant les richesses ». Dans un domaine où il faut trouver le bon équilibre entre les diverses activités, connaître « le point précis jusqu’où le législateur doit agir et où il doit s’arrêter », l’économie politique est la « sentinelle » indispensable pour empêcher les dépassements. Discours et décrets sont du 31 janvier 1795. Le 6 février, le Comité d’instruction publique charge Lakanal de proposer à la Convention la candidature de Vandermonde. Elle est approuvée le lendemain. Le Comité avait examiné plusieurs candidatures, si l’on en croit Lakanal27. Il fallait, comme il se doit, « unir les Lumières à l’amour de la République ». Vandermonde répondait parfaitement à cette définition. Il faisait partie de ce groupe de savants associés à la politique scientifique et technique de la Révolution. Pourtant, le 16 mars, Vandermonde est compris dans une procédure d’enquête déclenchée par le Comité d’instruction publique. Les deux autres savants, Dufourny et Hassenfratz, ont lutté, comme membres de la Commune de Paris pour l’expulsion des députés girondins. Que reproche-t-on à Vandermonde ? Est-ce d’avoir fait partie de la Commission des poids et mesures alors que Lavoisier et quelques autres venaient d’en être chassés (2 janvier 1794) ? Mais s’il était rétrospectivement fâcheux d’avoir siégé dans cette commission épurée et présidée par Hassenfratz, c’était aussi le cas de Lagrange, Monge, Hally, Berthollet et Buache, pour ne citer que des professeurs de l’École normale. Faut-il croire que le dernier professeur nommé était, par là, plus menacé ? Quoi qu’il en soit, Vandermonde resta à la Commission des arts — c’était l’institution en cause — et à l’École normale. Mais on comprend mieux ses plaintes (Programme, p. 361), sa prudence.

  • 28 C’est le titre de la loi du 5 fructidor an III (22 août 1795) qui propose la nouvelle Constitution (...)

14Au moment où Vandermonde commence son cours, la situation politique est très instable. On pourrait dire qu’on assiste à une recomposition du système de pouvoir et d’alliances. Les Jacobins sont persécutés dans les villes : à Lyon, les assassinats politiques se multiplient à partir de pluviôse (janvier-février 1795) ; ils sont poursuivis à la Convention : Barère, Billaud-Varenne et Collot d’Herbois sont arrêtés le 2 mars. Le soulèvement populaire, à Paris des 12 et 13 germinal traduit la vigueur du mécontentement lié à la disette et fait craindre une possible conjonction entre les émeutiers et les Montagnards. Les Jacobins partent, les Girondins rentrent ; un nouvel équilibre se dessine. On n’a jamais tant cherché « les moyens de terminer la Révolution28 ». Progressivement, au cours de l’hiver, la majorité de la Convention en vient à penser que la Constitution de 1793 est inapplicable et dangereuse. La création, le 30 mars, d’une commission chargée d’en préparer une autre prend acte de cette évolution.

15Il faut probablement interpréter à la lumière de ces événements les propos liminaires de Vandermonde : « nous laisserons à l’écart les objets de constitution, de législation, d’administration intérieure et extérieure qui sortent de notre mission ».

16Pourtant, la politique n’est pas absente du cours. La « guerre des pauvres contre les riches » est évoquée ainsi dans la leçon du 23 germinal, pour être minimisée, puis envisagée selon un nouveau découpage qui mettrait d’un côté les « brigands », de l’autre « la partie du peuple qui possède quelque chose » et les « bons riches », ceux qui sont « humains et équitables ». Le vrai partage, en ce printemps 95, opposerait plutôt les affamés et ceux qui mangent à leur faim. C’est pourquoi le débat qui s’instaure avec un élève sur le pain noir et le pain blanc a quelque chose de surréaliste. De même, le concept de besoins factices moteurs de la prospérité, si présent dans le cours, a quelque raison de heurter les élèves, comme on le voit dans les débats. Leur gêne matérielle évidente les rend d’autant plus sensibles aux fortunes qui s’étalent et à l’insolence des muscadins. Le cours de Vandermonde est contemporain d’un changement dans la politique économique, symbolisé par l’abolition du maximum, le 4 nivôse (24 décembre). L’ensemble des discussions qui précède ce vote de la Convention traduit bien, à quelques voix discordantes près, la nouvelle ligne : donner « pleine liberté » à la production et à la circulation des biens. « Que le gouvernement, dit par exemple Eschasseriaux aîné, encourage et propage tous les genres d’industrie sans se mêler d’en faire aucune. »

17Vandermonde n’avait pas, selon son programme, à intervenir sur des sujets aussi brûlants. Mais à deux reprises, il se prononce sans équivoque pour le parti dominant, contre les excès ou les intentions désastreuses du gouvernement précédent. S’agissant de la législation agraire, il assure que l’idée « de multiplier les petits propriétaires cultivateurs qui est encore en vogue est peu sensée. Dans toutes les entreprises [...] vous n’obtiendrez le plus grand produit qu’avec des capitaux suffisants » (septième leçon, p. 418). Plus loin, il indique que les pauvres doivent être excités « au travail par des encouragements et non pas à l’oisiveté par des aumônes ». Cette tranquille évidence prend tout son sens au moment où les Thermidoriens renoncent à soutenir le coûteux système d’assistance organisé en l’an II et se donnent l’idéologie qui correspond à ce tournant politique. Ce cours où l’économie politique ne devait être traitée que « d’une manière abstraite » (Programme) est décidemment rattrapé par la conjoncture.

18D. W.

La méthode du cours

19« Parmi les événements remarquables de la Révolution, on pourra compter un jour la création d’une chaire d’économie politique... » L’ouverture emphatique du cours de Vandermonde fait écho au propos de Creuzé-Latouche. Mais quels sont le programme et les moyens pédagogiques mis en œuvre par le professeur pour être à la hauteur d’un tel enjeu ? Le texte des Leçons et des Débats restitue à la fois la démarche de Vandermonde, en compagnie de ses élèves, et les difficultés — insurmontables pour certaines — de cette entreprise intellectuelle.

20L’annonce initiale ne manque pas d’ampleur. Cinq titres sont prévus, chacun subdivisés en plusieurs chapitres. Ils porteront sur la nature, la formation et la distribution des richesses ; l’industrie et le commerce ; les contributions publiques ; le crédit public ; la monnaie. À la fin du cours prendra place une récapitulation générale, sous forme de tableaux analytiques. Dans l’intervalle, des conseils de lecture aideront les élèves à prolonger, sur chaque thème, l’intérêt des séances. En fait, Vandermonde avoue, dès le début, son impréparation. Il dispose d’une « immense quantité de notes », qu’il n’a pas relues depuis deux ans et dans lesquelles il compte tailler, à mesure de ses besoins. Il prévient donc son auditoire : « Je dirai les choses comme elles viendront ».

21Lors du premier débat, le 19 ventôse, Vandermonde indique qu’un élève a regretté le manque d’ordre dans les leçons. Il invoque à nouveau, pour sa défense, le peu de temps qui lui a été laissé avant le début des cours. Si le plan du premier chapitre est bien suivi, dans ses grandes lignes, l’exposé lui-même n’est guère rectiligne.

22D’abord, Vandermonde exploite parfois difficilement ses paquets de notes, qu’il trouve confuses. Ayant visiblement composé des dossiers de lecture, il éprouve des difficultés à trier ce qui convient au propos du jour. Ensuite, il accumule les détails et en vient à perdre le fil de son discours (troisième leçon, p. 377). Enfin, il multiplie les annonces de développements ultérieurs, à grand renfort de : « j’aurai l’occasion », « je reviendrai », en particulier sur la monnaie. C’est sans doute qu’il a vite compris que son projet était trop ambitieux et allait à l’échec. Avançant, comme il l’avoue, « à pas de tortue », il n’arrivera qu’à traiter « le premier des six chapitres du premier titre » du cours. On comprend qu’il ait annoncé au Comité d’instruction publique, le 12 floréal, que son cours « commencé longtemps après l’ouverture » de l’École ne serait pas terminé le 30... D’où aussi ces « anticipations » un peu désespérées.

23Pourtant, ce qui peut apparaître, en un sens, comme un ratage ne manque pas d’une certaine logique pédagogique. L’objectif de Vandermonde n’est pas — ou rapidement, n’est plus — de transmettre une masse de connaissances, à la manière d’un livre, nous dirions d’un manuel. Il vise essentiellement à ouvrir l’esprit de ses auditeurs sur les principes de l’économie politique, sur le point de vue propre à cette science (Programme, p. 362-363). Il montre aux élèves — au prix de quelle lenteur ! — comment raisonner en la matière. Il veut, dit-il plusieurs fois, les faire réfléchir. Ce qui signifie, par exemple, se garder des analogies, trouver chez un auteur ce qu’il a de bon, ne pas le croire lui-même sur parole (dans sa querelle avec Quesnay), lire surtout, lire pour se former le jugement. N’hésitant pas à réfuter l’opinion dominante qu’il juge paresseuse, il dit fortement à son auditoire — visiblement pétri des préjugés du siècle — que tous les rentiers ne sont pas des oisifs, ni les villes des lieux de consommation improductive. Il fait vertu de son impréparation. L’enseignement moderne d’une science moderne n’est pas un exercice oratoire à l’antique mais un apprentissage collectif. « Étudions ensemble », dit-il, à la première séance. N’est-ce pas vouloir sauver d’un naufrage prévisible la raison même de l’entreprise : former des citoyens plus responsables ?

24D.W.

Monnaie

25Dans le plan de cours qu’annonce Vandermonde, la monnaie devait venir en dernier. Mais cette question lui tenait tant à cœur qu’il l’évoque à plusieurs reprises. L’assignat, dit-il, est une « grande découverte, comparable à celle de la boussole et de l’imprimerie [...] » (troisième leçon, p. 375). À cette déclaration spectaculaire, il en ajoute une autre, véhémente (« je la prêcherai hautement ») : « je regarde l’assignat, non pas comme la monnaie de la Révolution, mais comme la meilleure de toutes ; et ici, et aujourd’hui, et partout, et pour toujours » (quatrième leçon, p. 389). Quelle est la supériorité de l’assignat ? C’est de faire passer la France de la monnaie-argent à la monnaie-papier. La monnaie métallique, explique Vandermonde, est valeur en même temps que signe de valeur. L’assignat, en revanche, « n’est pas une valeur, mais il assure la propriété de la plus solide de toutes, les terres » (huitième leçon, p. 422). Ce gage lui donne une stabilité que la monnaie métallique, dépendante des manipulations du cours légal de l’argent, n’a pas. En outre, l’assignat, pur signe monétaire, n’est pas soumis à la rareté physique, au risque de la thésaurisation, aux aléas et aux complications du transport. C’est un plaidoyer en faveur de la monnaie révolutionnaire comme stade supérieur de l’économie moderne, caractérisée par une extrême liquidité.

  • 29 L’analyse du contenu de ce rapport (daté du 15 brumaire an III), comme substitut des leçons manquan (...)
  • 30 . Rapport cité, p. 33.

26De telles considérations théoriques sonnent étrangement sans doute pour les auditeurs de Vandermonde, dans un contexte de dégradation accélérée de l’assignat. Quand le principe d’un cours d’économie politique est retenu, l’assignat était pris à Paris à 10 % de sa valeur nominale ; il n’en vaudra plus que 6 % en avril. Entre temps, ce sont près de sept milliards d’assignats qui ont été créés. Le fameux gage ne garantit plus pareilles émissions : le total des biens-nationaux dont la vente est la contre-partie ne représente que quinze milliards, dans une vue très optimiste des choses. Or ce total a déjà été couvert au début de l’an III. L’abondance de l’assignat est-elle la cause de la hausse des prix, selon un mécanisme qui relèverait d’une théorie quantitativiste de la monnaie ? Le cours ne répond pas sur ce point, l’ordre d’exposition adopté ne le permettant pas. Mais on peut se faire une idée précise de l’argumentation de Vandermonde, grâce au « Rapport sur les fabriques et le commerce de Lyon » paru dans le premier numéro du Journal des arts et manufactures29. Ce n’est pas par excès d’offre monétaire que l’inflation progresse mais par sous-production : « L’erreur capitale [...] est celle qui fait envisager le renchérissement des marchandises comme une suite nécessaire de l’abondance des assignats [...] quelle que soit la quantité du numéraire dans un pays, tout doit y renchérir lorsque la consommation y augmente en plus grande raison que la production et l’importation30 ». L’économie de guerre, situation dramatique mais transitoire, est à la racine de ce phénomène : « Ce ne sont point les assignats qui ont diminué le nombre de bras consacrés aux travaux productifs ni celui des heures qu’ils y emploient ; ce ne sont point eux qui ont nécessité l’énorme consommation qu’entraîne la levée de douze cent mille combattants ».

27Au lieu de mettre en activité des ressources inemployées et donc d’être le moteur du développement, l’afflux monétaire se heurte à la rigidité et même à la contraction du marché des biens. Le raisonnement de Vandermonde tend à exonérer les émissions massives de papier du discrédit dont la monnaie est atteinte. Ce disant, il passe sous silence des éléments importants de la relation entre politique économique et politique monétaire. Si l’assignat a pu résister en l’an II à l’effondrement — passant même, à l’automne 93 de 35 % à 50 % de sa valeur nominale — c’est à la Terreur économique qu’il le doit. L’efficacité, toute provisoire, du blocage des prix se lit ici dans l’inversion de la tendance. Mais comment le reconnaître, même pour dire que le répit a été bref et que l’abolition du maximum n’a fait qu’entériner l’échec ? L’idéologie désormais dominante interdit ce genre d’audace. Il faudrait surtout admettre que l’aventure de l’assignat a eu des effets sociaux discriminants, lésant les consommateurs populaires et enrichissants, au détriment du Trésor public, tous ceux qui pouvaient accéder au marché des biens nationaux et au système des fournitures. En revanche, l’assignat aura eu le mérite incontestable de fournir au Comité de salut public les moyens de sa politique militaire en finançant l’énorme effort de guerre. L’autre solution possible, l’exploitation des pays conquis, sera largement utilisée par le Directoire.

28D. W.

Propriété

  • 31 J. Hecht, « Un exemple d’interdisciplinarité... », art. cit., p. 663-665.
  • 32 Id., « Une héritière des Lumières, de la physiocratie et de l’idéologie, la première chaire françai (...)

29J. Hecht a souligné le traitement de la propriété dans Vandermonde à deux reprises : dans l’article de 1971, elle intitule le paragraphe qu’elle lui consacre « Apologie de la propriété » et elle voit en lui « un défenseur farouche du droit de propriété en général et pas seulement de la propriété territoriale31 » ; dans l’article de 1986, elle traite plus sobrement de la question, et la position de Vandermonde est présentée comme « bien dans la ligne physiocratique, malgré quelques nuances32 ».

  • 33 « Le premier cours d’économie politique en France (1795) », Journal des économistes, décembre 1873.
  • 34 « Cinquantenaire de la société », Journal des économistes, novembre 1892, p. 264.
  • 35 H. Baudrillart, art. cit., p. 393.
  • 36 R. Gonnard, La propriété dans la doctrine et dans l’histoire, Paris, 1943, 154 p., p. 56.
  • 37 J. Rambaud, Histoire des doctrines économiques, Paris, Lyon, 1902, 738 p., p. 234. L’auteur renvoie (...)

30Ces « nuances » ne sont pourtant pas sans importance si l’on considère le traitement de la question de la propriété chez Vandermonde par ses premiers commentateurs. Ainsi, dans la première (à notre connaissance) analyse du Cours que l’on doit à Henri Baudrillart33, ce dernier s’interroge sur le fondement de la propriété tel que Vandermonde le présente. Plus clairement, en 1892, quand la Société d’économie politique célèbre son cinquantenaire, son secrétaire perpétuel, Alphonse Courtois, dresse un tableau de « la société des économistes de 1792 à 1842 » dans lequel il met en bonne place Vandermonde. Il reproche à son cours deux « erreurs ». Si l’une concerne les assignats, la première est qu’« il est sans doute pour la propriété qu’il veut voir respectée, mais avec beaucoup d’esprits notables de son époque (Mirabeau, Tronchet, Cambacérès par exemple), il a le tort de la déclarer de droit conventionnel34 ». Pour saisir ce point, il est nécessaire d’exposer les théories en vigueur sur le droit de propriété à la fin du xviiie siècle, « un grand sujet qui divisait les esprits35 ». Les divergences concernaient le fondement du droit de propriété et si elles peuvent apparaître quelque peu byzantines aujourd’hui, il n’est pas inintéressant de montrer l’évolution des problématiques. Selon les auteurs libéraux les plus extrêmes, le droit de propriété était un droit « naturel » de l’homme, antérieur à toute idée de pacte social ou de contrat social, de sorte que la loi ne pouvait en aucune façon lui porter atteinte. Ce fondamentalisme n’excluait pas de défendre la propriété par d’autres arguments complémentaires (utilité, efficacité). On doit noter que ce fondement « naturel » est différent de la position des canonistes médiévaux rattachant la propriété au « droit naturel » (i.e. et non aux Écritures) : « Pour eux, la propriété est conforme au droit naturel, en ce sens qu’étant donnée la psychologie de l’homme en général, elle s’adapte à cette psychologie, mieux que ne le ferait un régime de communauté. Elle est plus propre à la réalisation des fins de l’homme, matérielles et même morales. Cela revient à dire que la nature de l’homme est telle qu’il obtiendra, par la propriété privée, la mise en œuvre la meilleure de ses facultés et de son activité36 ». Ce droit naturel de la théologie catholique est une justification « rationnelle » (recourant d’ailleurs à l’autorité d’Aristote) opposée aux interprétations des Écritures dans le sens de la pauvreté et/ou de la communauté des biens. U. Eco, dans Le nom de la rose, a rappelé la fermentation de ses idées dans la constellation franciscaine autour de Michel de Césène, et si c’est le nominalisme qui est au centre du roman, Guillaume d’Ockham est également l’auteur d’un Defensorium paupertatis contra errores Joannis XXII. Le recours au droit naturel pour justifier la propriété est ainsi finalement aux antipodes de la propriété, droit naturel du xviiie siècle puisque l’objet de cette dernière conception était précisément de dispenser le droit de propriété de justification. Pour d’autres auteurs, au contraire, c’était son utilité sociale, telle qu’elle se manifeste dans le cadre juridique approprié qui justifiait, au premier chef, le droit de propriété et, par conséquent, il était parfaitement légitime pour le législateur de fixer des limites à ce droit voire d’empiéter sur ce droit. On peut lire, dans Histoire des doctrines économiques du catholique Joseph Rambaud, la présentation suivante du différend sur le fondement de la propriété foncière parmi les économistes de la fin du xviiie siècle : Turgot le mettait dans les « Conventions humaines et les lois civiles qui ont garanti aux premiers cultivateurs et à leurs héritiers la propriété des terrains qu’ils avaient occupés, lors même qu’ils cessaient de les cultiver ». Dupont de Nemours insérant ce passage des Réflexions (dans les Éphémérides), biffa les mots « humaines » et « civiles » et expliqua ces « conventions » et ces « lois » par les avances foncières [...] « pour ainsi dire incorporées au sol-même ». C’était substituer les théories du travail et du droit naturel aux théories de l’occupation et du droit civil et « c’est, disait Turgot, cette correction qui m’a le plus fâché »37 ». La position des « idéologues », si présents à l’École normale, est sur ce point très net : c’est la théorie du droit naturel qui a leur faveur. C’est d’ailleurs Destutt de Tracy qui formulera la théorie de la propriété droit naturel de l’homme de la façon la plus claire : « Mais ce qu’il faut bien remarquer, c’est que s’il est certain que l’idée de propriété ne peut naître que dans un être doué de volonté, il est tout aussi certain qu’elle y naît nécessairement et inévitablement dans toute sa plénitude ; car dès que cet individu connaît nettement son moi ou sa personne morale, et sa capacité de jouir et d’agir, nécessairement il voit nettement aussi que ce moi est propriétaire exclusif du corps qu’il anime, des organes qu’il meut, de toutes leurs facultés, de toutes leurs forces, de tous les effets qu’ils produisent, de toutes leurs passions et leurs actions ; car tout cela finit et commence avec ce moi, n’existe que par lui, n’est mu que par ses actes, et nulle autre personne morale ne peut employer ces mêmes instruments, ni être affectée de la même manière de leurs effets. L’idée de propriété et de propriété exclusive naît donc nécessairement dans l’être sensible, par cela seul qu’il est susceptible de passion et d’action, et elle y naît parce que la nature l’a doué d’une propriété inévitable et inaliénable, celle de son individu.

  • 38 Destutt de Tracy, Élémens d’idéologie, 4e et 5e parties, Traité de la volonté et de ses effets, Par (...)

31Il fallait bien qu’il y eut ainsi une propriété naturelle et nécessaire, puisqu’il en existe d’artificielle et de conventionnelle, car il ne peut jamais y avoir rien dans l’art qui n’ait son principe radical dans la nature38 »

32Jean-Baptiste Say se contentera de plaider l’utilité de la propriété sans se prononcer sur le fondement du droit renvoyé au « philosophe spéculatif », mais il y aura une majorité d’économistes libéraux, tout au long du xixe siècle, pour monter une garde vigilante : l’attentat à la propriété étant considéré comme perpétré dès que le dogme du fondement « naturel » du droit de propriété est mis en question. Ainsi l’économiste Jules Dupuit, au demeurant libéral parfaitement orthodoxe, sera toujours considéré comme un excentrique parce qu’il « défendait une opinion qui avait contre elle la majorité de son courant ». Par exemple dans son article du 15 mars 1861, paru dans le Journal des Économistes, « Du principe de propriété », Dupuit invoquait Pascal, « Le titre par lequel vous possédez votre bien n’est pas un titre fondé sur la nature, mais sur un établissement humain », Montesquieu, Bentham, mais il ne trouvait que deux autres économistes pour partager son point de vue, Courcelle Seneuil et Cherbuliez.

  • 39 J. Rambaud, op. cit., p. 172.

33Naturellement, à la Société d’économie politique, Dupuit n’invoque que des auteurs présentables, mais la bête noire des fondamentalistes était naturellement J. J. Rousseau, « qui s’obstinait à ne voir dans la propriété qu’une institution purement arbitraire imposée par certains hommes, institution parfaitement funeste d’ailleurs à la masse de l’humanité39 ». L’opposition était complète entre la maxime libérale de Quesnay :

34« Ex natura jus, ordo et leges

35Ex homine arbitrium, regimen et coercitio », et le Rousseau du Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes, (« Le premier qui, ayant enclos un terrain s’avisa de dire... ») ou même celui du Contrat social proclamant l’origine purement conventionnelle du droit : « Puisqu’aucun homme n’a une autorité naturelle sur son semblable et puisque la force ne produit aucun droit, restent les conventions pour base de toute autorité parmi les hommes » (Contrat social, livre 1, chapitre IV).

36J.-B. Say, dans son Traité, puis dans son Cours, écarte la question : « Le philosophe spéculatif recherche quels sont les vrais fondements du droit de propriété. Le jurisconsulte établit les règles qui président à la transmission des choses possédées. La science politique nous montre où il faut chercher les plus sûres garanties de ce droit. Ici nous regardons la propriété comme un fait sans examiner comment il s’établit, [...]. Pourtant, il ne peut s’empêcher de citer la fameuse phrase du Discours pour s’en prendre à Rousseau qui « eût été moins brillant, mais plus près de la vérité s’il eût dit : « [...] Si vous voulez manquer de tout, vous n’avez qu’à nommer imposteur le premier qui enclôra un champ [...] » ».

37Vandermonde, qui ne tarit pas d’admiration pour Rousseau, pouvait donc difficilement passer pour un farouche défenseur de la propriété et aussi ne peut-on s’étonner qu’il proclame nettement l’origine conventionnelle du droit de propriété d’une part et, qu’il s’efforce de justifier par son utilité ce même droit, d’autre part.

38J. Rambaud cite également Montesquieu parmi les auteurs douteux sur le sujet puisque dans De l’esprit des lois celui-ci admet une origine conventionnelle ou simultanée du pacte social et du droit de propriété. Il écrit en effet dans le Livre XXVI, chapitre XV : « Comme les hommes ont renoncé à leur indépendance naturelle pour vivre sous des lois politiques, ils ont renoncé à la communauté naturelle des biens pour vivre sous des lois civiles. Ces premières lois leur acquièrent la liberté ; les secondes, la propriété. » Certes tout le chapitre est une défense de la propriété contre les empiètements des « lois politiques », mais le principe de l’expropriation pour utilité publique y est aussi pleinement reconnu comme légitime, malgré les précautions dont l’entoure Montesquieu qui réclame une juste indemnisation : « C’est bien assez qu’il (le magistrat politique) puisse contraindre un citoyen de lui vendre son héritage, et qu’il lui ôte ce grand privilège qu’il tient de la loi civile, de ne pouvoir être forcé d’aliéner son bien. » C’était déjà une position suspecte pour les « fondamentalistes ».

39A. A.

Technique et économie

40L’intérêt de Vandermonde pour l’économie politique est celui de toute sa génération de savants qui se détourne des sciences pures vers les sciences appliquées, et met volontiers celles-ci au service de la richesse nationale. Mais c’est aussi, et plus précisément, la conséquence de son expérience d’administrateur de l’innovation technique qu’il poursuivit la Révolution durant en qualité de membre du Bureau de consultation des arts, dès sa création en septembre 1791, et de démonstrateur au Conservatoire des arts et métiers à partir d’octobre 1794. Vardermonde soumit cette expérience à une réflexion théorique dans le cadre de la littérature économique courante, notamment la Richesse des nations d’Adam Smith et, surtout, les Principes de l’économie politique de James Steuart traduits en français à son instigation à la fin des années quatre-vingts. Dans son cours, il renvoie à l’un et à l’autre comme à des manuels.

  • 40 Lettre à Terrai, 8 mai 1786, citée.

41Dans une lettre à un émule lyonnais de son établissement de l’Hôtel de Mortagne40 Vandermonde décrit le phénomène de substitution des machines aux hommes en termes de relations causales à double sens entre croissance économique et innovation technique, de façon si pertinente qu’un économiste contemporain n’aurait à en corriger, éventuellement, que l’expression. Il démêle d’abord les causes économiques de l’introduction du machinisme : « Les machines sont devenues de jour en jour plus nécessaires dans les fabrications, parce que l’augmentation du numéraire haussant continuellement les prix de la main d’œuvre, et en plus grande quantité chez le peuple qui prospère le plus, on perdrait bientôt l’avantage dans le commerce extérieur des matières fabriquées, si on ne trouvait pas le moyen de compenser ce renchérissement par des machines qui accélèrent le travail ou qui procurent quelqu’économie. » Autrement dit, plus un pays est riche, plus les salaires y sont élevés, plus les machines y sont nécessaires pour réduire les coûts et préserver les débouchés, c’est-à-dire le facteur même de richesse. Il discerne ensuite l’effet économique de cette introduction des machines : « Parlerai-je encore d’une objection qu’on ne fait que trop fréquemment ; c’est que le résultat de la plupart des machines nouvelles est de priver une classe d’individus des ressources qu’elle tire de son travail, en le concentrant souvent en d’autres mains. Mais faudra-t-il détester, pour cette raison, l’invention du moulin à vent ou du métier à bras ? Qui ne voit que l’État le plus puissant, à population égale, est celui qui peut obtenir chez les autres, en échange du travail du plus petit nombre d’hommes, le fruit de celui du nombre le plus grand ? Et parce qu’il faut s’occuper des moyens d’employer et de faire subsister la classe devenue inutile ; parce qu’on n’a pas toujours l’art de suppléer à un travail qui n’a plus lieu par un travail analogue qui puisse offrir une ressource, faudra-t-il renoncer aux avantages qui résultent du progrès de l’industrie et nous efforcer de céder les derniers à l’empire qu’exerce le génie sur tous les objets de nos besoins ? » En d’autres termes, l’emploi des machines a pour effet le chômage des hommes dont la reconversion n’est pas toujours possible.

42Et pourtant, Vandermonde le remarque, ce ne sont pas les machines, dont la vocation est de se diffuser, qui assurent un avantage commercial décisif, ce sont les hommes : « Ce qu’il est difficile aux étrangers de voler à Lyon, ce ne sont pas les machines ; c’est l’espèce toute formée des ouvriers adroits dans tous les genres. Ce n’est pas en en débauchant quelques uns, et en se procurant leurs outils, qu’on fera germer cette espèce précieuse : il faut pour cela beaucoup d’argent, beaucoup de temps et des circonstances favorables. Ce ne seront point les Cahiers de costumes qui formeront en Russie des faiseuses de modes : il faudrait y transporter Paris et Versailles ; ni l’Art des étoffes en soie de Paulet qui donnera à l’Angleterre les étoffes de Lyon : il faudrait y créer trente mille ouvriers, versés chacun dans leur partie, vivant de peu et ne dormant pour ainsi dire qu’aux heures des repas ». D’où cette nécessité d’une organisation et d’une réglementation du travail pour assurer la formation des hommes, qui est incompatible avec le libéralisme économique. Dans son Rapport sur Lyon, Vandermonde s’oppose donc aux principes du libre-échange d’Adam Smith et se réclame des principes contraires de James Steuart, ceux du protectionnisme : « Adam Smith qui a beaucoup déclamé contre les corporations et contre les réglements d’apprentissage dans les trois derniers livres de son Traité sur la richesse des nations, avait cependant remarqué dans son premier livre, qu’à défaut de corporations légales, il s’en forme de volontaires dont l’effet, dit-il, est le même contre la libre concurrence. Cette contradiction pourrait seule déceler l’intention dans laquelle ont été écrits ces derniers livres, si inférieurs aux deux premiers, et on ne s’étonnerait plus de l’affectation avec laquelle ils ont été vantés par des meneurs en France, où le Traité de James Steuart sur l’économie politique, écrit avant cette époque avec tant de force de raisonnement dans des principes contraires, était demeuré inconnu » (p. 24-25). Mais des principes ne peuvent pas se démontrer ni se réfuter puisqu’ils sont eux-mêmes au fondement de toute démonstration et de toute réfutation. Vandermonde ne cherche donc pas à réfuter les principes du libre-échange, il s’emploie à disqualifier ceux qui les défendent, les physiocrates, en les accusant d’être objectivement les agents de l’étranger : « Ces imprudents sectaires qui ont jeté tant de fausses idées parmi nous sur le commerce, et qui s’arrogeaient le nom d’économistes qu’ils ont rendu ridicule, ignoraient qu’ils n’étaient que des mannequins. Ils ont accrédité le mot laissez faire et laissez passer, sans se douter que le cabinet britannique et les souffleurs gagés n’y avaient vu pour nous que le conseil, laissez faire le mal, et laissez passer votre ennemi. » Dans son opposition au libre échange, Vandermonde ne fut suivi que par un seul économiste français, normalien sous la Restauration, A.-A. Cournot qui, pour cette raison, fut mis au ban de la société des économistes.

43G. J.

Le Cours de Vandermonde et les premiers développements de l’économie mathématique

44La fin du xviiie siècle est une période cruciale pour l’économie théorique. C’est pendant cette période que la mathématisation de l’économie commence à prendre forme, et s’il est vrai qu’il faudra attendre Cournot pour voir aboutir cette tendance à une construction théorique cohérente, les fondements de cette construction avaient été établis bien avant. On pourrait bien sûr remonter aux premiers développements de I’« arithmétique politique » pour trouver des traces de la tendance à la mathématisation de l’économie, mais le vrai tournant est marqué par la tentative d’utiliser les mathématiques dans les sciences morales et politiques (et a fortiori dans l’économie) d’une façon systématique et méthodique. Cette tentative est au centre des réflexions de Turgot et de l’œuvre de Condorcet. En fait, si l’utilisation des mathématiques comme un instrument accessoire ne pose pas des problèmes complexes au point de vue conceptuel et méthodique, les choses se passent tout autrement si l’on prétend fonder une science mathématique de la société ayant le même statut scientifique que les sciences de la nature comme l’astronomie ou la mécanique.

45La plus grande des difficultés — celle qui est au cœur des réflexions de Turgot et de Condorcet sur ce thème — est de ne pas perdre de vue la nature normative des sciences sociales. Ces sciences ont pour but principal le gouvernement de la société : elles ne peuvent donc pas se limiter à la description de l’existant et encore moins à puiser des exemples dans cet « abîme de désordre » qu’est l’histoire du passé de l’humanité selon Quesnay. Elles devront aussi énoncer des prescriptions, et donc réunir ensemble (et au prix de quelles difficultés !) une fonction descriptive et un rôle normatif. Or, l’originalité de l’œuvre de Condorcet réside dans le fait qu’elle ne se borne pas à suivre la tradition de l’« arithmétique politique » classique ; au contraire, elle cherche une réponse cohérente au problème de la constitution d’une science qui doit être non seulement une connaissance objective, mais aussi un « art social ». A vrai dire, dans son projet de « mathématique sociale » on trouve seulement des ébauches de cette réponse. Mais on y trouve surtout un choix de grande importance : celui de l’instrument mathématique qui doit être, selon Condorcet, le calcul des probabilités. Ce choix s’inscrit dans la tradition de l’« arithmétique politique » mais le subjectivisme inhérent au concept du « motif de croire » a une originalité qui est liée au problème de la valeur normative des sciences sociales : qu’il suffise de penser que la renaissance du subjectivisme en probabilité au cours de notre siècle sera encore une fois inspirée par le problème de la « normativité » inhérente aux sciences économiques et sociales.

  • 41 C. Ménard, « Why Was There no Probabilistic Revolution in Economic Thought ? », Probability since 1 (...)
  • 42 Pour une analyse de ces développements, voir B. Ingrao et G. Israel, La Mano Invisible. L’equilibri (...)

46Pourtant, la mathématisation de l’économie ne suivra pas cette voie et ne choisira pas le calcul des probabilités comme instrument mathématique principal. Claude Ménard a justement observé que l’économie mathématique se constituera autour d’une démarche radicalement différente, qui essayera d’oublier (sans y réussir vraiment jamais !) le problème normatif au profit d’une conception foncièrement objectiviste qui cherche son modèle dans les sciences physico-mathématiques41. Les résultats de ce développement apparaissent très clairement chez Cournot : l’économie ne fait plus partie des sciences morales et politiques, et sa mathématisation est centrée autour d’un concept puisé de la physique-mathématique, le concept d’équilibre. Du côté mathématique, le calcul des probabilités a disparu, cédant la place à la théorie classique des fonctions et au calcul infinitésimal. L’économie mathématique tourne désormais autour du modèle de la physique-mathématique42.

47Quand ce virage s’est-il produit ? Ses débuts (bien qu’avec beaucoup d’antécédents) s’amorcent d’une façon systématique dans les dernières années du siècle, c’est-à-dire précisément la période dans laquelle se situe le Cours d’économie politique de Vandermonde. Certes, l’influence du programme de la « mathématique sociale » est encore forte ; et par conséquence l’intérêt pour le problème de l’aspect normatif des sciences morales et politiques et pour le rôle du calcul des probabilités est encore vif : en fait l’économie est encore en large partie inscrite dans ces sciences. Ainsi Laplace soulignera que pour rendre les citoyens de la République capables de suivre un comportement rationnel, « il importe surtout de leur apprendre à se méfier des aperçus, même les plus vraisemblables ; et rien n’est plus propre à cet objet que la théorie des probabilités » (Leçons de mathématiques, première leçon, p. 47). Le lien entre les actions rationnelles de l’homme social et le calcul des probabilités sera aussi analysé dans les Cours de l’École normale de l’An III — par Volney et par Laplace.

  • 43 N.-F. Canard, Principes d’Économie politique, Paris, 1801.
  • 44 La Décade philosophique, littéraire et politique, n° 16, an X, p. 389-390.

48Il est sans doute superflu de rappeler que Laplace renferme le calcul des probabilités dans un cadre objectiviste. Ainsi, quand il parle de l’économie il suggère de suivre l’analogie avec la physique plutôt que la voie autonome suivie par 1’« arithmétique politique » et par la « mathématique sociale » : « Traitons l’économie comme on a traité la physique, par la voie de l’expérience et de l’analyse » (Leçons de mathématiques, dixième leçon, p. 140). C’est un signe parmi beaucoup d’autres que le virage est en train de s’amorcer. Il prendra forme surtout dans le milieu de ces hommes « éclairés » qui peuvent être considérés comme les disciples les plus fidèles de la pensée de Condorcet : les idéologues. Si certains parmi les idéologues (comme Dyannière) restent strictement fidèles au programme de la « mathématique sociale », les perplexités exprimées par d’autres (comme Thurot et Destutt de Tracy surtout) conduiront à deux choix opposés : le refus pur et simple de la mathématisation de l’économie (c’est le cas de J.-B. Say) et le choix d’un point de vue objectiviste impliquant une adhésion au modèle de la physique-mathématique. Un des exemples les plus frappants de cette dernière tendance est représenté par les Principes d’économie politique de N.-F. Canard43 une œuvre entièrement fondée sur le concept d’équilibre, et à propos de laquelle Le Breton écrira dans la Décade qu’elle était inspirée par l’heureuse idée que le « hazard » ne peut servir à déterminer le prix des choses, en observant d’un ton polémique qu’« il n’y a plus de place dans le monde intellectuel pour cette vieille idole44 ».

  • 45 S. Moravia, Il pensiero degli Idéologues. Scienza e filosofia in Francia (1785-1815), Firenze, 1974 (...)

49Le Cours d’économie politique de Vandermonde se situe au début de ces développements : il est donc légitime de se demander s’il prend parti sur le problème de la mathématisation de l’économie. Or, il est fort évident que — comme l’a remarqué S. Moravia45 — le Cours de Vandermonde n’apporte pas des contributions notables à l’économie théorique et ne constitue pas un développement important de l’analyse de Turgot et de Condorcet. De plus, il s’agit d’un texte assez éclectique du point de vue théorique, dans lequel des références assez disparates sont facilement juxtaposées. Mais c’est justement ce contexte qui rend encore plus précieuses les considérations au sujet du statut scientifique de la théorie économique, car on y trouve la preuve que certains thèmes qui allaient apparaître ouvertement dans des textes comme les Principes de Canard étaient déjà répandus. Essayons d’isoler les plus importants de ces thèmes.

  • 46 Ibid., p. 733.

50Moravia a bien raison de remarquer que pour Vandermonde l’économie politique est une science exacte, au moins du point de vue de ses fondements et de ses méthodes : bien que la réalité économique soit complexe et qu’il soit nécessaire de l’envisager sous le double aspect descriptif et normatif, elle est néanmoins susceptible d’une analyse quantitative rigoureuse46. À cet égard, il faut distinguer l’économie théorique de l’économie appliquée. La démarche de la première doit être rigoureusement abstraite : « Le professeur d’économie politique — dira Vandermonde dans sa première leçon — ne doit même traiter son sujet que d’une manière abstraite. Les applications à tel pays, à telle époque, à telle circonstance, exigent des connaissances de détail qui ne sont pas de son ressort. » (Programme, p. 363.) Son point de vue doit être tout à fait analogue à celui du mathématicien : « Il lui suffit de montrer combien le résultat des principes doit varier selon les hypothèses [...] » (Ibid.). En conclusion, « on peut assimiler nos résultats généraux à des formules analytiques qui renferment une multitude d’indéterminées ; les solutions dépendent de la substitution des nombreuses données, nécessaires pour parvenir à l’application » (Ibid.). On trouve ici une anticipation frappante de la démarche proposée par Cournot pour mathématiser l’économie : il faut abandonner l’étude des cas particuliers, on ne doit plus se cantonner dans les calculs numériques (comme c’était dans la tradition de l’» arithmétique politique » classique), l’économie doit avant tout avoir comme objet l’étude de relations très générales exprimées par les fonctions de l’analyse mathématique. Ce programme reste au niveau des intentions, bien que dans la leçon du 3 floréal on puisse trouver un autre témoignage de l’intérêt de Vandermonde pour la méthode mathématique : il observe qu’il n’aura pas le temps d’exposer les « notes » qu’il a recueillies sur les prix à la consommation et à la production, « assez difficiles à bien faire comprendre sans algèbre » (huitième leçon, p. 426).

51Nous avons dit que cette démarche entraîne un divorce avec la tradition classique de l’« arithmétique politique ». Et en effet Vandermonde s’exprime en termes assez polémiques à l’égard de cette science qu’il considère comme une « partie de la science de l’économie politique », et sur laquelle il avoue d’avoir beaucoup moins de « lumières » que le « citoyen Lagrange » : « [...] j’ai toujours été infiniment mécontent de ce que j’ai lu sur cette matière. Par exemple, il a été publié il n’y a pas longtemps deux livres anglais : l’un des auteurs trouve que la prospérité de l’Angleterre va en diminuant ; l’autre trouve exactement le contraire. » (troisième leçon, p. 376). L’absence d’une méthode assurée est la cause de ces mauvais résultats. En effet, « tous deux partent de faits authentiques ; cela prouve la grande imperfection de cette science » (Ibid.).

52Dans la conception de Vandermonde, une place importante est occupée par l’idée — tirée de l’œuvre d’Adam Smith — que la naissance de l’économie politique est liée à une phase particulière de l’histoire des sociétés occidentales : il s’agit du développement de ce que Vandermonde appelle les « besoins factices ». Après avoir lu le programme de son Cours, il énoncera tout de suite son point de départ : « Ce sont les besoins factices qui ont changé totalement l’état de la civilisation ; ce sont eux qui ont marqué d’un caractère particulier les sociétés modernes » (deuxième leçon, p. 367). La propagation des besoins factices a eu comme conséquence la fin de l’esclavage personnel, un passage qui marque « l’époque qui sépare l’économie politique des anciens, de l’économie politique moderne » (Ibid., p. 368). Nous voyons apparaître ici un thème qui aura un rôle central dans l’économie politique marginaliste et qui sera repris quelques années plus tard d’une façon systématique par Canard dans son analyse du « superflu », qui est le fondement de sa description mathématique du processus de formation des prix.

  • 47 N.-F. Canard, op. cit., p. 30.
  • 48 Ibid.

53Mais dans le Cours de Vandermonde on peut aussi trouver une référence très claire à un autre concept qui aura un rôle central dans l’analyse économico-mathématique marginaliste : le concept d’équilibre. Vandermonde est évidemment sous l’emprise de la métaphore de Smith de la « main invisible » quand il observe que « dans la balance entre l’offre et la demande des objets de besoin, on doit chercher à établir un équilibre tel qu’il tende à se rétablir de lui-même, si quelque chose vient le troubler » (sixième leçon, p. 409). Mais il faut aussi souligner la tournure normative que le verbe « établir » introduit dans cette proposition ; le législateur, qui établit l’équilibre, pourra même quelquefois permettre à la balance de pencher plus d’un côté que de l’autre. D’autre part, le concept d’équilibre est un concept objectif strictement dérivé du concept d’équilibre stable de la statique : « Cet équilibre, qui tend à se rétablir de lui-même, est celui que les géomètres ont nommé permanent ; c’est celui d’une balance ordinaire, dont le centre de gravité est au-dessous du point de suspension, tandis que dans une balance folle il est au-dessus » (Ibid.). C’est précisément l’idée de la balance qui conduira Canard à la formulation mathématique de l’équation algébrique qui lui sert à déterminer les prix47. On constate aussi une analogie très étroite entre le raisonnement de Canard concernant les conditions sous lesquelles l’échange entre vendeurs et acheteurs peut se produire et le langage de Vandermonde : « Quand la chose se vend au prix ordinaire, l’offre et la demande sont en équilibre. Dans tous les autres cas la balance penche, et le débat entre le vendeur et l’acheteur se termine en faveur de celui des deux qui a le moins de concurrents et le moindre besoin48. »

  • 49 J. J. L. Graslin, Essai analytique sur la richesse et sur l’impôt, Londres, 1767.

54La définition de prix de marché que Vandermonde donne dans la même leçon est encore une fois tout à fait analogue à celle que nous lirons chez Canard. Le prix du marché est le résultat des actions opposées des acheteurs et des vendeurs : c’est le « lieu géométrique » dans lequel ces actions s’équilibrent. Il est d’autant plus grand que l’acheteur désire la marchandise et d’autant plus petit que le vendeur est pressé du besoin du numéraire. La définition n’est pas formalisée en langage mathématique, mais Vandermonde s’empresse de souligner qu’on pourrait le faire aisément. Ce qui importe, c’est de ne pas suivre la voie opposée : c’est ce que Vandermonde reproche à l’Essai analytique sur la richesse et sur l’impôt de Graslin49, qu’il considère pourtant « comme un des meilleurs livres qui ait été écrit en France sur l’économie politique », dans lequel il a cru remarquer quelquefois « qu’il ne faisait que traduire des formules d’algèbre qu’il s’était faites » (huitième leçon, p. 427).

55Les thèmes de la mathématisation de l’économie politique, de la formation des prix à partir de la loi de l’offre et de la demande et le concept d’équilibre apparaissent certes d’une façon épisodique dans le Cours de Vandermonde. Mais ces esquisses, comme les apparitions d’un fleuve karstique, aident l’historien des sciences à découvrir le procès de formation du courant de pensée qui débouchera sur l’œuvre de Cournot et sur la constitution de la théorie de l’équilibre économique.

56G.I.

Le citoyen, la société et l’État

57À toutes les tensions historiques ou thématiques dont ce cours porte la trace, s’ajoutent celles qui traversent l’ensemble de l’économie politique au xviiie siècle. Nul auteur n’échappe alors au projet contradictoire de constater des faits et d’énoncer des valeurs, de constituer une science autonome, axiomatiquement neutre, et de prendre parti pour une philosophie de l’homme en société.

58Parmi les contemporains de Vandermonde, Condorcet, son confrère à l’Académie des sciences, est sans doute le seul qui ait situé cette difficulté au cœur de ses propres travaux, dans le Tableau général de la science qui a pour objet l’application du calcul aux sciences politiques et morales. La rhétorique professorale interdisait ici même une telle investigation, qui appartient plus à la logique de la recherche qu’à celle de l’exposition ; elle imposait en outre une didactique dont la plupart des preuves ou des références historiques allaient demeurer tacites pour la clarté du propos. En réalité, Alexandre Vandermonde bâtit sa théorie du sujet, de la société et de l’État sur des alluvions intellectuelles épaisses ; les premiers lits venant des écrivains politiques du xviiie siècle, et les plus récents de thèmes révolutionnaires en reflux. Dans l’intervalle, l’archéologie de cette pensée retrouverait peu à peu tous les jalons idéologiques des Lumières.

59Cette longue quête des origines, le professeur se l’est interdite à lui-même ; il la déconseille également à ses auditeurs : « Il faut étudier l’état présent sans songer à l’état passé, il y a trop de difficulté et de danger à les comparer » (13 ventôse). C’est ainsi de propos délibéré et pour entrer tout droit dans l’économie « moderne » que ce cours se voit épuré de sa genèse philosophique. A quelques allusions près, d’Aguesseau, Montesquieu ou Rousseau, il oublie l’histoire : « Rien ne prouvera mieux que le calme de la philosophie n’a pas cessé de régner au milieu de la tourmente » (3 ventôse).

  • 50 Tableau des Empires ou notions sur les gouvernemens, Amsterdam, 1788, 3e partie, chap. 31, p. 136.

60Dès lors, quantité d’énoncés classiques vont s’habiller en l’an III d’un prestige neuf. Les débats sténographiés prouvent assez que cette rouerie pédagogique a réussi. Pas un élève ne reconnaît chez Vandermonde l’utilitarisme de l’abbé de Saint-Pierre ou d’Helvétius, nul ne retrouve dans l’apologie des besoins factices la matrice de la Fable des abeilles de Mandeville ou Le mondain de Voltaire, personne n’identifie dans les rapports du luxe avec le progrès technique les remarques de L.-S. Mercier : « La première invention fut un luxe50 » ; aucun n’entend dans le plaidoyer pour les grandes villes l’écho de Moheau, dans l’importance sociale de l’instruction les voix de Condorcet et de Lavoisier qui se sont tues un an plus tôt. Les silences réfléchis du maître s’accordent ainsi à l’ignorance probable des disciples. Les réserves de l’auditoire montrent seulement combien la rusticité égalitaire et vertueuse de la philosophie rousseauiste, celle des projets de Constitution pour la Corse ou la Pologne, a touché par le relais bourdonnant de la Convention, des journaux et des clubs, l’esprit public de la jeune génération.

61Au rebours de cette vision reçue, Vandermonde entend renouer avec l’esprit analytique dont l’Académie des sciences fut le laboratoire à partir des années 1770. Il reprend ainsi les thèmes du Journal d’instruction publique, occultés par la mise en accusation de Condorcet, où le même message se lisait prématurément en juin 1793 : « Il devient nécessaire de détruire cet empire usurpé par la parole sur le raisonnement, par les passions sur la vérité [...] Alors comme tous les principes d’économie publique ont été ébranlés [...] on a besoin d’enchaîner les hommes à la raison par la précision des idées, par la rigueur des preuves, de mettre les vérités qu’on leur présente hors des atteintes de l’éloquence des mots ou des sophismes de l’intérêt » (29 juin 1793). Un an et demi plus tard, le retour de la raison, désormais admissible, annonce la fin des « douces et consolantes spéculations » stigmatisées par Vandermonde et l’avènement de l’ère post-révolutionnaire.

62Aux utopies d’hier, archaïsantes parce qu’elles s’évertuaient à décrire le terme de l’histoire humaine, l’économie politique moderne substitue l’analyse des conditions d’un progrès inassignable. Vide de contenu spécifique, cette philosophie n’entrevoit qu’une spirale de conséquences abstraites : la richesse de la société, la puissance de l’État, le bonheur des générations futures. Par ce moyen, elle assure la pérennité de ses normes tandis qu’elle revient sans le dire à l’idéal des Lumières. La ruse de la pédagogie normalienne cache de la sorte une ruse de l’histoire dont on ne saura jamais si le professeur de l’an III fut la dupe ou l’artisan. Les calomnies qui l’accablent, à l’entendre, lui ont peut-être enseigné cette prudence.

63C’est en tout cas dans l’anthropologie économique la plus ancienne que ce cours puise ses axiomes essentiels ; l’universalité de l’intérêt privé et la fécondité de la compétition ont été posées dès 1615 dans le Traité de Montchrétien : « Chacun prend sa mire au profit et tourne l’œil partout où il aperçoit reluire quelques étincelles d’utilité. »

64Cet individualisme a trouvé chez Boisguilbert et Mandeville, de part et d’autre de la Manche, une expression canonique au début du xviiie siècle. Quelles que soient les divergences d’analyse économique, il ne sera plus récusé. Sans s’attarder à Hume et Smith, voisi le trésor français où Vandermonde puise subrepticement son bien : « Tout le monde veut être riche [...] l’attention aux intérêts des autres est pure vision » (Boisguilbert). « L’ardeur d’acquérir est le principal mobile de l’humanité » (Mirabeau). « C’est l’appât de plus de gain qui décide du genre de travail auquel (l’homme) préfère de se livrer » (Auxiron). « Chaque homme tend perpétuellement vers son meilleur état [...] et concourt nécessairement à former le meilleur état possible du corps entier de la société » (Le Mercier de La Rivière). Quesnay, Dupont de Nemours, Le Trosne, Butel-Dumont, Forbonnais, tous ont réitéré de tels énoncés qui n’auront même plus à être repris chez J.-B. Say, tant ils paraissent évidents.

65Cette vision d’un agent dont l’intensité des besoins multiplie l’activité pour le bien de tous, rencontrait inévitablement le débat sur la nature des activités productives et l’échelle des consommations ; en un mot, l’efficacité économique du luxe restait à examiner. Il est significatif que la controverse apparaisse pour la première fois lorsqu’il faut rebâtir sur les ruines du dirigisme colbertiste, après les lourdes crises militaires qui épuisent la fin du règne de Louis XIV. La conjoncture thermidorienne de l’an III, au lendemain de la rigueur étatique montagnarde, offre bien des analogies. Vandermonde renoue ainsi tout naturellement avec la tradition de Law, Melon, Dutot, Voltaire première manière et Montesquieu. D’ailleurs, son plaidoyer en faveur de la monnaie de papier apporte une preuve très forte de cette filiation.

  • 51 Sénac de Meilhan, Considérations sur les richesses et le luxe, Amsterdam, 1787.

66Dans ce premier tiers du xviiie siècle s’exprimait déjà le souci de détacher l’économie des normes de la morale chrétienne ascétique pour l’orienter vers l’appréhension des mœurs telles qu’elles sont : « Les hommes se conduisent rarement par la religion, c’est à elle à tâcher de détruire le luxe », déclarait J.-F. Melon. C’est dans les textes des années 1720-1730 que l’essor du luxe et des échanges apparaît comme facteur de paix entre les États (« le doux commerce »), que s’introduit la distinction entre le luxe et le faste : elle sera utilisée jusqu’à la Révolution51. C’est Cantillon qui analyse l’effet des modes et de l’imitation sur la demande, Montesquieu qui réfléchit au rapport entre la richesse, l’inégalité des fortunes et les régimes politiques : « Les pays ne sont pas cultivés en raison de leur fertilité, mais en raison de leur liberté » (De l’esprit des lois).

  • 52 Op. cit., p. 133-134.

67À la veille de la Révolution, L.-S. Mercier ramasse tous les arguments que Vandermonde développera huit ans plus tard : « Si la reproduction tient au luxe, si sans cet attrait les bras du cultivateur tombent, si les montres guillochées sont intimement liées aux productions comestibles, tolérons les bijoux afin d’avoir des bestiaux [...]. Le luxe est l’aiguillon perpétuel qui pousse l’homme au travail, qui tourmente son industrie, qui lui donne tout son essor52. » Quant à la partition sociale de Vandermonde (dénuement, nécessaire, aisance, abondance, luxe, faste) voici une synthèse qui puise chez Butel-Dumont (Théorie du luxe, 1771), Messance (Recherches sur la population, 1766, et Nouvelles recherches, 1788), L.-S. Mercier (Tableau de Paris, 1782-1788). Elle permet à l’auteur non seulement d’espérer, mais de noter sous l’effet de la division du travail, le développement d’une ample classe moyenne — ceux qui ont le nécessaire ou vivent dans l’aisance —, qui sera source de stabilité sociale et politique. Au début du xviiie siècle, Boisguilbert attendait le même bénéfice de sa classe « mitoyenne ». L’individualisme méthodologique, que toute cette lignée d’auteurs revendique, contraint ainsi à réfléchir sur l’existence de sociétés civiles plus ou moins performantes. Or, tout dépend d’elles-mêmes.

68Le recours à un ordre naturel extérieur à la collectivité, à un contrat mythique entre ses membres est exclu. Les institutions économiques et sociales ne peuvent se juger que sur le critère de leur utilité, conformément aux démonstrations de l’abbé de Saint-Pierre dans ses Ouvrages de morale et de politique (1733-1740). Vandermonde y inscrit sa définition de la propriété, à la fois contre les physiocrates et contre Jean-Jacques Rousseau. L’utilité des fortunes est seule à engendrer leur légitimité, indépendamment de toute justice transcendantale : « Ce genre de prescription est nécessaire à l’ordre social ». En renonçant à l’indignation qui soulevait Linguet dans la Théorie des loix civiles (1767), le professeur de l’an III réitère la coupure entre l’éthique et la société, qui autorise un réalisme scientifique. Mais il ne peut éviter d’aborder la difficile harmonie des intérêts individuels ni refuser de choisir entre les divers rôles que l’État peut revendiquer en économie.

69Dans la célèbre alternative — composition naturelle ou artificielle des intérêts privés — qui partage les économistes du xviiie siècle, Vandermonde adopte finalement le second parti, et on peut penser que la méditation de la crise pré-révolutionnaire (alors « on laissa agir l’intérêt personnel du riche », 3 floréal) a beaucoup compté dans une option qui conserve sa prudence.

70Entre l’offre et la demande, entre la production des biens courants et rares s’organise un équilibre spontané « qui tend à se rétablir de lui-même » (13 germinal). La balance ici, l’hydraulique chez Turgot appartiennent au jeu des métaphores usuelles du xviiie siècle, et elles tendent à « naturaliser » les mouvements de l’économie. Dans ce cas, l’État ne peut intervenir en somme qu’à la marge des oscillations. Encore est-ce en appliquant ses forces où elles ont quelque chance d’aboutir : sur l’industrie plus que sur l’agriculture (vieille règle mercantile), sur les institutions d’épargne populaire et l’offre de travail aux démunis, sur la production plus que sur la consommation, domaine des choix privés. Moins libéral que Turgot ou Smith, moins dirigiste que Steuart, moins justicier que Necker, Vandermonde se réfugie-t-il dans l’opportunisme ? N’est-ce là que l’héritage de Thermidor ? Ce serait mal interpréter la subtile intuition du mécanisme social que le cours de l’an III suggère à chaque page.

  • 53 Théorie du luxe, 1771.

71« Des quatre moyens [...] de gouverner les hommes, l’empire de la force, le poids de l’autorité, l’influence de la séduction, l’ascendant de la confiance, il ne nous reste plus que le dernier » (3 germinal). Vandermonde a mesuré la puissance de l’opinion dans les sociétés post-féodales ; voici la vraie leçon révolutionnaire. C’est pourquoi il attache un tel prix à l’instruction, à l’information (l’imprimerie, les journaux, les messageries, le télégraphe). Simultanément, il a pris conscience dès l’an II des limites du volontarisme politique : inventions, progrès, richesse économique, autant d’objectifs dont l’avènement ne saurait se décréter. Ils ne peuvent être atteints que par le détour des appâts individuels. Comme le laboureur de La Fontaine, l’État prescrirait inutilement à ses enfants les pénibles labours du champ économique. Le mirage du trésor enfoui est le préalable de tous les progrès : « Il n’importe quel est l’objet du désir qui l’aiguillonne », affirmait Butel-Dumont53. « Il faut établir l’opinion que le travail et l’économie conduisent sûrement à la fortune. Il est peut-être moins important que cela soit, qu’il ne l’est encore qu’on croie que cela est » (23 ventôse), commente Vandermonde.

72L’état général des mœurs surplombe donc en même temps l’activité des individus et celle du pouvoir, mais il peut les conduire vers des fins imprévisibles et détestables. Puisque ce Léviathan ne s’incarne plus dans le prince et qu’il se réfugie, désormais invisible, dans la collectivité, c’est évidemment par la finesse que l’État peut restaurer sa gouverne : « Il faut que l’insurrection ne puisse jamais être empêchée et que cependant elle n’ait jamais lieu » (13 ventôse). Ruser n’est pas tromper, « il n’est plus temps », mais c’est douter du meilleur des mondes et déployer une pédagogie collective des anticipations individuelles.

  • 54 Sur la législation et le commerce des grains, Paris, 1775.

73S’il n’est plus possible de se reposer en tout sur la « main invisible », et par là Vandermonde se détache de Smith, il reste à l’État d’en mimer les effets. Necker l’avait pressenti bien avant 1789 lorsqu’il écrivait : « L’effet d’une habile administration est de se confondre en quelque sorte dans l’ordre naturel des choses, de manière que la main qui encourage, qui retient, qui répare n’étant plus aperçue, on oublie ses services et l’on attribue au hasard ou au résultat indispensable des circonstances le repos auquel une longue habitude nous rend insensibles54 ».

74Sous un éclectisme d’apparence — involontaire ou précisément mis en scène, la même énigme reparaît — Vandermonde réinscrit en tout cas l’économie dans les sciences morales et politiques. Le xixe siècle n’a pas suivi cette voie, mais Tocqueville l’aurait appréciée s’il l’eût rencontrée : « Nos nouvelles machines politiques sont des ouvrages compliqués qu’il faut étudier avant de les juger » (13 germinal). Dans cette suspension provisoire de la norme, tout l’espace des sciences sociales ultérieures se trouve à l’avance désigné. Décidément, cette économie politique est encore plus « moderne » pour le lecteur du xxe siècle que pour l’auditeur de l’an III.

75J.-C. P.

Notes

1 A. Birembaut, « Précisions sur la biographie du mathématicien Vandermonde et de sa famille », Actes du Congrès du Luxembourg, 72e session de l’Association française pour l’avancement des sciences (juillet 1953), p. 531.

2 Madame Roland, Mémoires, Paris, 1864, t.1, p. 283.

3 Lettre à Olbers du 21 novembre 1802, citée par J.-C. Pont, La topologie algébrique des origines à Poincaré, Paris, 1974, p. 32.

4 Tous ces renseignements biographiques sont empruntés à Birembaut, art. cit., p. 530-531

5 Lacépède, « Notice sur la vie et les ouvrages de Vandermonde », Mémoires de l’Institut pour l’An IV. Sciences mathématiques et physiques, t.1, Paris, 1796, p. xix.

6 Lettre du 28 décembre 1770. Arch. Conservatoire national des arts et métiers (C.N.A.M.) Bibl. 10.

7 « Mémoire sur la résolution des équations », Histoire de l’Académie royale des sciences (1771), 1774, p. 365-416 ; « Mémoire sur l’élimination », ibid. (1772) seconde partie, 1776, p. 516-532 ; « Remarques sur des problèmes de situation », ibid. (1771), 1774, p. 566-574

8 Cité par N. Nielsen. Géomètres français sous la Révolution, Copenhague, 1929, p. 235.

9 T. Muir, The Theory of Determinants in the Historical Order of its Development, Londres, 1890, t.1, p. 23.

10 J.-C. Pont, op. cit., p. 43-44.

11 « Mémoire sur les irrationnelles de différents ordres avec une application au cercle », Histoire de l’Académie royale des sciences (1772), première partie, 1775, p. 489-498 ; « Mémoire sur la sommation de plusieurs suites », Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, t. 98, 1779, p. 306. Pour un jugement d’ensemble sur ces travaux : H. Lebesgue, « L’œuvre mathématique de Vandermonde », Thalès, t. IV, 1937-1939, p. 28-42.

12 J. Hecht, « Un exemple d’interdisciplinarité : Alexandre Vandermonde », Population, juillet-août 1971, p. 645-646.

13 « Expériences faites par ordre de l’Académie sur le froid de l’année 1776 », Histoire de l’Académie [...] (1777), 1780, p. 505-526. Rapport lu par Vandermonde aux séances des 17 et 24 mars 1779.

14 « Mémoire sur la chaleur », Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, t. 100, 1781, p. 191 et 198 ; t. 101, 1782, p. 81. Nitre retiré de l’acide nitreux de l’air déphlogistiqué ; « Lettre sur l’acide sulfureux volatile en liqueur », id., t. 103, 1784, p. 10 et 45.

15 « Mémoire sur le fer considéré dans ses différents états métalliques », lu par Vandermonde à l’Académie des sciences en mai 1786, Paris, Imprimerie royale, 1788. C. C. Gillispie, Science and Polity in France al the End of the Old Regime, Princeton, 1980, p. 438.

16 Lettre de Vandermonde à Terrai du 8 mai 1786, Arch. C.N.A.M. Bibl. 264 ; à Tolozan du 2 novembre 1788, avec des notes à consulter sur le Dépôt des machines maison de Mortagne, Arch. C.N.A.M. 10° 224 ; à Celerier du 9 décembre 1789, Arch. Académie des sciences, dossier Vandermonde. A. Doyon et L. Liaigre, « L’Hôtel de Mortagne après la mort de Vaucanson, 1782-1837 », Histoire des entreprises, mai 1963, n° 11, p. 5-23 ; D. Deplace, L’incitation au progrès technique et industriel en France de 1783 à 1819 d’après les archives du C.N.A.M., Mémoire E.H.E.S.S., 1981, p. 14-30.

17 D’après A. Birembaut, art. cit., p. 532.

18 J. Hecht, art. cit., p. 648-649.

19 Lettre à Delisle du 28 mars [...], Arch. C.N.A.M., Bibl. 22-2.

20 Madame Roland, op. cit., p. 283.

21 A. Chuquet, Les guerres et la Révolution. Tome V, Jemappes et la conquête de la Belgique (1792-1793), Paris, 1890, chapitre V, 255 p., p. 140-141.

22 Cité par D. Deplace, op. cit., p. 22.

23 Journal de Vandermonde sur sa mission à Commune-Affranchie, Arch. C.N.A.M., P. 172.

24 Journal des arts et manufactures, t. I, n° 1, p. 1-48.

25 A. Birembaut, art. cit., p. 533.

26 Creuzé-Latouche, Discours sur la nécessité d’ajouter à l’École normale un professeur d’économie politique, imprimé par ordre de la Convention nationale et distribué aux élèves de l’École normale, 12 pluviôse an III.

27 « Le Comité d’instruction publique a discuté des titres civiques et littéraires des publicistes appelés à cette place importante par l’opinion publique. »

28 C’est le titre de la loi du 5 fructidor an III (22 août 1795) qui propose la nouvelle Constitution à la ratification des Français.

29 L’analyse du contenu de ce rapport (daté du 15 brumaire an III), comme substitut des leçons manquantes, a été faite par Alain Alcouffe, « Vandermonde, la monnaie et la politique monétaire de la Révolution », Annales historiques de la Révolution française, juillet-septembre 1988, p. 254-264.

30 . Rapport cité, p. 33.

31 J. Hecht, « Un exemple d’interdisciplinarité... », art. cit., p. 663-665.

32 Id., « Une héritière des Lumières, de la physiocratie et de l’idéologie, la première chaire française d’économie politique (1795) », Œconomia, Série PE n° 6, Économies et sociétés, octobre 1986, p. 5-48.

33 « Le premier cours d’économie politique en France (1795) », Journal des économistes, décembre 1873.

34 « Cinquantenaire de la société », Journal des économistes, novembre 1892, p. 264.

35 H. Baudrillart, art. cit., p. 393.

36 R. Gonnard, La propriété dans la doctrine et dans l’histoire, Paris, 1943, 154 p., p. 56.

37 J. Rambaud, Histoire des doctrines économiques, Paris, Lyon, 1902, 738 p., p. 234. L’auteur renvoie aux Réflexions sur la formation et la distribution des richesses de Turgot (§ 17) et à la lettre de Turgot, datée du 20 février 1770, cité par H. Denis, Histoire de la pensée économique, Paris, 1971, 756 p., p. 142.

38 Destutt de Tracy, Élémens d’idéologie, 4e et 5e parties, Traité de la volonté et de ses effets, Paris, 1826, p. 16 et 17.

39 J. Rambaud, op. cit., p. 172.

40 Lettre à Terrai, 8 mai 1786, citée.

41 C. Ménard, « Why Was There no Probabilistic Revolution in Economic Thought ? », Probability since 1800, Interdisciplinary Studies of Scientific Development, Workshop at the Center for Interdisciplinary Research of the University of Bielefeld, 16-20 September 1982, Universität Bielefeld, 1983, p. 203-212.

42 Pour une analyse de ces développements, voir B. Ingrao et G. Israel, La Mano Invisible. L’equilibrion economico nella storia della scienza, Bari, 1987.

43 N.-F. Canard, Principes d’Économie politique, Paris, 1801.

44 La Décade philosophique, littéraire et politique, n° 16, an X, p. 389-390.

45 S. Moravia, Il pensiero degli Idéologues. Scienza e filosofia in Francia (1785-1815), Firenze, 1974, p. 731.

46 Ibid., p. 733.

47 N.-F. Canard, op. cit., p. 30.

48 Ibid.

49 J. J. L. Graslin, Essai analytique sur la richesse et sur l’impôt, Londres, 1767.

50 Tableau des Empires ou notions sur les gouvernemens, Amsterdam, 1788, 3e partie, chap. 31, p. 136.

51 Sénac de Meilhan, Considérations sur les richesses et le luxe, Amsterdam, 1787.

52 Op. cit., p. 133-134.

53 Théorie du luxe, 1771.

54 Sur la législation et le commerce des grains, Paris, 1775.

Auteurs

Denis Woronoff, professeur d’histoire moderne à l’Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, a publié en 1972 La République bourgeoise, de Thermidor à Brumaire et L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, en 1984. Ses travaux et directions de recherche sont consacrés à l’histoire des techniques, de l’industrie et des forêts de part et d’autre de la Révolution.

Alain Alcouffe, professeur de sciences économiques aux Universités de Mulhouse et Toulouse. Spécialiste de l’histoire de la pensée économique, il a notamment étudié les relations entre les mathématiques et l’économie chez Cournot (in OECONOMIA, 1992), Karl Marx (in Les Manuscrits mathématiques de Marx, 1985) et dans l’institution universitaire (“The institutionalization of political economy in French Universities : 1819-1896”, History of Political Economy, 21 : 2, 1989).

Giorgio Israel, professeur associé en histoire des mathématiques à l’Université de Rome “La Sapienza”, est directeur de la Rivista di Storia della Scienza et membre de l’Executive Committee of the International Commission on the History of Mathematics. Il travaille sur l’histoire des sciences modernes et sur l’histoire de la mathématisation des sciences non physiques et est notamment l’auteur des livres Modelli matematici (Rome, Editori Riuniti, 1986) et The Invisible Hand (en collaboration avec Bruna Ingrao, The MIT Press, 1990). Il va faire paraître un ouvrage sur La mathématisation du réel (Éditions du Seuil).

Gérard Jorland, agrégé, docteur, chercheur au CNRS, a publié un livre sur l’épistémologie historique d’Alexandre Koyré (La Science dans la philosophie), un autre sur les problèmes de mesure en économie mathématique (Les Paradoxes du capital) et a édité les œuvres économiques d’Antoine-Augustin Cournot (Vrin-CNRS).

Jean-Claude Perrot, professeur émérite à l’Université Paris I, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, président du Conseil scientifique de l’Institut national d’études démographiques, a travaillé successivement sur l’histoire urbaine, l’histoire économique et celle des théories économiques. Dernier ouvrage paru : Une histoire intellectuelle de l’Économie politique, XVII-XVIIIe siècle, Paris, Éd. de l’EHESS, 1992, 496 p.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540