Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Douzième leçon

13 floréal/2 mai

Texte intégral

MENTELLE

  • 1 La description qui suit reprend l’ouvrage de Le Clerc, père et fils (op. cit., t. 2) ; pour Moscou, (...)

1Comme je me suis proposé de vous donner, dans cette description géographique et politique de la Russie1, un aperçu de modèle à suivre pour les descriptions de ce genre, et que le temps nous manquera pour traiter ainsi les autres États de l’Europe, je vais continuer et tâcher d’achever ce que je m’étais proposé de dire de ce vaste empire. La leçon suivante sera, s’il m’est possible, une récapitulation de ce que nous avons établi ici sur les connaissances géographiques et la manière de les enseigner : ce tableau ne sera peut-être pas inutile à ceux qui auront voulu réellement apprendre et se rendre compte de ce qu’ils ont appris.

2Je crois avoir dit que la Russie se divisait actuellement en 42 gouvernements, dont presque tous portent le nom de leur capitale.

  • * Située au 55°, 45’, 20" de latitude ; 35°, 26’, 15" de longit. orientale.

3La plus ancienne des villes de la Russie, que nous ayons intérêt à connaître, c’est celle de Moscou* qui a pris son nom de la Moskova, sur les bords de laquelle elle fut fondée en 1147. C’est la plus grande ville de l’Europe, à ne mesurer que sa surface, si les plans que j’en ai sous les yeux et les descriptions que j’ai consultées sont exactes : on lui donne 8 lieues de tour ; il est vrai que les maisons n’y ont que le rez-de-chaussée et le premier étage. Quoique je n’aie parlé que de la Moskova, il coule tout près deux autres rivières, l’Iavuza et la Neglina ; elle est dans une belle plaine et renferme 270 églises (du rit grec, comme on sait), 29 couvents et un grand nombre de chapelles particulières ; les rues en sont belles et larges et pavées, au moins pour la plupart ; mais les édifices y sont presque tous d’un aspect froid et désagréable, et il s’y trouve beaucoup de masures. Cette ville se divise en quatre grandes parties qui sont presque autant de villes, et s’entourent successivement.

4Le Kremlin, ou forteresse, est au centre sur un lieu élevé ; c’est le plus beau quartier : il n’est pas permis d’y bâtir des maisons de bois. Cette partie de Moscow est entourée de murs de briques très élevés, flanqués de tours et défendus par un fossé.

5Le Kitai Gorod, ou ville chinoise, appelée ainsi parce que l’on y vend des étoffes et autres marchandises de ce pays, entoure le Kremlin ; l’endroit appelé Gostinoïdvor, ou cour de commerce, renferme 6 000 boutiques bâties en briques avec des voûtes. Ce monument date de 1765 ; cette seconde ville est de même entourée de murailles.

6Beloï-Gorod, ou la ville blanche. Son enceinte est de l’an 1587 ; on y trouve beaucoup d’églises, une fonderie de canons, la grande apothicairerie et l’université renfermant deux gymnases, dont un pour les nobles, l’autre pour les bourgeois ; on y a rassemblé plusieurs cabinets et une bibliothèque.

7Zemlianoï Gorod, ou ville de terre. Cette quatrième partie entoure les trois autres ; elle renferme plusieurs bâtiments destinés à des usages publics ; Moscow est outre cela entourée de plus de 30 faubourgs ; elle renferme plus de 8 935 marchands, et une population totale d’environ 350 mille âmes : ça a été longtemps la capitale de la Russie.

8Saint-Pétersbourg, ou la ville de Saint-Pierre, est au 59e degré 56 minutes 23 secondes de latitude, et au 27e degré 59 minutes 11 secondes de longitude orientale, près de l’embouchure de la Neva ; elle doit sa fondation au czar Pierre 1er, qui voulut ainsi procurer un accès habituel aux vaisseaux sur la mer Baltique. Il conçut d’abord un beau plan, et fit exécuter en bois tout ce qu’il put ; avec le temps on y a substitué la pierre : mais ces constructions se firent surtout dans l’île appelée du vieux Pétersbourg. Cette ville s’est accrue des trois quarts depuis ces premiers commencements.

9Pétersbourg est divisé en plusieurs îles ou quartiers ; la grande Neva la sépare de la forteresse qui est sur la droite. La rivière a dans cet endroit 1 620 pieds de large, mais elle est peu profonde. Aussi le port est-il à Cronstad, situé plus à l’ouest. Cette ville est bien bâtie, et la forteresse se trouve au centre de la ville.

10La partie la plus considérable est celle que l’on nomme l’île de Vazali ; elle renferme un très grand nombre de monuments, les uns consacrés aux affaires du gouvernement, les autres aux progrès des sciences.

11La statue équestre de Pierre le Grand est placée sur un rocher de granit, entre l’amirauté et le sénat, en face de la Neva.

12Archangel mérite d’être connu, ne fût-ce que parce que c’est l’une des villes les plus septentrionales des deux hémisphères ; elle est au 64e degré 54 minutes de latitude, et au 56e degré 35 minutes de longitude orientale ; elle a cinq quarts de lieue de long et une demi-lieue de large ; mais elle est toute en bois, excepté la cour de commerce (Gastinoï-Dvor), qui est de brique. Ce port, placé sur la mer Blanche à l’embouchure de la Dwina, est l’entrepôt des marchandises qui d’Europe passent en Sibérie, et de celles qui de Sibérie viennent en Europe ; aussi y compte-t-on plus de 2 000 marchands. Le commerce particulier du gouvernement consiste en bestiaux, en bois, en colle de poisson et en goudron. On y distingue surtout, entre les comestibles, la délicatesse de la chair du veau, et leur énorme grosseur ; il y en a qui pèsent de 4 à 500 livres.

13Je passe à l’extrémité méridionale, pour dire un mot d’Azof, citée souvent parce qu’elle se trouve à l’embouchure du Don, et qu’elle a été longtemps détruite.

14Azof est sur la rive gauche du Don, à 30 verstes de son embouchure, sous le 36e degré 39 minutes de longitude, au 47e degré de latitude. Les Grecs lui avaient donné le nom de Tanaïs. Après avoir éprouvé différentes révolutions, elle était entièrement détruite et restait dans cet état par une des conditions des traités entre les Russes et les Turcs ; mais en 1769 les Russes ayant eu des avantages, on travailla à la reconstruire, et elle se trouve aujourd’hui dans un bon état de défense.

15Il y a de plus quelques villes d’Asie qui méritent d’être connues ; je ne les omettrai pas ici.

  • * L’île de Saïtchi.
  • ** Le verste a 500 toises, ou du moins il les a presque, car on y a fait des changements ; ainsi nous (...)

16Astracan, qui fut autrefois la capitale d’un royaume de son nom, est situé sur le Wolga, près de son embouchure dans la mer Caspienne, à 45 degrés 42 minutes 45 secondes de longitude orientale, et à 46 degrés 21 minutes 12 secondes de latitude ; elle est placée dans une île*, à l’endroit où le fleuve commence à se diviser, à 80 verstes de l’embouchure**. Astracan, bâti sur des collines, est composé de plusieurs parties, entre lesquelles il faut distinguer le Kreml, ou citadelle ; elle a éprouvé différentes révolutions, et a été détruite en partie par les flammes, en 1767. On y a beaucoup rebâti sur d’assez beaux plans ; les consciences y jouissent de la plus grande liberté en fait de religion. La maison des catholiques romains est sur le bord du canal, desservie ordinairement par des capucins ; les Luthériens y ont une église, les Arméniens deux, et les Indiens un petit temple d’idoles. Des marchands d’Astracan ont affermé la pêche des côtes de la mer Caspienne, et c’est en quoi consistent leurs plus grandes richesses.

17Orembourg est située sur le Jaïk, à 51 degrés 46 minutes 15 secondes de latitude, et à 72 degrés 50 minutes de longitude ; elle avait été bâtie à l’embouchure de l’Or, et de là s’était formé son nom de ville d’Orem ; mais on a construit la ville actuelle dans une position différente, et cependant on a conservé le premier nom ; elle est au milieu d’une vaste plaine, de forme ovale, et renferme plusieurs bâtiments considérables ; elle ne laisse pas d’être peuplée, et en 1773 on y comptait 2 761 marchands, dont plus d’un tiers était Tartares. C’est un des lieux d’exil pour les condamnés russes ; on les y enferme pendant la nuit, et le jour on les occupe à des travaux utiles, qui leur valent à peu près cinq sols par jour, lorsqu’ils sont occupés par le gouvernement ; ils peuvent aussi travailler pour les particuliers. La position de cette ville la rend très utile au commerce intérieur de l’Asie, les marchands s’y rendent par caravane à chaque printemps ; on y apporte des fourrures de différentes sortes, de l’or et de l’argent monnayés, quelques pierres précieuses, des toiles et même du salpêtre.

18Tobolsk, capitale de la Sibérie, est au 58e degré 12 minutes 30 secondes de latitude, et au 66e degré 51 minutes 0 seconde de longitude orientale, à 3 119 verstes de Pétersbourg. Ce n’était en 1587 qu’un petit fort, construit en bois, qui fut brûlé en 1643. C’est alors que l’on a bâti aussi en bois la ville actuelle, sur la rive gauche de l’Irtisch ; elle est divisée en ville haute et en ville basse ; les bâtiments considérables sont en pierres, mais les maisons sont en bois. La ville haute communique avec la ville basse par un escalier de 290 marches ; il y a de plus des chemins pour s’y rendre en voiture. Cette ville est fort peuplée ; les Tartares forment le quart des habitants, leur quartier est sur la ville haute : en 1773, on y comptait 3 086 marchands. Comme on y vit à très bon marché, le peuple y est paresseux.

19Le commerce de Tobolsk est très considérable. Les marchands russes qui commercent en Sibérie et avec la Chine passent par Tobolsk ; les caravanes des Kalmouks et des Boukarskis y séjournent tout l’hiver. Il s’y tient ordinairement deux foires ; l’une de marchandises russes, au printemps ; l’autre en automne, de marchandises de Sibérie et de la Chine. C’est le lieu d’entrepôt de pelleteries de la couronne. Des officiers suédois prisonniers y avaient établi, en 1713, une école devenue célèbre par leurs succès dans l’enseignement ; à la paix de Neustadt, ces officiers étant retournés dans leur pays, l’école tomba entièrement.

20Ekaterinbourg mérite aussi d’être connue. Elle est sur l’Iset qui la traverse, au 56e degré 50 minutes de latitude, et au 78e degré et quelques minutes ; elle a été fondée en 1723, par Pierre 1er, et achevée en 1726, sous Catherine première qui lui a donné son nom. On doit la regarder comme le centre de toutes les fonderies et mines de la Sibérie ; aussi cette ville, bâtie entièrement aux frais du gouvernement, n’est-elle habitée que par des inspecteurs, des mineurs et des fondeurs. Elle est bâtie à l’allemande, régulière et fortifiée, à cause du voisinage des Baschkirs ; on a eu l’intention, précieuse au maintien du bon ordre et à la conservation de la santé, de n’y permettre la vente de l’eau-de-vie que le dimanche.

21Irkoutsk est fort avant vers l’est, au 103e degré 30 minutes de longitude, et au 53e degré de latitude. Elle est sur le bord de l’Angara, près de l’embouchure de l’Irkout, sur la rive occidentale du lac Baïkal, et a donné son nom au gouvernement dont elle est la capitale. On voit, dans sa vaste enceinte, plusieurs édifices en pierres, et des églises en briques. Les maisons sont en bois et commodément distribuées. On serait étonné de la magnificence et du luxe qui y règnent ; elle doit ces avantages au commerce des Russes avec les Chinois, commerce dont elle est le centre.

22Commerce. Ce que j’ai à dire du commerce des Russes, ayant surtout pour objet de vous faire connaître leur rapport avec les Chinois, trouve ici naturellement sa place : car c’est peu loin d’Irkoutsk que se trouve le rendez-vous des deux peuples, pour les opérations de ce genre.

23Cette communication entre les Chinois et les Russes, comme on le voit, s’entretient par terre : mais tantôt active, tantôt languissante, souvent interrompue, elle a souffert tant de variations que je crois ajouter à l’intérêt que peut inspirer cette leçon en m’arrêtant un instant sur ce sujet.

  • 2 L’expansion des Russes en Sibérie, considérable entre 1610 et 1640 (ils progressent alors de près d (...)

24Les Tartares Mant-choux venaient de s’emparer de la Chine : un gouverneur de Tobolsk imagina que cette révolution pourrait influer sur les liaisons du commerce ; il envoya quelques personnes de confiance à Pekin. Cette première tentative n’eut pas un grand succès ; mais elle avait dirigé les intentions. En 1670, des négociants russes2, qui s’étaient associés, firent partir une caravane, qui revint avec des bénéfices et de nouvelles lumières. Dès lors les compagnies se multiplièrent, et ces caravanes multipliées alarmèrent les Chinois ; ils construisirent des forts, pour empêcher les étrangers de se trop approcher des bornes de leur empire, où l’on arrivait par l’Amour et par le Selinga. Ces mesures défensives furent la source de démêlés très vifs entre les deux peuples, touchant leurs limites. Après quelques hostilités, il y eut une rupture ouverte. Plusieurs années se passèrent en sièges de places, prises, démolies et rétablies tour à tour, jusqu’à ce qu’enfin en 1689, les deux cours, par la médiation des jésuites Gerbillon et Pereira, signèrent, pour l’empereur de la Chine, un traité de paix et d’alliance perpétuelle, qui dut être gravé sur un poteau aux confins de chaque empire. Le traité avait été composé en latin, on le traduisit en russe et en mant-choux ; il fut signé à Nertchinsk, et on remarque que c’est le premier traité fait par les Chinois avec une nation européenne, à laquelle on permet l’entrée de l’empire : mais les Chinois, pour se dédommager de cette condescendance, exigèrent que les Russes renonçassent à la navigation de l’Amour, qui les conduisait jusqu’à la mer.

25La cour de Russie voulait pouvoir faire seule ce commerce, mais les Chinois favorisèrent toujours les particuliers ; cependant des Russes s’étant mal comportés, il y eut encore de la mésintelligence entre les deux empires.

26En 1727, on fit un nouveau traité, qui prescrivait irrévocablement les bornes de chaque empire, et assujettissait les négociants à un règlement invariable, fait pour écarter à jamais les sources des divisions. Cependant, malgré les avantages que promettait ce traité, les difficultés qui se rencontrèrent dans son exécution firent qu’en 27 ans il n’y eut que six caravanes russes qui firent ce voyage, et le commerce retomba dans une langueur qui amena le discrédit. Entre autres griefs, la cour de Pekin reprochait à celle de Pétersbourg d’avoir reçu, dans son empire, des émigrations de Calmouks et de Tongousses.

27À l’avènement de Catherine II au trône, elle renonça en faveur de ses sujets au monopole des fourrures, et au droit d’envoyer exclusivement des caravanes à Pekin. Mais les Tongousses ayant abandonné le gouvernement russe, pour retourner sous le gouvernement chinois, il y eut encore rixe à cette occasion entre les deux empires.

28Enfin, les choses se sont arrangées de manière que les comptoirs russes se sont multipliés à Kiakhta, qui s’est peuplée, agrandie et fortifiée ; et les Chinois ont afflué dans leur bourg de Naïmat-Schin. Je vais dire un mot de ces deux places, avec l’assurance que ces détails, qui ajoutent nécessairement à l’instruction, ne se trouvent encore dans aucun ouvrage géographique.

29Kiakhta est au sud du lac Baïkal, absolument sur les limites de l’empire russe. Elle est située sur un terrain uni et élevé, dans un vallon fort vaste, coupé par le ruisseau Kiakhta ; ce vallon est entouré de hautes montagnes de 100 toises au moins pour la plus grande partie ; la plus considérable est près de Kiakhta et la commande un peu ; il est probable que c’est à cause de cet avantage que les Chinois se la sont réservée, alléguant, comme un motif bien solide, une raison qui pourrait bien n’être qu’un prétexte, c’est qu’elle renferme les tombeaux de leurs ancêtres.

30On voit sur une autre montagne à l’ouest deux buttes en face l’une de l’autre, et marquant les limites des deux empires ; celle qu’ont placée les Russes est surmontée d’une croix ; celle des Chinois est de pierres entassées et forme un cône, creux dans son intérieur. La forteresse est revêtue de palissades avec quatre bastions en bois ; elle a trois portes : il y a dans l’intérieur quelques bâtiments publics, dont un consacré au commerce renferme 60 boutiques ; mais on y manque d’eau, et les environs ne sont que sables et rochers. On remarque que les habitants y vivent dans une société assez intime, et que leurs manières sont assez affables. Un voyageur seulement leur reproche un empressement opiniâtre à exiger que l’on boive à chaque visite une énorme profusion de thé : régime qu’au reste ils croient rendre agréable, en variant cette boisson par toutes les sortes de thé connues.

31Les limites à l’est jusqu’au Selinga, et à l’ouest jusqu’au Tschikoï, sont garnies de chevaux de frise, qui servent principalement à empêcher la contrebande des bestiaux.

32La ville chinoise est nommée généralement par les Russes Kitaïskaia-Sloboda, ce qui veut dire, ville chinoise ; on la nomme aussi Naimatschina, altération du mot chinois Maïmatschin, c’est-à-dire, commerce et lieu entouré de murs. Elle est située sur un beau terrain uni, entièrement séparé du ruisseau de Kiakhta ; elle peut renfermer près de deux cents maisons situées près les unes des autres ; on a placé des poteaux de dix pieds de hauteur, au milieu de l’espace qui sépare les deux villes : on voit sur l’une l’inscription russe, sur l’autre l’inscription chinoise en langue des Mant-choux.

33Ce lieu est défendu par des murailles de bois, qui servent d’enceinte aux maisons. En 1756, on y a fait un fossé de trois pieds de large, parce qu’elle était menacée d’être attaquée par les Mongols révoltés. La petite garnison est composée de Mongols, portant des habits fort déguenillés et armés de bâtons. Les maisons sont alignées ; les grandes rues ont 3 à 4 toises de largeur, elles sont couvertes de gravier et très propres.

  • 3 Autre indice d’une compilation rapide : Mentelle ne prend pas la peine de convertir les données dan (...)

34Les maisons qui sont vastes ont plusieurs temples, et quelques bâtiments publics ; à la tête des affaires et de la police de la ville, est une espèce de gouverneur, que l’on nomme sourgoutscheï : il fait observer très rigoureusement les lois imposées aux Chinois dans le commerce, pour prévenir une trop grande concurrence, ce qui leur donne un très grand avantage sur les Russes, peu surveillés par leur gouvernement, et sacrifiant leurs intérêts particuliers aux avantages qu’une police plus exactement suivie procurerait au commerce en général. On a surtout grand soin d’empêcher la trop grande affluence des marchands et des marchandises. Les caravanes se rassemblent à Ourga, ou plus exactement à Oergoe, à 5 verstes de Kiakhta. On a soin de ne les laisser partir pour les frontières de l’empire qu’à certaines époques, telles que janvier, mai3 et vers l’automne, et d’en fixer le nombre ; et au moment de leur départ, elles paient un petit droit de péage : il est sur les marchandises qui entrent en Chine de 5 pour 100.

35Les marchandises sont apportées par les Chinois sur des chameaux, ou sur des mauvaises charrettes, qui ont des roues détestables. Les caravanes, qui voyagent l’hiver, portent avec elles des tentes de feutres ; en été, elles en ont de bois, toutes ferrées, de manière à pouvoir se plier. Quand on veut monter les tentes, on les tire de leurs étuis, on les dresse et on les couvre d’une toile à voile ou de paillassons.

36Les Chinois mettent ordinairement 45 jours pour se rendre de Maïmatschin à la grande muraille : ils ont ensuite 4 à 5 jours de marche pour se rendre à Pekin, à 39 degrés, 43 minutes 13 secondes de latitude. On se sert de la langue mongole pour les affaires : cet usage est d’autant plus indispensable que ceux des Chinois qui veulent parler le russe ne le peuvent que très imparfaitement, parce qu’ils manquent des lettres B, D, R, X, Z, auxquelles ils substituent L, P, T, SS ; et pour ne citer qu’un exemple de l’altération qu’éprouvent les mots quand ils sont prononcés par eux, je prends dans un auteur les mots suivants : hoc est corpus meum, que les Chinois croient prononcer comme nous, en disant : ho ke, oge-su-tu, co-ul-pu-su, me-vum.

37Le commerce avec les Chinois se fait par échange ; le Chinois entre dans les magasins, choisit ce qui lui convient, et se rend chez le marchand avec lequel il traite de ce qu’il lui donnera en échange, ensuite de la valeur des marchandises de l’un et de l’autre ; le Chinois met son cachet sur les ballots, et le Russe fait garder les ballots qu’il a choisis chez le Chinois : le négociant russe évalue toujours ses marchandises, un quart, un tiers, et quelquefois une moitié moins que celle des Chinois, parce qu’en général il gagne moitié sur les fourrures, objet de son principal commerce. Au reste, les frais pour les Russes sont énormes ; car outre ceux de transport, ils paient des droits à peu près de 25 pour cent. Quant aux Chinois, ils s’associent ordinairement deux ensemble, et l’un reste à Maïmatschin, pendant que l’autre se rend à Kiakhta, et ainsi alternativement. Leur gouvernement ne permet pas qu’il y ait des femmes dans leur bourg, ce qui contribue à les rendre un peu galants auprès des femmes russes : on assure même que leurs riches présents ont plus d’une fois fait évanouir les obstacles qu’apportaient d’abord à leurs desseins la différence des habitudes et le peu de conformité du langage.

38Quand il n’existerait aucune ordonnance pour interdire aux Russes le commerce en gros avec le Chinois, payé argent comptant, ce commerce serait impossible pour deux raisons : la première, c’est que les Chinois n’accepteraient pas cette condition ; la seconde, c’est que les Russes n’y trouveraient aucun avantage. Mais par l’avidité des marchands russes, qui veulent hâter leur retour, ils s’empressent de suroffrir à l’envi le prix des marchandises chinoises ; ce qui fait que les Chinois les tiennent toujours les plus chères qu’ils peuvent.

39Les principales marchandises portées par les Russes sont : les castors du Canada, qu’ils achètent des Anglais au prix de 70 à 90 roubles les 10 peaux ; elles se vendent chacune à Kiakhta depuis 7 jusqu’à 20 roubles chacune.

40Des renards noirs du Canada, qui se vendent à Kiakhta jusqu’à 100 roubles. Ces marchandises sont apportées par les Anglais au port d’Archangel. La plus grande partie des autres fourrures vient de différentes régions de la Russie asiatique.

41Les Russes prennent en échange peu de marchandises de soie, parce qu’elles ne sont plus aussi bonnes qu’autrefois. Les Chinois font mêmes, pour tromper, des damas dont la trame est en fil d’orties.

42Des étoffes de coton teintes, les plus fortes et les plus solides de toutes les étoffes tissues de la Chine ; les Russes les nomment kitaika.

43Le thé même n’est plus de si bonne qualité qu’autrefois, et coûte plus cher ; c’est cependant la marchandise que les Russes vendent le mieux.

44La porcelaine est aussi un objet considérable d’importation. Les Chinois commencent à imiter les Européens, pour la forme, les dessins et la force qu’ils donnent à leurs porcelaines, ils ont même imité plusieurs de nos tableaux d’après quelques gravures françaises.

45On achète aussi des pièces d’argent fin, fondues et chargées d’un timbre ; cette monnaie a communément la forme d’un fer à cheval, parce que l’on prétend que ce fut un cheval qui battant la terre avec son pied donna lieu à la première découverte d’une mine : c’est la monnaie courante des Chinois.

46Quoique l’on obtienne de la soie écrue, on prétend que ce commerce est défendu en Chine ; mais on a de la soie filée et de la soie à coudre.

47On a aussi du coton brun, mais malpropre, parce que c’est celui qui a servi à emballer les porcelaines.

48Je supprime beaucoup d’autres articles, et je finis par les cabarets, armoires en bois vernissé et en laques, de petites figures et de l’encre de la Chine dont on a cent tablettes pour un rouble, et quelquefois moins.

49L’excellent thé ne coûte qu’un rouble la livre.

50On peut faire ici une remarque sur le peu d’intelligence des Chinois en général ; c’est qu’ils vendent à bon marché aux Russes des montres apportées par mer à Canton, et qui depuis se sont dérangées ; ils n’ont personne en état de les racommoder. Les Russes obtiennent souvent plusieurs montres en échange d’un beau chien, genre de propriété, dont les Chinois sont très curieux.

51Mais le gouvernement russe a prohibé les armes à feu, les étalons, les juments et certaines peaux tannées... et parmi les importations, le sel, l’eau-de-vie, les poissons, la monnaie de cuivre et la rhubarbe. En général, on estime le commerce de la Russie avec la Chine à 20 millions de nos livres.

52Le gouvernement s’est réservé le commerce exclusif de la rhubarbe. Ceux qui en font le commerce sont de la ville de Selin, située au sud-ouest de Koko-Noor, ou lac bleu, vers le Thibet : elle est aujourd’hui soumise à la Chine. La contrée est couverte de hautes montagnes, dépourvues de bois en grande partie. La rhubarbe croît sur ces montagnes entre les rochers, au nord de Selin, et presque jusqu’au Koko-Noor ; on reconnaît les vieilles racines qui sont les bonnes à leurs tiges larges et épaisses.

53Les Tangouts qui les recueillent commencent leur récolte au mois d’avril ou de mai.

54L’empereur de la Chine a défendu, sous des peines très sévères, l’exportation de la rhubarbe de première qualité ; elle s’obtient en contrebande, mêlée avec la mauvaise, dans des sacs de laine ; il y a à Kiakhta une commission particulière pour choisir, recevoir et payer en pelleteries, la rhubarbe qu’on y apporte. Un apothicaire fait l’office de vérificateur, des ouvriers-jurés la brisent par morceaux, pour la nettoyer et enlever tout ce qui est gâté ; on pèse les bonnes racines, et on les paie le prix convenu. La rhubarbe vient, comme je l’ai dit, du Thibet.

55On s’en est procuré de la graine, mais elle n’a pas bien réussi.

56Je finirai par un trait que rapporte Pallas, et qui me paraît d’autant plus curieux à recueillir qu’il semble appartenir à tout le peuple chinois, ou du moins aux Chinois Mant-choux.

57« J’ai été témoin, dit ce savant, des sots préjugés des Chinois, à l’occasion d’une éclipse de lune du 6 avril 1772. La garde chinoise, qui veille à la police, est dans l’usage de se promener toute la nuit ; et à chaque heure, les hommes qui la composent frappent sur des planches, pour prouver qu’ils veillent exactement à la sûreté publique. Mais cette nuit toute la ville était sur pied, et tous les Chinois faisaient le même bruit que la garde. Ce tapage commença à la nuit tombante, un moment après que les portes de la ville furent fermées, et dura pendant toute l’éclipse. On faisait ce bruit en frappant sur des planches et des chaudrons. On entendait près du temple le bruit des cloches et des timbales. Les chiens, qui aboyaient de tous côtés, augmentaient cet horrible bacchanal. On ne voyait presque pas un seul Chinois dans la ville le lendemain : il était facile de s’apercevoir de cette désertion, car ils ne font communément qu’aller et venir ; je m’informai de la cause, et j’appris que le 7 avril était annoncé dans un calendrier comme un jour sinistre, et que le travail leur était défendu ce jour-là, et ils ne s’occupaient qu’à se baigner.

58Je fus vivement surpris de voir un peuple civilisé et fort instruit s’attacher ainsi aux prédictions d’un calendrier, qui leur dicte l’occupation de chaque jour, et à tant d’autres préjugés. Ils ont la bêtise de croire que l’éclipse vient de ce que leur Araschoulla, mauvais esprit aérien, a mis la main sur la lune, et qu’ils sont obligés d’aller à son secours et de repousser l’esprit en faisant beaucoup de bruit. Ils montrent la même petitesse d’esprit dans les incendies. Ils s’imaginent que le dieu en a fait choix comme d’un holocauste ; lorsque le feu y prend, ils se contentent de jeter un peu d’eau dans les flammes pour apaiser le dieu du feu. »

59Je reviens actuellement à ce que je m’étais proposé de vous dire des peuples plus connus de l’intérieur de la Russie asiatique.

  • 4 Pour les Kalmouks, Mentelle suit Pallas, op. cit., t. 2, p. 156-245.

60Kalmouks4. Le mot Kalmouk est russe, car ce peuple dans sa langue se nomme Kalmak ou Kalimak, quoique beaucoup d’écrivains aient confondu souvent les Tartares avec les Mongols ; on peut assurer que si ce n’est la couleur, les Mongols ressemblent moins aux Tartares qu’un nègre ne ressemble à un Européen.

61Or les Kalmouks sont de race mongole. Ils sont généralement d’une taille médiocre. On en trouve plus de petits que de grands ; mais ils sont tous bien pris dans leur taille, qui est mince et déliée, ainsi que leurs membres. Leur peau est assez blanche et ne devient brune que par l’usage d’être dans leur jeunesse absolument nus à l’ardeur du soleil, et d’y avoir le visage exposé en tout temps. Les traits caractéristiques de tous les visages kalmouks sont des yeux dont le grand angle, placé obliquement en descendant vers le nez, est peu ouvert et charnu ; des sourcils noirs, peu garnis et formant un arc surbaissé ; une conformation particulière du nez ordinairement camus, et écrasé vers le front ; enfin les os des joues saillants, la tête et le visage fort ronds. Ils ont de plus la prunelle fort brune, les lèvres grosses et charnues, le menton court, les dents très blanches ; elles se conservent telles jusque dans la vieillesse. Leurs oreilles sont d’une grandeur énorme et fort détachées de la tête. Une chose fort remarquable, c’est que le mélange du sang russe et tartare avec le sang kalmouk produit les plus beaux enfants ; tandis que ceux d’origine kalmouke et mongole ont des figures très différentes, et sont laids, boursoufflés, au moins jusqu’à l’âge de dix ans ; tous les Kalmouks naissent avec des cheveux noirs ; et ils ont naturellement la barbe très forte : mais ils ne portent que deux moustaches, et un petit bouquet de barbe sous la lèvre inférieure. Ils arrachent tout le reste, et s’épilent tout le corps.

62La nature qui paraît, aux yeux des Européens, les avoir bien maltraités du côté des traits, les en a bien dédommagés par la finesse dont elle a doué leurs sens. Ils ont l’odorat très subtil, l’ouîe très fine, et la vue très perçante.

63Ils sentent à une distance prodigieuse l’odeur du feu et celle d’un camp. En plaçant leur nez à l’embouchure d’un terrier de renard ou de quelque autre bête, ils décident si l’animal y est encore, ou s’il en est sorti.

64L’ouîe les avertit, à une distance bien plus considérable encore, du bruit des chevaux qui marchent, des lieux où l’ennemi se trouve, de ceux où ils pourront rencontrer un troupeau ou quelque pièce de bétail égaré. Il leur suffit de se coucher à terre une oreille contre le gazon. Ce qui n’est pas moins étonnant, c’est la perspicacité de leur vue, qui aperçoit et distingue des objets très petits à de fort grandes distances. Rien ne peut leur échapper de ce qui est sur leur horizon, malgré les inégalités de la surface et les vapeurs causées par les plus grandes chaleurs.

65Le caractère des Kalmouks est infiniment meilleur que ne l’ont dépeint plusieurs voyageurs. Les Kalmouks sont affables, hospitaliers et francs. Ils aiment à rendre service. Ils sont toujours gais et enjoués, ce qui les distingue des flegmatiques Kirguis ; mais à côté de ces bonnes qualités, ils ont des défauts éminents.

66Ils sont sales, paresseux et fort rusés ; ils abusent très souvent de ce dernier défaut. Les femmes sont très laborieuses pour tout ce qui concerne leur ménage. Les Kalmouks qui s’exercent à une profession, ou que leur pauvreté réduit à se donner aux Russes, pour le travail ou la pêche, sont très laborieux et infatigables.

67On nomme oulouss les divisions que nous nommons en français tribus. Plusieurs de ces oulouss obéissent à un chef, et ordinairement elles reçoivent en masse une teinte de ses bonnes ou mauvaises qualités : s’il est guerrier, elles le deviennent ; elles exercent le pillage, si c’est un brigand.

68En général, leur habillement ressemble à celui des anciens Polonais ; et les femmes s’habillent à peu près comme les hommes, mais on les reconnaît à leur coiffure : elles ont grand soin de leurs cheveux, portent des tresses ; au contraire les hommes, à l’exception d’une petite houppe, ont la tête rasée.

69Les nombreux troupeaux des Kalmouks leur fournissent beaucoup de lait pendant l’été, et ce lait est la base de leur nourriture ; ils ont plus de chevaux que de bêtes à cornes. Ils préfèrent le lait de jument à tout autre, parce que, pour peu qu’il s’aigrisse, il devient spiritueux, et que deux ou trois grandes écuelles suffisent pour les griser. On ne peut pas faire de beurre avec ce lait, parce qu’il donne très peu de crème ; mais aigri, il a un goût d’acide vineux et très agréable : on en fait de bonne eau-de-vie. Dans l’hiver les juments donnent très peu de lait : on y supplée par celui de vache. Il y a des Kalmouks qui possèdent jusqu’à 2 000 chevaux ; mais ils élèvent fort peu de chameaux.

70En géographie surtout il convient d’indiquer les parties de l’Asie où se trouvent les Kalmouks. Pendant l’hiver ils habitent avec leurs troupeaux les contrées méridionales des landes du Volga, et celles baignées par la mer Caspienne.

71Ils restent toujours à une certaine distance de l’Iaïk, dont le voisinage est alors habité par les Kirguis leurs ennemis. Le voisinage de la mer leur fournit beaucoup de roseaux pour le chauffage ; et il y tombe si peu de neige que leurs troupeaux trouvent toujours assez de pâture et de fourrage pour les soutenir jusqu’à la belle saison : aussitôt que le printemps commence, ils se transportent dans les contrées septentrionales, d’abord dans les landes, puis dans les bas-fonds, sur les bords du Volga, lorsqu’il est retiré. Ils choisissent de préférence les lieux où ils aperçoivent des roseaux, parce qu’ils sont certains d’y trouver des sources. Au reste, leurs migrations sont un spectacle assez agréable ; des chameaux portent tout le bagage ; des dromadaires blancs portent les livres saints, les idoles appelées bourkhans et toutes choses sacrées ; les bêtes de charge ont des grelots, et les femmes et les enfants chargés de la conduite des troupeaux chantent ordinairement le long de la route. Les hommes eux-mêmes chantent en passant de côté et d’autre pour conduire le bagage.

72Je supprime beaucoup de détails qui ne seraient pas intéressants et sont sans utilité, pour parler de leur gouvernement.

73Les tribus des Kalmouks ont été de tout temps soumises à des chefs héréditaires.

74Toute la nation est actuellement divisée sous le commandement de plusieurs petits princes qui portent le titre de noïon : ils n’obéissent guère qu’à leur khan.

75Une horde que commande un noïon est appelée oulouss ; celle-ci est divisée par petites troupes appelées aïmaks, qui campent près l’un de l’autre.

76Chaque aïmak est commandé par un noble, désigné par le nom de saïssang ; ces aïmaks se subdivisent en plusieurs compagnies à cause des pâturages ; elles sont composées de dix à douze tentes : on appelle cette réunion khatoun, qui signifie chaudron, parce que d’abord un chaudron était leur gamelle, et qu’ils devaient y manger tous ensemble. C’est ainsi que nos soldats sont divisés dans le régime intérieur par chambrées, et que les janissaires le sont en Turquie par odjak ou cheminées, c’est-à-dire aussi par chambrées. Chaque khatoun a son chef qui dépend du premier saïssang de son aïmak, et ce saïssang dépend du noïon.

77Le noïon perçoit annuellement la dîme sur tous les bestiaux de ses sujets ; il a le droit de leur infliger les peines corporelles qu’il juge à propos, de leur faire couper le nez, les oreilles, ou le poignet, lorsque les fautes l’exigent ; mais il n’ose faire mourir personne publiquement.

78Lorsqu’un Kalmouk paraît devant son noïon, il doit le saluer en mettant la main droite fermée sur son front et en touchant ensuite le côté du noïon avec la même main : celui-ci lui met une des siennes sur l’épaule, s’il daigne répondre à son salut.

79Les Kalmouks se servent de l’écriture mongole pour toutes les affaires privées et publiques ; et leur langue même est en grande partie celle des Mongols.

80On admire avec raison la sagesse des lois kalmoukes, différentes selon différents genres de crimes, mais dont aucune ne prononce la peine de mort.

  • 5 Louis-Mathieu Langlès (1763 - 1824), orientaliste, promoteur de la création de l’École spéciale des (...)

81Quant à leur religion, c’est celle des Mongols, non musulmans ; on la désigne par le nom de lamisme : ils admettent la métempsycose, au moins pour plusieurs de leurs dieux qu’ils nomment bourkhans. On voit, par tout ce qu’ordonne ou que punit la religion de Lama, qu’elle a été imaginée pour soumettre entièrement les khans et le peuple à la volonté des prêtres. Un savant qui s’occupe beaucoup et avec un grand succès des connaissances orientales (le citoyen Langlès5) pense que le Lama des Thibétains n’est autre que le Brama des Indiens ; et que ce personnage était un sabéen hérétique, postérieur de beaucoup à Boudh ou Bedda, fondateur du sabéisme ou chamisme.

82Le Dalaï Lama, ou le grand lama, est le chef suprême de tous les ministres de cette religion, que l’on comprend sous le nom générique de Khoubrak, qui répond à celui du clergé en Occident.

83Les Kalmouks regardent le Dalaï-Lama comme un bourkhan (ou divinité) habitant sur la terre : ils assurent que son âme passe, à la fin de sa vie, dans un autre corps.

84Ce chef réside dans un lieu que les uns appellent Baraoun-Tala, d’autres Pontal, et d’autres enfin Batalaï-Lassaou.

85Les hordes envoient de temps en temps à la cour de ce chef, pour traiter des affaires qui regardent le clergé.

86Le Dalaï-Lama habite dans une espèce de monastère, situé sur une montagne : les femmes n’osent en approcher.

87Ce souverain pontife est représenté, chez les Torgouts, par un lama, vicaire du Dalaï-Lama.

88Ce personnage a d’autant plus de rapports avec le pape qu’il est comme lui le souverain d’un État particulier. Il a son oulouss en propre, composé de 1 000 tentes, presque toutes habitées par des personnages de son clergé ; il en reçoit annuellement un tribut en chevaux et en chameaux. La couleur affectée à son habit est le jaune avec une écharpe rouge ; c’est à peu près aussi l’habit de son clergé, dans lequel on distingue les lamas zordshi, espèce d’évêque, et le bas clergé, ou prêtres appelés guelloung, qui sont attachés à chaque aimak ; ce clergé n’est pas salarié, mais il reçoit des présents ; ils vivent tous dans l’abstinence du commerce des femmes ; mais ils peuvent la quitter et se marier.

89Le culte se fait en langue Tangout, ou si l’on veut, en Thibétain, car c’est la même langue ; seulement on nomme particulièrement Thibet la partie méridionale de ce royaume ; et Tangout, la partie septentrionale.

90L’abrutissement est tel chez les Kalmouks qu’ils n’osent rien entreprendre sans avoir consulté leurs prêtres.

91Ils observent les mois lunaires, et ont trois jours de fêtes par mois, et trois grandes fêtes dans l’année.

92Le lamisme défend la polygamie ; quoique le divorce ne soit pas permis, il arrive cependant quelquefois qu’un mari mécontent de sa femme lui ôte tout ce qui était à son usage, et la chasse à coups de fouet : mais lorsqu’il veut la congédier d’une manière honnête, il la fait monter sur un cheval sellé, après un repas de famille, lui donne une certaine quantité de bétail, et la renvoie chez ses parents.

  • 6 Pour les Toungouses, Mentelle emprunte à Pallas, op. cit., t. 6, p. 18-26.

93Les Tongousses6 de la Daourie, sur les frontières de la Chine, sont de tous les peuples qui habitent les vastes landes de la Russie asiatique ceux qui manient le mieux un cheval, les plus habiles tireurs d’arc, et les plus courageux guerriers : ils servent de gardes aux frontières, et sont au nombre d’environ 40 000 hommes ; leur visage est plus aplati et plus grand que celui des Mongols : c’est une ressemblance qu’ils ont avec les Samoyèdes. Ils ont peu de barbe ; quelques-uns n’en ont pas du tout. Leur chevelure est longue et noire ; ils la laissent pendre naturellement autour de leur tête à une longueur uniforme ; ils conservent une houppe de cheveux plus longue sur le sommet de la tête, et en forment une tresse pour y attacher leur arc et le tenir à sec, lorsqu’ils sont obligés, dans leurs voyages ou dans leurs chasses, de traverser à la nage quelque rivière profonde. Je remarquerai seulement sur ce peuple que la petite vérole y fait à peu près tous les dix ans des ravages effroyables, et que quand elle devient épidémique, ils placent du thé et des viandes devant leurs iourtes, et prient avec beaucoup de ferveur, en faisant des génuflexions, la maladie de vouloir bien passer son chemin sans s’arrêter chez eux.

  • 7 La Pérouse a disparu en 1788. Sur l’expédition de La Pérouse, cf. deux ouvrages récents et importan (...)

94Je finirai ce morceau sur l’empire de Russie, par quelques détails sur la presqu’île de Kamtchatka, parce qu’il en est parlé dans les voyages de Cook, et dans celui que l’on va publier de l’infortuné La Peyrouse7.

95Cette presqu’île tient à la partie la plus orientale de l’Asie, et a plus de 10 degrés du nord au sud. Le milieu est occupé par une chaîne de montagnes qui s’abaisse dans la mer et y forme les îles Kouriles. C’est presqu’à son extrémité que sur la côte orientale se trouve une baie appelée baie d’Avatcha, et un port nommé le port de Saint-Pierre et Saint-Paul.

  • 8 Louis Delisle de La Croyère (1687 — 1741), quatrième fils du géographe et historien Claude Delisle (...)
  • 9 Charles Clerke (1743—1779), qui avait suivi Cook dans ses trois expéditions, a pris le commandement (...)

96C’est près de ce lieu que fut enterré, il y a plus de 60 ans, de Lille de la Coroyère8, et que le fut depuis le capitaine Clarke9, qui avait pris le commandement après la mort de Cook. À 15 ou 20 verstes du port est un volcan ; mais ce qui étonne dans un climat si froid (vers le 53e degré de latitude), c’est l’état de la végétation.

97L’herbe y est presque de la hauteur d’un homme, et les fleurs champêtres, telles que les roses sauvages et autres, y rendent l’odeur la plus suave. La neige y commence en octobre, et le dégel n’a lieu qu’en avril ou mai ; mais même en juillet on voit tomber de la neige sur le sommet des montagnes, et surtout sur les volcans. Les naturels du Kamtchatka se nomment Kamtchadales ; ils logent l’été dans leurs balagans, et l’hiver dans leurs isbas. Il leur est défendu de construire des demeures souterraines que l’on nomme iourtes, et qui sont à peu près pratiquées comme nos glacières. Les balagans s’élèvent au-dessus du sol sur plusieurs poteaux plantés à d’égales distances. Cette colonnade, haute de 12 à 13 pieds, soutient en l’air une plate-forme faite de soliveaux, emboîtés les uns dans les autres, et revêtus d’une terre glaiseuse. Cette plate-forme sert de plancher à tout l’édifice, qui consiste en un comble de forme conique, couvert d’une sorte de chaume, étendu sur de longues perches qui se réunissent au sommet. Ce comble est à la fois le premier et le dernier étage : il forme tout l’appartement composé d’une seule chambre ; un trou pratiqué dans le toit y donne passage à la fumée, lorsque l’on y fait du feu pour préparer les aliments ; cette cuisine s’établit alors au milieu de la chambre où ils mangent, se couchent et dorment pêle-mêle, sans le moindre dégoût, ni sans aucun scrupule ; le jour n’y a qu’une entrée, c’est la porte. L’escalier est digne de la maison, c’est une poutre ou plutôt un arbre entaillé grossièrement, dont un bout pose à terre, et l’autre est élevé à la hauteur du plancher ; il arrive à l’angle de la porte, au niveau d’une espèce de galerie découverte qui se trouve en avant. Cet arbre a conservé sa rondeur, et présente sur un côté de sa superficie ce que l’on prétend être des marches, et qui ne sont que des entailles très mal faites ; mais comme ce bois a conservé sa rondeur et sa mobilité, on sent que l’on ne le monte qu’avec quelque risque, quand on n’en a pas l’habitude. Les Kamtchadales ne le fixent pas, parce qu’en sortant ils retournent ce morceau, c’est indiquer qu’il n’y a personne à la maison. C’est à l’abri du soleil et à l’air qu’ils font sécher leurs poissons, sous ces balagans ; c’est aussi là que l’on rassemble les chiens qui servent au traînage des traîneaux.

98Les isbas sont tous en bois ; des arbres couchés horizontalement les uns sur les autres en font les murs, et les vides sont remplis avec de la mousse. Leur toit ressemble à celui de nos chaumières, il est couvert de joncs, ou même de planches ; deux chambres partagent l’intérieur, et un seul poële les échauffe toutes deux et sert pour la cuisine : aux deux côtés de la plus grande de ces chambres, sont placés à demeure de larges bancs, et parfois un méchant grabat fait de planches et couvert de peaux d’ours, c’est là le lit des chefs de la famille ; les femmes, très malheureuses dans toutes ces contrées, se couchent par terre sur des peaux. Les murs sont décorés de beaucoup d’images de saints ; les fenêtres, qui ne sont ni larges, ni hautes, ont pour vitrage des peaux de saumons ou des vessies, tellement raclées qu’elles deviennent diaphanes ; il y en a quelques-unes où se trouve du talc.

99Leurs villages portent le nom russe d’ostrog, et chaque ostrog est commandé par un chef nommé toyon, qu’ils élisent à la pluralité des voix, mais dont l’élection doit être approuvée par la jurisdiction de la province.

  • 10 Ces pages reproduisent, souvent littéralement, des descriptions contenues dans le Journal historiqu (...)

100On sait que ce peuple est moins superstitieux et a moins de confiance dans les chamans, ou sorciers, depuis leur réunion à la Russie10.

Notes

* Située au 55°, 45’, 20" de latitude ; 35°, 26’, 15" de longit. orientale.

* L’île de Saïtchi.

** Le verste a 500 toises, ou du moins il les a presque, car on y a fait des changements ; ainsi nous pouvons l’estimer au quart de lieue à peu près.

1 La description qui suit reprend l’ouvrage de Le Clerc, père et fils (op. cit., t. 2) ; pour Moscou, Mentelle emprunte, tout en abrégeant beaucoup, jusqu’aux chiffres (églises et couvents, population, et nombre de marchands, de boutiques) et à certaines particularités ou même appréciations (sur les rues, les maisons), au tome 2, p. 366-377. Les quelques lignes qu’il consacre à Saint-Pétersbourg s’inspirent probablement du même ouvrage, ici considérablement résumé (ibid., p. 294-307).

2 L’expansion des Russes en Sibérie, considérable entre 1610 et 1640 (ils progressent alors de près de cinq mille kilomètres, de l’Ob au Pacifique) leur permet de s’installer au Kamtchatka à partir de 1696, et vers le sud-est les amène dans la région de l’Amour au contact de la Chine. Le traité de Nertchinsk (1689) fixe la frontière le long des fleuves Argun et Gorbitsa et des monts Stanovoï. Elle rejoint ainsi directement le golfe de la mer d’Okhotsk et écarte effectivement les Russes de la navigation de l’Amour (cf. N. V. Riasanovsky, op. cit., p. 213-215).
Le jésuite Jean-François Gerbillon (1654-1707) , mathématicien, appartient à un premier noyau de la mission française envoyé par Louis XIV en Chine. Parti de Brest en 1685, il fut longtemps retenu au Siam et arriva en Chine en février 1688. Son rôle fut essentiel dans les négociations du traité (auxquelles participa aussi le père Th. Pereira), ainsi que dans l’exploration de cet Extrême-Orient des confins (Ordos, désert de Gobi, Haut-Amour, confins des monts Tannou et Altaï (N. Broc, La géographie des philosophes [...], op. cit., p. 135, 137). Il accompagna effectivement l’empereur dans ses voyages en Tartarie, et ses travaux (Relations de huit voyages dans la Grande Tartarie) seront intégrés dans l’encyclopédie sur la Chine que constitue la Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise du père du Halde (Paris, 1735).

3 Autre indice d’une compilation rapide : Mentelle ne prend pas la peine de convertir les données dans le calendrier révolutionnaire (auquel il a eu recours ailleurs).

Tous ces développements sur les relations commerciales sino-russes à Kiakhta suivent Pallas, op. cit., t. 5, p. 244-324. C’est Pallas qui cite l’exemple de transposition linguistique (donné par Gottlieb Siegfried Bayer, Museum sinicum [...], Saint-Pétersbourg, 1730) repris par Mentelle, infra.

4 Pour les Kalmouks, Mentelle suit Pallas, op. cit., t. 2, p. 156-245.

5 Louis-Mathieu Langlès (1763 - 1824), orientaliste, promoteur de la création de l’École spéciale des langues orientales vivantes en 1795, est précisément l’éditeur, en collaboration avec Lamarck, des Voyages de Pallas et l’auteur de la note sur les affinités religieuses (ibid., p. 199-200) que résume Mentelle. Aux « fables » (ibid., p. 199), aux « préjugés » et à la tyrannie des lamas (ibid., p. 223), Mentelle ajoute quelques termes de son cru, la référence au pape ou au statut institutionnel du clergé (alors que Pallas écrit : « Un guelloung n’a point de propriété », ibid., p. 226).

6 Pour les Toungouses, Mentelle emprunte à Pallas, op. cit., t. 6, p. 18-26.

7 La Pérouse a disparu en 1788. Sur l’expédition de La Pérouse, cf. deux ouvrages récents et importants : J. Dunmore et M. de Brossard, éds., Le voyage de Lapérouse, 1785-1788. Récit et documents originaux présentés par [...], préface de M. Mollat du Jourdin, Paris, 1985, 2 t., ill., cartes ; C. Gaziello, L’expédition de Lapérouse, 1785-1788, réplique française aux voyages de Cook, Paris, 1984, 324 p., ill. Pour le rôle de Buache de La Neuville dans la préparation cartographique, se reporter à l’Introduction.

8 Louis Delisle de La Croyère (1687 — 1741), quatrième fils du géographe et historien Claude Delisle (1644-1720) et de Nicole-Charlotte Millet de La Croyère, frère du géographe Guillaume (1675 - 1726) et de l’astronome et géographe Joseph-Nicolas (1688 - 1768). Ce dernier fut invité en Russie — où il séjourna une vingtaine d’années, conduisant des recherches cartographiques, préparant les voyages scientifiques en Sibérie et informant les savants français des progrès de la Russie dans le continent asiatique. Louis l’avait accompagné en Russie, et il fut en particulier associé à une grande expédition du Nord dirigée par Béring dans l’Arctique ; il mourut en 1741 au Kamtchatka. A son passage près d’un demi- siècle plus tard, La Pérouse fit graver une inscription sur sa tombe, comme il l’indique dans son journal (J. Dunmore et M. de Brossard, éds, op. cit., t. 2, p. 168-169, 407). L’intérêt de Mentelle pour la Russie et pour les grandes expéditions scientifiques en Sibérie s’explique peut-être aussi par une autre raison, secondaire il est vrai : des Delisle à Jean-Nicolas Buache, son collègue, il existe une sorte de tradition familiale. Sur les travaux de Joseph-Nicolas en Russie, et son rôle également dans la diffusion en France des découvertes de Béring, N. Broc, La géographie des philosophes [...], op. cit., p. 159-162. Ajoutons que l’extrémité de l’Asie et le Kamtchatka prennent place dans la géographie du mystérieux passage du Nord-Ouest pour lequel toute la famille s’est passionnée (L. Lagarde, « Le Passage du Nord-Ouest et la Mer de l’Ouest dans la cartographie française du 18e siècle, contribution à l’étude de l’œuvre des Delisle et Buache », Imago Mundi, 41, 1989, p. 19-43).

9 Charles Clerke (1743—1779), qui avait suivi Cook dans ses trois expéditions, a pris le commandement de la troisième (envoyée à la découverte du passage du Nord-Ouest) après la mort de Cook (février 1779) ; il se dirige vers le Kamtchatka, meurt à bord, de la tuberculose (22 août 1779). Il est enterré au Kamtchatka, J. Dunmore et M. de Brossard, éds, op. cit., t. 2, p. 406-407 ; É . Taillemite, art. cit., p. 68-69.

10 Ces pages reproduisent, souvent littéralement, des descriptions contenues dans le Journal historique du voyage de M. de Lesseps, consul de France, employé dans l’expédition de M. le comte de la Pérouse, en qualité d’interprète du Roi ; depuis l’instant où il a quitté les frégates françoises au port Saint-Pierre & Saint-Paul du Kamtschatka, jusqu’à son arrivée en France, le ¡7 octobre 1788, Paris, Imprimerie royale, 1790, 2 vol., cartes. Le jeune Lesseps, à peine âgé de dix-neuf ans, fils du consul général à Saint-Pétersbourg (et oncle de Ferdinand), apportait à Versailles les dépêches de son père, quand il fut choisi, avec le titre de vice-consul de Russie — dans l’attente du poste qu’on lui savait réserver —, comme interprète dans l’expédition de La Pérouse. Ce dernier le laissera au Kamtchatka. Parti en octobre 1787, Lesseps parvint à Saint-Pétersbourg le 22 septembre 1788, confia à l’ambassadeur de France les paquets et les documents de La Pérouse, et arriva à Versailles le 17 octobre. Ses observations ethnographiques sur la Sibérie (le balagan, l’isba, l’ostrog, Journal [...], vol. 1, p. 25 sq.) sont confirmées par celles du journal de La Pérouse, J. Dunmore et M. de Brossard, éds, op. cit., t. 2, p. 408-409. Sur Lesseps, ibid., p. 414 ; C. Gaziello, op. cit., p. 148-149, 182, 211 ; N. Broc, La géographie des philosophes [...], op. cit., p. 290-291, 387-391.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540