Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Dixième leçon

23 germinal/12 avril

Texte intégral

MENTELLE

  • 1 Trace du discrédit dont ont longtemps pâti, au xviiie siècle, les ténèbres, le fanatisme, etc., du (...)

1Si nous nous occupions de la géographie pour elle-même, ou simplement relativement aux avantages que ses recherches peuvent procurer à l’histoire, nous nous arrêterions ici, à la partie que l’on nomme géographie du moyen âge1. La chute de l’empire romain et les invasions successives des Barbares du Nord, les ravages causés en Afrique, en Asie et en Espagne par le fanatisme destructeur des Arabes firent disparaître beaucoup de lieux célèbres de dessus la surface du globe. Des écrivains peu instruits, dont le style barbare, la latinité vicieuse nous offrent à ces époques beaucoup de noms de lieux substitués aux anciens, dont il est impossible de reconnaître les rapports et l’emplacement, avaient alors succédé aux bons auteurs de l’antiquité.

  • 2 Mentelle par une suite d’approximations attribue sans doute le rôle de découvreur de l’Amérique à s (...)
  • * Ce tableau sur feuille du grand-aigle n’a pu être imprimé dans cet ouvrage.
  • 3 Rappelons les raisons probables de ce début du cours de géographie moderne. La Russie — singulièrem (...)

2L’étude de ces monuments, et particulièrement de l’ouvrage géographique d’Alfred2, roi de Norwège, où l’on voit que les Norwégiens découvrirent les parties du nord-est de l’Amérique, à peu près 400 ans avant Christophe Colomb, est absolument du domaine des géographes, mais ne doit pas entrer chez nous dans les leçons normales de géographie. Nous ne vous entretiendrons donc pas ici de tout ce qui tient à la géographie du moyen âge. Il nous reste un champ assez vaste à parcourir, et qui nous rapproche davantage du but d’utilité de la géographie pour la politique et le gouvernement. Nous allons nous occuper de ce que l’on nomme géographie moderne, non pas dans ses détails minutieux qui appartiennent aux leçons particulières, mais dans la marche qu’il convient de suivre, pour y établir les bases des connaissances très importantes qu’il est nécessaire d’acquérir, principalement sur les grands corps politiques de l’Europe. Il en pourra résulter des tableaux et des rapprochements intéressants sur l’état des forces de nos ennemis, comparées aux nôtres, et des données plus certaines pour calculer la durée des efforts qu’ils opposent à notre courage et à notre enthousiasme pour la liberté. Je parcourrai la mappemonde, comme le feuillet d’un grand livre, et d’abord je vois l’empire de Russie y occuper le haut de la page. C’est donc cet État que je vais étudier avec vous, et sur lequel je vous offre un tableau* qui peut servir de modèle à ceux que vous pourrez faire, pour présenter d’une manière méthodique la géographie des autres pays3.

De la Russie

3L’histoire ne nous fait connaître aucun empire aussi vaste que celui de la Russie. Il occupe une grande portion de la partie septentrionale de l’Europe, et toute la partie septentrionale de l’Asie.

4Que doit faire le professeur de géographie, qui voudra traiter de la Russie ? Il se procurera d’abord une bonne carte générale de cet empire. La meilleure a été publiée en 1787 par l’académie de Pétersbourg. Il aura aussi en livres et remarques manuscrites, exactes autant que possible, ce qu’il aura pu se procurer de mieux : ordinairement des départements on tâche d’avoir quelques relations avec des hommes instruits de Paris, et ces hommes, qui cultivent à Paris les sciences, ont des correspondances dans les pays étrangers. Muni de ces matériaux, le professeur de géographie examine sur sa carte quelle est l’étendue de la Russie.

5La géographie mathématique lui offre le secours des latitudes, des longitudes et des mesures géodésiques.

6Il voit que l’empire de Russie s’étend du vingtième degré oriental du méridien de Paris au quatre-vingt-dixième, et du quarante-cinquième de latitude au soixante-quinzième. On sent bien que ces indications ne sont pas les mêmes pour tous les points.

  • 4 Mentelle évalue les distances en lieues. Un mètre provisoire a été fixé en novembre 1792, mais l’in (...)

7Actuellement, pour réduire ces premières mesures en lieues4, il évalue les degrés de latitude à 25 lieues chacun, et le nombre trouvé lui donne 750 lieues.

  • 5 Gaspard-Clair-François-Marie Riche, baron de Prony (Chamelet, 1755-Asnières, 1839), ingénieur des P (...)

8Quant aux degrés de longitude, on sait que les méridiens se rapprochent de plus en plus des pôles ; chaque degré de longitude doit comprendre moins de mesures géodésiques, à mesure que l’on s’élève vers le nord. J’ai donné dans ma Cosmographie une table calculée de ces diminutions. Le citoyen Proni5, qui est à la tête des travaux du cadastre, a la complaisance de m’en faire calculer une autre, d’après les nouvelles mesures ; je la publierai dans les ouvrages que je rédige pour la République.

9Comme la plus grande étendue de la Russie, considérée de l’ouest à l’est en degrés, est sous le cercle polaire, où les degrés de longitude n’ont pas 10 lieues et 1/4 d’étendue ; que cependant ce même empire s’étend sous le cinquante-cinquième degré de latitude jusqu’au cent soixantième degré de longitude, je prends comme terme moyen la mesure du degré de longitude à cette latitude. La table me donne 14 lieues et 1/3 ; j’en conclus en général que cet empire a plus de 2 000 lieues de l’ouest à l’est.

10Des détails plus exacts, arrêtés d’après des opérations sûres, m’apprennent que la surface de la Russie est estimée de 320 000, carrés, de 15 au degré, dont 78 000 en Europe, et 242 000 en Asie. Si l’on y joint 5 000, à peu près pour les acquisitions en Pologne, on aura au total 325 000, ce qui en forme le plus grand empire de toute la terre.

11On passe ensuite aux connaissances qui tiennent à la géographie physique.

Montagnes

12Les principales chaînes de montagnes sont 1° les monts appelés monts Ouralsks et monts Ouraliques par les Français ; les Baschkirs, habitants de cette partie de la Russie asiatique, les nomment Ouraltaon, c’est-à-dire montagnes de la Ceinture.

13Ils s’étendent du nord au sud, à peu près au nord de la mer Caspienne. 2° Les monts Altaïques qui sont plus à l’est, et quoique la chaîne s’étende plus loin, on ne donne guère cependant le nom d’altaïque que depuis l’Irtich jusqu’à l’Oby : au-delà de ce fleuve, on nomme cette chaîne Sanaini jusqu’à l’Enissei. De là les montagnes s’étendent, sans interruption, entre le fleuve Amour et la Lena, jusqu’à la mer d’Okotsk.

14Ces hautes montagnes, toujours couvertes de neige, renferment des minéraux de bien des espèces, et les sources de très grands fleuves qui arrosent la partie septentrionale de l’Asie.

Fleuves

15Les plus grands fleuves de l’Europe et de l’Asie coulent dans l’empire de Russie ; ce sont :

16Le Volga, en Europe ; il a plus de 600 lieues ; il se rend dans la mer Caspienne, à Astrakan. On remarque qu’il n’y a point en Europe de fleuves aussi abondants en poissons, principalement en esturgeons de plusieurs espèces, mais dont la plus grande partie ne remonte pas dans les autres rivières que reçoit le Volga.

17Le Jaïk, appelé actuellement Oural, qui a son embouchure dans la mer Caspienne, près de Gourief, où sont des marais salins.

18L’Oby, qui coule au nord et se jette dans un golfe de son nom, après un cours de près de 800 lieues. Ce fleuve est fort lent dans sa marche, et a un fond vaseux, sur lequel se plaisent les esturgeons. Mais il en résulte un inconvénient ; les eaux basses du fleuve, pendant l’hiver, se putréfient sous la glace.

19L’Enissei, qui coule aussi au nord. Il a 800 lieues, commence près du lac Losogol. On trouve dans ce fleuve et dans le suivant beaucoup de saumons, venus de la mer du Nord, et qui remontent jusqu’au lac Baïkal.

20La Lena, qui est à peu près aussi étendue, a sa source près du lac Baïkal.

  • 6 Dans les quelques pages de sa Cosmographie élémentaire consacrées à la géographie physique (p. 262) (...)

21Je ne m’étendrai pas sur les autres parties de la géographie physique de ce vaste empire ; il suffira de dire que l’on y trouve de presque toutes les espèces de richesses naturelles. Mais ne je veux pas omettre de vous indiquer les lieux où l’on a trouvé des ossements d’éléphant6, à des latitudes où ces animaux n’ont pas habitude de vivre, savoir :

  1. A Nagradkina, village situé à 30 verstes de Simbirsk. On y a trouvé non seulement un grand nombre de ces os, mais même un crâne, sur les bords d’un ruisseau qui se jette dans la Svoyaga, près du Volga, vers le cinquantième degré de latitude. On a fait plusieurs ouvrages de cet ivoire.
  2. Dans la rivière d’Irguir, aux environs de Samara, près de Y Oural, on trouve des os d’éléphants et de buffles. On cite une corne de buffle qui pesait dans sa base plus de six livres, elle avait plus de quatorze pouces de diamètre.
  3. À Kalmykova, sur l’Oural ou Iaïk, et près de la mer Caspienne, on conserve un morceau d’une grosse dent d’éléphant calcinée, et un coccyx énorme d’un de ces animaux, pesant 60 livres.

22On y voit aussi la partie supérieure d’un crâne de buffle garni de ses deux cornes, espacées entre elles d’un pied trois pouces, à leur racine sur le devant du front.

  1. À Verkotsione, au nord-est, presqu’à 60 degrés de latitude plus à l’est, les os ont été trouvés sur un rivage de la Toura.
  2. Près de l’Iset, dans le gouvernement d’Ekaterinbourg, on a trouvé non seulement des os d’éléphant, mais aussi des dents de requins, et des glossopètres de toutes sortes de formes et de grosseurs. Il est clair, dit le savant Pallas7, que les couches où ces os se trouvent étaient un fond de mer argileux, et que les couches supérieures qui le couvrent ont pu être formées par des terres charriées des montagnes.
  3. Près du Karasoun, on y en trouve de très considérables ; mais à Tobolsk à 58 degrés 12 minutes de latitude, on conserve soigneusement une dent d’ivoire, qui a 4 aulnes de long, et qui est d’une grosseur prodigieuse ; elle avait été trouvée plus au sud, près de Pétropavlofsk ; on y voit aussi une énorme corne de buffle.
  4. Près de Berezof, sur l’Oby, presqu’au 60e degré, on en trouve une très grande quantité, et des os de buffle.
  5. Près l’Eniseik, au-dessous de Selakino, on a trouvé aussi des dents d’éléphant vers le 60e degré.
  • 8 Mentelle est ici très nettement en retrait par rapport aux thèses développées dans sa Cosmographie (...)

23C’est aux naturalistes à nous indiquer quelles causes ont pu déterminer le séjour des animaux dont on voit les ossements dans un climat qui leur est si contraire8 : car le climat de la Sibérie est très froid. Je vais tâcher d’en donner une idée par les détails suivants.

24En général les hivers sont très longs en Russie, parce que l’on y est dans des latitudes très élevées, et que par conséquent on n’y voit le soleil que fort tard le matin ; et que par suite on le perd de bonne heure le soir. A Pétersbourg, par exemple, où l’on est à 59 degrés 56 minutes 23 secondes de latitude, le soleil se lève à 9 heures 15 minutes du matin, et se couche à 2 heures 45 minutes du soir ; mais à Arkangel, où l’on est à 64 d. 34 m., il ne se lève qu’à 10 h. 24 m. et se couche à 1 h. 36 m. ; mais à Tobolsk, qui est un peu plus méridional, même que Pétersbourg, puisqu’elle est à 58 d. 12 m. 30 s., le soleil se lève à 8 h. 56 m., et se couche à 3 h. 4 m. On sent bien que cette longue absence du soleil doit donner lieu, par rapport à la terre, à des déperdissements de chaleur, qui amènent insensiblement des froids considérables. Si l’on y joint les causes physiques accidentelles, tels que les bois, les lacs, les hautes montagnes qui s’opposent à l’arrivée des vents du sud, on n’est point étonné de ce que l’on rapporte de l’intensité du froid éprouvé dans les villes précédentes.

  • 9 Nicolas-Gabriel Clerc, dit Le Clerc (Baume-les-Dames, 1726 — Versailles, 1798), médecin, se rend en (...)

25« J’étais dans cet empire, dit Leclerc9 {Histoire de la Russie méridionale, tome I, page 304) pendant le fameux hiver de 1759 à 1760 ; le froid y fut si violent que l’air même paraissait gelé : à peine la fumée des cheminées pouvait-elle sortir ; les corbeaux, les pies, les moineaux tombaient de l’air comme morts.

  • 10 Johann Georg Gmelin (Tübingen, 1709 — id., 1755). Médecin, chimiste et botaniste allemand, membre d (...)

26« J’ai vu plusieurs lièvres restés roides sur leurs quatre pattes, comme s’ils eussent été vivants... M. Gmelin10 a vu à peu près les mêmes effets en Sibérie, en 1733 ; le mercure y descendit par la violence du froid à 120 degrés du thermomètre de Fahrenheit, ce qui est environ 39 de celui de Réaumur. »

27En 1760, le thermomètre descendit à Pétersbourg à 33 d. ; en Sibérie il n’est pas rare d’y éprouver un froid qui donne 53 d. 1/2 ; et à Ieniseik, il descendit le 16 janvier

281735 à 69 d. 1/4.

29Mais voici un récit de Pallas, qui vient à l’appui de ce que je viens de dire. Il était sur les frontières de la Mongolie : « J’observai (le 6 décembre 1772) au matin, à un excellent thermomètre, que le mercure tombait dans la boule et s’y condensait ; il marquait 235° : ainsi voilà le mercure gelé par un froid naturel, effet que l’on a quelquefois produit par un froid artificiel. »

30Il n’est pas rare que les membres gèlent lorsqu’ils se trouvent exposés à l’air ; le remède infaillible pour prévenir la putréfaction est de les frotter de neige avec assez de force pour les rappeler à la chaleur et à la vie.

31Je passe à la géographie politique.

Géographie politique

32Nous avons vu que les anciens habitants de la Russie actuelle portaient, chez les Grecs, le nom de Schytes ou Skythes. Ruric, prince norwégien, passe pour le fondateur de cet État moderne. Les gens du pays, tourmentés par des guerres intestines et par des ennemis du dehors, lui déférèrent la couronne vers l’an 862 ; il y porta le christianisme. En 1158, il s’éleva en Russie deux grands duchés indépendants l’un de l’autre, celui de Kiow et celui de Wladimir, renfermant chacun plusieurs principautés : tous ces princes se faisaient la guerre.

33Les Huns, qui avaient demeuré longtemps au confluent de la Kama et du Volga, et vers les sources de l’Oural, s’étaient jetés sur les parties méridionales.

34Cependant quelques siècles après, Gingiskhan avait par ses conquêtes fondé un empire considérable en Asie, et l’avait partagé entre quelques-uns de ses fils ; mais ces empires partiels furent dans la suite presque tous détruits par l’usurpateur Tamerlan.

35Une dynastie de Mogols, ou Tartares, descendue de Touchi, fils aîné de Gingiskhan, régnait au nord et à l’ouest de la mer Caspienne, et leur empire se nommait l’empire de Kaptschak : le fondateur avait transmis les conquêtes à son fils Bâtou, vers l’an 1226. Celui-ci est connu sous le nom de Bâtou-Khan ; ce prince se jeta sur la Russie, prit Resan et Moscou, et porta ses ravages jusqu’à Tolskok, ville du territoire de la république de Nowogorod, et la ruina de fond en comble... L’année suivante, il prit Kiew dans la partie méridionale.

36La Russie sortit de cet état malheureux par les talents du prince Alexandre, qui, s’étant engagé de payer un tribut à Bâtou-Khan, en reçut le titre de grand-duc de la Russie : il mourut en 1261.

37La superstition et la reconnaissance en firent un saint.

38Je ne prétends pas tracer, même rapidement, l’esquisse des révolutions de la Russie : j’ajouterai seulement que cet État n’a commencé à prendre une certaine consistance qu’au commencement de ce siècle, sous le règne de Pierre Ier, que l’on a surnommé le Grand.

39Ce fut ce prince qui fit la première division systématique de la Russie, qu’il partagea d’abord en 8, puis en 9, puis en 10 gouvernements. Ce nombre fut porté à 16 en 1758.

40Mais depuis, Catherine II, actuellement régnante, voulant donner à toutes les divisions de l’empire une forme égale, a fait disparaître plusieurs des anciens noms de division, comme on a fait disparaître en France les anciens noms des provinces.

41On divisait autrefois cet empire de la manière suivante :

42Trois Russies ; l’une appelée grande, l’autre petite, la troisième blanche.

43Les pays qui avaient été longtemps sous la domination des Tartares, savoir : les Russes de Casan, d’Astracan, de Sibérie, et de Crimée.

44Enfin les provinces dites allemandes : la Livonie, l’Estonie, la Finlande, l’Ingerma-nie. Ces différentes dénominations n’existent plus que par l’usage et l’habitude ; mais dans l’administration et la géographie, elles ont fait place aux noms de 42 gouvernements actuels. Ce n’est pas que ce changement ai rendu les peuples plus heureux. On a dit avec beaucoup de raison qu’ils avaient un maître et point de patrie. La masse de la nation est esclave ; tout ce qui est de nation russe, plongé dans la plus brute ignorance, regarde cet asservissement comme l’état le plus naturel de l’homme ; mais les Livoniens, les Ukrainiens, les Polonais et les Tartares supportent impatiemment ce joug qui leur est odieux.

45Tous les cultivateurs des terres, ceux que nous nommons ici paysans, et en Russie Mougiks, sont réellement esclaves : ils n’ont pas de propriétés, et ne peuvent pas disposer de leurs personnes ; ils appartiennent aux seigneurs des terres, comme les arbres qui les ombragent, et comme les bestiaux qui y paissent ; et lorsque l’on vend une de ces terres, on n’en estime pas le prix comme chez nous, par la valeur de ses produits, mais par le nombre de ses cultivateurs. Je crois que l’on estime un homme 300 roubles, le rouble valant ci-devant 5 de nos livres.

46Les seigneurs les divisent en paysans attachés à la corvée, paysans industrieux et paysans domestiques : les premiers portent encore la barbe. Il y a des paysans de la couronne qui peuvent avoir des terres à eux.

47L’étendue de l’empire de Russie est en raison inverse de sa population ; sous ce rapport, on peut diviser les gouvernements en trois classes.

  • * J’ajoute ce détail pour l’instruction des lecteurs ; il eût été fastidieux dans une leçon publique, (...)

48Dans la première se trouveront les plus peuplés et les moins étendus* ; savoir les gouvernements de Saint-Pétersbourg, de Wibourg, de Rewel, de Riga, de Polosk, de Mohilew, de Smolensk, de Pleskow, de Twer, de Jaroslaw, de Kastroma, de Wolodimer, de Moskou, de Kalouga, de Toula, de Rezan, de Tambow, d’Orel, de Kursk, de Woronesh, de Tcharkow, de Nowogorod de Sewersk, de Kiow, de Tshernigow, de Pensa, de Nishegorod, de Kasan et de Simbirsk : ces deux derniers sont en Asie. En tout 28.

49Dans la seconde classe, sont les gouvernements dont la circonférence est plus grande, mais la population égale ; et dans plusieurs, inférieure à celle des premiers. Ce sont ceux d’Olonetz-Nowogorod, de Tauride et de Wiata, au nombre de trois.

  • 11 Idée classique, commune à nombre de théoriciens politiques, d’économistes, etc., comme Machiavel, B (...)

50La troisième classe renferme les plus spacieux, qui sont en même temps les plus inhabités ; savoir ceux d’Archangel, de Wologda, d’Ecatherinoslaw, du Caucaze, de Staratow, d’Ufa, de Perm, de Tobolsk, de Koliwan et d’Irkutsk, au nombre de six, dans lesquels se trouvent les cinq gouvernements de l’Asie, le premier étant de l’Europe : mais comme la force d’un État consiste bien plus dans sa population que dans son étendue11, les politiques ont dû désirer connaître quelle pouvait être celle de la Russie. Les obstacles que l’on rencontre, lorsque l’on recherche les bases sur lesquelles on doit établir ces calculs, en ont rendu jusqu’ici les résultats forts incertains.

  • 12 Les chiffres des dénombrements de population sont sans doute tirés de l’ouvrage de Benedikt Franz J (...)

51On cite le premier dénombrement12 des têtes imposables, fait en 1722 par le czar Pierre Ier : on trouva 5 794 628 hommes soumis à la capitation, les maîtres payant pour leurs domestiques et leurs paysans. Mais la Finlande, la Livonie, l’Estonie, l’Ukraine n’étaient pas alors soumises à cette capitation. Il y avait aussi des habitants de l’empire qui n’y étaient pas compris. On les évalue à 1 205 072 ; ce qui donne en tout 7 000 000 d’hommes, en doublant pour y comprendre les femmes, 14 000 000.

52Le second dénombrement commença en 1742, et porta la population à 6 646 390 hommes, non compris ceux qui ne payaient pas de capitation ; ce que l’on évalue à 1 353 390 hommes : en tout 8 000 000 d’hommes, et par conséquent avec les femmes une population de 16 000 000 d’âmes.

53Le troisième dénombrement eut lieu en 1762, et les années suivantes, et fut fait avec plus de soin. On y compta :

54Dans les anciens gouvernements.............................................. 7 363 348 hommes

55Dans la petite Russie, en 1764................................................. 955 228

56Dans la Finlande, en 1765....................................................... 117 998

57En Esthonie, en 1773................................................................ 176 000

58En Livonie, même année.......................................................... 447 360

59En tout................................................................... 9 059 934.

60Mais il ne faut pas se dissimuler que la population s’accroît prodigieusement en Russie ; que dans quelques gouvernements, le rapport des naissances est à celui des morts comme 11, 12, et même 15, est à 10 ; et dans d’autres, comme 14, 15, 16, et même 20, est à 10. Il y a tel endroit de la Russie où les morts sont dans la proportion de 1 sur 26, 28, 29 et 32 ; il y a même des endroits où elle va de 1 sur 77.

61En général, on prétend que dans toute la Russie il meurt un homme sur 45 à 50, et que les naissances doublent les morts.

62Mais, je l’ai déjà dit, les gouvernements d’Asie sont très peu peuplés ; et pendant que, dans quelques-uns de ceux de l’Europe les plus peuplés, tels que ceux de Moskow, de Toula, etc., on compte à peu près 1 000 à 1 100 âmes par lieue carrée, dans beaucoup d’autres on n’a plus par lieue carrée que 93 habitants. Dans la partie européenne, qui renferme 27 millions d’habitants, chaque lieue carrée en a 347 ; mais dans la partie d’Asie, où l’on ne compte tout au plus que 3 millions, il n’y a que trois habitants par lieue carrée.

63Ces questions, citoyens, qui, peut-être, vous paraissent un peu sèches, vous paraîtront cependant bien importantes, dès que vous réfléchirez à l’intérêt que nous avons à connaître les forces des différents États de l’Europe, s’ils sont nos ennemis (et déjà le nombre en diminue), pour savoir ce que l’on en peut craindre ; s’ils sont nos amis, pour connaître les avantages que l’on peut en espérer.

64Mais il faut ajouter à cette somme l’armée, la noblesse, le clergé ; ce qui fait porter cette révision à 10 000 000 d’hommes, et par conséquent à 20 000 000 d’individus.

  • * L’annuaire publié à Paris par le bureau des longitudes donne à la Russie une population de 36 000 0 (...)

65Je n’ai pu me procurer les résultats précis du quatrième dénombrement, commencé en 1782 ; mais j’ai appris par des voies très sûres qu’à l’époque du voyage de Catherine II en Crimée, l’an 1787, tous les gouvernements, y compris celui de Tauride, ont offert une population de 13 179 411 contribuables, tant paysans que bourgeois ; ce qui peut faire, en y ajoutant les femmes, une population totale de 26 358 822 âmes ; mais comme dans ce calcul on ne comprend ni les nobles, ni les employés par le gouvernement, ni les militaires, ni le clergé, nombre qui peut être porté à 1 652 120 individus, il en résulte qu’au quatrième dénombrement la population totale de la Russie était de 28 000 000 d’âmes. Quelques personnes pensent que le nombre pouvait bien être 30 000 000, dont 22 600 000 dans la partie européenne, 2 800 000 dans la partie asiatique. Mais depuis cette époque, la Russie en a beaucoup perdu par la guerre, et quelques épidémies. On croit donc que la population n’excède pas 29 000 000 ; ainsi la population de la France, que l’on estime de 25 à 26 millions, ne serait que de 3 à 4 millions inférieure à celle de la Russie, qui possède 320 000 lieues de surface, tandis que la France n’en a que 26 931*.

Origine des différents peuples qui forment l’empire de Russie

66Je passe actuellement aux différents peuples qui composent la population générale de l’empire de Russie. Ces connaissances doivent entrer nécessairement dans celles qui forment la géographie politique de cet empire ; et cette simple indication peut offrir à la politique un aperçu utile, puisque les différentes manières dont vivent les peuples, les opinions religieuses, etc., influent sur les avantages que l’État dont ils font partie peut en obtenir.

67On peut considérer les peuples compris dans l’empire Russe, sous différents rapports, dont trois sont importants, leurs occupations, leur origine, leur religion.

  1. Relativement à leurs occupations, on sait que les uns sont cultivateurs, d’autres chasseurs, et pêcheurs, d’autres marchands, et enfin des vagabonds, qui errent de province en province.
  2. Relativement à leur origine, les uns sont d’origine esclavone, tels que les Russes et les Cosaques ; d’autres d’origine allemande, tels que les Allemands des gouvernements de Riga, de Revel, de Wibourg ; les Suédois, dans ce dernier gouvernement et dans quelques îles de la Baltique, les Danois dans l’île de Worms et dans celle de Rugen ; d’origine Lett, tels sont les Letts, ou les Léthoniens qui sont dans le gouvernement de Riga, et les Lithuaniens.

68Les Ostiaks d’origine finnoise, les Finnois, les Livoniens, les Lapons, etc. ; d’origine tartare, les Tartares du Cuban, etc. ; d’origine samoyède, les Samoyèdes, les Moroses, etc. ; d’origine mogole, les Mogols, les Calmouks, les Burètes, etc. ; d’origine manthchouse, les Tongouses, etc.

69On y trouve aussi des colons. Quant aux vagabonds, ce sont les Bohémiens qui sont en assez grand nombre.

  • Quant à leur religion, les Russes sont de l’Église grecque ; les Allemands sont luthériens, les Lapons sont païens, les Tartares sont mahométans, les Mogols de la secte de Shaman ou de Lama.

70La différence d’origine et de religion entre ces peuples peut offrir des données utiles à la République ; comme celle qui se trouve entre leurs manières habituelles donne une idée des avantages qu’ils peuvent procurer à leur empire.

71Les peuples chasseurs, ne vivant que des productions spontanées de la terre, et principalement de la chair des animaux sauvages, sont obligés de se distribuer sur le territoire qu’ils occupent en petites peuplades, et de se séparer à des distances proportionnées à la possibilité et à la facilité de pourvoir à leurs besoins, ce qui fait que leur population est la plus faible dont l’espèce humaine puisse être susceptible.

72Les peuples pasteurs se multiplient davantage que les peuples chasseurs. Le règne animal fournit à leur nourriture, comme à celle des peuples chasseurs, mais leur mode de nourriture est plus perfectionné chez eux que chez ces peuples. Les animaux sauvages, nécessairement dispersés sur un grand espace, laissent la terre perpétuellement dans le même degré d’imperfection, sans jamais l’améliorer par leurs engrais. Les animaux domestiques, au contraire, continuellement réunis en masse et conduits de pâturages en pâturages, améliorent la terre, et lui font produire plus de nourriture qu’elle n’en fournirait aux animaux sauvages. Aussi, la population des peuples pasteurs surpasse-t-elle de beaucoup celle des peuples chasseurs. Sans cesse rassemblés en masse, et campés en corps d’armée, ils sont partout accompagnés de leur subsistance ; et par cela même, ils sont très inquiétants pour la Russie, et ils le seront encore plus un jour, malgré les efforts que l’on fait pour les déterminer à se livrer à la culture des terres : les Arabes et les Tartares, qui sont les deux grands peuples pasteurs de notre globe, ont renversé plus d’un trône.

  • 13 A noter cette attitude de l’opinion éclairée vis-à-vis de Catherine, qui avait correspondu avec Vol (...)

73Les peuples cultivateurs qui sont, comme on l’a dit, les plus nombreux en Russie, sont généralement tous esclaves, et forcés de travailler pour fournir aux dépenses effrénées de quelques familles privilégiées, qui vont consommer dans les villes le fruit de tant de peines. Il nous paraît impossible qu’ils vivent longtemps sous un pareil régime. On a lieu de croire que l’impératrice actuelle a voulu les affranchir ; mais cette idée généreuse qui flattait son âme dans les premières années de son règne, et que ses sujets n’ont point oubliée, est devenue la terreur de ses vieux ans. Cette Catherine, chantée par Voltaire, n’est plus celle qui règne en Russie. Les courtisans et les passions l’ont perdue, et depuis longtemps la philosophie a déserté de sa cour. Il faut convenir que l’extrême ignorance dans laquelle est plongée cette masse d’esclaves est un obstacle à leur liberté13. On a déjà fait quelques essais partiels qui n’ont pas été heureux, parce que ces hommes stupides, abrutis par les liqueurs fortes, passent aussitôt à une extrême licence.

74Pour compléter, citoyens, l’espèce de tableau statistique que j’ai commencé à vous tracer de l’empire de Russie, j’ai encore à vous parler des finances, des forces de terre et de mer, et du commerce ; mais aussi ne pouvant pas me dissimuler que ces énumérations méthodiques ne soient fastidieuses pour la plupart des auditeurs, je vais m’arrêter ici un instant pour vous donner quelques détails intéressants sur les peuples les moins connus de ce vaste empire.

75Je m’arrêterai donc peu à ce qui concerne les Russes. Je dirai seulement que le peuple est tenu dans une dépendance servile ; que pour être admis à la cour, avec quelques égards, même comme étranger, il faut être revêtu d’un grade militaire ; enfin, que le clergé y vit dans l’ignorance la plus crasse.

76Je passe à d’autres peuples moins connus.

  • 14 Le passage sur les Samoyèdes suit Pallas, op. cit. (éd. an II), t. 5, p. 164, 165, 169, 175, 181.
  • 15 Pour les Ostyaks, la source est Pallas, op. cit., t. 5, p. 118-119, 123, 127-129.

77Samoyèdes. Les Samoyèdes14 sont un des peuples chasseurs. On en trouve dans le gouvernement d’Archangel et dans la Sibérie, où ils s’étendent jusqu’à l’Enissei. Ils se nomment dans leur langue Kasova, et sont divisés en plusieurs tribus. Ils disent qu’ils tirent leur origine des contrées orientales. Quoiqu’il y ait entre leurs tribus des différences que l’on peut observer, cependant on peut dire, en général, que les Samoyèdes ont le visage plat, rond et large. Ils ont de larges lèvres retroussées, le nez large et ouvert, peu de barbe, et les cheveux noirs et rudes. La plupart sont plutôt petits que de taille médiocre, mais assez bien proportionnés. Ils sont sauvages et remuants, et mènent une vie indépendante dans les froids déserts du Nord, de l’Europe et de l’Asie. Les uns se rasent en partie la tête, les autres laissent croître leurs cheveux, plusieurs portent des moustaches, d’autres laissent une petite barbe de chaque côté du menton. En général, ils sont fort malpropres. Les femmes sont tenues par les maris dans un état de servitude et d’avilissement qui n’a d’exemple que chez certains peuples sauvages. On ne donne aux enfants leurs premiers noms qu’à l’âge de 5 ans, et à 15 celui qu’ils porteront toute la vie. Ces noms sont tous pris dans des objets physiques, tels que chanscha, ou traîneau ; nermé, ouverture dans la glace. On ne donne pas de noms aux filles. Lorsqu’ils se préparent à enterrer leur mort, ils le revêtent d’autant d’habits qu’il est possible, et lui renversent un chaudron sur la tête, pour la conservation de son âme, l’emballent avec des cordes, et le tirent hors de la tente par un trou fait exprès ; car, selon eux, il entraînerait quelqu’un de sa famille après lui, si ce mort sortait par la porte qui sert de passage aux vivants. Ils ont un grand respect pour leurs magiciens, personnages fourbes et ridicules, qui sont eux-mêmes les propres victimes de leur art mensonger ; car ils se mettent dans des agitations convulsives, pour prouver au peuple qu’un esprit supérieur les agite. On trouve cette même espèce de fourbes chez tous les peuples de l’Asie septentrionale. Entre autres contes qu’ils débitent sur la puissance de leur art, ils assurent que plusieurs d’entre eux peuvent se faire serrer le col avec tant de force que la tête en saute, mais qu’ils la replacent ensuite sur leurs épaules, et ne s’en portent pas plus mal. Ces peuples, ainsi que les Ostiack15, vivent de la pêche, qui se fait dans l’Oby, mais où on ne peut pêcher lorsque les eaux sont trop hautes. Ils sont idolâtres de la secte Schaman.

78Ostiaks. Le mot Ostiak est d’origine tartare, car Mansi est le véritable nom de ce peuple voisin des Samoyèdes, et se trouvant, comme eux, près de l’Oby ; ils sont d’origine finnoise. C’est un des premiers peuples que les Russes aient découverts et soumis en Sibérie. Ils s’étendent le long du fleuve, depuis le soixante-dixième degré environ jusqu’au cinquante-huitième.

  • * Cet usage est assez général chez le peuple en Russie. Il se pratique de même pour boucher des magas (...)

79Les développements de notre constitution physique sont tellement liés à la qualité des climats que l’on retrouve partout dans les parties septentrionales des corps grêles et de petite stature ; tels sont aussi les Ostiaks ; ils sont petits et ont les jambes maigres et effilées. Presque tous ont la figure désagréable et le teint pâle ; leur chevelure est assez généralement rougeâtre, et ils la laissent flotter autour de leur tête, sans en prendre aucun soin. La seule nécessité pour les besoins de la vie peut les engager au travail ; leur vêtement est grossier et fait de peaux d’animaux, le poil en dedans sur la peau ; ils ont une autre parure par-dessus : ceux qui donnent dans le luxe se font pour l’été une sorte de gilet, de petits morceaux de draps de toute sorte de couleurs chamarrées, de peaux de chien blanc, et de queues de renards ; les femmes n’ont qu’une simple robe de chambre de fourrure dont elles croisent un côté sur l’autre. Un de leurs principaux ornements est d’avoir le dessus des mains, l’avant-bras et le devant de la jambe tatoués ; et pour se procurer cet agrément, elles dessinent la figure qu’elles veulent porter ainsi avec de la suie ; elles piquent ainsi ce trait avec une aiguille, jusqu’à ce que le sang en sorte ; ces piqûres se remplissant de suie, laissent apercevoir des points bleus bien imprimés dans la peau. Et les hommes s’incrustent de même sur le poignet le signe par lequel ils sont désignés dans les livres où l’on enregistre les tributaires. Dans les maladies, ils se font aussi tracer différentes figures sur les épaules, persuadés que c’est hâter leur guérison. Les Ostiaks sont pêcheurs par besoin et par habitude, et chasseurs par circonstance ; ce n’est guère que lorsqu’ils peuvent prendre des oiseaux au filet. Leurs habitations, espèces de tentes que l’on nomme généralement iourtes, et qu’ils appellent iochoum, sont fort simples et se déplacent aisément : voici ce qui se pratique pour la construction de ces maisons portatives. Ils emportent avec eux des bandes d’écorce de bouleau cousues ensemble pour servir à la couverture de la cabane ; comme il y a des forêts dans presque toute la contrée, ils trouvent partout des perches et des lattes pour les monter ; ils lui donnent une forme pyramidale ; cependant il y a des Ostiaks sédentaires, qui ont des iourtes de charpente ; les cabanes n’ont qu’une ouverture, que dans les gelées excessives on bouche avec un glaçon, vitrage d’une espèce singulière, mais qui a la propriété de laisser voir le jour*. Les iourtes qui sont construites à demeure ont une certaine étendue ; mais chaque distribution est fort resserrée, et il y habite quelquefois jusqu’à trente familles ; l’intérieur en est d’autant plus malsain qu’il n’y a aucune issue destinée à la fumée, quoique tous y fassent cependant sans cesse sécher ou cuire du poisson, d’où il résulte une odeur infecte et que de plus la suie y pend du plafond par flocons. Je pourrais ajouter une cause aussi naturelle de puanteur d’une autre sorte, si je ne respectais la délicatesse de l’assemblée. Il suffira de dire que, dès qu’une fois ils ont ce qu’il leur faut en nourriture dans l’intérieur de leurs habitations, ils ne reconnaissent plus d’autres besoins d’en sortir. C’est par une suite de ce même respect pour les auditeurs que je ne donnerai aucun détail sur leur malpropreté en tout genre ; il suffira de dire qu’elle est extrême, soit dans les préparations du manger, soit dans leurs vêtements : des riches seulement se font une espèce de savon, tel que l’on vient à peu près d’en publier dernièrement une recette ; cette opération consiste à faire bouillir de la graisse de poisson avec de la lessive.

80Je finirai en disant que les femmes y sont dans l’état le plus abject et le plus malheureux ; ce sont elles qui font tout, excepté la chasse et la pêche. Ils sont païens de la secte de Shaman.

  • 16 Cf. Pallas, op. cit., t. 2, p. 288 sq.

81Les Kirguis16. Ce peuple habite aussi dans la partie occidentale de la Russie asiatique, mais il est au sud, à l’est de l’Oural ou Jaïk, et il est probable qu’ils sont d’origine tartare ; ils se prétendent issus de Turkomans, habitants près le lac d’Aral, dont ils sont encore assez proches, et en effet ils sont mahométans, comme le devraient être les Turkomans ; ils n’ont pris leur nom actuel que depuis qu’ils eurent servi dans les armées du sultan Karguis, l’un des Seldjoucides ; c’est pourquoi ils se nomment encore Kerguisthhasak, c’est-à-dire soldat de Kerguis.

82Les Kerguis (car dans l’usage habituel, on ne dit pas Kirguis) sont divisés en trois hordes ; les Kirguis-Kaisaks appelés de la petite horde, à l’est de l’embouchure de l’Oural, sur la côte nord-ouest de la mer Caspienne ; les Kirguis-Kaisaks de la horde du milieu, ayant au sud les Kara-Kalpaks et les Kirguis-Kaisaks de la grande horde, au-delà des limites de la Russie asiatique, sous le 8e degré de longitude orientale. Comme les Kalmouks, ils logent sous des tentes de feutres ; mais elles sont plus grandes, mieux distribuées et plus propres en général ; ils vivent fort bien, parce qu’ils ont beaucoup de bétail. Les caravanes russes leur fournissent par des échanges toutes les choses dont ils ont besoin. Ils ne fabriquent chez eux que des fourrures, des cuirs, un camelot, appelé armar, des couvertures de feutre, faites de laine de mouton, qu’ils ornent avec des laines de couleur, des vases de cuir, et plusieurs petits objets ordinaires et grossiers. Ils préparent les peaux avec du lait aigri à la manière des Kalmouks : ces peaux servent à l’habit des hommes ; l’habit d’été des pauvres et des esclaves est de peau de gazelles ; ceux d’une classe supérieure ont des habits de peaux de poulains, les crinières placées aux coutures du dos et des épaules y forment un ornement. Il y en a qui portent des habits de peaux de chèvres apprêtées et sans poil, ou teintes en jaune.

83Ils portent des culottes de toile de coton et des chemises de toile bleue, qui sont ouvertes par-devant et plissées comme des robes de chambre, ou plutôt comme des peignoirs : ils les lient autour du corps, et portent par-dessus l’habit, une ceinture de cuir, une poire à poudre et un sac de plomb ; et les plus riches ont un fusil à eux ; leurs bonnets sont de feutre, se terminent en cône, et sont accompagnés de deux ailes dont une est ordinairement abattue ; les bonnets d’hiver en ont quatre. Ils ont tous des bottes assez mal faites, il est vrai qu’ils les achètent des Boukhares ; leur usage est d’être habituellement à cheval.

84Ce qu’il y a d’assez remarquable, c’est que les jeunes gens sont assez bien de figure, et que les hommes âgés sont laids et hideux, ayant en outre beaucoup d’embonpoint. Les premiers n’ont que la moustache, les vieillards laissent croître leur barbe.

85L’habillement des femmes consiste en une chemise de toile bleue fermée par-devant, et elles ne portent, dans la maison, que cette chemise ; lorsqu’elles sortent, elles ont de longues culottes, s’enveloppent les jambes avec des bandes, mettent des chaussons à leurs pieds, et se coiffent avec des mouchoirs de coton blanc ou de couleur. Comme les Kirguis professent la religion mahométane et que, dans cette religion, la pluralité des femmes est permise, ils en ont autant qu’ils en peuvent acheter ou prendre par le pillage. Chaque femme ordinairement a sa tente, quelquefois aussi la même tente en renferme deux ; ils sont fort jaloux, ainsi que tous les mahométans dont ils ont tous le fanatisme et l’ignorance. Chaque horde a un grand prêtre que l’on nomme akhoun ou frère, en arabe ; ils obéissent à un souverain, que l’on nomme khan. Leur principale nourriture consiste en chevaux, antilopes et cerfs, et leur boisson ordinaire est du lait aigri qu’ils nomment aïren, et koumiss.

86Mais aussi malheureux que les Ostiaks, quant aux superstitions, quoique n’étant pas idolâtres, ils ont des magiciens ; on en connaît au moins de cinq sortes. Ce sont des fourbes assez adroits ; ils débitent plusieurs historiettes pour accréditer leur pouvoir et affermir leur réputation : je n’en rapporterai qu’une qui n’est pas longue. Les Kirguis poursuivaient un parti de Kalmouks, qui avait aussi son sorcier, et celui-ci les avertissait de l’approche de l’ennemi, qu’il découvrait par le secours de son art.

87Le sorcier kirguis soupçonna la cause de cet éloignement ; et aussitôt il engagea les Kirguis à seller leurs chevaux, dans le sens opposé à l’usage, de manière qu’étant en selle ils eussent le visage tourné du côté de la queue.

88C’en fut assez pour tromper le sorcier kalmouk ; les Kirguis continuèrent leur route, arrivèrent près de l’ennemi, dont la troupe fut prise : on ajoute que l’on fit en même temps un grand butin. C’en est assez pour accréditer de tels oracles.

89Cette nation vit très indépendante, parce qu’ils ont peu de khans, ou chefs suprêmes. Les branches principales ont des chefs que l’on nomme aïmak ; on leur obéit presque volontairement. Ceux qui ont un parti considérable en leur faveur prennent le titre de sultan ; ils admettent une noblesse, que l’on nomme bu ; après eux sont les khodsa ; les moursen forment une classe distinguée entre le peuple.

90Le khan qui commande à la petite horde est nommé et payé par la Russie ; mais il a très peu d’autorité, et ne juge pas les affaires ; il se tient trois assemblées générales par an pour ces objets : elles sont composées de vieillards de la nation, et des chefs de chaque branche. Les assemblées extraordinaires ont lieu assez ordinairement, lorsque l’on veut déclarer la guerre au-dehors : mais souvent ils font des invasions sans qu’elles aient été convenues dans une assemblée générale.

91On a remarqué que lorsqu’ils sont sur les terres des Russes, c’est toujours après que leurs troupeaux sont éloignés qu’ils commettent quelques dévastations, afin d’avoir la possibilité de se retirer à la hâte. Mais comme les caravanes passent de temps à autre sur leur pays, on cherche à se les concilier, pour n’avoir pas à les craindre ; en effet, pour quelques présents qu’ils reçoivent, ils escortent les caravanes.

92Au reste, ils ne sont ni méchants, ni sanguinaires, et leur but principal n’est pas de tuer des ennemis, mais d’en faire des prisonniers, puis des esclaves ; ces esclaves sont traités fort doucement par leurs maîtres.

93Leurs richesses consistent dans le bétail, et surtout en chevaux et en moutons ; ils ont peu de chameaux et point de bêtes à cornes, si ce n’est pour les transports et les charrois. On ne trouve nulle part des moutons aussi gros, ni aussi difformes que ceux des Kirguis : ils sont plus haut qu’un veau naissant, et pèsent ordinairement 132 à 165 livres, dont 40 à peu près pour le poids de la queue. Comme les déserts qu’habitent les Kirguis abondent en sel, la neige y fond promptement, et les moutons n’y maigrissent pas malgré les froids de l’hiver.

94Les Kirguis mènent une vie pastorale très frugale, et préservent leurs troupeaux de la rapacité des renards, en faisant à cet animal une chasse continuelle, et à laquelle ils emploient souvent des aigles ; ils les poursuivent aussi à cheval. Ces fréquents exercices et leur bonne nourriture entretiennent leur vigueur jusque dans un âge très avancé ; car ils deviennent très vieux.

95Ils ont une telle horreur de la petite vérole qu’ils tueraient plutôt un homme qui en est atteint que de s’en laisser approcher. C’est probablement une suite des ravages qu’elle a faits quelquefois parmi eux.

96Ils enterrent leurs morts dans des fosses peu profondes, les y placent tout habillés, recouvrent la terre de branchages, la tête est toujours à l’ouest. Dans les contrées montagneuses ils couvrent les sépultures d’un amas de pierres ; je l’ai déjà dit, ils sont mahométans.

  • 17 Cf. Pallas, op. cit., t. 3, p. 22.

97Baschkirs17. Ces peuples sont d’origine tatare ; ils habitent de l’un et de l’autre côté de l’Oural, les uns un peu au-dessus de son embouchure ; ceux de la partie orientale sont assez riches... Ils élèvent de superbes chevaux, mais les taons et les mouches les chassent des landes pendant les mois de juin et de juillet ; alors ils mènent ces animaux dans les bas-fonds des montagnes.

98Ces peuples sont passionnés pour le koumis dont j’ai déjà parlé, boisson faite avec du lait aigri.

99Ils s’occupent d’agriculture et cultivent principalement pendant l’été l’orge et l’avoine : leur mets principal en hiver est le krout, fromage fumé, qui, avec les grains, suffit à leur subsistance. Mais un des avantages qu’ils trouvent aux excès de boisson en koumis, c’est que cette ivresse leur ôte le besoin, ou plutôt la possibilité de pouvoir manger pendant trois jours.

100Leurs femmes ont de longues robes, brodées autour du col, et des plaques d’argent à leurs bonnets, avec un voile, fixé sous le menton par une petite courroie ; au surplus, elles sont très actives, et s’occupent des travaux les plus rudes.

  • * Le verste est une mesure nette de 104 degrés de l’équateur (sic, F.L. et D.N.), estimé à 25 de nos (...)

101Vogouls. Les Vogouls sont d’origine finnoise ; ils se trouvent un peu plus au nord, dans la province d’Ecaterinbourg, entre les monts Ouraliques et le Jaïk. Ils vivent assez éloignés les uns des autres par petites communautés, et se pratiquent, dans les forêts, des enclos de 10 à 12 verstes*. Ils y rassemblent des fourrages de bétail, et y prennent différentes sortes de gibier dans des pièges. Ils paient leurs tributs en peaux d’élan, et vendent ou consomment le reste de l’animal ; ce qui n’est pas mangé dans sa fraîcheur est coupé en larges bandes, et se sèche à l’air et à la fumée.

102Je dois remarquer qu’ils pratiquent un procédé que le citoyen d’Arcet vient de publier, comme suppléant très bien à la marmite de Papin, sans en avoir les dangers. Dans les temps de disette, ils broient les os, et en obtiennent du bon bouillon.

103Ce peuple est de petite stature et efféminé ; il ressemble un peu aux Kalmouks, excepté qu’il est plus blanc. Les Vogouls ont le visage rond, et leurs femmes sont assez jolies : on remarque qu’à la différence des Ostiaks, ils ont tous les cheveux noirs, et n’ont que très peu de barbe. Ils ont adopté une partie des mœurs russes, et particulièrement leurs danses ; leur langue a beaucoup de rapport avec la langue française. Ce peuple est idolâtre ; ils ont même une figure de divinité près de la Sosva, dans la province de Tobolsk ; on s’y rend d’assez loin en pèlerinage ; on y a trouvé plusieurs idoles enterrées, et entre autres une en cuivre, représentant un homme armé d’un javelot.

Notes

* Ce tableau sur feuille du grand-aigle n’a pu être imprimé dans cet ouvrage.

* J’ajoute ce détail pour l’instruction des lecteurs ; il eût été fastidieux dans une leçon publique, où le défaut de cartes assez grandes ne permettait pas de montrer et de distinguer chacun de ces gouvernements.

* L’annuaire publié à Paris par le bureau des longitudes donne à la Russie une population de 36 000 000, dont 26 000 000 de la Russie européenne ; 4 500 000 de la Pologne ; 5 000 000 de l’Asie et des îles.

* Cet usage est assez général chez le peuple en Russie. Il se pratique de même pour boucher des magasins, des caves. On appose à l’ouverture un morceau taillé exprès, et pour l’y fixer on jette, autour, de l’eau tiède qui gèle aussitôt. On a observé que rien ne ferme plus hermétiquement.

* Le verste est une mesure nette de 104 degrés de l’équateur (sic, F.L. et D.N.), estimé à 25 de nos lieues, comprenant chacune 2 284 toises, ou quatre milliaires et demie de la nouvelle mesure.

1 Trace du discrédit dont ont longtemps pâti, au xviiie siècle, les ténèbres, le fanatisme, etc., du Moyen Age.

2 Mentelle par une suite d’approximations attribue sans doute le rôle de découvreur de l’Amérique à saint Alfred le Grand.
Alfred (ou Aelfred) est un nom typiquement anglo-saxon et qui ne fut jamais porté par un prince Scandinave. Il s’agit très vraisemblablement ici d’Alfred le Grand (Wantage, Berkshire, 849 ? — 899), roi de Wessex. Fils d’Aethelwulf, frère et successeur d’Aethelraed 1er, il fit reconnaître ses droits supérieurs par les royaumes anglo-danois après une lutte acharnée contre les Scandinaves, ce qui lui valut de bien les connaître. Il posa les bases de l’unité anglaise, et fut un grand législateur. Prince lettré, il réussit à promouvoir une belle renaissance de la civilisation anglo-saxonne et traduisit entre autres Bède le Vénérable et les Soliloques de saint Augustin. En particulier, il incorpora dans sa traduction des Historiarum adversus paganos libri septem de Paul Orose (Ve siècle) la description du voyage que fit le Norvégien Ohthere (ou Ottar) probablement vers 880. Celui-ci, aidé de son second Wulfstan, aurait atteint le cap Nord et la mer Blanche ; il rendit compte ensuite de son voyage à Alfred en s’adressant à lui comme à son roi, ce qui peut conduire un lecteur rapide à prendre Alfred pour un roi norvégien. Comment ce voyage s’est-il transformé en découverte de l’Amérique ? Le cheminement semble avoir été le suivant :
Ce fut sans doute Leif, le fils d’Eirik le Rouge, qui accosta le premier au Vinland au xie siècle (probablement Terre-Neuve), après que cette terre eut été aperçue par Bjarni Herjolfsson. Le récit de cette épopée et de l’installation d’une petite colonie viking en Amérique fut rédigé dans la Saga du Vinland, probablement aux xiiie-xive siècles. Au début du xviiie siècle, l’érudit islandais Arngrim Jonsson écrivit une histoire du Groenland, dans laquelle il évoqua l’aventure de Leif. Aventure qui est l’objet central de l’ouvrage de Thormodur Torfason (Thormod Torfaeus), Historia Vinlandiae antiquae, seu partis Americae Septentrionalis, ubi nominis ratio recensetur [...], 1705.
Les voyages des Islandais ne sont pas inconnus en France au milieu du xviiie siècle. Ainsi, dans son Essai sur l’histoire de la géographie (Paris, 1755, 430 p., p. 50), Didier Robert de Vaugondy évoque l’opinion du père Charlevoix selon lequel les Norvégiens connaissaient les côtes du Groenland. Il ne parle pas de l’Amérique et c’est sans doute le Suisse Paul-Henri Mallet, traducteur en français d’oeuvres nordiques et introducteur de la mode viking en France, qui révéla le premier au public français la découverte du Vinland. Dans son Histoire de Dannemarc (Genève, 1763, 6 vol.), il en raconte la colonisation selon Arngrim (t. 1, p. 256-257). Mallet évoque ensuite Alfred et le voyage d’Ottar dans un passage consacré aux tentatives des Norvégiens précédant ces voyages : « Sans un hazard nous ignorerions les efforts que fit le grand Alfred pour découvrir un passage aux Indes par les mers du Nord-Est (p. 274). »
L’enthousiasme de Mentelle a très certainement transformé le nord-est en nord-ouest, cette tentative en découverte de l’Amérique, et par la même occasion le héros de la résistance anglo-saxonne contre les Scandinaves en roi des Norvégiens.
Pour une traduction du périple d’Ottar et la description des découvertes maritimes des Vikings, cf. G. Jones, The Norse Atlantic Saga [...], Oxford, New York, xv + 337 p., fig. Sur la mode nordique aux xviiie et xixe siècles, cf. J. Mjöberg, « Romanticism and Revival » in The Northern World [...], D.M. Wilson ed., Londres, 1980, p. 207-238.

3 Rappelons les raisons probables de ce début du cours de géographie moderne. La Russie — singulièrement la Sibérie qui occupe une place importante dans ces leçons —, curieusement introduite pour sa situation géographique en haut de la mappemonde, est aussi à la jonction de deux larges mouvements de découverte scientifique : la circumnavigation par le Pacifique dont l’interprète J.-B. de Lesseps rapporte, du Kamtchatka à Versailles, le témoignage ; la progression russe, inversement, dans les profondeurs du continent, vers l’est. Comme on le verra, Mentelle s’appuie sur cette double source de documentation.
L’autre explication est politique — et géopolitique. Préoccupée par sa politique polonaise (les deux derniers partages sont de janvier 1793 et d’octobre 1795), Catherine II devient également de plus en plus hostile à la Révolution. Après la mort de Louis XVI, elle décrète la rupture totale avec la France, passe deux accords avec l’Angleterre (de commerce et d’assistance mutuelle), entretient une escadre dans la Baltique — et, en même temps, profite des événements pour ses projets contre la Pologne. Selon certains, seule la mort (1796) empêche Catherine d’entrer dans la coalition formée contre la France (N. V. Riasanovsky, Histoire de la Russie des origines à 1984, traduit de l’américain par A. Berelowitch, Paris, 1988, 846 p., cartes, p. 299 ; I. de Madariaga, La Russie au temps de la Grande Catherine, traduit de l’anglais par D. Meunier, Paris, 1987, 783 p., cartes, p. 475-477).

4 Mentelle évalue les distances en lieues. Un mètre provisoire a été fixé en novembre 1792, mais l’introduction des mesures définitives est contemporaine du cours (18 germinal an III). Les opérations de mesure de l’arc de méridien entre Dunkerque et Barcelone, confiées à Delambre et Méchain, ne sont achevées qu’en 1798. On connaît, par ailleurs, les résistances passives à cette innovation, le poids des habitudes... Et le cours de Mentelle ressemble parfois à un travail hâtif de compilation. Le professeur n’est cependant pas insensible à la signification civique des nouvelles mesures (pour une République une et indivisible).

Cf. note 150 sur l’aplatissement de la Terre.

5 Gaspard-Clair-François-Marie Riche, baron de Prony (Chamelet, 1755-Asnières, 1839), ingénieur des Ponts et Chaussées, mathématicien et physicien, chargé d’établir le cadastre général de la France, a été aussi du nombre des commissaires particuliers ayant pour objectif de déterminer les nouvelles unités de mesure (cf. D. Roncin, Mise en application du système métrique (7 avril 1795-4 juillet 1837), n° spécial des Cahiers de métrologie, n° 2, Paris, 208 p., p. 32, 79). Sous l’Empire, il fut chargé de grands travaux ou de projets (canaux, ports, Marais Pontins). Membre de l’Institut (1795). Sur Prony, cf. J. R. Mandelbaum, La Société philomathique de Paris de 1788 à 1835 : essai d’histoire institutionnelle et de biographie collective d’une société scientifique parisienne, thèse de troisième cycle, EHESS, 1980, 2 t., University Microfilms International, Ann Arbor (Michigan), 1983, 609 p. (p. 342), et les travaux d’A. Picon : Architectes et ingénieurs au siècle des lumières, Marseille, 1988, 318 p., ill. (cf. p. 307-308) et L’invention de l’ingénieur moderne. L’Ecole des Ponts et Chaussées 1747-1851, 1992, 768 p., ill. (cf. p. 329-331).

6 Dans les quelques pages de sa Cosmographie élémentaire consacrées à la géographie physique (p. 262), Mentelle explique la présence des ossements d’éléphants découverts par Pallas lors de son voyage en Russie entre 1768 et 1774. Selon lui, l’axe de rotation de la Terre aurait brutalement changé, et la Sibérie, qui auparavant se trouvait sous des latitudes appréciées des éléphants, aurait alors pris sa position actuelle. Cette théorie, jointe à l’idée que la rotation de la Terre tient les eaux de la mer fort élevées à l’équateur par la force centrifuge, explique également les variations de niveau de la mer et donc la présence de coquillages fossiles au sommet des montagnes. Mentelle impute ce cataclysme à l’action de la lune et du soleil sur les eaux, ainsi qu’au choc d’une comète ; il est en effet (à l’époque) un adepte du catastrophisme.
Sur la question des mammouths, cf. G. G. Simpson, « The Beginnings of Vertebrate Paleontology in North America », Proceedings of the American Philosophical Society 86 (1), sept. 1942, p. 130-180 ; M.-N. Bourguet, « L’Amérique au Muséum », communication inédite, Providence (R.I.), 5-9 juin 1991.

7 L’œuvre monumentale de Pallas constitue une des sources principales de Mentelle pour son cours sur la Russie.
Pyotr Simon Pallas (Berlin, 1741 — id., 1811), fils d’un professeur à l’Académie médico-chirurgicale de Berlin, réfute dans sa thèse de médecine, à Leyde, la classification linéenne des vers. En 1767, il est invité à travailler à l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg. Pendant plus de quarante ans, il sera associé au développement de la recherche scientifique russe, prenant en particulier la direction de la Seconde Expédition académique (la première avait fonctionné de 1733 à 1742). Les savants, comme à la même époque les chefs des expéditions maritimes, reçoivent des instructions précises, aux termes desquelles ils doivent étudier la nature du sol et des eaux, l’état de l’agriculture, les maladies, l’élevage, la pêche et la chasse, les minéraux, les arts et les industries, les plantes utiles, les faits astronomiques et géographiques, les usages, les langues et les antiquités. Pallas et ses compagnons passent la Volga, explorent le sud de l’Oural, la Sibérie occidentale, les monts Altaï et le lac Baïkal, et jusqu’au bassin de l’Argun. Au retour, Pallas étudie la région de la mer Caspienne. Les enseignements de cette exploration systématique (1768—1774) sont consignés dans une publication en allemand (1771 — 1776), qui paraît bientôt en russe, en français, en anglais et en italien. L’édition française comprend 5 volumes in-4° et un atlas, Paris, Lagrange (1788— 1793). Une autre paraît en l’an II (éd. revue par Lamarck, L.-M. Langlès, J.-B. L.-J. Billecocq, Paris, Maradan, an II, 8 vol. in-8°, atlas). Ultérieurement, Pallas effectue d’autres travaux de zoologie (sur les rongeurs), de géologie (sur la formation des montagnes), étudie les régions méridionales de la Russie (de la mer Caspienne, du Caucase, de la Crimée). Ses compétences encyclopédiques se sont exercées dans les domaines les plus divers, en zoologie, en botanique, en géologie et en géographie, mais aussi en médecine, en ethnographie et en philologie, son œuvre publiée ne comprenant pas moins de cent soixante-dix titres. Sur Pallas, outre N. Broc (La géographie des philosophes [...], op. cit., p. 386-387), cf. V. A. Esakov, « Pallas, Pyotr Simon », Dictionary of Scientific Biography, p. 283-285. Mentelle recopie littéralement des passages entiers de ces Voyages du professeur Pallas, dans plusieurs provinces de l’empire de Russie et dans l’Asie septentrionale. Le développement cité ici figure dans le tome 6, p. 356 (éd. an II). Plus loin, le nom du savant (sauf exceptions dixième leçon, p. 283 ; douzième leçon, p. 304) n’est pas mentionné. Mentelle aura au moins contribué, sans le dire, à diffuser les travaux fondamentaux de Pallas sur la Sibérie. Mais l’annotation qui suit n’a pas pour objet de commenter Pallas (et les autres) ni de proposer un tableau des connaissances, à la fin du xviiie siècle, à partir de ces sources.

8 Mentelle est ici très nettement en retrait par rapport aux thèses développées dans sa Cosmographie élémentaire (cf. note 126).

9 Nicolas-Gabriel Clerc, dit Le Clerc (Baume-les-Dames, 1726 — Versailles, 1798), médecin, se rend en Russie à la demande de l’impératrice Élisabeth, puis, après un séjour en France, à nouveau, comme médecin du grand-duc Paul. Il y recueille une documentation considérable qui lui servira à la rédaction d’une histoire de la Russie ancienne et moderne en six tomes et un atlas (dont les trois tomes de l’Histoire physique, morale, civile et politique de la Russie moderne, Paris, Versailles, 1783-an II, atlas). Son fils a collaboré à l’ouvrage (Roman d’Amat, éd., Dictionnaire de biographie française).
En dehors des récits de voyages proprement dits, dans lesquels la description suit les itinéraires — ou est parfois mêlée à eux — la documentation géographique peut être rassemblée dans des travaux de synthèse, conçus comme des encyclopédies systématiques. C’est le cas du premier volume de l’Histoire [...] de la Russie moderne, dans lequel Le Clerc présente un tableau physique et politique du pays, examine successivement la langue, la population, les serfs, les maladies et les moyens employés pour leur guérison, la noblesse, les forces armées, les poids et mesures, les impôts, etc. Mais à cette compilation utile Mentelle n’emprunte rien, se bornant à citer, sous un titre approximatif, quelques lignes très conventionnelles sur le climat sibérien (Le Clerc, op. cit., I, p. 304-305).

10 Johann Georg Gmelin (Tübingen, 1709 — id., 1755). Médecin, chimiste et botaniste allemand, membre de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, Johann Georg Gmelin fait partie de la Première Expédition académique envoyée en Sibérie. Les observateurs (lui-même en 1733 à Iéniseisk) donnent effectivement les mêmes détails impressionnants sur les grands froids sibériens. Cf. J. G. Gmelin, Voyage en Sibérie, contenant la description des mœurs & usages des peuples de ce pays, le cours des rivieres considérables, la situation des chaînes de montagnes, des grandes forêts, des mines, avec tous les faits d’histoire naturelle qui sont particuliers à cette contrée [...], traduction par M. de Keralio, Paris, Desaint, 1767, 2 t. (I, p. 181-182).

11 Idée classique, commune à nombre de théoriciens politiques, d’économistes, etc., comme Machiavel, Bodin, Vauban..., souvent modulée — au xviiie siècle — par une référence au territoire et aux ressources disponibles.
Sur l’évolution des liens établis entre population et richesse, cf. J.-Cl. Perrot, « Les économistes, les philosophes et la population », in J. Dupâquier, éd. Histoire de la population française. II. De la Renaissance à 1789, Paris, 1988, p. 499-551, et in J.-Cl. Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie politique (xviie-xviiie siècle), Paris, 1992, p. 143-192.

12 Les chiffres des dénombrements de population sont sans doute tirés de l’ouvrage de Benedikt Franz Johann Hermann, Statistische Schilderung von Russland, in Rücksicht auf Bevölkerung, Landesbeschaffenheit, Naturprodukte, Landwirthschaft, Bergbau, Manufakturen und Handel, Saint-Pétersbourg, Leipzig, 1790, xvi + 488 p. (cf. p. 6 sq.). Sur ces « révisions » d’hommes (chacune s’effectue sur plusieurs années), M. R. Reinhard, A. Armengaud, J. Dupâquier, Histoire générale de la population mondiale, préface d’A. Sauvy, Paris, 1968, ix + 709 p. (cf. p. 230-231). On notera le souci de Mentelle, dans ces deux pages bien informées, d’actualiser les chiffres et de proposer, en se référant à la France, un exposé comparatif original. Sa Cosmographie élémentaire contient des renseignements issus de dénombrements.

13 A noter cette attitude de l’opinion éclairée vis-à-vis de Catherine, qui avait correspondu avec Voltaire et reçu Diderot : elle est liée à l’aggravation du servage (il faut naturellement comprendre par « serfs » le terme d’« esclaves » utilisé par Mentelle), aux entraves apportées à la circulation de la littérature étrangère (autodafé des œuvres de Voltaire en 1793-1794) et au divorce entre les intellectuels russes et le gouvernement de l’impératrice dans les années 1790 (sur ces deux derniers points, I. de Madariaga, op. cit., p. 584-586). Mais l’évolution de la Russie et la conjoncture internationale ne font que raviver une image, déjà ancienne, remontant aux xvie et xviie siècles, reprise par Rousseau pour certains traits et par des Français visitant le pays au xviiie siècle : une Russie grossière et rude, barbare et asservie (cf. F.-D. Liechtenhan, « Custine avant Custine : un jésuite en Russie », Revue de la Bibliothèque nationale, 33, automne 1989, p. 37-46).

14 Le passage sur les Samoyèdes suit Pallas, op. cit. (éd. an II), t. 5, p. 164, 165, 169, 175, 181.

15 Pour les Ostyaks, la source est Pallas, op. cit., t. 5, p. 118-119, 123, 127-129.

16 Cf. Pallas, op. cit., t. 2, p. 288 sq.

17 Cf. Pallas, op. cit., t. 3, p. 22.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540