Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Neuvième Leçon

13 Germinal/2 Avril

Texte intégral

BUACHE ET MENTELLE

1Mentelle. Je vais continuer à vous exposer les erreurs des anciens géographes ; et il en résultera pour vous un nouveau degré de conviction sur l’insuffisance des matériaux historiques que nous ont fournis les Grecs. Ceci porte, selon moi, jusqu’à la démonstration, l’existence d’un très ancien peuple, déjà soupçonné par plusieurs écrivains philosophes, mais dont aucun n’a donné de preuves aussi directes. J’en étais resté à Pythéas, qui avait précédé Ératosthènes.

  • 1 Sur Pythéas (ive siècle av. J.-C.), Mentelle prononce et recopie des phrases de Gossellin, op. cit. (...)
  • * Par gnomon, on entend ici une verge de fer ou de bois placée en terre, et dont on compare la mesure (...)

2Pythéas1. Pour se former une idée de la confiance que méritent les récits de ce voyageur géographe, il faut d’abord remarquer qu’il assurait avoir trouvé à Marseille et à Byzance, le jour du solstice d’été, le rapport de l’ombre au gnomon* comme 120 est à 42, moins un cinquième.

3Cette proposition devait donner pour la hauteur du soleil 19 degrés 12 minutes 0 seconde.

4Il y faut ajouter l’inclinaison de l’écliptique, telle que la donne Ératosthènes qui vivait peu de temps après Pythéas, 23 degrés 51 minutes 15 secondes ; et l’on aura pour la latitude de ces deux villes 43 degrés 3 minutes 15 secondes.

5Supposons, pour un instant, que Pythéas se soit servi, pour ses observations, d’un gnomon terminé en pointe ; il deviendra nécessaire d’ajouter 15 minutes pour l’erreur que la pénombre lui donnait, et l’on aura pour l’observation corrigée 43 degrés 18 minutes 15 secondes.

  • ** 43 degrés 17 minutes 45 secondes.

6Il est remarquable sans doute, que c’est à 30 minutes près la vraie latitude de Marseille, telle que la donne la Connaissance des temps**.

7Mais quand il dit que la latitude de Byzance est la même que celle de Marseille, et qu’il l’a mesurée, on voit qu’il ment, puisqu’il y a une erreur de 2 degrés 16 minutes 51 secondes ; car Byzance qui n’a pas changé de place, et n’a fait que s’agrandir, est à 41 degrés 1 minute 10 secondes.

8Or, comme il n’est pas possible d’accorder à un observateur autant d’adresse et autant de maladresse, tout à la fois, on doit conclure que Pythéas n’a jamais observé l’une de ces latitudes, et peut-être ni l’une ni l’autre ; il aura probablement trouvé la première dans quelque ouvrage connu de son temps, et il aura pris l’autre dans l’opinion des navigateurs qui n’en savaient pas davantage.

9Il y a plus : Pythéas savait qu’après le cap Sacrum de l’Ibérie la côte remontait au nord : mais il ne paraît pas avoir connu le golfe de Gascogne, compris entre le cap Ortégal et celui d’Ouessant.

  • 2 Mentelle abrège, effectivement. À noter sa phrase de transition, sorte de cheville par laquelle il (...)

10Je supprime plusieurs autres erreurs de Pythéas2, qui ne connaissait bien ni la direction des côtes occidentales de la Gaule, ni la position exacte des Iles Britanniques, pour arriver à ce qu’il dit de Thule, prétendu terme de sa navigation à 46 300 stades de l’équateur, qui répondent à 66 degrés 8 minutes 34 secondes de latitude.

11Il disait y avoir remarqué que le tropique d’été y servait de cercle arctique, c’est-à-dire que sa partie méridionale ne faisait que toucher l’horizon, sans jamais s’y plonger ; on croirait en effet par ce rapport conforme aux faits qu’il avait été sur les lieux : beaucoup d’auteurs l’ont cru, et l’ont cité comme un fait constant ; mais toute confiance s’évanouit, lorsqu’il ajoute que les jours y durent six mois sans interruption, et les nuits autant. C’est faire assez connaître qu’il n’y a jamais été, dans quelque saison que ce fût, car il y aurait appris que le plus long jour n’y est que de 24 heures ; et la théorie, s’il en avait eu, lui aurait donné seulement pour le pôle le jour de six mois.

12Et même le simple raisonnement eût dû lui démontrer son erreur : car, après avoir dit que dans le nord de la Bretagne le plus long jour était de 19 heures, il ajoute qu’à six journées de navigation au-delà les jours étaient de six mois : pouvait-il prétendre avoir en six jours franchi un espace de 29 degrés, ou 20 300 stades ? Mais l’ignorance et le mensonge ne combinent pas les faits, ou les combinent maladroitement.

  • 3 C’est une des observations les plus connues de Pythéas, dont l’extraordinaire voyage a été passionn (...)

13Pythéas ajoute des fables à ses erreurs, quand il dit que le flux et le reflux cessaient de se faire sentir, lorsqu’après avoir passé le détroit de Gadès (détroit de Gibraltar), on était parvenu au cap Sacrum, et qu’il assure ensuite qu’au-dessus de la Bretagne le reflux montait à la hauteur de 80 coudées ; de même lorsqu’il dit que dans les environs de Thule il n’y avait plus ni terre, ni mer, ni air, mais un composé de tous ces éléments3, que l’on ne pouvait ni y marcher ni y naviguer ; on voit qu’il avait bâti ce conte sur ce qui lui avait été rapporté, avec exagération peut-être, des glaces du nord.

14Cependant, au milieu de ces mensonges, on trouve un fond de vérité incontestable, que Pythéas ne pouvait deviner, qu’aucun Grec ne savait avant lui, et que l’on n’a pu vérifier que longtemps après son siècle.

  1. L’existence du promontoire Calbium (C. d’Ouessant), qu’à la vérité il plaçait plus à l’ouest que le promontoire Sacrum*, ce qui est le contraire.
  2. Il fait mention de l’île Basilia, qui doit être la Scandinavie.
  3. À 2 degrés 23 minutes près, il avait donné la latitude des parties les plus septentrionales de l’île d’Albium, ou l’Angleterre.
  4. La position de Thule, qui ne peut être que l’Islande.

15On doit observer aussi que la justesse des latitudes indiquées par Pythéas prouve que, dans les matériaux qu’il employait, on avait fait usage du stade de 700 au degré du grand cercle. Par conséquent cette évaluation était antérieure à Ératosthènes, qui se l’était appropriée, en disant qu’il l’avait conclue de la distance de Syène à Alexandrie.

16Ainsi Pythéas comme Érastosthènes employaient des matériaux qu’ils défiguraient et n’entendaient pas.

  • 4 Hipparque (Nicée, c. 194-c. 120). Résumé, avec quelque distance, de Gossellin, op. cit., p. 51-54. (...)

17Hypparque4. Hypparque, dont le nom est avantageusement connu en astronomie, parut après Ératosthènes, et sentit que la géographie ne pouvait faire de progrès sans le secours des observations astronomiques ; il fit en effet un grand travail sur les apparences célestes, rapportées à chaque degré du méridien de Rhodes ; et Ptolémée nous apprend que cet astronome s’étant procuré quelques observations d’éclipsés il s’en servit pour déterminer les longitudes de plusieurs villes : mais il n’avait pas sous les yeux les matériaux qui avaient servi aux grandes bases du travail d’Ératosthènes, et, par exemple, il soutenait que l’océan qui environne la terre ne formait pas une seule mer ; mais qu’il était partagé par de grands isthmes, qui le divisaient en plusieurs bassins particuliers. Ses opinions renferment encore d’autres erreurs : comme d’ailleurs Hypparque avait le génie des mathématiques, qu’il en a fait en astronomie plusieurs fois un usage très heureux, on présume que c’est à lui que l’on doit la méthode des projections, inconnue à Ératosthènes, et connue au temps de Ptolémée.

  • 5 Posidonius (Apamée-sur-l’Oronte, c. 135 — Rome, c. 50). Résumé de Gossellin, op. cit., p. 54-56.

18Posidonius5. Un autre mathématicien, Posidonius, vint encore jeter de la confusion dans les connaissances géographiques. Une opinion défavorable aux travaux d’Ératosthènes, que l’on accusait de plagiat, porta sans doute Posidonius à faire de nouvelles opérations sur la mesure de la terre. Dans un premier calcul, il admit 666 stades au degré ; dans un second, il n’évalua le stade qu’à 500, et la circonférence à 180 000 ; cette mesure fut adoptée par l’école d’Alexandrie.

19Et le parallèle tracé du cap Sacrum au Gange n’étant pas un des grands cercles, et selon lui étant plus petit de 1/5, il n’y compte le stade qu’à raison de 400 par degrés ; il admet bien 70 000 stades que l’on comptait du cap Sacrum au Gange ; mais il prétendit qu’elles embrassaient à peu près la moitié du parallèle, qui, à raison de 400 par degré, n’en pouvaient contenir que 144 000, dont la moitié est 72 000 ; mais en divisant cette distance en degrés de 400 stades il éloigna l’embouchure du Gange à la distance de 170 degrés ; ainsi il ajoutait à l’erreur d’Eratosthènes. Cependant, malgré beaucoup d’autres erreurs, il entreprit de prouver, contre l’opinion d’Hypparque, que l’on pouvait naviguer autour de l’Afrique.

  • 6 Strabon (Amasée dans le Pont), c. 64 ou 63 - c. 23 apr. J.-C). Sans doute pressé par le temps, Ment (...)

20Strabon6. Cet auteur dont le nom est si imposant en géographie, parce qu’il est exact dans ses récits, et qu’il avait recueilli presque tous ses matériaux sur les lieux mêmes, n’avait pas en géographie mathématique des connaissances plus exactes que les auteurs précédents. Ce n’est pas que d’abord il ne cherche à donner une idée de l’ensemble des terres et des mers, en indiquant la distance qu’il croit exister entre les principaux points. On voit qu’il avait des cartes sous les yeux, mais elles étaient construites d’après des systèmes différents : de là les contradictions qui se trouvent dans son ouvrage. Je ne vous fatiguerai pas de l’exposition de toutes les erreurs mathématiques que présente cet auteur ; je dirai seulement qu’en latitude il paraît qu’il plaçait le tropique au 24e degré.

21Il plaçait Marseille plus méridionale que Byzance, de 2 400 stades, ou de 2 degrés 16 minutes 21 secondes.

22En longitude, il admettait du cap Sacrum à Thinoe un peu moins de 70 000 stades, et 28 000 seulement de ce même cap à Issus.

23Mais comme la lecture de Strabon n’est pas à la portée du commun des lecteurs, puisqu’il est en grec et qu’il n’en existe pas de traduction imprimée en français, mais seulement en latin ; que d’ailleurs ces espèces de rapprochements, quoique très intéressants, relativement à l’état de la science, chez les anciens, sont pénibles et fastidieux, je vais présenter ici un précis des opinions de Strabon sur les formes, et la disposition des grandes parties de la terre alors connue.

24Ibérie ou Hispanie. Strabon regardait le cap Sacrum en Ibérie comme le point le plus occidental de la terre ; mais il croyait que ce cap, que Gadès et que Rhodes étaient sous un même parallèle.

25Il donnait à la chaîne des Pyrénées une direction du sud au nord, dans l’étendue de 2 400 stades.

26Il dit qu’à l’extrémité du nord de ces montagnes la mer forme un grand golfe, tourné vers le septentrion et la Bretagne, qu’on le nomme golfe gaulois ; il faut encore d’autres méprises que je supprime.

27La Gaule. Strabon la défigurait étrangement ; car il faisait couler directement au nord la Garonne, la Loire, la Seine et le Rhin. Il n’admettait pas le cap Calbium (d’Ouessant), qu’avait connu Ératosthènes, et terminait la Gaule en allant du sud-ouest au nord-est, par une côte qui s’étendait des Pyrénées à l’embouchure du Rhin.

28La Bretagne. En face de la Gaule au nord, Strabon place la Bretagne, ayant selon lui la forme d’un triangle, dont le grand côté s’étend le long des côtes de la Gaule, auxquelles il est, d’après lui, parfaitement parallèle. Le cap Cantium à l’est devait se trouver vis-à-vis les bouches du Rhin, et le cap le plus occidental vis-à-vis l’Aquitaine et les Pyrénées. Du cap Cantium (à l’est de Douvres) à l’embouchure du Rhin, l’espace n’était, selon lui, que de 320 stades, et de l’un des rivages on pouvait, dit-il, aisément apercevoir l’autre. C’était à peu près placer l’embouchure du Rhin à Calais.

29Au nord de la Bretagne, il plaçait Ierne (l’Irlande), que l’on croyait être plus large que longue et qui, au temps de Strabon, était le terme des navigations, car il n’admettait ni l’île de Thule, ni les hautes latitudes dont avait parlé Pythéas ; ainsi la géographie avait réellement perdu, à mesure qu’on s’éloignait du peuple qui l’avait mieux connue.

30La Germanie. Au-delà du Rhin, on connaissait la Germanie jusqu’à l’Elbe. Strabon donne à peu près la direction de ces fleuves ; mais il avoue qu’après l’Elbe tout lui est absolument inconnu ; il croyait qu’au-delà de ce fleuve la côte s’avançait au levant jusqu’à la mer Caspienne.

31L’Italie. Strabon donne une direction à l’Italie assez différente de celle que nous connaissons, et défigure entièrement la Sicile. Vous en allez juger, le passage n’est pas long.

32« Il faut considérer, dit-il, le cap Pelore (qui est au nord-est) comme le plus septentrional de la Sicile, de sorte qu’une ligne tirée de là au cap Pachynum (au sud-est) sera une ligne dirigée vers l’orient, en regardant le nord ; elle forme la côte qui s’étend le long du détroit ; il faut aussi courber un peu de ce côté vers l’orient d’hiver ; car c’est le gisement de cette côte depuis Catane jusqu’à Syracuse et le Pachynum.

33La côte qui s’étend du Pachynum au cap Lilybée (cap Beo à l’ouest), plus occidental que celui de Pelore, peut être considérée comme tendante au sud et à l’ouest, et sera tournée en même temps du côté de l’est et du côté du sud.

34Enfin le troisième côté qui s’étend de Lilybée au cap Pelore doit s’avancer obliquement vers l’est, et regarder entre le nord et l’ouest ; car cette côte a l’Italie au nord et la mer de Tyrrhénie avec les îles Éoliennes au couchant. »

35L’Afrique. Les mesures que donne Strabon, concernant la côte d’Afrique, et ce qu’il dit que, quand on entre de l’océan dans la Méditerranée, la côte s’écarte considérablement à gauche, prouve que, par l’ensemble général, il consultait une ou plusieurs cartes, construites d’après certaines opinions, et que, dans les détails, il en consultait d’autres, ou simplement des récits de voyageurs.

36Il ne donnait à la Méditerranée que 5 000 stades de largeur, dans la partie où se trouve la Sardaigne et la Corse ; et ce qui prouve qu’il ne croyait pas ces deux îles sous le même méridien, c’est qu’en réunissant leur longueur et les mêmes intermédiaires on trouve 5 500 stades.

37L’Asie mineure. Il plaçait Sinope et Amsus à la même latitude que Byzance, quoiqu’elles soient plus méridionales.

38Il y a une singulière contradiction entre les opinions de cet auteur sur l’embouchure du Tanaïs : « Personne, dit-il dans un endroit, n’a supposé que le Tanaïs vînt de l’orient. En effet, ajoute-t-il, si c’était sa direction, elle ne serait pas vis-à-vis celle du Nil. Or, les meilleurs auteurs, continue-t-il, prétendent que le Nil et le Tanaïs sont, en quelque sorte, diamétralement opposés, et qu’un méridien trace le cours de ces deux fleuves. Cependant, il dit ailleurs qu’Alexandrie et le Borysthènes sont sous le même méridien, ce qui suppose le Tanaïs plus à l’est. »

39Un examen plus détaillé nous montrerait une foule d’autres erreurs dans ce même géographe. Il en serait de même du géographe suivant, que Ptolémée nous a fait connaître.

  • 7 Marin de Tyr (début du IIe siècle). Ptolémée (Ptolémaïs Hermiou ?, c. 90 — Canope, c. 168). Même re (...)

40Marin de Tyr7. Ce géographe vivait vers la fin du premier siècle de l’ère chrétienne. L’étendue de ses travaux paraît lui avoir acquis, dans son temps, une grande réputation. Cependant Ptolémée, qui nous l’a fait connaître, lui reproche de grandes erreurs ; et en effet, il faisait une très grande faute, en établissant les bases de sa graduation sur le parallèle de Rhodes, parce qu’il y rapporta toutes les mesures en longitude dans une largeur de 87 degrés. Les principales erreurs qui résultent du système de ce géographe sont très sensibles.

41Il donnait à la Méditerranée, depuis le détroit jusqu’à Issus, 62 degrés, tandis que, d’après les observations modernes, l’intervalle n’est que de 41 degrés 30 minutes.

42Depuis le cap Sacrum jusqu’au promontoire Comaria (c. Comorin), à l’extrémité de la presqu’île occidentale de l’Inde, la distance était, selon lui, de 110 degrés 15 minutes, quoiqu’elle ne soit réellement que de 85 degrés 35 minutes.

43L’intervalle entre le cap Sacrum et l’embouchure orientale du Gange y est fixé, d’après ses mesures, à 168 degrés 10 minutes, quoiqu’il n’y ait réellement que 99 degrés 23 minutes 48 secondes.

  • 8 Ces dimensions énormes du monde connu, empruntées à Marin de Tyr, au Moyen Age, par Pierre d’Ailly (...)

44Enfin, à partir du même cap jusqu’à Thinoe, qui paraît être la ville actuelle de Tanasserim, il comptait 225 degrés 40 minutes, quoique les observations modernes ne donnent que 106 degrés 27 minutes8.

45Il résulte donc, en comparant les opinions de cet ancien et les calculs exacts des modernes, que Marin de Tyr s’est trompé de plus de 410 lieues, sur la longueur de la Méditerranée ; de plus de 800 lieues en ligne droite, de l’Espagne au Gange, et de près de 3 000 lieues, ou du tiers de la circonférence du globe, sur la distance de Thinœ.

  • 9 Marque du cours oral, indispensable sans doute dans ce long exposé livresque...

46Remarquons, s’il vous plaît9, ceci : c’est qu’aucun monument géographique ne présente une masse d’erreurs si énormes, en les comparant à celles qu’Ératosthènes avait commises, dans un temps où la Grèce commençait à peine à cultiver les sciences. C’est donc une nouvelle preuve que ce genre de connaissances s’affaiblissait de plus en plus, parce que les premiers Grecs n’avaient pas saisi les véritables bases.

47Ptolémée. Je passe enfin au plus connu, au plus célèbre des géographes de l’antiquité. Il entreprit de donner à la géographie des principes purement astronomiques, et d’écarter de la science la mesure des itinéraires toujours si incertaine. Satisfait d’avoir rangé toutes les parties de la terre sous une forme nouvelle, sous une apparence plus exacte, il crut n’avoir laissé aux siècles à venir que le soin d’ajouter à son ouvrage les découvertes que le temps amènerait ; mais les efforts de Ptolémée n’eurent pas le succès qu’il en attendait ; comme il s’était emparé d’une idée qui appartenait à Hypparque, il saisit mal les éléments qui devaient le guider, et, loin de donner à la science la perfection qu’une main habile aurait pu lui procurer, il la bouleversa totalement.

48Le premier objet dont s’occupa Ptolémée fut de la projection des cartes ; il adopta la méthode d’Hypparque, dans laquelle tous les méridiens et les parallèles sont représentés par des portions de cercles, qui, à leur rencontre, doivent se couper à angles droits.

49Avant de chercher à découvrir quelle a pu être la source des erreurs de Ptolémée, je vais en indiquer ici quelques-unes des plus considérables en longitude.

  • 10 Les dimensions du monde habité selon Ptolémée sont supérieures à celles d’Ératosthène, inférieures (...)

50Du cap Sacrum, il comptait à Carthage 32 degrés 20 minutes, on compte 18° 52 min ; à Rome 34° 10 min, on y compte 21° 1 min 15 s ; à Issus 56° 30 min, on y compte 44° 40 min ; à l’embouchure orientale du Gange 146 degrés, on n’y compte que 99° 23 min 45 s10.

51En recherchant la cause d’erreurs si prodigieuses, on voit que Ptolémée y a été amené par deux causes :

521° Par la manière dont il a envisagé la construction de la terre ; 2° par la fausse évaluation qu’il a faite du degré de longitude, en le fixant à 500 stades, au lieu de 700, qu’il aurait dû lui conserver ; et, comme il établit les bases de la graduation sur le parallèle de Rhodes, il y réduit le degré à 400 stades.

53Car si, pour retrouver à quel degré de longitude est l’embouchure orientale du Gange, placée par Ptolémée à 146°, on prend le degré à 500 stades, au lieu de 400, on aura 73 000 stades ; et si, de plus, on recherche le nombre des degrés qu’elles donneront à 700 stades par degré, on aura pour l’embouchure du Gange 104° 17 min 8 s, ce qui ne donnera plus qu’une erreur de 4° 53 min 25 s.

54Mais il existe dans la construction des cartes de Ptolémée un renversement de principes plus étrange encore, puisqu’il tient à l’oubli des premières connaissances et du premier soin qu’un géographe doit avoir, celui de réduire les mesures qu’il emploie aux mêmes éléments.

55En adoptant l’évaluation du degré à 500 stades, on devait, en effet, s’attendre que Ptolémée la porterait sur les méridiens comme sur l’équateur ; c’est-à-dire, que son degré de latitude serait égal au degré de longitude sur ce cercle, puisque, dans l’hypothèse de la terre sphérique, les degrés des grands cercles sont nécessairement égaux ; mais quand il vint à tracer ses parallèles sur la carte qu’il voulait copier, il s’aperçut, sans doute, qu’il ne pourrait plus faire usage des intervalles de 500 stades par degré, parce que toutes les latitudes seraient devenues de beaucoup trop hautes. C’est-à-dire que chaque degré n’atteignait pas le lieu qu’il aurait dû atteindre ; et comme toutes ces latitudes étaient fixées par des observations ou des approximations astronomiques, qu’il ne pouvait pas refuser d’admettre, il changea de méthode, et traça des degrés à 700 stades de distance.

56Au temps de Strabon, les connaissances géographiques dans la partie septentrionale de l’Europe ne s’étendaient que jusqu’à l’Elbe.

57Au temps de Ptolémée, on avait passé le Sund, et l’on avait passé le Chésinus, que l’on croit être la Dwina. À l’orient de la Chersonèse Cimbrique (le Jutland), Ptolémée place quatre îles, sous le nom de Scandiae insulae. On les connaît aujourd’hui sous celui de Laland, Funen, Seland, faisant partie du Danemarck.

58La quatrième, probablement, représentait la Scanie. La grande étendue de la mer Baltique n’avait pas encore permis aux Romains de la parcourir en entier. On croyait, d’après Pythéas, que la Scandinavie ne tenait pas à la terre ferme. C’est cette île, sans doute, que ce dernier appelait Basilia ou Baltia.

59Le nom de Thule reparaît dans les tables de Ptolémée ; mais ce n’est plus la Thule de Pythéas, qui la plaçait très près du pôle. Au lieu que Ptolémée place Thule près des Orcades, au nord de l’Écosse. Ce qui prouve qu’alors les communications s’étendaient peu au-delà. Ainsi la route de l’Islande étant perdue, on n’en avait conservé que le souvenir ; et faute de connaître des parties plus septentrionales, on en avait donné le nom à la petite île Schetland.

60L’Hibernie ou Ierne, que Strabon avait indiquée au nord de la Bretagne, quoique sous sa vraie latitude, est remise par Ptolémée à l’occident de cette île, mais à cinq degrés plus au nord qu’elle ne doit l’être.

61Dans le temps que Scipion Émilien gouvernait l’Afrique, Polybe fut chargé d’aller en reconnaître les côtes occidentales. Il avait rapporté les noms des caps, des fleuves et des nations qu’il avait rencontrés. Pline nous en a conservé un petit extrait.

62On voit le voyageur s’avancer jusqu’au Darabus, qui est le Sénégal d’aujourd’hui, et parvenir jusqu’au promontoire des Hespérides, au-delà d’une chaîne de montagnes, qu’il appelle le Char des Dieux, et qui paraît répondre à celle de Sierre-Leona. Les Romains n’ont pas poussé leurs découvertes au-delà de ce point et il est le terme des connaissances de Ptolémée.

63Strabon pensait que la côte occidentale de l’Afrique, après avoir parcouru un certain espace au midi, se courbait et allait rejoindre la côte orientale de cette partie de la terre, sans atteindre l’équateur.

  • 11 Caractéristique fondamentale de l’image du monde selon Ptolémée (et Marin de Tyr) : les continents (...)

64Ptolémée qui n’admettait pas la communication de l’océan Atlantique avec la mer Érythrée pensait, au contraire, que la côte occidentale de l’Afrique, après avoir formé un golfe médiocrement enfoncé, et qu’il nomme Hespericus, s’étendait indéfiniment entre le sud et l’ouest ; de même il croyait que la côte orientale de l’Afrique, après le cap Prasum, allait rejoindre la côte de l’Asie, au midi de Catigara11.

65Ptolémée croyait que la mer Caspienne s’étendait de l’ouest à l’est, et lui donne dans ce sens 23 degrés 30 minutes.

66Quant à la Taprobane des anciens, que l’on conjecturait être l’île de Ceylan, le citoyen Gosselin forme, à l’égard de cette île, des conjectures très ingénieuses.

67Ératosthènes lui attribuait 7 à 800 stades de longueur sur 500 de large.

68Ptolémée, venu 400 ans après lui, dans un temps où la navigation de l’Inde était fort suivie et fort connue, lui croyait encore 15 degrés ou 7 500 stades d’étendue du nord au sud, et 12 degrés ou 6 000 stades de l’est à l’ouest ; tandis que Ceylan n’a tout au plus que 3 degrés 50 minutes de long, sur 2 degrés 20 minutes de large.

69Voici ce que conjecture le citoyen Gosselin. Les navigateurs, qui partaient des bouches de l’Indus avec le projet de parcourir les côtes de l’Inde, avaient à traverser les deux golfes qui resserrent la presqu’île de Guzurate, nommée alors Larice. Ils trouvaient ensuite la côte de Malabar, qui s’étendait vers le midi, et il était impossible qu’ils se trompassent sur cette direction. Tous les renseignements devaient donc annoncer qu’il existait une grande terre au sud-est de Larice. Mais, comme l’opinion générale était que la côte de l’Inde était parallèle à l’équateur, on concluait, dans l’école d’Alexandrie, que cette côte, qui descendait au sud, n’était pas la côte de l’Inde ; mais qu’en étant séparée, ainsi qu’on le croyait, c’était l’île de Taprobane, dont on connaissait l’existence. L’enfoncement du golfe de Camboge, qui est au midi du Guzurate, a pu leur paraître le commencement du détroit qu’ils admettaient entre l’Inde et la Taprobane, et ils supposaient ce golfe un détroit qui s’étendait jusqu’au Gange.

70Si l’on remarque, en effet, que la côte de Malabar, depuis le cap Comorin jusqu’à Surate, est de 7 500 stades de 500 degrés, on y reconnaîtra la longueur précise que Ptolémée donne à la Taprobane.

71Mais Pline n’était pas, à cet égard, plus instruit que Ptolémée ; car il dit que la Taprobane est à sept journées de navigation des Prasii, qui occupaient Palibothra. Or nous savons aujourd’hui que Palibothra était près du lieu où se trouve actuellement à l’est Elléabad, à une assez grande distance de la mer, c’est-à-dire, des embouchures du Gange, dans le golfe de Bengale. Or, on voit que la distance indiquée par Pline est bien celle qui se trouve entre la ville qu’il nomme et la presqu’île, mais non pas entre cette ville et la Taprobane. Pline admettait donc une étendue de mer, qui s’étendait de Larice aux embouchures du Gange.

72D’où l’on est en droit de conclure que les anciens avaient confondu et décrit Ceylan ou la Taprobane dans le cadre que devait occuper la presqu’île occidentale de l’Inde.

73Je croirai, citoyens, concourir à satisfaire le désir que vous montrez d’acquérir les notions les plus exactes sur plusieurs points d’antiquité, encore trop peu discutés, en ajoutant quelques mots sur l’ancienne Sérique des anciens.

74Vous savez que la Sérique est célèbre à double titre, 1° parce que les anciens en obtenaient, par le commerce, des étoffes de soie ; 2° parce qu’occupant une des parties les plus reculées de l’Inde, plusieurs auteurs ont cru devoir la placer en Chine, et d’autres plus au nord. La cause de ces erreurs tient au peu d’instruction que l’on avait sur ce pays, et ce défaut d’instruction était une suite naturelle de ce qui arrivera, lorsque les lumières seront seulement concentrées entre les commerçants intéressés à ne les pas répandre. C’est ainsi qu’encore aujourd’hui, malgré les progrès qu’a faits la géographie, nous ignorons beaucoup de détails intéressants sur les îles Moluques. Les principaux objets que l’on tirait de la Sérique étaient du fer, des étoffes, des pelleteries, du coton, et surtout une laine précieuse, connue des Romains sous le nom de serica-materies, que les Sères cordaient d’abord, et que les femmes européennes filaient ensuite pour s’en faire des vêtements légers, et, comme dit Pline, presque diaphanes.

75Cette laine ne doit pas être confondue avec le sericum qui se tirait aussi de la Sérique, mais d’un canton particulier.

76Le citoyen Gosselin, auquel nous devons le fond de ces idées, dont le développement nous paraît très heureux, distingue deux parties dans la Sérique, ou plutôt deux contrées différentes, qui ont porté ce nom ; et relativement à cette distinction, il est conforme au témoignage même des anciens, qui ont placé la Sérique tantôt dans l’Inde, tantôt dans la Scythie, mais le plus souvent dans une contrée intermédiaire, entre la Scythie et l’Inde. Aussi, le climat, le caractère des Sères a-t-il été peint diversement par les auteurs, suivant les places qu’ils leur assignaient. Les uns ont parlé des Sères comme d’un peuple le plus doux, le plus heureux ; les autres en ont fait des espèces de sauvages, qui fuyaient à la vue des autres hommes.

77Il n’est guère douteux, d’après cette diversité d’opinions, que, sous le même nom, plusieurs auteurs n’aient désigné des pays différents ; et voici, à cet égard, l’opinion du citoyen Gosselin, qu’il appuie des meilleures preuves.

78Il existe au nord de l’Inde, dans une partie du Tibet, une contrée entourée de montagnes, ayant plus de 120 lieues de long, nommée Seri-Nagar, du nom même de sa capitale. C’est là qu’il place l’une des Sériques des anciens, dans laquelle on arrivait par la Bactriane. Les montagnes qui la séparent de l’Inde répondent très bien aux montagnes Sériques, ou Serici-montes de Ptolémée ; on les nomme aujourd’hui Sera-Lick. De plus, cet auteur ajoute que la capitale était nommée Sera-Metropolis, expression grecque qui n’était certainement pas celle du pays, mais qui, sans doute, y répondait par le sens, en indiquant une ville qui tenait le premier rang. Or, le mot de Nagar emporte aujourd’hui, avec soi, la même idée. Je crois l’avoir déjà dit, en citant ce mot indien comme un de ces mots génériques dont il est bon de connaître le sens. C’était de cette Sérique que l’on apportait la serica-materies, ou laine très fine ; il s’en fait aujourd’hui commerce dans le même pays. Les habitants du Cachemière, peu éloignés, l’achètent, la travaillent, et en font ces schalls si recherchés et si chers.

79Quant au pays appelé aussi Sérique, où l’on arrivait en traversant l’Indus et l’Hyphasis, pays qui était, selon les anciens, en deçà du Gange, et qu’ils confondaient avec le précédent, le citoyen Gosselin le retrouve dans la contrée de l’Inde, appelée aujourd’hui Ser-Hend, dont le nom renferme celui d’Inde et de Serre. C’est de ce pays que se tirait le sericum ou la soie, dont les anciens ne connaissaient que l’usage. En général on la croyait une production végétale ; ce ne fut qu’au temps de Justinien que les œufs des vers commencèrent à être connus en Europe.

80Procope de Césarée rapporte que deux moines, venus de l’Inde, ayant appris que Justinien cherchait à affaiblir la puissance des Perses, et à leur enlever le commerce de la soie qu’ils faisaient avec les Romains, et dont ils retiraient de grandes sommes d’argent, proposèrent à l’empereur de les envoyer dans une province de l’Inde nommée Serinda, où ils avaient déjà séjourné, et s’engagèrent à lui apporter des œufs de vers à soie : l’empereur accepta leurs offres, et les moines remplirent leurs promesses.

81D’après ce qui vient d’être dit, et surtout d’après les développements que renferme l’ouvrage du citoyen Gosselin, on conçoit comment la grande proximité des provinces de Ser-Hend et de Seri-Nagar, leur position, la différence de leur sol, de leur climat, de leurs productions, ont pu donner aux anciens des idées fort opposées sur la Sérique et sur ses habitants. Les uns n’ont connu et décrit que la partie septentrionale, tandis que les autres n’ont connu que la partie méridionale ; et l’on voit comment ce commerce pouvait se faire par l’Inde et par la Scythie.

82Je finirai par une esquisse des différentes divisions de l’ancien monde, au commencement de notre ère.

83En Europe, toutes les parties que baigne la Méditerranée étaient bien connues ; c’était de l’ouest à l’est (l’Espagne) l’Hispanie, appelée aussi Ibérie, qui refermait la Lusitanie, le Portugal.

84La Gaule (la France) qui comprenait au nord-est la Belgique (les Pays-Bas et les Provinces-Unies) et à l’est l’Helvétie (la Suisse).

85L’Italie, dont la partie septentrionale portait le nom de Gaule Cis-Alpine, et dont la partie méridionale portait celui de Grande-Grèce. Au-delà des montagnes au nord, était la Rhétie (le pays des Grisons). La Vincdélicie et le Noricum, répondant à l’évêché de Trente et à la Styrie.

86La Pannonie, la Hongrie.

87L’Illyrie, la Bosnie, la Dalmatie, l’Esclavonie.

88La Macédoine, la Grèce, à l’extrémité de laquelle était le Péloponèse, la Morée, le Janina, la Livadie.

89La Thrace (Rum-Ili).

90Au nord de ces parties, étaient :

91Les îles Britanniques et l’île Thule, la Scandinavie, la Germanie à l’est du Rhin et au nord du Danube, et la Chersonèse Cimbrique (le Jutland) ; la Sarmatie (la Pologne) ; les Deux-Mœsies, Haute et Basse (la Servie, la Bulgarie), la Valachie ; enfin, la Dacie-Trajane (la Moldavie).

92Au nord de ces dernières contrées, la Scythie.

93La Mer Noire portait le nom de Pont-Euxin, et la Crimée celui de Taurique.

94En Asie, la partie occidentale de l’Asie était la plus habitée et la plus célèbre.

95La Natolie, que l’on nomme aussi Asie mineure, était partagée en un grand nombre d’États.

96Sur la côte septentrionale étaient la Mysie et la Troade, la Bithynie, la Paphlagonie et le Pont.

97Sur la côte occidentale, les colonies Éoliennes, Ioniennes et Doriennes.

98Sur la côte méridionale, la Lycie, la Pamphilie, la Pisidie et la Cilicie, qui s’étendait jusqu’aux portes syriennes où était Issus.

99Dans l’intérieur de cette vaste contrée étaient la Lydie, dont le nom avait été autrefois donné à un fort grand État... la Phrygie, et dans des temps postérieurs la Galatie, puis la petite Arménie.

100La grande Arménie était à l’est, occupant des montagnes, où se trouvent au nord celles que les anciens ont appelées Caucase, entre le Pont-Euxin et la mer Caspienne.

101Là étaient, de l’ouest à l’est, la Colchide, l’Ibérie, l’Albanie.

102Au sud de l’Arménie et du Taurus était la Syrie, renfermant au nord le Liban ; sur toute la côte de la Méditerranée était la Phénicie, et dans les terres la Palestine.

103Entre l’Euphrate et le Tigre, était la Mésopotamie, dont le nom signifie au milieu des fleuves : c’est à l’extrémité méridionale que se trouvait la Chaldée, ou Babylonie.

104Au-delà est la Perse, s’étendant au nord-est, jusqu’à la partie de la Sogdiane et la Bactriane, ayant au nord la Médie et touchant à l’Inde par l’une de ses provinces.

105L’Inde fut peu connue des Grecs par la conquête d’Alexandre ; Seleucus y pénétra un peu plus avant. On sait que Palybothra y occupait un rang distingué entre les principales villes.

106L’Arabie n’était guère connue que dans sa partie septentrionale.

107En Afrique, on n’avait de détails un peu circonstanciés et un peu vrais que sur la côte septentrionale. C’est là que de l’est à l’ouest se trouvaient l’Égypte, la Cyrénaïque, la Pentapole, l’Afrique propre, la Numidie et la Mauritanie.

108La Lybie et l’Éthiopie, situées dans l’intérieur, étaient peu connues.

  • 12 Ces trois volumes, intitulés Géographie ancienne (1787-1793), font partie de l’Encyclopédie méthodi (...)

109Ce sont les détails, plus ou moins circonstanciés, sur les villes, les peuples, etc., des pays que je viens de nommer, et sur leurs subdivisions qui forment la connaissance que l’on nomme géographie ancienne ; et que j’ai rassemblés en trois volumes12, dans la suite des dictionnaires, dont est composée la nouvelle encyclopédie.

  • 13 Cette intervention de Buache marque un net infléchissement dans le cours, comme s’il souhaitait rec (...)

110Buache. Citoyens, j’ajouterai quelques observations à ce que vient de vous dire mon collègue Mentelle13, pour que vous soyez moins étonnés des grandes erreurs que les anciens ont commises en géographie : vous savez que ce n’est que par le commerce et la navigation que la géographie peut faire de grands progrès ; et le commerce et la navigation des anciens étaient très bornés : ils n’ont pu rassembler qu’un petit nombre de matériaux, et des notions vagues et obscures, comme on peut en juger par les connaissances de Marin de Tyr, que Ptolémée nous a conservées dans ses prolégomènes, et qui deviennent une des bases de sa géographie. C’est d’après ces connaissances vagues qu’ont été construites les cartes des anciens, et c’est d’après ces cartes qu’ont été faites les descriptions géographiques de la terre par Strabon, et autres auteurs de l’antiquité.

  • 14 Ingénieur et géographe à Alexandrie (iiie siècle), Agathodaimon dressa les cartes dites de Ptolémée (...)

111Nous n’avions de cartes, construites par les anciens, que celles qui sont connues sous le nom de Ptolémée, et qui ont été dressées, d’après sa géographie, par Agathodœmon14. Le citoyen Gosselin, en rétablissant dans son excellent ouvrage les cartes d’Ératosthènes et de Strabon, ou du moins des cartes telles que ces auteurs auraient pu en construire, d’après l’état des connaissances de leur siècle, a rendu un service signalé à la géographie ; on peut voir à l’inspection seule de ces cartes, ou en les comparant avec les cartes modernes, combien la géographie des Grecs était peu avancée et défectueuse.

  • 15 On notera le médiocre intérêt suscité par la géographie des Romains (annoncée au début de la leçon (...)
  • 16 De cette Table dite de Peutinger — carte itinéraire du monde romain du ive siècle, étirée en longue (...)

112On peut juger aussi de la géographie des Romains15 en considérant la grande et belle carte itinéraire que l’on croit avoir été construite du temps de Théodose-le-Grand, et qui embrasse toute l’étendue du monde connu alors : cette carte, nommée communément carte de Peutinger16, du nom de Conrad Peutinger d’Augsbourg, dans le cabinet duquel l’original a été trouvé, n’est à proprement parler qu’un tableau destiné à représenter les routes avec les distances des lieux situés sur ces routes ; et l’on doit n’avoir aucun égard à la configuration des côtes, des rivières et des montagnes qui s’y trouvent, ainsi qu’à la position des lieux. Les pays y sont tellement défigurés, en conséquence du peu de rapport qu’il y a entre sa largeur et sa longueur, que la Méditerranée n’y paraît que comme une grosse rivière, et que toutes les terres y sont raccourcies du nord au sud, au point de n’être pas reconnaissables. C’est d’ailleurs un des plus précieux monuments de l’antiquité ; et il serait bien à désirer que l’on pût retrouver les deux feuilles qui en forment le commencement, et qui comprennent l’Angleterre, l’Espagne et la partie occidentale de l’Afrique.

113Les notions que les Romains avaient des pays situés au-delà de leur empire étaient si obscures qu’il a été impossible jusqu’à présent de faire usage des routes que cette carte nous offre pour la Perse, l’Inde et autres parties de l’Orient : il semble que les auteurs, qui l’ont construite, n’avaient pas des renseignements bien exacts sur tous les matériaux dont ils ont fait usage, et qu’ils en ont fait une mauvaise application. C’est aussi ce qui est arrivé souvent à Pline, comme on peut le voir par l’application qu’il a faite de deux routes par mer qu’il nous a conservées, mais qu’il n’a pas comprises.

114Pline, livre VI, chapitre 29, après avoir décrit la mer Rouge, s’exprime ainsi :

115« Au-delà du cap de Mossyla (aujourd’hui Zeyla, près le détroit de Babel-Mandel), commence, suivant Juba, la mer Atlantique, par laquelle on peut naviguer, en suivant le nord-ouest, jusqu’au-delà des Mauritanies et à Gadès (aujourd’hui Cadix). L’opinion de Juba mérite d’être exposée ici en entier : il dit que d’un cap, nommé Lepte acra, et par d’autres Drepanum, on va directement et à travers la zone torride à une île nommée Malocho, et que la distance est de 1 500 mille pas ; de là à un lieu nommé Sceneos, 225 mille pas, et de là à l’île Sadanum, 150 ; ainsi on parcourt, en pleine mer, 1 875 mille pas. Les autres auteurs n’ont pas cru que cette navigation pût se faire à cause des chaleurs brûlantes de la zone torride. »

116On conçoit aisément que cette navigation ne peut être celle du tour de l’Afrique, qui serait huit fois plus longue, en suivant le contour des côtes ; mais je remarque qu’à partir du cap de Guardafui, qui est le plus oriental de l’Afrique, et à la sortie de la mer Rouge, il y a environ 1 500 mille pas jusqu’à l’île Malique, qui est entre les Maldives et les Laquedives, et sur la route des vaisseaux qui vont aujourd’hui des côtes de l’Afrique à celles de Malabar : cette île est par 8 degrés 30 minutes de latitude nord, et conséquemment dans la zone torride. De l’île Malique à la côte de Malabar, près le cap Comorin, il y a 225 ou 230 mille pas, comme de Malocho à Sceneos, et du cap Comorin à l’île de Ceylan il y a aussi 150 mille pas comme de Sceneos à l’île Sadanum.

117Ainsi la route décrite par Pline, et qu’il suppose être celle de l’extrémité de la mer Rouge à Gadès, serait la route de la mer Rouge au cap Comorin et à l’île de Ceylan, route dont les Romains n’avaient aucune idée, et à laquelle personne n’avait fait attention jusqu’à présent. Ce passage de Pline, interprété de cette manière et sortant ainsi de l’obscurité, peut répandre quelque jour sur l’histoire de la navigation des anciens, et sur la source des connaissances géographiques et autres qu’ils nous ont transmises, sans les comprendre. Après avoir exposé (livre VI, chap. 22) les idées des anciens sur la Taprobane, qui est l’île de Ceylan, Pline nous apprend que des ambassadeurs, envoyés de cette île à Rome depuis peu, et sous l’empire de Claude, avaient donné aux Romains des connaissances particulières, plus exactes et plus détaillées de cette contrée que celles qu’on en avait auparavant. Ces connaissances, qu’il expose ensuite, sont conformes à celles que les établissements des Européens dans cette île nous ont procurées : mais les premières, ou les idées des anciens, n’étaient que des renseignements vagues, peu propres à perfectionner la géographie.

118Pline (livre VI, chap. 20), à l’occasion d’une île nommée Patale, que forme le fleuve Indus vers son embouchure, rapporte une route qui part de l’embouchure du Gange et qu’il suppose aboutir à cette île : voici son texte, dont le commencement est très remarquable et prouve seul la fausse application qu’il fait encore de cette route. « Je rapporterai, dit-il, les mesures ou les distances comme je les trouve, quoiqu’aucune ne convienne au local. De l’embouchure du Gange au cap Calingon, et à la ville de Dandagula, 625 mille pas ; à Tropina, 1 225 mille pas ; au cap de Perimula, où est le comptoir le plus célèbre de l’Inde, 750 mille pas ; à une ville dans l’île de Patala, dont nous avons parlé ci-dessus, 620 mille pas. »

119Nous connaissons, dans le nombre des stations rapportées ici par Pline, le cap et la ville de Perimula, que l’on trouve dans la Géographie de Ptolémée, et que l’on ne peut placer ailleurs que dans le détroit de Malaca, qui en avait pris le nom de Sinus Perimulicus : nous connaissons aussi à peu près le cap Calingon, qui paraît répondre au cap Godevari de la côte de Coromandel, et au lieu que Ptolémée désigne pour le point de départ des vaisseaux qui étaient destinés pour la Chersonèse d’Or, aujourd’hui la presqu’île de Malaye. La distance de ce cap à Tropina, évaluée à 1 225 mille pas, répond à celle de la largeur du golfe de Bengale, à la hauteur de ce cap. Ainsi la route que Pline suppose aller de l’embouchure du Gange à celle de l’Indus, en faisant le tour de la presqu’île occidentale de l’Inde, me paraît devoir prendre une direction opposée, et conduire à travers le détroit de Malaca vers une autre île de Patala, située au-delà de ce détroit.

120Le citoyen Gosselin, dont les observations savantes sur la géographie des Grecs viennent de vous être présentées, fixe les bornes des connaissances de Ptolémée à la rivière de Tanasserim et au port de Merghi, qui se trouvent à la suite du golfe de Pégu ; il suppose, en conséquence, que le détroit de Malaca, situé plus au sud, a été inconnu aux anciens ; mais je ne puis adopter son sentiment à cet égard, non plus que l’application qu’il a faite de la géographie de Ptolémée au-delà du Gange.

  • 17 Autre argument, complémentaire, de Buache, qui permet de nuancer la thèse de l’ignorance géographiq (...)

121On voit par ces deux passages de Pline et beaucoup d’autres qu’il sera facile de reconnaître que cet auteur a rapporté ou inséré dans son ouvrage beaucoup de choses qu’il ne comprenait pas, et dont il ne connaissait pas la source ; et l’on n’en sera pas étonné, si l’on considère que les anciennes navigations ne se faisaient que par des marchands qui mettaient tout en usage pour faire leur commerce exclusivement à tout autre peuple et laissaient ignorer17 la situation des différents pays d’où ils tiraient leurs marchandises. On connaît le trait patriotique d’un capitaine de vaisseau carthaginois qui, faisant voile pour la Grande-Bretagne et s’apercevant qu’il était suivi par un vaisseau des Romains, dirigea sa route sur des bancs de sable et des rochers où son bâtiment périt, ainsi que celui des Romains : ce dévouement fut récompensé par la République de Carthage, qui indemnisa le capitaine de la perte qu’il avait faite dans cette circonstance.

122Les relations des voyages de découvertes entrepris par les anciens ont été également renfermées dans des archives secrètes, et le peu de connaissances que nous en avons ne peuvent être regardées que comme des fragments très mutilés.

  • 18 Poète géographe du ive siècle de notre ère, auteur de l’Ora Maritima inspirée d’un ancien texte gre (...)

123Hannon fut envoyé de Carthage, lorsque cette ville était dans l’état le plus florissant, pour reconnaître les côtes occidentales de l’Afrique et y établir des colonies : le Périple connu sous son nom, ou la relation de son voyage qui nous a été conservée, et qui est en grec, ne peut être qu’un extrait très abrégé, et fait seulement sur le rapport de quelqu’un des moins instruits de son équipage ; aussi, malgré les recherches des savants français et espagnols qui ont entrepris d’éclairer cette partie intéressante de l’ancienne géographie, il est bien difficile de voir jusqu’où ce navigateur s’est avancé, et de reconnaître les différents lieux où il a abordé et établi des colonies. Il en est de même du voyage d’Himilcon qui fut chargé, dans le même temps, par les Carthaginois, de reconnaître les côtes occidentales de l’Europe, et dont Avienus18, dans son Ora Maritima, nous a conservé quelques fragments.

  • 19 Contrairement à Mentelle, Buache propose des conclusions nuancées (relativisme, idée de progrès et (...)

124D’après ces considérations, il paraîtra moins étonnant que les anciens aient commis tant d’erreurs en géographie et ces erreurs, que nous reprochons à Ératosthènes, à Ptolémée, à Strabon et autres, ne seront attribuées qu’à l’état des connaissances de leur siècle. En rectifiant ces erreurs, au moyen des connaissances acquises pendant les siècles qui se sont écoulés depuis, nous ne pouvons nous dissimuler que nous en commettons tous les jours d’autres à l’égard des pays où le commerce n’a pas encore attiré nos navigateurs, et qu’elles nous seront reprochées par ceux qui nous succéderont. Nous faisons du mieux qu’il nous est possible ; nous devons croire que ceux qui nous ont précédés ont fait de même, et les juger en conséquence. Danville observe que la carte de la Tartarie, publiée par Guillaume Delisle, est une des meilleures cartes de ce géographe : on prendrait cette assertion pour une ironie si l’on comparait cette carte de Tartarie avec les nouvelles cartes publiées depuis d’après les découvertes des Russes ; mais ce témoignage de la part de Danville est fondé sur la connaissance qu’il avait du peu de matériaux acquis sur cette contrée, et du parti avantageux que Delisle en avait tiré19.

125La géographie sera imparfaite jusqu’à ce que l’on ait fixé, par des observations exactes, les latitudes et les longitudes des principaux points, et qu’on ait levé, comme on a fait pour la France, des cartes géométriques de chaque pays. Il convient surtout de déterminer la position et le gisement des côtes, tant pour la sûreté de la navigation que pour fournir à la postérité les moyens de reconnaître les effets des eaux de la mer sur les continents, et des autres révolutions que le globe peut éprouver.

Notes

* Par gnomon, on entend ici une verge de fer ou de bois placée en terre, et dont on compare la mesure à la longueur de son ombre à midi. On sent bien que cette longueur doit varier, selon que le soleil est rapproché ou éloigné de notre zénith.

* Ouessant à 7 degrés 24 minutes 33 secondes à l’ouest, le cap Saint-Vincent à 10 degrés 52 minutes.

** 43 degrés 17 minutes 45 secondes.

1 Sur Pythéas (ive siècle av. J.-C.), Mentelle prononce et recopie des phrases de Gossellin, op. cit., p. 46-50. Il lui arrive aussi d’abréger.

2 Mentelle abrège, effectivement. À noter sa phrase de transition, sorte de cheville par laquelle il reprend son leitmotiv.

3 C’est une des observations les plus connues de Pythéas, dont l’extraordinaire voyage a été passionnément controversé : elle a été expliquée par l’effet du froid et de l’humidité sur les éléments (G. Aujac, Strabon [...], op. cit., p. 268), ou par la rencontre de courants froid et chaud (P. Pédech, op. cit., p. 73).

4 Hipparque (Nicée, c. 194-c. 120). Résumé, avec quelque distance, de Gossellin, op. cit., p. 51-54. Cheville identique à la précédente (erreurs d’Hipparque).

5 Posidonius (Apamée-sur-l’Oronte, c. 135 — Rome, c. 50). Résumé de Gossellin, op. cit., p. 54-56.

6 Strabon (Amasée dans le Pont), c. 64 ou 63 - c. 23 apr. J.-C). Sans doute pressé par le temps, Mentelle résume rapidement les longs développements de Gossellin, op. cit., p. 57-111.

La première traduction française imprimée de la Géographie de Strabon sera ordonnée par Napoléon et effectuée, en collaboration, par divers érudits, G. de La Porte du Theil, A. Coray, A.-J. Letronne (Gossellin lui-même est l’auteur d’une introduction et de notes) ; elle paraîtra en 6 tomes (en 5 vol., cartes), Paris, Imprimerie impériale puis royale, 1805-1819 (Gossellin, art. cit., in B.-J. Dacier, op. cit., p. 207, 312).

7 Marin de Tyr (début du IIe siècle). Ptolémée (Ptolémaïs Hermiou ?, c. 90 — Canope, c. 168). Même remarque que note précédente (la troisième partie du livre de Gossellin est consacrée à Ptolémée).

8 Ces dimensions énormes du monde connu, empruntées à Marin de Tyr, au Moyen Age, par Pierre d’Ailly dans son Imago mundi, ont fait rêver — et agir — Colomb (M. Mahn-Lot, Christophe Colomb, Paris, 1969, p. 37-38). Mais on cherchera en vain dans le cours, qui recense des erreurs, cette perspective historique.

9 Marque du cours oral, indispensable sans doute dans ce long exposé livresque...

10 Les dimensions du monde habité selon Ptolémée sont supérieures à celles d’Ératosthène, inférieures à celles de Marin de Tyr.

11 Caractéristique fondamentale de l’image du monde selon Ptolémée (et Marin de Tyr) : les continents entourent des bassins maritimes fermés (alors que dans la carte d’Ératosthène le monde habité est une île).

12 Ces trois volumes, intitulés Géographie ancienne (1787-1793), font partie de l’Encyclopédie méthodique publiée par Panckoucke à Paris et par Plomteux à Liège.

13 Cette intervention de Buache marque un net infléchissement dans le cours, comme s’il souhaitait rectifier la présentation critique et négative que Mentelle venait de donner à la description de la géographie antique. Sans renoncer à signaler les erreurs des Anciens, Buache introduit pourtant, et clairement, deux notions clés : celle de progrès (c’est la contrepartie, positive, d’une théorie des erreurs ou de la décadence des Anciens : l’erreur rend possible le progrès) ; celle du progrès par le commerce et la navigation (Buache hydrographe y est particulièrement sensible). De là, dans la géographie ancienne, les exemples choisis par Buache, qui sont ceux des itinéraires, des routes terrestres (la carte dite de Peutinger) ou maritimes (comme celles que décrit Pline), ou des explorations carthaginoises.

Buache précise de plus l’étendue des progrès qui restent à accomplir, s’opposant ainsi à Mentelle qui fait de la géographie un exposé de faits presque tous connus.

14 Ingénieur et géographe à Alexandrie (iiie siècle), Agathodaimon dressa les cartes dites de Ptolémée, connues par des copies byzantines.

15 On notera le médiocre intérêt suscité par la géographie des Romains (annoncée au début de la leçon précédente, cf. supra), traditionnellement jugée comme décadente. Voir cependant Cl. Nicolet, L’Inventaire du monde [...], op. cit. (mais Gossellin et Mentelle pouvaient-ils pressentir la variété des sources géographiques disponibles, en dehors des grands traités connus ?).

16 De cette Table dite de Peutinger — carte itinéraire du monde romain du ive siècle, étirée en longueur sur 6,75 m, connue par une copie que détenait au xvie siècle Conrad Peutinger — Philippe Buache avait déjà entrepris l’étude dans son enseignement adressé aux princes royaux (L. Lagarde, « Philippe Buache [...] », Geographers, Biobibliographical Studies, art. cit., p. 22).

17 Autre argument, complémentaire, de Buache, qui permet de nuancer la thèse de l’ignorance géographique des Anciens : elle est souvent l’effet d’une politique commerciale délibérée (c’est la thèse, classique, du secret).

18 Poète géographe du ive siècle de notre ère, auteur de l’Ora Maritima inspirée d’un ancien texte grec du vie siècle. La partie conservée évoque le périple du navigateur carthaginois Himilcon (ve siècle av. J.-C.) vers l’Atlantique nord ; elle décrit les littoraux atlantique et méditerranéen (côtes, productions locales, comme l’étain et le plomb du Nord, populations, distances, etc.), cf. P. Pédech, op. cit. p. 40-41. C’est un exemple d’expéditions maritimes, comme les conçoit Buache, où se mêlent objectifs commerciaux et préoccupations scientifiques.

19 Contrairement à Mentelle, Buache propose des conclusions nuancées (relativisme, idée de progrès et de découvertes continues que doivent se transmettre les générations, discret optimisme...).

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540