Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Sixième débat

8 germinal/28 mars

Texte intégral

BUACHE ET MENTELLE

  • 1 Il s’agit de l’ouvrage de Jean-B.-Claude Izouard (dit Delisle de Sales) intitulé Histoire nouvelle (...)
  • 2 Sur cette formule classique, cf. l’Introduction générale du volume, p. 5.

1Buache. Vous avez vu par la dernière leçon, infiniment intéressante, du citoyen Volney, quelle peut être l’étendue de la géographie, quels sont les détails qu’elle embrasse, et sous quels points de vue différents il faut considérer un pays, pour parvenir à bien connaître les peuples qui l’habitent. Vous avez pu comprendre aussi que, la géographie étant une des connaissances essentielles et indispensables pour ceux qui se proposent d’écrire ou de professer l’histoire, elle sera nécessairement enseignée dans les écoles centrales, par les professeurs de l’histoire philosophique des peuples ; et qu’ainsi elle mérite, sous ce point de vue, d’être prise en considération particulière par plusieurs des élèves de l’École normale. Un historien de nos jours, l’auteur de l’Histoire des hommes1, publiée depuis 1779, bien convaincu par sa propre expérience que la géographie est un des yeux de l’histoire2, commence son ouvrage par exposer le résultat de ses recherches sur la structure du globe, et fait précéder l’histoire particulière des peuples de la description géographique des pays qu’ils ont habités. Les faits, qu’il expose ensuite, n’ont pas besoin de longs commentaires ; le lecteur peut les apprécier aisément, et distinguer la vérité de l’erreur, et l’histoire du roman.

  • 3 Rebondissement inattendu: le Programme n’annonçait guère l’étude du climat (sinon l’idée, sur laque (...)
  • 4 C’est la deuxième des explications (b). Cf., plus loin, l’importance des vents alizés pour la navig (...)

2Le citoyen Volney a mis au nombre des principaux objets qu’il convient de considérer, pour se former une juste idée d’un pays, l’atmosphère ou l’air qui enveloppe la terre, et qui a une grande influence sur ses productions, ainsi que sur les qualités physiques et morales des peuples : cette observation est très importante et digne de votre attention. L’atmosphère est un vaste laboratoire où la nature exerce d’immenses analyses, des dissolutions, des précipitations, des combinaisons sans nombre et où toutes les sciences ont à puiser. La chimie vous a déjà fait connaître une partie des phénomènes que présente cette enveloppe de la terre, et la physique vous exposera incessamment ceux qui sont de son ressort. La géographie, pour compléter sa partie physique, doit vous soumettre quelques vues générales sur les vents et les courants3, qu’il importe de bien connaître pour la sûreté et les progrès de la navigation4, d’où dépend le perfectionnement de la description de la terre, et c’est ce que je vais commencer dans cette séance.

3Mon collègue Mentelle, trop sensible aux reproches d’une prétendue critique des leçons de géographie de l’École normale, qui voudrait les réduire à une simple nomenclature, a passé rapidement sur la géographie physique, dans la crainte de répéter ce qui pourrait être dit dans d’autres cours. Pour moi, que cette critique regarde plus particulièrement, comme n’ayant été jusqu’ici qu’un géographe et un hydrographe de profession, je n’y ai vu de bien démontré que le but de l’auteur et l’esprit de cabale qui l’a dictée : je l’abandonne au temps qui en fera justice, et je continuerai de vous exposer, du mieux qu’il me sera possible, toutes les observations que je croirai utiles aux progrès des études. Le professeur de physique vous démontrera sans doute toutes les causes et les effets des vents, avec cette clarté et cette précision qui lui sont familières ; mais je crois devoir fixer un instant votre attention sur ce point, et vous faire entrevoir qu’une partie de ces connaissances physiques sont nécessaires dans un cours de géographie. Pour bien connaître le globe, il faut en considérer tout à la fois l’air, l’eau et la terre.

  • 5 C’est la première des explications (a), la « cause générale ». On notera que, à l’inverse de nombre (...)
  • 6 Suivent d’autres causes physiques (la chaleur, la densité de l’air...), complémentaires, dites « pa (...)

4L’air est ce fluide que nous respirons et qui compose l’atmosphère de la terre : susceptible de compression et de dilatation, il a une extrême facilité à être mû, et c’est son mouvement, ou le transport d’une partie de l’air d’une contrée dans une autre, que l’on appelle vent. Une des causes les plus ordinaires de ce transport de l’air ou du vent est la révolution journalière de la terre5, sur son axe, d’occident en orient ; l’air, ainsi que les eaux, ne pouvant pas suivre dans cette révolution le mouvement des parties solides de la terre, doit demeurer en arrière, et causer ainsi un vent continuel d’orient en occident. Mais cette cause générale, qui vous sera développée dans le cours de physique, est troublée par plusieurs causes particulières6, savoir par les rayons du soleil qui dilatent l’air, tantôt dans un endroit et tantôt dans un autre ; par la rencontre des montagnes et autres corps élevés qui le repoussent et le détournent de son chemin ; par les vapeurs qui s’élèvent de la terre et des mers ; par les fermentations qui se font dans l’air, etc. De toutes ces causes qui vous seront également développées, la première jouant un des principaux rôles dans la théorie des vents mérite d’être considérée en particulier par le géographe, et je vais essayer de vous en donner une idée.

5L’air est dilaté ou raréfié par le chaud et condensé par le froid. Partout où une cause quelconque raréfiera l’air dans un espace déterminé, l’air environnant pressera cet espace en raison de l’excès de sa pensanteur sur l’air raréfié. D’après ce principe, s’il y a quelque ouverture par où l’air environnant puisse s’introduire dans un espace dont l’air soit raréfié, il y entrera toujours avec une force proportionnée à la différence de pesanteur des deux airs : c’est ce qui est certifié par une expérience que tout le monde peut faire.

  • 7 Expérience commune, connue, citée avec des réserves (elle n’expliquerait que les tourbillons, les v (...)

6Si dans une chambre sans feu7 on s’approche de la porte ou des fenêtres, on ne s’apercevra que peu ou point du tout que l’air s’introduise dans la chambre par les ouvertures que laisse toujours entre ces parties le manque de jonction exacte ; mais si l’on échauffe l’intérieur de la chambre, l’introduction de l’air deviendra très sensible, et, en redoublant le feu, elle pourrait même acquérir assez de vitesse pour former un sifflement que l’oreille distinguerait.

7Voici une autre expérience attribuée à Franklin, et que tout le monde peut aussi répéter : si de deux appartements contigus, séparés par une porte fermée, l’un est échauffé par du feu ou par la présence de beaucoup de monde, et que l’autre au contraire, privé de cette chaleur artificielle, soit sensiblement plus froid, en ouvrant la porte de communication des deux appartements on pourra se convaincre par la flamme d’une lumière placée sur le seuil de cette porte qu’il y a un courant d’air assez vif, qui va de l’appartement froid dans l’appartement chaud ; tandis qu’une seconde lumière tenue vers le haut de la porte convaincra de même qu’il y a dans cet endroit un courant contraire, qui va de l’appartement chaud dans l’appartement froid ; une troisième lumière tenue vers le milieu de la hauteur de la porte démontrerait, par sa tranquillité, qu’il n’existe là aucun mouvement d’air sensible.

  • 8 Martin Clare, The Motion of Fluids, Natural and Artificial; in Particular that of the Air and Water (...)

8On connaît aussi la belle expérience de Clare8, rapportée dans son Traité du mouvement des fluides, et qui ne laisse aucun doute sur les effets résultant de la raréfaction de l’air par la chaleur, et de la pression des colonnes d’air plus froid. Au milieu d’un grand plat plein d’eau froide, il plaça un petit plat rempli d’eau chaude ; puis, ayant soufflé une chandelle allumée, il l’approcha pendant qu’elle fumait encore du bord du plat plein d’eau chaude ; la fumée se porta aussitôt au-dessus du milieu de ce plat, et ce ne fut qu’alors qu’elle s’éleva verticalement. Ayant changé ses dispositions de manière que le petit plat du milieu fût rempli d’eau froide, et que le grand plat contînt l’eau chaude, il plaça la chandelle fumante au-dessus de l’eau froide, et alors la fumée loin de s’élever perpendiculairement se dirigea au-dessus de l’eau chaude du grand plat, entraînée par l’air froid qui se portait vers l’air raréfié par l’eau chaude.

9On peut entrevoir, d’après ces expériences, ce qui doit arriver dans l’atmosphère, en conséquence des différents degrés de chaleur et de froid qu’éprouvent les différentes parties de la surface du globe, et qui dilatent ou condensent plus ou moins l’air. Les continents et les îles, par exemple, étant plus susceptibles que la mer de recevoir et de réfléchir la chaleur du soleil, peuvent être considérés comme le plat d’eau chaude de l’expérience de Clare, et la mer qui les environne comme le plat d’eau froide ; il en doit résulter que l’air plus condensé de la mer doit se porter vers les terres, au-dessus desquelles l’air est plus raréfié, ou qu’il soufflera un vent de mer sur ces terres et de tous les côtés ; et c’est ce qui a lieu en effet, au moins pour des terres un peu considérables et pendant la durée du jour.

10Toutes les fois qu’il y a un surcroît de chaleur dans une partie de l’atmosphère, cette chaleur y produit de la dilatation ; et toutes les fois qu’il y a dilatation, il y a du vent, parce que les colonnes d’air latérales plus denses viennent remplacer celles où l’air se dilate et s’élève par sa raréfaction. Les rayons directs et surtout réfléchis, et la fermentation des vapeurs qui s’élèvent de la terre sont les causes ordinaires de la chaleur et conséquemment une des causes ordinaires du vent. Dans la zone torride et à quelques degrés de distance au-delà, l’action du soleil, qui y est très puissante, concourt avec le mouvement de la terre pour y produire un vent général, qui règne constamment de l’est à l’ouest. Dans les autres zones, la tendance de l’air condensé des pôles, vers l’équateur, l’inégalité de la force des rayons solaires sur les différents points de l’atmosphère, les fermentations particulières des vapeurs terrestres et diverses autres causes occasionnent des condensations et dilatations diverses, et par suite la variété des vents. Ces causes peuvent agir de manière à augmenter mutuellement leur force et elles donnent alors de gros vents ; elles peuvent agir en sens opposé, s’entre-détruire aussi, mutuellement, et elles donnent du calme. Les terres par leur glissement et par leur élévation sont aussi dans le cas de rompre l’effort du vent, de changer sa direction, ou d’accélérer sa vitesse, en resserrant son lit.

  • 9 Le développement et l’explication par les précipitations chimiques sont textuellement empruntés à M (...)

11Monge9, dans un mémoire sur La cause des principaux phénomènes de la météorologie, qui se trouve imprimé dans le cinquième volume des Annales de chimie, nous indique une nouvelle cause des vents, qui peut répandre le plus grand jour sur cette partie importante et très imparfaite de l’histoire naturelle. Il observe que, lorsque dans quelque partie de l’atmosphère l’air dissout de l’eau nouvelle, ou qu’il abandonne une partie de celle qu’il tenait en dissolution, il éprouve des changements dans son volume, et des altérations dans son ressort, qui doivent produire des mouvements dans l’atmosphère. Les dissolutions chimiques étant, pour l’ordinaire, très lentes, la dissolution de l’eau dans l’air ne peut produire que de légères agitations, dont nous nous apercevons à peine : mais les précipitations chimiques sont ordinairement très rapides ; il arrive très souvent que l’air perd sa transparence sur une grande étendue, et que de très grands nuages se forment dans un temps très court. Le vide presque subit, occasionné par cette précipitation rapide, est rempli par la chute des couches supérieures et par l’accès des parties latérales ; et le transport de ces masses d’air donne lieu à des mouvements qui, considérés par rapport à l’atmosphère entière, ne sont que des agitations, mais qui, pour l’observateur fixé sur le point de la surface du globe, sont des vents irréguliers. Ce sont ces vents qui précèdent toujours les pluies abondantes, parce qu’ils sont l’effet le plus immédiat de la précipitation de l’eau, et qui finissent ordinairement avec elles, parce que la cause à laquelle ils doivent naissance est locale et d’une courte durée : ce sont encore eux qui forment les tempêtes, surtout au-dessus de la mer, dont la surface lisse ne présente pas les mêmes obstacles que celle des terres et des continents. On trouvera dans le mémoire de Monge, d’où je tire ce dernier article, une explication nouvelle et très satisfaisante des principaux phénomènes de l’atmosphère.

12Telles sont les causes générales des vents principaux, que l’on remarque sur la surface du globe, et dont je me suis proposé de vous donner une idée. Considérons maintenant les lieux où ces vents dominent.

  • 10 C’est la distinction usuelle (cf. N. Broc, La géographie des philosophes [...], op. cit., p. 438). (...)

13On distingue trois sortes de vents10, les uns constants, d’autres variables, et les troisièmes périodiques. Les vents constants se trouvent des deux côtés de l’équateur, dans la zone torride, et au-delà, entre 30 degrés de latitude nord et 30 degrés de latitude sud. Là, les vents soufflent de la partie de l’est constamment, et sans interruption, du moins sur la surface des mers : on les nommes vents alizés. Depuis ces mêmes parallèles, ou les 30 degrés de latitude jusqu’aux pôles, tant du côté du nord que du côté du sud, les vents prennent tantôt une direction et tantôt une autre, n’ayant rien de réglé, ni qui puisse être prévu, soit dans leur cours, soit dans leur force, soit dans leur durée : on les nomme en conséquence vents variables. Il y a dans quelques parties de la zone torride, et particulièrement dans la mer des Indes, une exception au cours régulier des vents alizés ; de sorte qu’on y trouve des vents qui soufflent pendant la moitié de l’année d’un côté, et pendant l’autre moitié du côté opposé : ces vents ont un cours réglé périodique et anniversaire, et on les connaît sous le nom de moussons, dérivé du mot malais moossin, qui signifie saison. On doit ranger, dans cette dernière classe, des vents de terre et de mer, aussi réguliers que les moussons, mais journaliers au lieu d’être anniversaires, que l’on trouve dans tous les pays chauds et dans les zones tempérées lors des saisons chaudes ; on les appelle brises de terre et de mer, ou brises de terre et du large.

  • 11 Exemple intéressant de carte climatique (ici coloriée par le professeur lui-même ?), pouvant figure (...)

14Vous voyez, dans la carte réduite du globe11 qui est sous vos yeux, l’étendue de l’empire de ces vents différents, sur la surface des mers. Les vents alizés occupent la bande colorée en bleu, entre les parallèles de 30 degrés de latitude ; les vents périodiques, ou les moussons, ont lieu dans les bandes colorées en vert et en jaune, et comprises entre le 30e degré de latitude sud et le 30e degré de latitude nord dans la mer des Indes ; les vents variables occupent tout le reste des mers, qui est blanc, depuis la latitude de 30 degrés jusqu’aux pôles.

  • * La surface d’une sphère est égale au produit de la circonférence d’un de ses grands cercles par son (...)

15Le vent alizé peut être regardé, à quelques égards, comme le vent primitif, et il suffirait peut-être seul pour imprimer du mouvement à la totalité de l’atmosphère ; cela est du moins certain, à l’égard de la partie inférieure de l’atmosphère qu’il convient de distinguer, et qui est le siège et la région des vents. La surface de la zone des vents alizés et de celle des moussons, en y comprenant les parties de terre où ils ont également lieu, mais d’une manière moins régulière, est précisément la moitié de la surface totale de la terre, comme il sera aisé de s’en convaincre par le calcul*. Elle est placée au milieu du globe et entre les deux régions des vents variables, dont chacune n’occupe que la moitié de sa surface.

16La parfaite analogie qu’il y a entre le cours du soleil, les phénomènes de la chaleur et les vents alizés ne laisse aucun lieu de douter que cet astre n’en soit une des causes principales, après le mouvement de la terre. La région de ces vents, formée de celle de la zone torride, est la partie de notre globe que le soleil échauffe le plus, et leur direction suit constamment la marche de cet astre.

17Pour se former une juste idée des principaux phénomènes que présente la théorie de ces vents, il faut supposer d’abord, ou plutôt poser en principe, que l’action du soleil a la même étendue de l’est à l’ouest que celle que nous lui connaissons du nord au sud ; et qu’ainsi il doit agir à la fois sur 60 degrés de longitude, qui font la sixième partie de la totalité de la bande des vents alizés, comme il agit sur 60 degrés de latitude. Il faut supposer aussi que, sur une aussi vaste étendue, le soleil ne peut avoir une action égale partout ; et que lorsqu’il est sous l’équateur, par exemple, la partie de l’atmosphère qui reçoit ses rayons verticalement est plus échauffée que celle qui se trouve à 30 degrés de distance vers le nord ou vers le sud. Enfin, il faut considérer les différentes positions du soleil par rapport à la terre. Si le soleil agissait toujours sur le même point, il n’est aucun doute que l’air ne se précipitât en tout sens vers ce foyer ; mais il n’en est pas ainsi : à chaque instant le centre de son action ou de sa sphère d’activité varie, en conséquence du mouvement de la terre, non seulement de l’est à l’ouest, mais encore du nord au sud.

18Supposons, pour un instant, le soleil à l’équateur, et examinons ce qui doit arriver dans tout l’espace exposé à son action ; l’air ne peut s’y dilater sans que les colonnes d’air latérales, composées d’un air plus dense, et conséquemment plus pesant, ne se portent vers cet espace, pour y remplir le vide occasionné par la raréfaction. Comme c’est vers les parties occidentales de la terre que l’action du soleil se dirige, ce sont les colonnes d’air de l’hémisphère oriental qui doivent se refroidir, se condenser et se précipiter les premières à la place des colonnes d’air raréfié.

19Les colonnes qui répondent à l’équateur, ou qui en sont voisines, se portant directement à l’ouest par le mouvement de la terre, produisent un vent d’est proprement dit, mais faible, parce que l’air y est plus dilaté qu’en aucune autre partie, et par conséquent moins pesant. Les colonnes de l’hémisphère boréal, moins dilatées et plus pesantes que les précédentes, se précipitent sur elles, en même temps qu’elles se portent à l’ouest, et donnent un vent d’entre l’est et le nord, qui devient est-nord-est, à quelque distance de l’équateur, et nord-est aux limites des vents alizés dans cette partie. Les colonnes de l’hémisphère méridional, qui sont également moins dilatées et plus pesantes, pressent de leur côté les colonnes plus raréfiées de l’équateur, à mesure qu’elles se portent à l’ouest, et produisent aussi un vent d’entre l’est et le sud, qui devient est-sud-est à quelque distance de l’équateur, et nord-est aux limites des vents alizés dans cet hémisphère. Ces deux vents des hémisphères boréal et austral, en se rencontrant vers l’équateur, s’affaiblissent nécessairement par leur choc, en même temps qu’ils affaiblissent le vent d’est aux environs de la ligne, et y occasionnent les calmes et les orages qui rendent ce passage si désagréable aux marins. Ce qui arrive sous l’équateur, ou la ligne, a lieu sous les parallèles compris dans la bande des vents alizés ; de sorte que par la même latitude boréale, où le vent était est-nord-est, tandis que le soleil était à l’équateur, il devient est, lorsque cet astre y est parvenu ; on le voit même est-sud-est à l’équateur, lorsque le soleil est dans le voisinage du tropique septentrional : les calmes et les orages se rencontrent de même sous ce parallèle, ou du moins ils y deviennent d’une fréquence remarquable. Alors aussi la sphère d’activité du soleil s’étend plus au nord, de sorte que les vaisseaux qui partent d’Europe au commencement de l’été, et lorsque le soleil est au tropique, rencontrent les vents alizés beaucoup plus tôt.

20Tout se passe à peu près de même dans la partie australe : à mesure que le soleil s’approche du tropique méridional, sa sphère d’activité s’étend davantage vers le sud en perdant du côté du nord. Les vaisseaux qui partent alors d’Europe trouvent plus tard les vents alizés. Il y a cependant dans l’hémisphère austral une différence très remarquable : les vents alizés ne s’y étendent pas autant vers le sud ; ils sont en général plus frais et plus déterminés ; les calmes et les orages y sont plus rares ; et lors même que le soleil est à l’équateur, on ne trouve guère ces calmes au-delà de deux degrés de latitude sud, quoiqu’ils s’étendent alors jusqu’à huit et neuf degrés de latitude nord. On conçoit que cela vient de la différence de la température des deux hémisphères : presque tout couvert d’eau, l’hémisphère austral, à latitudes égales, est beaucoup plus froid que l’hémisphère boréal ; l’atmosphère y est donc plus dense, et les colonnes d’air du sud-est doivent agir avec un surcroît de force proportionné à la différence de leur pesanteur spécifique. On remarque aussi que l’étendue de ces vents de la partie du sud-est ne se borne pas à l’équateur ; on les rencontre encore jusqu’à deux degrés du côté du nord, et quelquefois au-delà suivant les saisons. Quelques navigateurs les ont appelés vents généraux, pour les distinguer des vents de nord-est, auxquels seuls ils donnent le nom de vents alizés.

  • 12 Cf. supra.

21Nous avons dit que les vents alizés avaient lieu dans tout l’espace compris entre les parallèles de 30 degrés nord et 30 degrés sud. Cela devrait être ainsi, si l’on ne considérait que la cause générale qui les produit ; mais il faut en excepter les parties des mers qui baignent les côtes occidentales de l’Afrique, de l’Amérique et de la Nouvelle-Hollande, situées dans la région de la zone torride. Il règne constamment sur toutes ces côtes des vents de mer, dont les directions sont opposées à celles des vents alizés : ils soufflent du nord-ouest aux côtes de Maroc, du sud et sud-ouest à celles de Guinée, et de l’ouest à celles d’Angola, suivant le gisement de ces différentes côtes. La cause de ces vents est suffisamment connue par l’expérience de Clare12 : leur force et leur étendue dépendent de la quantité de chaleur qu’éprouvent les terres voisines. Il n’en est point de plus marqués que ceux des côtes occidentales d’Afrique, à cause des terrains sablonneux et des vastes déserts secs et arides de cette partie du monde que l’on sait être la plus chaude. Ces vents qui ont leurs plus grandes forces dans le voisinage des terres se font sentir à plusieurs degrés au large. Là, le vent alizé reprend son cours ordinaire ; mais par une suite du balancement qu’éprouve l’air entre le vent général d’est et les vents particuliers qui se portent sur ces côtes, on trouve dans ces parages des calmes et des orages, comme sous la ligne.

  • 13 Johann Reinhold Forster, allemand, descendant d’une famille d’origine anglaise, pasteur près de Dan (...)

22Les vents alizés ne sont pas non plus totalement exempts d’inégalités. Il résulte des observations faites par Forster13, dans son voyage autour du monde, 1 ° que les vents alizés dans la mer du Sud sont quelquefois interrompus par des calmes et des vents contraires de la partie de l’ouest, et que les pluies et les coups de tonnerre sont assez communs dans ces changements de temps ; 2° qu’ils sont aussi interrompus assez communément à l’approche des terres, surtout lorsqu’elles sont d’une hauteur considérable ; 3° que, dans les intervalles où un vent cesse pour faire place à un autre, il survient ordinairement des calmes et assez souvent des pluies.

23Dans l’océan Atlantique ou occidental, qui sépare l’Afrique de l’Amérique, on éprouve, aux environs de l’équateur et dans la partie boréale surtout, des vents variables qui semblent périodiques, des calmes et des orages. Il est à remarquer que l’océan se resserre dans cette partie, que les deux continents se rapprochent, et que l’action du soleil sur ces continents peut être une des causes principales de ces variétés dans les vents, et de ces calmes. Ce sont vraisemblablement ces variétés qui ont donné lieu à la division des vents alizés de cet océan, en alizés, proprement dits, et en vents généraux. Ces derniers qui se trouvent dans la partie australe, où l’océan a beaucoup plus d’étendue, souffrent plus constamment du sud-est ou des environs, et sont moins sujets à des variations que les vents alizés de la partie boréale.

  • 14 Jean-Baptiste Nicolas Denis d’Après de Mannevillette (Le Havre, 1707 - Lorient, 1780), officier de (...)
  • 15 Noter le soin avec lequel Buache — à la différence de Mentelle — a converti les données disponibles (...)

24On avait supposé à ces vents alizés des bornes vers la ligne équinoxiale, mais très différentes de celles qu’ils ont réellement dans chaque saison ; et comme les conséquences qu’on pouvait en tirer étaient plus propres à induire les navigateurs en erreur qu’à les instruire sur un objet qu’il leur importe de connaître, l’auteur du Neptune oriental, D’Après Mannevillette14, a cru devoir préférer l’expérience à l’opinion commune ; et il a examiné dans plus de 250 journaux de navigation par quel degré de latitude les vaisseaux qui vont aux Indes avaient quitté les vents alizés, et par quel degré ils les avaient trouvés à leur retour. Il résulte de ses recherches que dans le mois de nivôse les limites des vents alizés du côté de l’équateur se trouvent entre le sixième et le quatrième degré de latitude nord ; en pluviôse, on les rencontre entre le cinquième et le troisième degré ; en ventôse et germinal, ces limites se trouvent entre le cinquième et le deuxième degré ; en floréal entre le sixième et le quatrième degré ; pendant les quatre mois suivants, l’action des rayons du soleil sur les terres, ainsi que sur les mers de la partie du nord, changeant l’état de l’atmosphère, y rend les vents moins constants ; de sorte qu’au mois de prairial les vents alizés cessent de souffler au dixième degré de latitude ; en messidor, thermidor, fructidor, ils cessent entre les treizième et quatorzième degrés, et ils ne reprennent enfin des bornes moyennes qu’en frimaire et en nivôse15. Ces observations qui sont très importantes pour le navigateur peuvent encore servir à diriger les recherches de ceux qui voudraient connaître plus particulièrement la théorie de ces vents.

  • 16 Le capitaine Thomas Forrest (1729 ? - Inde, 1802 ?), marin anglais au service de la Compagnie des I (...)

25Le capitaine Thomas Forrest16, Anglais qui a navigué longtemps dans les mers de l’Inde, et qui a publié un petit traité sur les moussons de ces mers, observe que la partie de l’océan Atlantique que nous venons de considérer a quelque chose qui ressemble à une mousson périodique ; et que, si cet océan était fermé au nord, la partie boréale de la zone des vents alizés y serait sujette à une mousson régulière, ainsi que la mer des Indes.

  • 17 C’est la troisième raison de l’intérêt porté par Buache aux vents alizés (c). Cf. note 70.
  • 18 Forster précise également que, pendant leur voyage de trois ans, les explorateurs n’ont connu que p (...)

26En jetant un coup d’œil sur la carte, il est facile de voir que c’est le grand océan17 situé entre l’Asie et l’Amérique qui est le théâtre principal des vents alizés. Nous ne connaissons pas encore assez cet océan, parce qu’il n’a été parcouru que par un petit nombre de navigateurs, dont très peu se sont approchés de la ligne et de l’équateur. Mais il est très probable, vu la vaste étendue de cette mer qui est d’environ 2 400 lieues entre les tropiques, et le peu d’îles considérables qui s’y trouvent, que les vents alizés doivent y être généralement plus constants, et moins sujets à des variations. C’est aussi ce qui a fait donner à cet océan le nom de mer Pacifique et celui de mer des Dames, que l’on voit sur quelques cartes anciennes. Quelques auteurs ont dit aussi que des vaisseaux pourraient traverser cette mer, et aller des côtes d’Amérique aux Philippines et à la Chine sans toucher à leurs voiles, ou y faire aucun changement ; et l’on peut conclure au moins de cette assertion que les vents ont une direction plus constante dans cette partie que partout ailleurs. Nous considérerons les avantages qui résultent de ces vents alizés pour la navigation lorsque nous aurons reconnu les autres parties du globe, qui sont sujettes aux vents variables et aux moussons. Je terminerai cet article par une observation de Forster, qui a visité avec Cook la plupart des îles de la mer du Sud, situées entre les tropiques, ou sous la zone torride ; c’est que ces îles jouissent plus qu’aucune autre d’une température égale, et d’un temps doux et constant, en vertu de leur position heureuse dans un grand océan, où les vents constants et les brises alternatives de terre et de mer affaiblissent l’action des rayons perpendiculaires du soleil18.

27Mentelle. Voici la question que m’a faite par écrit un citoyen :

28« En tournant autour du soleil, la terre se meut dans un orbite un peu ovale, dont la partie méridionale est plus grande que la partie septentrionale. D’après cela, il me semble que le soleil devrait être plus longtemps dans les signes méridionaux que dans les signes septentrionaux ; cependant le contraire arrive ; cet astre est environ sept jours de plus dans les signes septentrionaux ; daignez, je vous prie, m’en donner la raison. »

29Cette lettre est du citoyen Ferrand, du district de Saint-Gobin : il y a une autre question, mais pour ne pas confondre cet objet, je vais d’abord répondre à celle-ci.

30Je crois, citoyens, devoir répondre qu’il y a ici un petit défaut dans l’expression, c’est-à-dire, qu’on ne peut se servir de l’expression méridionale et septentrionale, quand on ne considère que l’orbite de la terre ; ainsi, on ne peut pas dire que la terre se trouve dans la partie septentrionale ou méridionale de l’orbite. Elle ne s’emploie qu’en parlant du mouvement supposé du soleil dans l’écliptique. Lorsque ses rayons tombent perpendiculairement sur la partie septentrionale de la terre, on dit : le soleil parcourt les signes septentrionaux ; dans la réalité, c’est la terre qui se meut : non seulement elle décrit la plus grande moitié de son orbite, mais de plus son mouvement est un peu ralenti ; elle emploie donc sept jours de plus. Voilà l’exposé du fait physique ; il vous sera aisé, citoyen, d’en faire l’application par ce qui arrive dans la saison opposée.

Notes

* La surface d’une sphère est égale au produit de la circonférence d’un de ses grands cercles par son diamètre, et la surface d’une zone sphérique est égale au produit de la circonférence d’un grand cercle par la portion du diamètre qui mesure la hauteur de cette zone. La surface de la zone des vents alizés est composée de deux parties égales qui s’étendent de l’équateur au nord et au sud jusqu’au 30e degré de latitude. La hauteur de chacune de ces parties est ainsi le sinus d’un arc de 30 degrés qui est égal à la moitié du rayon. En multipliant donc la circonférence d’un grand cercle ou de l’équateur par le rayon, on aura la surface de la zone des vents alizés, qui sera la moitié de la surface totale de la terre.

1 Il s’agit de l’ouvrage de Jean-B.-Claude Izouard (dit Delisle de Sales) intitulé Histoire nouvelle de tous les peuples du monde réduite aux seuls faits qui peuvent instruire ou piquer la curiosité, ou Histoire des hommes, Paris, 1779—1785. Sur le même sujet, Delisle de Sales publie en collaboration avec Charles-Joseph de Mayer et Louis-Sébastien Mercier, une Histoire des hommes, ou Histoire nouvelle de tous les peuples du monde, Paris, 1780-1785.

2 Sur cette formule classique, cf. l’Introduction générale du volume, p. 5.

3 Rebondissement inattendu: le Programme n’annonçait guère l’étude du climat (sinon l’idée, sur laquelle le cours ne revient guère, de l’influence de l’homme sur l’état de l’atmosphère) et la suite ne propose que quelques développements conventionnels (le froid sibérien...), à quoi s’ajoute l’éloge de Volney et de l’étendue de ses perspectives historiques et géographiques. Deux débats (les sixième et septième) sont désormais consacrés aux vents. Le premier, plus concret, laisse une large place à la description d’expériences de physique, à la classification géographique des vents, au commentaire de sources comme les observations des navigateurs. Dans le second, l’exposé, qui survient après une question et des observations sur la figure de la Terre, prendra l’allure d’un véritable cours, synthétique et systématique, sur les causes physiques des vents.
Ces développements sur les vents peuvent s’expliquer, (a) d’une part, par la relation, astronomique et physique, qui existe entre la forme de la Terre, son mouvement, et la circulation des vents; (b) d’autre part, par l’intérêt porté par Buache hydrographe à la mer, à la navigation et aux entreprises maritimes lointaines; (c) enfin, peut-être, par la place qu’occupent, dans l’ensemble du cours, le continent asiatique et, accessoirement, l’océan Pacifique (en raison d’expéditions maritimes et scientifiques récentes).

4 C’est la deuxième des explications (b). Cf., plus loin, l’importance des vents alizés pour la navigation.

5 C’est la première des explications (a), la « cause générale ». On notera que, à l’inverse de nombre de savants qui, traitant des vents, invoquaient une explication en rejetant les autres, Buache s’abstient, en géographe non spécialiste de physique (il distingue soigneusement les deux enseignements) et peut-être en bon pédagogue, de trancher. Pour les différentes causes des vents, cf., infra, l’exposé systématique du septième débat.

6 Suivent d’autres causes physiques (la chaleur, la densité de l’air...), complémentaires, dites « particulières » (c’est-à-dire locales, spécifiquement géographiques).

7 Expérience commune, connue, citée avec des réserves (elle n’expliquerait que les tourbillons, les vents soudains) par Vossius, Le guidon de la navigation [...], p. 105. Sur Vossius, cf. infra.

8 Martin Clare, The Motion of Fluids, Natural and Artificial; in Particular that of the Air and Water, in a Familiar Manner, Proposed and Proved, by Evident and Conclusive Experiments with Many Useful Remarks. Done with such Plainness and Perspicuity, as that they may be Understood by the Unlearned [...], Londres, E. Symon, 1735, [xvi] + 348 p., planches (expérience décrite p. 268-269). Cette leçon de choses, simple et pédagogique, était également bien connue et, semble-t-il, appréciée des savants (elle est citée par Van Musschenbroek, Essai de physique, t. 2, p. 886). Sur Van Musschenbroek, cf. infra.

9 Le développement et l’explication par les précipitations chimiques sont textuellement empruntés à Monge, « Mémoire sur la cause des principaux phénomènes de la météorologie », Annales de chimie; ou recueil de mémoires concernant la chimie et les arts qui en dépendent, 5, 1790, p. 1-71 (y compris la phrase sur les changements de volume et les altérations « qui doivent produire des mouvements dans l’atmosphère », cf. p. 61-62).

10 C’est la distinction usuelle (cf. N. Broc, La géographie des philosophes [...], op. cit., p. 438). Buache reprendra ces développements dans le septième débat.

11 Exemple intéressant de carte climatique (ici coloriée par le professeur lui-même ?), pouvant figurer dans la courte série des cartes connues pour les xviie et xviiie siècles (de Dampier, de Halley, cf. notes 116, 118). Les préoccupations pédagogiques n’ont pas peu contribué à développer la cartographie dite thématique.

12 Cf. supra.

13 Johann Reinhold Forster, allemand, descendant d’une famille d’origine anglaise, pasteur près de Danzig, voyageur, naturaliste, accepte en 1765 une invitation en Russie pour des travaux scientifiques, puis s’installe en Angleterre. Il accompagne Cook, comme naturaliste, lors de la deuxième expédition (1772-1775). Son fils Johann Georg Adam (1754 - 1794) le suit dans ces voyages, prend part à la querelle de publication qui oppose les Forster aux amis de Cook, puis retourne sur le continent, accompagne le jeune Humboldt sur le Rhin et, installé à Mayence, adhérera aux idées révolutionnaires. Buache qui, notons-le encore, connaît bien la littérature géographique issue des explorations maritimes, utilise les Observations faites, pendant le second voyage de M. Cook, dans l’hémisphère austral, et autour du monde, sur la géographie, l’histoire naturelle, et la philosophie morale, et en particulier sur la Terre et ses couches  ; l’eau, & l’Océan  ; l’atmosphère  ; les révolutions du globe  ; les corps organisés  ; et l’espèce humaine, par M. Forster, père, de la Société royale de Londres, & de plusieurs académies de l’Europe, trad. de l’anglais, t. 5, Paris, hôtel de Thou, 1778, xii + 512 p. (ce volume fait suite, dans l’édition française, au Voyage de Cook). Cf. ch. III, section IV, « Des vents », p. 111-120. Les observations classées par Forster figurent p. 115- 116.

14 Jean-Baptiste Nicolas Denis d’Après de Mannevillette (Le Havre, 1707 - Lorient, 1780), officier de marine et hydrographe au service de la Compagnie des Indes, est l’auteur, entre autres études, du Neptune oriental, ou Routier général des côtes des Indes-Orientales et de la Chine, enrichi de cartes hydrographiques tant générales que particulières [...] (Paris, Impr. J.-F. Robustel, 1745) qui contenait soixante-dix-sept cartes. L’ouvrage, réédité en 1775, doté d’un Supplément en 1781, a fait autorité jusqu’au milieu du xixe siècle. La Compagnie nommera d’Après de Mannevillette directeur de son Dépôt de cartes et plans, M. Prévost, in Roman d’Amat, éd., Dictionnaire de biographie française.

15 Noter le soin avec lequel Buache — à la différence de Mentelle — a converti les données disponibles dans le calendrier révolutionnaire.

16 Le capitaine Thomas Forrest (1729 ? - Inde, 1802 ?), marin anglais au service de la Compagnie des Indes orientales, chef d’une expédition de découverte vers la Nouvelle- Guinée et les Moluques. Fort de l’expérience — le seul guide dans les observations de ce genre, écrit-il — que lui valent plus de vingt années de navigation, il est l’auteur d’un court traité, A Treatise on the Monsoons in East-India, 2e éd., Londres, J. Robson, 1783, xix + 97 p. (rééd. 1792), bientôt traduit en français, Traité sur les moussons de l’Inde, Paris, Imprimerie royale, 1786, iv + 43 p. (cf., p. 4, l’hypothèse évoquée par Buache).

17 C’est la troisième raison de l’intérêt porté par Buache aux vents alizés (c). Cf. note 70.

18 Forster précise également que, pendant leur voyage de trois ans, les explorateurs n’ont connu que peu de temps orageux, et seulement deux tempêtes (op. cit., p. 119-120). À noter l’une des origines du mythe paradisiaque pour les îles de la mer du Sud.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540