Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Cinquième Débat

28 Ventôse/18 Mars

Texte intégral

BUACHE ET MENTELLE

1Buache. La division naturelle de la surface de la terre, par les montagnes et les rivières, est une des considérations géographiques qu’il convient de développer, et sur laquelle j’ajouterai quelques observations à ce qui vous en a déjà été dit, parce qu’elle me paraît infiniment propre à faciliter l’étude de la géographie, qu’elle peut répandre d’ailleurs le plus grand jour sur l’histoire des peuples de l’antiquité, et qu’elle peut aussi contribuer au bonheur des nations futures, qui assureront et défendront plus efficacement les limites de leurs possessions, en adoptant les bornes constantes et invariables qui ont été établies par la nature.

2Les montagnes ne sont point jetées au hasard sur la surface de la terre, comme on pourrait le penser à la vue de nos cartes de géographie, sur lesquelles on a jusqu’à présent trop négligé cette partie intéressante ; elles se trouvent au contraire disposées partout de la même manière, placées à la suite les unes des autres, et formant ainsi différentes chaînes que l’on pourrait regarder comme les supports ou les ossements du globe terrestre.

  • 1 Buffon est cité pour la deuxième fois (cf. la sixième leçon, p. 208). A la différence des savants d (...)

3Quelques-unes de ces chaînes ont leur direction du nord au sud, comme les Andes ou Cordelières en Amérique ; les Luputa ou l’épine du monde en Afrique et les Gattes en Asie ; et Buffon1 observe, dans son supplément à l’Histoire naturelle, que ce sont les montagnes primitives et les principales chaînes qui prennent cette direction. D’autres se dirigent d’occident en orient, comme celle qui traverse l’Europe et l’Asie dans leur milieu, depuis le détroit de Gibraltar jusqu’au détroit de Berring, qui sépare l’Asie et l’Amérique.

4Ces chaînes principales forment en plusieurs endroits des groupes assez étendus, et où les montagnes sont comme entassées les unes sur les autres ; ce sont les montagnes du Thibet au nord de l’Inde, les montagnes de la Lune dans l’intérieur de l’Afrique, et les montagnes de la Suisse en Europe. On nomme ces endroits élevés et d’une étendue considérable, des plateaux ; de ces plateaux, ainsi que d’autres parties les plus élevées des principales chaînes, sortent d’autres chaînes qui se dirigent entre les principaux fleuves, et vont former sur les côtes les caps les plus remarquables ; elles se continuent ensuite sous les eaux de la mer, ainsi que les chaînes principales, et elles forment par cet enchaînement la liaison des îles et des continents.

5Pour connaître la position des montagnes sur les cartes, ainsi que la direction des chaînes qu’elles forment sur la terre, il suffit de considérer les sources des fleuves et des rivières. On sait que les eaux ne peuvent couler que d’un lieu haut dans un lieu bas ; de ce principe simple et facile à concevoir, il résulte que les lieux où les rivières prennent leurs sources sont la partie la plus élevée de tout le terrain qu’elles parcourent, jusqu’à leurs confluents ou leurs embouchures.

6Ainsi les sources des fleuves et des rivières indiquent naturellement la position des montagnes. Maintenant si l’on tire une ligne entre les sources des fleuves qui se rendent dans les différentes mers, on aura la direction des chaînes des montagnes principales tracées par cette ligne ; de même si on tire une seconde ligne entre les sources des rivières qui se rendent dans des fleuves différents, on aura la direction des chaînes de montagnes du second ordre, et qui se détachent des principales. On reconnaîtra de même la direction des chaînes de montagnes marines, ou de celles qui se continuent sous les eaux de la mer, par la suite des îles, roches, vigies, bancs de sable et hauts-fonds qui sont les sommets de ces montagnes marines, et qui se trouvent placés, pour la plupart, à peu près sur une même ligne entre les caps principaux et les plus proches des continents opposés.

7Les naturalistes divisent les montagnes et leurs chaînes en montagnes primitives, montagnes secondaires et montagnes tertiaires, relativement à l’époque de leur formation ; pour nous qui ne devons considérer que leur position et la direction de leurs chaînes, nous diviserons simplement ces chaînes en grandes chaînes et en chaînes de revers, ou du second ordre.

  • * En comprenant sous le nom d’océan Occidental toute la partie de mer qui sépare l’Amérique de l’Euro (...)

8Les grandes chaînes qui passent par les sources des grands fleuves occupent les parties les plus élevées des continents et les divisent naturellement en différentes bandes qui renferment chacune les terrains inclinés vers chacune des mers qui les environnent. La mappemonde qui est sous vos yeux vous présente la surface des continents divisés de cette manière, ou par pentes des terrains vers les principales mers du globe : la couleur jaune qui embrasse presque toute l’Europe, une grande partie de l’Afrique et plus des trois quarts de l’Amérique, indique les terrains qui sont inclinés vers l’océan Occidental, ou dont les eaux se rendent dans cette mer ; la couleur verte, qui comprend les parties orientales d’Afrique, les parties méridionales de l’Asie avec une partie de l’Archipel des Indes et les côtes occidentales de la Nouvelle Hollande, représente les terres inclinées vers la mer des Indes, qui s’étend du cap de Bonne-Espérance au cap de Diemen ; la couleur rouge qui couvre les parties orientales de la Tartarie, de la Chine, des îles de l’Archipel des Indes et de la Nouvelle Hollande, ainsi que les parties occidentales de l’Amérique, désigne les terrains inclinés vers ce grand océan qu’on a appelé jusqu’ici fort improprement mer du Sud et mer Pacifique* ; enfin, la couleur bleue qui comprend les parties septentrionales de l’Europe, de l’Asie et de l’Amérique, indique les terrains inclinés vers la mer glaciale arctique. On voit encore sur cette carte deux espaces colorés d’une teinte brune, l’un en Asie, l’autre en Afrique ; ce sont des terrains dont les eaux se rendent dans des mers intérieures ou lacs, tels que la mer Caspienne et le lac d’Aral, ou qui se perdent dans les sables des déserts.

9Telle est la division générale du globe que présente l’ensemble des grandes chaînes de montagnes. J’observe que pour la tracer sur cette mappemonde, je n’ai eu égard qu’aux sources des fleuves qui se rendent dans chaque mer, et nullement à la connaissance particulière que je pouvais avoir d’ailleurs de la position des montagnes principales : cependant ces montagnes, qui sont représentées sur la carte ainsi divisée dans les espaces blancs qui séparent les terrains colorés, s’y trouvent exactement dans leur véritable position ; ces espaces blancs indiquent les plus grandes élévations ; tels sont les Andes ou Cordelières de l’Amérique, les montagnes de la Lune, les Lupata et l’Atlas en Afrique ; le Liban, le Taurus, le Caucase, les montagnes du Thibet, et les Atlay en Asie, enfin les Dofrines en Europe.

10On voit par cette carte que, si l’on pouvait voyager sur le sommet de ces chaînes de montagnes, on parcourrait toute la terre ou du moins les continents, sans passer une seule rivière ; on les verrait naître, ces fleuves et rivières, à ses côtés, et se diriger à droite et à gauche vers les différentes mers qui environnent ces continents.

  • 2 A nouveau le souci pédagogique, ici marqué par l’utilisation systématique de cartes d’échelles diff (...)

11Je passe à la seconde division, ou plutôt à la subdivision des mêmes terrains formée par les chaînes de revers, et pour en donner une idée claire et précise il me suffira, pour ainsi dire, de mettre sous vos yeux une carte d’Europe et une de la France, divisées d’après les mêmes principes2.

12Les chaînes des revers qui passent par les sources des rivières qui se perdent dans les fleuves séparent les terrains qui sont inclinés vers les différents fleuves, et forment pour chacun un bassin particulier de toutes les terres dont il reçoit des eaux : ainsi les grandes parties colorées dans la mappemonde, relativement aux mers qui reçoivent les eaux, pourront être subdivisées en autant de bassins particuliers qu’il y a de fleuves qui se rendent dans ces mers. On voit un essai de cette subdivision dans la carte d’Europe qui est sous vos yeux, et qui présente tout à la fois toutes les chaînes de montagnes qui se trouvent dans cette partie du monde, les terrains inclinés vers les mers particulières qui les bordent ou qu’elles renferment, et les bassins particuliers de chacun des fleuves qui se rendent dans ces mers.

13Au milieu de l’Europe, est une chaîne de montagnes principale qui du détroit de Gibraltar se dirige au nord-est, vers l’extrémité septentrionale de la Russie, et qui divise les terrains inclinés vers l’Océan, la Baltique et la mer Glaciale, de ceux qui portent leurs eaux dans la mer Méditerranée, la mer Noire et la mer Caspienne : cette chaîne principale renferme les Monts-Pyrénées, les Cévênes, le Jura, les montagnes de la Suisse et partie des Alpes, les montagnes de la Bohême et les Monts-Krapacks ; de cette chaîne principale s’en détachent d’autres qui se dirigent entre les grands fleuves, et vont aboutir vers les principaux caps ou détroits ; de ce nombre sont les montagnes des Asturies en Espagne, les montagnes d’Auvergne en France, les Alpes et l’Apennin en Italie et le Mont-Emmech en Turquie. Il est à remarquer que c’est encore de cette chaîne principale que sortent les grands fleuves qui se rendent dans les différentes mers de l’Europe : l’Océan en reçoit le Guadalquivir, la Guadiana, le Tage, le Douro, la Garonne, la Loire, la Seine, le Rhin et l’Elbe dont le cours est d’est à l’ouest et nord-ouest ; la Baltique en reçoit l’Oder, la Vistule, le Niemen, la Duna et la Neva dont le cours est à peu près le même ; la mer Méditerrannée en reçoit l’Èbre, le Rhône et le Pô ; la mer Noire en tire le Danube, le Niemen et le Don ; la mer Glaciale en reçoit la Dwina, et la mer Caspienne la Wolga.

  • 3 Les fleuves de l’Amérique du Sud et la Guyane constitueront un des centres d’intérêt de Buache, des (...)

14Pour se former une idée des bassins particuliers de ces grands fleuves, il suffit de jeter les yeux sur la carte de France qui est divisée par bassins de ses fleuves et rivières. On y voit d’abord les quatre bassins de la Seine, de la Loire, de la Garonne et du Rhône, distingués chacun par une couleur particulière, une partie du bassin du Rhin, et les petits bassins des rivières qui se rendent dans la mer, comme l’Escaut, la Somme, la Vilaine, la Charente et l’Adour ; les espaces qui séparent ces bassins les uns des autres sont les terrains élevés qui forment la suite des chaînes de montagnes ; et quoiqu’ils ne soient pas partout assez élevés pour être considérés comme des montagnes, ils n’en forment pas moins une ligne de séparation qui empêche toute communication naturelle entre deux fleuves ; pour avoir une telle communication, il faut pratiquer à grands frais des canaux avec des écluses, comme on l’a fait pour les canaux d’Orléans, de Briare et du ci-devant Languedoc. On prétend que le fleuve d’Orénoque communique avec celui des Amazones par le Rio Négro qui se jette dans ce dernier, et la grande et belle carte de l’Amérique méridionale, qui avait été publiée par les Espagnols, nous présente cette communication3 ; mais c’est un exemple unique sur toute la surface du globe, un fait contraire à la marche ordinaire de la nature dans ses opérations, et il est difficile de l’adopter sans avoir des renseignements et des preuves bien authentiques.

15En considérant tous les grands fleuves de la terre sous le même point de vue, c’est-à-dire dans leurs bassins particuliers comprenant les rivières qu’ils reçoivent avec les terrains qu’elles arrosent, il devient assez facile de se former une idée exacte de la surface de la terre, et il suffit de bien reconnaître la position de l’embouchure de ces fleuves. Il est à remarquer que le plan d’un fleuve vu de cette manière est absolument semblable à celui d’un arbre ; l’embouchure est l’arbre, le lit des fleuves est le tronc, et les rivières qu’il reçoit en sont les branches.

  • 4 Ce plan en relief de la Manche n’a pas été conservé (je dois cette précision à Lucie Lagarde, que j (...)

16Je mets également sous les yeux de l’assemblée un plan en relief de la Manche4 ou du canal qui sépare l’Angleterre de la France : il peut donner une idée, au moins générale, de la disposition des terrains au fond des mers, et de la manière dont se font les jonctions des terres voisines. On a marqué sur ce plan les talus ou pentes des terrains, d’après les sondes prises par les navigateurs ; des lignes tracées parallèlement aux contours des côtes par les points de 10, 20, 30, 40, 50 et 60 brasses, divisent le fond de la Manche en six bancs ou lits différents, et l’on voit tout d’un coup ce qui resterait à sec, si la mer baissait de la quantité de brasses indiquée par chacune de ces lignes.

17À partir du Pas-de-Calais où le canal est le moins large et le moins profond, le terrain s’incline et va en pente tant du côté de l’Océan que du côté de la mer du Nord. On compte au milieu du Pas-de-Calais 20 brasses de fond ; vis-à-vis de Dieppe 30 brasses ; entre Cherbourg et l’île de Wight 40 brasses ; entre Saint-Brieuc et Plymouth 50 brasses, et entre l’île d’Ouessant et les Sorlingues, qui forment l’entrée de la Manche, 60 et 70 brasses. Ainsi sur un espace d’environ 100 lieues depuis Calais jusque vis-à-vis d’Ouessant, la pente du fond de la mer est d’environ 50 brasses.

18À l’égard de la pente du terrain, d’après les côtes de France ou d’Angleterre jusqu’au milieu du canal, on remarque qu’elle est plus rapide vis-à-vis des pointes de terre qui sont élevées, comme vis-à-vis du cap de la Hague près Cherbourg, et de la pointe de Start, ainsi que du cap Lézard vers l’extrémité occidentale de la côte d’Angleterre.

19On voit par ce plan que si la mer baissait de 21 ou 22 brasses, le Pas ou détroit de Calais serait à sec, il deviendrait un isthme qui joindrait l’Angleterre à la France, et la Manche ne serait plus qu’un golfe de l’Océan ; l’île de Wight qui se trouve comprise dans le premier banc de zéro à 10 brasses, se trouverait réunie à l’Angleterre, et les îles de Jersey, Guernesey et Aurigny, avec tout le golfe qui est au sud depuis le Mont Saint-Michel jusqu’à l’île de Bréhat, seraient aussi réunies au continent de la France, ainsi que les îles d’Ouessant. La mer baissant de 40 brasses, les îles Sorlingues deviendraient des montagnes qui termineraient l’Angleterre du côté de l’ouest, et la Manche se terminerait en forme de petit globe entre Cherbourg et l’île de Wight ; enfin si la mer baissait jusqu’à 60 brasses, l’Angleterre elle-même ne serait plus séparée de la France que par une vallée qui serait alors à sec ; et l’extrémité de la Manche ou son ouverture comprise entre l’île d’Ouessant et les Sorlingues, deviendrait le rivage de l’Océan.

20On ne peut douter aujourd’hui, après les preuves si multipliées et si évidentes qu’a fournies l’étude de l’histoire naturelle, que la mer n’ait couvert autrefois toute la surface de la terre ; la structure entière du globe, la formation régulière de ses couches, la direction même de ses chaînes de montagnes, tout dispose en faveur de cette opinion.

  • 5 Remarquons aussi que ces travaux de Philippe Buache sur le canal de la Manche, vulgarisés par son n (...)

21On conçoit que la mer, en se retirant, a dû laisser d’abord à découvert les sommets des montagnes, et qu’ainsi les parties les plus élevées des chaînes des montagnes que nous venons de considérer sont les terres les plus anciennes et celles qui ont été les premières habitées. On conçoit aussi que ces terres n’ont été d’abord que des îles qui se sont réunies ensuite pour former les continents, à mesure que la retraite des mers s’est opérée ; et il est vraisemblable que c’est parmi ces îles qu’étaient la fameuse île Atlantique, l’île des Hyperboréens, l’île Panchaye, l’île Élipson, et plusieurs autres dont les anciens ont parlé avec le plus profond respect, et que l’on suppose aujourd’hui avoir été englouties ou n’avoir jamais existé, parce qu’on n’en retrouve aucun vestige comme îles. Si l’on connaissait la hauteur de toutes les montagnes du globe, il serait possible de tracer au moins une esquisse du monde primitif, et de débrouiller peut-être une partie de l’histoire des temps que nous appelons fabuleux5.

22Un avantage plus certain que l’on peut retirer de la considération des chaînes de montagnes est la facilité de défendre ses possessions, et l’espoir d’une paix durable, lorsqu’on les fera servir à la fixation des limites. Les États-Unis d’Amérique ont senti que c’était un des moyens de conserver la liberté qu’ils venaient de conquérir, et ils ont pris pour bornes de leurs possessions dans l’intérieur des terres, la chaîne de montagnes qui termine, du côté du sud, le bassin du fleuve Saint-Laurent, jusqu’à la source du Mississipi qui sort de cette chaîne, et le cours de ce fleuve depuis sa source jusqu’à son embouchure.

  • 6 Mentelle regarde vers la Russie, et Buache vers le Nouveau Monde. Ce dernier a déjà exprimé l’avis, (...)

23La France est devenue, par les succès de nos armées, ce qu’était la Gaule sous les Romains : renfermée entre les Pyrénées, les Alpes, le Rhin et la mer. Il lui serait infiniment plus facile et beaucoup moins dispendieux de pourvoir à sa défense et de maintenir sa liberté. L’empire Romain s’est maintenu dans son intégrité, tant qu’il a eu pour limites le Rhin et le Danube, et ce n’est que la conquête de la Dace, située au-delà du Danube, qui a donné lieu à l’invasion des barbares et au démembrement de cet empire6.

24Je me suis borné dans cette séance à vous présenter des vues générales sur les moyens de connaître la position des principales montagnes, la direction des chaînes qu’elles forment sur la surface du globe, et la division naturelle qui en résulte tant pour les continents que pour les mers. Vous trouverez les développements de ces considérations dans la nouvelle Encyclopédie, Dictionnaire de Médecine, aux articles Europe et Afrique.

  • 7 Jean-Noël Hallé (1754 — 1822), médecin, est à cette époque membre de l’École de santé, ainsi que de (...)

25Le savant Hallé7, médecin, à qui nous sommes redevables de ces deux articles, persuadé que les montagnes ont la plus grande influence sur la température des différents climats, et la constitution des hommes, des animaux et des plantes, a fait de cette division naturelle du globe, par ces montagnes, la base des recherches intéressantes dont il a enrichi la médecine.

26Aude. Dans votre dernière séance vous nous avez parlé de tableaux géographico-chronologiques : vous nous avez donné quelques minutes au développement des règles pour l’enseigner aux élèves des écoles centrales. J’adopterai le moyen que vous avez proposé ; mais je crois qu’il ne convient guère aux jeunes gens. Si vous faites attention que lorsqu’un élève se sera mis en état de citer toutes les dates, toutes les époques des batailles perdues ou gagnées, vous vous apercevrez que pour peu qu’il lui expliquera la suite de ces époques, il ne lui restera que le souvenir des peines et des ennuis qu’il aura éprouvés : ceci fait voir que ces tableaux ne conviennent qu’aux personnes qui font une étude journalière de la chronologie. Cette raison m’a paru n’avoir pas besoin de preuves.

27Mentelle. Mais, citoyen, je pense comme vous, je n’ai pas dit ce que vous croyez, je n’ai parlé d’aucune bataille, d’aucun événement particulier. J’ai dit simplement que dans la succession des empires ou dans leur état correspondant, il se trouvait un synchronisme qu’on voulait établir, ou du moins qu’on pouvait avoir à établir par rapport à leur origine, à leur durée. On pouvait, en élevant des lignes perpendiculaires, indiquer que dans tel ou tel siècle cet état avait commencé plus ou moins près de l’ère vulgaire. Je n’ai point parlé des événements particuliers dont les époques fatigueraient les enfants ; j’ai dit simplement que pour présenter un plan d’étude qui pût joindre et la distribution des empires comme géographie, et leur antiquité comme faits historiques, on pouvait et on avait déjà essayé de faire tracer des tableaux qui dans leur division perpendiculaire présentaient des divisions de géographie à l’esprit.

28Aude. Une autre observation sur l’étude de la géographie ancienne. Vous avez parlé de tableaux à faire construire aux jeunes enfants pour avoir les points respectifs des différents endroits. Cette méthode-là ne m’a paru présenter aucun grand avantage. Vous avouerez que si l’on pouvait avoir une carte en blanc : un citoyen, il me semble, peut avoir une carte ; quand on a une carte dessinée, l’instituteur même le moins instruit peut en avoir une, il n’y a qu’à avoir une feuille de papier où l’on trace des lignes de longitude ; cela une fois fait, l’instituteur trace le contour des divisions par le moyen de carrés ; on peut même dire qu’il est comme mené par la main, par ces carrés. Quand ces carrés sont tracés, si nous supposons, par exemple, une division quelconque, et qu’elle laisse tout autour de petits angles, si l’instituteur et l’élève ont quelques idées de la géométrie, à l’inspection ils vont tracer parfaitement le tableau de la carte ; s’ils n’ont aucune idée de la géométrie, l’inspection les mènera à une précision assez grande, de manière que quand ils ont placé une ville, ils auront la position de l’ensemble du pays tracé dans leur mémoire.

29Mentelle. Je trouve dans ce que vous exposez ici ce que vous pensez, mais je n’y retrouve pas ce que j’ai dit. J’ai dit que ces sortes de tableaux servent à éclairer l’esprit sur les objets que l’on doit étudier concernant chacun des pays et que cette marche m’avait toujours réussi.

30Buache. J’ajouterai un mot au sujet de la carte historique, géographique et chronologique qui a donné lieu à la première observation du citoyen Aude.

31Cette carte peut être infiniment utile pour l’étude de la géographie et de l’histoire qui doivent marcher ensemble, et je suis fâché qu’elle ne soit pas en ce moment sous nos yeux, parce que la vue seule en donnerait une idée précise et en ferait bientôt connaître toute l’utilité et l’importance.

32Cette carte est une espèce de mappemonde qui représente tout à la fois la suite ou la succession des États ou empires du monde, leur origine, leur progrès, leur étendue et leur décadence ; on peut y voir toutes les révolutions d’un pays, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, ou l’état du monde entier à telle époque que ce soit. Des lignes verticales divisent cette carte en différentes colonnes dans lesquelles on a inscrit, par ordre chronologique, le précis de l’histoire ou les principaux événements de chaque pays ; et, au moyen d’autres lignes horizontales qui coupent ces colonnes, on reconnaît la date de chaque événement. Une de ces lignes horizontales qui désigne l’ère chrétienne est considérée comme l’équateur chronologique, et l’on part de cette ligne pour compter les années, soit avant, soit après cette époque. Je suppose que l’on veuille étudier l’Italie sur cette carte ; on considérera ce qui se trouve renfermé dans la colonne au haut de laquelle se trouve inscrit le mot Italie. On y verra d’abord le nom des peuples les plus anciens de cette contrée, ceux qui l’ont habitée les premiers, et dont on n’a que des notions vagues ; et ensuite des peuples dont l’histoire est plus connue, qui commencent à former différents États et partagent l’Italie entre eux. Les États disparaissent ensuite successivement à mesure qu’ils sont soumis par les Romains, et l’Italie entière est sous leur empire pendant plusieurs siècles. Enfin on voit naître du démembrement de cet empire d’autres États dont la carte fait connaître, avec assez de précision, l’origine et les progrès. On a coloré cette carte comme les cartes géographiques pour distinguer les différents États, et l’on a coloré en plein les grands empires, ce qui en fait apercevoir tout d’un coup les progrès, l’étendue et la décadence. Si l’on veut connaître quel était l’état du monde à une époque quelconque, il faut considérer la carte en suivant les lignes horizontales, qui indiquent la même époque partout où elles passent, comme les parallèles à l’équateur indiquent la même latitude pour tous les pays qu’ils traversent. Cette carte est ainsi un tableau qui fait connaître tout à la fois tous les peuples et tous les États qui ont existé depuis la plus haute antiquité, leur origine, leur étendue, leur décadence ; et généralement toutes les grandes révolutions qu’ils ont éprouvées. La vue de cette carte en fera comprendre l’usage beaucoup mieux que tout ce que je pourrais en dire en ce moment, et je me borne aux observations que je viens d’exposer.

33Aude. Je crois qu’elle ne peut s’appliquer qu’à un certain nombre de faits ; je crois que c’est l’étude des hommes et non pas des jeunes gens.

34Mentelle. Et moi je crois que vous n’avez pas pris une idée juste de la carte dont nous parlons, ni de son véritable usage.

Notes

* En comprenant sous le nom d’océan Occidental toute la partie de mer qui sépare l’Amérique de l’Europe et de l’Afrique, on pourrait appeler océan Méridional la partie comprise entre le cap de Bonne-Espérance et le cap de Diemen de la Nouvelle Hollande, et océan Occidental, le grand océan qui sépare la Nouvelle Hollande et l’Asie de l’Amérique.

1 Buffon est cité pour la deuxième fois (cf. la sixième leçon, p. 208). A la différence des savants du xviie siècle qui sont surtout sensibles, lorsqu’ils examinent le relief de la Terre, à un immense chaos, Buffon croit pouvoir trouver, sous l’apparence du désordre, une disposition régulière dans l’agencement des continents et des montagnes. Il lui est arrivé de distinguer par exemple une double orientation des plus grandes montagnes qui se dirigent d’occident en orient dans l’ancien continent (des Alpes au Caucase et à l’Himalaya) et du nord au sud en Amérique. On retrouve ce souci d’ordre et de régularité dans les œuvres de Philippe Buache. Mais celui-ci en reste principalement à la description superficielle du relief, à un système surtout topographique, architectural et géométrique, sans lier la géographie physique aux sciences de la Terre, tandis que Buffon s’interroge sur les causes, sur les processus géologiques proprement dits, sur l’histoire de la Terre (N. Broc, op. cit., p. 198, 204 ; J. Roger, Buffon, un philosophe au Jardin du Roi, Paris, 1989, 647 p., cf. p. 146-148, 534).

2 A nouveau le souci pédagogique, ici marqué par l’utilisation systématique de cartes d’échelles différentes (il peut s’agir de l’une ou l’autre des cartes de Philippe Buache, comme la célèbre « Carte physique ou Géographie naturelle de la France, divisée par chaînes de montagnes et aussi par terreins de fleuves et rivières [...] », manuscrite en 1744 et 1752, publiée en 1770, cf. L. Lagarde, in D. Nordman et M.-V. Ozouf-Marignier, éds., op. cit., p. 20.

3 Les fleuves de l’Amérique du Sud et la Guyane constitueront un des centres d’intérêt de Buache, des deux points de vue, liés, de la connaissance géographique et topographique, et des différends territoriaux (cf. Introduction, p. 140). Pour le débat sur l’orientation des rivières et l’opinion de Buache, cf. J.-B. Delambre, op. cit., p. 211-212.

4 Ce plan en relief de la Manche n’a pas été conservé (je dois cette précision à Lucie Lagarde, que je remercie). Il a peut-être été confectionné pour le cours de l’École normale. Mais, d’une part, l’intérêt porté par les Buache au « canal » de la Manche est ancien : de Philippe, on connaît un plan intitulé Cartes et coupe du canal de la Manche et d’une partie de la mer d’Allemagne [...], dressées par Philippe Buache de l’Ac[adémie] des sc[iences] et p[remi]er géog[raphe] du Roy sur les cartes manuscrites de son systeme physique de la Terre qu’il a présenté à l’Acad[émie] des sc[iences] le 25. may 1737. et le 15. novembre 1752 [...], 153 x 234 mm (BN, Cartes et Plans, Service hydrographique de la Marine, portefeuille 30, pièce n° 35). Pour les lignes (de dix brasses en dix brasses) et la description de sept lits ou bancs successifs, Ph. Buache, « Essai de géographie physique, où l’on propose des vues générales sur l’espèce de charpente du globe, composée des chaînes de montagnes qui traversent les mers comme les terres [...] », Histoire de l’Académie royale des sciences. Année M.DCCLII. Avec les Mémoires [...], Paris, Imprimerie royale, 1756, p. 399-416, deux cartes h.-t. (dont celle de la Manche). Buache avait, d’autre part, déclaré dans cet essai de 1752 à propos de la représentation du canal (p. 412) : « Pour la rendre encore plus sensible, je l’ai fait exécuter en un relief » (perdu) ; et il terminait son texte en proposant également l’exécution d’un globe en relief, par portions de mers et de terres que l’on pourrait détacher et réunir à volonté : ces deux instruments pédagogiques — il n’achèvera jamais le second — réapparaîtront plus tard.
Sur Buache et le canal de la Manche, cf. N. Broc, « Un géographe dans son siècle : Philippe Buache (1700-1773) », Dix-huitième siècle, 1971(3), p. 223-235 ; parmi les publications de L. Lagarde, « Philippe Buache, 1700-1773 », Geographers, Biobibliographical Studies, 9, 1985, p. 21-27, et « Buache et les bassins fluviaux », in D. Nordman et M.-V. Ozouf-Marignier, éds., op. cit., p. 20-21. On notera les caractéristiques de cette géographie reprise par Buache de La Neuville : elle exprime, tout d’abord, le souci d’applications concrètes et utiles (cf. Introduction) ; sur le plan technique et graphique, elle représente — dès la première moitié du siècle — la systématisation des courbes bathymétriques ; du point de vue pédagogique, le recours de Buache de La Neuville à un plan en relief (sur lesquels sont marqués des seuils identiques à ceux qui figurent sur le plan de 1737-1752, entre autres vingt, quarante, soixante brasses...) met en évidence son goût pour un enseignement visuel et expérimental. A titre de comparaison, cf. le plan en relief, construit par un dénommé Pfyffer, de la Suisse centrale, célèbre à l’époque et conservé à Lucerne (N. Broc, Les montagnes [...], op. cit., p. 272-273).

5 Remarquons aussi que ces travaux de Philippe Buache sur le canal de la Manche, vulgarisés par son neveu, permettent à leur exposé géographique, généralement limité à la description des reliefs, de s’interroger ici davantage sur leur disposition en profondeur. Et d’un point de vue plus général encore, l’allusion, formulée comme une conclusion, aux apports de l’histoire naturelle — science voisine à laquelle les Buache s’intéressent médiocrement — constitue une brève incursion, loin de leur géographie fixiste et immobile, dans le grand débat qui oppose, s’agissant de la formation de la Terre et de son évolution dans le temps, les partisans du feu central, qui voyaient aux origines un globe de matières incandescentes, dont les effets se font sentir dans les volcans ou les tremblements de terre, et les partisans d’un océan primitif, universel, qui par sa « retraite » aurait lentement laissé les terres émerger (dont les îles fabuleuses citées par les Anciens, comme l’Atlantide, plus tard engloutie). Une trop rapide démonstration oriente Buache vers cette seconde solution. Sur les deux thèses en présence des Plutoniens et des Neptuniens, cf. N. Broc, La géographie des philosophes [...], op. cit., p. 194.

6 Mentelle regarde vers la Russie, et Buache vers le Nouveau Monde. Ce dernier a déjà exprimé l’avis, quelques années plus tôt, que les États-Unis ont, grâce à la disposition de leurs reliefs et de leurs fleuves, les meilleures limites qui soient (cf. Introduction, et D. Nordman, « Buache de La Neuville et la ‘frontière’ des Pyrénées », in Images de la montagne. De l’artiste cartographe à l’ordinateur. Exposition de la Bibliothèque nationale, Paris, juin-septembre 1984, Catalogue, p. 105-110). Plus que des témoins de l’évolution de la Terre, les montagnes et les fleuves sont donc des repères commodes, des limites utiles pour une géographie politique efficace. Cette théorie de limites fixées par la nature est ancienne, bien représentée, quoi qu’on en ait dit, sous la monarchie ; elle s’appuie sur une invocation, toujours recommencée, de la géographie de la Gaule décrite par César (bornée, selon lui, par l’Océan, par les Pyrénées et par le Rhin — mais non les Alpes). Elle est reprise, avec vigueur comme on le sait, sous la Révolution. Mais, on le voit, la perspective de Buache est ici générale et systématique : le principe vaut du Mississippi au Rhin et au Danube ancien...

7 Jean-Noël Hallé (1754 — 1822), médecin, est à cette époque membre de l’École de santé, ainsi que de la commission chargée de la rédaction et du choix des livres élémentaires (1795). Après une attitude courageuse lors de la Révolution — il est l’un des seuls à envoyer à la Convention un rapport sur « les services rendus par Lavoisier » — il poursuit sa carrière, entre autres fonctions, comme médecin de la famille impériale ; il devient professeur au Collège de France en 1805, puis membre de l’Académie royale de médecine en 1820 ; il devient le président de sa section de médecine.
Il est l’auteur de nombreux ouvrages de médecine, en particulier d’un plan d’un cours d’hygiène vers 1794, d’un Code de la pharmacopée française paru en 1819, et le coauteur avec E. Tourtelle du volume « Hygiène » de l’Encyclopédie des sciences médicales, 2e division, Médecine (Paris, bureau de 1’« Encyclopédlie », 1837) ; il collabore au Dictionnaire de médecine en 13 volumes édité par F. Vicq d’Azyr et faisant partie de l’Encyclopédie méthodique (Paris, Panckouke ; Liège, Plomteux), dont il écrit les articles « Afrique » et « Europe ». L’article « Afrique » (tome 1), publié en 1782, est construit sur le schéma suivant : description de la division par les chaînes de montagnes, par le cours des fleuves, puis par l’astronomie (longitudes et latitudes) ; études des productions minérales, végétales et animales, enfin des habitants considérés dans l’ordre physique (couleur, constitution), puis dans l’ordre social (« c’est-à-dire dans sa liaison avec l’ordre physique »). L’auteur y évoque à ce sujet l’effet des montagnes sur la constitution humaine : « Parmi les montagnards, les différentes expositions à l’Est et à l’Ouest ne sont pas non plus indifférentes à la force et au tempérament des hommes : on sait que les montagnards sont en général plus grands et robustes que les autres hommes, et ceux d’entre eux qui sont exposés à l’Est, plus sains et plus vigoureux que ceux qui sont à l’Ouest » (t. 1, p. 317).
Ces considérations générales, énoncées comme des évidences, sont suivies d’autres plus particulières à l’Afrique. L’article « Europe » (t. 6), publié en 1793, suit le même plan, mais ne contient plus rien sur les habitants. Halle renvoie à un article « Topographie » où il compte, semble-t-il, développer une théorie plus générale. Malheureusement, l’édition de l’Encyclopédie méthodique ayant été très lente, c’est un nouvel auteur, Thyllaie l’Aîné, qui écrit cet article en 1830. Significativement, il abandonne l’idée d’une topographie médicale explicitant les relations entre relief, climat, et constitution et tempéraments humains, sans doute l’ultime avatar de la théorie de l’influence des climats sur les mœurs, pour celle d’une statistique médicale étudiant l’état de santé d’un pays de manière numérique et quantifiée.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540