Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Cinquième Leçon

3 Ventôse/21 Février

Texte intégral

MENTELLE

1Le zèle que vous m’avez paru mettre dans la dernière conférence, à tout ce qui peut faciliter l’étude des jeunes élèves, m’a suggéré l’idée de la leçon que je vais faire aujourd’hui ; je ne doute pas qu’elle ne vous paraisse un peu sèche : mais les graines qui produisent les plus belles fleurs, n’en ont pas à beaucoup près le parfum ni l’éclat.

2Avant de considérer avec vous la terre sous ses rapports physique et politique, ce qui exige l’usage d’un globe artificiel ; je crois devoir vous occuper de quelques considérations préliminaires : les premières auront pour objet les cartes ; les secondes, quelques avantages que l’on peut retirer de la nomenclature qu’elles offrent. Les cartes de géographie, comme nous l’avons dit dans le prospectus, sont indispensables pour l’étude de la géographie. Je ne me servirais pas de ce mot indispensable, s’il était possible d’avoir des globes qui présentassent tous les détails que l’on peut obtenir au moyen des cartes. Je l’ai déjà dit : un globe est un portrait en relief ; on y retrouve la forme même de l’objet ; au lieu que dans le portrait peint et dans la carte gravée ; on a besoin d’employer pour les uns la magie des ombres et des clairs ; pour les autres la ressource des projections.

3Mais enfin, au moyen de cet art, on est parvenu à mettre sous les yeux du spectateur des cartes qui représentent, non seulement de grandes parties de la surface de la terre, mais même toute la terre elle-même.

4Les cartes qui offrent ainsi toute la surface du globe sont nommées mappemondes ; ordinairement on emploie, pour les leçons de géographie, celles qui représentent dans un cercle vers l’est la moitié du globe, la plus ancienne connue, offrent à l’ouest, dans un autre cercle, la partie connue seulement depuis quelques siècles. Dans cette mappemonde, les pôles sont en haut et en bas, et l’équateur, tracé à égale distance de ces points, s’étend sur l’un et l’autre hémisphère. C’est sur ce cercle que sont écrits, de dix en dix, les chiffres qui distinguent les degrés de longitude au nombre de 360, selon l’ancienne division ; car la nouvelle en admet 400 dans la circonférence du cercle.

5Le cercle dans lequel sont compris les deux hémisphères, car c’est le même pour tous les deux, représente cet ancien premier méridien fixé par une ordonnance de Louis XIII, à l’île de Fer, la plus occidentale des Canaries. Ce cercle est, comme l’équateur, partagé en degrés numérotés de dix en dix ; mais comme ces degrés appartiennent à la latitude qui ne se compte que depuis l’équateur, ils ont zéro au point du méridien qui répond à ce cercle, et 90 aux pôles, dans la partie septentrionale, et dans la partie méridionale.

6Ainsi les cercles parallèles, ou du moins tracés sur les mappemondes dans le sens de l’équateur, sont des cercles de latitude, et se comptent en allant de l’équateur aux pôles ; les cercles qui sont dans le sens du premier méridien et vont se réunir aux pôles sont des cercles entre lesquels se compte la longitude. Sur les mappemondes faites jusqu’à ce jour, on part de zéro à l’île de Fer pour compter en allant vers l’est, tout autour du globe, jusqu’à 360.

7Cependant les astronomes et les habiles géographes français et anglais admettent la méthode, infiniment préférable, de compter les longitudes du méridien, de leurs observatoires.

8Je crois que c’est un défaut, ou du moins une superfluité inutile, que la trace du cercle écliptique, qui se trouve sur beaucoup de mappemondes.

9Il n’en est pas ainsi des tropiques et des cercles polaires : ils servent à diviser les cinq zones dont il a été question précédemment, et ils appartiennent essentiellement à la mappemonde.

10On a admis aussi une mappemonde tracée d’après d’autres principes ; toute la surface de la terre n’y forme qu’un même développement ; elle remplit toute la feuille. Cette espèce de carte se nomme, à projection plate : mais comme, avec cette sorte de projection, les méridiens demeurent parallèles entre eux, au lieu que réellement dans la nature ils se réunissent aux pôles, pour remédier à l’inconvénient qui en résulterait quant à la justesse de la carte, on augmente de proche en proche l’espace qui sépare les degrés de latitude ; ainsi l’on parvient à conserver la justesse des positions, quoiqu’en altérant les formes des contours.

11Les cartes qui représentent séparément, soit une des parties du monde, soit quelque grande portion de ces parties, sont dites cartes générales.

12L’usage constant en géographie, est de placer au haut de la carte, les parties septentrionales ; à la droite du spectateur, les parties orientales ; vers le bas, les parties méridionales ; et à gauche, les parties occidentales. Il serait bon, s’il était possible, de comparer avec une portion de la surface du globe la première carte que l’on mettra dans la main des enfants. Ces cartes sont traversées de droite à gauche de lignes plus ou moins courbes, qui représentent les parallèles à l’équateur, tracés sur les globes, et, comme eux, servant d’indication pour la latitude. D’autres lignes, tracées de haut en bas en se rapprochant vers le nord, représentent les méridiens. Les commençants en géographie, qui cependant y mettent quelque application, ne manquent guère de demander pourquoi, 1°, ces cercles verticaux, qui sont autant de méridiens, vont ainsi en se rapprochant du sud au nord ; 2°, pourquoi les parallèles ont une courbure plus ou moins sensible, selon que la carte comprend plus ou moins d’étendue. Vous sentez, citoyens, que la réponse est aisée. Les méridiens doivent tendre à se rapprocher à mesure que l’on s’avance vers les pôles, puisque c’est la direction des méridiens tracés sur les globes. Quant à la courbure des parallèles, elle est nécessaire ; et c’est une loi à observer dans la projection des cartes, car elles représenteraient bien infidèlement la surface du globe, si les parallèles et les méridiens ne s’y coupaient pas à angle aigu, ainsi que sur les globes. Dans ce cas, sur une surface plane, l’inclinaison des méridiens nécessite la courbe des parallèles.

13Ce que je viens de dire des cartes générales a lieu pour toutes les autres, d’une manière plus ou moins sensible, selon que l’étendue de la carte le permet.

14Les cartes qui représentent un district, ou même un département, sont quelquefois nommées cartes chorographiques, ou présentant la description d’une région ; celles qui n’offrent que les détails d’un lieu, sont particularisées par le nom de topographiques ; enfin, celles qui, construites d’après une sorte de projection, représentent pour l’usage de la navigation les mers, les îles, et surtout les détails des côtes, sont nommées cartes hydrographiques.

15Quand à l’échelle qui se trouve sur les cartes, et dont beaucoup de gens ignorent l’usage, il suffit de leur dire qu’elle indique le rapport de l’étendue donnée sur la carte, avec la mesure dont on a fait usage. Ainsi, une ligne qui est la douzième partie du pouce, peut indiquer une lieue ou dix lieues de distance ; en sorte qu’en mesurant avec le compas, partout où vous trouverez cette ligne d’intervalle, vous aurez l’étendue d’une lieue. Je ne m’arrêterai pas à l’étymologie de ces mots ; elle se trouve dans les ouvrages les plus élémentaires. Je vais passer à mon second objet.

16Ordinairement, on ne cherche dans l’étendue des cartes de géographie qu’à se procurer la connaissance exacte de l’étendue des pays, de la direction des fleuves, de la position des lieux, etc. J’ai annoncé, en commençant, que l’on pouvait obtenir encore un autre avantage de la lecture des cartes pour accélérer les progrès de l’enfant ; c’est l’attention de le conduire, par la connaissance des mots, à celle des choses. Je m’explique.

17Les mots belleville, hauteville, etc., emportent avec eux l’idée d’une situation agréable, d’une situation élevée. N’est-il pas vrai que, si l’on enseignait à un étranger, il suffirait de lui avoir, une première fois, fait entendre le sens de ces mots pour que les mêmes idées lui revinssent toutes les fois que ces mots se rencontreraient ? Procurons, autant que possible, le même avantage à nos enfants, car ils sont étrangers, par rapport à bien des pays.

18Cependant, je n’entends pas parler ici des enfants encore aux écoles primaires, mais de ceux qu’une étude préliminaire a déjà fait placer aux écoles centrales : je n’entends pas non plus les occuper de la science des étymologies ; et à cet égard, je distingue entre les étymologies complètes des noms, et leur simple décomposition, consistant à y trouver un nom commun qui se retrouve dans beaucoup d’autres.

19Ainsi, dans le nom Bourg de l’Égalité, l’étymologie me donnerait le nom du bourg, espèce de commune, plus grande qu’une commune ordinaire ; et le nom d’égalité, bien plus agréable, bien plus sonore aux oreilles françaises que celui de reine. La seule décomposition ne peut me donner que le nom de bourg, qui, une fois expliqué, s’étendrait à peu près dans le même sens pour tous les mots où je le retrouverais ; et, comme aucun ouvrage n’a encore présenté de rapprochements utiles en ce genre, permettez-moi, malgré la sécheresse de la matière, de vous en entretenir un moment.

20Ne perdons pas de vue que nous parlons ici aux élèves des écoles centrales. C’est dans une de ces écoles que je me suppose occupé de donner les premières leçons de géographie ancienne. Je présume que ce serait un préliminaire utile, de dire aux élèves : «  Je vais vous apprendre le sens de quelques mots  » (car je suppose qu’ils ne savent ni latin ni grec ; quoique je sois intimement convaincu qu’il ne faudra jamais abandonner l’étude de ces deux langues). Je suppose, dis-je, qu’ils les ignorent ; je leur dis d’abord : «  Vous allez retrouver beaucoup de mots dans lesquels entre le mot polis ; quelques autres, dans lesquels entre celui d’asty. Ces mots, avec quelques nuances différentes, signifient ville, cité. Voyons actuellement la carte. On y trouve Acropolis, Tripolis, Neapolis...  » L’élève est déjà frappé de la répétition de cette terminaison ; et de lui-même, il me l’explique avec quelque satisfaction. Je le laisse en chercher quelques autres... ; mais je lui promets un secours de plus et, en effet, je lui dis : acron, acra, signifiait, chez les Grecs, une pointe ; c’est le nom que l’on donnait aux citadelles, et aussi aux caps ou promontoires ; quelquefois ce nom se trouve joint à celui de polis, et signifie la partie fortifiée de la ville ; quelquefois il se joint au nom propre de la ville et a le même sens. Je renvoie mon élève à la découverte ; et, en lui aidant un peu, il trouve Acropolis près de Corinthe et ailleurs, etc. : il en conclut que ce sont les citadelles des villes, que ces lieux avoisinent. Les mots de Tripolis, Pentapolis l’arrêtent ; quand je lui ai expliqué que souvent dans l’antiquité des villes se confédéraient au nombre de trois, cinq, etc., et que de leur nombre se formait la première partie de leurs noms, il comprend de lui-même le nombre des villes confédérées ; et quant à la signification de cette partie première, je lui en fais trouver le sens dans celui des noms de quelques figures de géométrie, telles que trigonométrie, pentagone. Le mot emporium se trouve souvent ; je lui dis qu’il désigne particulièrement un lieu où se faisait le commerce : ce que nous appelions dans l’Inde un comptoir. Ensuite il se trouve sur les côtes de la Méditerranée beaucoup de lieux dont il connaît déjà la destination.

21Vous sentez, citoyens, qu’on peut lui expliquer, de la même manière, les noms de Palœpolis, Nœpolis, Metropolis, Nauplia, etc.

22Je lui présenterais moins de noms communs dans les parties orientales ; mais je voudrais qu’il sût que car y emporte l’idée de ville, et bosra celui de citadelle : car il retrouverait souvent ces mots en composition ; et les Bas-Bretons actuels se glorifient de la haute antiquité de leur ker, employé chez eux dans un grand nombre de mots.

23Dans les parties occidentales, et mêmes centrales de l’empire romain, je lui ferais remarquer, dans beaucoup de noms, des mots qui ont de même l’avantage de donner le sens de beaucoup d’autres : ici ce sont des places appelées forum, avec le nom de celui qui, le premier, y a fixé un établissement, un marché peut-être : de là forum Popilii, forum Sempronii, etc. Ailleurs, c’est le nom aqua ou aquœ, indiquant généralement des eaux thermales : de là aquœ sexti, aquœ segestanœ, etc. Et ne croyez pas, citoyens, que cette étude soit désagréable aux enfants ; car elle pique leur curiosité ; elle flatte leur petit amour-propre. De plus, le maître peut ajouter tout ce qui lui paraît intéressant, soit sur l’origine du lieu, soit sur les changements de noms qu’il a éprouvés.

24Ainsi, à l’occasion du mot legio, qui se trouve désigner un très grand nombre de lieux, avec les chiffres V, VI, VII, qu’il faut écrire en capitales romaines ; on lui explique que cela vient de ce que les Romains établissaient ainsi des soldats vétérans, dont les corps militaires portaient le nom de légion. Quant aux changements de noms, on leur montrerait entre autres Sibaris, actuellement détruite ; mais ayant été nommée d’abord sebar, ou sibar ; puis sibaris, en grécisant ce mot, puis thurium, puis copia, tous noms qui, depuis l’oriental jusqu’au latin, emportaient avec soi l’idée d’abondance ; on pourrait montrer aussi le nom Ticinum, qui, ayant changé en Popea, est devenu enfin Pavie.

25Dans la géographie de l’Hispanie, je lui ferais remarquer le mot de brica et de briga employé en composition, et indiquant un passage, souvent un pont ; de même dans les Gaules, dans la Germanie, où il a été, ce me semble, pour les Allemands, l’origine de Brücke, et chez les Anglais, celui de bridge, je ferais remarquer essentiellement le mot dunum, employé dans un très grand nombre de mots, et signifiant généralement hauteur, profondeur. De là Lugdunum, Cœsarodunum, et enfin le mot dunes, signifiant en français des élévations près les bords de la mer.

26Je ne suivrai pas plus loin ces détails sur la lecture des cartes anciennes ; mais je crois pouvoir ajouter quelques explications utiles et du même genre pour les cartes modernes. Le peu que je dirai ici pourra servir, en attendant que je le place dans quelque ouvrage de géographie. Je vais commencer par les parties les plus orientales de l’ancien continent.

27J’y vois d’abord la Chine ; mais nous n’avons pas assez de relations avec cet empire pour y faire, dans la géographie, des recherches du genre qui m’occupe. Mais je trouve le mot poulo, souvent répété dans la mer de l’Archipel des Indes ; c’est que ce mot signifie île dans la langue malaise, parlée dans ces parages ; de là Poulo-Condor, Poulo-Gheby, etc.

28Je rentre dans le continent, et je mets toute la partie de l’Inde sous les yeux de mon élève. Il la parcourt en s’amusant, et bientôt il est frappé de la répétition des terminaisons en abad et en our ; je lui dis que deux sortes de peuples habitent ce pays ; les uns, sous le nom d’Indiens, en sont les maîtres naturels ; les autres, sous celui de Mogols, en sont les usurpateurs. Dans la langue de ces derniers, le mot abad, ou plutôt abhad, signifie jardin, et ils l’ont fait entrer dans la composition de beaucoup de noms, de là Aider-abad... Dotet...abad, Elléabad, etc.

29De même, le mot our, signifiant en Indostan maison, habitation, et même ville, il est entré dans la composition de beaucoup de noms : de là Gondoulour... Visapour ; j’ajoute : veram et anat, signifient temple ; partout où vous trouverez ces syllabes en terminaison, c’est qu’il y a des temples de divinités indiennes, ce que l’on appelle pagodes. De là le nom de Jagrenat, si célèbre par le concours d’Indiens qui s’y rendent tous les ans. Dans une des langues de l’Inde, que l’on nomme le telinga, le mot conde ou counde, signifie forteresse ; de là Golconde, Bondelconde, etc. Mais pilly, signifie tigre, de là Condapilly, la forteresse du tigre, et beaucoup d’autres.

30Le mot patnam frappe aussi mon élève, dans Negapatnam, Masulipatnam, etc. Je lui apprends que ce mot signifie ville au bord de la mer, au lieu que pete signifie ville en rase campagne. Il l’a trouvé dans Cadapète et ailleurs. S’il était assez avancé, je lui dirais que ce mot patnam appartient à l’une des langues parlées dans l’Inde, à celle que l’on nomme tamould. Dans la même langue, on a aussi le mot chery pour le mot de ville ; de là Pondichery, ou en indien Poundichery (ou la ville neuve) Talischery, etc. Je ne trouve pas que les mots per signifiant montagne et nadsi signifiant rivière, soient employés dans l’Inde aussi souvent que les noms de ces mêmes objets dans quelques-unes des langues occidentales. Quant au nom de gattes ou plutôt gâtes, donné aux montagnes qui parcourent du nord au sud la presqu’île de l’Inde, je lui dis que ce nom signifie en indien, empêchements, barrière.

31Si nous quittons l’Inde pour rentrer en Perse, nous retrouvons bender ou plutôt bander, signifiant ville au bord de la mer et aussi port. De là Bender-Abassi ou le port d’Abbas, et ailleurs le mot tag s’y retrouve dans plusieurs noms, il signifie montagne ; le mot Roud signifie fleuve, et ab eau courante ; de là le Zenderoud à Ispahan et dans plusieurs noms. Dans toutes les parties où les Arabes habitent, et même dans celles qu’ils ont désolées par leurs armes, nous trouvons souvent le mot ras ; c’est qu’il signifie cap... le mot bakhar, c’est qu’il signifie la mer ; le mot nakar, c’est qu’il signifie fleuve ; le mot ouady, vallée et eau courante dans un lit, dans une vallée ; le nom bab, porte, donné à des détroits ; le nom beit, maison, donné à certains lieux ; le nom moderne de l’ancienne Mésopotamie, ou pays entre deux fleuves, et Djeziret, ou comme on dit, en y joignant l’article, al-dgezira, qui signifie également île et presqu’île, et le mot sahharra, signifie désert.

32Nous passons de là chez les Turcs, et nous trouvons presque aussitôt Karadegniz, pour le nom de la mer que les anciens nommaient Pont-Euxin ; c’est qu’en turc kara signifie noir, et se trouve dans beaucoup d’autres mots ; ici, joint avec dégniz, il signifie Mer-Noire... bouroun, signifie cap... Capi, porte ; de là Or-capi, Derbent-Capi.

33Toute la partie orientale de l’Europe, au nord de la Turquie, est occupée par la Russie. Je trouve sur la carte le mot gorod, souvent employé dans la composition des noms ; c’est que ce mot signifie ville. J’y trouve ostrof, c’est qu’il signifie île... Ozero, c’est qu’il signifie lac, et tout ce qui est auprès d’un lac ; je trouve le mot more, c’est qu’alors ce lac est traité de mer par les Russes ; et celo, village, se trouve aussi très fréquemment. Je dirai seulement pour la Pologne que le mot pol y signifie plaine, et peut être regardé comme indiquant l’état physique du pays.

34C’est surtout en Allemagne que les noms composés sont très multipliés ; et c’est surtout pour la géographie de ce pays, qu’il est bon de connaître les mots qui entrent le plus fréquemment dans la composition des noms... Ainsi tous les noms des lieux situés sur des montagnes, se terminent en berg ; ceux qui sont dans des champs, en feld... dans des vallées, en thal... sur une rivière, en bach... près d’une forêt, en wald, et si la forêt est épaisse et sombre, on y joint le mot schwarz, ou noire... Tous les noms terminés en heim, et il y en a beaucoup, emportent l’idée d’un chez soi, et ceux terminés en dorf, l’idée de village, et si c’est seulement hof, ce n’est qu’une métairie... au lieu que Stadt, signifie ville... Münster, signifie abbaye... hausen, des maisons... et alt et alten, vieux et vieille... S’il y a des bains, cela se nomme bade, et dans plusieurs lieux on a joint le mot brücke, qui signifie un pont.

35En France, nous connaissons les mots composés de notre langue ; mais en anglais mouth, signifiant bouche, sert à former Plymouth, Portsmouth.

36En Espagne Guadalquivir, Guadiana, Guadalentin, indique le séjour des Arabes, chez lesquels nous avons vu que le mot oua signifiait eau courante, etc.

37Ces connaissances, présentées à propos à la mémoire des enfants, peuvent leur être utiles et amusantes.

38On remet à la prochaine séance le peu qui a été dit dans celle-ci de la géographie physique du globe, afin de ne pas diviser cette matière.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540