Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Quatrième Leçon

23 Pluviôse/11 Février

Texte intégral

BUACHE

1Nous allons considérer aujourd’hui les effets qui résultent de la correspondance du ciel avec la terre, et les divisions qui ont été imaginées en conséquence de ces effets.

  • 1 Assemblage mobile de cercles représentant le ciel et les astres, en particulier le soleil et la lu (...)

2En traitant cette matière, nous ferons usage de la sphère connue sous le nom de sphère armillaire1 ; nous adopterons pour un instant l’ancien système de Ptolémée ; nous supposerons la terre en repos, et tous les corps célestes tournant autour d’elle, comme ils nous paraissent le faire chaque jour, ou dans l’espace de vingt-quatre heures.

3Cette méthode ne peut induire en erreur, lorsqu’on a reconnu d’abord le vrai système de l’univers : elle a l’avantage de nous présenter une explication des phénomènes, claire, simple, facile à concevoir, et qui ne met point l’esprit à la torture ; et cet avantage est précieux, lorsqu’il s’agit d’exposer les éléments d’une science.

4Pour prendre une idée générale des phénomènes qui résultent de la position des différentes parties de la terre par rapport au ciel, il suffit de considérer dans la sphère les diverses positions de l’horizon par rapport à l’équateur. Comme l’horizon joue ici le principal rôle, il convient d’en avoir une juste idée. L’horizon est ce cercle qui sépare la partie du ciel qui nous est visible, de celle qui est invisible. On vous a dit qu’il avait pour pôles deux points du ciel qu’on appelle Zénith et Nadir ; le premier, placé directement au-dessus de notre tête, et l’autre, dans la partie opposée du ciel, ou au-dessous de nos pieds. Comme nous ne pouvons changer de place, ni faire un pas de quelque côté que ce soit, sans changer de Zénith, et conséquemment sans changer d’horizon, on conçoit aisément que chaque point de la terre a son horizon particulier, et que chaque peuple, chaque habitant du monde, voit le ciel d’une manière particulière et différemment des autres peuples.

5Les différentes positions de la sphère, ou les différentes manières dont les divers peuples voient le ciel, se divisent en trois principales qu’on nomme sphère droite, sphère oblique, et sphère parallèle.

6La sphère est droite lorsque l’équateur est perpendiculaire à l’horizon. Cette position est celle qui convient aux habitants de l’équateur, et à une ligne du globe seulement ; au-delà de cette ligne, la sphère serait oblique.

7Dans cette position, les deux pôles du monde se trouvent dans l’horizon. Toutes les parties de la sphère, qui nous représentent ici tout le ciel, si on la fait tourner, monteront successivement au-dessus de son horizon ; l’équateur, les tropiques, et tous les autres cercles que nous pouvons supposer dans l’espace compris entre les deux tropiques, et décrits par le soleil dans son mouvement apparent et diurne autour de la terre, sont coupés par l’horizon en deux parties égales.

8De cette considération de la sphère dans cette position, on conclut que les habitants de l’équateur ne voient aucun des deux pôles qui se trouvent toujours cachés dans leur horizon ; qu’ils voient dans l’espace de vingt-quatre heures toutes les parties du ciel, à l’exception de ces deux pôles, et que pendant tout le cours de l’année, ils ont les jours égaux aux nuits.

9Le soleil passe deux fois dans l’année au-dessus de leur tête, lorsqu’il nous paraît décrire l’équateur, le premier germinal, et le premier vendémiaire ; et alors ils n’ont point d’ombre à Midi. Ils voient ensuite le soleil du côté du Nord pendant six mois, et leur ombre alors se porte vers le midi : pendant les six autres mois, ils le voient du côté du Midi, et leur ombre se dirige du côté du Nord.

10La sphère est parallèle, lorsque l’équateur est parallèle à l’horizon : c’est la position de la sphère pour les deux pôles de la terre.

11Dans cette position, on remarque que l’un des pôles est élevé au-dessus de l’horizon, et également distant de tous les points de sa circonférence. Il devient le zénith, et l’autre pôle est le nadir : il n’y a qu’une partie de la sphère qui s’élève au-dessus de l’horizon, et cette partie est toujours la même : l’équateur seul n’est point coupé par l’horizon. Ici il se confond avec l’horizon, et devient lui-même horizon. Aucun des tropiques et des autres cercles diurnes, n’est coupé non plus par l’horizon : la moitié de l’écliptique, et conséquemment les cercles diurnes décrits par le soleil, pendant qu’il nous paraît être dans cette partie, se trouvent tout entiers au-dessus de l’horizon, et l’autre moitié de l’écliptique, qui se trouve au-dessous de l’horizon, y reste toujours, ainsi que les cercles diurnes décrits par le soleil, pendant qu’il se trouve dans cette autre moitié.

12Par cette disposition des parties de la sphère parallèle, on voit que les habitants des pôles, s’il y en avait, auraient un des pôles directement au-dessus de leur tête, ou à leur zénith ; qu’ils ne verraient jamais que la moitié du ciel, et toujours la même partie, celle comprise entre leur zénith et l’équateur ; que dans le cours de l’année ils verraient le soleil continuellement pendant six mois ; qu’ils en seraient privés ensuite pendant les six autres mois ; et qu’ainsi ils n’auraient, dans l’année, qu’un jour et une nuit qui seraient chacun de six mois.

13Le soleil ne se lèverait et ne se coucherait qu’une fois pour eux, à savoir : au premier germinal et au premier vendémiaire pour les habitants du pôle du Nord. Ils le verraient s’élever ensuite chaque jour, d’une certaine quantité au-dessus de leur horizon, et décrire à cette hauteur un cercle autour d’eux : après qu’il serait parvenu à sa plus grande hauteur qui est de 23 degrés 1/2, ce qui aurait lieu le premier messidor, ils le verraient ensuite baisser chaque jour, et se rapprocher de plus en plus de l’horizon, en décrivant aussi chaque jour un cercle qui leur paraîtrait être à la même hauteur ou parallèle à l’horizon. La lune et les autres planètes ne se lèveraient et ne se coucheraient non plus qu’une fois, pendant la durée de leurs révolutions. Tous les autres astres ou les étoiles fixes ne se lèvent et ne se couchent jamais. Ceux qui sont visibles ou au-dessus de l’horizon, y paraissent toujours à la même hauteur ; et ceux qui sont au-dessous de l’horizon ne paraissent jamais.

14On remarquera que cette position de la sphère ne convient qu’à deux points de la terre, comme la première ne convient qu’à la ligne ou au cercle qui est à égale distance des deux pôles.

15La sphère est oblique, lorsque l’équateur est placé obliquement par rapport à l’horizon. C’est la position de la sphère pour toutes les parties de la terre comprises entre l’équateur et les pôles, c’est-à-dire pour tous les habitants du monde, excepté ceux qui sont directement sous l’équateur.

16Dans cette position, il y a toujours un des pôles élevé au-dessus de l’horizon, et l’autre au-dessous : il y a une partie de la sphère qui ne s’élève jamais au-dessus de l’horizon, lorsqu’on la fait tourner ; et cette partie est plus ou moins grande, suivant que la sphère est plus ou moins oblique, ou que l’on s’approche plus ou moins des pôles. L’équateur seul y est coupé par l’horizon en deux parties égales ; les tropiques et tous les autres cercles diurnes y sont coupés en parties inégales.

17On voit par cette nouvelle disposition des parties de la sphère, que tous les peuples de la terre, excepté les habitants de l’équateur, ont un des pôles élevé au-dessus de leur horizon, et l’autre au-dessous ; qu’ils ne voient jamais le ciel en entier ; qu’il y en a une partie toujours invisible pour eux, laquelle est plus ou moins grande suivant que l’on se trouve plus ou moins près des pôles ; que les jours sont égaux aux nuits deux fois seulement dans le cours de l’année, lorsque le soleil est à l’équateur au commencement du printemps et de l’automne ; et que pendant tout le reste de l’année, il y a une différence pour la durée entre les jours et les nuits plus ou moins grande, suivant que l’on s’éloigne de l’équateur ou qu’on s’approche des pôles. Sous l’équateur, les jours sont toujours de douze heures ; sous les tropiques les plus longs jours, sont de treize heures et demie : sous les cercles polaires, ils sont de vingt-quatre heures, et depuis les cercles polaires jusqu’aux pôles, ils sont d’un mois, de deux mois, et sous les pôles même, de six mois.

18Cette considération de la sphère oblique s’étend généralement à toutes les parties de la terre ; mais la sphère est plus ou moins oblique, suivant que l’on s’éloigne plus ou moins de l’équateur ; et pour se former une juste idée des phénomènes qui ont eu lieu dans chaque pays en particulier, il convient de considérer la sphère dans les positions obliques, propres à chaque pays.

19Pour trouver ces positions, ou monter la sphère horizontalement pour un lieu quelconque, il suffit d’élever le pôle de la sphère au-dessus de son horizon d’autant de degrés qu’il y en a dans la latitude du lieu, laquelle est toujours égale à la hauteur du pôle au-dessus de l’horizon de ce lieu. Pour Paris, par exemple, il faut élever le pôle du nord au-dessus de l’horizon, de 48 degrés 50 minutes.

20Dans cette position, on voit que le pôle du midi, et toute la partie du ciel qui l’environne, jusqu’à la distance de 48 degrés 50 minutes de ce pôle, ne montent pas au-dessus de l’horizon ; que l’équateur seul est coupé en deux parties égales, et que les tropiques, ainsi que les autres cercles diurnes, sont coupés en parties inégales. On en conclut que le pôle du Midi et toute la partie australe du ciel, jusqu’à la distance de 48 degrés 50 minutes de ce pôle, est toujours invisible pour Paris ; qu’il n’y a que deux jours dans l’année qui soient égaux aux nuits ; que tous les autres jours sont inégaux ; que le plus long est de seize heures, et le plus court de huit, et que tous les autres jours augmentent ou diminuent, suivant que le soleil s’approche ou s’éloigne du tropique du cancer.

21On remarquera, si l’on monte la sphère, pour quelques parties situées entre les deux tropiques, que le soleil passe deux fois l’année au-dessus de la tête des peuples qui sont situés entre ces deux tropiques : mais les habitants des tropiques ne le voient qu’une fois chaque année au-dessus de leur tête ; et tous les autres peuples, situés en dehors des tropiques, ne le voient jamais dans cette position ou à leur zénith. Tous le voient, dans leurs plus longs jours, à différentes hauteurs, au-dessus de l’horizon, plus ou moins grandes, suivant qu’ils sont plus ou moins près des tropiques ; et ils reçoivent ses rayons plus ou moins obliquement, suivant qu’ils sont plus ou moins près des pôles.

22Si l’on monte la sphère, pour les habitants du cercle polaire, dont la latitude est de 66 degrés 30 minutes, on verra que le tropique le plus voisin est tout entier au-dessus de l’horizon, et que le tropique le plus éloigné, reste tout entier au-dessous, d’où il résulte que les habitants du cercle polaire ont dans l’année, un jour et une nuit de vingt-quatre heures.

23On connaîtra, de la même manière, la durée du crépuscule qui nous éclaire le matin avant le lever du soleil, et le soir après son coucher. On sait que le crépuscule commence le matin lorsque le soleil est encore à 18 degrés au-dessous de l’horizon, et qu’il ne finit le soir que lorsque le soleil est abaissé de 18 degrés au-dessous de l’horizon.

24La durée du crépuscule augmente, comme celle des jours, suivant que les tropiques et les autres cercles diurnes sont plus ou moins obliques dans la sphère ou suivant que les pays pour lesquels on monte la sphère s’éloignent de l’équateur. À Paris, les crépuscules durent quelques jours avant et après les solstices, quatre heures le matin et quatre heures le soir ; et comme nous avons alors le plus long jour, qui est de seize heures, il en résulte qu’il n’y a pas absolument de nuit à Paris dans les premiers jours de l’été.

25Sous les pôles, les crépuscules durent environ deux mois avant le lever du soleil, et deux mois après son coucher, ce qui diminue d’autant l’horreur de la longue nuit de six mois que ces points du globe éprouvent. La lune les éclaire encore pendant quinze jours chaque mois, et il ne reste absolument qu’un mois de nuit obscure.

26Tels sont les phénomènes que l’on observe dans les différentes parties du globe, et qui dépendent de leur situation ou de leur correspondance avec les parties du ciel. On peut les expliquer également au moyen de quelques figures qui se trouvent communément dans les livres d’astronomie et de cosmographie ; mais la démonstration en est moins frappante, que par le moyen de la sphère qui nous présente les objets tels qu’ils nous paraissent.

27Nous allons examiner maintenant les divisions de la terre imaginées par les anciens, relativement aux différents degrés de chaleur et de lumière que l’on éprouve sur les différentes parties de sa surface. Ces divisions méritent une attention particulière, d’autant plus qu’elles ont servi longtemps à indiquer la situation des pays.

28Relativement à la température, on a divisé la terre en trois espèces de zones, ou grandes bandes circulaires et parallèles à l’équateur, que l’on a nommées, zone torride ou brûlée, zone tempérée, et zone glaciale ; il y a deux zones tempérées, et deux zones glaciales.

29La zone torride occupe toute la partie de la terre comprise entre les deux tropiques ; c’est la partie du globe sur laquelle les rayons du soleil ont le plus de force et d’action, et conséquemment celle qui éprouve les plus grandes chaleurs. Il n’y a, à proprement parler point d’hiver, et l’on n’y distingue les saisons que par les pluies qui y sont très abondantes et périodiques. Cette zone occupe 47 degrés ou 1 175 lieues de largeur.

30Les deux zones tempérées comprennent les pays situés entre les tropiques et les cercles polaires ; l’une dans la partie septentrionale du monde, et l’autre dans la partie méridionale ; elles ont chacune 43 degrés ou 1 075 lieues de largeur : on y a les quatre saisons de l’année que nous connaissons, mais dans des temps opposés ; on a l’hiver dans la zone tempérée méridionale, lorsqu’on a l’été dans la zone tempérée septentrionale, on conçoit que la température n’est pas la même, et varie au contraire beaucoup dans une aussi vaste étendue ; la chaleur va en diminuant à mesure que l’on s’éloigne des tropiques ou qu’on s’approche des pôles : les contrées voisines de la zone torride se ressentent des chaleurs de cette zone, comme celles qui avoisinent les zones glaciales participent au froid rigoureux qu’on éprouve dans ces dernières.

31Les deux zones glaciales occupent le reste de la surface du globe, compris entre les cercles polaires et les pôles : ce ne sont pas proprement des zones, mais des espèces de calottes ; elles ont chacune 23 degrés 30 minutes ou 587 lieues de largeur.

32On n’y compte que deux saisons dans l’année, un hiver de neuf mois et un été de trois mois. On y éprouve l’hiver un froid très rigoureux, parce que les rayons du soleil n’y viennent que très obliquement, effleurant seulement la surface de la terre et ne faisant que glisser sur elle. On y a de fortes chaleurs au milieu de l’été, parce qu’alors le soleil y reste plus longtemps sur l’horizon, et que les jours y sont beaucoup plus longs que les nuits.

33Les anciens, et surtout les Grecs qui ne connaissaient qu’une très petite partie de la terre avant les conquêtes d’Alexandre, regardaient la zone torride et les deux zones glaciales comme inhabitables ; et cette opinion qui a dominé longtemps est sans doute une des causes qui ont retardé le progrès des connaissances.

34Nous savons aujourd’hui, par tous les voyages qui ont été faits autour du monde, que la zone torride est bien habitée : les longues nuits, les rosées abondantes, les pluies régulières, les vents et les brises qui y règnent constamment, la rendent non seulement habitable, mais encore très fertile. On sait que c’est de cette zone que nous viennent les épices et les drogues de la médecine ; on en tire les métaux les plus parfaits, les perles et les pierres précieuses en plus grand nombre que de tout le reste du globe : enfin on y fait en beaucoup d’endroits deux récoltes par an. Les parties de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique situées dans la zone torride, sont à tous égards les plus fertiles et les plus riches de toute la terre.

  • 2 Allusion au deuxième voyage de James Cook (1728 - 1779), qui eut lieu de 1772 à 1775. Cook franchi (...)

35À l’égard des deux zones glaciales, quoiqu’il y ait quelques habitants dans une petite partie de la zone glaciale septentrionale, on peut les regarder comme peu propres à la vie et inhabitables, au moins pour la plus grande partie. La zone glaciale, qui environne le pôle austral, et dont nous n’avons encore aucune idée malgré les efforts que Cook a faits pour y pénétrer2, doit être beaucoup plus froide que l’autre, à cause de la vaste étendue des mers qui l’avoisinent, et faute de continents ; et l’on peut présumer que les îles qu’elles peut avoir, se trouveront stériles et sans habitants, si on les découvre jamais.

36Nous reviendrons sur la zone torride dans une autre circonstance, pour examiner les phénomènes qu’elle nous offre dans ses vents réglés, ses moussons et ses grandes pluies, ou ses inondations, qui sont une suite de l’action des rayons du soleil sur cette partie de la terre.

  • 3 Il s’agit de l’expédition du Pérou destinée à la mesure de l’arc de méridien. Voir aussi la note 1 (...)

37Nous observerons, en terminant cet article, que pour bien juger de la température d’un pays, il ne suffit pas de considérer sa position, par rapport au ciel, il faut encore faire attention à sa situation plus ou moins élevée dans l’atmosphère, aux vents dominants et à la nature du sol. Un terrain sec et sablonneux s’échauffe plus facilement qu’un terrain couvert de forêts, d’eaux et de montagnes. On sait que les voyageurs qui ont traversé les montagnes du Pérou3, sous l’équateur même, comme ceux qui ont été sur le pic de Ténériffe, ont éprouvé toutes les températures de l’air, depuis les ardeurs de la zone torride jusqu’aux frimats des zones glaciales.

38La seconde division de la terre, qui est relative à l’inégalité dans la longueur des jours, se fait, comme la précédente, par des zones ou bandes circulaires et également parallèles à l’équateur, mais beaucoup moins larges et conséquemment en plus grand nombre. On nomme ces zones ou bandes, climats. On en compte 30 de l’équateur aux pôles ou 60 entre les deux pôles, et on les distingue en climats d’heures et climats de mois.

39Les climats d’heures divisent l’espace compris entre l’équateur et les cercles polaires ; ils sont au nombre de vingt-quatre ; et comme les jours n’augmentent que de douze heures depuis l’équateur jusqu’aux cercles polaires, les climats d’heures ne sont à proprement parler que des climats de demi-heures : ils renferment chacun un espace, à la fin duquel le plus long jour est plus long d’une demi-heure qu’au commencement.

40Les climats de mois divisent l’espace compris entre les cercles polaires et le pôle ; ils sont au nombre de six, et ils renferment chacun un espace à la fin duquel le plus long jour est plus long d’une heure qu’au commencement.

41Il est à remarquer que la largeur de ces climats n’est pas la même : elle diminue pour les climats d’heures en allant de l’équateur aux cercles polaires, et elle augmente pour les climats de mois en allant des cercles polaires aux pôles. Le premier climat d’heure qui commence à l’équateur, comprend 8 degrés 25 minutes de largeur ; le huitième, dans lequel se trouve Paris, ne contient que 3 degrés 32 minutes, et le quatrième ne contient que 3 minutes.

42Les anciens avaient imaginé cette division pour pouvoir connaître et indiquer la position des diverses parties de la terre, ou du moins leur distance à l’équateur, ce qu’on appelle autrement leur latitude. Ainsi, de ce que le plus long jour de l’année est à Paris de seize heures, ils en auraient conclu que cette ville est dans le huitième climat ; mais le huitième climat s’étend depuis 45 degrés 20 minutes de latitude jusqu’à 49 degrés 1 minute, et la latitude de Paris est de 48 degrés 50 minutes. Cette méthode ne pouvait donner qu’un résultat très incertain, surtout pour les pays situés dans les douze premiers climats ; elle est de peu d’usage aujourd’hui qu’il y a plus de communications entre tous les habitants du monde, et que l’on a d’autres moyens de déterminer la latitude avec la plus grande précision.

43Je passe à la dernière division astronomique du globe, formée par les cercles de latitude et de longitude.

44Le seul moyen de connaître exactement la position des objets sur la terre, est de déterminer ce qu’on appelle leur latitude et leur longitude.

45La latitude d’une ville ou d’un point quelconque est sa distance de l’équateur ; elle se mesure sur le méridien qui passe par cette ville ou ce point. La latitude se compte de l’équateur aux pôles et on la distingue en latitude septentrionale et latitude méridionale.

46Un lieu situé sous l’équateur n’a point de latitude ; plus on s’éloigne de l’équateur, plus la latitude augmente ; mais elle n’excède jamais 90 degrés, les pôles n’étant qu’à cette distance de l’équateur. Il est de principe que la latitude d’un lieu est égale à la hauteur du pôle au-dessus de l’horizon de ce lieu. Comme il n’y a pas de latitude sous l’équateur, il n’y a pas non plus de pôle élevé au-dessus de l’horizon des habitants de l’équateur ; les deux pôles se trouvent dans leur horizon ; mais si l’on s’avance d’un ou de deux degrés vers le nord, on verra le pôle du nord s’élever d’autant de degrés au-dessus de l’horizon.

47On voit par là qu’il est facile de déterminer la latitude d’un lieu ; on la déterminera en observant la plus grande et la plus petite hauteur d’une des étoiles voisines du pôle, dont le milieu donnera la hauteur du pôle, ou en observant la hauteur méridienne du soleil dont la déclinaison ou la distance à l’équateur pour chaque jour est bien connue. On sait que la hauteur de l’équateur au-dessus de l’horizon est égale au complément de la latitude, ou à ce qui manque à la latitude pour compléter 90 degrés. La différence des hauteurs méridiennes d’une même étoile, observées en différents lieux, indiquera de même leur différence de latitude.

48La longitude d’un lieu est la distance de ce lieu au méridien d’un autre lieu d’où l’on commence à compter, et que l’on considère comme le premier méridien. Elle se mesure sur l’équateur ou sur des cercles qui lui sont parallèles, et se compte de suite depuis 1 degré jusqu’à 360.

49On a varié longtemps sur le choix d’un premier méridien, parce qu’il n’y a pas, comme pour l’équateur, de point fixe dans le ciel qui puisse le déterminer. Ptolémée, le premier des anciens géographes qui ait indiqué la position des lieux par leur latitude et leur longitude, avait pris pour point de départ ou pour premier méridien, celui qui passe par les îles Fortunées, aujourd’hui les Canaries ; ces îles étaient à l’extrémité occidentale du monde connu de son temps, et devaient naturellement fixer son choix ; on a adopté en France, depuis 1634, pour premier méridien, celui qui passe par l’île de Fer, la plus occidentale des Canaries : cette île est à 20 degrés 30 minutes à l’occident du méridien de Paris, et conséquemment la longitude de Paris est de 20 degrés 30 minutes.

50Aujourd’hui, la plupart des nations de l’Europe comptent la longitude à partir du méridien de leur principale ville ; ainsi en France on compte du méridien de l’Observatoire de Paris ; en Angleterre, du méridien de Londres, ou de l’Observatoire de Greenwich ; et en Espagne, du méridien de Cadix, où est le principal observatoire.

51On compte aussi assez communément aujourd’hui la longitude des deux côtés du méridien, comme on compte la latitude des deux côtés de l’équateur ; alors on distingue la longitude orientale et la longitude occidentale, et l’on ne compte que jusqu’à 180 degrés.

52La détermination de la longitude est un des objets les plus importants de la géographie : elle est essentiellement nécessaire aux navigateurs qui ont besoin de connaître chaque jour le point où ils sont arrivés, pour diriger leur route de manière à éviter les dangers connus, et ne pas s’exposer à être jetés la nuit sur des côtes. Un vaisseau destiné pour la Martinique ou la Guyane, et qui croit avoir encore trois cents lieues à faire pour y arriver, lorsqu’il n’en est plus éloigné que de quinze à vingt lieues, continue sa route avec confiance, et la nuit, il va se briser contre la terre.

53On détermine la longitude des lieux par la différence des heures que l’on compte au même instant dans ces lieux. Comme le soleil parcourt 15 degrés par heure, lorsque nous comptons midi à Paris, par exemple, les peuples qui sont à 15 degrés à l’orient du méridien de Paris, comptent une heure après midi ; ceux qui sont à 30 degrés comptent deux heures, et ainsi de suite jusqu’à douze heures ou minuit. De même ceux qui sont à 15 degrés à l’occident du méridien de Paris, compteront onze heures, lorsqu’il sera midi à Paris : ceux qui sont à 30 degrés, compteront dix heures, et à 45 degrés, on comptera neuf heures. On conçoit que le moyen le plus simple et le plus facile de déterminer la longitude, est d’avoir une horloge ou une montre, dont le mouvement n’éprouve aucune variation, et dont la marche soit constante et toujours la même. Le voyageur, pourvu d’une telle montre, et qui l’aurait réglée sur l’heure de son départ, y verrait tous les jours l’heure que l’on compte dans ce lieu, et en la comparant avec les heures que l’on compte dans les différents lieux par où il passe successivement, il aurait leur différence en heures, et conséquemment leur différence en longitude.

  • 4 Utiliser un chronomètre pour déterminer les longitudes est une vieille idée attribuée à Gemma Fris (...)

54Les grands avantages que devait procurer un tel instrument, ont excité les recherches des plus habiles artistes de l’Europe ; d’un autre côté, des récompenses les plus considérables ont été promises par les gouvernements des principales nations commerçantes de l’Europe ; et nous jouissons enfin de cet instrument précieux, connu sous le nom de chronomètre et de montre marine, grâce aux travaux de Harrison, en Angleterre, et des Leroi et Berthoud, en France. Le navigateur a aujourd’hui l’avantage de pouvoir déterminer, avec une exactitude suffisante, la longitude des différents points de sa route4.

55On ne pouvait ci-devant déterminer les longitudes que par l’observation des éclipses, et les observateurs capables de bien observer, étaient encore plus rares que les éclipses : on ne peut tirer aucun secours de toutes celles qui ont été observées par les anciens. On emploie aujourd’hui, avec le plus grand succès les occultations des étoiles par la lune, et ce sont même les phénomènes les plus propres à déterminer les longitudes avec précision. On se sert aussi des distances de la lune à deux étoiles, que l’on observe, et dont on tire un résultat satisfaisant au moyen des tables de la lune, qui ont été perfectionnées par les astronomes modernes. Tous ces moyens réunis nous donnent lieu d’espérer que la géographie fera désormais plus de progrès en dix ans qu’elle n’en avait fait en dix siècles.

56Si l’on suppose des cercles parallèles à l’équateur, tirés par chaque degré du méridien, et des lignes tirées d’un pôle à l’autre par chaque degré de l’équateur, on aura une division du globe par les cercles de latitude et de longitude.

57Tous les degrés de latitude qui se comptent sur le méridien, sont tous égaux et valent chacun vingt-cinq lieues communes de France, ou vingt lieues marines ; mais il n’en est pas de même des degrés de longitude ; ils ne valent vingt-cinq lieues que sur l’équateur, qui est un grand cercle comme le méridien. Comme les parallèles vont en diminuant à mesure qu’ils s’éloignent de l’équateur, leurs degrés diminuent dans la même proportion : vers le cinquantième parallèle, ils ne valent plus que seize lieues, vers le quatre-vingtième, ils ne valent plus que quatre lieues, et au quatre-vingt-neuvième, un quart de lieue seulement.

Portrait de Edme Mentelle. Cabinet des Estampes.

58Bibliothèque nationale, Paris. Ph. © Bibl. nat.

Globe terrestre des frères Bergevin (2,60 m de diamètre, 3,20 m de haut). Commandé par Louis XVI, il fut exécuté entre 1784 et 1795.

59Musée national du château de Versailles. Ph. © Réunion des Musées nationaux

Globe exécuté par Mentelle et Poirson entre 1803 et 1811 (1,05 m de diamètre).

60Musée national du château de Fontainebleau. Ph. © Réunion des Musées nationaux.

Globe du Dauphin. Globe terrestre et céleste exécuté par E. Mentelle entre 1781 et 1786, commandé par Louis XVI pour l’éducation du Dauphin. Le globe terrestre (diamètre 0,795 m) est emboîté dans deux calottes hémisphériques ; la supérieure, l’Ancien Monde ; l’inférieure, le Nouveau Monde. La face intérieure des calottes montre les constellations et les signes du zodiaque.

61Musée nationale du château du Versailles. Ph © Réunion des Musées nationaux

Notes

1 Assemblage mobile de cercles représentant le ciel et les astres, en particulier le soleil et la lune. Au centre se trouve un globe figurant la Terre. Son maniement fait l’objet au xviiie siècle de nombreux Traités de la sphère.

2 Allusion au deuxième voyage de James Cook (1728 - 1779), qui eut lieu de 1772 à 1775. Cook franchit en trois points le cercle polaire et parvient à la latitude sud, encore jamais atteinte, de 71° 10’. Cf. N. Broc, La géographie des philosophes. Géographes et voyageurs français au xviiie siècle, Paris, 1975, 600 p., ill., p. 305-306; É. Taillemite, « De Cook à Dumont d’Urville, l’exploration du Pacifique », L’Histoire, 36, juillet-août 1981, p. 63-73.

3 Il s’agit de l’expédition du Pérou destinée à la mesure de l’arc de méridien. Voir aussi la note 150 sur l’aplatissement de la Terre.

4 Utiliser un chronomètre pour déterminer les longitudes est une vieille idée attribuée à Gemma Frisius (1508-1558). La réalisation d’un chronomètre suffisamment fiable fut l’objet d’une compétition importante tout au long du xviiie siècle. Un acte du parlement anglais crée en 1714 un Bureau des longitudes chargé d’examiner les inventions susceptibles d’approcher la solution du problème. Des primes importantes sont promises: 10 000 livres si l’erreur est inférieure à 1 degré de longitude, 15 000 pour une erreur inférieure à 3/4 degré et 20 000 pour 1 /2 degré. Après vingt ans de travaux et à sa quatrième tentative, le grand horloger britannique John Harrison (1693— 1776) remporte le prix. Harrison est également célèbre pour avoir inventé le pendule bimétallique composé de deux lames de métaux différents afin de compenser les distorsions thermiques. Cette invention remarquable a frappé les esprits du temps qui y ont vu la nature combattue par ses propres armes.
En France, l’Académie des sciences de Paris établit, elle aussi, un prix. Une compétition s’engage alors entre Pierre Le Roy (1717 - 1785) et Ferdinand Berthoud (1727 - 1807); le premier invente l’échappement libre, puis abandonne. C’est finalement Berthoud qui arrive seul au terme et obtient le privilège en 1773. Extrait de M. Daumas, op. cit., t. 3, p. 210-213.

Table des illustrations

Légende Portrait de Edme Mentelle. Cabinet des Estampes.
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Légende Globe terrestre des frères Bergevin (2,60 m de diamètre, 3,20 m de haut). Commandé par Louis XVI, il fut exécuté entre 1784 et 1795.
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 925k
Légende Globe exécuté par Mentelle et Poirson entre 1803 et 1811 (1,05 m de diamètre).
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/590/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Légende Globe du Dauphin. Globe terrestre et céleste exécuté par E. Mentelle entre 1781 et 1786, commandé par Louis XVI pour l’éducation du Dauphin. Le globe terrestre (diamètre 0,795 m) est emboîté dans deux calottes hémisphériques ; la supérieure, l’Ancien Monde ; l’inférieure, le Nouveau Monde. La face intérieure des calottes montre les constellations et les signes du zodiaque.
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/590/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 908k

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540