Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Troisième leçon

14 Pluviôse/2 février

Texte intégral

MENTELLE

1Je ne doute pas, citoyens, que vous n’ayez remarqué que les professeurs de géographie ne suivent pas ici la même marche que les autres professeurs : c’est qu’en effet leur tâche ne peut pas être la même. En mathématiques on fixe vos idées sur des vérités fondamentales, d’où l’on s’élève, avec vous, jusques au plus haut point de la science. En physique, on vous offre les bases des grands phénomènes de la nature. En grammaire, on ouvre une carrière nouvelle, on crée un art nouveau ; enfin, chacun des professeurs trouvant en vous des hommes instruits s’occupe des moyens de les instruire encore davantage.

2Les professeurs de géographie ne peuvent pas former les mêmes vœux, ni tendre au même but. La science dont ils s’occupent est généralement cultivée : elle n’offre pas au génie des combinaisons nouvelles, ni à la méditation des routes ignorées. C’est un simple exposé de faits, presque tous connus. Quel peut donc être ici le devoir des professeurs de géographie ? D’y faire à peu près le contraire de ce que font leurs confrères ; car, tandis que ceux-ci vous poussent dans la carrière de la science, au-delà du terme où vous en étiez restés, nous ne cherchons qu’à vous rapprocher, pour ainsi dire, du berceau de l’étude, de ce moment où l’esprit est encore au premier terme du départ. C’est qu’en effet il ne s’agira pas, pour vous et pour nous, de perfectionner la géographie, mais de s’assurer des moyens les plus immanquables de la faire généralement apprendre. Elle n’offre pas de raisonnements au-dessus de la portée de la jeunesse, et la mémoire que cette étude suppose se rencontre surtout à cet âge. C’est donc à cet âge qu’il la faut cultiver.

3Veuillez donc bien, citoyens, descendre vers lui avec complaisance, et consentir à vous occuper des éléments d’une étude dont les résultats vous sont connus, pour n’en être que plus utiles à cette génération nouvelle, qui attend de vous ce sacrifice modeste de vos talents et de vos lumières.

4Nous avons laissé, la dernière fois, les élèves sur une terrasse, s’occupant des distances respectives des planètes ; nous les avions occupés, peu auparavant, autour d’une table, de la cause de l’inégalité des jours et de la vicissitude des saisons ; mais quand on parle des vérités de la nature, il ne faut avancer de faits que ceux qu’il est possible de démontrer, et elle-même va nous en offrir les moyens. Retournons donc sur cette même terrasse, où vous m’aviez déjà, citoyens, accordé quelques moments d’attention.

  • 1 Le bonhomme Richard, mis en scène par Benjamin Franklin (1706—1790) dans La science du bonhomme Ric (...)

5Mais comme j’ai besoin de comparer des faits qui ne peuvent être connus que de ceux qui ont beaucoup regardé le ciel, j’admets à notre leçon un brave homme de notre commune : son expérience, comme il arrive ordinairement, se convertira en principes pour nous. Je lui donnerai ici le nom de ce bonhomme Richard1, que Franklin fait parler avec tant de simplicité et de sagesse.

6Le bonhomme Richard arrive : il est prévenu que nous allons causer de choses qui seront utiles à nos enfants ; et ce doit être une des plus douces consolations de son âge que de pouvoir encore être utile à la République.

7Permettez-moi, citoyens, de transporter, pour ainsi dire, la scène au milieu de nous, afin d’anticiper, et de partager avec vous, le plaisir dont vous jouirez vous-mêmes, lorsque vous verrez ces scènes paisibles s’opérer sous vos yeux et par vos soins.

8J’ai donc là le bonhomme Richard ; je lui dis : « Quelle forme supposez-vous à la terre ? » Je présume qu’il me répondrait ce que j’ai entendu en une circonstance à peu près semblable.

9« J’ai vécu bien longtemps sans chercher si elle est ronde ou plate ; mais enfin je me suis laissé dire qu’elle était ronde. »

10Aussitôt les élèves assurent qu’elle est ronde ; mais ils n’en apportent pour preuve que la pomme que je leur ai montrée. J’en prends occasion de leur inspirer le désir d’avoir toujours pour leur jugement la preuve des opinions que l’on offre à leur mémoire ; et pour joindre l’exemple au précepte, je fais observer le cercle qui borne notre vue, et que l’on nomme horizon. En leur faisant remarquer que le bonhomme Richard, qui est grand, découvre des objets éloignés que ne peut voir le plus petit de la troupe ; en remarquant, de plus, que l’on perd de vue les arbres qui sont derrière soi lorsqu’en marchant on commence à en apercevoir d’autres, je leur fais très bien entendre qu’une mouche qui marcherait sur la pomme éprouverait le même effet ; et ils conviennent que la mouche est sur la pomme, comme nous sur la terre.

11Il est aisé alors d’entendre, 1° que ce cercle a mérité le nom de borneur (ou horizon), puisqu’il borne la vue ; 2° que toutes les fois que l’on change de lieu, on change d’horizon ; 3° que, quand le soleil s’élève, et que nous commençons à l’apercevoir, il se trouve au-dessus d’un cercle qui est bien plus grand que celui que nous voyons, puisque le soleil est bien plus loin ; ce cercle est supposé couper la terre en deux parties : j’appelle pour un moment ce second horizon, l’horizon des astronomes, et le premier, l’horizon des campagnes. Ce n’est que par la suite que je me sers des mots horizon rationnel et horizon visuel.

12Je reviens au bonhomme Richard, pour savoir à quel point de l’horizon le soleil se lève au commencement du printemps, et le point où il se couche.

13Je demande ensuite à mes élèves quel cercle décrit sur la terre le rayon qui y tombe à cette époque : on me répond l’équateur... Et quelle est la durée du jour ? — 12 heures, et la nuit de même durée. — Ici le bonhomme Richard s’appuie de son expérience, et reprend l’élève sur la durée du jour. — On voit clair à cinq heures, citoyens. Je concilie les opinions en expliquant ce que c’est que le crépuscule ; mais pour remettre un peu mes élèves, humiliés d’avoir vu le bonhomme Richard hausser les épaules à l’occasion de leur jour de douze heures au printemps, je demande au bonhomme Richard si toutes les fois qu’il aperçoit le soleil à son lever il est bien sûr que ce soit le soleil. Il paraît d’abord étonné de cette demande. Cela donne occasion de parler des réfractions, et de faire l’expérience, si connue, d’une pièce de métal mise au fond d’un gobelet, sans eau, et dans lequel on met de l’eau ensuite, ce qui fait apercevoir la pièce au-dehors du verre, d’un point où l’on ne l’apercevait pas. Je parle aussi du bâton qui, plongé obliquement dans l’eau, paraît brisé, d’où je conclus que l’on peut voir le soleil quelques instants avant qu’il soit réellement sur l’horizon.

14Mais revenant aux points connus du lever et du coucher du soleil, je dis que ceux-là se nomment Levant et le Couchant, et aussi l’Orient et l’Occident, et même l’Est, l’Ouest. Le bonhomme Richard me montre aussi le côté où il se trouve à la moitié de sa course, la hauteur où il se trouve, et le point de l’horizon au-dessus duquel il répond.

15Je nomme donc ce côté de l’horizon le Midi, et aussi le Sud. — Je montre aussitôt le point opposé, et je dis que ce côté se nomme Septentrion, et aussi le Nord. Voilà ce que l’on nomme les quatre points cardinaux, c’est-à-dire, principaux.

16Pour arriver à expliquer, par la disposition du ciel même, les longs jours d’été et les courts jours d’hiver, je demande au bonhomme Richard si, au commencement de l’été, le soleil se lève ou paraît se lever au même point de l’horizon qu’au commencement du printemps. Vous sentez bien qu’il me répond que non, et qu’il me montre un point éloigné de celui-ci, et plus près du nord. — Nous distinguerons ce point en le nommant Orient d’été, et le point du coucher que j’ai fait indiquer de même Occident d’été.

17Il reste un troisième point à demander au bonhomme Richard, c’est celui où le soleil se trouve alors à midi. — Il me montre un point bien plus élevé sur l’horizon. Je rappelle la démonstration faite sur la table avec la pomme ; et mes élèves veulent la faire même entendre au bonhomme Richard qui sourit, content de les voir, à leur âge, plus savants que lui : il convient que ce n’est pas un des moindres bienfaits de la liberté.

18Je fais la même chose pour le tropique d’hiver, et j’observe qu’à midi le soleil étant toujours du même côté, on peut supposer un cercle qui passe au-dessus de notre tête, et par le milieu du soleil à midi : ce cercle sera le méridien.

19Cela donne occasion de nous entretenir des cercles que le soleil décrit pendant toute l’année ; et de temps en temps, nous comparons le récit du bonhomme Richard à notre pomme, supposée en face du soleil, l’on voit que cela est conforme.

  • * Le demi-diamètre étant 34 millions, le diamètre sera 68 millions ; multipliez seulement par 3, vous (...)

20Mais, à son tour, le bonhomme Richard me fait une observation : « Pour que votre explication, me dit-il, soit vraie, il faut que la terre ait deux mouvements ; 1° qu’elle tourne sur elle-même ; 2° qu’elle tourne autour du soleil ; au lieu que ce que nous croyons dans les campagnes est plus simple ; car il n’y a, à notre compte, en mouvement, que le soleil. » — Vous sentez combien il est aisé de répondre à cette objection : « Mais, bonhomme Richard, si vous supposez que le soleil tourne le jour, il faut supposer aussi que tout le ciel tourne la nuit ; et même il tourne de telle manière qu’aux mêmes heures vous ne voyez pas toujours les mêmes étoiles aux mêmes points du ciel. Il arrive que vous voyez se coucher, le matin, celles que, six mois auparavant, vous aviez vues se lever ; de plus, savez-vous qu’il y a plus de 34 millions de lieues de la terre au soleil ? Que cela supposerait qu’en 24 heures il fait, autour de nous, une course de plus de 200 millions de lieues*. Vous sentez que cela paraît moins possible pour le soleil que pour la terre, qui fait ce tour en un an. C’est encore faire bien du chemin ; car, par heure, elle parcourt 23 531 lieues, ce qui fait 6 lieues 1/2 par seconde ; et comme, en allant ainsi, elle tourne sur elle-même, par cet autre mouvement, nous qui occupons un point de sa surface, nous parcourons, en tournant, 38 lieues par seconde. »

  • * Toutes ces propositions se trouveront développées dans un ouvrage que je compte faire réimprimer tr (...)

21Mais pour que mes élèves ne se croient pas en droit d’assurer que, pendant chaque heure de l’année, la terre parcourt 23 531 lieues, je leur dis que sa marche n’est pas régulière, et que, de l’automne au printemps, elle va plus vite que du printemps à l’automne. Si, au lieu d’être dans une commune de campagne, j’étais dans une commune urbaine, au milieu de gens que cela pût intéresser, je profiterais de cette occasion pour expliquer la cause de la différence entre le temps dit moyen et le temps vrai*. Pour une leçon d’écoles primaires, je passe à ce que je veux dire de la lune.

22Mais avant d’entrer en explication avec mes élèves, établissons les principes qu’il convient de connaître pour l’espèce d’instruction dont ils auront besoin.

23La lune est un corps opaque ainsi que les planètes, n’ayant, comme elles, que la lumière qu’elle reçoit du soleil. Elle est dans la classe des corps célestes que l’on nomme satellites, parce qu’ils accompagnent des planètes plus considérables qui les emportent dans l’espace.

24On ne peut pas ignorer, par rapport à la lune,

  1. Comme il arrive qu’elle cesse absolument d’être aperçue, puis comment on la voit arriver successivement par des gradations très marquées jusqu’à être vue tout entière ; puis enfin, en éprouvant les mêmes gradations, disparaître entièrement.
  2. Comment elle cause ou éprouve l’état que l’on nomme éclipse.

25La machine que nous avons ici sous les yeux nous montre d’abord la lune, placée plus près que nous du soleil, et par là ne nous laissant pas voir sa partie éclairée. Au bout de sept jours, en s’avançant, elle a pris une position qui est à 45 degrés de la précédente, et nous apercevons la moitié de la moitié éclairée : c’est ce que l’on nomme le premier quartier. C’est le soir qu’elle commence à se montrer, et ses cornes sont tournées du côté de l’orient.

26Après sept autres jours, elle a parcouru encore 45 degrés, et se trouve, par rapport au soleil, au-delà de la terre ; nous apercevons toute la moitié éclairée, et c’est ce que l’on nomme pleine.

27Lorsqu’après sept jours encore, elle est arrivée à 152 degrés du premier point, on l’aperçoit particulièrement le matin, et l’on ne voit plus que la moitié de la moitié éclairée ; c’est ce que l’on appelle le dernier quartier ; ses cornes sont tournées vers l’occident.

28Enfin la lune revient au point d’où elle était partie et elle a fait sa révolution. Ce mois que l’on appelle synodique suffit pour nos besoins actuels ; les détails qui comportent les autres mois lunaires appartiennent à l’astronomie.

29Je passe donc aux éclipses : dans les unes, nous sommes privés de la lumière du soleil ; dans les autres, de la lumière de la lune : de là les noms d’éclipses de lune et d’éclipses de soleil.

30L’explication de ces phénomènes est très simple.

31Lorsque, dans la nouvelle lune, ce corps opaque vient tout à coup à se mettre entre nous et le soleil, il nous cache en partie, ou en totalité, la lumière de cet astre : voilà l’éclipse de soleil.

32Lorsque la lune étant au moment de son plein, prête à recevoir la lumière du soleil, la terre qui se trouve entre ces deux corps empêche la communication de la lumière, il y a éclipse de lune.

33Mais, d’après ces explications qui sont vraies, il se présente quelques questions que l’on peut aisément résoudre et faire entendre clairement par le moyen de cette machine.

  1. Pourquoi, toutes les fois qu’il y a nouvelle lune, n’y a-t-il pas d’éclipse de soleil ? Et toutes les fois qu’il y a pleine lune, pourquoi n’y a-t-il pas d’éclipse de lune ?
  2. Pourquoi y a-t-il des éclipses de soleil totales, et d’autres annulaires ?

34Voici les réponses, en suivant l’ordre des questions : l’orbite que décrit la lune n’est pas dans le plan de l’orbite que décrit la terre. Ils sont inclinés l’un à l’égard de l’autre, et se coupent en deux points, que l’on appelle nœuds. On nomme ligne des nœuds celle qui va d’un de ces nœuds à l’autre. La lune est donc, pendant une partie de son cours ou du mois lunaire, au-dessus de l’écliptique, et pendant une autre partie au-dessous ; et comme la ligne des nœuds a un mouvement de révolution en dix-huit ans, les nœuds parcourent ainsi toute la circonférence de l’orbite lunaire ; ce mouvement est rétrograde, ou dans le sens contraire à celui de la lune et de la terre. Ce n’est que par la rencontre des nœuds avec le disque du soleil qu’il peut y avoir éclipse, soit de soleil, soit de lune.

35Quant à la seconde question, on pourrait même diviser les éclipses de soleil en éclipses partielles, qui laissent apercevoir une partie de cet astre, et en éclipses centrales, dans lesquelles les centres du soleil et de la lune se rencontrent ; c’est entre ces dernières que se trouvent les éclipses annulaires, c’est-à-dire, qui laissent apercevoir, autour de la lune, un disque de lumière, provenant du soleil.

36Pour en comprendre la cause, il faut savoir que l’orbite de la lune est, comme les autres orbites, de forme elliptique, et que la terre en occupe un des foyers. Il en résulte que la lune est tantôt plus près de la terre, ce que l’on nomme périgée, et tantôt plus loin, ce que l’on nomme apogée. Dans l’apogée, son diamètre nous paraît plus petit que dans le périgée.

37Mais dans le périhélie, c’est-à-dire, quand la terre est plus près du soleil, le diamètre de cet astre nous paraît plus grand que dans l’aphélie, c’est-à-dire, lorsque la terre en est le plus loin.

38Il arrive donc que si la lune était dans son périgée et la terre dans son aphélie, l’éclipse centrale serait aussi totale ; mais si la terre est périhélie, et la lune apogée, l’éclipse centrale n’est qu’annulaire.

  • 1 La table de ces éclipses sert de repère temporel pour la détermination des longitudes. Signalons qu (...)

39Quelques autres planètes ont aussi des satellites. On observe, surtout, ceux de Jupiter ; et les astronomes ont dressé des tables très exactes de leurs mouvements. On se sert de leurs éclipses pour déterminer les longitudes ; mais ceci n’est pas l’objet de la géographie1.

Notes

* Le demi-diamètre étant 34 millions, le diamètre sera 68 millions ; multipliez seulement par 3, vous aurez 20 1 /2 millions. Ceci n’est que pour les enfants.

* Toutes ces propositions se trouveront développées dans un ouvrage que je compte faire réimprimer très incessamment sur cette matière

(10.) Il s’agit de sa Cosmographie élémentaire, divisée en parties astronomique et géographique. [...], Paris, 1781, xxiv + 432 p.
Cet ouvrage, cité à plusieurs reprises dans le cours et considéré par J.-B. Delambre comme l’un « des ouvrages nouveaux qui ont le plus contribué au progrès de la science », est composé de deux parties d’importance égale. Tout d’abord, précédée de la présentation de quelques notions mathématiques élémentaires (9 pages), on trouve une partie astronomique très complète (environ 250 pages) issue selon l’introduction de « conversations avec un géomètre illustre de l’Académie des sciences que sa modestie empêche de nommer ». On apprendra dans les cours à l’École normale qu’il s’agit de Laplace (deuxième débat, p. 205). Cette partie traite essentiellement de l’astronomie au sens où nous l’entendons, c’est-à-dire des trajectoires des planètes et des comètes, de leur distance à la Terre, des phénomènes de nutation et de précession, etc., mais elle s’élargit aussi aux phénomènes célestes et météorologiques compris par la physique de l’époque: on y parle ainsi bien sûr des marées, mais aussi des vents alizés, de l’arc crépusculaire, de la couleur du ciel, etc. Le champ de l’astronomie y est donc sensiblement plus vaste que celui qui est entendu habituellement. Enfin, une cinquantaine de pages sont consacrées à l’histoire de l’astronomie. Remarquons à ce sujet que l’ouvrage de référence d’alors, l’Astronomie de Lalande, contient également une partie historique (sur cet ouvrage cf. infra).
Dans l’introduction de la partie géographique, on trouve les thèmes classiques de l’époque: la description des différentes cartes, un dictionnaire des termes géographiques, les différents types de gouvernement, des considérations sur les langues. La géographie physique est traitée en quelques pages: après un exposé rapide de la théorie des bassins de Buache, Mentelle parle des fossiles marins trouvés dans les montagnes ainsi que des défenses d’éléphants découvertes par Pallas lors de son voyage en Russie, et développe une théorie orogénique de type catastrophique (cf. note 126). Il évoque les volcans et la cause (selon lui) de la salinité des mers. On trouve enfin quelques lignes sur les vents considérés ici simplement comme les directions de la boussole.
La partie proprement géographique est, comme dans les autres manuels, un inventaire sans surprise, une liste de pays, de villes et de gouvernements…

1 Le bonhomme Richard, mis en scène par Benjamin Franklin (1706—1790) dans La science du bonhomme Richard [...] — traduite en de nombreuses langues, breton compris —, dispense adages et maximes et réunit diverses images: celle de la réputation scientifique que valent à Franklin ses travaux sur l’électricité; celle de la Révolution réussie et du mythe américain que Franklin, en mission en France, répand dans toutes sortes d’institutions, à l’Académie des sciences, dans les salons, dans la loge maçonnique des Neuf Sœurs; celle, enfin, du bon sens populaire et de la sagesse innée, simple et rustique, surgie des forêts d’Amérique, savamment entretenue par l’identification entre le bonhomme Richard et le bonhomme Franklin. Sur cette « franklinomanie », cf. J. Gury, « La franklinomanie », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest (Anjou, Maine, Touraine), 84(2), juin 1977, p. 257-263, et Ch. Lerat, « Image et influence de Benjamin Franklin en France avant et pendant la Révolution de 1789 », The Tocqueville Review. La Revue Tocqueville, 9, 1987/88, p. 105-128.

1 La table de ces éclipses sert de repère temporel pour la détermination des longitudes. Signalons que ces satellites furent découverts par Galilée, et qu’ils furent ainsi les premiers satellites connus d’un corps céleste. Cette découverte, surprenante dans une conception géocentrique du cosmos, lui permit sans doute de concevoir un monde centré sur le soleil.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540