Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Deuxième leçon

7 pluviôse/26 janvier

Texte intégral

MENTELLE

1La dernière fois, nous avons exposé ici les premières idées qu’il convient d’avoir en géographie. Je me suis proposé d’y donner aujourd’hui de la suite, et de m’occuper avec vous des moyens de faire germer ces premières idées dans les têtes des enfants. Le citoyen Sicard, que vient de faire entendre ici des sourds, et parler des muets, a rendu ma tâche bien difficile. Je crains bien de n’avoir pas autant de titres à votre attention ; mais nous tendons au même but: mon objet et votre bienveillance me rassurent.

2J’ai annoncé précédemment que je m’occuperais de la manière d’enseigner les vérités géographiques que j’avais établies dans les éducations des grandes communes: occupons-nous donc de celles-ci les premières. On a mille moyens dont on est privé dans les communes rurales: les autres trouveront aisément leur place dans le cours de nos leçons.

3On a senti de bonne heure qu’il était indispensable d’avoir des machines propres à faciliter l’intelligence de l’ordre dans lequel sont disposés les corps célestes, et de la marche de leurs mouvements. Il était naturel que l’on fît ces instruments d’après les idées et le système connu sous le nom de Ptolémée. Ayant été longtemps le seul cru vrai, on disposa un certain nombre de cercles, d’une manière propre à rendre les idées adoptées sur le mouvement du soleil et de la lune, et l’on nomma cet instrument sphère de Ptolémée. Je n’en parle ici que pour en proscrire l’usage, surtout avec les commençants.

4Depuis que l’ouvrage de Copernic nous eut donné des idées plus saines sur le véritable ordre de l’univers, on fit une machine nouvelle, qui porta le nom de sphère de Copernic. Il y a tant de vices dans les principes de la construction de cet instrument qu’elle peut faire concevoir autant d’erreurs que son but est d’établir de vérités.

5Des artistes distingués ont bien senti la défectuosité de ces machines, et sont parvenus à en construire de très précieuses.

  • 1 J.-F. Major était à l’époque révolutionnaire professeur de mathématiques au collège de Bar-le-Duc. (...)

6Il en existe une dans la bibliothèque de la Convention, qui offre les planètes à leur place et accomplissant leur mouvement autour du soleil, dans l’ordre des temps qu’ils suivent dans la nature. Cet ouvrage est du citoyen Major1, qui doit, citoyens, se trouver en ce moment au milieu de vous. Nous espérons, d’après la demande qui en sera faite, pouvoir mettre ici sous vos yeux cette machine ingénieuse.

  • 2 Des doutes subsistent sur l’identité de ce Fortin. Il semble qu’il ne faille pas le confondre avec (...)
  • * Elle se trouve chez le citoyen de la Marche, rue du Foin, près celle de la Harpe.

7Il en existe une autre inventée par le citoyen Fortin2, et connue sous le nom de machine géocyclique, ou qui donne le cercle que décrit la terre: elle a l’inconvénient d’attribuer à cette planète un mouvement circulaire, au lieu qu’il est elliptique*.

  • 3 La sphère de Cannebier est encore plus rudimentaire que celle de Fortin. Elle se compose d’un syst (...)
  • ** Le citoyen Cannebier n’a fait exécuter qu’un petit nombre de ces machines, et c’est dommage: il es (...)

8Ce défaut se trouve corrigé dans une autre machine de même genre, inventée par le citoyen Cannebier3, très savant en mathématiques. La machine géocyclique de cet auteur a le double avantage de décrire une ellipse, et de produire, par une seule impulsion, le mouvement annuel et le mouvement diurne**.

9Mais enfin ces différentes machines ne rempliraient pas aujourd’hui notre objet. Non seulement je me propose de vous démontrer la vérité de plusieurs propositions que j’ai avancées dans la leçon précédente, mais je suis sûr que la vue de cette machine pourra vous donner des idées sur les moyens d’en imiter les mouvements ou les opérations, sans recourir à aucun mécanisme.

  • 4 Abraham-Louis Breguet (Neuchâtel, 1747-Paris, 1823), d’origine suisse, est le fondateur d’une dyna (...)

10Elle a été exécutée par le citoyen Breguet4, horloger du plus grand mérite, et il me l’a prêtée pour mes cours, sachant combien elle serait utile pour faciliter l’intelligence des choses que j’avais à dire ; c’est un acte de patriotisme que je me fais gloire de publier: je l’ai placée ici afin de la mettre à portée d’un très grand nombre de spectateurs. L’objet de cette machine est de représenter le ciel, au milieu duquel se trouvent les cercles, ou plutôt les ellipses que décrivent les planètes. Voilà le soleil: et au lieu que dans la sphère du citoyen Major, qui est infiniment belle, les corps célestes se meuvent suspendus à des supports, ne laissent après eux qu’une trace fugace, ce qui ne permet pas de s’assurer à l’œil si la planète réellement décrit une ellipse ou n’a formé qu’un cercle, ici la trace des ellipses est marquée, et demeure constamment exposée à la vue.

11Ces espaces mêmes peuvent être aperçus de loin. Cette machine, citoyens, est trop compliquée pour croire qu’on en pourra faire une semblable dans chacune des communes ; mais voici l’avantage que nous y trouverons: c’est qu’on en imite les démonstrations sur une simple table ordinaire. Si, par exemple, je voulais donner à un enfant les premières notions du système général de l’univers, je lui dirais d’abord que les corps célestes tournent autour du soleil, et je ne doute pas qu’il ne me crût aisément.

12L’ignorance absolue est bien plus disposée à croire que le préjugé ; celui-ci est opiniâtre, au lieu que l’autre est docile. Je désignerais donc sur la table la place du soleil, à peu près comme vous le voyez ici, et je dirais à mon élève: voici le soleil ; c’est autour de cet astre lumineux que les planètes exécutent leurs mouvements ; alors, j’exposerais quel est l’ordre des planètes entre elles. Vous sentez qu’un tel appareil peut se disposer sur une table dans quelque commune que ce soit ; et comme il serait probablement plus aisé de s’y procurer des fruits que des boules de carton, je prendrais tout simplement un potiron, ou un mauvais melon, ou tel autre objet de ce genre, et j’en ferais mon soleil ; des pommes de différentes grosseurs, aussi coupées en deux, pour qu’elles pussent être fixées, seraient les planètes. Comme il entre dans mes démonstrations de parler des mouvements divers, je ne couperais pas la pomme, mais je l’enfilerais de la tête à la queue, par un petit fil de fer. Ceci va nous suffire pour nos petits élèves.

13Je dirais à l’un d’eux: « Voulez-vous me donner une idée du mouvement de ces planètes ? Elles tournent toutes autour du soleil ; tâchez de me tracer leur marche. »

14Je soupçonne qu’il ne manquerait pas de vouloir tracer un cercle. Il n’en serait que plus frappé de me voir faire, non un cercle, mais une ellipse. Je lui en montrerais le procédé si connu, qui consiste à fixer deux pointes à une certaine distance l’une de l’autre ; on y passe un fil dont les bouts sont liés ensemble. On passe ce fil sur les deux pointes, puis avec un crayon, passé aussi dans le fil, on le tire à soi: le fil forme alors un triangle. En faisant glisser le crayon légèrement, le fil toujours assez tendu, on parvient à terminer le contour très exact d’une ellipse. Les deux points occupés par les pointes de fer s’appellent les foyers de l’ellipse ; le point qui tient le milieu entre ces foyers est nommé le centre ; des deux lignes qui se croiseraient à ce centre, et aboutiraient à la circonférence, l’une serait nommée le grand axe, L’autre le petit axe.

15Quand je lui ai montré la trace que parcourt la terre, alors je lui dis: « Vous voyez que la terre peut être, dans un temps, plus loin du soleil, et dans un autre temps, plus près, selon qu’elle se trouve à l’une ou l’autre des extrémités de l’ellipse. »

16Ce qui le frappera sûrement, c’est quand il m’entendra dire que quand la terre est plus près du soleil, nous avons l’hiver, et quand elle en est le plus loin, nous avons l’été. Il n’y a pas de mal ; il est bon même de piquer quelquefois la curiosité des enfants par des propositions qui, comme celle-ci, paraissent tenir du paradoxe.

17Il est naturel de croire que l’enfant me dira: « Mais puisque nous avons plus chaud, nous sommes donc plus près. » A mon tour je lui répondrai: « Votre expression, nous sommes plus près, n’a pas, mon ami, un sens assez déterminé. Lorsque vous dites, nous sommes plus près en été qu’en hiver, si par le nous dont vous vous servez vous entendez tous les hommes du globe, certainement vous avez tort ; mais si, par nous, vous entendez les hommes qui habitent au-delà du tropique, dans la partie septentrionale, et qu’ainsi par paraître plus près du soleil, vous entendiez recevoir plus perpendiculairement ses rayons, certainement vous avez raison: je vais vous le démontrer. »

18Si j’avais à faire cette démonstration ici, je n’aurais qu’à faire mouvoir le rouage de cette machine, et la terre obéirait comme vous le voyez. Mais, citoyens, je me suppose avec vous dans une école primaire, et les yeux de tous les enfants sont dirigés sur nous.

19Je tiens la pomme sur un des côtés de l’ellipse, ayant l’axe incliné de 66 degrés 1/2 vers la table, je fais bien observer à l’enfant:

  1. Que les deux pôles sont à égale distance du soleil.
  2. Que l’axe est incliné par rapport au cercle que la terre va décrire, lequel sera parallèle à la table.

20J’ajouterai que ce cercle est celui que l’on nomme ècliptique.

21« Examinons, lui dirais-je, le rapport du soleil avec la terre », et nous verrons:

  1. Que, d’un pôle à l’autre, toute une moitié du globe est éclairée ;
  2. Qu’un rayon qui tombe du milieu du soleil sur le milieu de cette surface (et, dans ce cas, on peut s’aider d’un petit fil de fer), donnera un point également éloigné des deux pôles ;
  3. Que le mouvement de la terre doit donner lieu à une succession de points, si près les uns des autres qu’ils formeront un cercle. Ce cercle sera l’équateur qui est supposé sur le globe terrestre, à égale distance des deux pôles.

22Si j’avais le soleil, supposé en face de moi, et la terre au-delà, je ferais remarquer à l’enfant le mouvement de rotation que je donnerais à la pomme ; je la ferais tourner de ma gauche à ma droite.

23Puis, faisant une petite marque sur la pomme, je nommerais cette marque du nom du lieu de notre commune ; je placerais ce point du côté opposé au soleil ; on pourrait même remplacer, à cette occasion, le soleil par une chandelle, et faire la démonstration la nuit.

24Dans cette supposition, si le lieu était dans la partie opposée au soleil, l’enfant sentirait bien qu’il doit y être nuit ; mais je lui ferais observer que la terre tourne en vingt-quatre heures, et qu’ainsi il faudra bien que le jour vienne pour ce point. L’enfant lui-même tournerait la pomme. Lorsque ce point désigné serait près d’entré dans la partie éclairée, je l’arrêterais, et je lui demanderais s’il croit que du lieu où l’on va voir ce soleil, il y ait aussi loin jusqu’à celui où l’on cessera de le voir, que de ce dernier à celui où on le voit. Avec un peu d’attention, il me répondra que c’est la même chose: et en effet, il y a toute une moitié de la pomme éclairée par la lumière, et une autre dans l’ombre... « Mais, lui dirai-je, c’est seulement lorsque nous voyons le soleil que nous avons le jour. La terre emploie vingt-quatre heures à faire tout ce tour, combien en emploie-t-elle à n’en faire qu’une moitié ? » Il répondra: « Douze heures » ; et verra que ces douze heures de jour sont égales à douze heures de nuit.

25C’est pour cela que l’on appelle ce moment de l’année équinoxe, c’est-à-dire, égalité entre les jours et les nuits.

26Je l’avertirais de bien examiner la position de l’axe, tandis que je ferais marcher la terre vers le point où elle se trouve en été. Vous voyez, citoyens, que cet axe conserve sa même inclinaison, et qu’elle est toujours dirigée vers le même côté, vers le même point. Comme j’ai soin que l’axe de ma pomme ait le même avantage, l’enfant le voit très bien. Je lui assure que c’est le même effet dans la nature, par rapport à la terre.

27Enfin, la terre est arrivée à la position de l’été. Je fais remarquer à l’élève, dans cette nouvelle position:

  1. Que l’axe ayant conservé sa même inclinaison, le pôle septentrional se trouve nécessairement s’avancer vers le soleil, tandis que le pôle méridional s’en éloigne ;
  2. Que le rayon qui tombe directement du milieu du soleil sur la surface de la terre n’y arrive pas, comme au printemps, à une distance égale des deux pôles (ce qui serait à l’équateur), mais à 23 degrés 1/2 loin de ce cercle, dans la partie septentrionale. Je nomme ce cercle tropique d’été ou du cancer.

28À l’aide de la bougie, l’enfant voit très bien où se trouve, sur la pomme, le cercle terminateur de la lumière, que nous pouvons nommer ici l’horizon solaire. Par conséquent il distingue:

  1. Que non seulement le pôle septentrional est dans la partie éclairée, mais même que la lumière s’étend au-delà. En faisant tourner la pomme, je lui fais voir que toute cette petite calotte voit continuellement le soleil jusqu’à 23 degrés 1/2: j’ajoute que l’on a imaginé de tracer là un petit cercle, que l’on nomme cercle polaire.
  2. Il voit que le point déterminé sur la pomme pour désigner sa commune se trouve, à midi, plus près du rayon qui tombe perpendiculairement du soleil en terre. S’il tombe plus à plomb sur nos têtes, nous devons sentir plus vivement sa chaleur, car ceux au-dessus desquels il se trouve éprouvent une chaleur très considérable.
  3. Je lui fais remarquer ce même point, précisément au point de contact entre la partie de l’ombre et la partie éclairée, puis je lui dis: « Nous allons voir commencer le jour, voilà ce qui arrive, lorsque l’on dit que le soleil se lève ; et le jour durera tant que ce point restera du côté éclairé. » Je lui fais bien remarquer qu’à la moitié de cette partie nous sommes en face du soleil, ou nous avons le soleil en face ; et j’ajoute, midi ne signifie que la moitié du jour. Enfin, le point arrive au côté où se trouve la limite du jour, et j’avertis mon élève que notre commune va entrer dans la nuit. Il le voit bien lui-même, parce que la spécificité de la pomme intercepte la lumière.

29Je continue de faire tourner la pomme jusqu’à ce que le petit point soit près de rentrer dans la partie éclairée. Alors je lui demande s’il croit que, pour ce point, la nuit ait autant duré que le jour ? Il me répond que non, car cela est assez frappant pour qu’il le distingue.

30Ici je quitte mon élève, en l’assurant qu’il sait très bien comment il arrive que les jours sont plus longs en été qu’en hiver, et pourquoi aussi nous avons plus chaud.

31Vous sentez bien, citoyens, que ce n’est pas pour ajouter à vos connaissances que j’entre dans ces détails que vous connaissiez sans doute ; mais pour nous occuper ensemble de la meilleure manière de les rendre sensibles à ceux qui ne les ont pas.

32En commençant la leçon suivante, je fais reprendre à l’élève ce que j’ai dit, à partir de la position de la terre au printemps ; et quand enfin nous sommes arrivés au point où nous en étions restés, je lui dis qu’il serait intéressant de voir ce qui arrive en même temps à un point aussi éloigné de l’équateur dans la partie méridionale que notre commune l’est dans la partie septentrionale. Nous n’avons point de compas ; mais à l’aide d’un petit morceau de papier, nous obtenons la longueur de cette distance.

33Je replace notre commune au bord de l’horizon solaire ; et je fais remarquer qu’à cause de l’inclinaison de l’axe et de la place où se trouve le pôle méridional dans l’ombre, le nouveau point est encore loin de voir la lumière ; et lorsqu’il commence à l’apercevoir, il y a déjà longtemps que notre commune en jouit. Ils ont donc de longues nuits, lorsque nous avons de longs jours.

34Lorsque notre commune et le nouveau point sont au milieu de l’horizon solaire, c’est-à-dire à midi, je fais remarquer que le rayon qui tombe du soleil est plus près de nous que l’équateur, de 23 degrés 1/2, et qu’il est de ce nombre de degrés, plus loin que l’équateur, du nouveau point. Ils sont donc bien loin d’avoir le soleil à peu près au-dessus d’eux, comme nous l’avons ; c’est donc alors pour eux l’hiver. Mais je fais, en même temps, observer que la terre est le plus loin possible du soleil, à peu près au point que l’on nomme aphélie ; et j’en conclus avec l’élève:

  1. que, quand nous avons l’été, ce n’est pas que la terre soit plus près du soleil, mais c’est que ses rayons nous échauffent plus longtemps, puisqu’on les voit de meilleure heure le matin et qu’on cesse de les voir plus tard le soir ;
  2. que nous avons plus chaud, parce que les rayons tombent sur nous plus perpendiculairement ;
  3. qu’en même temps, dans la partie opposée, on a dû avoir très froid, puisqu’en même temps que la terre est le plus loin possible du soleil on a des jours plus courts, et les rayons solaires plus obliques.

35Il ne me reste plus, avant de faire quitter à la terre cette position, que de faire remarquer à l’élève que depuis le commencement du printemps jusqu’à l’été, le pôle septentrional a vu le soleil, dont il a eu le jour ; cela fait déjà trois mois: après cela, nous nous remettons en marche.

36Arrivés à la position de l’automne, je fais faire à l’élève les mêmes observations qu’à la position pour le printemps.

37Arrivés à l’hiver, je lui fais précisément les raisonnements contraires qu’à la position de l’été, en observant seulement que nous avons un avantage, c’est que la terre étant plus près du soleil le froid total qu’éprouve la terre doit être moins considérable.

38C’est alors que l’enfant montre un peu de zèle, d’aptitude ; j’ajoute: mais dans quelques milliers d’années, nous n’aurons pas cet avantage. Quand je dis nous, vous voyez bien que j’entends ceux qui viendront après nous. Je profite alors du nouveau degré d’attention que ceci lui inspire, pour la porter sur un autre objet, pour lui expliquer que ce que nous appelons année n’est pas précisément le retour de la terre au même point du ciel d’où elle était partie ; c’est du commencement de l’automne de cette année au commencement de l’automne de l’année suivante ; ainsi, l’année est formée des jours qui s’écoulent entre les deux équinoxes, et non pas dans la révolution totale de la terre. Or, comme chaque équinoxe d’automne arrive toujours quelques secondes plus tôt que le retour de la terre au même point du ciel, il s’ensuit qu’elle se déplace insensiblement, et qu’avec le temps un peuple aura son hiver au point de l’orbite de la terre où il se trouvait en été. C’est là ce que l’on nomme la précession des équinoxes.

39Dans la leçon que je viens d’indiquer, je me supposais dans une école, ayant pour planisphère une simple table sur laquelle je réussissais à faire entendre l’ordre des planètes entre elles, mais il serait satisfaisant pour l’instituteur, et utile pour les élèves, qu’ils eussent en même temps une idée des distances relatives ; je transporterais, le lendemain, mes séances dehors, dans un lieu un peu espacé, soit cour, soit jardin, soit même devant la porte de la rue ; j’y transporterais mon appareil, c’est-à-dire mon potiron et mes pommes.

40Après avoir fait répéter de vive voix et sans démonstration la leçon de la veille, à peu près, je ferais placer le soleil par le plus jeune, et la terre par le plus habile. Il saurait qu’il doit y avoir, entre la terre et le soleil, la place de deux planètes inférieures, appelées ainsi par opposition aux autres que l’on nomme supérieures. J’aurai bien annoncé que nous allons placer les planètes à des distances relatives à celles qui les séparent dans la nature.

41Je ferais diviser en dix décimètres l’espace contenu entre la terre et le soleil: puis, on placerait Mercure à quatre décimètres de cet astre, et Vénus à sept. J’expliquerais bien que je ne me sers de ces mesures que pour faire entendre que Mercure n’est pas tout à fait à la moitié de la distance du soleil à la terre, et que Vénus est à plus de la moitié.

  • 5 On doit entre autres à William Herschel (Hanovre, 1738 — Slough, 1822) des améliorations considéra (...)

42Je continuerais ensuite : Mars serait placé à quinze décimètres, Jupiter à cinquante-deux, Saturne à quatre-vingt-quinze, et Herschel5 à cent quatre-vingt-dix. Cela prendrait un peu de place, mais n’en occuperait que plus l’attention.

43Je suppose qu’un des élèves, plus raisonnable, ou ayant plus d’aptitude pour ces connaissances, me demandât quelle est réellement la distance ; je commencerais par lui faire observer qu’au lieu d’une distance, on pourrait en trouver au moins trois essentiellement différentes, vu la construction de l’ellipse. Car une planète est, dans un temps, au périhélie (ou le plus près possible du soleil), dans un autre, à l’aphélie (ou le plus loin possible de ce même astre), ou enfin à une distance qui tienne le milieu entre les deux, et que, par cette raison, on nomme distance moyenne. — Je profiterais de cette occasion pour leur montrer que la mesure de la distance moyenne est toujours donnée par la mesure de la moitié du grand axe, et même je leur en donnerais la preuve. Si ce grand axe a seize décimètres, et que le foyer occupé par le soleil soit à quatre décimètres du centre, ce que l’on nomme excentricité, il ne restera plus que quatre décimètres entre le soleil et le périhélie ; mais du soleil à l’aphélie, il y en aura douze ; et la moyenne entre douze d’une part, et quatre de l’autre, est huit, nombre qui est aussi la moitié du grand axe. Les élèves comprendront donc assez bien ce que l’on entend par distance moyenne: je puis même leur montrer sur l’ellipse la place qui donne cette distance.

44Afin de ne pas charger la mémoire de nombres qui y feraient confusion, je dirais que je compterai seulement par millions de lieues, laissant de côté les lieues qui excèdent ces millions. On aurait ainsi :

45Pour Mercure, plus de 13 millions ;

46Pour Vénus, plus de 25 ;

47Pour la Terre, plus de 34 ;

48Pour Mars, plus de 52 ;

49Pour Jupiter, plus de 180 ;

50Pour Saturne, plus de 331 ;

51Pour Herschel, plus de 663 ;

52Et j’ajouterais que le grand nombre d’observations, leur précision, et le savoir des grands géomètres, ne permettent pas de douter de ces vérités.

Notes

* Elle se trouve chez le citoyen de la Marche, rue du Foin, près celle de la Harpe.

** Le citoyen Cannebier n’a fait exécuter qu’un petit nombre de ces machines, et c’est dommage: il est logé au Muséum.

1 J.-F. Major était à l’époque révolutionnaire professeur de mathématiques au collège de Bar-le-Duc. D’après le Comité d’instruction publique, il « demande le remboursement de ses frais pour une sphère mécanique et pour l’impression d’ouvrages sur l’instruction publique  » (Procès-verbaux du Comité d’instruction publique du 17 août 1793). Une récompense lui est décernée pour sa sphère (24 du premier mois de l’an II).
L’ouvrage en question, Tableau d’un collège en activité (Bar-le-Duc, 1790), est un projet de réforme de l’enseignement, se présentant sous la forme d’une description, jour après jour, classe après classe, des activités d’un collège.
En ce qui concerne la géographie et sa pédagogie, on retrouve de nombreux points communs avec Mentelle. On relèvera par exemple l’utilisation de cartes concentriques : « Les jours de congé, dans les promenades, le professeur dessine en présence de ses élèves la carte des environs de la ville, il copie ou réduit cette carte [...]. Ensuite, la carte de l’Europe, de l’Asie [...]  ». On notera aussi les mêmes remarques répétées à l’envi sur la curiosité de la jeunesse, la nécessité de faire des cours un amusement. Son rousseauisme est cependant plus prononcé : les cours se font dans la nature, au fond d’un bois ou dans une belle plaine. La sphère dont parle le Comité est très certainement celle qui a été exhibée lors des cours de l’an III. Il est difficile d’en connaître l’histoire. En 1813, J.-F. Major (à ce moment principal du collège de Bar-le-Duc) publie un Abrégé de la sphère, suivi de la description de sa sphère mouvante (Paris, Brunot-Labbé, Lenormant et Delaunay, 1813). Cet ouvrage constitue un appel à souscription pour la sphère qui y est décrite. D’après Major, un exemplaire se trouve au Palais de Son Excellence le Grand-Maître de l’Université impériale, le comte de Fontanes. Cette sphère, sur laquelle Lagrange a fait un rapport, est identique à un modèle construit par Major en 1787 et sans doute à celle qui fut montrée lors des cours. Elle représente les mouvements de toutes les planètes du système solaire, auxquelles Major voulait adjoindre une comète. Les planètes sont suspendues et leurs trajectoires elliptiques. D’après les dessins des mécanismes et sa description générale qui se trouve dans l’Abrégé de la sphère, cette sphère mouvante apparaît comme extrêmement sophistiquée. Malheureusement, il ne semble rester aucune trace de cet ouvrage.

2 Des doutes subsistent sur l’identité de ce Fortin. Il semble qu’il ne faille pas le confondre avec Nicolas Fortin (1750—1831), fabricant prolifique d’instruments scientifiques étudié par M. Daumas in Les instruments scientifiques aux xviie et xviiie siècles (Paris, 1953). Dans ce même ouvrage, Daumas parle également de deux frères Augustin Fortin demeurant rue de la Harpe à Brest. Dans Terrestrial and Celestial Globes : their History and Construction, Including a Consideration of their Value, as Aids in the Study of Geography and Astronomy (2 vol., New Häven, Conn., 1921, reprinted N.Y. and London, 1971). E. L. Stevenson parle quant à lui de Jean Fortin (1750-1831). On trouve des globes signés Fortin « demeurant rue de la Harpe près celle du foin  » au Conservatoire national des arts et métiers à Paris (plus loin CNAM), ainsi qu’au Deutsches Institut für Länderkunde à Leipzig. Cf. H. C. King, The Evolution of Planetariums, Orreries and Astronomical Clocks, Toronto-Buffalo, 1978.
Fortin exécuta également en 1773 des planétaires rudimentaires par rapport aux chefs-d’œuvre d’horlogerie contemporains et en particulier anglais. Fonctionnant manuellement, cette machine, qu’il appelle machine géocyclique, présente sur un plateau les mouvements de la Terre, du soleil et de la lune, suivant le système héliocentrique. L’orbite de la Terre est circulaire, et les mouvements de la lune sont couplés avec ceux de la Terre. On peut remplacer le soleil par un luminaire et montrer ainsi les zones d’ombres et de lumière sur la Terre. Cette machine se trouve décrite par R. F. Jambon in Ch.-F. Delamarche, Les usages de la sphère et des globes céleste et terrestre, Paris, F. Delamarche et Ch. Dien, 1821. Delamarche l’introduit ainsi : « Cette machine, dont plusieurs auteurs ont, après lui, revendiqué l’invention fut exécutée en 1773 par Fortin, ingénieur-mécanicien pour les globes et les sphères. Elle se trouve aujourd’hui chez les successeurs de Fortin et de Robert de Vaugondy, rue de Jardinet, n° 13. »
Deux planétaires signés Fortin et datés de 1773 se trouvent l’un au CNAM, l’autre au Museum of History of Science (Oxford). Ce dernier est photographié dans D. J. Price, « A Collection of Armillary Spheres and Other Antique Scientific Instruments  », Annals of Science, 10 (2), juin 1952, p. 172-187.
Dans sa Cosmographie élémentaire, Mentelle fait également référence au planétaire de Fortin, cf. note 10.

3 La sphère de Cannebier est encore plus rudimentaire que celle de Fortin. Elle se compose d’un système comprenant la Terre, la lune et le soleil fonctionnant manuellement (mais on peut y adapter un mouvement d’horlogerie). La révolution annuelle de la Terre est solidaire de la rotation diurne, mais le mouvement de la lune n’est régi par aucun rouage et est indépendant des autres mouvements. Elle se trouve décrite dans un petit fascicule appelé Description et usage d’une nouvelle machine géocyclique, de l’invention de M. Cannebier, professeur de mathématique à l’Ecole royale militaire, approuvé par l’Académie des sciences, Journal de physique, septembre 1785.
On pouvait la trouver « pour le prix de deux louis, au collège d’Harcourt, rue de la Harpe. »

4 Abraham-Louis Breguet (Neuchâtel, 1747-Paris, 1823), d’origine suisse, est le fondateur d’une dynastie d’horlogers, d’instrumentistes scientifiques et de constructeurs d’avions. Abraham-Louis, qui fut le fournisseur de la reine, semble avoir été essentiellement un horloger, constructeur de montres et de pendules, aujourd’hui extrêmement réputées. Son œuvre a suscité de nombreux ouvrages et une exposition eut lieu à Paris au musée Galliera lors de son centenaire en 1923. Les quelques planétaires qui sont sortis de ses ateliers furent essentiellement l’œuvre d’Antide Janvier. Plus tard, celui-ci s’installa à son compte et produisit de nombreux planétaires le plus souvent associés à des horloges et dont quelques exemplaires se trouvent au CNAM.
Il est difficile de savoir quel était le type d’appareil dont parle Mentelle  ; il est probable qu’il fut construit par Janvier. Cependant celui-ci n’y fait pas allusion dans son Des révolutions des corps célestes par le méchanisme des rouages (Paris, 1812) où, en particulier, il inventorie les planétaires qu’il a réalisés.

5 On doit entre autres à William Herschel (Hanovre, 1738 — Slough, 1822) des améliorations considérables concernant la fabrication des télescopes. C’est avec un tel instrument qu’il vit le 13 mars 1781 une nouvelle planète, Uranus, la première découverte depuis l’Antiquité. Observation plus tard confirmée par Lexell.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540