Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Introduction

François Labourie et Daniel Nordman

Texte intégral

  • 1 J. Guillaume, éd., Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, pub (...)

1A la différence des autres enseignements dispensés à l’École normale, les leçons de géographie sont données par deux professeurs, Jean-Nicolas Buache de La Neuville et Edme Mentelle. L’un et l’autre poursuivent alors une carrière pédagogique. Mais rien encore ne permettait de prévoir, à la date de leur nomination, une telle collaboration. Sans doute, comme en témoignent par exemple les Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, ils figurent l’un et l’autre au nombre des géographes connus de ce temps. Mais on ne voit pas pour autant que leurs noms aient été particulièrement associés. C’est ainsi que la Commission des arts, chargée d’inventorier les livres, instruments et autres objets de science utiles à l’instruction publique, comprend une section de marine et de géographie qui réunit Adet, Monge et Buache (tandis que Vandermonde est affecté à celle des machines d’arts et métiers)1 En fait, plus encore que des convergences, fortuites ou attendues, ce sont les profils de carrière, les préoccupations géographiques, la fonction sociale même des deux personnages qui comptent : de ce point de vue, même s’ils sont appelés un jour à collaborer à une œuvre commune, Buache de La Neuville et Mentelle occupent, dans le champ de la géographie, des positions différentes.

Buache de La Neuville et Mentelle

2Buache de La Neuville (Buache sous la Révolution) porte, en 1795, un nom déjà illustre. Il est le neveu de Philippe Buache (1700-1773), et appartient ainsi à une longue lignée de géographes prestigieux proches du pouvoir. Guillaume Delisle (1675-1726), premier géographe du roi, membre de l’Académie des sciences (comme astronome), a déjà enseigné la géographie au jeune Louis XV — qui résume ses leçons dans un Cours des principaux fleuves et rivières de l’Europe —, et fait nommer Buache au Dépôt des Cartes et Plans de la Marine. Buache, quelque temps après la mort du maître, épouse sa fille unique ; il devient à son tour premier géographe du roi et entre, en 1730, à l’Académie des sciences (comme premier titulaire de la place de géographe, qui est créée alors pour lui).

  • 2 Sur Philippe Buache, N. Broc, Les montagnes mes par les géographes et les naturalistes de langue f (...)

3L’œuvre de Philippe Buache est maintenant connue2. Au risque de simplifier son rôle, on peut la ramener à quelques traits essentiels. Architecte de formation avant de se consacrer à la géographie sous la direction de Delisle, il s’efforce de comprendre ou de construire comme un édifice la charpente terrestre, qu’il conçoit comme un système de montagnes diversifiées, ordonnées, hiérarchisées. Inventée à partir de 1737 et développée, sous forme de nombreux mémoires, pendant plus de trente ans, sa théorie des bassins fluviaux — qui dispose ceux-ci entre d’interminables rubans montagneux visibles, ou invisibles quand ils traversent les océans — se diffusera comme un dogme et aura une influence durable, jusqu’à la fin du XIXe siècle. Les leçons de l’École normale, données par son neveu, en constituent, parmi tant d’autres, une illustration et un jalon essentiel (on reviendra sur ce point). Tangible ou abstraite, la géographie de Buache est aussi, en second lieu, pratique et expérimentale : il multiplie les expertises dans les domaines les plus divers, depuis des sondages bathymétriques dans la Manche, des recherches sur les tremblements de terre ou sur les crues de la Seine jusqu’aux préparatifs géographiques et cartographiques du plan de colonisation en Guyane décidé par Choiseul (occasion pour Buache d’examiner, à partir des documents du Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, la question des limites des possessions française et portugaise). Ces travaux d’intérêt public, souvent imposés par les circonstances, répondent aussi à une conception fondamentale de la géographie : le service de l’État, et en particulier du prince, comme il l’a défini en 1735 à l’intention du cardinal de Fleury. Se référant explicitement à la fonction de pédagogue exercée naguère par Delisle, il ajoute :

  • 3 Cité par L. Drapeyron, « L’éducation géographique de trois princes français au xviiie siècle, le d (...)

4« Entre toutes les sciences qui conviennent davantage à un grand prince, tel que Monseigneur le Dauphin, le premier rang est pour l’histoire, et ensuite pour la géographie, qui en est comme inséparable, l’histoire ayant toujours passé pour être l’école et la science des princes, et la géographie leur guide. La géographie surtout est l’étude qui embrasse le plus de notions à l’usage des rois et des grands princes, non seulement pour les marches militaires, les routes et les campements des armées, mais aussi pour la connaissance et les bornes des États voisins et des plus éloignés, pour les droits et les usurpations des souverains les uns sur les autres, les intérêts des principes, les généalogies des grandes maisons, pour la possession des terres qui en portent les noms, la politique des États différents, le génie des peuples, et enfin tant d’autres usages dont la géographie sait faire l’application pour le service des princes3. »

5Beau projet, mais qui dans l’immédiat n’a pas de suite. Cependant, vingt années plus tard, Buache est chargé de l’éducation géographique des fils du dauphin (dont trois futurs rois), utilisant globe, boussole et cartes muettes, distribuant son programme d’enseignement, dans l’ordre, en géographie physique (sa propre spécialité), géographie historique ancienne et moderne, géographie mathématique et astronomique.

  • 4 Sur Buache de La Neuville, Index biographique des membres et correspondants de l’Académie des scie (...)

6Jean-Nicolas Buache, dit Buache de La Neuville (1741-1825), né à La Neuville-au-Pont (dans l’actuel département de la Marne), hérite donc d’un nom connu, de positions acquises, d’une tradition savante qui a consolidé la géographie comme instrument de pouvoir et de gouvernement. Dès le début, il bénéficie de l’expérience de son oncle, qui l’associe à ses travaux : Jean-Nicolas rassemble, pendant environ dix-huit mois, les cartes et les plans disponibles sur le domaine guyanais, lève le cours de la Seine et de ses affluents, participe même à l’instruction géographique des enfants royaux. Après la mort de son protecteur, Jean-Nicolas poursuit une double carrière : celle du technicien, du géographe de profession, au Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, dans les fonctions de garde adjoint (dès 1773), puis d’hydrographe (en 1789) ; celle des honneurs, comme premier géographe du roi, et adjoint géographe à l’Académie des sciences en 1782 (à la mort du géographe d’Anville), puis associé géographe en 17854.

  • 5 J.-N. Buache de La Neuville, Géographie élémentaire moderne et ancienne, contenant les principes d (...)
  • 6 L. Drapeyron, art. cit., p. 251.

7Dès cette époque, avec constance et fidélité, Buache de La Neuville, dans un gros ouvrage, vulgarise certaines conceptions géographiques de son oncle, en particulier celles qui ont trait au dispositif montagneux de la Terre. Mais l’auteur propose également quelques réflexions sur la géographie qui permet, substituée à des voyages pénibles, dangereux et coûteux, de parcourir en peu de temps, sans sortir de son cabinet, tous les pays du monde ; qui — à la différence de la plupart des autres sciences, souvent rebutantes, exigeant réflexion et raisonnement — « ne demande que des yeux & de la mémoire » et présente des objets réels et sensibles que toute personne, même un enfant, est capable de saisir5. Le même ouvrage comprend encore des développements sur les langues, sur la couleur des peuples, et une longue description de la France, province par province. Comme le remarquait Ludovic Drapeyron6, le livre du disciple s’est nettement infléchi vers la géographie politique à laquelle il paraît accorder la priorité. De ce point de vue, l’élaboration de la discipline géographique est significative, fût-ce au prix de simplifications : elle associe substrat physique — « l’enchaînement des montagnes » — et finalités de gouvernement.

8Car Buache de La Neuville, dans ses autres études, mêle les considérations désormais obligées sur les alignements de montagnes et les chaînes d’îles, et des expertises peut-être de commande. Le lien entre ces deux préoccupations, celle qui s’exprime dans une géographie théorique et abstraite, et celle qui s’énonce dans des solutions empiriques apportées à quelques interrogations ou conflits du moment, lui permet de définir une géographie appliquée, indispensable à l’art de gouverner, qui est une forme qu’il veut scientifiquement fondée de la géographie politique. Et celle-ci semble s’orienter dans deux directions.

  • 7 Voir les « Considérations sur l’origine des chaînes de montagnes et des isles », mémoire sans nom (...)
  • 8 Bibliothèque de l’Institut, Ms 2 316, pièce 8.
  • 9 Archives des Affaires étrangères, Limites, 442, Espagne (1787-1802), pièce 90, Buache [de la Neuvi (...)

9Vers le partage raisonné de la terre, vers une sorte de régionalisation politique si l’on veut, qui mette en accord, dans une perspective de paix durable, les données de la nature et les conventions des hommes. D’un mémoire à l’autre (parfois d’attribution difficile : à l’oncle ou au neveu ?), d’une conférence savante à l’autre (orale d’abord, souvent demeurée manuscrite, parfois imprimée, car les recherches scientifiques se diffusent pour commencer sous la forme de communications lues et entendues, comme on le verra avec les cours de l’École normale), on pourrait multiplier les exemples7. Ici, c’est un Essai d’une nouvelle division politique, ou moyen d’établir d’une manière fixe et invariable les bornes des possessions entre les différentes puissances : en distribuant la terre, de part et d’autre des montagnes, en bassins fluviaux, la division naturelle, « invariable et qui durera jusqu’à la fin des siècles », lèverait, si on l’appliquait à la division des États, tous les sujets de contestations et assurerait la tranquillité des peuples8. Là, c’est une lettre apparemment égarée dans de volumineux dossiers consacrés à la délimitation de la frontière franco-espagnole dans les Pyrénées, à nouveau d’actualité depuis quelques années, et adressée en 1791 au ministre des Affaires étrangères ; l’auteur propose une fixation — déjà expérimentée ailleurs, par les États-Unis, précise l’auteur — fondée sur une division naturelle des terres et la ligne de partage des eaux : peut-être est-ce la réponse à une question posée par les négociateurs9. On trouve un écho de cet exemple dans une des séances des Débats (cinquième débat, p. 231).

  • 10 L. Lagarde, « Le passage du Nord-Ouest et la mer de l’Ouest dans la cartographie française du xvii (...)

10C’est aussi un regard porté sur les mondes de l’outre-mer, auxquels ses fonctions d’hydrographe de la Marine préparent Buache de La Neuville. Il s’intéresse aux mers lointaines et aux îles, aux pays de l’Asie et de l’Amérique et, comme il convient à l’héritier de la dynastie Delisle-Buache, à l’obsédant passage du Nord-Ouest (de l’Amérique du Nord à l’Asie). Il contribue à la préparation scientique de l’expédition de La Pérouse, dressant, en particulier, une carte en trois parties de l’océan Pacifique, qui est exécutée en cinq exemplaires. En 1790, il rédige un projet d’établissement en Afrique10.

  • 11 Synthèse de ces préoccupations : « Considérations géographiques sur la Guiane française, concernan (...)

11Brève disgrâce sous la Révolution : révoqué en l’an II, il est réintégré au Dépôt en l’an III, comme conservateur ; en 1800, il est nommé premier ingénieur hydrographe. Dans l’intervalle, il aura accumulé les charges, les fonctions et les honneurs, comme membre de la Commission temporaire des arts (section marine et géographie), du Bureau des longitudes et de l’Institut. À l’Institut, il a d’abord été nommé, par arrêté du Directoire du 29 brumaire an IV, membre de la section de géographie, dans la deuxième classe, celle des sciences morales et politiques, puis il prendra place dans la première, celle des sciences physiques et mathématiques (quand, lors de la réorganisation de 1803, la géographie est répartie entre cette classe et celle de l’histoire et de la littérature ancienne). Et il aura été aussi, en un court intermède pédagogique, professeur de géographie à l’École normale. Tout au long d’une carrière extraordinairement stable (il exerce toujours ses fonctions d’ingénieur hydrographe et de conservateur au Dépôt de la Marine, quand il meurt en 1825, après plus de soixante années d’activité), peu sensible aux bouleversements politiques et aux péripéties révolutionnaires (de l’Ancien Régime à la Restauration, il s’accommode de tous les régimes), inventeur et collectionneur de documents, et enseignant occasionnel beaucoup plus qu’homme de révolutions et d’innovations, Buache de La Neuville reste probablement convaincu que le service de l’État doit être informé par la science géographique. C’est une science un peu traditionnelle (si l’on se rappelle qu’à l’époque une nouvelle géographie de l’administration modifie les lieux et les règles du pouvoir), pétrie de nature, de philosophie et d’érudition historique, une géographie innovatrice sans doute si l’on ne distingue pas les deux Buache, mais déjà répétitive si l’on s’en tient aux écrits et aux enseignements du second, largement ouverte cependant sur la reconnaissance des terres et des mers exotiques11.

  • 12 A. Gougenheim, « La Champagne, berceau de l’hydrographie française », Actes du 95e Congrès nationa (...)

12La dynastie, de plus en plus marquée par sa géographie d’origine, ou de type hydrographique, ne s’éteint pas. L’ingénieur hydrographe Charles-François Beautemps-Beaupré (1766-1854), originaire de La Neuville-au-Pont comme la famille Buache, cousin germain de Jean-Nicolas, est à son tour pris comme collaborateur par ce dernier, et il l’aide à dresser les cartes pour le voyage de La Pérouse. Entré au Dépôt de la Marine comme surnuméraire en 1783, il est nommé en 1791 ingénieur hydrographe de l’expédition d’Entrecasteaux partie à la recherche de La Pérouse. Faut-il parler de la Champagne, cette vieille province terrienne et enclavée, comme berceau de l’hydrographie française12, du moins d’une forme de géographie, liée aux longues expéditions maritimes et coloniales, dont Buache de La Neuville aura recueilli et diffusé la tradition, de la Guyane à l’Afrique et au Pacifique ?

  • 13 Bon-Joseph Dacier, « Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Mentelle », Histoire et mé (...)

13Edme Mentelle n’avait pendant longtemps guère retenu l’attention des historiens de la géographie, qui ne donnaient sur son œuvre et sur son rôle que de brèves indications. Sa production écrite est pourtant, à l’inverse de celle de Buache de La Neuville, considérable. Mais on rappellera d’abord ce que déclarait B.-J. Dacier, qui lut à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, sur le géographe depuis peu disparu, une notice doublement utile, par les quelques informations biographiques qu’elle contient sans doute, mais surtout par ce qu’elle suggère sur l’idée que les contemporains eux-mêmes pouvaient se faire de la place de Mentelle dans l’histoire des sciences. Les savants, estime Dacier, constituent deux classes distinctes. Les uns, doués d’un esprit pénétrant, progressent vers des vues nouvelles et font reculer les limites posées par leurs prédécesseurs. Les autres, dont l’esprit a plus de justesse que de force, s’arrêtent là où leurs devanciers sont parvenus, mais s’efforcent de représenter les connaissances avec précision, ordre et clarté. « Les premiers [...] étendent [la science], les seconds la propagent. » C’est dans ce deuxième groupe que Dacier situe Mentelle, dont la vie entière, conclut-il, a été consacrée à l’enseignement et à lui seulement, comme en témoignent ses nombreuses publications13.

  • 14 J.-P. Brissot, Mémoires (1754-1793), publiés avec étude critique et notes par Cl. Perroud, Paris, (...)

14C’était déjà exactement l’avis de Brissot, qui estimait Mentelle : il « n’a pas étendu la science, mais il l’a rendue plus facile, plus agréable à apprendre, et lui a fait embrasser plus d’objets14 ». En bref, comme on le verra continuellement, c’était un pédagogue.

  • 15 L.-V. Thiéry, Guide des amateurs et des étrangers voyageurs à Paris, ou Description raisonnée de c (...)

15Edme Mentelle (1730-1815), ce compilateur prolixe, est principalement un enseignant. Il le restera. Né à Paris, tenté d’abord par la littérature, il compose des vers et de petites pièces, mais il a le bon goût de renoncer. Il se tourne définitivement vers la géographie et l’histoire, où il réussira davantage, et dès 1758 il publie des Éléments de géographie. Écrivain ou géographe, il garde des liens avec le monde des philosophes et des gens de lettres — rédigeant par exemple un pamphlet contre les Jésuites —, avec des Académies de province — celle de Rouen —, avec Panckoucke — il donnera à l’Encyclopédie méthodique un Dictionnaire de géographie ancienne en trois volumes (1783-1784). Il tient chez lui, rue de Seine, un salon réputé où se croisent Brissot (Mentelle sera le parrain d’un de ses fils), Laplace, Lavoisier, des musiciens qui y donnent des concerts (sa propre femme, élève de Clementi, ce dernier en personne et quelques autres clavecinistes), et des érudits. Mentelle assiste, en compagnie de son ami Brissot, au cours du chimiste Fourcroy. Il est également lié à Laplace, Lagrange, Monge, au géographe d’Anville. Incontestablement il se tourne, avec une certaine curiosité, vers les disciplines les plus diverses, dans l’éventail desquelles la géographie aura à se définir. Car Mentelle s’affirme comme historien-géographe. À partir de 1778, il porte le titre d’historiographe du comte d’Artois. Sa demeure de la rue de Seine se présente surtout comme un cabinet de géographie, où l’on trouve les ouvrages du maître de maison et des cartes destinés, précise l’auteur d’un guide, à l’éducation de la jeunesse et au délassement des mères15.

  • 16 Sur l’École militaire, cf. R. Laulan, « L’enseignement à l’École royale militaire de Paris (de l’o (...)
  • 17 Sur la carrière de Mentelle à l’École militaire, quelques informations aux Archives nationales, MM (...)
  • 18 Archives nationales, O1 1606, États et comptes de la Bibliothèque de l’École militaire, pièces 215 (...)
  • 19 Pour les cartes, outre les listes citées, Archives nationales, MM 666, 4 septembre 1760, p. 32 : d (...)

16Pendant de longues années, l’activité principale de Mentelle est cependant l’enseignement. Il est recruté en 1760, en même temps qu’un autre collègue, comme professeur de géographie et d’histoire à l’École royale militaire16, et en 1765 il est nommé, ainsi que deux autres professeurs, inspecteur des élèves (les nouveaux inspecteurs doivent être choisis de préférence dans l’actuel corps enseignant). De loin en loin sa présence est attestée dans des états de services17. La bibliothèque de l’École militaire contient, aux côtés de bien d’autres ouvrages d’histoire, de géographie ou de récits de voyages (de Münster, Delisle, d’Anville, l’abbé Prévost, pour ne citer que quelques noms) ses propres publications : une Géographie comparée, les Éléments de l’histoire romaine, une Géographie abrégée de la Grèce18. Ces indications de catalogues ne permettent pas de se faire une idée précise de l’enseignement donné par Mentelle. On remarquera seulement que les deux disciplines, l’histoire et la géographie, sont associées et en tout cas confiées aux mêmes enseignants, et que ceux-ci accordent une importance particulière à l’utilisation des cartes19.

  • 20 Cl. Perroud, éd., Lettres de Madame Roland, op. cit., t. 2, p. 769-770.

17Mentelle ne cessera plus de se présenter comme un géographe de profession, qui publie sans relâche (des cartes par exemple, en particulier des cartes d’actualité, comme celles du comtat Venaissin, de Saint-Domingue en 1791, des Pays-Bas en 1792, que le Patriote français de Brissot annonce régulièrement) et qui enseigne chez lui, rue de Seine, puis, à partir de mars 1791, dans une salle du Louvre. Ministre de l’intérieur, Roland lui fera plus tard attribuer un des logements accordés, au Louvre, aux artistes (comme Hubert Robert) et aux hommes de lettres20.

  • 21 Bibliothèque nationale, Nouvelles acquisitions françaises 9533 (papiers Roland), ff. 223-229 ; Cl. (...)

18Cette inlassable activité pédagogique distingue certainement Mentelle de Buache de La Neuville. Mais on perçoit désormais une autre différence. Autant Buache paraît s’être tenu à l’écart des événements, se réfugiant dans une géographie politique philosophique et intemporelle, autant Mentelle s’engage et prend parti. Buache est un intellectuel, un serviteur de l’État qui a peu ou n’a pas été menacé. Mentelle est un réaliste qui sait s’appuyer, on le verra continuellement, sur des réseaux de pouvoir. Brissot, Roland : on a deviné ses affinités, des amitiés auxquelles il sait rester fidèle, avec un courage certain, lors des heures difficiles. En 1793, il rend visite à Brissot emprisonné, et reçoit de lui en dépôt les manuscrits de ses mémoires ; il est le dernier correspondant et confident de Madame Roland incarcérée, qui lui fait transmettre ses cahiers, sa montre, son propre portrait et celui de Roland. Mentelle assure ainsi la circulation des nouvelles entre les amis communs. Il fait plus : alors que Brissot est emprisonné, il rédige un appel adressé, selon ses termes, aux patriotes qui recherchent la vérité, au peuple français et aux honnêtes Parisiens, et destiné peut-être à constituer un article de journal ou un placard clandestin ; avec fougue il fait de Brissot le plus ardent ami de la vertu, de l’ordre et des lois, un apôtre de la liberté, et il rappelle le sort qui fut celui de Socrate, de Cicéron, de Jean de Witt. Dans une autre pièce bizarrement intitulée Impartialité en faveur de l’innocence soupçonnée, il s’adresse encore aux hommes trompés par les calomnies, égarés par un patriotisme fanatisé, et il y insère quelques vers composés par lui (« Dès ses plus jeunes ans il aima la vertu [...] »)21. Ces textes, écrits entre juin et octobre 1793, témoignent incontestablement d’une belle constance, à un moment où il n’était pas si aisé de l’exprimer.

  • 22 J. Guillaume, éd., op. cit., t. 2, p. 136 ; lettre de Mentelle au président du comité d’Instructio (...)

19Mentelle poursuit cependant ses activités d’enseignant. Il a toujours en 1793 sa salle du Louvre. « Professeur public de géographie », il annonce au président du Comité d’instruction publique l’ouverture, le lundi 7 octobre à midi, d’un cours qui sera en quelque sorte l’analyse d’un de ses ouvrages, la Géographie comparée, et demande que soient désignés deux membres du Comité pour juger de sa méthode. Romme et Grégoire, nommés, font leur rapport dès le lendemain de la leçon, exposant les procédés du géographe et louant en particulier le globe utilisé par Mentelle22.

20À partir de 1793, ce dernier fait de plus en plus figure — non pas peut-être de théoricien de la géographie, ou de la géographie politique, ce qui est plutôt le trait dominant de Buache — mais de géographe officiel du régime, et des régimes successifs, cumulant les responsabilités, les fonctions, les honneurs même. Plus qu’un homme de science à proprement parler, il est un homme de pouvoir, un gestionnaire de la discipline, consulté pour toutes les entreprises, choisi pour toutes les nouveautés institutionnelles dans le domaine de l’éducation, trouvant sa place dans toutes les commissions.

  • 23 Marc Régaldo, Un milieu intellectuel : la Décade philosophique (1794-1807), Lille III/Paris, 1976, (...)
  • 24 Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Ms 771, ff. 48-49 (indemnités versées aux professeur (...)
  • 25 Archives nationales, F17 1253, documents sur la Commission temporaire des arts, ans II-IV : pièces (...)
  • 26 C. de Salm, op. cit., p. 37.

21Énumérons seulement ici. Il sera professeur au Lycée républicain, au Lycée des arts23, à l’École normale, professeur d’histoire aux écoles centrales du Panthéon en l’an IV et des Quatre-Nations de l’an V à l’an XII (et membre du conseil d’administration de ce dernier établissement)24. Il entrera dans la Commission temporaire des arts25 (où il croisera, cette fois, Buache), et il en sera le caissier. Il fera partie aussi du jury d’instruction publique chargé d’examiner les livres élémentaires. Entre-temps il est dès l’origine à l’Institut, où il est nommé, ainsi que Buache, par arrêté du Directoire. Il se flattera d’avoir été admis dans l’intimité des Bonaparte26 : il demeurera, à leurs yeux, le géographe habile et compétent du moment.

Géographie et pédagogie

  • 27 Archives nationales, F17 1344(5), enquête sur les professeurs des écoles centrales, pièce 19, répo (...)

22Les écrits de Buache de La Neuville, on l’a dit, sont relativement peu nombreux. L’œuvre de Mentelle est, elle, considérable. Alors professeur à l’école centrale des Quatre-Nations, il donne la liste de ses productions : dix-neuf titres, qui vont de la géographie, de la cosmographie et de l’histoire — ce sont ses ouvrages « scientifiques », les plus nombreux — à des textes de délassement, comme l’Intendant supposé — petite comédie quatre-vingts fois jouée, sans nom d’auteur, non imprimée — ou de circonstance, comme la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen mise en stances. Cette liste comprend un globe et les différents ouvrages comportant des cartes, auxquelles il faudrait en ajouter d’autres, isolées. Suivent quelques titres d’œuvres encore manuscrites. Il publiera encore en 1813 une Géographie classique : soit en tout une bonne trentaine d’ouvrages27.

  • 28 Archives nationales, F17 1344(5), pièces 82, 84-85 (professeur à Jemmapes), 88-89 (Bourg), 158 (Po (...)
  • 29 Archives nationales, F17 1344(5), pièces 193-195, « Analyses géographiques ».

23On l’a déjà indiqué : ces volumes, descriptifs, répétitifs, superficiels, ne semblent guère innover. Leur intérêt est ailleurs : ils sont fondamentalement destinés à l’enseignement. Les premiers figuraient à la bibliothèque de l’École militaire. Plus tard, interrogé comme les autres enseignants sur les ouvrages suivis par lui dans son cours aux Quatre-Nations, Mentelle précise qu’il utilise les siens. Divers indices prouvent qu’ils font du reste autorité dans les autres établissements de l’époque. Ici et là, de Jemmapes à Bourg et Poitiers — et dans nombre d’autres écoles — les professeurs citent les ouvrages géographiques de Mentelle, ainsi que les travaux de Buache28. Lorsque Fradin, professeur d’histoire à l’école centrale de la Vienne, décrit le globe « terraqué », sa division en continents, en plateaux et en bassins, la direction des montagnes et « par conséquent » celle des îles à travers les mers ; lorsqu’un de ses collègues, dans un cours manuscrit et anonyme, répartit la France physique en quatre grands et quatorze petits bassins29, on discerne sans mal la trace de Buache (oncle ou neveu). Mais Buache reste un cérébral : il imagine, et ses disciples après lui, les montagnes quand il ne les voit pas. Comme esprit pratique, comme pédagogue, Mentelle apporte davantage. Ses ouvrages ne sont pas seulement commodes, utiles à la diffusion de la géographie, pour les professeurs et les élèves : certains d’entre eux sont des traités de pédagogie géographique. Ils permettent moins d’enseigner les territoires, les circonscriptions et les lieux qu’ils n’indiquent la façon de les enseigner.

  • 30 D. Julia, Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution. Paris, 1981, 395 p. (cf. p. 231) ; ex (...)

24À plusieurs reprises, le cours de l’an III expose l’objet des leçons, conforme à la tradition du xviiie siècle issue de près ou de loin de Condillac ou de Rousseau. Il fait appel à des méthodes actives, à l’expérience et à l’observation, éveille la curiosité et l’attention, recourt éventuellement à l’artifice. L’enseignement s’adresse aux sens30. Et la géographie, plus particulièrement, à la vue, grâce à l’utilisation des cartes. « C’est pourtant à cette étude des cartes qu’il faut essentiellement s’appliquer, car c’est là qu’est l’image du pays ; et l’on a eu raison de dire, sous ce rapport, que la géographie est une science qui ne s’apprend bien qu’avec les yeux » (Programme, p. 169).

25À la différence des mathématiques, de la physique ou de la grammaire, la géographie n’offre pas, Mentelle le dit explicitement, des combinaisons nouvelles, n’ouvre pas des routes ignorées. Elle se borne à exposer, comme on le verra plus loin, des faits, presque tous connus. Le rôle du professeur n’est pas de faire progresser sa science, mais de la transmettre. Et comme la géographie n’exige pas de raisonnement hors de portée de la jeunesse, c’est à cet âge qu’il faut la cultiver (troisième leçon, p. 179). Cette discipline est destinée à de jeunes esprits, en présence desquels les pédagogues doivent savoir utiliser, pour mieux les intéresser et les instruire, des machines, des procédés ingénieux, des trucs.

  • 31 E. Mentelle, Méthode courte et facile, pour apprendre aisément, et retenir sans peine la nouvelle (...)

26En dehors de son cours à l’École normale, Mentelle est déjà connu pour s’être intéressé à la pédagogie des nouvelles divisions territoriales. Dans un court ouvrage de 1791, il définit une première méthode destinée aux commençants : elle met en corrélation les bassins fluviaux — emprunt probable à Buache —, les anciennes provinces et les départements (désignés en même temps que leurs chefs-lieux). Une seconde méthode, proposée pour l’éducation géographique de ceux qui connaissent l’ancienne division de la France en gouvernements, confronte ces circonscriptions (à la fois regroupées en trois ensembles, au nord, au milieu, au midi de la France, et divisés en « pays », comme le Hurepoix, le Vexin français, le Beauvaisis, etc.) et la géographie actuelle fondée sur les départements31. Peu de temps après la création d’un nouveau maillage administratif, l’exposé de Mentelle est incontestablement utile. Mais il n’y a là aucune originalité.

  • 32 E. Mentelle, La géographie enseignée par une méthode nouvelle, ou application de la synthèse à l’é (...)

27Quelques autres procédés sont en revanche de vraies trouvailles. Mentelle publie en l’an IV la Géographie enseignée par une méthode nouvelle [...]32, ouvrage qui sera continuellement réédité (en l’an VI, en l’an XII, une sixième édition paraissant en 1813). Selon les éditions, le livre s’adresse aux élèves des écoles primaires (an IV), des écoles centrales (an VI), des écoles secondaires (an XII-1804), et Mentelle précise encore, dans l’édition de l’an VI, que le volume et les cartes ont été présentés à l’École normale : tout se passe comme si la géographie demeure encore une discipline indifférenciée, identique à elle-même quel que soit le public scolaire auquel elle est destinée. Et la pédagogie elle-même est uniforme quel que soit l’âge des élèves. L’ouvrage en tout cas présente une série de cartes, constituées sous la forme de cercles concentriques autour du département central, le Cher, chaque carte suivante regroupant un nombre croissant de départements. Le schéma concentrique s’élargit même au-delà des départements recensés (101 en l’an VI). Ainsi se définit une pédagogie pratique et mnémotechnique, qui procède de proche en proche, les utilisateurs parvenant jusqu’aux pays qui sont hors de la France, et même jusqu’aux extrémités du monde.

  • 33 E. Mentelle, La géographie enseignée [...], op. cit., éd. an XII-1804, p. 4-5. Pour une démarche p (...)

28« On est supposé, à la première leçon, ne voir qu’un point ou, pour mieux dire, qu’une commune ; puis, à la seconde, apercevoir tout le département dont elle est le chef-lieu ; à la troisième leçon, on est censé s’être élevé encore plus haut et apercevoir les départements qui entourent le premier que l’on connaît déjà. Enfin, en continuant de s’élever de plus en plus on arrive à voir toute la France. Et c’est exactement ce qui arriverait, 1° s’il était possible de s’élever assez haut ; 2° si la rondeur de la terre n’y mettait pas d’obstacle33 »

29Plus ingénieux encore sont des globes conçus par Mentelle. En France, l’âge d’or de ce produit géographique est précisément le xviiie siècle, et on connaît deux œuvres importantes de Mentelle. L’un de ces globes, manuscrit, a été commandé par Louis XVI pour l’éducation du dauphin (mort en 1789). De dimensions considérables (2,40 mètres de hauteur sur 1,30 de largeur), il est constitué, sur un socle décoré, d’un globe physique en relief autour duquel viennent s’adapter deux calottes hémisphériques externes représentant l’Ancien et le Nouveau Mondes (l’intérieur d’une des calottes figurant la sphère céleste). Des compartiments mobiles en carton, perdus, s’ajustaient par des vis, pour la géographie politique, la géographie physique et la géographie ancienne. Construit dans les années 1780, le globe est celui qu’utilise Mentelle dans son cours du Louvre en 1793. Buache le décrira (trois globes différents en un seul) dans une séance des Débats (p. 215). Ajoutons que de la même époque date le globe de dom Bergevin, commandé également par Louis XVI, en 1784, pour l’instruction du dauphin, à la suite d’une proposition du médecin Nicolas-Gabriel Le Clerc — qui avait admiré en Russie un grand globe terrestre conservé à l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg — adressée au ministre Vergennes ; il est entrepris par le religieux aidé de son frère architecte Louis-Catherine. Ce globe est l’objet d’un rapport élogieux, en 1788, rédigé par Buache de La Neuville pour l’Académie des sciences. Après la mort du religieux (1789), il est gratté, presque entièrement refait sous la responsabilité de son frère ; Buache lui-même veille à l’exécution et à l’actualisation du globe : cette révision doit tenir compte des récentes découvertes géographiques (comme celles que l’expédition de La Pérouse a effectuées sur la côte nord-ouest de l’Amérique et que l’interprète J.-B. de Lesseps a rapportées en Europe). Buache évoquera aussi ce globe, que le Comité d’instruction publique propose de faire achever pour l’usage de l’École normale et qui est alors situé dans l’atelier des Bergevin rue de la Baroullière (actuelle rue Saint-Jean-Baptiste de La Salle), faubourg Germain (troisième débat, p. 214). Il sera terminé en 1795 : autre témoignage de l’intérêt soutenu pour la pédagogie géographique manifesté par des régimes successifs, et de l’attention portée à cette réalisation par nombre de savants (y compris, en son temps, Buffon).

  • 34 G. Duprat, « Les globes terrestres dédiés au roi de Rome à Paris et à Luchon », Actes du 96e Congr (...)

30En l’an X, Mentelle se préoccupe encore de globes. Il propose au premier consul l’exécution d’un globe physique modelé en cire, qui aurait pour particularité de pouvoir recevoir successivement les marques des nouvelles découvertes ; il suggère même de réutiliser un des globes de Coronelli. En raison du matériau et du diamètre, le globe serait ainsi indéfiniment perfectible. C’est finalement un nouveau globe qui est réalisé, de 1803 à 1811, sur l’ordre de Napoléon, par Mentelle et le géographe Jean-Baptiste Poirson. Satisfait du globe manuscrit, Napoléon autorise Poirson à le faire graver : un des exemplaires — ceux-ci sont exécutés dans un format réduit et ont été dédiés au roi de Rome — est destiné à l’éducation de ce dernier34. Royal ou impérial, le prince doit savoir la géographie, et le vieux géographe d’Ancien Régime garde bien sa fonction de pédagogue officiel.

31On comprend mieux par conséquent la place que Mentelle assigne, dans son cours de l’an III, aux procédés d’exposition et de démonstration. Des pages entières sont, autant que des cours de géographie, des leçons de méthode propres à piquer la curiosité des élèves.

32Mentelle rappelle d’abord des positions de principe : l’importance en soi des questions pédagogiques. Dans le programme, dans le cours ensuite, sont définies les finalités de ce dernier : il doit présenter les vérités géographiques et/ou donner les moyens de les enseigner (première leçon, p. 171 ; troisième leçon, p. 179). À plusieurs reprises, traitant d’astronomie et de géographie mathématique, et plus loin de la Grèce, Mentelle supposera qu’il enseigne dans une école primaire ou dans une école centrale. Les Débats insistent encore : de nombreuses discussions ont pour objet la pédagogie, des auditeurs posant des questions sur la façon d’aborder l’étude de la géographie (deuxième débat, p. 202), ou sur les peuples des antipodes (ibid., p. 199), ou sur les tableaux géographico-chronologiques (cinquième débat, p. 235).

33Pour mieux obtenir l’adhésion des enfants, il convient d’utiliser des méthodes actives, de présenter des mécanismes simples ou des expériences — de physique ludique et amusante — qui soient à la portée de leur intelligence (deuxième débat, p. 200). De là le recours aux machines, dont Mentelle énumère les modèles alors existants (ceux de Major, Fortin, Cannebier, Breguet). Il dispose du dernier pour son enseignement, mais comme il suppose que la géographie, par École normale interposée, doit être diffusée dans les autres institutions scolaires, et jusque dans chaque commune, il imagine une machinerie rudimentaire, composée de fruits (un potiron, des pommes, un fil, une chandelle remplaçant le soleil) (deuxième leçon, p. 173-174). D’autres expériences, beaucoup plus rudimentaires, montreront comment une pièce de métal au fond d’un verre peut faire comprendre la réfraction et la trajectoire du soleil (troisième leçon, p. 180) ; comment un insecte peut tourner autour d’une pomme sans tomber (de même les hommes tiennent partout sur la surface de la terre) (deuxième débat, p. 200-201) ; comment encore les nuages se forment à la manière des vapeurs aqueuses contenues dans du linge qui sèche (ibid., p. 206). Poursuivant les démonstrations de physique proprement dite ou parfois s’en évadant, Mentelle parsème ses exposés de digressions ou d’anecdotes ; il saisit régulièrement 1’« occasion » d’« ajouter » une remarque complémentaire, qu’il s’agisse de la réfraction, de la mesure de la distance moyenne dans une ellipse (deuxième leçon, p. 178), ou de précision étymologique (sur le sens d’« équinoxe », de « midi », ibid., p. 176). On voit à quoi tend cette imbrication de la démonstration et de la digression : il convient de fixer la compréhension d’un système entier, de soutenir la mémoire et l’attention par un détail inattendu et significatif.

34Dans la mesure où le lieu de l’observation n’est pas dissocié de son objet, Mentelle se situe par la pensée, avec son actuel auditoire, dans un endroit déterminé : une école primaire. Lorsqu’il imprime un mouvement de rotation à la pomme, il inscrit dans le fruit une marque à l’emplacement de la commune. Et le mouvement des astres est d’autant mieux perçu qu’il détermine, là où se trouve l’enfant, le cycle des saisons, l’alternance du jour et de la nuit : l’univers entier est ramené à l’élève. Mentelle en arrive ainsi à définir une première méthode, qu’il appelle analytique (et que l’on dénommerait plutôt méthode inductive). Utile pour l’éducation géographique, fondée sur les sens des plus jeunes enfants — ceux des écoles primaires —, elle consiste à partir d’un point connu pour leur permettre d’accéder à la connaissance des points qu’ils ignorent. Cependant, le pédagogue considère que la géographie s’adresse aussi à des élèves d’âge plus avancé (ceux des écoles centrales). Il faut alors donner rectitude et force à leur jugement, les habituer à prendre des vues plus compréhensives, plus globales des phénomènes géographiques : c’est l’objet de la méthode synthétique, par laquelle le professeur de géographie dispose les connaissances sous la forme de tableaux. Certains d’entre eux ont disparu dans la publication du cours, mais l’exemple du Péloponnèse est présenté dans toutes ses particularités, de la situation et de la forme aux divisions politiques anciennes (septième leçon, p. 238-240). Le tableau répond sans doute, avec pertinence, à un idéal classificatoire. Mais on voit plus difficilement en quoi il peut contribuer à la force et à la rectitude du jugement.

35En définitive, l’essentiel de la pédagogie de Mentelle s’appuie sur quelques principes philosophiques simples : l’expérience, celle du bonhomme Richard, « comme il arrive ordinairement, se convertira en principes pour nous » (troisième leçon, p. 180) ; la sagesse populaire est une sorte d’état innocent et originel de la science ; « l’ignorance absolue est bien plus disposée à croire que le préjugé », elle est docile alors que celui-ci est opiniâtre (deuxième leçon, p. 174), elle est antérieure à lui (car l’homme, dans les premiers temps, s’est laissé égarer par d’absurdes cosmogonies, Programme, p. 167). L’enfant, enfin, est « naturellement curieux », « plus docile » précisément que l’homme qui vit de « préjugés » ou de « préventions » (deuxième débat, p. 200). Sans doute ne faut-il pas prêter à ces affirmations une totale cohérence, car il semble bien que parfois des idées contradictoires s’affrontent dans l’esprit passablement brumeux de Mentelle : d’un côté, la vérité doit être démontrée aux enfants (troisième leçon, p. 179) ; d’un autre côté, elle s’appuie sur l’argument d’autorité (le nombre des observations et « le savoir des grands géomètres », deuxième leçon, p. 178) et elle est affaire de croyance, « il s’agit moins de faire comprendre à un enfant cette question que de lui faire croire la chose possible », deuxième débat, p. 202). Quoi qu’il en soit, dans cette pédagogie plus ou moins teintée de rousseauisme, l’enfant, docile, ignorant et ouvert, est instruit à travers une double confrontation, avec la nature révélée par des expériences d’une part, avec le savoir populaire qui est une forme d’état naturel de la science de l’autre. La vérité même se communique par une sorte d’osmose, car il suffit presque qu’elle soit dite pour que l’enfant y croie.

L’image de la géographie dans le cours de Buache de La Neuville et de Mentelle

36L’approche visant à évaluer la place d’un ouvrage dans l’évolution des connaissances d’une discipline paraît vite dénuée de sens s’agissant des cours de Buache et de Mentelle. À une époque où les connaissances géographiques se limitent bien souvent à des récits de voyageurs, à des listes de villes, de régions et bientôt de chefs-lieux de départements, et où l’essentiel des progrès est le fruit d’expéditions lointaines, un simple cours ne peut guère apporter a priori de grande nouveauté. Comme on l’a déjà vu, l’ambition affichée des auteurs est d’énoncer les principales vérités géographiques et de donner les moyens de les enseigner (première leçon, p. 171). Plus préoccupés de méthode pédagogique, soucieux surtout de présenter, voire de copier les idées de leurs contemporains, ils manquent singulièrement du recul qui leur aurait permis de dégager de l’accumulation des données une synthèse originale. La géographie physique du xixe siècle inaugurée par Alexandre de Humboldt est née d’une confrontation entre géographie, géologie et histoire naturelle qui n’a sûrement pas eu lieu à l’École normale. Il est enfin difficile de voir dans les ultimes avatars de la théorie de l’influence du climat sur les mœurs une contribution significative à la géographie humaine.

37Plus donc que le contenu de ce cours, c’est la conception de la géographie qu’il révèle qui s’avérera intéressante. Dans ces leçons, la géographie elle-même, la géographie en tant que science, la façon dont elle était imaginée à la fin du xviiie siècle est éclairée d’un jour particulier.

38Observons les circonstances. Le cours de Buache et Mentelle, héritiers de manuels pour lesquels la géographie est une science utile et agréable, est professé à l’École normale devant un public cultivé. La géographie, fille mineure de l’histoire, vaste champ où se côtoient aussi bien des érudits que des marins, des militaires ou de simples voyageurs, est confrontée à des sciences beaucoup mieux constituées comme les mathématiques, la physique ou la chimie, enseignées par des savants illustres.

39Les géographes se trouvent ici dans un état critique, au confluent du vulgaire et du savant, du théorique et du pratique, de l’amateur et du professionnel. Dans cette situation, ils se sont essayé à une définition ambitieuse de la géographie tranchant singulièrement avec les phrases rituelles des manuels de l’époque sur le caractère utile et attrayant de cette science. Celle-ci apparaît dans l’introduction des cours de l’École normale comme une science structurée et géométrisée dont la place dans le système des sciences dépasse le rôle classique d’un des yeux de l’histoire.

40À cette définition explicite, il est intéressant d’opposer ou de juxtaposer l’image donnée par la suite du cours, dans laquelle la géographie redevient immédiatement et abruptement un exposé de faits (troisième leçon, p. 179).

41Le tableau obtenu est contrasté et disparate : science géométrique, dont l’objet central est la répartition des montagnes « qui ne nous dévoilent pas les causes, mais nous montrent partout de grands résultats » (Programme, p. 168), la géographie apparaîtra également comme un modeste rameau de l’arbre des connaissances humaines. Science de classification, science de cabinet où les connaissances se déduisent d’une étude attentive des documents, elle est enfin un savoir utile et stratégique. Les caractéristiques protéiformes de la géographie présentée par Buache et Mentelle traduisent l’hétérogénéité des « géographes ». Leurs hésitations et l’oscillation du discours reflètent aussi bien la situation singulière de ces cours à l’École normale que les personnalités et biographies respectives des deux auteurs.

42L’analyse de ce tableau n’a pas pour objet de produire une définition opératoire et véridique de la géographie, mais plutôt de saisir, grâce justement à son caractère flou et composite, la façon dont était conçue la géographie à la fin du xviiie siècle. Il est en effet tentant de voir les caractéristiques de la géographie, soulignées lors de cette confrontation avec les sciences majeures, comme autant d’attributs rêvés d’une science idéale.

La définition du prospectus

43Tout au début du cours, est distribué un prospectus introductif sous le titre Programme. Dans le texte, il est suivi de deux interventions des professeurs, Buache puis Mentelle, qui le précisent et l’augmentent. Lors de cette première leçon, une définition explicite de la géographie est introduite, définition qui s’ordonne en deux temps forts, d’une part la description de ses différentes parties, d’autre part sa place dans le système des sciences.

  • 35 L. Trenard, « Manuels [...] », art. cit.
  • 36 Abbé L. A. Nicolle de La Croix, Géographie moderne, Londres, Dodsley, 1777.
  • 37 D. Martineau du Plessis, Nouvelle géographie ou description exacte de l’univers, Amsterdam, G. Gal (...)
  • 38 Lenglet-Dufresnoy, Méthode pour étudier la géographie, Paris, 1715.
  • 39 Abbé L. A. Nicolle de La Croix, op. cit., p. XI.

44Il est intéressant de mettre en regard ces deux aspects avec le corps même du texte, et de les comparer encore avec les manuels de l’époque. Prenons comme point de référence trois ouvrages classiques, du xviiie siècle35 : la Géographie moderne de Nicolle de La Croix36, la Nouvelle géographie ou description exacte de l’univers de Martineau du Plessis37 et la Méthode pour étudier la géographie de Lenglet-Dufresnoy38. Dans leurs introductions sont exprimées essentiellement deux idées. En premier lieu, la géographie est généralement définie en une formule, reprise ici : c’est la « description du monde ». En conséquence, les auteurs de ces manuels la présentent comme une liste, un catalogue, sans qu’aucune structure interne soit soulignée. Dans la préface de sa Géographie moderne,39 l’abbé Nicolle de La Croix exprime clairement cette conception de la géographie :

45« Ce qui [...] intéresse [les amateurs non cartographes], c’est de connaître les mœurs, les coutumes, la religion, et les bornes de chaque État ; en combien de provinces ou de gouvernements chacun d’eux est divisé ; le cours des principales rivières ; le nom des villes les plus remarquables, et leur situation les unes par rapport aux autres ; les grands hommes que ces provinces ou villes ont produits ; les diverses révolutions auxquelles ces pays ont été exposés ; leur état actuel, et ce qu’ils renferment de curieux tant pour ce qui concerne l’histoire politique que l’histoire naturelle. »

  • 40 D. Martineau du Plessis, op. cit., p. II.

46En second lieu, s’ensuivent des considérations remarquablement identiques sur le caractère utile et agréable de cette science. Dans sa Nouvelle géographie ou description exacte de l’univers40 qui fut un modèle pour les manuels du siècle, Martineau du Plessis en 1700 expose ce qui sera le leitmotiv des introductions de ses successeurs :

47« La Géographie a des avantages si considérables, qu’il y a peu d’honnêtes gens, et de personnes d’esprit qui ne se fassent un plaisir de la savoir. Elle est belle, utile et aisée tout ensemble. On peut même dire qu’elle est nécessaire à tout le monde, puisque sans son secours on ne saurait soutenir les plus simples conversations, ni entendre bien une Gazette. Les Politiques en ont besoin pour gouverner leurs États, les Prélats pour conduire leurs Églises, les Capitaines pour faire la guerre, les Négociants pour assurer leur commerce et enfin tous les hommes pour bien entendre l’Histoire dont elle est l’un des yeux. »

48L’introduction du texte de Buache et Mentelle fait apparaître au contraire la géographie comme une science structurée en ses différentes parties, géographies mathématique, physique et politique, dont les liens logiques sont soulignés. De même, à la géographie est assignée une place non négligeable dans le système des sciences. Enfin, l’existence d’un déterminisme est assurée de manière ténue certes, mais significative.

49Pourtant, dans la suite du cours, l’objectif théorique que représente cette définition ne sera pas rempli, la géographie redeviendra un catalogue, un simple répertoire destiné à faciliter l’étude de l’histoire. Cette définition première apparaît alors comme le simple fruit des circonstances, et elle est sans doute plus représentative de la conception d’une science idéale que d’une réflexion sur le concept de géographie.

50La géographie est distribuée en trois parties, et la première qui est décrite est la « géographie mathématique ou astronomique ». Elle est celle qui considère d’abord la Terre « comme une simple planète, assujettie, dans ses mouvements, à la puissance active du soleil ». Elle traite de vérités qui « n’en existeraient pas moins, ou du moins seraient supposées exister par rapport au globe terrestre, quand même ce globe serait sans productions et sans habitants » (Programme, p. 167-168).

51Cette discipline est habituellement présentée dans les manuels (ou de façon autonome, dans des ouvrages dont c’est là le seul but) sous la forme d’un traité de la sphère, où l’on apprend les différentes divisions du globe et le moyen, à l’aide d’une sphère armillaire, de déterminer les antipodes d’un lieu ainsi que les différents horaires, etc. Quelquefois, le système planétaire est décrit. Dans le cas de la Géographie moderne de Nicolle de La Croix, par exemple, c’est le système de Ptolémée qui est choisi. L’insistance est mise alors sur l’aspect descriptif et commode de ce système, et non sur son caractère de vérité :

  • 41 Abbé L. A. Nicolle de La Croix, op. cit., p. 14.

52« On parle ici du mouvement des Planètes, selon le système de Ptolémée, et selon ce qui paraît à nos yeux. Selon une autre manière d’expliquer l’harmonie du Ciel et du mouvement des Planètes, on pourrait regarder le Soleil comme une Étoile fixe ; mais cela est inutile pour ceux qui apprennent la Géographie41. »

53Les autres systèmes (Copernic, Tycho Brahe, Descartes) sont présentés accessoirement sous la forme de figures. Dans aucun des trois ouvrages choisis, on ne voit la géographie astronomique considérée comme une partie authentique de la géographie. Elle n’apparaît pas non plus comme une nécessité logique, ce qui tranche singulièrement avec le cours de géographie à l’École normale.

54Une leçon de Buache revêt la forme d’un traité de la sphère et les premières leçons de Mentelle ont comme sujet les mouvements de la Terre et du système planétaire. Prétexte, il est vrai, à des considérations pédagogiques, leur contenu est tout de même complet et s’inspire, aux dires de Mentelle, de conversations avec Laplace. Elles traitent des inégalités des jours, des saisons, des distances astronomiques, de l’arc crépusculaire, des marées et même de l’aplatissement de la Terre, en bref de vérités qui ont été communiquées au géographe par l’astronome (Programme, p. 168). Cette fois-ci, il ne s’agit plus de descriptions plus ou moins commodes mais bien de l’exposé de l’ordre qui régit le monde. La géographie mathématique n’est donc plus un simple accessoire, une sorte de mode d’emploi de la sphère armillaire, elle est véritablement le préalable nécessaire à toute étude sérieuse. Dans sa première leçon, après avoir rapidement présenté les mouvements de la Terre et de la lune, Mentelle conclut : « Telles sont les premières vérités, les vérités fondamentales en géographie, qu’on ne peut trop s’attacher à bien faire sentir (première leçon, p. 172). » Ainsi, comme le suggère déjà sa place initiale dans le cours, la géographie mathématique fonde la géographie. Fondement, car elle s’intéresse à un objet épuré, la Terre comme sphère céleste débarrassée de ses productions et de ses habitants. Fondement, car elle permet à la géographie de prendre sa source dans la science la plus prestigieuse de l’époque, l’astronomie, et de rattacher les principes géographiques à la loi de la gravitation universelle.

55Pourtant, à l’intérieur du cours, dans sa leçon consacrée à la sphère armillaire, Buache utilise le système de Ptolémée, cette cosmogonie absurde tant décriée dans les premières lignes de l’introduction (Programme, p. 167). Cela lui sera d’ailleurs reproché par les élèves (quatrième débat, p. 224). Il s’agit là d’une des nombreuses contradictions de ce texte entre les ambitions scientifiques affichées et le poids des habitudes de l’enseignement de la géographie.

56Ensuite vient la description de la géographie physique qui procède d’un enrichissement par rapport à la géographie astronomique. Après la Terre dénudée, sphère céleste aux mouvements mathématiques, les géographes étudient « la terre [...] planète habitable ». Il convient d’en donner « la forme extérieure, les productions de tout genre, la nature des êtres qui l’habitent » (Programme, p. 168).

57A la géographie physique sont alors assignés trois sujets d’étude principaux : les montagnes, l’inventaire des productions et des êtres, hommes et animaux, ainsi que l’explication des causes des changements de climat par l’action de l’homme.

  • 42 D. Martineau du Plessis, op. cit.
  • 43 Abbé L. A. Nicolle de La Croix, op. cit., p. 40-42.

58Dans beaucoup de manuels de l’époque, la géographie physique en tant que telle est absente des introductions et des chapitres consacrés à la description des différents États. On trouve seulement chez Martineau du Plessis42 et Nicolle de La Croix43 une liste de termes géographiques, un dictionnaire destiné essentiellement à faciliter la lecture des cartes.

59Si l’on compare le corps du texte de Buache et Mentelle et l’introduction, on s’aperçoit que l’étude des changements de climat disparaît alors que deux leçons sont consacrées aux montagnes. Au contraire, un sujet non prévu par l’introduction, l’analyse des vents et des courants marins, occupe deux leçons. L’inventaire des productions et des êtres animés devait sans doute être traité dans les leçons régionales consacrées aux États.

60L’importance des montagnes avait été annoncée dans le programme qui en avait fait le cœur de la géographie physique.

61« La direction des grandes chaînes de montagnes a tant d’influence sur le physique des pays et le moral des peuples ; leurs différentes hauteurs modifient si impérieusement l’état de l’atmosphère et la végétation [...] que ces considérations doivent porter tout esprit attentif à suivre dans ses études ces grands travaux de la nature qui ne nous dévoilent pas les causes, mais nous montrent partout de grands résultats » (Programme, p. 168).

62En fait, la géographie physique de Buache et Mentelle se réduit à l’étude de la répartition et de la forme extérieure des montagnes et procède d’une vision purement géométrique. La nature intérieure des montagnes ne semble pas appartenir au domaine de la géographie physique. Si Mentelle évoque la distinction entre montagnes granitiques, calcaires, etc., c’est pour dire aussitôt : « Je n’en dirai rien ici, et je me ferai au contraire un devoir d’y recueillir ce que le savant naturaliste qui [...] professe [ici] nous dira sur cette intéressante partie de l’histoire naturelle » (sixième leçon, p. 230). Si l’on examine le rôle que tient l’étude des montagnes dans la géographie de Buache et Mentelle, on voit qu’elle centre la géographie autour d’une véritable loi géométrique, tout en lui permettant de remplir ces buts pratiques : fournir un principe de division naturelle et faciliter l’étude de l’histoire.

  • 44 N. Broc, Les montagnes [...], op. cit.
  • 45 N. Broc, Les montagnes [...], op. cil. ; Images de la montagne [...], op. cit.

63Il n’est peut-être pas inutile de rappeler le contexte. Il a déjà été souligné ailleurs que les montagnes ont fait l’objet d’un véritable engouement au xviiie siècle, de la part tant des géographes et des naturalistes que des artistes ou des simples promeneurs44. Parmi les géographes, Numa Broc distingue deux familles, celles des hommes de terrain, familiers des montagnes, observateurs précis et expérimentateurs comme Saussure, Dolomieu, etc., et celle des hommes de cabinet, créateurs de grands systèmes comme Buffon et Philippe Buache45. Selon la théorie de ce dernier, la Terre est séparée en bassins fluviaux délimités par des montagnes. Celles-ci forment à travers le globe un système continu de chaînes orientées d’est en ouest et du nord au sud. Elles se prolongent dans l’Océan, et les îles en sont les sommets émergés. Elles se composent de plateaux d’où rayonnent des chaînes dites principales, sources des grands fleuves qui en jaillissent perpendiculairement. De celles-ci sont à nouveau issues perpendiculairement des chaînes dites de revers séparant les bassins fluviaux. Enfin, de ces dernières se détachent « comme en patte d’oie de petites chaînes côtières ».

64La théorie des bassins de Buache sera bien sûr exposée par son neveu Buache de La Neuville. Pour appuyer son propos, il produira les cartes établies par son oncle, cartes de France et du monde où les chaînes de montagnes sont réduites à de simples rubans séparant les bassins fluviaux, à des lignes sans épaisseur. Pour lui, il s’agit bien de lignes, et la théorie des bassins procède d’un véritable réductionnisme géométrique. Écoutons-le : « Si l’on tire une ligne entre les sources des fleuves [...], on aura la direction des chaînes des montagnes [...] ; de même si on tire une seconde ligne [...] » (cinquième débat, p. 232). Il va plus loin encore : pour connaître le bassin d’un fleuve, il suffit en fait d’en connaître l’embouchure. « En considérant tous les grands fleuves de la terre [...], il devient assez facile de se former une idée exacte de la surface de la terre, et il suffit de bien reconnaître la position de l’embouchure de ces fleuves. Il est à remarquer que le plan d’un fleuve [...] est absolument semblable à celui d’un arbre » (ibid., p. 234). Cette idée sera reprise ailleurs dans l’édition des cours. Lacépède, dans ses cours au Muséum publiés à la suite de ceux de l’École normale, déduit de la connaissance de l’embouchure des fleuves l’existence d’une chaîne de montagnes à l’intérieur des terres (Séances des Écoles normales [...], 1800, t. 8, p. 195 sq).

65Ainsi le géographe est-il en face de sa carte comme est devant sa figure le géomètre pour qui la vérité s’obtient par le maniement de la règle et du crayon. Et c’est à la théorie des bassins que revient le rôle de loi géométrique régissant la construction des cartes, la reconstruction de la figure idéale de la Terre à partir de quelques points remarquables comme les sources des grands fleuves, voire leurs seules embouchures.

66Pour Buache et Mentelle les montagnes ne sont d’ailleurs pas seulement réparties rationnellement suivant une loi universelle : elles introduisent aussi un déterminisme à l’intérieur de la géographie. L’ensemble de la géographie physique peut se déduire de la connaissance des montagnes.

67Ainsi l’effet des montagnes sur le climat est-il souligné : « Enfin nous verrons que la différence des saisons, c’est-à-dire de ce que l’on appelle dans les Indes l’été et l’hiver, tient à la direction des montagnes du nord au sud » (sixième leçon, p. 228). Les montagnes permettent donc de corriger, d’affiner la répartition des climats obtenue par la géographie astronomique.

68Des climats, on arrive bien sûr aux mœurs. Mentelle expose l’exemple suivant de l’effet des montagnes sur les mœurs, particulièrement impressionnant :

69« Les Mogols, ainsi que les Mantcheous, passant rapidement des régions froides du Nord aux régions chaudes du Midi, dont ils étaient séparés par de hautes montagnes, avaient, par ce changement subit, perdu promptement leur férocité ; au lieu qu’en Europe, les peuples septentrionaux, en allant au Sud, et n’éprouvant qu’une gradation successive, conservèrent leur férocité dans la Gaule, dans l’Hispanie, et même, pour les Vandales, jusqu’en Afrique » (ibid., p. 227-228).

  • 46 L. Trenard, art. cit.
  • 47 D. Nordman, « Buache de La Neuville [...] », art. cit.

70Au-delà d’une analyse de la répartition des montagnes, la théorie des bassins fournit également un principe de division naturelle, objectif à la fois pratique et théorique de la géographie. On a souligné qu’elle procède du même esprit que celui qui a présidé à la dénomination de nos départements46, et on a noté son utilisation dans la délimitation de la France et de l’Espagne47. Dans le texte, cette idée est reprise : l’étude des montagnes « peut aussi contribuer au bonheur des nations futures, qui assureront et défendront plus efficacement les limites de leurs possessions, en adoptant les bornes constantes et invariables qui ont été établies par la nature » (cinquième débat, p. 231). On remarquera au passage que le choix des montagnes comme frontière ne résulte pas d’un droit fondé sur la nature, mais du souci d’une meilleure efficacité stratégique.

71L’un des autres buts de la géographie est de faciliter l’apprentissage de l’histoire, et à nouveau l’étude des montagnes s’y révèle cruciale. Pour Buache, Mentelle et leurs contemporains, la géographie est l’un des yeux de l’histoire, expression mille fois reprise par laquelle on entend qu’elle doit identifier les lieux cités dans les textes antiques. L’examen de la répartition des montagnes conjugué à la théorie de l’océan primitif permet de retracer l’histoire du globe, de reconstituer les cartes du monde aux différentes époques et de procéder à cette identification. En effet, selon cette théorie, largement admise à l’époque, la mer qui recouvrait les terres s’en est ensuite retirée. La détermination géométrique de l’altitude des montagnes devient alors une détermination chronologique. Laissons parler Buache :

72« On conçoit que la mer, en se retirant, a dû laisser d’abord à découvert les sommets des montagnes, et qu’ainsi les parties les plus élevées [...] sont les terres les plus anciennes et celles qui ont été les premières habitées. On conçoit aussi que ces terres n’ont été d’abord que des îles qui se sont réunies ensuite pour former les continents [...] ; et il est vraisemblable que c’est parmi ces îles qui [était] la fameuse île Atlantique [...]. Si l’on connaissait la hauteur de toutes les montagnes du globe, il serait possible de tracer au moins une esquisse du monde primitif, et de débrouiller peut-être une partie de l’histoire des temps que nous appelons fabuleux » (ibid., p. 235).

73Ainsi l’étude des montagnes, et plus précisément celle de leur géométrie, se révèle fondamentale pour la compréhension de l’histoire. Grâce à Buache et à sa conception des montagnes, l’histoire du monde se déduit de sa géométrie.

74Tout, ou presque tout, peut donc se ramener aux montagnes. On a souligné l’universalité ainsi que les conséquences pratiques et multiformes de la théorie des bassins. Elle donne à la géographie un centre, un principe rationnel d’autant plus séduisant qu’il se formule géométriquement. Grâce à elle, la géographie possède sa propre loi, comme la physique celle de la gravitation universelle. Et le succès de cette théorie vient peut-être de là : il permet à la géographie de reproduire le modèle de cette science idéale, de cette science par excellence qu’est la mécanique céleste.

75Il faut maintenant en revenir à l’analyse des vents et des courants marins présentée par Buache, qui avait peu parlé auparavant. Pour lui, qui, comme il le rappelle lui-même dans les premières lignes de ses leçons, est « géographe et hydrographe de profession », elle illustre ce qu’est une géographie utile aux navigateurs. Il s’agit là de deux leçons exemplaires tant par leur présentation (les références y sont explicitées) que par le va-et-vient heureux entre géographie et physique. Nous sommes donc en présence de deux véritables leçons de géographie physique, conçues d’ailleurs comme défense et illustration de cette discipline. Malheureusement, ces deux leçons apparaissent comme exceptionnelles et marginales : leur sujet se situe aux confins de la géographie et elles ne sont pas annoncées dans le programme.

76Pour comprendre leur présence dans les cours, il faut sans doute remarquer que la description des vents alizés, dus à la rotation de la terre et considérés comme « vents primitifs », en occupe une bonne partie (sixième débat, p. 252). On peut donc les considérer comme une illustration de l’importance du déterminisme astronomique dans la géographie. Grâce à eux, la géographie se déduit à nouveau de l’astronomie. D’ailleurs, dans sa Cosmographie élémentaire séparée en parties astronomiques et géographiques, Mentelle place la question dans la partie astronomique.

77L’étude des changements de climat sous l’action de l’homme (auxquels sont consacrées quelques lignes) permet de passer de la géographie physique à la géographie politique. « Cette idée, de l’influence de l’homme sur les propriétés des terres qu’il habite, conduit naturellement à l’établissement des grandes sociétés, des empires, enfin de tous les corps politiques qui ont existé ou qui existent actuellement. C’est là proprement l’objet de la géographie politique » (Programme, p. 168). On retrouve avec celle-ci la géographie inventaire, la géographie utile aux commerçants, militaires ou diplomates, dont parlent les introductions des prédécesseurs de Buache et Mentelle.

78Une nuance est cependant à introduire. Comme toujours, la géographie catalogue, la nomenclature, suivant la terminologie de l’époque, fait peur. « Mais on céderait à un préjugé nuisible aux progrès du savoir, si l’on jugeait de la difficulté d’étudier la géographie par la foule d’objets qu’elle présente » (Programme, p. 169). Pour permettre de surmonter cette difficulté, Buache et Mentelle proposent une méthode : il s’agit « de bien saisir l’ensemble ». Formule bien vague par laquelle ils semblent vouloir affirmer l’existence d’un déterminisme trouvant sa source dans la géographie physique. Quelques points particuliers suffisent alors à caractériser un pays, car « ce qui est dit d’une montagne ou du lit d’un fleuve peut être dit du lit d’un autre fleuve ou d’une autre montagne, dès qu’il y a conformité entre ces objets ; mêmes causes, mêmes effets, quant aux saisons des pluies, quant à la pérennité des sources ; même rapport entre la nature des terrains et les propriétés de leurs productions. Ainsi, une première instruction bien conçue, bien développée, peut mettre promptement en état de juger d’un pays par un autre » (Ibid.). Il s’agit là malheureusement d’une simple profession de foi sans suite, et l’on chercherait en vain dans le cours sur la Russie l’application de ces idées.

  • 48 D. Martineau du Plessis, op. cit.

79Une absence enfin. Chez Martineau du Plessis ou dans la Cosmographie élémentaire de Mentelle, les différents types de gouvernement sont définis48. Dans les cours à l’École normale, rien de tel : les chapitres préliminaires sont entièrement consacrés aux seules géographies physique et astronomique, et aucune comparaison n’est faite entre les différents types de gouvernement. Une telle étude semble devoir faire partie, selon Buache et Mentelle, de l’histoire.

80Après la description de la structure interne de la géographie, vient l’analyse de sa place dans le système des sciences. Pour les contemporains de Buache et de Mentelle, la géographie, dans le système des connaissances, est à l’ombre de l’histoire. Au contraire, dans l’introduction du cours, « la géographie se lie [...] à toutes les connaissances » (première leçon, p. 171). Quelques pages auparavant, Buache a explicité les liens qui unissent la géographie aux autres disciplines professées à l’École normale. Ainsi, dans l’ordre, les mathématiques fournissent les lois qui régissent les mouvements des planètes et les moyens de déterminer latitude et longitude ; la physique, les propriétés de l’eau, de l’air et du feu ; l’histoire naturelle, les productions, la structure et l’histoire du globe, et l’histoire politique renseigne enfin sur les grandes sociétés et les différents types de gouvernement. Si l’économie politique n’est pas citée à ce stade, c’est sans doute qu’elle ne fait pas partie du programme initial des cours de l’École. Mais, plus tard, à propos de la Russie, Mentelle se réfère au professeur d’économie politique (onzième leçon, p. 297).

81Cela appelle quelques remarques. Si la géographie s’affranchit de la tutelle de l’histoire, elle n’en reste pas moins une science mineure. Buache conclut ainsi son exposé sur les liens avec les autres cours : « Vous concevez qu’il vous reste très peu de choses à faire pour apprendre [...] la géographie. Les différents cours de l’École normale vous en exposeront les circonstances fondamentales ; il ne sera plus question que d’y appliquer les détails » (première leçon, p. 170). Science seulement descriptive, elle ne doit pas rechercher les causes : « Laissant à la physique la cause des variétés de l’espèce humaine et animale ; à la morale, les effets de l’influence des climats sur les mœurs, la géographie en indique les généralités et les variétés remarquables » (programme, p. 168). Science descriptive, elle est aussi servante : « Les propriétés particulières de chacune des productions [...] de la terre [...] imposent au géographe la nécessité de les faire connaître ; non pas, il est vrai, comme le naturaliste qui les décrit, ni comme le chimiste qui les analyse, mais comme indiquant aux uns et aux autres les lieux où ils doivent les chercher » (Ibid.). Très vite, enfin, dans la suite du cours, la géographie retrouve le giron de l’histoire.

82Le premier signe en est la réapparition de la géographie ancienne. Elle n’est pas annoncée dans le programme mais, figure obligée des manuels de l’époque, elle est traitée sous ces deux aspects, ici clairement distingués (huitième leçon, p. 241) : géographie de l’histoire ou les différentes divisions de l’ancien monde au commencement de notre ère, et histoire des connaissances géographiques. Enfin, Mentelle s’imaginant professeur de V » histoire philosophique des peuples » dans les écoles centrales lui assigne un rôle comparable dans l’étude de l’histoire à celui de la chronologie (septième leçon, p. 238-239). Ces deux disciplines peuvent être décrites conjointement sous la forme d’un tableau géographico-chronologique qui présente sur un axe vertical l’évolution et les événements marquants de l’histoire d’un peuple et sur un axe horizontal les différentes régions du pays dans lequel il vit (voir plus haut). Ceci est une élaboration d’une idée que d’Alembert dans le Discours préliminaire de l’Encyclopédie exprime ainsi : « La chronologie et la géographie sont les deux rejetons et les deux soutiens de la science dont nous parlons : l’une, pour ainsi dire, place les hommes dans le temps ; l’autre les distribue sur notre globe. »

83Si Buache et Mentelle assignent à la géographie une place plus ambitieuse que leurs prédécesseurs dans le système des sciences, ceci n’inaugure pas, loin de là, une coopération active et fructueuse entre la géographie et les autres disciplines. Aux autres sciences, la recherche des causes : la géographie se replie sur une vision purement descriptive du monde, évacuant par exemple de l’étude des montagnes la question de leur nature et de leur structure interne, et de la géographie politique l’analyse des différents types de gouvernement. Le système des sciences vu par les deux géographes est un cloisonnement, une répartition des tâches plus qu’un échange d’idées et un élargissement de la pensée. De ce point de vue, le cours de Buache et de Mentelle à l’École normale est une occasion manquée.

84Résumons la définition de cette introduction. Selon elle, la géographie n’est plus un catalogue instructif et attrayant. Elle est structurée, hiérarchisée en trois parties. Deux axes logiques permettent l’articulation entre ses différentes sous-disciplines. Le premier axe est celui qui va du plus fondamental et du plus abstrait (la géographie mathématique) vers le plus pratique et les applications (la géographie politique). Le second axe logique est celui de l’enrichissement des qualités considérées, et l’on passe ainsi d’une planète dénuée d’habitants (la géographie mathématique) à une planète habitable (la géographie physique), puis habitée (la géographie politique). Un objet proprement géographique, les montagnes, est déployé, qui propose au géographe à la fois l’amorce d’un principe déterministe et une loi d’essence géométrique. La géographie enfin se lie aux autres disciplines. Fondée sur la mécanique céleste, elle est un champ d’application des autres sciences et un outil nécessaire et pratique.

85Toute définition est un programme. Celui de Buache et Mentelle a-t-il été suivi ? Le seul élément de jugement est le cours sur la Russie, collage de différentes sources. Recherchons la structure de la géographie évoquée dans l’introduction : l’exposé sur la Russie s’ordonne en trois parties malheureusement totalement étanches et traitées de manière indépendante. Cette structure qui dans l’introduction était une articulation logique n’est plus qu’un système de présentation de données. La description des montagnes n’y occupe que quelques lignes, et l’on ne saura par exemple jamais si les différentes peuplades étudiées (Kalmouks, etc.) vivent en plaine ou en montagne.

86Cette définition apparaît plutôt comme purement formelle, et ce programme — en particulier l’accent mis sur le lien avec les autres disciplines — semble être le fruit des circonstances. Alors que, depuis le milieu du siècle, le minéralogiste Guettard puis le naturaliste Desmarest posent les jalons d’une géographie à naître en liaison intime avec la géologie et l’histoire naturelle, Buache et Mentelle cherchent leur légitimité du côté des mathématiques et de la physique. Mais, bien plus qu’une réelle volonté théorique de s’ouvrir aux autres sciences et de renouveler la géographie, c’est la seule opportunité d’un cours à l’École normale qui leur a inspiré ce programme ambitieux.

L’image donnée par le cours : ta géographie science close et savoir pratique

87La géographie présentée par Mentelle est avant tout une science close. Science close à la fois dans son horizon théorique, puisque, on l’a déjà vu, les explications sont le fait d’autres sciences, mais aussi dans son objet. Voici, à ce sujet, ce que dit tout à fait explicitement Mentelle : « La science dont [les professeurs de géographie] s’occupent est généralement cultivée : elle n’offre pas au génie des combinaisons nouvelles, ni à la méditation des routes ignorées. C’est un simple exposé de faits, presque tous connus (troisième leçon, p. 179). » Buache est, lui, moins catégorique et insiste au contraire sur les lacunes des connaissances géographiques (troisième débat, p. 217-218).

88Revenons-en à l’affirmation de Mentelle et examinons-en les conséquences. Si l’on s’interroge tout d’abord sur le lien qu’entretient le géographe avec les faits géographiques, l’on voit ceux-ci s’identifier avec des documents dont l’autorité n’est jamais discutée. La géographie est donc, pour Mentelle surtout, une science d’érudit. Le progrès des connaissances s’opère par une analyse attentive et systématique des documents, en particulier par celle de la toponymie et par l’étude des montagnes (cette dernière reposant de plus sur une procédure presque automatisable). L’ultime stade du travail, pour le professeur de géographie, est alors, selon le maître mot du xviiie siècle, la classification et la présentation en tableaux, véritables condensés du savoir.

89Ce sont les « recherches du cabinet » qui permettent au professeur de connaître ces faits qui constituent la géographie (treizième leçon, p. 313). Cette démarche est explicitée au début du cours sur la Russie :

90« Que doit faire le professeur de géographie, qui voudra traiter de la Russie ? Il se procurera d’abord une bonne carte générale de cet empire [...]. Il aura aussi en livres et remarques manuscrites, exactes autant que possible, ce qu’il aura pu se procurer de mieux : ordinairement des départements on tâche d’avoir quelques relations avec des hommes instruits de Paris, et ces hommes, qui cultivent à Paris les sciences, ont des correspondances dans les pays étrangers » (dixième leçon, p. 281).

91Les faits sont donc contenus dans des documents dont l’exactitude est garantie par l’autorité scientifique, ici ce réseau d’hommes instruits et parisiens. On ne relève aucune critique, aucune recommandation méthodologique en face de sources qui ne sont souvent que des récits de voyages, recueillis par des voyageurs dont l’intérêt principal n’est pas nécessairement d’ordre géographique. Une telle attitude contraste violemment avec celle d’un Desmarest, par exemple, qui dans son article Géographie physique de l’Encyclopédie, insiste sur les précautions à prendre en présence des faits géographiques et sur les principes qui doivent guider l’observation. De même à l’École normale, Volney commence ses cours par une critique des historiens et des narrateurs, dont les défauts et les préjugés sont analysés. Ici rien de tel : la foi dans les documents semble totale. Comment d’ailleurs s’en étonner de la part de Mentelle qui reproduit in extenso des passages de Pallas ou qui expose dans ces cours les cartes de Buache traçant sans pudeur une chaîne de montagnes au milieu de la Beauce ?

92De même, et ceci est un corollaire, aucune recommandation n’est destinée aux voyageurs. À la même époque pourtant, Daubenton, dans ses cours à l’École normale (cours d’histoire naturelle, t. 2, p. 171-180, quinzième séance, 2 ventôse), et Volney s’intéressent à eux en leur proposant une méthode d’enquête.

93Les faits géographiques s’identifient donc à ces livres et à ces cartes dont l’autorité est incontestée. La géographie est une science d’érudits et le travail du géographe, le progrès des connaissances proviennent d’une analyse attentive des documents, afin qu’en soient extraites le plus grand nombre d’informations. L’étude de la toponymie fournit un bon exemple de cette attitude. Voici comment Mentelle présente ce sujet :

94« J’ai annoncé [...] que l’on pouvait obtenir [...] un autre avantage de la lecture des cartes pour accélérer les progrès de l’enfant ; c’est l’attention de le conduire, par la connaissance des mots, à celle des choses » (cinquième leçon, p. 210).

95Il s’agit en fait d’utiliser la toponymie pour suppléer au manque d’informations des cartes. Ainsi, de la présence du radical berg, feld ou wald dans le nom d’une ville allemande, on conclut qu’elle se trouve sur une montagne, dans une plaine ou près d’une forêt, et on déduit l’existence de cette montagne, de cette plaine ou de cette forêt. La leçon est alors tout entière consacrée à la recherche et à la traduction de ces racines toponymiques dans les différents pays et aux différentes époques.

96Cette même idée a déjà été vue à l’œuvre à propos de la théorie des montagnes : utiliser des informations incomplètes données par les sources des fleuves, pour en déduire la géographie du système montagneux. Il faut souligner de plus, dans ce cas, la manipulation presque automatique des cartes qu’elle suppose, par relevé de points et tracé de lignes. C’est d’ailleurs aussi à cette satisfaction d’érudit — reconstruire le monde dans son cabinet par des manœuvres ingénieuses élevées au rang de méthode — qu’il faut attribuer le succès de cette théorie.

97Le travail du géographe s’effectue sur documents. Pour lui, la présentation des connaissances est capitale et s’avère créatrice de savoir, surtout dans une discipline considérée comme purement descriptive. Le géographe doit donc classer ses données et les exposer sous forme de tableaux. En récapitulant son cours, Mentelle déclare : « J’ai parlé ensuite de la méthode infiniment utile de diviser sa matière par tableaux, [...] et de se former ainsi un instrument qui puisse servir à toutes les matières susceptibles de divisions » (treizième leçon, p. 312). La géographie doit donc être présentée en tableaux, considérés comme instruments. L’un d’entre eux, parmi ceux qui furent tracés pendant cette leçon, est reproduit dans le cours sur la Grèce (septième leçon, p. 239). Les cartes elles-mêmes sont assimilées à des tableaux (troisième débat, p. 214). Ce tableau pourra également décrire conjointement géographie et chronologie (cinquième débat, p. 236).

98Cet intérêt pour la classification et les tableaux provient certainement des réussites de cette méthode dans des disciplines comme la botanique ou la zoologie. Pourtant, la volonté d’importer un modèle qui a réussi ne suffit peut-être pas à expliquer l’attrait de cette époque pour le tableau, présent également dans les autres cours de l’École normale. Ainsi dans le cours de chimie, un élève rêve d’« un tableau d’affinités chimiques, comme en mathématiques on a fait un tableau des logarithmes et un tableau des sinus ; toute la chimie pourrait se réduire à trois ou quatre pages ; il faudrait qu’en jetant les yeux sur ce tableau [...] on pût représenter ces degrés d’affinités par des signes numériques » (t. 11, p. 164, sixième séance, 27 pluviôse). On voit dans cet extrait les signes distinctifs du tableau : il s’agit à la fois d’une présentation condensée et close d’un savoir, et d’un moyen automatique — il suffit de tracer des lignes — de connaître la valeur d’un logarithme, l’affinité chimique entre deux corps, ou bien l’état d’une région à une époque donnée. Les auteurs utilisent ainsi le langage de la géométrie (« élever des lignes perpendiculaires ») pour décrire ce qui s’apparente à un véritable mode d’emploi des tableaux géographico-chronologiques, en accentuant ainsi le caractère mécanique (cinquième débat, p. 236-237). Cet aspect séduisant du tableau, qui lui attribue le rôle d’une machine créatrice de connaissances, en explique peut-être le succès.

99Cette géographie, science close et purement descriptive, capable de répondre automatiquement aux questions qui lui sont posées, est une science rêvée. Il s’agit peut-être du modèle d’une science idéale selon le xviiie siècle, dont la fascination s’est exercée sur d’autres que Buache et Mentelle et qui évoque le projet du Calculus ratiocinator de Leibniz.

100Quelques remarques enfin sur un dernier aspect de la géographie qui paraît dans le cours : celui d’un savoir utile, stratégique et souvent secret, associé à la géographie politique. Une géographie appliquée en quelque sorte.

101Buache, par profession, s’intéresse principalement aux navigateurs, et souligne l’intérêt des connaissances des longitudes et des latitudes (quatrième leçon, p. 196-197), des vents et courants marins (sixième débat, p. 255 ; septième débat, p. 279) pour la sûreté de la navigation. De même, il insiste sur le lien entre l’avancement du commerce et celui de la géographie, lien à double sens puisque « ce n’est que par le commerce et la navigation que la géographie peut faire de grands progrès » (neuvième leçon, p. 266). Les connaissances géographiques deviennent alors des enjeux stratégiques. Ainsi, il explique les erreurs géographiques de Pline par la volonté de secret des marchands de l’époque « qui mettaient tout en usage pour faire leur commerce exclusivement à tout autre peuple et laissaient ignorer la situation des différents pays d’où il tiraient leurs marchandises » (ibid., p. 268).

102Les auteurs se placent enfin souvent dans une perspective stratégique et militaire. Les limites naturelles peuvent servir à obtenir des frontières sûres, plus facilement défendables, au-delà desquelles il est illusoire de vouloir s’étendre ; ainsi, Buache explique la fin de Rome par la conquête de la Dacie située au-delà du Danube, borne naturelle de l’empire (cinquième débat, p. 235).

103Le cours sur la Russie est parsemé de réflexions stratégiques, comme l’illustrent les extraits suivants :

104« Il [...] pourra résulter [de la géographie moderne des États de l’Europe] des tableaux et des rapprochements intéressants sur l’état des forces de nos ennemis, comparées aux nôtres, et des données plus certaines pour calculer la durée des efforts qu’ils opposent à notre courage et à notre enthousiasme pour la liberté » (dixième leçon, p. 280).

105Un peu plus loin :

106« Ces questions [...] vous paraîtront [...] bien importantes, dès que vous réfléchirez à l’intérêt que nous avons à connaître les forces des différents États de l’Europe, s’ils sont nos ennemis [...], pour savoir ce que l’on en peut craindre ; s’ils sont nos amis, pour connaître les avantages que l’on peut en espérer » (ibid., p. 286).

107Une partie explicite du cours est consacrée à la description et à l’inventaire des armées :

108« Dans un moment où les armées russes désolent la Pologne, et avaient même la prétention d’effrayer la République française, vous apprendrez avec quelque intérêt sans doute [...] le résultat des renseignements que j’ai pu me procurer sur les forces et l’administration militaire de la Russie » (onzième leçon, p. 294).

109Les cartes, bien sûr, ne sont pas oubliées et Buache enseigne que « les cartes topographiques sont essentielles, et de la plus grande importance pour les opérations militaires ; et toutes celles qui représentent quelques parties du théâtre de la guerre actuelle ont été mises en réquisition ; nous devons une partie des succès de nos armées aux secours de ce genre que le Comité d’instruction publique a pris soin de rassembler » (troisième débat, p. 216).

110Le texte, on le voit, est particulièrement riche et permet d’effleurer un aspect essentiel et réel cette fois-ci de la géographie, science d’état-major dont la connaissance est indispensable aux militaires.

Le cours sur la Russie

111Longtemps Buache et Mentelle ont orienté leur enseignement vers une sorte de géographie générale, mathématique, physique, historique. Beaucoup de place a été accordée à l’Antiquité ; il n’en sera pas de même de la géographie du Moyen Âge, traitée en quelques lignes, dans lesquelles Mentelle reprend les clichés de son époque sur les invasions barbares, le fanatisme des Arabes, la médiocrité de la langue qui a substitué aux toponymes des Anciens des noms de lieux douteux impossibles à identifier. Mentelle en arrive donc à la géographie moderne, qu’il définit comme celle des « grands corps politiques de l’Europe ». Il en précise l’objet : ce ne seront pas des « détails minutieux », qui n’appartiendraient qu’à des « leçons particulières ». En d’autres termes, la géographie moderne devra procéder par tableaux, rapprochements, comparaisons (Mentelle présente à son auditoire un tableau qui n’est pas imprimé dans le cours). Mais ce programme vaste et général s’altère : dès le début, dans la mesure où Mentelle choisit d’introduire un exposé régional, et où l’on ne perçoit pas exactement s’il prévoit vraiment de le faire suivre par d’autres (« je parcourrai la mappemonde ») ou s’il le considère comme un exemple (de même que le tableau disparu est un « modèle ») (dixième leçon, p. 280) ; plus tard, dans la mesure où Mentelle se rendra compte que le temps lui manque pour traiter de façon aussi approfondie que la Russie les autres États de l’Europe (il n’est pas question des autres, et les jeunes États-Unis seront à peine évoqués). Par principe ou par nécessité, le cours est donc bien moins une recension de toutes les connaissances géographiques disponibles qu’un modèle, développé comme tel, de « la manière de les enseigner » (douzième leçon, p. 298). Comme toujours, la pédagogie d’abord.

  • 49 F.-D. Liechtenhan, « Custine avant Custine : un jésuite en Russie », Revue de la Bibliothèque nati (...)
  • 50 M. Régaldo, op. cit., I, p. 259-262.

112Encore convient-il de choisir un point de départ. Passons sur la première explication fournie par Mentelle : fondée pourtant sur l’apprentissage visuel de la géographie (par la carte, à laquelle Mentelle tient), elle incite le professeur à commencer par le haut de la mappemonde. L’autre raison invoquée est à la fois plus générale, politique et idéologique : la géographie doit permettre de comparer les forces des ennemis de la liberté et celles de la France. Or, on rappellera ici que la guerre ne peut être efficacement conduite que si le terrain de l’adversaire est connu : de là, un des objets, traditionnel, de la carte, ainsi que la nécessité de s’initier à sa langue (l’allemand par exemple, au xviiie siècle). Au moment du cours de l’an III, la Russie figure parmi les ennemis potentiels de la France. Mentelle, qui a d’abord évoqué l’immensité de l’empire russe, insiste sur les vices du régime : les paysans sont « esclaves » et le clergé ignorant, l’indiscipline sévit dans les troupes, la philosophie a « déserté » la cour de Catherine (dixième leçon, p. 287-288 ; onzième leçon, p. 293) : de ce point de vue, la conjoncture politique ne peut que l’amener à reprendre une autre image de la Russie, barbare et archaïque — différente de celle qui, sous la plume de Voltaire ou d’autres intellectuels et philosophes, avait paru moderne et éclairée49. Quoi qu’il en soit, par son abondance même (quelque soixante-dix pages), le cours sur la Russie reste original, surtout si l’on rappelle que ce pays est, ainsi que l’Autriche, celui avec lequel une revue comme La Décade philosophique a eu le moins de relations50.

113Incontestablement, ce cours frappe par la diversité des questions abordées et, plus encore que par leur diversité, par l’étendue du « spectre » géographique appliqué à la Russie. Certains passages sont attendus : l’immensité, le relief, la nomenclature des fleuves, et même celle des villes. Mais sur quelques autres points le contenu de l’enseignement est ambitieux et ouvert (ouvert en particulier sur les réalités politiques du moment). Trois centres d’intérêt méritent d’être soulignés. D’abord, tous les développements qui expriment le souci constant, manifesté par Mentelle, d’évaluer les forces d’un adversaire en puissance : alors que la première des trois leçons a déjà exposé, comme pièce essentielle de la géographie politique, les ressources en hommes (à partir des dénombrements du xviiie siècle), c’est pratiquement toute une séance qui est consacrée aux finances (les différents revenus ordinaires, les emprunts, la monnaie, l’évolution des prix) et, comme on l’a vu, aux forces militaires (de terre et de mer). À cette place substantielle des questions de géographie politique et militaire — on a remarqué ces dix ou vingt dernières années à quel point elles ont été évacuées de l’enseignement universitaire après Vidal de La Blache — seront sans aucun doute sensibles les lecteurs de l’actuelle revue Hérodote. Ensuite, l’importance donnée par l’enseignement à l’expansion de la Russie vers l’est, à la Russie d’Asie, aux relations avec la Chine : Mentelle paraît fasciné, comme nombre de ses contemporains dont il n’ignore pas les écrits, par cette orientation fondamentale de la puissance russe. On notera, enfin, le caractère résolument ethnographique que le professeur confère à ses descriptions des populations : dès la première des trois leçons, comme complément d’une classification selon les activités économiques, il présente des ethnies (des « peuples » dans son vocabulaire) avec beaucoup de détails (l’aspect physique, l’habitat, le vêtement, les coutumes funéraires, les croyances, pour les Samoyèdes ou les Kirghiz) ; dans la dernière leçon, il reprend l’inventaire des populations asiatiques. Persévérance, remords, remplissage ? On ne sait trop.

114De fait, l’impression laissée par le texte est bien différente lorsqu’on l’examine, non pas dans son ensemble, dans sa cohérence totale, mais dans ses divers développements.

  • 51 Les leçons sur la Russie ont été reprises par Mentelle à l’Institut, comme le montre M. S. Staum, (...)

115Mentelle se borne à recopier les bons auteurs de son temps. Il lui arrive de les citer (Pallas, Le Clerc), mais rarement. Même si le cours apparaît comme s’engageant dans des directions multiples, il n’est guère composé, en réalité, que de morceaux détachés, de pièces rapportées qu’il n’a pas pris la peine de façonner. Les trois pages du cours où il présente les habitants du Kamtchatka sont constituées par un emprunt à peu près textuel au Journal historique de Jean-Baptiste de Lesseps, l’interprète de La Pérouse, qu’il évoque de manière très vague ou erronée : à quelques fragments de phrases près, la description des habitations d’été et d’hiver est intacte, reproduisant même les jugements de valeur (les occupants mangent et dorment pêle-mêle dans la pièce unique du balagan, sans le moindre dégoût ni aucun scrupule, douzième leçon, p. 308). Des développements entiers (sur les Samoyèdes, les Kirghiz) proviennent de Pallas, cité deux fois, mais à propos du climat et des préjugés des Chinois... On reconnaît aussi des bribes de phrases, extraites de Le Clerc (sur Moscou, Saint-Pétersbourg), parfaitement visibles quand elles empruntent des appréciations (les rues de Moscou sont belles, larges et pavées, ibid., p. 298) : ici encore, la source a été signalée, mais dans une autre leçon, et à un autre sujet (le climat, toujours) ; il est vrai que, s’agissant de ces villes, Mentelle abrège beaucoup les descriptions de Le Clerc. Mais il travaille vite, très vite. On devine en tout cas comment l’enseignant, devant ses élèves, procède : penché sur ses papiers, il lit. Il lit des textes recopiés par lui, à moins qu’il ne transporte les ouvrages eux-mêmes, ce qui n’ajouterait sans doute rien à son prestige51.

Notes

1 J. Guillaume, éd., Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, publiés et annotés par Paris, 1891-[1957], 7 tomes, t. 3, p. 327-328 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France publiés par les soins du ministère de l’Instruction publique).

2 Sur Philippe Buache, N. Broc, Les montagnes mes par les géographes et les naturalistes de langue française au xviiie siècle. Contribution à l’histoire de la géographie, Paris, 1969 ; « Un géographe dans son siècle : Philippe Buache (1700-1773) », Dix-huitième siècle, 1971(3), p. 223-235 ; La géographie des philosophes. Géographes et voyageurs français auxviiie siècle, Paris, 1975, 600 p., ili. ; L. Lagarde, « Philippe Buache, 1700-1773 », Geographers. Biobibliographical Studies, 9, 1985, p. 21-27, et « Buache (Philippe) », in Lexicon zur Geschichte der Kartographie von den Anfängen bis zum ersten Weltkrieg [...], bearbeitet von Ingrid Kretschmer, Johannes Dörflinger und Franz Wawrik. Redaktionelle Mitarbeit : E. Tornasi, Vienne, Fr. Deuticke, 1986, 2 vol. (1, p. 119-121), ainsi que « Philippe Buache, ou le premier géographe français, 1700-1773 », Mappemonde, 1987(2), p. 26-30, fig. Sur un aspect particulier, L. Lagarde, « Une carte des tremblements de terre au xviiie siècle », Actes du 114e Congrès national des Sociétés savantes, Section de Géographie, Cartes, cartographes et géographes, Paris, 1989, (Paris, 1990).

3 Cité par L. Drapeyron, « L’éducation géographique de trois princes français au xviiie siècle, le duc de Berry et les comtes de Provence et d’Artois (Louis XVI, Louis XVIII, Charles X) », Revue de Géographie, 11(21), juillet-décembre 1887, p. 241-256 (cf. p. 244).

4 Sur Buache de La Neuville, Index biographique des membres et correspondants de l’Académie des sciences du 22 décembre 1666 au 15 décembre 1967, Paris, 1968 ; J. Simon, Une académie sous le Directoire, Paris, 1885, 473 p. (p. 396-399) ; M. Benoist, « Souvenirs maritimes », La marine marchande en 1953, numéro spécial édité par Le Journal de la Marine marchande, [1953], p. 163-169 ; pour des indications bibliographiques plus précises, D. Nordman, « Buache de La Neuville et la "frontière" des Pyrénées », in Images de la montagne. De l’artiste cartographe à l’ordinateur, Exposition de la Bibliothèque nationale, Paris, juin-septembre 1984, Catalogue, p. 105-110. Sur le rôle de Buache de La Neuville au Dépôt de la Marine, M. Pastoureau, « Histoire de la Bibliothèque nationale. Géographie et cartographie à la BN pendant la Révolution : un rendez-vous manqué », Revue de la Bibliothèque nationale, 32, été 1989, p. 62-69.

5 J.-N. Buache de La Neuville, Géographie élémentaire moderne et ancienne, contenant les principes de la géographie, une description générale du globe, & un détail particulier de l’Europe & de la France, Paris, d’Houry, 1772, 2 t. (cf. 1, p. IX-XI).

6 L. Drapeyron, art. cit., p. 251.

7 Voir les « Considérations sur l’origine des chaînes de montagnes et des isles », mémoire sans nom d’auteur présenté le 21 décembre 1782, Bibliothèque de l’Institut, Ms 2 311.

8 Bibliothèque de l’Institut, Ms 2 316, pièce 8.

9 Archives des Affaires étrangères, Limites, 442, Espagne (1787-1802), pièce 90, Buache [de la Neuville] à Montmorin, ministre des Affaires étrangères, Paris, 13 juillet 1791.

10 L. Lagarde, « Le passage du Nord-Ouest et la mer de l’Ouest dans la cartographie française du xviiie siècle, contribution à l’étude de l’œuvre des Delisle et Buache », Imago Mundi, 41, 1989, p. 19-43 ; C. Gaziello, L’expédition de Laper ouse, 1785-1788, réplique française aux voyages de Cook, Paris, 1984, 324 p., il 1. (cf. p. 22, 83) ; L. Drapeyron, éd., [J.-N. Buache de La Neuville], « Projet d’établissement en Afrique (1790) », Revue de Géographie, 10(20), janvier-juin 1887, p. 241-255. Buache de La Neuville participera aussi à la préparation de l’expédition de Baudin en Australie, en 1800 (M. S. Staum, « Human Geography in the French Institute : New Discipline or Missed Opportunity ? », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 23(4), oct. 1987, p. 332-340).

11 Synthèse de ces préoccupations : « Considérations géographiques sur la Guiane française, concernant ses limites méridionales, par le citoyen Buache. Lu le 27 frimaire an VI », Mémoires de l’Institut national des sciences et arts. Sciences morales et politiques. Paris, Baudouin, t. 3, prairial an IX, p. 15-39, carte.

12 A. Gougenheim, « La Champagne, berceau de l’hydrographie française », Actes du 95e Congrès national des Sociétés savantes, Section de Géographie, Reims, 1970 (Paris, 1973), p. 33-42, et La Revue maritime [...], 289, juillet 1971, p. 920-928. Sur Beautemps-Beaupré, H. Richard, Une grande expédition scientifique au temps de la Révolution française : le voyage de d’Entrecasteaux à la recherche de Lapérouse, préface de M. Mollat du Jourdin, Paris, 1986, 376 p., ill. (cf. p. 66-67).

13 Bon-Joseph Dacier, « Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Mentelle », Histoire et mémoires de l’Institut royal de France, Académie des inscriptions et belles-lettres, 7, 1824, p. 212-222 (notice lue à une séance de juillet 1819) ; sur Mentelle, cf. également P.-J. Larche, « Notice sur Mentelle », Magazin Encyclopédique, 1, 1816, p. 359-371 ; C. de Salm, Notice sur la vie et les ouvrages de Mentelle, Paris, F. Didot, 1839, VI + 40 p. ; J. Simon, op. cit., p. 399-401 ; Cl. Perroud, éd. Lettres de Madame Roland publiées par Paris, 1900-1902, 2 tomes (1780-1787, 1788-1793), t. 2, p. 767-777 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France publiés par les soins du ministre de l’Instruction publique) ; N. Broc, La géographie des philosophes [...], op. cit., p. 470-471 ; F. Lapadu-Hargues, « Mentelle (Edme) », Lexicon [...], op. cit., 2, p. 484-485. On trouvera maintenant, sur la carrière et l’œuvre de Mentelle, un exposé particulièrement précis, fournissant de très nombreuses indications complémentaires auxquelles nous nous bornons à renvoyer le lecteur, dans l’article de L.R. Marchant, « Edmunde Mentelle 1730-1815. François-Simon Mentelle 1731-1799 », Geographers. Biobiblio-graphical Studies, 11, 1987, p. 93-104 (la liste des ouvrages de Mentelle — qui ne comprend pas moins de trente et un titres de géographie et de géographie historique, certains en plusieurs volumes, auxquels s’ajoutent des atlas et des cartes — figure p. 102-103).

14 J.-P. Brissot, Mémoires (1754-1793), publiés avec étude critique et notes par Cl. Perroud, Paris, t. 1, p. 178. Mentelle fera la distinction entre d’Anville, « savant infatigable », et lui-même, qui s’appliquait à perfectionner la méthode d’enseignement : « Il semblait que Mr d’Anville et moi nous nous fussions partagé les champs de la géographie », Archives nationales, F17 1541, Paris, 12 prairial an XII, lettre au ministre de l’Intérieur.

15 L.-V. Thiéry, Guide des amateurs et des étrangers voyageurs à Paris, ou Description raisonnée de cette ville, de sa banlieue, & de tout ce qu’elles contiennent de remarquable [...], Paris, Hardouin et Gattey, 1787, 2 tomes (t. 2, p. 495-499). Je dois à Dominique Julia, que je remercie, la référence à ces deux derniers ouvrages.

16 Sur l’École militaire, cf. R. Laulan, « L’enseignement à l’École royale militaire de Paris (de l’origine à la réforme du comte de Saint-Germain : 1753-1776) », L’Information historique, 19 (4), septembre-octobre 1957, p. 152-158.

17 Sur la carrière de Mentelle à l’École militaire, quelques informations aux Archives nationales, MM 679, mémoire, 5 juin 1760, ff. 4v°-5r ; mémoire à Choiseul (copie), 6 mai 1762, f° 61v° ; mémoire, 22 avr. 1765, f° 135r ; O1 1605, « Mémoire ou observations des professeurs de l’École royale militaire [...] », pièce 284, 30 oct. 1764 ; Archives du ministère de la Guerre, YA 147, « 1777, État du tems de service, des appointemens et des pensions accordées aux personnes attachées à l’École Rie militaire ».

18 Archives nationales, O1 1606, États et comptes de la Bibliothèque de l’École militaire, pièces 215 (15 juin 1779), 216 (22 juin 1779), 217 (16 juin 1779), 233 (28 mai 1788).

19 Pour les cartes, outre les listes citées, Archives nationales, MM 666, 4 septembre 1760, p. 32 : des professeurs d’histoire et de géographie demandent qu’une mappemonde historique, géographique et chronologique soit mise sur une toile et déposée dans une classe sous deux battants fermés à clef.

20 Cl. Perroud, éd., Lettres de Madame Roland, op. cit., t. 2, p. 769-770.

21 Bibliothèque nationale, Nouvelles acquisitions françaises 9533 (papiers Roland), ff. 223-229 ; Cl. Perroud, « Jany le dernier correspondant de Madame Roland », La Révolution française, 1896, p. 5-37, et « Un dernier mot sur Jany-Mentelle », ibid., 18, p. 227-228.

22 J. Guillaume, éd., op. cit., t. 2, p. 136 ; lettre de Mentelle au président du comité d’Instruction publique, 1er octobre 1793, an II, ibid., p. 526-527 ; ibid., p. 599.

23 Marc Régaldo, Un milieu intellectuel : la Décade philosophique (1794-1807), Lille III/Paris, 1976, 5 tomes (t. 4, p. 53 ; t. 5, p. 783).

24 Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Ms 771, ff. 48-49 (indemnités versées aux professeurs de l’École centrale du Panthéon pour prairial an IV) ; ibid., 80 r° (attestation visée par Mentelle, Quatre-Nations, 25 floréal an VIII) ; M. Guy, « L’enseignement de l’histoire dans les écoles centrales (an IV-an XII) », Annales historiques de la Révolution française, 53(243), janvier-mars 1981, p. 89-122.

25 Archives nationales, F17 1253, documents sur la Commission temporaire des arts, ans II-IV : pièces 180, 180(2), 180(3) (Rapport fait au nom de la Commission, par Mentelle), 198, 205, 214. Sur la Commission des arts, cf. Introduction générale, note 1, p. 2.

26 C. de Salm, op. cit., p. 37.

27 Archives nationales, F17 1344(5), enquête sur les professeurs des écoles centrales, pièce 19, réponse de Mentelle, 3 prairial an VII. Voir L. R. Marchant, pour la liste complète des ouvrages de Mentelle art. cit., p. 102-103. Certains de ces ouvrages peuvent avoir été largement diffusés, comme ce dictionnaire géographique en deux volumes tiré à 4 000 exemplaires (F. Barbier, Trois cents ans de librairie et d’imprimerie. Berger-Levrault 1676-1830, Genève, 1979, 531 p., p. 269, 271).

28 Archives nationales, F17 1344(5), pièces 82, 84-85 (professeur à Jemmapes), 88-89 (Bourg), 158 (Poitiers) ; cf. M. Guy, art. cit., p. 99 ; L. Trenard, « Les écoles centrales », Dix-huitième siècle, 14, 1982, p. 57-74 (cf. p. 63).

29 Archives nationales, F17 1344(5), pièces 193-195, « Analyses géographiques ».

30 D. Julia, Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution. Paris, 1981, 395 p. (cf. p. 231) ; exemples dans L. Trenard, « Manuels scolaires au xviiie siècle et sous la Révolution », Revue du Nord, 55 (217), avril-juin 1973, p. 99-111, et « Les écoles centrales », art. cit. ; D. Nordman, « La pédagogie du territoire, 1793-1814 », in D. Nordman et M.-V. Ozouf-Marignier, éds. Le territoire. Réalités et représentations (Atlas de la Révolution française 4), Paris, 1989, p. 62-64, 98.

31 E. Mentelle, Méthode courte et facile, pour apprendre aisément, et retenir sans peine la nouvelle géographie de la France, avec trois cartes, Paris, chez l’auteur/Blachon, 1791, VI + 72 p.

32 E. Mentelle, La géographie enseignée par une méthode nouvelle, ou application de la synthèse à l’étude de la géographie, ouvrage destiné aux écoles primaires, avec 9 cartes enluminées, Paris, chez l’auteur, an IV, XX + 113 p., cartes 1 : 4 700 000 env. Allusion à cette méthode pédagogique dans le deuxième débat, p. 202.
Une lettre des élèves de l’Ecole normale originaires du district de Provins donne des indications sur le rôle de Mentelle (auteur de ce livre élémentaire de géographie, discuté à ce titre, testé en quelque sorte, dans les séances de l’École normale) en même temps que sur la classique compétition entre les villes (ici pour l’école centrale) : « L’on a observé à Mentelle qu’il ne devait pas se borner à parler du chef-lieu de département : mais qu’il devait encore faire connaître les autres villes remarquables par leur position et leur commerce. Nous croyons donc que Provins mérite une note ; sa situation vraiment pittoresque, connue des étrangers, son commerce de bled, ses tanneries, ses droguets, sa manufacture naissante de coton, son canal, ses eaux minérales, ses coteaux bien faits pour attirer les regards des naturalistes par l’abondance et la variété de leurs plantes, ses roses connues sous le nom de roses de Provins, tous ces avantages nous ont paru dignes d’être communiqués à l’auteur du livre élémentaire de Géographie » (Archives départementales de Seine-et-Marne, L 558, lettre aux citoyens administrateurs du district de Provins, Paris, 4 germinal an III, transmise par D. Julia).

33 E. Mentelle, La géographie enseignée [...], op. cit., éd. an XII-1804, p. 4-5. Pour une démarche pédagogique comparable, depuis le plan de la commune jusqu’à la mappemonde et au globe, cf. « Proposition d’une nouvelle méthode pour enseigner la géographie », par J. D. Barbie, chargé de la partie géographique à la Bibliothèque nationale, Magazin encyclopédique, ou journal des sciences, des lettres et des arts [...], t. 2, an III, p. 483-491.

34 G. Duprat, « Les globes terrestres dédiés au roi de Rome à Paris et à Luchon », Actes du 96e Congrès national des sociétés savantes. Section de géographie, Études géographiques sur le Sud-Ouest, Toulouse, 1971 (Paris, 1975), p. 311-325, ill., et « Les globes anciens, terrestres et célestes, dessinés et peints à la main, conservés en France », Actes du 97e Congrès national des sociétés savantes, Section des sciences, t. I, Nantes, 1972 (Paris, 1976), p. 385-406, ill. ; du même auteur, Liste des globes terrestres et célestes anciens — antérieurs à 1850 — conservés dans les collections publiques de France, avant-propos d’E. Pognon, Paris, novembre 1970, dactylogr. (C.N.R.S.., Recherche coopérative sur Programme n° 172), nos 136 et 152 ; M. Destombes, « De la chronique à l’histoire : le globe terrestre monumental de Bergevin (1784-1795) », Archives internationales des Sciences, 21, 1977, p. 113-134. Sur le projet de globe en cire, Archives nationales, F17 1541, Mentelle au ministre de l’Intérieur, Paris, 17 pluviôse an X ; Rapport au ministre, Paris, 14 ventôse an X.

35 L. Trenard, « Manuels [...] », art. cit.

36 Abbé L. A. Nicolle de La Croix, Géographie moderne, Londres, Dodsley, 1777.

37 D. Martineau du Plessis, Nouvelle géographie ou description exacte de l’univers, Amsterdam, G. Gallet, 1700.

38 Lenglet-Dufresnoy, Méthode pour étudier la géographie, Paris, 1715.

39 Abbé L. A. Nicolle de La Croix, op. cit., p. XI.

40 D. Martineau du Plessis, op. cit., p. II.

41 Abbé L. A. Nicolle de La Croix, op. cit., p. 14.

42 D. Martineau du Plessis, op. cit.

43 Abbé L. A. Nicolle de La Croix, op. cit., p. 40-42.

44 N. Broc, Les montagnes [...], op. cit.

45 N. Broc, Les montagnes [...], op. cil. ; Images de la montagne [...], op. cit.

46 L. Trenard, art. cit.

47 D. Nordman, « Buache de La Neuville [...] », art. cit.

48 D. Martineau du Plessis, op. cit.

49 F.-D. Liechtenhan, « Custine avant Custine : un jésuite en Russie », Revue de la Bibliothèque nationale, 33, automne 1989, p. 37-46.

50 M. Régaldo, op. cit., I, p. 259-262.

51 Les leçons sur la Russie ont été reprises par Mentelle à l’Institut, comme le montre M. S. Staum, « Human Geography [...] », art. cit., p. 334. Ce cours de l’an III, malgré ses lacunes évidentes, mais aussi en raison de certains de ses développements (cf. infra, notes du texte), pourrait utilement figurer dans une étude générale, qui fait actuellement défaut, sur l’ensemble de la pensée géographique sous la Révolution (et l’Empire) ; pour une première approche, A. Godlewska, « Traditions, Crisis, and New Paradigms in the Rise of the Modern French Discipline of Geography 1760-1850 », Annals of the Association of American Geographers, 79(2), juin 1989, p. 192-213.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540