Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’histoire de Volney

Programme

3 Pluviôse/22 Janvier

Texte intégral

1L’histoire, si on la considère comme une science, diffère essentiellement des sciences exactes, et naturelles : dans celles-ci, les faits subsistent encore, ils sont vivants, et l’on peut les représenter au spectateur et au témoin ; dans celle-là les faits ne subsistent plus ; ils sont morts, et l’on ne peut les ressusciter devant l’auditeur, ou les confronter au témoin. Les sciences naturelles s’adressent immédiatement aux sens ; l’histoire ne s’adresse qu’à l’imagination et à la mémoire : d’où il résulte une différence essentielle entre la certitude des faits historiques et la certitude des faits naturels ; ceux-ci se laissant voir en personne dans le tableau constant de l’univers ; ceux-là n’apparaissant, pour ainsi dire, qu’en fantômes dans le miroir magique de l’entendement humain, où ils se plient aux projections les plus bizarres. Pour s’en faire une idée raisonnable, il est donc nécessaire de les considérer sous un double rapport : 1° sous le rapport de leur propre essence, c’est-à-dire, d’après l’analogie ou l’opposition qu’ils ont avec des faits de même espèce, encore subsistants et connus ; ce qui constitue la probabilité ou l’invraisemblance ; 2° sous le rapport de leur narrateur et de leurs témoins examinés dans leurs facultés morales, dans leurs moyens d’instruction, d’information, et dans leur impartialité ; c’est le jugement d’une double réfraction, que sa complication et sa délicatesse rendent possible, et sujet à beaucoup d’erreurs.

2Appliquant ces observations aux principaux historiens anciens et modernes, l’on examinera quel caractère présente l’histoire chez différents peuples ; quel caractère surtout elle a pris en Europe depuis environ un siècle. L’on fera sentir la différence notable qui se trouve dans le génie historique d’une même nation, selon les progrès de sa civilisation, selon la gradation de ses connaissances exactes ; et de ces recherches sortiront plusieurs questions importantes.

  1. Quel degré de certitude, quel degré de confiance doit-on attacher aux récits de l’histoire en général, ou dans certains cas particuliers ?
  2. Quelle importance doit-on attribuer aux faits historiques, et quels avantages ou quels inconvénients résultent de l’opinion de cette importance ?
  3. Quelle utilité sociale et pratique doit-on se proposer, soit dans l’enseignement, soit dans l’étude de l’histoire ?

3Pour développer les moyens de remplir ce but d’utilité, l’on recherchera dans quel degré de l’instruction publique doit être placée l’étude de l’histoire ; si cette étude convient aux écoles primaires, et quelles parties de l’histoire peuvent convenir, selon l’âge et l’état des citoyens.

4L’on examinera quels hommes doivent se livrer et quels hommes l’on doit appeler à l’enseignement de l’histoire ; quelle méthode paraît préférable pour cet enseignement ; dans quelles sources l’on doit puiser la connaissance de l’histoire, ou en rechercher les matériaux ; avec quelles précautions, avec quels moyens on doit l’écrire ; quelles sont les diverses manières de l’écrire, selon ses sujets ; quelles sont les diverses distributions de ces sujets ; enfin quelle est l’influence que les historiens exercent sur le jugement de la postérité, sur les opérations des gouvernements, sur le sort des peuples.

5Après avoir envisagé l’histoire comme narration de faits, envisageant les faits eux-mêmes comme un cours d’expériences que le genre humain subit sur lui-même, l’on essayera de tracer un tableau sommaire de l’histoire générale, pour en recueillir les vérités les plus intéressantes. L’on suivra chez les peuples les plus célèbres la marche et les progrès :

  1. Des arts, tels que l’agriculture, le commerce, la navigation.
  2. De diverses sciences, telles que l’astronomie, la géographie, la physique.
  3. De la morale privée et publique ; et l’on examinera quelles idées on s’en est fait à diverses époques.
  4. Enfin l’on suivra la marche et les progrès de la législation ; l’on considérera la naissance des codes civils et religieux les plus remarquables ; l’on recherchera quel ordre de transmissions ces codes ont suivi de peuple à peuple, de génération à génération ; quels effets ils ont produit dans les habitudes, dans les mœurs, dans le caractère des nations ; quelle analogie les mœurs et le caractère des nations observent avec leur climat, et avec l’état physique du sol qu’elles habitent ; quels changements produisent dans ces mœurs les mélanges des races, et les transmigrations ; et jetant un coup d’œil général sur l’état actuel du globe, nous terminerons par proposer l’examen de ces deux questions :
    1. À quel degré de sa civilisation peut-on estimer que soit arrivé le genre humain ?
    2. Quelles indications générales résultent de l’histoire, pour le perfectionnement de la civilisation, et l’amélioration du sort de l’espèce ?

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540