Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’histoire de Volney

Introduction

Barthélémy Jobert

Texte intégral

  • 1 La synthèse la plus complète sur Volney est celle de Jean Gaulmier, L’idéologue Volney, 1757-1820, (...)
  • 2 J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 270-271 sur les circonstances de la publication. Voir également l’i (...)
  • 3 Arrêté du 1er brumaire an III, cité dans J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 302.
  • 4 Ibid., p. 302 et n. 4.

1Rien de particulier ne paraissait destiner Volney à la chaire d’histoire de l’École normale1. Si son insertion dans le corps professoral pouvait aller de soi, ses travaux antérieurs, les commandes du gouvernement révolutionnaire, semblaient le destiner plutôt au cours de morale ou de civisme : après avoir publié La Loi naturelle ou le catéchisme du citoyen en 1793, probablement sur la demande de Garat2, il s’était vu ainsi naturellement demander par la Convention un manuel élémentaire de « développements ou explications des droits de l’homme et de la Constitution » pour l’enseignement dans les écoles primaires3. Le programme comprenait également neuf autres manuels, qui ne seront jamais rédigés, à l’exception d’un seul. Mais les professeurs à l’École normale seront à peu de chose près ceux qui avaient primitivement été choisis pour en être les auteurs. Volney trouve alors son assignation définitive : Garat, d’abord chargé de l’histoire, prend l’analyse de l’entendement dont le titulaire pressenti a disparu4. Et Volney récupère la chaire d’histoire laissée libre par Garat, où, et tous les témoignages concordent sur ce point, il fait forte impression.

  • 5 Magasin encyclopédique, an III, I, p. 472-473. L’article résume le cours et en reprend d’ailleurs d (...)

2« Un des cours [de l’École normale] les plus importants par son objet, par la nouvelle direction qu’il pouvait donner à l’esprit humain, était sans contredit celui de l’histoire. Le citoyen Volney, qui en était chargé, l’avait commencé d’une manière qui promettait trop pour ne pas laisser les regrets de le voir incomplet. Les vues que ce cours contient sur la manière d’étudier l’histoire, sur l’utilité qu’on peut en tirer, etc., nous ont parues dignes d’être connues, et c’est ce qui nous a déterminé à en présenter ici l’analyse. Un programme simple et noble, exempt d’enflure et de charlatanisme, expose la manière de voir et la démarche de l’auteur (...)5 »

  • 6 La Décade philosophique, n° 30, pluviose an III, p. 353-354.
  • 7 Ibid, p. 354-355.

3La Décade philosophique souligne la valeur des leçons de Volney : « Ce cours [de géographie, prononcé par Buache et Mentelle] est celui de tous qui jusqu’à présent a le moins satisfait les élèves, et qui semble le moins tendre au grand but que se propose l’institution. Il n’en est pas ainsi du cours d’histoire. Volney avait, dans son programme, amené des vues nouvelles, une nouvelle manière de considérer l’histoire, ou les faits qu’elle retrace [...]. Le professeur, dans sa première leçon, a fait aisément sentir les difficultés d’un plan aussi neuf et aussi vaste, mais la manière dont il a commencé à l’exécuter prouve que ces difficultés seront vaincues6. » Et de conclure : « De telles considérations jettent sur cette partie intéressante des connaissances humaines [l’influence des passions] un jour qui, non seulement éclairera la science, mais qui, contribuant beaucoup au perfectionnement de la raison et à la rectification du jugement, sera l’un des instruments les plus efficaces employés pour ce double effet dans l’Ecole normale7. »

  • 8 J. Fourier, « notes sur l’École normale et les personnes attachées à cet établissement », Bibliothè (...)

4Le témoignage des contemporains va dans le même sens. Fourier note que « Volney est un homme assez jeune, fort bien vêtu, grand, d’un extérieur très agréable. Je connais peu ses écrits. Il parle avec facilité et en termes extrêmement choisis ; sa parole est lente, et il semble s’y complaire. Si les connaisseurs ne sont pas flattés sous le rapport du goût, ils sont du moins étonnés par l’éclat de la diction. Il a voulu remplir son cours de trop de philosophie, et au milieu de ces accessoires brillants, l’objet principal de l’instruction disparaît8. »

  • 9 Lettre du 1er ventôse an III, Bibliothèque municipale du Havre, Ms. 132. Nicolas Lenglet du Fresnoy (...)

5Et Bailly, prote chez Didot, donne à Bernardin de Saint-Pierre qui lui demandait des renseignements sur les cours de ses collègues et la façon dont ils étaient reçus, une appréciation très négative, sauf en ce qui concerne Volney. Ce dernier « [...] écrit sa leçon d’avance et il fait bien. Il a de la clarté, et je lui entends dire de bonnes choses sur la manière d’étudier et d’écrire l’histoire. J’ignore quel parti il a pu tirer de l’ouvrage de Lenglet du Fresnoy sur la même matière, attendu que je ne connais celui-ci que de nom [...]9 »

6Ces quelques jugements montrent l’intérêt qu’ont pu susciter ces leçons d’histoire et soulignent leur qualité intrinsèque. Et ce n’est pas pour étonner quand on connait la célébrité de leur auteur : en 1795 Volney n’est pas un inconnu. Il a participé aux débuts de la Révolution, et une carrière littéraire déjà bien engagée témoigne en sa faveur.

Constantin-François Chassebœuf, dit Volney

  • 10 Notre Collège de France.

7Né en 1757 à Craon, dans une famille de la bourgeoisie robine, c’est en Anjou qu’il fait ses premières études, aux collèges d’Ancenis puis d’Angers. Indépendant matériellement grâce à l’héritage de sa mère, qu’il a tôt perdue, il commence son droit dans cette dernière ville (1774-1775), avant de partir pour Paris en 1776 afin d’étudier la médecine qui l’intéresse également. Ses années de formation parisienne sont déterminantes pour sa future carrière. Intellectuellement, outre la médecine, il apprend les langues orientales : l’hébreu, auquel il s’était initié à Angers, l’arabe avec Leroux des Hausterayes au Collège Royal10. Il se lie parallèlement à celui qui sera son grand ami, Cabanis, grâce auquel il est introduit dans le salon de Madame Helvétius à Auteuil, puis chez le baron d’Holbach, pénétrant ainsi dans un milieu qui formera jusqu’à sa mort le cadre de son œuvre autant que de sa vie sociale.

8Survient alors un premier événement important : le voyage en Orient qu’il entreprend de 1783 à 1785. L’a-t-il effectué de lui-même ou, comme le suggère J. Gaulmier, à la demande du ministre des Affaires étrangères, remplissant ainsi une mission secrète d’information ? On ne sait, mais les deux années passées d’abord en Égypte (janvier-octobre 1783), puis en Syrie (novembre 1783-novembre 1784), enfin en Palestine (novembre 1784-février 1785) le marquent, quoi qu’il en soit, profondément. De retour en France, il se retire en Anjou. Il y rédige son Voyage en Syrie et en Égypte, paru en 1787 sous le pseudonyme, qu’il adopte alors définitivement, de Volney (probablement la contraction, significative, de Voltaire et de Ferney). Le succès est considérable, mais Volney ne s’en tient pas à une simple carrière d’homme de lettres ou plutôt de « philosophe », dans la continuité des Lumières où ses premiers écrits le placent naturellement.

  • 11 On se reportera sur cet aspect à H. Laurens, Les origines intellectuelles de l’expédition d’Egypte  (...)
  • 12 Il est reporté trois fois sur l’état nominatif des professeurs de l’École normale (Archives nationa (...)

9Il s’oriente en effet peu à peu vers l’action politique : il publie, en février 1788, des Considérations sur la guerre des Turcs et des Russes, adhère à la Société des Amis des Noirs, et déploie surtout une vive activité pamphlétaire à Rennes, dans l’agitation provoquée par la convocation des États généraux. Volney est élu député du Tiers-État d’Anjou, et s’impose comme un des membres éminents de l’Assemblée dès l’ouverture de ses travaux, en mai 1789, jouant ainsi par la suite un grand rôle dans les débats de la Constituante jusqu’à la mort de Mirabeau, dont il était très proche, en avril 1791. Il publie alors Les Ruines. L’ouvrage connaît un énorme retentissement11 et reste d’ailleurs de nos jours la seule œuvre de Volney connue, sinon lue, au-delà du cercle restreint des seuls spécialistes. L’auteur, désormais célèbre, consolide ainsi sa carrière littéraire et philosophique en même temps que son assise politique. L’évolution des affaires publiques pendant les mois qui suivent, la radicalisation des partis, entraînent pourtant un éloignement progressif de Volney qui se désintéresse, après 1792, de la politique active. Rompant complètement avec la vie parisienne, il s’installe en Corse où il tente de développer, dans un bien national qu’il a acquis, une audacieuse entreprise agricole : essai qui se solde par un échec et entraîne son retour à Paris au début de 1793. Nommé commissaire observateur dans l’Ouest, il y séjourne jusqu’à l’automne tout en préparant un voyage aux États-Unis ; cependant, sur le point de s’embbarquer (novembre 1793), il est arrêté, non pour des raisons politiques mais parce qu’il n’a pas réglé l’achat de ses domaines corses. Libéré en août 1794 sans avoir été autrement inquiété, il part liquider ses affaires dans le Midi. Il est bientôt rappelé à Paris par la Convention, qui le nomme professeur à l’École normale tout juste créée. Il y donne ses Leçons d’histoire, (3 pluviôse-3 germinal an III, 22 janvier-23 mars 1795)12, publie en même temps ses Questions de statistique à l’usage des voyageurs, et, après la fermeture de l’École en juillet, s’embarque enfin pour les États-Unis où il reste deux ans et demi (octobre 1795-juin 1798).

10Il connaît à son retour à Paris une intense activité politique. Son rôle y est alors de premier plan. Théoricien et penseur reconnu (il a été nommé, dès la création de l’Institut, membre de la classe des sciences morales et politiques), il est en effet de ceux qui préconisent le recours à Bonaparte et participent à l’élaboration du coup d’État de Brumaire. Ses relations avec le Premier Consul remontaient à son séjour en Corse : Bonaparte, lecteur des Ruines, le considérait comme un mentor, et tous deux s’étaient revus en septembre 1794. Aussi les débuts du Consulat voient-ils Volney très influent politiquement, bien qu’il n’occupe aucun poste important. Les questions coloniales et surtout religieuses séparent cependant les deux hommes, et la cassure s’élargit, au grand regret, semble-t-il, de Bonaparte, qui a toujours ménagé à Volney des occasions de réconciliation. Mais ce dernier tient ferme sur ses principes : il ne peut admettre ni le Concordat, ni l’instauration du Consulat à vie, prélude à l’Empire, qui le range définitivement dans l’opposition. Il n’en reste pas moins sénateur (nommé en 1799, il a donné sa démission, refusée, en 1804), et est fait comte de l’Empire en 1808. Il se cantonne désormais dans ses activités savantes : publication du Tableau du climat et du sol des États-Unis (1803) et des Recherches nouvelles sur l’histoire ancienne (1813). Il approuve le retour des Bourbons, est fait pair de France, mais reste dans l’opposition devant la politique réactionnaire menée en 1815. Il publie ainsi en 1819 une Histoire de Samuel ou du sacre des rois, où il prend nettement position contre le sacre éventuel de Louis XVIII. Il meurt en 1820, sans avoir renié ses principes, ayant consacré ses dernières années, pour l’essentiel, à des travaux d’érudition et des activités philanthropiques touchant à l’agriculture et à l’enseignement.

Les Leçons d’histoire dans la vie et l’œuvre de Volney

11Ces quelques indications biographiques permettent de remarquer d’emblée la position centrale qu’occupent dans la vie de Volney les Leçons, situées chronologiquement entre ses deux grandes périodes d’activité politique, intellectuellement entre deux versants à peu près égaux de son œuvre publiée. Elles se placent surtout entre deux voyages, en Orient et aux États-Unis, bases autant que champs d’application et d’expérimentation de ses recherches, dont la diversité ne signifie nullement une quelconque dispersion. Il n’est donc pas étonnant de retrouver, tout au long du texte, la trace de la vie, des expériences, des préoccupations intellectuelles de Volney durant la première partie de sa carrière. Le voyage en Orient, l’activité politique dès les débuts de la Révolution, la publication des Ruines autant que du Catéchisme du citoyen se manifestent ainsi dans les Leçons à des degrés divers, mais clairement identifiables, tout comme la personnalité même de l’homme, par le biais d’allusions biographiques plus ou moins précises (par exemple les remarques sur la médecine qui parsèment le texte).

12On l’a noté plus haut, l’activité de Volney dans les années qui précèdent la Révolution est essentiellement marquée par le voyage en Égypte et en Syrie, méthodiquement préparé. Il trouve son aboutissement dans la rédaction d’une relation, presque un essai, qui introduit Volney dans la république des lettres et se prolonge par la publication de la Guerre contre les Turcs et bien sûr des Ruines. Ces activités accaparent tout son temps, si l’on excepte la fréquentation des salons et des cercles intellectuels parisiens, sur laquelle nous reviendrons, ou les études de médecine avec Cabanis, vite abandonnées. Le voyage en Orient, ne l’oublions pas, a tout de même duré deux ans... On comprend donc qu’il apparaisse dans les Leçons, et d’abord sous la forme de simples souvenirs : « il faut avoir vécu dans les pays où n’existe point l’art libérateur de la presse, pour concevoir tous les effets de sa privation, pour imaginer tout ce que la disette de livres et de papiers-nouvelles jette de confusion dans les récits, d’absurdité dans les oui-dire, d’incertitude dans les opinions, d’obstacles dans l’instruction, d’ignorance dans tous les esprits » (deuxième leçon, p. 71) ; de réflexions aussi sur ce qu’il a pu découvrir : « le témoignage des voyageurs exacts [notons dès à présent le terme] nous présente [...] encore en ce moment chez les peuples sauvages la preuve de cette incohérence de récits, de cette absurdité de traditions dont nous parlons ; et ces traditions sont nulles, à beaucoup d’égards, même dans le pays de l’Asie, où l’on en place plus particulièrement le foyer et la source » (ibid., p. 68) ; souvenir enfin de la rédaction du Voyage en Égypte et en Syrie (cinquième leçon, p. 103 sq.).

  • 13 Histoire de Samuel, inventeur du sacre des rois, O.C., p. 596-597.

13Le séjour oriental donne une dimension concrète à la méthodologie mise en œuvre dans les Leçons, et de simples incidences biographiques deviennent autant d’exemples appliqués. Comme Volney l’écrira par la suite : « Je ne saurais vous exprimer le changement que cette tournée de quelques mois a produit dans mon esprit, et surtout dans mes opinions du genre historique ; presque rien de tout ce que j’ai vu n’a ressemblé aux images que je m’en étais faites, aux idées que nous en donne notre éducation : et au fait, que peuvent savoir de plus nos docteurs d’école et de cabinet ? Aujourd’hui il m’est démontré que nous autres Occidentaux n’entendons rien aux choses d’Asie : les usages, les mœurs, l’état domestique, politique, religieux, des peuples de cette contrée, diffèrent tellement des nôtres, que nous ne pouvons nous les représenter sur de simples récits ; il faut avoir vu soi-même les objets, pour en saisir les rapports, pour en lier le système ; cela veut du temps, de la méditation : un voyageur qui ne ferait que passer ne verrait qu’incohérence, n’emporterait que surprise ; il recevrait les récits sans apprécier les témoignages ; il admettrait les faits sans les avoir discutés, et, par négligence ou par amour-propre, il transmettrait à d’autres les erreurs qu’il aurait acceptées, il se dissimulerait même celles qu’il n’aurait pu redresser. Pour moi, j’avoue franchement que je suis arrivé ici imbu d’une foule d’opinions que maintenant je reconnais pour n’être que des préjugés sans fondement. [...]13 »

  • 14 J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 65-66. La remarque vaut également pour sa préparation physique.
  • 15 C. Port éd., Souvenirs d’un nonagénaire. Mémoires de François-Yves Besnard, Paris-Angers-Le Mans, 1 (...)

14L’expérience acquise en Egypte et en Syrie justifie la méthode d’observation et d’analyse développée dix ans plus tard. Il n’y a donc rien d’étonnant à en retrouver ici l’écho, à commencer par celui de la minutieuse préparation intellectuelle à laquelle s’astreignit Volney14 la question de l’apprentissage des langues, condition première pour bien connaître un pays, évoque le souvenir des cours d’arabe qu’il a suivi au Collège royal, et des lectures préparatoires qu’il a faites alors, notamment celle des diverses relations des voyageurs qui l’avaient précédé en Orient. Citons à ce sujet un contemporain de Volney, François-Yves Besnard, dont les souvenirs montrent bien comment les Leçons font écho au séjour oriental. Nous sommes en 1787. Volney, qui vient donc de publier son Voyage en Égypte et en Syrie, en raconte « diverses particularités » à Besnard, « entre autres celle de s’être appliqué à l’étude de la langue du pays, de manière à pouvoir converser non seulement avec les principaux, mais avec les plus chétifs habitants, persuadé, disait-il, qu’il y a plus de franchise et de vérité dans la bouche des plus pauvres paysans que dans celle des individus placés dans les plus hauts rangs de la société, — puis la précaution prise de n’admettre pour authentiques les divers renseignements, qui pourraient lui être fournis, qu’après les avoir soumis au plus sévère examen ; — qu’en conséquence il avait rejeté tous ceux, dont la véracité n’était pas reconnue par les deux ou trois individus, capables d’en juger, auxquels il allait demander leur avis sur ce qu’ils contenaient, et que d’après cette méthode il en avait répudié plusieurs centaines. J’ai su plus tard, par l’ami le plus intime qu’ait eu Volney pendant plus de vingt ans, — le docteur de la Metterie —, que non seulement il avait pris pour la rédaction de son voyage les précautions précitées, mais qu’avant d’imprimer il soumettait partiellement les feuilles du manuscrit, tantôt à l’un, tantôt à l’autre des hommes de lettres les plus distingués, avec prière de les lire attentivement et de noter les changements qu’ils croiraient utiles d’introduire soit dans le style, soit dans l’expression de la pensée15 ».

  • 16 S. Moravia, « La méthode de Volney » Corpus, 11-12, 4e trimestre 1989, p. 21.

15Plus généralement, dans le besoin que Volney éprouve de tableaux « de faits bien positifs et bien constatés » pour disposer de « toutes les données nécessaires à bien connaître la constitution morale et politique d’une nation » (cinquième leçon, p. 96), se manifestent les deux éléments qui semblent le mieux résumer ses principes méthodologiques : observer et mesurer16. Ces tableaux serviront ainsi par la suite de fondements solides et assurés pour l’étude du développement des peuples, entendons de leur histoire.

  • 17 S. Moravia, « Philosophie et géographie à la fin du xviiie siècle », Studies on Voltaire and the Ei (...)

16On doit à Sergio Moravia d’avoir tout particulièrement éclairé ce point précis de la pensée de Volney, où le séjour oriental rejoint les Leçons, et mis en valeur l’importance essentielle du voyage et partant de la géographie « positive » dans la réflexion des idéologues : « aux hypothèses et aux ‘romans’ on oppose, d’une façon plus catégorique qu’autrefois, la marche lente et sûre de l’observation et de l’analyse17 ». Mais l’une et l’autre ne sont pas innées. Elles s’acquièrent avec méthode et doivent perpétuellement être mises à l’épreuve sur le terrain. A ce stade, rien n’est admis qui ne soit conforté par une observation directe et raisonnée. On ne sera donc pas étonné de voir Volney remettre en cause, sur quelques points précis, Buffon et Montesquieu, autorités s’il en est dans le monde des Lumières (cinquième leçon, p. 104). L’un a péché par excès de généralisation, et l’autre par défaut d’observation directe. C’est un exemple personnel que Volney développe ici pour l’édification de tous, et il n’en prend que plus de portée.

17Commençant par discuter la fameuse théorie des climats énoncée dans l’Esprit des lois, ou plutôt popularisée, tant il s’agit alors d’un véritable poncif, il renvoie l’auditeur, ou le lecteur, au texte majeur de Montesquieu, par ailleurs référence théorique courante chez les révolutionnaires modérés. L’attaque n’en porte que davantage, comme c’était auparavant le cas dans le Voyage en Egypte et en Syrie :

  • 18 Voyage en Egypte et en Syrie, édition de J. Gaulmier, Paris-La Haye, 1959, p. 401-402.

18« On a fondé l’axiome de l’indolence des Orientaux et des Méridionaux en général, sur l’opinion que les Grecs et les Romains nous ont transmis de la sagesse asiatique ; mais quels sont les faits sur lesquels ils fondaient cette opinion ? L’ont-ils établie sur des faits fixes et déterminés, ou sur des idées vagues et générales comme nous le pratiquons nous-mêmes ? [...] L’on invoque un fait physique, et l’on dit : la chaleur abat nos forces, nous sommes plus indolents l’été que l’hiver : donc les habitants des régions chaudes doivent être indolents. Supposons le fait ; pourquoi, sous un même ciel, la classe des tyrans aura-t-elle plus d’énergie pour opprimer que celle du peuple pour se défendre ? [...] Ainsi, soit par les faits historiques, soit par les faits naturels, la proposition de Montesquieu, si importante au premier coup d’oeil, se trouve à l’analyse un pur paradoxe, qui n’a dû son succès qu’à la nouveauté des esprits sur ces matières, lorsque l’Esprit des lois parut, et à la flatterie indécente qui en résulta pour les nations qui l’ont admis18. »

  • 19 « Je résistai donc à l’Empire d’un grand nom [Montesquieu], et j’y pus résister d’autant mieux que (...)
  • 20 Voyage en Egypte et en Syrie, éd. citée, p. 201 sq.
  • 21 Dans une note qui ne figure pas dans l’édition originale mais a été ajoutée postérieurement, ibid.,(...)

19C’est une attaque raisonnée, rationnelle, que Volney mène plus modérément contre Buffon, au détour d’un passage assez obscur19. Le recours au Voyage en Égypte et en Syrie est là encore nécessaire pour l’éclairer, car Volney y développe plus précisément son point de vue, trop allusif dans les Leçons. Le texte de Buffon auquel il est fait référence dans ces dernières semble bien être l’article de l’Histoire naturelle consacré au chameau et au dromadaire, et en particulier la description qui y est donnée du désert d’Arabie comme d’un territoire uniforme. Volney, là encore, part de son expérience, de ce qu’il a vu, de faits réels qui contredisent complètement les affirmations de Buffon20. Et si, par ailleurs, il n’est pas question dans le Voyage de la fertilité des sols comme dans les Leçons, la critique n’en est pas moins complète et précise : dût-on s’en tenir aux diverses races de chameaux que Buffon aurait entièrement confondues21

  • 22 Le mot est de S. Moravia, Corpus, art. cité, p. 25.
  • 23 Cinquième leçon, p. 104-105 ; J. Gaulmier, dans [1980], p. 156, n. 9, a le premier souligné les rap (...)

20Cette entreprise de démystification22 débouche naturellement sur la nécessité d’une méthode rigoureuse d’observation, présente ici, mais développée avec plus d’ampleur dans les Questions de statistique à l’usage des voyageurs que Volney rédige au même moment et qu’il reprend presque telles quelles dans cette cinquième leçon où il se démarquait de Montesquieu et de Buffon23.

  • 24 « La Syrie surtout et l’Égypte, sous le double rapport de ce qu’elles furent jadis, et de ce qu’ell (...)
  • 25 Destutt de Tracy, De la métaphysique de Kant, dans Mémoires de l’Institut national des sciences et (...)

21Tout ce travail de mise en place ne reste cependant pas cantonné à la seule géographie. Il s’ouvre directement aux études historiques, et ce selon deux directions principales. La première est d’ordre pratique : comme le souligne Volney, le voyage reste un des « meilleurs matériaux d’histoire que nous puissions désirer » (cinquième leçon, p. 106), puisqu’il permet de recueillir la trace des civilisations passées, et plus généralement de saisir l’état présent de ces mêmes civilisations. La seconde est d’ordre plus théorique : on pourra, connaissant l’état physique et moral des différents peuples, les comparer synchroniquement en groupe, ou isolément au cours des âges24. De cela l’historien tirera « l’action successive et l’ordre généalogique qu’ont suivis les faits, tant moraux que physiques, pour en déduire les lois de combinaison et les règles de probabilités raisonnables » (ibid.) Ce sont ces probabilités que Volney invoque ailleurs pour mieux établir la véracité des faits : le voyage rencontre ici l’histoire, dans une identité méthodologique nette et patente entre l’observation géographique et l’établissement du fait historique par lequel Volney ouvre son cours. La vérité du fait résulte d’abord d’une critique interne : est-il vraisemblable ? (d’où l’utilité pratique des probabilités) ; puis d’une critique externe : qui le rapporte ? (d’où la distinction entre les témoins, les auditeurs de témoins, et par voie de conséquence entre l’écrit et l’oral). Destutt de Tracy généralisera plus tard l’énoncé : « La méthode idéologique consiste à observer les faits avec le plus grand scrupule, à n’en tirer des conséquences qu’avec pleine assurance, à ne jamais donner à de simples suppositions la consistance des faits, à n’entreprendre de lier entre elles les vérités que quand elles s’enchaînent tout naturellement et sans lacune, à avouer franchement ce qu’on ne sait pas, et à préférer constamment l’ignorance absolue à toute assertion qui n’est que vraisemblable25. »

22Les Leçons ne sont donc pas isolées dans l’œuvre de Volney : elles s’inscrivent logiquement à la suite de ses précédents ouvrages, resserrant en un texte court et méthodologique des remarques jusqu’alors plus ou moins éparses dans des écrits qui, malgré leur portée et leurs visées différentes, trouvent cependant leur unité dans la recherche d’une approche et d’une description rationnelle des réalités contemporaines. De tels échos ne sont cependant pas réductibles aux seules préoccupations intellectuelles de l’auteur, et le ton neutre qu’il adopte n’empêche pas des allusions plus ou moins précises aux événements récents, dans lesquelles transparaît sa propre expérience de la Révolution.

23Ne nous méprenons pas, Volney, pour reprendre les termes de J. Gaulmier, est l’homme de 89, non de 93 et, pourrait-on ajouter, pas tout à fait un homme de 95. Tout ce qu’il a vécu de 1788 à l’an III est, comme le souvenir du voyage en Orient, partout présent dans son cours. Rappelons-en dès l’abord l’étendue et la variété : action de terrain à Rennes, où Volney a participé à la « pré-Révolution » et où il a fait ses armes de pamphlétaire avec La sentinelle du peuple ; expérience parlementaire ensuite, et au plus haut niveau, puisqu’il a été l’une des figures de la Constituante ; vision extérieure, lointaine et distanciée des événements lors de son établissement corse ; observation rapprochée au contraire en tant que commissaire dans l’Ouest. Jusque-là, on peut dire que la Révolution, même s’il n’en approuve pas tous les développements, ne l’a pas desservi, d’autant que sont parus Les Ruines en 1791 et le Catéchisme du citoyen en 1793. C’est ensuite la préparation du voyage en Amérique, puis l’arrestation. Il ne semble pas que sa captivité ait été très pénible, et aucune accusation politique qui, dans les circonstances, aurait pu se révéler fatale, n’a été portée contre lui. L’épisode clos, il redevient l’une des têtes pensantes du régime, comme le montre son inscription sur la liste des rédacteurs de manuels pour les écoles primaires ou sa nomination à l’École normale. Ce magistère politique trouvera son aboutissement au début du Consulat : le succès des Ruines a été amplifié par l’expédition d’Égypte, et on a dit plus haut l’admiration que Bonaparte portait à Volney.

  • 26 Voir plus loin notre note sur les variantes entre les différentes éditions.

24On doit donc suivre au plus près la chronologie pour repérer d’éventuelles indications biographiques dans les Leçons, d’autant que leur texte a été sensiblement modifié en 1800 lorsque Volney en a donné une édition séparée26. La situation est alors bien différente de ce qu’elle était en l’an III où, sortant de la Terreur, on tentait la stabilisation des acquis révolutionnaires. Cinq ans plus tard, Bonaparte a réussi cette stabilisation, et Volney peut adopter un ton encore plus anti-jacobin, préciser ses attaques, nommer ses adversaires. Il ne reprend d’autre part du « service actif » en politique qu’à son retour des États-Unis ; les années 1791-1798 sont comme une parenthèse dans sa carrière officielle, hormis quelques commandes, quelques missions temporaires du gouvernement. Non qu’il se soit désintéressé de cet aspect des choses, bien au contraire. Mais il demeure « en marge », et la réflexion, l’observation, l’emportent chez lui sur l’action.

25Cela n’en rend que plus précieux l’ensemble des indications éparses dans les Leçons concernant cette période de sa vie. S’il n’en a pas laissé de récit circonstancié, suivant la méthode exposée par lui dans les trois premières séances, il en dit tout de même suffisamment pour que l’on puisse reconstituer son jugement politique et, parallèlement, saisir ce qu’il a pu retirer de ces années où il a été à la fois acteur et témoin.

  • 27 Cette préoccupation constante de Volney, la liberté de la presse, est un des objets du débat politi (...)
  • 28 P. 79.

26On retrouve ainsi au fil du texte un certain nombre de souvenirs directs : son activité de journaliste, à propos de la liberté de la liberté de la presse27 (deuxième leçon, p. 71-72 ; son retour de Corse, qui lui a permis de voir les effets du fanatisme républicain (« les enfants lanternant les chats, guillotinant les volailles, et imitant les tribunaux révolutionnaires », note ajoutée dans [1800] à la quatrième leçon, p. 93) ; son expérience comme Constituant enfin, qui vaut qu’on s’y arrête, lorsque, dans la troisième leçon28, il développe, comme exemple illustrant l’utilité de l’histoire rapportée aux sciences et aux arts, « la construction des salles d’assemblées, soit délibérantes, soit professantes », exemple particulièrement significatif et daté.

  • 29 On consultera sur ce point la contribution de D. Rabreau, « L’architecture et la fête », dans l’ouv (...)
  • 30 On notera que le projet est nettement plus détaillé au moyen d’une longue note additive dans [1800] (...)
  • 31 J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 164.
  • 32 Voir à ce sujet J.-C. Bonnet, « La sainte Masure », in J.-C. Bonnet (dir.), La Carmagnole des muses (...)
  • 33 Voir A. Brette, Histoire des édifices où ont siégé les assemblées parlementaires de la Révolution f (...)
  • 34 W. Szambien, « Le style républicain », Monuments historiques, n° 144, avril-mai 1986, p. 39-43.
  • 35 Non identifié. Rappelons à la suite de J. Gaulmier que Volney entrera en relations avec l’Américain (...)
  • 36 Toutes ces notations sont précisées dans [1800] ; mais il ressort du texte et de la correspondance (...)
  • 37 Qu’il ne faut pas réduire à une simple alliance du fonctionnel et de l’austère, dans un souvenir de (...)

27Volney ne fait pas ici montre d’une grande originalité : la construction de salles d’assemblées est une des constantes de l’architecture révolutionnaire, restée souvent d’ailleurs à l’état de projet29 Mais son expérience le sert30. Que demande-t-il en effet à une salle d’assemblée ? D’abord d’être pratique, et conforme à son but : qu’on puisse s’y faire entendre sans effort, y écouter sans peine. 11 se souvient probablement ici de ses difficultés oratoires comme parlementaire31, mais cette préoccupation a été celle de tous les théoriciens abordant alors le sujet : l’apparition du travail législatif, l’éloquence parlementaire naissante ont non seulement entraîné le besoin de nouveaux types d’édifices mais ont aussi suscité, dans leur conception, un réel intérêt pour les problèmes acoustiques32 et partant pour la forme même de la salle. L’orateur parle ici d’expérience. Député, il a connu deux salles que rien ne destinait à abriter des débats législatifs et que l’on aménagea au gré des circonstances, celle des Menus Plaisirs à Versailles et celle du Manège aux Tuileries33. Tous en ont souligné l’incommodité et l’inadaptation. Mais la salle de la Convention aux Tuileries, un peu plus mûrement pensée, n’avait pas donné toute la satisfaction espérée, ce qui explique la remarque désabusée de Volney : « Novices à cet égard, nous n’avons encore obtenu depuis cinq ans que les essais les plus imparfaits, que les tâtonnements les plus vicieux » (troisième leçon, p. 79). Encore en exclut-il l’amphithéâtre où il parle, celui du Jardin des Plantes, la seule salle d’assemblée construite à l’époque révolutionnaire qui nous soit restée et qui, comme il le souligne, répondait au. programme qu’on lui avait assigné. Sa forme, celle-là même recommandée par Volney, reprend le modèle de l’amphithéâtre de la faculté de médecine — alors école de chirurgie— construit par Gondoin en 1769-1774, tenu en grande estime par les architectes et la critique du temps34. Il est clair que les discussions avec un « artiste qui joint à l’habileté de la pratique les lumières de la théorie35 » ont porté Volney aux solutions courantes, proposées alors par tous les spécialistes. Mais c’est cette alliance de la théorie et de la pratique qui en fait tout l’intérêt : comment expliquer sinon l’attention accordée par Volney à l’hygiène générale (on y avait déjà songé dans le cas des Tuileries) ? Comment ne pas voir le souvenir des grandes journées insurrectionnelles, où l’Assemblée envahie avait dû s’incliner devant l’émeute, dans les précautions prises pour isoler le public de la salle, éviter les interruptions et les débordements ? Tout est prévu, de la place des journalistes, « qui, dans un gouvernement républicain [sont] des magistrats très influents » (c’est toujours la question de la liberté de la presse !), à celle « des ambassadeurs et de divers magistrats ». Tout, et jusqu’à l’absence de division matérielle dans le placement des « délibérants », car l’esprit de parti (que Volney a vu naître au Manège) est aussi fonction de la disposition générale36. Cette proposition de salle d’assemblée est bien en définitive représentative des projets de l’époque révolutionnaire, avec un air de ressemblance qui s’étend jusqu’au style Fruit37 de l’expérience et de l’observation, elle illustre par l’exemple la « méthode volneyenne ».

  • 38 On se reportera, pour mieux situer la pensée de Volney, plus radicale sur ce sujet que celle des au (...)

28Mais les remarques de Volney sur la Révolution vont au-delà des simples souvenirs : il offre en effet à ses auditeurs un jugement politique très net, moins audacieux qu’il n’y paraît à cette date, fort personnel pourtant38. Il convient, pour l’apprécier, de comparer les deux versions du texte, celle de l’an III et la publication séparée de 1800. Hormis quelques améliorations de style, quelques précisions ou références supplémentaires, l’essentiel des ajouts et des transformations rend plus évidentes, plus appuyées, les attaques non pas contre la Révolution, mais contre le fanatisme révolutionnaire (entendons le gouvernement de Robespierre et des Jacobins). Volney les développe essentiellement en trois occasions : dans la troisième leçon, après sa philippique contre Rousseau, lorsqu’il parle d’une « secte renouvelée d’Omar ou du vieux de la montagne » pour caractériser les agissements du gouvernement révolutionnaire (p. 78-79) ; dans la quatrième, à propos des effets pervers de l’éducation (p. 92-94), et dans la cinquième, où il évoque l’influence néfaste des livres d’histoire mal entendus (p. 110-113).

  • 39 Surtout si l’on prend conscience qu’en l’an III Volney prend publiquement la parole, ce qui n’est p (...)

29Volney se veut clair pour ses auditeurs. Il précise ainsi les dates : « Le dix-huitième siècle, ami de la paix et de la tolérance universelles, croyait toucher à la plus belle époque de l’humanité, lorsqu’une tempête nouvelle, emportant les esprits dans un sens contraire, a renversé l’édifice naissant de la raison... » (cinquième leçon, p. 111) ; « un tel exemple [l’histoire du gouverneur de Iomsbourg], il y a plusieurs mois, n’eût pas manqué de servir à autoriser le fanatisme » (quatrième leçon, p. 94) ; c’est encore « cette manie de citations et d’imitations grecques et romaines qui, depuis quatre ans, nous ont frappé d’un véritable vertige » (cinquième leçon, p. 111). Il rapporte des faits précis : l’assassinat de Marat, p. 115, la grande Terreur (ibid.). Encore ne procède-t-il en l’an III que par rappels ou allusions. Il dit en revanche clairement les choses en 1800, lorsque sa position personnelle est plus proche du sentiment politique général et prête moins à controverse39. Il précise alors : « avant Thermidor de l’an II » (quatrième leçon, p. 94), c’est-à-dire avant la chute de Robespierre, « voyez l’histoire de 1793 » (cinquième leçon, p. 111) ; ou, s’agissant de l’assassinat de Marat, « par la main de Charlotte Corday » (ibid., p. 115), ce qui n’autorise plus aucune méprise quant à la personne du plus « vil apôtre » du fanatisme.

  • 40 B. Baczko, op. cit., p. 336-337.
  • 41 Ibid., p. 255-304, et notamment p. 277 sq.

30Ce discours, autant qu’on le sache, n’a provoqué ni critiques, ni aucune protestation de la part des élèves, y compris dans les séances de débats qui nous ont été conservées ; rien dans les compte rendus des journaux. Volney s’adresse, si l’on peut dire, à des convaincus, et ses attaques correspondent de toute façon aux idées du gouvernement thermidorien : on remarquera qu’elles se concentrent sur le jacobinisme, non sur la Révolution dans son entier. Citons pour préciser Bronislaw Baczko : « Il y eut [...] plusieurs réactions dans ce qu’on commençait parfois à appeler la réaction thermidorienne. Il y eut une réaction antijacobine et antiterroriste, un contrecoup de l’opinion publique qui exigeait la réparation des maux et des souffrances subies pendant la Terreur et qui se réclamait de la « justice portée à l’ordre du jour ». Il y eut une réaction qui, souvent poussée par la revanche, identifiait la Terreur et ses séquelles au bilan de la Révolution et remettait du coup en question les principes mêmes de celle-ci. [...] Il y eut aussi réaction dans le domaine des idées quand des « publicistes » fraîchement convertis au catholicisme reniaient et condamnaient avec un zèle de néophite l’esprit éclairé pour lequel ils tenaient la veille encore 40 ». Volney appartient bien à la première, non aux deux autres. Ainsi, lorsqu’il fait allusion au vandalisme révolutionnaire, ne peut-on s’empêcher de penser aux célèbres rapports de l’abbé Grégoire, prononcés juste avant l’ouverture des cours de l’École normale. Marquant une prise de conscience officielle des destructions révolutionnaires, ils sont aussi politiquement utiles dans le processus général de mise en accusation et de dénonciation du gouvernement robespierriste41.

31Volney n’est cependant pas un simple porte-parole. Il développe ses critiques sur un mode très personnel, s’attache à des points qui lui tiennent à cœur et n’ont, eux, pas grand-chose à voir avec l’idéologie officielle dont il se sépare vigoureusement et sans faux-fuyants.

32Ainsi en est-il de Rousseau. Volney ne l’aime pas, à l’inverse d’une partie au moins de son auditoire : Lorsque l’élève Moline, dans les débats (p. 88), parle du « bon Jean-Jacques », lui ne cesse de vitupérer contre ses « illusions d’esprit » et ses « égarements du cœur » (troisième leçon, p. 78). Rousseau est ainsi vigoureusement malmené, certes par allusions, mais facilement compréhensibles. Soulignons d’ailleurs que c’est un des rares passages où Volney, dans son édition séparée de 1800, a ajouté des précisions encore plus nettes. Le texte original reprend en effet, à propos de l’autobiographie, le début des Confessions, en souligne l’orgueil et la fausseté, puis montre combien son influence a pu entraîner les excès de la Révolution, en particulier de la Terreur. Volney, partant de l’admiration éprouvée par Robespierre envers Rousseau, fait de ce dernier l’inspirateur direct des excès du jacobinisme. L’édition séparée de 1800 présente un texte remanié et surtout une série de notes explicites qui développent et renforcent ces différents points.

  • 42 D’après l’abbé Grégoire, cité par J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 562, n. 2.
  • 43 Indépendance encore plus manifeste dans La loi naturelle, qui remonte à 1793 et contient des allusi (...)

33Aussi Volney, lorsqu’il attaque Rousseau, s’appuie-t-il pour l’essentiel sur Les confessions et les autres écrits autobiographiques caractéristiques de la fin de sa vie. C’est là le souvenir des premières années parisiennes, où il fréquentait le cercle d’Holbach, violemment anti-rousseauiste. La question religieuse, à l’origine de la rupture entre Rousseau et d’Holbach est ici occultée, mais reste sans nul doute présente à l’esprit de Volney, qui mourra « très décidément incrédule 42 ». L’allusion plus évidente encore au Discours sur l’origine de l’inégalité et à la Lettre à d’Alembert sur les spectacles (troisième leçon, p. 78) trouve probablement aussi son origine dans les querelles entre Rousseau et la « coterie holbachique ». Mais Volney ne s’arrête pas à de simples querelles de personnes. La longue note qui, dans l’édition séparée, établit un parallèle entre Voltaire et Rousseau est sur ce point très éclairante (ibid.). Elle permet en effet de saisir l’une des raisons profondes de l’hostilité de Volney envers Rousseau. C’est que ce dernier fait appel au cœur plus qu’à l’intelligence. Volney, toujours prompt à analyser, à décrypter ses propres sensations, doué d’une méfiance délibérée et raisonnée envers les élans passionnels, ne peut admettre une attitude faussée, irrationnelle, d’autant plus pernicieuse et grave qu’elle a eu des conséquences dangereuses dans le domaine politique, comme le démontre la relation de cause à effet entre l’admiration des Montagnards pour Rousseau, dont le culte n’a cessé de progresser depuis 1789, et leur « intolérance persécutrice ». Comme l’a souligné J. Gaulmier, Volney adopte ici une attitude originale, proche d’ailleurs de celle de La Décade, et fait par là montre d’une de ses grandes qualités intellectuelles : une farouche et obstinée indépendance d’esprit43.

  • 44 Sur les rapports de la Révolution et de l’Antiquité, on dispose comme base de deux synthèses, celle (...)

34Indépendance encore plus manifeste à propos de l’influence et de l’imitation des Anciens, question dans laquelle il semble complètement isolé44. Tenons-nous en ici au seul point de l’imitation perpétuelle et forcée des Grecs et des Romains, qui trouve sa source dans les classiques enseignés au collège, mal assimilés et surtout mal entendus : c’est à tort, dit-il, que l’on donne Rome et la Grèce en exemples de patriotisme, de vertu et d’égalité. Une vue plus juste et plus pondérée de la réalité historique permet au contraire de mieux les apprécier, et d’éviter les conséquences mécaniques qu’a entraînées un parallèle trop poussé entre deux époques et deux civilisations que trop d’éléments séparent. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’intolérance et l’esprit de parti engendrent nécessairement le fanatisme (cinquième leçon, p. 114-115). Loin d’être aveuglé par le prétendu civisme des Anciens, Volney retourne aux sources et révèle l’envers du décor : le régime « aristocratique » de Sparte et d’Athènes, la République oligarchique à Rome, l’« inégalité politique et civile des hommes » consacrée par les philosophes, la multitude des esclaves nécessaires à la vie des cités, le poids démographique et la misère de la plèbe (ibid., p. 112-113). Il étend cette réappréciation aux arts (la Révolution a vu l’épanouissement du néo-classicisme, et le retour à l’antique est sous Thermidor on ne peut plus marqué, justement par le biais de l’imitation) : les temples de l’Acropole, « quoique bien comparus », marquent le début de la décadence d’Athènes, car ils ont immobilisé des masses d’argent pour un emploi stérile. Et ils ont été de surcroît l’une des causes de la guerre du Péloponnèse.

35Volney ne s’arrête pas à la seule description de ce que fut, réellement, l’Antiquité. Il met en cause le principe même de l’exemple, sa validité, sa justesse : comment comparer la France et la Grèce, pour ne pas parler des seules cités ? (ibid.). Tout s’y oppose, les différences de climat, de taille, d’organisation économique et sociale et de degré dans le développement historique (ibid.) : exemple type de ces débordements que devrait empêcher l’étude de l’histoire telle qu’il la prône.

  • 45 Observations générales sur les Indiens ou sauvages de l’Amérique du Nord, O.C., p. 709-729.
  • 46 Ibid., p. 724-725 ; suit un extrait de Thucydide dans la traduction de Lévêque, t. I, p. 2, art. II
  • 47 Ibid., p. 725-726. La première véritable critique du mythe spartiate remonte à Cornélius de Pauw, R (...)
  • 48 S. Moravia, Il pensiero degli Idéologues, Scienza et Filosofia in Francia, I780-18Ì5, Florence, 197 (...)

36Il redonne donc leur vraie place aux Grecs et aux Romains. Non par haine du jacobinisme qui les a pris en exemple, mais bien pour ce qu’ils ont été, des sauvages. Cette assimilation des Anciens et des sauvages se trouve dès l’an III (cinquième leçon, p. 113). Le voyage américain, qui a permis à Volney l’observation directe des Indiens, ne fera que le renforcer dans cette opinion, clairement exprimée dans la note ajoutée à ce passage en 1800. Nulle subjectivité ici pourtant, mais la comparaison des sources (Thucydide) et de la réalité (les tribus d’Amérique), ainsi que le montre un passage de l’article V45 des Éclaircissements au Tableau du climat et du sol des États-Unis. « [...] Plus on approfondit le genre de vie et l’histoire des sauvages, plus l’on y puise d’idées propres à éclairer sur la nature de l’homme en général, sur la formation graduelle des sociétés, sur le caractère et les mœurs des nations de l’antiquité. Je suis frappé surtout de l’analogie que je remarque chaque jour entre les sauvages de l’Amérique du Nord et les anciens peuples si vantés de la Grèce et de l’Italie. Je retrouve dans les Grecs d’Homère, surtout dans ceux de son Illiade, les usages, les discours, les mœurs des Iroquois, des Delawares, des Miamis. Les tragédies de Sophocle et d’Euripide me peignent presque littéralement les opinions des hommes rouges sur la nécessité, sur la fatalité, sur la misère de la condition humaine, et sur la dureté du destin aveugle. Mais le morceau le plus remarquable par la variété et la réunion des traits de ressemblance est le début de l’histoire de Thucydide, dans lequel il rappelle et trace sommairement les habitudes et la manière de vivre des grecs, avant et depuis la guerre de Troie jusqu’au siècle où il écrivait46 ». Et Volney de conclure : « L’on ferait un ouvrage extrêmement instructif, si l’on considérait et si l’on représentait sous ce point de vue de comparaison l’histoire de l’ancienne Grèce et de l’ancienne Italie. L’on y apprendrait à juger à leur juste prix une foule d’illusions et de préjugés dont on égare, dont on fausse nos jugements dans l’enfance et l’éducation. L’on y verrait ce qu’il faut penser de ce prétendu âge d’or, où les hommes erraient nus dans les forêts de l’Hellas et de la Thessalie, vivant d’herbes et de glands : l’on sentirait que les anciens Grecs furent de vrais sauvages, de la même espèce que ceux d’Amérique, et placés presque dans les mêmes circonstances de climat et de sol [...]. Par ces comparaisons, l’on expliquerait [...] les mœurs et les coutumes de ces temps inhospitaliers, où tout étranger était un ennemi, où tout brigand était un héros, où il n’existait de loi que la force, de vertu que le courage guerrier. [...] L’on y verrait la source de ces fausses idées de gloire et de vertu, accréditées par les poètes et les rhéteurs de ces temps farouches, qui ont fait de la guerre et de ses lugubres trophées le but le plus élevé de la destinée humaine, le moyen le plus brillant de la renommée, l’objet le plus imposant de l’admiration de la multitude ignorante et trompée : et parce que, dans ces derniers temps surtout, nous avons pris à tâche d’imiter ces peuples, et que nous regardons leur politique et leur morale, à l’égal de leurs arts et de leur poésie, comme le type de toute perfection, il se trouve en dernier résultat que c’est aux mœurs et à l’esprit des temps sauvages et barbares que notre culte et nos hommages sont adressés47 ! » C’est aller à contre-courant de l’opinion établie que de faire de la Grèce, comme Volney, un monde, au fond, sauvage, mais c’est aussi et surtout accepter les résultats d’une enquête rigoureuse et précise, fondée sur l’observation et la comparaison48.

  • 49 Voir sur ce point J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 201-229, notamment 220-221, et p. 343.

37Le détour biographique ramène ainsi progressivement aux autres écrits volneyens, où l’on retrouve les préoccupations manifestées dans les Leçons, la méthode que leur auteur y propose, les exemples qu’il y développe ou qu’il y suggère. En faire le point d’ancrage de ce qu’il a écrit avant et de ce qu’il publiera après 1795 n’aurait rien d’exagéré. Le Voyage en Egypte et en Syrie, le Tableau du climat et du sol des Etats-Unis, les travaux sur la Corse, les Questions de statistique à l’usage des voyageurs sont sans nul doute liés aux Leçons, qu’ils les préparent ou qu’ils les illustrent. Mais on pourrait en dire autant des Recherches nouvelles sur l’histoire ancienne, des travaux linguistiques, voire de L’histoire de Samuel, respectivement rapportés à la quatrième leçon, p. 96 et à la cinquième, p. 102 sq., p. 110). On retrouve dans les Leçons, d’un autre point de vue, la philosophie exprimée dans La loi naturelle, comme d’ailleurs celle des Ruines49 Volney concentre ainsi dans un texte à portée pédagogique des remarques méthodologiques qui pourraient servir de clé à son œuvre entière. Les Leçons se placent assurément, pour reprendre les termes d’Henri

  • 50 H. Deneys, « Le récit de l’histoire selon Volney », in Corpus, n° cité, p. 43.

38Deneys50, dans le « temps venu d’une réflexion sur l’histoire », mais regroupent autour d’un aspect essentiel, la recherche historique, les autres centres d’intérêt de Volney.

Des philosophes aux érudits : aux sources des Leçons

  • 51 Rappelons que les papiers de Volney ont disparu après sa mort, ses héritiers les ayant négligés. On (...)

39Les Leçons ne semblent pas être, à première lecture, un texte d’une grande érudition. Qu’y trouve-t-on à cet égard ? Des noms, souvent en rafale, des allusions jetées çà et là, la discussion d’ouvrages de Mably et de Lucien dans la quatrième leçon, et c’est à peu près tout. Volney se singularise encore ici, cette fois par rapport à la pratique générale des cours à l’École normale, souvent fondés, dans les matières « littéraires », sur le rappel ou la discussion des références savantes. Et pourtant une lecture attentive révèle l’influence d’une formation et le poids des références intellectuelles. On est loin d’être réduit sur ce point à des conjectures hypothétiques en l’absence de sources complémentaires51, les indications étant suffisamment précises et concordantes pour restituer au moins une esquisse des sources conceptuelles et de l’environnement intellectuel des Leçons. Trois apports peuvent être ainsi distingués : celui des Lumières, celui des idéologues, en particulier de Cabanis, et celui de l’érudition savante, directement lié à l’objet même du cours.

  • 52 Cinquième leçon, variante « y », p. 115.

40Volney s’affiche clairement comme un héritier des philosophes et des Lumières. Sensible tout au long du texte, cette position s’exprime clairement par une note explicite dans l’édition séparée de 180052. Qui y donne-t-il en exemple ? Voltaire, Helvétius, d’Alembert, images des « philosophes antifanatiques » auxquels il associe Frédéric II, lui-même type du souverain éclairé. Ce dernier point doit d’ailleurs être nuancé. Si Volney a probablement été séduit par des figures comme Joseph II (il rapporte un des épisodes de son voyage en Italie, troisième leçon, p. 80), comme Frédéric II sous l’influence de Voltaire, et Catherine II sous celle de Diderot et de son cercle, il n’en a pas moins été un révolutionnaire, puis un républicain convaincu. On se reportera ainsi à la lettre écrite à Grimm en 1791 pour lui renvoyer la médaille reçue de l’impératrice de Russie à l’occasion de la publication des Considérations sur la guerre des Turcs et des Russes (1788) :

  • 53 Lettre de M. de Volney à M. le baron de Grimm, in Œuvres, A. et H. Deneys éd., Paris, 1989, 1.1, p. (...)

41« Tant que j’ai pu voir en ce don un témoignage d’estime et d’approbation des principes politiques que j’ai manifestés, je lui ai porté le respect que l’on doit à un noble emploi de la puissance ; mais aujourd’hui que je partage cet or avec des hommes pervers et dénaturés [les émigrés français que la souveraine entretient], de quel œil pourrais-je l’envisager ? Comment souffrirais-je que mon nom se trouvât inscrit sur les mêmes registres que ceux des déprédateurs de la France ? Sans doute l’Impératrice s’est trompée ; sans doute la souveraine qui nous a montré l’exemple de consulter les philosophes pour dresser un code de lois ; qui a reconnu pour base de ses lois l’égalité et la liberté ; qui, dans son administration, a sens cesse tendu à l’anéantissement de la noblesse et de la féodalité ; qui a affranchi ses propres serfs, et qui, ne pouvant briser les liens de ceux de ses boyards, les a du moins relâchés ; sans doute Catherine II n’a point entendu épouser la querelle des champions iniques et absurdes de la barbarie superstitieuse des siècles passés ; sans doute enfin sa religion séduite n’a besoin que d’un rayon pour se dessiller. Mais en attendant un grand scandale de contradiction existe, et les esprits droits et justes ne peuvent consentir à le partager53 ».

42C’est le changement de position de Catherine II, provoqué par les événements révolutionnaires, qui amène Volney à se détacher d’elle, sans lui dénier le mérite des mesures progressives qu’elle avait prises auparavant. Il se montre ainsi fort nuancé dans son attitude vis-à-vis du despotisme éclairé, et adopte une position analogue quand il s’agit de se référer aux grands textes philosophiques des Lumières. Sous le député à l’Assemblée nationale transparaît l’ancien familier de d’Holbach et de Madame Helvétius, sous les idées nouvelles Voltaire, Montesquieu, Buffon, Rousseau, Diderot et jusqu’à Fontenelle qui sont ainsi plus ou moins explicitement présents dans ces Leçons. Ajoutons néanmoins que représentatif sur ce point des idéologues, Volney l’est aussi par un jugement critique développé : il assume l’héritage, mais sous bénéfice d’inventaire.

  • 54 Voir sur ce point G. Gengembre, La contre-Révolution ou l’histoire désespérante, Paris, 1989, mise (...)

43Voltaire, auquel son pseudonyme rend hommage, n’est cité que trois fois par Volney, une seule fois en l’an III, les deux autres références étant ajoutées dans l’édition séparée de 1800. Le théoricien de l’histoire est curieusement absent de ces citations, alors qu’on pourrait aisément mettre en parallèle certains passages des Leçons et de l’Essai sur les mœurs (1756). Et lorsqu’il est question des qualités de l’historien, Volney fait appel à Lucien et à Mably. Soulignons cependant une constante identité de vues entre les deux auteurs, sensible en particulier à la lecture de l’article « Histoire » de l’Encyclopédie, écrit par Voltaire : d’abord dans la démarche d’ensemble, qui, après l’avoir définie, s’attache à l’utilité de l’histoire, au degré de certitude auquel elle peut prétendre, à la manière de l’écrire, au style qu’on y doit développer. Tous points qui se retrouvent chez Volney, comme d’ailleurs chez la plupart de ceux qui se sont alors intéressés à la philosophie et la méthodologie de l’histoire. Mais Voltaire et Volney ne cessent de se rejoindre, au-delà d’une simple analogie. Ainsi en est-il de la définition de l’histoire selon Voltaire, « récit des faits donnés pour vrais, au contraire de la fable, récit des faits donnés pour faux », ou dans la séparation qu’il établit entre « l’histoire des opinions, qui n’est guère que le recueil des erreurs humaines. L’histoire des arts, peut-être la plus utile de toutes, quand elle joint à la connaissance de l’invention et du progrès des arts la description de leur nécessaire. L’histoire naturelle, improprement dite histoire, et qui est une partie essentielle de la physique ». On trouve, chez Volney comme chez Voltaire, le rejet de l’histoire sacrée et plus généralement des événements miraculeux : « Les choses prodigieuses et improbables doivent être rapportées, mais comme une preuve de la crédulité humaine » écrit Voltaire, et, plus loin : « Toute certitude qui n’est pas démonstration mathématique, n’est qu’une extrême probabilité. Il n’y a pas d’autre certitude historique ». La question de l’utilité les rapproche encore plus, s’il en était besoin : « Cet avantage consiste dans la comparaison qu’un homme d’état, un citoyen, peut faire des lois et des mœurs étrangères avec celles de son pays : c’est ce qui excite les nations modernes à enchérir les unes sur les autres dans les arts, le commerce, dans l’agriculture. Les grandes fautes passées servent beaucoup en tout genre. On ne saurait trop remettre devant les gens les crimes et les malheurs causés par des querelles absurdes. Il est certain qu’à force de renouveler la mémoire de ces querelles, on les empêche de renaître ». Le détail même des exemples donnés dans l’article de l’Encyclopédie incite à la comparaison : référence à Hérodote dès le début de la recherche, à la chronologie chaldéenne, mépris dans lequel sont tenues les chroniques médiévales, importance accordée à l’écriture puis à l’imprimerie ou, ce qui est typique des Lumières, à la Chine (d’ailleurs dans un sens différent, puisque Voltaire s’attache plutôt à l’ancienneté de la chronique chinoise et Volney à sa sûreté, lorsqu’il donne en exemple, dans la quatrième leçon, p. 97-98, le collège des historiens chinois). Cette allusion, qui reporte l’auditeur de l’an III cinquante ans en arrière, en plein « Orient philosophique » suffirait à elle seule à replacer Volney dans la perspective des Lumières, dans une tradition qui l’a sans nul doute marqué et qu’il respecte. Cet aspect des Leçons n’a probablement pas échappé à ses élèves, ainsi sans doute que les références à tel ou tel texte célèbre, même si elles n’étaient pas explicites. Volney lisait des leçons déjà rédigées, et c’est probablement à partir d’elles que notre texte, hormis la séance de débats, a été composé. Le professeur n’était cependant en rien empêché de faire quelques digressions, et en particulier de donner une référence précise, de lire un passage particulier, sans que la version finale et imprimée des cours en porte témoignage. On retrouve ainsi la trace du Siècle de Louis XIV, de l’Histoire de Charles XII ou, dans le débat, du Dictionnaire philosophique. Références on pourrait dire obligées, tant ces ouvrages, parmi les plus connus de Voltaire, ont marqué le siècle. Mais ils n’allaient pas nécessairement de soi, non pas tant lors du cours même de Volney que lors de sa publication. Voltaire, au contraire de Rousseau, est sans doute plus l’homme des débuts de la Révolution que celui de la République. Mais il est, avec d’ailleurs l’ensemble des philosophes, violemment attaqué à partir de 1800, notamment par les émigrés rentrés en France, et alors que se profilent le régime autoritaire de Bonaparte et surtout le Concordat54. Les précisions apportées par Volney dans l’édition séparée de son texte en acquièrent d’autant plus d’importance : il promeut, à travers l’action et la pensée de Voltaire, ses propres opinions, politiques et surtout religieuses. Ce sont ses idées qui sont en jeu à travers cette remise en cause, et c’est sans doute ce qui explique cette défense inconditionnelle d’une figure emblématique du mouvement philosophique.

44Ne revenons pas sur le cas de Rousseau. Buffon et Montesquieu sont traités, on l’a vu, avec moins de ménagements. Ils n’en sont pas moins nommément présents, alors que Diderot n’apparaît, quant à lui, qu’au cours de la séance de Débats, et cité par un élève. Cette quasi-absence peut sembler paradoxale, si l’on rappelle que c’est la seule des grandes figures intellectuelles du siècle que Volney a pu directement rencontrer par l’intermédiaire de d’Holbach. Mais si contact il y a eu, il n’a pas été profond : Volney part rapidement pour l’Orient, et Diderot est mort à son retour. En outre, l’œuvre alors publiée du philosophe est relativement restreinte, si l’on met à part le cas de l’Encyclopédie. Tout ceci concourt à occulter l’apport direct de Diderot à la pensée de Volney, sauf en matière religieuse. Mais elle est là inséparable de celle d’Holbach et Helvétius.

45Le texte de Volney révèle donc, à travers l’influence assumée des Lumières, une attitude critique non négligeable qu’on ne peut séparer du sensualisme de Condillac. Volney reconnaît l’apport du courant philosophique, il s’en réclame et n’hésite pas à se référer à ses œuvres les plus importantes, mais il garde à son endroit une certaine distance quand ce n’est pas pour s’en séparer tout à fait comme dans le cas de Rousseau.

46Ramener la présence des Lumières aux seuls noms que l’on vient d’étudier, les seuls qui soient apparents dans les Leçons, serait négliger une autre part, considérable, de la dette de Volney envers d’autres philosophes du xviiie siècle. Condillac, Helvétius, d’Holbach, Condorcet imprègnent aussi le texte, mais de façon plus diffuse et moins évidente. Ils n’en restent pas moins essentiels à sa compréhension, formant la liaison entre les Lumières « historiques » et la génération des idéologues dont Volney est le représentant.

47Volney parle directement d’une seule œuvre de Condillac, son Histoire universelle, entendons le Cours pour l’éducation du prince de Parme, qu’il range naturellement avec les autres ouvrages du même type : pour lui leur sort est d’être, à plus ou moins longue échéance, inutiles, dépassés par une recherche historique sérieuse qui renouvellera les connaissances. Aussi leur utilité est-elle rien moins que sûre. Est-ce à dire que Condillac soit absent des Leçons ?

48C’est un fait : Volney ne cite aucun des grands textes condillaciens, l’Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746) et le Traité des sensations (1754). Ils sont pourtant inséparables de sa pensée, dans laquelle l’histoire est avant tout critique : critique des sources, critique des faits, mais aussi attitude critique de l’historien envers lui-même, et du lecteur envers l’historien. Il rejoint ainsi Condillac dans un profond scepticisme, principalement fondé sur l’absence de sûreté en matière de témoignage et d’observation, et le primat accordé aux sens dans le processus réflexif et partant dans toute construction intellectuelle (ce qu’est en définitive l’histoire). On voit bien en quoi consiste la dette contractée envers Condillac par les idéologues en général et Volney en particulier : l’analyse des sensations et leurs rapports avec les facultés intellectuelles et morales de l’individu.

49On ne s’étonnera donc pas de voir Volney commencer ses réflexions méthodologiques, dès la première leçon, par une étude de la validité des témoignages, poursuivie dans la deuxième par celle de l’impartialité des historiens. Il aboutit ainsi naturellement à ramener le degré de certitude historique à celui de l’avancement de la civilisation, dans un enchaînement rigoureux, qui laisse percer de temps à autre son substrat philosophique, comme par exemple dans la deuxième leçon, p. 69 : « de ce qu’il est prouvé que l’homme naît complètement ignorant et sans art ; que toutes ses idées sont le fruit de ses sensations, toutes ses connaissances l’acquisition de son expérience personnelle [...] », ou « [...] il est dans la constitution de l’entendement humain de ne pas toujours recevoir l’image des faits parfaitement semblables à ce qu’ils sont ; de les altérer d’autant plus qu’il est moins exercé et plus ignorant, qu’il en comprend moins les causes » (ibid.). Tout part des sensations et de leur analyse, physique certes, mais aussi morale, nécessaire pour que l’historien puisse généraliser et par là établir une véritable science. La méthode de Volney doit ainsi être comprise dans le cadre plus vaste d’une philosophie de l’entendement directement issue du sensualisme condillacien.

  • 55 C. Port, op. cit., t.1, p. 193. On pourra sur ce point se reporter à la synthèse de M.-H. Cotoni, L (...)

50L’apport du baron d’Holbach et d’Helvétius est peut-être plus directement sensible dans les Leçons que celui de Condillac. Certains passages peuvent en effet être facilement rapprochés de textes célèbres de l’un et l’autre auteur. J. Gaulmier a ainsi attiré l’attention sur la fin de la quatrième leçon, que l’on pourrait également comparer au chapitre III de la Loi naturelle, où les points abordés ici succinctement sont plus amplement développés : en définitive, ce sont ses sensations qui trompent l’homme, son ignorance et ses passions. On trouve dans les deux textes le souvenir direct d’Helvétius, qui a largement traité le sujet dans De l’esprit (1748), notamment aux chapitres 3 et 4 du troisième discours. C’est là le complément naturel de l’analyse des sensations par Condillac que nous venons d’aborder. Volney et Helvétius se rejoignent également à propos de Rousseau, mais il est plus important encore d’insister sur un troisième point de convergence entre les deux hommes, les attaques très vives contre la religion catholique, l’Église et les jésuites. Ce trait remonte loin dans la vie de Volney : il habite à Angers, en 1774, la pension du libraire Boutmy, et vient un jour trouver son voisin François-Yves Besnard, lui demandant à qui s’adresser pour prendre des leçons d’hébreu. Besnard lui indique l’abbé René Olivier, un ancien oratorien ; « étonné du projet d’étudier une langue que je croyais tout à fait abandonnée même par les disciples de Moïse, je lui demandai quel motif il pouvait avoir de prendre ce parti. Il me répondit, avec ce sang-froid qui ne l’abandonnait guère, que, convaincu de l’infidélité des traductions de la Bible, il voulait se mettre en mesure de relever les erreurs dont elles fourmillaient ». Et Besnard d’ajouter en note : « M. de Volney m’a en effet raconté depuis que, dès qu’il crut avoir acquis une connaissance suffisante de la langue hébraïque, il avait entrepris la traduction d’une foule de passages de la Bible, qu’il croyait avoir été infidèlement rendus, et que, voyant qu’il ne trouverait pas d’imprimeurs à Paris, il était allé en chercher à Amsterdam et à La Haye ; mais que ceux à qui il s’adressa lui avaient déclaré qu’ils ne se chargeraient pas de publier son ouvrage, qui, lui dirent-ils, n’aurait pas de débit au temps présent, attendu que l’objet dont il s’était occupé était une affaire jugée55 ». Les Leçons, comme De l’esprit ou De l’homme (1772), sont l’œuvre d’incrédules convaincus, qui accompagnent leur réflexion philosophique d’une contestation virulente des autorités et du pouvoir ecclésiastiques. La note rajoutée en 1800, dont il a été question plus haut, est ainsi comme un écho à la fin de la section VII de De l’homme, avec notamment les allusions aux régicides perpétrés, du moins on le suppose, à l’instigation des jésuites, pour défendre la religion. Notons aussi que Volney, à la fin de la troisième leçon, p. 82, égratigne les jésuites à propos d’un épisode tourmenté et récent de leur histoire, la publication de l’Histoire du peuple de Dieu par le P. Berruyer. Mais ses arguments ne sont pas seulement polémiques. Comme avant lui Helvétius, comme le d’Holbach du Christianisme dévoilé ou du Bon sens, il profite des acquis de la critique. Il souligne ainsi l’immoralité de certains personnages ou l’invraisemblance de passages entiers de l’Écriture, attitude typique du courant antireligieux de la seconde moitié du xviiie siècle. Volney, ici encore, se montre héritier des philosophes et s’il affirme ses idées, c’est parce qu’il les sent menacées : le retour du religieux est manifeste après 1800, et la politique de réconciliation menée par Bonaparte va aboutir au Concordat. On sait que ce sera un des motifs de la rupture entre les deux hommes. Volney, homme des Lumières, ne peut admettre la régression que constitue, à ses yeux, la politique à proprement parler réactionnaire de l’homme qui, pour lui, était quelques années auparavant la seule chance de sauvegarder l’acquis républicain.

51Les relations entre Volney et Condorcet sont sans aucun doute d’un autre ordre : leurs rapports relèvent non plus d’une quelconque influence mais bien d’une communauté d’idées représentatives du parti révolutionnaire modéré. Il ne s’agit pas là de questions politiques où pourtant les deux hommes sont assez proches, mais bien d’une identité de vues sur des points précis abordés dans les Leçons. Volney et Condorcet ne sont pas des inconnus l’un pour l’autre : la commune fréquentation du salon de Madame Helvétius les a rapprochés, Volney paraît également chez Sophie de Condorcet à l’Hôtel des Monnaies. Et son ami intime, Cabanis, mêlé de près à la fin tragique de Condorcet, épouse la jeune sœur de Sophie, Charlotte de Grouchy, en 1796, officialisant une ancienne liaison remontant à 1791. Nous sommes ici au cœur du milieu des idéologues dans lequel évolue Volney. Que certaines de ses idées apparaissent chez Condorcet n’a donc rien d’étonnant : tous deux croient en la perfectibilité de l’homme et de la société par la diffusion des Lumières et recourent aux sciences, particulièrement aux mathématiques, pour appréhender le réel. Pourtant rien n’apparaît directement de leurs rapports intellectuels, sinon dans une comparaison entre les Leçons et le grand texte de Condorcet, l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, qui paraît au moment précis où Volney prononce son cours : c’est le 13 germinal an III que la Convention décrète l’achat et la distribution de trois mille exemplaires de l’Esquisse qui vient d’être éditée. Que Volney ait eu en mains le manuscrit de Condorcet est très probable. Qu’il en ait repris directement certains développements est plus douteux. Reste que les deux textes peuvent se lire en parallèle lorsque Volney quitte le domaine de la réflexion méthodologique pour celui des considérations proprement historiques. On peut ainsi rapprocher ce passage sur la naissance de l’imprimerie, tiré de l’Esquisse, et celui, analogue, de Volney dans la deuxième leçon, p. 69 sq.

52« L’imprimerie multiplie indéfiniment, et à peu de frais, les exemplaires d’un même ouvrage. Dès lors la faculté d’avoir des livres, d’en acquérir, suivant son goût et ses besoins, a existé pour tous ceux qui savent lire : et cette facilité de la lecture a augmenté et propagé le désir et les moyens de s’instruire.

53« Ces copies multipliées se répandant avec une rapidité plus grande, non seulement les faits, les découvertes acquièrent une publicité plus étendue, mais elles l’acquièrent avec une plus grande promptitude. Les lumières sont devenues l’objet d’un commerce actif, universel.

54« On était obligé de chercher les manuscrits, comme aujourd’hui nous cherchons les ouvrages rares. Ce qui n’était lu que de quelques individus a donc pu l’être d’un peuple entier, et frapper presque en même temps tous les hommes qui entendaient la même langue.

  • 56 Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, A. Pons éd., Paris, 198 (...)

55« [...] On a vu s’établir une espèce de tribune, où se communiquent des impressions moins vives, mais plus profondes. [...] Il s’est formé une opinion publique, puissante par le nombre de ceux qui la partagent, énergique, parce que les motifs qui la déterminent agissent à la fois sur tous les esprits, même à des distances très éloignées. Ainsi l’on a vu s’élever, en faveur de la raison et de la justice, un tribunal indépendant de toute puissance humaine, auquel il est difficile de rien cacher et impossible de rien soustraire. [...] Toute erreur nouvelle est combattue dès sa naissance. [...] Celles qui, reçues dès l’enfance, se sont en quelque sorte identifiées avec la raison de chaque individu, que les terreurs ou l’espérance ont rendues chères aux âmes faibles, ont été ébranlées par cela seul qu’il est devenu impossible d’en empêcher la discussion [...]. Enfin l’imprimerie n’a-t-elle pas affranchi l’instruction des peuples de toutes les chaînes politiques et religieuses56 ? »

  • 57 On consultera sur ce point, outre les différents ouvrages et articles de S. Moravia cités plus haut (...)

56Souligner l’identité de vues ou de pensée entre Condorcet et Volney amène naturellement à un deuxième groupe de références, formé par les écrits des autres idéologues57. Les Leçons, sont sans aucun doute un des textes importants de l’idéologie, ne serait-ce que par le ton d’autorité qui les rapprochent, par moments, des Éléments d’idéologie de Destutt de Tracy ou des Rapports du physique et du moral de Cabanis. Volney y donne, sans dogmatisme mais sans concessions, un condensé méthodologique de ses recherches et de ses préoccupations.

  • 58 Rappelons qu’elle comprenait six sections : Analyse des sensations et des idées (parmi ses membres, (...)

57N’oublions cependant pas leur date : 1795. Or c’est après 1800 que paraissent les textes de Destutt de Tracy ou de Cabanis qui fondent véritablement l’idéologie, et si l’on pousse les choses, les conférences et les discussions de l’Institut, qui en sont souvent les premières ébauches, sont aussi postérieures à la courte période de fonctionnement de l’École normale. Volney fait donc ici figure de précurseur et son cours est plus le reflet d’une doctrine en cours d’élaboration que le premier manifeste d’une philosophie entièrement constituée. Mais ne grossissons pas son rôle. Destutt et Cabanis proposent en effet un système global d’explication, alors que Volney se contente d’enseigner l’observation et l’analyse dans le cadre méthodologique d’une discipline particulière. Il rejoint d’évidence par bien des points ce qui sera plus tard développé par d’autres. Mais il ne théorise que pour mieux saisir, et faire saisir, le côté pratique de l’histoire. Seule la définition très large qu’il en donne renvoie à un plus vaste système, dont il n’avait d’ailleurs peut-être pas pleine conscience en 1795 : étudier les fondements de la certitude historique n’est plus, en 1800, servir la cause des lettres et de la vérité, comme il l’écrivait en l’an III, mais bien celle des « sciences morales et politiques » (deuxième leçon, p. 74). Le glissement révèle ainsi non seulement l’influence de l’Institut et de sa seconde classe58 mais la place que Volney réserve à l’histoire, désormais englobée dans le champ plus vaste d’une très large analyse sociale.

  • 59 Beaucoup moins proche de Volney que ne l’est Cabanis : voir E. Kennedy, A ‘Philosophe’ in the Age o (...)

58Bornons-nous donc à souligner le parallélisme de la démarche de Volney et des autres idéologues, leurs sources communes (les Lumières, les philosophes et Condillac tout particulièrement), l’orientation de leurs recherches tournées en priorité vers l’analyse de l’entendement humain et du fait social en général. Rechercher des concordances plus précises entre les Leçons et les grands textes de l’idéologie, comme ceux de Destutt de Tracy59, risquerait donc de donner trop d’importance au cours de l’an III en bousculant la chronologie. Il est cependant un cas précis où cette démarche est entièrement justifiée : celui de Cabanis.

  • 60 Sur Cabanis, on dispose à présent de la synthèse de M. S. Staum, Cabanis, Enlightenment and Medical (...)
  • 61 M. Staum, op. cit., p. 17-18, et J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 30-32.
  • 62 Ainsi, lorsque Cabanis s’occupe de la publication à Paris de La loi naturelle, alors que Volney est (...)
  • 63 Martin Staum donne les deux amis comme membres de la loge maçonnique des Neuf Sœurs (pp. cit., p. 1 (...)
  • 64 Et dont Martin Staum fait l’un des critères essentiels de sa définition de l’idéologue, op. cit., p (...)
  • 65 Hippocrate constituait encore un aspect essentiel des études médicales (Cf. J. Gaulmier, op. cit., (...)
  • 66 Les Rapports du physique et du moral de l’homme, prononcés ou rédigés entre 1796 et 1802, ont été p (...)
  • 67 Huitième mémoire, « De l’influence du régime alimentaire sur les dispositions et les habitudes mora (...)
  • 68 Deuxième mémoire, « Histoire physiologique des sensations », III, p. 105 ; Cabanis ajoute que « Loc (...)
  • 69 Ibid., p. 101.
  • 70 Jean Gaulmier souligne l’influence exercée par le Voyage en Egypte et en Syrie sur le huitième mémo (...)

59Cabanis60 tient en effet une place toute particulière dans la vie et la pensée de Volney. Il est, de tous les idéologues, celui avec lequel il a entretenu la plus longue relation, celui dont les intérêts s’accordent le plus avec les siens. Leur amitié remonte à l’arrivée de Volney à Paris, où ils ont suivi ensemble, dès 1777-1778, des cours de médecine61 C’est Cabanis qui introduit Volney dans le salon de Madame Helvétius, et ils resteront intimement liés jusqu’à la disparition du premier, en 1808, comme l’attestent de multiples indications62. Évoluant dans les mêmes cercles63, les deux amis partagent des préoccupations intellectuelles sinon identiques, du moins convergentes64, manifestant par exemple dès l’origine un intérêt parallèle pour la médecine et l’héllénisme65. Aussi n’est-il pas étonnant de voir les Leçons se rapprocher par endroits des Rapports du physique et du moral66. L’exemple le plus évident se situe à la fin de la quatrième leçon (p. 99-100), lorsque Volney abord la question de l’influence du régime alimentaire sur le caractère humain ; pour lui, aspects moraux et physiques vont de pair. Cabanis ne dira pas autre chose : « Ainsi donc le régime, c’est-à-dire l’usage journalier de l’air, des aliments, des boissons, de la veille, du sommeil et des divers travaux, exerce une influence très étendue sur les idées, sur les passions, sur les habitudes, en un mot sur l’état moral. Par conséquent il importe beaucoup que l’hygiène en détermine et en circonstancie les effets ; qu’elle tire de leur observation raisonnée des règles applicables à toutes leurs circonstances, et propres à perfectionner la vie humaine ; qu’enfin la vraie philosophie montre nettement la liaison de ces effets avec ceux qu’on appelle purement moraux, pour les faire concourir plus sûrement les uns et les autres au seul but raisonnable de toutes les recherches et de tous les travaux, à l’amélioration de l’homme, à l’accroissement de son bonheur67 » Cabanis, comme Volney, se reporte en effet aux sens comme détermination première : « La sensibilité physique est la source de toutes les idées et de toutes les habitudes qui constituent l’existence morale de l’homme68 » La conclusion est évidente : « Les objets de cette science, qui sont relatifs à celles dont s’occupe particulièrement la seconde classe de l’Institut, se trouvent compris dans les chefs principaux [...] [qui] peuvent être traités en détail dans l’ordre qui suit : histoire physiologique des sensations ; influence des âges, des sexes, des tempéraments, des maladies, du régime, du climat sur la formation des affections morales ; considérations sur la vie animale, l’intérêt, la sympathie, le sommeil et le délire ; influence, ou réaction du moral sur le physique ; tempéraments acquis69. » Le parallélisme est frappant avec le souhait, exprimé par Volney, d’une étude sur les rapports qui existent entre les dispositions du corps et celles de l’esprit menée de préférence par un « observateur à la fois moraliste et physiologiste ». On aura reconnu Cabanis70.

  • 71 Ainsi pour ce qui est de l’influence des climats, où le voyage en Orient de Volney sert de référenc (...)
  • 72 Considérations sur les premières découvertes de la médecine, et sur la marche de l’esprit humain da (...)

60Les Leçons font ainsi preuve d’une antériorité qui doit sans aucun doute beaucoup aux circonstances. C’est aux années qui précèdent la Révolution qu’il faut faire remonter les échanges entre les deux hommes, et par suite l’élaboration de leur système philosophique71. Remarquons la place accordée par Cabanis aux probabilités, où il rejoint Volney dans le recours aux mathématiques pour assurer la certitude, mais avec une marge d’erreur. « Je dois devoir ajouter ici que, quoique je n’admette pas la précision mathématique dans l’évaluation des certitudes relatives aux objets usuels de la vie, je suis bien loin de nier que la méthode générale du raisonnement se soit beaucoup perfectionnée par la considération plus attentive des procédés du calcul. Je n’ignore pas, d’ailleurs, que la langue algébrique a été employée, avec quelque apparence de succès pour l’évaluation des probabilités, non seulement de toute opinion, qui ne peut être réduite à une formule précise, [...], mais aussi de la plupart des événements éventuels, de ceux mêmes qui sont fondés sur les passions, bien plus inconstants encore et bien plus mobiles, du cœur humain72 .»

  • 73 Rapports, III, p. 27 note 1.
  • 74 Voir aussi le sixième mémoire, à mettre de ce point de vue en rapport avec la fin de la quatrième l (...)

61Conséquence ultime, ce sont les considérations morales de Volney, — un des philosophes « qui ont fondé les principes de la morale sur le besoin constant du bonheur commun à tous les individus, et qui ont fait voir que dans le cours de la vie les règles de conduite pour être heureux sont absolument les mêmes que pour être vertueux73 », qui le rapprochent le plus nettement de Cabanis74. La loi naturelle les voit s’accorder clairement, mieux sans doute que les Leçons. Quoique partiellement, ces dernières n’illustrent pas moins une connivence intellectuelle qui aura été un des éléments essentiels de l’idéologie.

  • 75 Préface aux Recherches nouvelles sur l’histoire ancienne, O.C., éd. Didot, p. 311 note 1. On pourra (...)

62Volney ne se ramène pourtant pas seulement à l’unique figure du philosophe, fût-il empreint du rationalisme le plus sourcilleux. Une multitude de références savantes affleurent en effet au long des Leçons, introduisant à une dimension importante de la pensée volneyenne, mais trop souvent occultée faute de sources sûres : l’érudition. Volney a beaucoup lu et beaucoup étudié, et pas seulement dans sa jeunesse, comme le montre la préparation minutieuse du voyage américain. Il consacrera d’ailleurs après 1800 une grande part de son travail à l’élaboration des Recherches nouvelles sur l’histoire ancienne, ouvrage à placer dans la lignée de la tradition érudite du xviie et du xviiie siècle dont il combat nommément les plus illustres représentants75.

  • 76 Volney a pratiqué l’érudition tout au long de sa carrière. Avant d’écrire les Recherches (publiées (...)
  • 77 Voir ci-dessus, p. 44, note 7.
  • 78 C’est la démarche suivie dans les Recherches, où Volney se propose d’examiner « 1°. Quel degré d’ex (...)
  • 79 Ouvrages qu’il ne nous a malheureusement pas été possible d’identifier.

63Rappelons tout d’abord sa solide culture classique, fondement ou sujet de plusieurs de ses ouvrages76 Il a beau critiquer un usage abusif des grands auteurs grecs et latins, il les cite continuellement, les prend pour références, ne serait-ce qu’afin de mieux les écarter. Un passage célèbre de Tacite arrive naturellement en discussion dans les débats, où les professeurs répondaient « de chic » : il ne reprend pas l’élève (p. 85) ; plus loin, c’est le cas de l’exemple d’Actium (p. 87). On sent là l’influence des études au collège d’Angers, mais aussi de lectures que Volney n’a probablement jamais interrompues. Outre Hippocrate, sur lequel il est inutile de revenir77, mentionnons ainsi Bérose, écrivain, connu uniquement par de rares citations postérieures, à propos de l’établissement des chronologies (cinquième leçon, p. 102). Cet exemple montre à l’évidence que Volney ne disqualifie pas a priori les sources anciennes, mais qu’il se fonde sur elles, y compris pour des problèmes techniques, quitte à s’en éloigner si leur fiabilité peut être mise en doute78. Symptomatique à cet égard est le changement complet des données chiffrées concernant la Grèce entre les deux éditions de l’an III et de 1800 (ibid., p. 113). Volney a sans aucun doute pris connaissance, dans l’intervalle, d’études ou d’ouvrages qui ont motivé ces modifications79 Il manifeste ici la précision d’un érudit : exemple unique, les autres changements entre les deux éditions ayant pour l’essentiel consisté dans une rédaction plus précise ou des améliorations de style.

64C’est de ce substrat classique que Volney est parti, dominant, pour autant que l’on puisse le mesurer avec exactitude, une bibliographie éclectique, où se reflète la variété de ses centres d’intérêt. Plusieurs grilles de classement peuvent ainsi lui être appliquées : chronologiquement se succèdent les ouvrages savants de la Renaissance et du xviie siècle, les grandes entreprises scientifiques du xviiie, plus ou moins liées au mouvement philosophique, les publications des sociétés académiques qui se développent après 1750. Trois grandes aires spatiales se dégagent : les pays du Nord (publications allemandes pour l’essentiel, mais aussi russes et Scandinaves), la Grande Bretagne et bien sûr la France. Mais on retrouve dans toutes ces références quelques grandes questions : « généalogie » des peuples, analyse des sociétés, développements de l’histoire dont rend tout particulièrement compte un thème omniprésent chez Volney : l’étude des langues.

  • 80 Des indications complémentaires peuvent être trouvées dans les autres ouvrages de Volney, ainsi que (...)
  • 81 Volney fera plus tard à l’Académie celtique le compte rendu de l’ouvrage de Pallas, Linguarum totiu (...)
  • 82 Ibid, p. 65.
  • 83 Ibid., p. 483-486.
  • 84 Ibid., p. 514, où Jean Gaulmier cite un extrait des Mémoires de l’Académie rédigés par Volney, écho (...)
  • 85 Volney cite nommément Fréret dans la préface aux Recherches nouvelles sur l’histoire ancienne, O.C. (...)

65Volney ne multiplie les indications bibliographiques que dans les deux dernières leçons, en s’en tenant d’ailleurs souvent au seul énoncé d’un nom d’auteur. Ces citations sont d’autant plus précieuses qu’elles sont rares, et que Volney leur donne une connotation très positive : il s’agit là d’auteurs de référence, dont les travaux sont à l’image de ce qu’il souhaite : une histoire sûre et complète80. Il n’hésite pas ainsi à donner Hornius en exemple (p. 106), à recourir à l’Histoire du grand Genghizcan de Pétis de La Croix, publiée en 1710 (cinquième leçon, p. 109), voire aux souvenirs de Busbeq (ibid., p. 108), qui eux remontent au xvie siècle. Mais ce sont les ouvrages plus récents qui retiennent le plus son attention : l’Europe savante du xviiie siècle est constamment mise à contribution au travers de ses plus illustres représentants, tels Mallet (quatrième leçon, p. 93), Pallas81 et Georgi (cinquième leçon, p. 106), Ihre, Gatterer ou Schlœzer (ibid., p. 107), dont la renommée s’étendait bien au-delà de leurs pays d’origine. Ce qui n’exclut pas des travaux plus savants, plus techniques, comme ceux de Jablonski (ibid.). Les indications données par Volney englobent par ailleurs des livres plus classiques (en particulier français, comme ceux de Goguet et Forbonnais, ibid. p. 102-103), sérieux et informés. Volney semble avoir été curieux de tout, et il a puisé aux sources parfois les plus inattendues (qui, dans les milieux qu’il fréquentait avait lu les souvenirs de Strahlenberg ?). Il parle l’arabe, entend le latin et le grec, mais n’apprend l’anglais que lors de son voyage américain et ne sait pas l’allemand82. Or, il est parfaitement au courant des derniers développements de la recherche historique et linguistique en Grande Bretagne et en Allemagne, puisqu’il fait allusion par exemple aux travaux poursuivis en la matière à Göttingen (cinquième leçon, p. 107), ou à ceux de l’Asiatic Society de Calcutta. Il remarque d’ailleurs que ces derniers sont encore trop peu répandus, mal connus (débat, p. 86), et en profite plus tard pour souligner l’utilité du mouvement académique, en plein essor au xviiie siècle, dans l’élaboration et la propagation du savoir (cinquième leçon, p. 107). Lui-même est élu membre associé de l’Asiatic Society en 179783 et participe aux débuts de l’Académie celtique, fondée en 1804, et future Société des Antiquaires de France84. Les sociétés savantes représentent pour lui, en même temps que l’assurance d’une permanence dans des entreprises souvent longues qui dépassent les capacités d’un seul individu, un critère autant qu’une garantie de la scientificité des recherches philosophiques, sociales, historiques, on dirait aujourd’hui des sciences humaines. Volney a d’ailleurs parfaitement conscience du caractère relativement récent de tous ces développements : il rappelle ainsi que ce n’est que « depuis moins de cent ans » que l’on a osé rompre avec l’européocentrisme et que les règles de la critique l’ont emporté sur les impératifs religieux (p. 106)85. Le discours de Volney sur l’histoire théorise ainsi une pratique et en même temps invite à réfléchir sur elle. Pratique savante, érudite, inscrite dans son temps, dont il ne subsiste malheureusement que des indications éparpillées et des œuvres aujourd’hui en grande partie dépassées. Restent les travaux linguistiques.

  • 86 Cl. Désirat et T. Hordé, introduction au numéro spécial de Histoire Épistémologie Langage 4-1, 1982 (...)
  • 87 Volney ne les mentionne pourtant pas dans les différents résumés qu’il place en tête de chapitre da (...)
  • 88 Volney recourt fréquemment aux analyses linguistiques pour appuyer des hypothèses ou des raisonneme (...)

66Les préoccupations linguistiques sont un des traits constants de l’idéologie, dans laquelle « l’analyse des signes, et d’abord des signes du langage articulé, n’est que l’un des chapitres de la science des idées86 ». Aussi constituent-elles l’un des rares traits unissant réellement, quand elles n’en forment pas elles-mêmes l’objet, les différents ouvrages de Volney ; elles apparaissent à ce titre plusieurs fois dans les Leçons87. On retiendra surtout le long développement de la cinquième leçon (p. 107-110), où il propose un plan concernant les études historiques, fondé sur les grandes aires linguistiques, et qui prendrait comme point de départ « les dictionnaires des langues et leurs grammaires » (p. 109). Mais il a aussi traité des problèmes inhérents à la traduction (deuxième leçon, p. 68), et il y reviendra au cours du débat à propos de celle d’Hérodote par Larcher (p. 85-86). On notera de surcroît que nombre des références précisées par Volney relèvent de la philologie et non de l’histoire stricto sensu88.

  • 89 Dans une série de remarques générales à la fin de l’ouvrage, où il retrace les progrès de la philol (...)
  • 90 S. Auroux, Cl. Désirat, T. Hordé, « La question de l’histoire des langues et du comparatisme », in (...)

67L’approche de Volney est à la fois chronologique et diachronique : « Chaque langue est une histoire complète, puisqu’elle est le tableau de toutes les idées d’un peuple, et par conséquent des faits dont ce tableau est composé » (p. 109). Étudier une langue, c’est donc se donner les moyens d’analyse d’une société déterminée dans le temps et dans l’espace. Seules les langues conservent, pour les temps éloignés, la sûreté d’un véritable témoignage telle que Volney l’a auparavant définie : « Aussi suis-je persuadé que c’est par cette voie que l’on remontera le plus haut dans la généalogie des nations, puisque la soustraction successive de ce que chacune a emprunté ou fourni, conduira à une ou plusieurs masses primitives et originelles, dont l’analyse découvrira même l’invention de l’art du langage » (p. 109-110). Il développera plus systématiquement ces analyses dans son Discours sur l’étude philosophique des langues89, et l’on sait que les travaux philologiques l’occuperont jusqu’à la fin de sa vie. Leur apport théorique n’a sans doute pas été essentiel, contrairement à l’action même de Volney dans les études philologiques, en tant « qu’initiateur du démarrage institutionnel de la linguistique en France90 ». Les propositions de Volney dans les Leçons à ce sujet témoignent donc de préoccupations constantes chez lui comme chez les autres idéologues ; elles insèrent une fois encore les Leçons dans l’itinéraire intellectuel de leur auteur et les mettent au nombre des grands textes de l’idéologie naissante.

Quelle place pour quelle histoire ?

68Volney philosophe, Volney érudit, Volney idéologue : tous ces aspects sont donc présents dans les Leçons, et concourent à la définition d’un projet historique cohérent, auquel il manque paradoxalement l’application pratique. De ce projet on ne possède qu’un rigoureux programme méthodologique, quelques indications pour sa mise en œuvre, mais en fait aucune histoire. L’auteur interrompt ses cours au moment de passer à l’acte, et ne les reprendra pas. Certes l’École a entre temps été fermée. On peut cependant douter que Volney ait souhaité aller plus loin, au moins dans l’immédiat : il lui faudra près de vingt ans avant de publier l’unique ouvrage historique stricto sensu qu’il écrira jamais, les Recherches nouvelles sur l’histoire ancienne. Que ses autres écrits se rattachent à sa conception profondément nouvelle des recherches historiques ne fait donc que souligner la rupture, conceptuelle et pratique, introduite par les Leçons.

  • 91 On aura un aperçu de la pratique historique au xviiie siècle au travers des communications du collo (...)

69Volney rompt en effet avec toute la pratique historique du xviiie siècle héritée des travaux de Rollin ou de Fleury91. Les remarques critiques des premières séances sur l’établissement de la véracité des faits servent dans les dernières à disqualifier les Histoires universelles trop ambitieuses, fondées souvent sur des préjugés religieux ou moraux, voire politiques, et ainsi condamnées à rester au nombre des compilations maladroites et désordonnées. Volney ne donne comme exemple que des auteurs anciens, Thucydide, Tacite et Hérodote, dans les deux méthodes de traiter l’histoire qu’il définit au début de la cinquième leçon, la « méthode didactique ou annaliste » et celle qui procède « par liaison et corrélations de faits » (p. 101) : deux genres qui correspondent le plus aux conceptions « classiques » de l’écriture de l’histoire au xviiie siècle. Les exemples modernes ne viennent illustrer que les deux autres méthodes, les plus progressistes, « par ordre de matières » et par « l’exposition de tout le système physique et moral d’un peuple » (ibid). Volney, dont on a vu l’appréciation critique qu’il porte sur les Anciens, fait à l’évidence avancer de pair la science historique et le progrès des peuples. La diffusion des Lumières s’accompagne naturellement de nouvelles approches de l’histoire, concrétisées dans des travaux encore embryonnaires ou imparfaits, lourds cependant de promesses pour une histoire enfin véritablement scientifique.

  • 92 Volney n’ajoute le passage mentionnant l’abbé de Vertot que dans l’édition séparée de 1800.
  • 93 Voir sur ce « refus d’une certaine histoire » et la « revendication d’une autre histoire » les rema (...)
  • 94 Voir par exemple, dans le même colloque, les communications de N. Johnson, La théorie et la pratiqu (...)
  • 95 Voir l’annexe II.

70C’est occulter les ouvrages historiques les plus célèbres du siècle92, comme si ces derniers n’avaient su qu’imiter, et mal, les Anciens, au lieu de s’orienter dans un sens vraiment « philosophique ». Ce jugement implicite sur les historiens modernes va au-delà des simples questions stylistiques, que Volney a traitées dans la séance précédente et auxquelles on ne saurait, selon lui, réduire l’histoire. Il lui donne au contraire un caractère éminemment scientifique en rompant avec une tradition sclérosante, trop ancrée dans une pratique routinière des humanités et dans l’imitation stérile et néfaste des auteurs antiques, ce qui l’autorise à lui donner une place éminente dans le nouveau système d’organisation du savoir vers lequel tendent alors les idéologues93. Notons cependant que Volney s’inscrit dans de vieux débats ouverts depuis le siècle précédent, et dans une intention que l’on pourrait juger plus polémique que réellement constructive : la critique des sources, l’établissement des chronologies, les débats autour de 1’« adoration » des Anciens (il faudrait d’ailleurs nuancer entre les différentes références à Rome, Sparte et Athènes), les questions de linguistique rapportées à l’histoire, et même l’importance de la géographie dans la démarche historique ne sont pas, alors, des idées nouvelles. Les Leçons ne sont sans doute pas l’unique texte fondateur de cette nouvelle pratique historique en germe durant tout le xviiie siècle et qui, d’ailleurs, ne s’imposera que progressivement par la suite94. La démarche de Volney est moins isolée qu’il n’y paraît : en témoigne un intéressant projet envoyé au Comité d’instruction publique,95 qui montre bien que ses idées étaient dans l’air du temps. Ne sous-estimons pas cependant leur retentissement : Volney forme les futurs instituteurs de la nation. Sa position de professeur, ses travaux antérieurs et ses responsabilités présentes, tout concourt à élargir l’impact d’un discours radical, d’autant plus neuf qu’il se suffit à lui-même et ne sert pas de simple justification introductive, comme tant de textes analogues avant lui. L’autorité des Leçons, qui pourraient finalement n’être qu’une préface à une histoire que Volney n’a jamais écrite, vient en grande partie de cette absence, qui entraîne un renversement complet de perspective.

71Quelle place accorder par ailleurs à l’histoire dans l’éducation et les programmes d’enseignement ? A cette question que les réformateurs révolutionnaires n’ont su ou pu trancher au moment où il s’exprime, Volney apporte une réponse claire, constituant elle aussi une rupture avec une tradition bien établie, mais fruit d’une démarche cohérente, que d’autres partagent d’ailleurs.

  • 96 On se reportera sur ces points à l’utile synthèse de D. Julia, Les trois couleurs du tableau noir, (...)

72La réflexion de Volney, développée à peu de chose près de manière identique dans les deux passages où il traite de ces problèmes (troisième leçon, p. 82-83, et quatrième leçon, p. 91-93), s’articule sur deux points principaux : les buts assignés à l’enseignement et le public auquel ce dernier est destiné, avec au départ un constat, l’inadéquation du système d’enseignement hérité de l’Ancien Régime, tant du point de vue de la formation des élites intellectuelles et politiques que de l’éducation du peuple96 « Il est bien évident que [les écoles primaires] étant composées d’enfants dont l’intelligence n’est pas encore développée, qui n’ont aucune idée, aucun moyen de juger des faits de l’ordre social, ce genre de connaissances [l’histoire] ne leur convient point ; qu’il n’est propre qu’à leur donner des préjugés, des idées fausses ou erronées, qu’à en faire des babillards ou des perroquets, ainsi que l’a trop prouvé, depuis deux siècles, le système vicieux de l’éducation dans toute l’Europe » (p. 82).

  • 97 D. Julia, op. cit., 1981, aborde la question des programmes dans les écoles primaires p. 214-248. O (...)

73Volney sépare ainsi nettement l’enseignement de l’histoire dans les écoles primaires, qu’il réprouve, et dans les écoles centrales, qui ont pris la succession des collèges, où au contraire il l’admet (p. 91-92). Première raison, l’âge des élèves : manquant d’expérience et de maturité, ne bénéficiant donc pas du recul suffisant, les jeunes enfants sont facilement influençables ; une histoire mal enseignée devient ainsi dangereuse, et pour tout dire inadaptée à leur personnalité trop malléable. L’histoire est donc réservée à leurs aînés, « dans le second degré de l’instruction » (p. 92). La deuxième raison est d’ordre pratique : la majorité des citoyens formée dans les écoles primaires est destinée « aux métiers et aux arts, dont elle doit tirer sa subsistance, et dont la pratique absorbant tout son temps lui fera oublier, et lui rendra nécessairement inutile, toute notion purement savante et spéculative » (ibid., p. 91). Volney ne s’oppose donc pas à une généralisation de l’enseignement, il restreint simplement, plus qu’il ne la marginalise, la place que doit y occuper l’histoire. Proche sur ces questions de Daunou et de Lakanal, continuateur également de Condorcet, il subordonne simplement l’instruction publique à des objectifs raisonnables et à une analyse préalable des capacités de l’élève, tous points centraux dans les discussions et les débats touchant à l’éducation, mis sous le boisseau durant la Terreur mais réactivés après Thermidor97.

  • 98 Comme le montre Jean Gaulmier dans l’introduction de [1980], p. 21-22, tout en soulignant l’actuali (...)
  • 99 O.c., p. 71.

74Volney, une fois encore, dépasse le strict sujet de son cours, et joint la réflexion à l’action politique sur laquelle elle débouche naturellement. La digression, ou plutôt la généralisation et la théorisation des idées, caractérisent l’écriture des Leçons, reliant étroitement un texte profondément marqué par la Révolution à l’idéologie naissante, dans la continuité intellectuelle des Lumières. Dans une perspective rénovatrice, on pourrait dire refondatrice, il propose un programme qui, après deux siècles, touche encore par sa modernité. À défaut de pouvoir cerner leur influence effective, sans doute assez faible98 on peut reconnaître aux Leçons le mérite d’avoir posé un jalon méthodologique qui répond, d’une certaine façon, à la demande adressée par « l’universalité des peuples » au « législateur », telle que Volney l’énonce dans la conclusion des Ruines : « Montrez-nous la ligne qui sépare le monde des chimères de celui des réalités et enseignez-nous, après tant de religions et d’erreurs, la religion de l’évidence et de la vérité99 ! »

  • i Je remercie ici tous ceux qui m’ont apporté leur aide pour l’édition et l’annotation de ces Leçons,(...)

75i

Notes

1 La synthèse la plus complète sur Volney est celle de Jean Gaulmier, L’idéologue Volney, 1757-1820, contribution à l’histoire de l’orientalisme en France, Beyrouth, 1951, reprint Genève-Paris, 1980. Elle constitue la source essentielle de toute recherche sur Volney et notamment sur sa biographie. On pourra la compléter par les actes du Colloque L’héritage des Lumières : Volney et les idéologues, université d’Angers, 14-17 juin 1987, Angers, 1988, ainsi que par le numéro spécial de Corpus, revue de philosophie, n° 11-12, 4e trimestre 1989, également consacré à Volney. Nous abrégeons en O.C. les Œuvres complètes de Volney, Paris, Firmin Didot, 1840, dont nous avons tiré, sauf indication contraire, la plupart de nos références. On dispose également des Œuvres réunies et revues par A. et H. Deneys pour le Corpus des Œuvres de philosophie en langue française, Paris, 2 vol., 1989.

2 J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 270-271 sur les circonstances de la publication. Voir également l’introduction donnée par J. Gaulmier à La loi naturelle, leçons d’histoire, Paris, 1980, que nous abrégeons en [1980] p. 14.

3 Arrêté du 1er brumaire an III, cité dans J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 302.

4 Ibid., p. 302 et n. 4.

5 Magasin encyclopédique, an III, I, p. 472-473. L’article résume le cours et en reprend d’ailleurs des passages entiers.

6 La Décade philosophique, n° 30, pluviose an III, p. 353-354.

7 Ibid, p. 354-355.

8 J. Fourier, « notes sur l’École normale et les personnes attachées à cet établissement », Bibliothèque municipale d’Auxerre, Ms. 335, publiée par A. Charle, « Lettres de Joseph Fourier », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, XII (1858), p. 118-119.

9 Lettre du 1er ventôse an III, Bibliothèque municipale du Havre, Ms. 132. Nicolas Lenglet du Fresnoy (1674-1755) est l’auteur, entre autres, d’une Méthode pour étudier l’histoire, Paris, 1713, rééditée de nombreuses fois tout au long du dix-huitième siècle, et qui connut un grand succès.

10 Notre Collège de France.

11 On se reportera sur cet aspect à H. Laurens, Les origines intellectuelles de l’expédition d’Egypte : l’orientalisme islamisant en France (1698-1798), Istambul, 1987.

12 Il est reporté trois fois sur l’état nominatif des professeurs de l’École normale (Archives nationales, F17 1562), aux 30 pluviôse, 30 germinal et 30 ventôse an III, une fois pour un paiement de 3 366, 13 et deux fois pour un de 1 000 francs.

13 Histoire de Samuel, inventeur du sacre des rois, O.C., p. 596-597.

14 J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 65-66. La remarque vaut également pour sa préparation physique.

15 C. Port éd., Souvenirs d’un nonagénaire. Mémoires de François-Yves Besnard, Paris-Angers-Le Mans, 1880, t. I, p. 337.

16 S. Moravia, « La méthode de Volney » Corpus, 11-12, 4e trimestre 1989, p. 21.

17 S. Moravia, « Philosophie et géographie à la fin du xviiie siècle », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 67, 1967, p. 940. Voir également J. Lefranc, « Le voyageur Volney et la critique de l’histoire », L’enseignement philosophique, 1987, n° 1, p. 85-94, ainsi que E. Guibert-Sledzwiewski, « Les idéologues, une approche de l’homme un et indivisible : le cas Volney », Pensée, 1985, n° 246, p. 102-112.

18 Voyage en Egypte et en Syrie, édition de J. Gaulmier, Paris-La Haye, 1959, p. 401-402.

19 « Je résistai donc à l’Empire d’un grand nom [Montesquieu], et j’y pus résister d’autant mieux que déjà je trouvais Buffon visiblement en erreur sur les prétendus épuisements du sol à qui je voyais toute la fertilité qu’il a jamais pu avoir », (p. 104).

20 Voyage en Egypte et en Syrie, éd. citée, p. 201 sq.

21 Dans une note qui ne figure pas dans l’édition originale mais a été ajoutée postérieurement, ibid., p. 203.

22 Le mot est de S. Moravia, Corpus, art. cité, p. 25.

23 Cinquième leçon, p. 104-105 ; J. Gaulmier, dans [1980], p. 156, n. 9, a le premier souligné les rapports existant entre les deux textes.

24 « La Syrie surtout et l’Égypte, sous le double rapport de ce qu’elles furent jadis, et de ce qu’elles sont aujourd’hui, me parurent un champ propre d’observations politiques et morales dont je voulais m’occuper [...]. Il est intéressant [...] de juger par l’état présent quel fut l’état des temps passés » (Préface du Voyage en Egypte et en Syrie, citée par J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 43-44.

25 Destutt de Tracy, De la métaphysique de Kant, dans Mémoires de l’Institut national des sciences et des arts, Paris, an XI, t. IV, p. 551, cité par S. Moravia, op. cit., 1967, p. 940.

26 Voir plus loin notre note sur les variantes entre les différentes éditions.

27 Cette préoccupation constante de Volney, la liberté de la presse, est un des objets du débat politique thermidorien : la défense qu’il en fait ici est donc particulièrement intéressante, replacée dans son contexte. Voir sur ce point B. Backzko, Comment sortir de la Terreur, Thermidor et la Révolution, Paris, 1989, p. 116-135 (« La liberté de la presse ou la mort »).

28 P. 79.

29 On consultera sur ce point la contribution de D. Rabreau, « L’architecture et la fête », dans l’ouvrage dirigé par P. Bordes et R. Michel, Aux armes et aux arts, les arts de la Révolution, 1789-1799, Paris, 1988, ainsi que W. Szambien, Les Projets de l’An II, Concours d’architecture de la période révolutionnaire, Paris, 1986, et le catalogue de l’exposition Les architectes de la liberté, tenue à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts en 1989, pour le contexte artistique du projet de Volney.

30 On notera que le projet est nettement plus détaillé au moyen d’une longue note additive dans [1800], où Volney présente aussi pour l’illustrer deux gravures au trait, dont il a été impossible de déterminer l’auteur (on trouvera leur reproduction dans l’annexe I).

31 J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 164.

32 Voir à ce sujet J.-C. Bonnet, « La sainte Masure », in J.-C. Bonnet (dir.), La Carmagnole des muses, l’homme de lettres et l’artiste sous la Révolution, Paris, 1988, notamment p. 193-195, et p. 195 sq. sur les conséquences d’une mauvaise disposition des lieux et sur la naissance de ce que Volney appelle « une aristocratie de poumons ».

33 Voir A. Brette, Histoire des édifices où ont siégé les assemblées parlementaires de la Révolution française et de la 1ère République, Paris, 1902.

34 W. Szambien, « Le style républicain », Monuments historiques, n° 144, avril-mai 1986, p. 39-43.

35 Non identifié. Rappelons à la suite de J. Gaulmier que Volney entrera en relations avec l’Américain William Thornton, architecte de Federal City, et notamment du Capitole, lors de son voyage aux États-Unis, dès décembre 1795. Voir J. Gaulmier, op. cit., 1951, chap. VIII et p. 589-598, notamment la lettre de Volney à Thornton du 9 janvier 1796, p. 589.

36 Toutes ces notations sont précisées dans [1800] ; mais il ressort du texte et de la correspondance avec Thornton que Volney avait poussé son projet très loin dès 1795. La publication séparée des leçons cinq ans plus tard lui permet de développer, non d’affiner réellement ses idées : il ne parle pas ainsi de la salle de Gisors et Leconte au Palais-Bourbon pour les Cinq-Cents (1798), qui fut celle du Corps législatif jusque sous la Restauration. On notera aussi les travaux de Beaumont au Tribunat (actuel Conseil d’État au Palais-Royal).

37 Qu’il ne faut pas réduire à une simple alliance du fonctionnel et de l’austère, dans un souvenir des antécédents romains. Cf. W. Szambien, art. cit. Les emprunts que Volney fait à Vitruve, comme le recours aux vases d’airain, sont tout aussi caractéristiques de l’époque.

38 On se reportera, pour mieux situer la pensée de Volney, plus radicale sur ce sujet que celle des autres idéologues, à l’article de B. Schlieben-Lange et F. Knapstein, « Les idéologues avant et après Thermidor », Annales historiques de la Révolution française, 271, janvier-mars 1988, p. 35-59, notamment p. 54 sq.

39 Surtout si l’on prend conscience qu’en l’an III Volney prend publiquement la parole, ce qui n’est pas le cas cinq ans plus tard.

40 B. Baczko, op. cit., p. 336-337.

41 Ibid., p. 255-304, et notamment p. 277 sq.

42 D’après l’abbé Grégoire, cité par J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 562, n. 2.

43 Indépendance encore plus manifeste dans La loi naturelle, qui remonte à 1793 et contient des allusions aussi précises et virulentes : « Pourquoi s’est-il trouvé des moralistes qui [ont regardé l’ignorance] comme une vertu et une perfection ? Parce que par bizarrerie d’esprit, ou par misanthropie, ils ont confondu l’abus des connaissances avec les connaissances mêmes » (éd. J. Gaulmier, 1980, p. 46) ; « Pourquoi donc les philosophes ont-ils appelé la vie sauvage l’état de perfection ? Parce que, comme je vous l’ai dit, le vulgaire a souvent donné le nom de philosophes à des esprits bizarres qui, par morosité, par vanité blessée, par dégoût des vices de la société, se sont fait de l’état sauvage des idées chimériques, contradictoires à leur propre système de l’homme parfait » (ibid., p. 47).

44 Sur les rapports de la Révolution et de l’Antiquité, on dispose comme base de deux synthèses, celle de H. T. Parker, The Cuit of Antiquity and the French Revolutionaries, Chicago, 1937, et celle de C. Mossé, L’Antiquité dans la Révolution française, Paris, 1989, ainsi que de l’ouvrage de J. Bouineau, Les toges du pouvoir ou la révolution de droit antique, ( 1789-1799), Toulouse, 1986. Voir également P. Vidal-Naquet, La démocratie grecque vue d’ailleurs, Paris, 1990. On pourra surtout consulter, quant au point qui nous préoccupe ici, Ch. Grell, Le xviie siècle et l’Antiquité en France. Élude sur les représentations sociales et politiques, littéraires et esthétiques de la Grèce et de la Rome païennes, Lille, 1991. Sur la Révolution et Rousseau, on se reportera aux deux ouvrages généraux de R. Barny, Rousseau dans la Révolution. Le personnage de Jean-Jacques et les débuts du culte révolutionnaire ( 1787-1791 ), Oxford, 1986, et L’éclatement révolutionnaire du rousseauisme, Besançon-Paris, 1988. Voir aussi l’article de M. Raskolnikov, « L’adoration des Romains sous la Révolution française et la réaction de Volney et des idéologues », Revue historique. 1982, p. 199-213.

45 Observations générales sur les Indiens ou sauvages de l’Amérique du Nord, O.C., p. 709-729.

46 Ibid., p. 724-725 ; suit un extrait de Thucydide dans la traduction de Lévêque, t. I, p. 2, art. II.

47 Ibid., p. 725-726. La première véritable critique du mythe spartiate remonte à Cornélius de Pauw, Recherches philosophiques sur les Grecs, Berlin, 1788. Voir L. Guerci, Libertà degli antichi e libertà dei moderni. Sparta, Atene e i « philosophes » nella Francia del Settecento, Naples, 1978.

48 S. Moravia, Il pensiero degli Idéologues, Scienza et Filosofia in Francia, I780-18Ì5, Florence, 1974, p. 664-670. L’auteur note en outre que Volney, ce faisant, se sépare du courant philhellène en train de naître (p. 669 et n. 124).

49 Voir sur ce point J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 201-229, notamment 220-221, et p. 343.

50 H. Deneys, « Le récit de l’histoire selon Volney », in Corpus, n° cité, p. 43.

51 Rappelons que les papiers de Volney ont disparu après sa mort, ses héritiers les ayant négligés. On ne possède par ailleurs pas de réelles informations sur sa bibliothèque. On en est donc réduit à la recherche des sources de tel ou tel passage, sans que Volney donne à ce sujet des indications très précises. Le lecteur trouvera ces références explicitées dans le texte même des Leçons. On connaît enfin, par le registre des prêts (Archives nationales, MM893), les emprunts faits par Volney à la bibliothèque du Comité d’Instruction publique, pour la préparation des Leçons : Hérodote et « Expédition de Cyrus » traduits par Larcher, Thucydide, Polybe et « histoire universelle des Anglais » (24 et 28 nivôse ; voir p. 106 et note 90) ; œuvres de Mably (« sur l’étude de l’histoire et la manière d’écrire l’histoire ») et le Traité des différentes sortes de preuves qui servent à établir la vérité de l’histoire, par le P. Henri Griffet, Liège, 1769 (6 pluviôse). Le dernier ouvrage exprime parfois des idées assez proches de celles de Volney, mais est surtout consacré à une critique des sources de l’histoire de la Fronde. Il est donc délicat d’en faire une des bases du travail de Volney, qui d’ailleurs ne le cite pas dans son cours.

52 Cinquième leçon, variante « y », p. 115.

53 Lettre de M. de Volney à M. le baron de Grimm, in Œuvres, A. et H. Deneys éd., Paris, 1989, 1.1, p. 443-444.

54 Voir sur ce point G. Gengembre, La contre-Révolution ou l’histoire désespérante, Paris, 1989, mise au point la plus récente sur le sujet et, plus précisément, sur le combat entre partisans et adversaires des Lumières autour de 1800, les Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts depuis 1789, III, Littérature française, Paris, 1989, en particulier l’introduction de J.-C. Bonnet, p. 15-18.

55 C. Port, op. cit., t.1, p. 193. On pourra sur ce point se reporter à la synthèse de M.-H. Cotoni, L’exégèse du Nouveau Testament dans la philosophie française du xviiie siècle, Oxford, 1984 (l’attitude de Volney envers la Bible y est analysé p. 385-387).

56 Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, A. Pons éd., Paris, 1988, p. 187-190 (« Huitième époque, depuis l’invention de l’imprimerie jusqu’au temps où les sciences et la philosophie secouèrent le joug de l’autorité »).

57 On consultera sur ce point, outre les différents ouvrages et articles de S. Moravia cités plus haut, auxquels on ajoutera Il Tramonto dell’Illuminismo, Filosofia et Politica nella Società francese (1770-1810), Bari, 1968, et La Scienza dell’Uomo nel Settecento, Bari, 1970, F. Picavet, Les Idéologues, Essai sur l’histoire des idées et des théories scientifiques, philosophiques, religieuses, etc. en France depuis 1789, Paris, 1891, reprint, Hildesheim-New York, 1972 ; M. Régaldo, Un milieu intellectuel, la Décade philosophique, 1794-1807, Paris, 1976, et G. Gusdorf, La conscience révolutionnaire. Les idéologues, Paris, 1978.

58 Rappelons qu’elle comprenait six sections : Analyse des sensations et des idées (parmi ses membres, Volney, Cabanis, Garat, ses associés Destutt de Tracy, Laromiguière et Degérando) ; Morale (Bernardin de Saint-Pierre, L. S. Mercier, Grégoire) ; Science sociale et législation (Daunou, Cambacérès) ; Économie politique (Sieyès, Dupont de Nemours, Talleyrand, Rœde-rer, Forbonnais) ; Histoire (Dacier) et Géographie (Buache, Mentelle). Voir F. Picavet, op. cit., p. 70-80, S. Moravia, op. cit., 1968, p. 410-425, et l’Introduction générale de ce volume.

59 Beaucoup moins proche de Volney que ne l’est Cabanis : voir E. Kennedy, A ‘Philosophe’ in the Age of Revolution, Destutt de Tracy and the Origins of ‘Ideology’, Philadelphie, 1978, en particulier p. 153-154, ainsi que R. Goetz, Destutt de Tracy. Philosophie du langage et sciences de l’homme, Lille, 1989, p. 565-567.

60 Sur Cabanis, on dispose à présent de la synthèse de M. S. Staum, Cabanis, Enlightenment and Medical Philosophy in the French Revolution, Princeton, 1980.

61 M. Staum, op. cit., p. 17-18, et J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 30-32.

62 Ainsi, lorsque Cabanis s’occupe de la publication à Paris de La loi naturelle, alors que Volney est absent de la capitale, ibid., p. 269.

63 Martin Staum donne les deux amis comme membres de la loge maçonnique des Neuf Sœurs (pp. cit., p. 18). On notera également que Cabanis avait été pressenti par Garat pour professer à l’École normale, ce qu’il déclina pour raison de santé, ibid., p. 306.

64 Et dont Martin Staum fait l’un des critères essentiels de sa définition de l’idéologue, op. cit., p. 4-5 : « The autorship of a serious work in medical or philosophical Ideology [as a science of ideas, including the formation of ideas, their expression (grammar), and combination (logic)], or in the elements of ethics, politics or economics. »

65 Hippocrate constituait encore un aspect essentiel des études médicales (Cf. J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 31-32, et dans l’article de S. Moravia, « Philosophie et médecine en France à la fin du xviiie siècle », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 89, 1972, p. 1098-1104).

66 Les Rapports du physique et du moral de l’homme, prononcés ou rédigés entre 1796 et 1802, ont été publiés à Paris en l’an X. Nous les citons dans l’édition des Œuvres complètes de Cabanis, Paris, 1823-1825, aux tomes III et IV.

67 Huitième mémoire, « De l’influence du régime alimentaire sur les dispositions et les habitudes morales », IV, p. 130-131.

68 Deuxième mémoire, « Histoire physiologique des sensations », III, p. 105 ; Cabanis ajoute que « Locke, Bossut, Condillac, Helvétius ont porté cette vérité jusqu’au dernier degré de la démonstration ». Voir aussi ibid., p. 9-10.

69 Ibid., p. 101.

70 Jean Gaulmier souligne l’influence exercée par le Voyage en Egypte et en Syrie sur le huitième mémoire de Cabanis, ainsi que de celle, plus générale, des Ruines, (op. cit., 1951, respectiement p. 115 et p. 210-211). Voir également M. Staum, op. cit., 1980, p. 225.

71 Ainsi pour ce qui est de l’influence des climats, où le voyage en Orient de Volney sert de référence aux analyses exprimées postérieurement par Cabanis. Il parlera du « très exact et très philosophique Voyage de Volney » à propos des maladies des yeux développées par le sable en Egypte ainsi que par l’alternance d’un air sec et brûlant avec un air froid et humide (huitième mémoire, III, p. 36, note 2). Sur l’identité de vue entre Volney et Cabanis sur ce point, en particulier la critique de Montesquieu et le recours à Hippocrate, voir J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 103-104, et M. Staum, op. cit., 1980, p. 220-223.

72 Considérations sur les premières découvertes de la médecine, et sur la marche de l’esprit humain dans la déduction des règles qui en résultent. Œuvres complètes, I, p. 530. Le texte, écrit en 1788, avait été publié en l’an VI. Voir aussi les Rapports, III, p. 9 : « Ainsi le moraliste et le médecin ont deux moyens directs de donner à la théorie des différentes branches de la science que chacun d’eux cultive particulièrement toute la certitude dont sont capables les autres sciences naturelles d’observation, qui ne peuvent être ramenées au calcul : et par ces mêmes moyens, ils sont en état d’en porter l’application pratique à ce haut degré de probabilité, qui constitue la certitude de tous les arts usuels. » En note, Cabanis renvoie, comme Volney dans les Leçons, au cours de Laplace pour « l’application du calcul des probabilités aux questions et aux événements mentaux ».

73 Rapports, III, p. 27 note 1.

74 Voir aussi le sixième mémoire, à mettre de ce point de vue en rapport avec la fin de la quatrième leçon : « Sans doute il est possible, par un plan de vie combiné sagement et suivi avec constance, d’agir à un assez haut degré sur les habitudes mêmes de la constitution : il est par conséquent possible d’améliorer la nature particulière de chaque individu ; et cet objet, si digne de l’attention du moraliste et du philanthrope, appelle toutes les recherches du physiologiste et du médecin observateur. Mais si l’on peut utilement modifier chaque tempérament pris à part, on peut influer d’une manière bien plus étendue, bien plus profonde, sur l’espèce même, en agissant d’après un système uniforme et sans interruption sur les générations successives » (III, p. 433 ; voir aussi p. 433-437).

75 Préface aux Recherches nouvelles sur l’histoire ancienne, O.C., éd. Didot, p. 311 note 1. On pourra mesurer l’étendue de la culture érudite volneyenne en comparant ses références avec celles des Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts depuis 1789, Paris, 1810-1815, réédités sous la direction de D. Woronoff, Paris, 1989, en particulier les vol. III (Littérature française, par M.-J. Chénier) et IV (Histoire et littérature ancienne par B.-J. Dacier). On se reportera également à l’ouvrage de C. Villers, Coup d’œil sur l’état actuel de la littérature ancienne et de l’histoire en Allemagne, Rapport fait à la troisième classe de l’Institut de France, Paris, 1809. La diffusion des travaux allemands et anglais semble s’être accélérée aux alentours de 1800, avec la publication d’ouvrages importants, mais les différents rapports corroborent généralement les appréciations de Volney pour la période antérieure à l’an III.

76 Volney a pratiqué l’érudition tout au long de sa carrière. Avant d’écrire les Recherches (publiées en 1813-1814), il avait publié, en 1790, un essai sur la Chronologie des douze siècles qui ont précédé le passage de Xercès en Grèce (J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 194 et note 3).

77 Voir ci-dessus, p. 44, note 7.

78 C’est la démarche suivie dans les Recherches, où Volney se propose d’examiner « 1°. Quel degré d’exactitude et de correction présente le système chronologique juif, considéré intrinsèquement. 2°. Sur quelles bases de faits il établit son autorité, abstraction faite de toute opinion dogmatique. 3°. Quels ont été ou quels ne peuvent être les auteurs de livres qui nous offrent ce système, fondant à cet égard nos arguments, nos preuves, uniquement sur les aveux implicites ou positifs de ces livres. » (O.C., p. 311)

79 Ouvrages qu’il ne nous a malheureusement pas été possible d’identifier.

80 Des indications complémentaires peuvent être trouvées dans les autres ouvrages de Volney, ainsi que dans la documentation réunie par J. Gaulmier, op. cit., 1951, passim (ainsi sur ses lectures en 1806-1807, en partie connues par les billets adressés par lui au conservateur Van Praët, p. 520).

81 Volney fera plus tard à l’Académie celtique le compte rendu de l’ouvrage de Pallas, Linguarum totius orbis vocabulario comparativa [Vocabulaire comparé de toutes les langues de la terre], Saint Pétersbourg, 1787-1789 : Mémoires de l’Académie celtique, Paris, 1807, I, p. 99 sq. Cf. J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 514-516.

82 Ibid, p. 65.

83 Ibid., p. 483-486.

84 Ibid., p. 514, où Jean Gaulmier cite un extrait des Mémoires de l’Académie rédigés par Volney, écho de ses préoccupations de l’an III : « Quoi ! Il existe à Londres une société de voyageurs africains [...] et à Calcutta une société de recherches asiatiques [...] et nous n’aurions pas en France une société d’antiquaires et de voyageurs français ? »

85 Volney cite nommément Fréret dans la préface aux Recherches nouvelles sur l’histoire ancienne, O.C., p. 310 et note 1. Il faut d’ailleurs souligner la parenté intellectuelle de Volney et de Fréret, lequel fit partie de la « coterie holbachique ». Fréret, avant Volney, a insisté sur les chronologies, l’importance des langues comme sources historiques dans l’analyse des différents stades de développement des peuples (il s’intéressa ainsi au basque), et, dans cette perspective, à l’histoire des origines. Cf. les Actes à paraître du colloque tenu en 1992 à Clermont-Ferrand, réunis par Ch. Grell et C. Volpilhac-Auger, Nicolas Fréret, légende et vérité.

86 Cl. Désirat et T. Hordé, introduction au numéro spécial de Histoire Épistémologie Langage 4-1, 1982, p. 12. Des deux mêmes auteurs on se reportera également à « Volney et le Miami », Amerindia, 6, 1984, Pour une histoire de la linguistique amérindienne, p. 253-271, analyse du vocabulaire de la langue des Miamis que Volney a fait figurer en annexe de son Tableau du climat et du sol des États-Unis. Selon eux ce vocabulaire, « plutôt qu’un dictionnaire, qui vise à répertorier les mots, [...] est un embryon d’encyclopédie, un tableau des idées de ce peuple. S’il se présente comme une liste, son classement n’est pas alphabétique mais thématique » (p. 260), mettant ainsi en application le programme développé dans les Leçons. Il est ainsi une véritable « contribution à l’histoire des États-Unis », mais selon la conception volneyenne de l’histoire : comportant « des dimensions ethnographiques et sociologiques, [il] déborde largement le matériau traditionnel de cette discipline, en deçà du document écrit et du monument archéologique, en prenant en compte la parole, les mœurs et les mythes de peuples encore mal connus » (ibid., p. 253-254).

87 Volney ne les mentionne pourtant pas dans les différents résumés qu’il place en tête de chapitre dans l’édition séparée de 1800.

88 Volney recourt fréquemment aux analyses linguistiques pour appuyer des hypothèses ou des raisonnements purement historiques ; il ajoute ainsi, dans son Vocabulaire de la langue des Miamis, en note du mot Nelah (je et moi) : « En Delaware, Lenno, en Chipèwa, Lennis, en Chaoni, Linni. Pourquoi les anciens sauvages de la Grèce s’appelaient-ils Hellènes ? et une tribu tartare Alani ? » (O.C., p. 729).

89 Dans une série de remarques générales à la fin de l’ouvrage, où il retrace les progrès de la philologie depuis l’Antiquité, mais date de la Renaissance et surtout du xviiie siècle le véritable essor de cette science. Volney y rend hommage à Leibniz et Pallas, et rend compte également d’œuvres parues après la publication des cours de l’an III.

90 S. Auroux, Cl. Désirat, T. Hordé, « La question de l’histoire des langues et du comparatisme », in H.E.L., n° cité, p. 77.

91 On aura un aperçu de la pratique historique au xviiie siècle au travers des communications du colloque Historische Forschung im 18. Jahrhundert, Organisation, Zielsetzung, Ergebnisse, Wolfenbüttel, 27 septembre-1er octobre 1974, réunis et publiés par K. Hammer et J. Voss, Bonn, 1976. Sur le cas particulier de l’histoire ancienne, mise au point de Chantal Grell, « L’histoire grecque et romaine en France au xviiie », in Histoire et conscience historique à l’époque moderne, Bulletin de l’Association des historiens modernistes des Universités, II, 1987, p. 59-79.

92 Volney n’ajoute le passage mentionnant l’abbé de Vertot que dans l’édition séparée de 1800.

93 Voir sur ce « refus d’une certaine histoire » et la « revendication d’une autre histoire » les remarques de D. Brahimi : Les « Leçons d’histoire » de Volney (1795), p. 405-427 in L’histoire au xviiie siècle, actes du colloque tenu à Aix-en-Provence, ler-3 mai 1975, Aix-en-Provence, 1980.

94 Voir par exemple, dans le même colloque, les communications de N. Johnson, La théorie et la pratique de l’historiographie dans la France du xviiie siècle : le cas du « Siècle de Louis XIV de Voltaire, p. 253-270, et de W. Krauss, La vision historique et l’historiographie dans la première moitié du xviiie siècle, p. 331-338, qui soulignent tous deux des préoccupations équivalentes à celles de Volney dans la première moitié du siècle.

95 Voir l’annexe II.

96 On se reportera sur ces points à l’utile synthèse de D. Julia, Les trois couleurs du tableau noir, la Révolution, Paris, 1981, complétée des textes rassemblés par B. Baczko, Une éducation pour la démocratie, textes et projets de l’époque révolutionnaire, Paris, 1982.

97 D. Julia, op. cit., 1981, aborde la question des programmes dans les écoles primaires p. 214-248. On se reportera notamment aux p. 227-231 (« Des connaissances utiles au plus grand nombre »).

98 Comme le montre Jean Gaulmier dans l’introduction de [1980], p. 21-22, tout en soulignant l’actualité du texte et son importance dans l’histoire des idées.

99 O.c., p. 71.

Notes de fin

i Je remercie ici tous ceux qui m’ont apporté leur aide pour l’édition et l’annotation de ces Leçons, Jean Gaulmier au premier chef, ainsi que Jean-Marie Goulemot, Chantai Grell, Dominique Julia, Gilles Pécout, Jean-Louis Quantin et Matteo Sanfilippo.

Auteur

Barthélémy Jobert, ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé d’histoire, a travaillé sur les problèmes culturels et politiques en France à la fin de l’Ancien Régime et pendant la Révolution. Il établit actuellement l’inventaire du fonds anglais au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale et achève une thèse de doctorat sur les relations artistiques franco-britanniques entre 1802 et 1878.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540