Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Symboles de la Renaissance. Tome II

 | 
Frederick Hartt
, 
Michelangelo Muraro
, 
Aby Moritz Warburg

Une forme de l’imitatio chez Léonard de Vinci : la Sainte Anne du Louvre

Jean Rudel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On sait quel rôle l’imitatio de la nature a constamment joué dans la démarche picturale de Léonard au cours d’un long débat où cette « science » de la peinture devait également traduire l’imagination de son créateur « émule de Dieu ». Aussi, sous l’un de ses aspects essentiels, cette « fiction » du réel ne cesse-t-elle de nous apparaître, depuis ses premières œuvres jusqu’aux toutes dernières, comme fondée sur tout mouvement qui dit la vie –du geste au sourire le plus mystérieux. Mais Léonard recherche surtout l’accomplissement dans la beauté, d’autant que tout mouvement peut devenir composition de celle-ci. Commencé avec l’inachevé de l’Adoration des Mages le débat se poursuivait encore vers 1508, avec la Sainte Anne, non terminée également1.

Celle-ci offre le rare privilège d’être à la fois une étape majeure dans l’accomplissement de la trajectoire vincienne et le signe d’une évolution particulière de la conception de la figuration dans la peinture italienne du début du xvie siècle...

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540