Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Symboles de la Renaissance. Tome II

 | 
Frederick Hartt
, 
Michelangelo Muraro
, 
Aby Moritz Warburg

Éloque du coloris : rhétorique et mimésis dans les conceptions coloristes au 16e siècle en Italie et au 17e siècle en France

Jacqueline Lichtenstien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sous l’impulsion de Colbert, l’Académie Royal : de Peinture et de Sculpture avait organisé, à partir de 1667, un cycle de conférences auxquelles se pressait une assistance nombreuse. Selon les termes de la proposition de Colbert, il s’agissait « de tous les mois faire l’explication d’un des meilleurs tableaux du cabinet du Roy par le professeur en exercice, en présence de l’assemblée ». Or, au cours du deuxième semestre de l’année 1671, l’Académie, privée de Lebrun que la maladie retenait éloigné des séances, fut agitée par des troubles dont Guillet de Saint Gorges, historiographe de l’académie à partir de 1682, nous fait le récit circonstancié : « Que1ques particuliers que les académiciens avaient introduits par civilité dans leur assemblée, y semèrent des maximes absurdes, tirées de l’école de Lombardie, qui soutient contre l’école de Rome, que pour former un excellent peintre il faut plutôt qu’il s’attache à l’économie des couleurs qu’à l’exactitude du dessin. Pour mieux autorise...

© Éditions Rue d’Ulm, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540