Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Symboles de la Renaissance. Tome II

 | 
Frederick Hartt
, 
Michelangelo Muraro
, 
Aby Moritz Warburg

Montaigne et les boiteux : « à propos ou hors de propos »?

Gwendolyn Bryant

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1585, au moment où Montaigne rédige Des Boyteux (III, xi), la chasse aux sorcières en Europe atteint son apogée1. Bien que l’essai soit court et qu’il ne s’y agisse pas exclusivement de sorcellerie, la condamnation par Montaigne des procès de sorcellerie est non seulement courageuse mais claire et explicite :

« A tuer les gens, il faut une clarté lumineuse et nette ; et est notre vie trop réele et essentielle pour garantir ces accidens supernaturels et fantastiques. » (p. 243)
« Après tout, c’est mettre ses conjectures à bien haut prix que d’en faire cuire un homme tout vif. » (p. 244)

Montaigne ne nie certes pas ouvertement l’existence des sorcières et évite ainsi adroitement les attaques de démonologues enragés tels que Jean Bodin2. Il insiste pourtant sur la présomption de ceux qui se font juges dans les procès de sorcellerie et qui prennent ainsi la place de Dieu.

Mais pourquoi avoir intitulé cet essai Des Boyteux ? Est-il ici question seulement de sorcellerie ?

En général, seuls...

© Éditions Rue d’Ulm, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540