Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Y voir mieux, y regarder de plus près

 | 
Danièle Cohn

Seconde partie. Jeux de regards

Écoute musicale et plaisir esthétique chez Ernst Bloch

Elio Matassi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Agréable, laid, beau, significatif :
voilà les courtes antennes et les cordes
des auditeurs encore superficiels1.

Tout le chapitre musicologique de Geist der Utopie, dans la version de 1918 aussi bien que dans celle de 1923, peut être considéré, dès son affirmation initiale, « Wir hören nur uns2 », comme une introduction à l’écoute musicale, une écoute en tant qu’auto-écoute, une dimension de non-aliénation et de véritable introjection. À la limite, toute la philosophie de la musique de Ernst Bloch peut être envisagée comme une Horensphilosophie : l’artiste de génie est « nur sein eigener Zuhoren », le grand interprète est fondamentalement un auto-écouteur, à l’instar de tout écouteur ordinaire, même du plus dépourvu du bagage formel minimal. Ainsi Bloch préfère parler de « Zuhoren » et non pas de « Kenner », car l’écoute doit viser un projet communautaire et ne pas être réservée exclusivement à une élite.

L’aspect théoriquement intéressant du passage tient au fait que cette sorte de commu...

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540