Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

IV. Variétés

L’École normale et l’Astronomie

C. Wolf

Texte intégral

1Pendant la première moitié de ce siècle, l’École normale n’a donné à l’astronomie que la part d’attention que nécessitait l’enseignement très restreint de cette science dans les Facultés. L’École bornait son ambition à ce qui était sa lâche et sa raison d’être, former un corps de professeurs zélés et dévoués pour les collèges royaux : or, l’astronomie n’entrait pas dans l’enseignement des collèges. Un très petit nombre de ces professeurs s’élevaient jusqu’au doctorat, et, une fois entrés dans les Facultés, ils ne trouvaient à y enseigner l’astronomie que comme un accessoire trop dédaigné. Seule, la Faculté de Paris, aux termes du décret qui l’organisa en 1809, possédait une chaire d’astronomie : elle avait eu Biot pour premier titulaire. Dans les Facultés de province, le cours d’astronomie, quand il existait, était réuni au cours de mécanique rationnelle. Aux examens de licence, d’après un décret du 10 octobre 1809, les candidats devaient répondre sur le calcul différentiel et intégral et sur la mécanique ; il n’est pas question d’astronomie.

2En 1837, cet état de choses attirait l’attention de Thénard, alors Doyen de la Faculté des sciences. Dans un rapport très étudié sur les améliorations à introduire dans l’enseignement des Facultés, il demande la création de chaires d’astronomie à Caen, Dijon et Grenoble ; Lyon, Montpellier, Toulouse et Strasbourg en étaient déjà pourvus. Mais le professeur d’astronomie devait enseigner aussi la mécanique rationnelle, et surtout les parties qui se rattachent à la mécanique céleste. Cependant, ajoute Thénard, « nous insisterions pour que la chaire d’astronomie ne fût confiée qu’à un astronome connaissant la pratique des instruments, sachant observer et pouvant servir la science dans cette direction. La présence d’un astronome déciderait les villes à fonder des observatoires, ou du moins à en faciliter l’établissement ». Pour aider au recrutement de ces astronomes professeurs, Thénard proposait qu’à la Faculté de Paris, un agrégé de l’Université, aspirant au doctoral, fût choisi pour être placé à l’Observatoire et en suivre les travaux, à moins qu’on ne préférât fonder un observatoire à la Faculté même.

3Mais l’Observatoire venait à peine d’être rattaché au Ministère de l’instruction publique, et il était entièrement aux mains d’Arago. Je ne sais si ce grand homme aimait ou n’aimait pas l’École normale ; je crois plutôt qu’il l’ignorait. A ses yeux, la seule pépinière de savants était l’École polytechnique. On le voyait bien à l’Académie des sciences dont, sous le règne du Grand Électeur, deux Normaliens seulement, Beudant et Pouillet, parvinrent à forcer les portes. Aussi la proposition de Thénard, qui eût pu révolutionner l’enseignement de l’astronomie en France, n’eut pas de suite.

4Il faut dire d’ailleurs, à la décharge d’Arago, qu’il avait eu entre les mains un échantillon des élèves de l’École normale, qui n’était guère de nature à lui inspirer le désir d’en prendre d’autres. Comment Nicollet, de la promotion de 1810, entra-t-il à l’Observatoire en 1815 en qualité de calculateur ? Il est probable qu’il y fut poussé par Laplace, dont la puissante protection paraît l’avoir soutenu, l’avoir amené même aux portes de l’Académie, juste au moment où sa carrière scientifique sombra dans de déshonorantes affaires de bourse. Dans l’histoire de sa jeunesse, Arago raconte comment, à l’occasion d’une élection à l’Académie, il eut la douleur de se trouver en opposition avec M. de Laplace : « L’illustre géomètre voulait qu’on accordât une place vacante clans la section d’astronomie à M. Nicollet, homme sans talent et, de plus, soupçonné de méfaits qui entachaient son honneur de la manière la plus grave. A la suite d’un combat que je soutins visière levée, malgré les dangers qu’il pouvait y avoir à braver ainsi les protecteurs puissants de M. Nicollet, l’Académie passa au scrutin ; le respectable M. Damoiseau, dont j’avais soutenu la candidature, obtint 45 voix sur 48 votants. M. Nicollet n’en réunit donc que 3.... Peu de temps après, M. Nicollet était en fuite pour l’Amérique, et le Bureau des longitudes faisait rendre une ordonnance pour l’expulser ignominieusement de son sein. »

5L’Observatoire donna encore asile, au temps d’Arago, à un autre astronome sorti de l’École normale, mais bien obscur celui-là. Ce fut Butillon, de la promotion de 1841. Entré à l’Observatoire en 1846, il y était encore en 1854 à l’arrivée de Le Verrier. Mais le nouveau Directeur dut bientôt se priver de ses services, pour des motifs qu’il a fait connaître dans son Mémoire justificatif de 1869. 11 est inutile de les reproduire ici.

  • 1 Je relève dans la Notice historique sur les travaux des anciens élèves (décédés) de l’École normale (...)

6La tentative de Thénard pour ouvrir aux membres de l’Université les portes de l’Observatoire n’ayant pas réussi, les mathématiciens de l’École normale durent se borner à des travaux d’astronomie théorique. Plusieurs d’entre eux firent paraître, sous forme de thèses de doctorat ou de mémoires, des travaux parfois importants sur la mécanique céleste. Les noms de Dubus-Champville, Bach, Bourget, Houël, Victor Puiseux, Ch. Simon, pour ne citer que ceux qui ne sont plus, rappellent de beaux mémoires sur les plus hautes théories astronomiques, en même temps que des calculs fort utiles d’astronomie nautique1.

7Mais l’astronomie pratique restait toujours lettre close pour les professeurs de l’Université. En 1850, l’École ne possédait (est-elle mieux pourvue aujourd’hui ?) d’autre instrument astronomique qu’une lunette de 16 centimètres d’ouverture, que nous dirigions parfois sur les collines de Bicêtre et de Châtillon, sur le ciel jamais.

8Les conséquences fâcheuses de l’ignorance où nous étions tenus de la véritable astronomie se firent bien sentir lorsqu’en 1853 les nouveaux programmes d’études introduisirent la cosmographie dans l’enseignement des lycées. Les traités que rédigèrent alors plusieurs professeurs, et non des moins autorisés, furent des traités de mathématiques plutôt que d’astronomie, et la forme aride sous laquelle l’étude des astres y était présentée ne fut pas une des moindres causes du dégoût que les élèves ont toujours montré pour une science qui pourtant captive et passionne l’attention du public le moins savant. Il ne fallut rien moins, pour faire cesser un tel état de choses, que la révolution qui, après la mort d’Arago, amena Le Verrier à la direction de l’Observatoire de Paris.

9On a dit bien du mal de Le Verrier, non sans raison peut-être. Mais, à mesure que s’éteignent et disparaissent les animosités personnelles qu’avait allumées son caractère dominateur, l’heureuse influence que ce grand homme exerça sur le développement de l’astronomie en France, par son infatigable labeur et sa puissante initiative, se dégage peu à peu des ombres dans lesquelles ses ennemis ont cherché à l’envelopper, et le jour viendra pour lui, comme il est venu pour Laplace, où le mal qu’il a pu faire à quelques-uns s’éclipsera noyé dans l’éclat des services rendus à la science et à son pays. Les futurs Normaliens se raconteront longtemps encore, dans les causeries du laboratoire, de piquantes anecdotes, plus ou moins véridiques, sur les luttes que quelques-uns de leurs anciens eurent à soutenir contre sa tyrannie. Mais l’École n’oubliera pas qu’elle lui doit d’avoir ouvert une carrière entièrement nouvelle à l’activité scientifique de ses élèves.

  • 2 Un arrêté ministériel du 18 mars 1858, rendu à la demande de Le Verrier, décida que les membres du (...)

10Le Verrier, dès qu’il eut en mains les destinées de l’astronomie française, comprit quel parti il pouvait tirer des élèves de l’École pour le recrutement de son observatoire. Un professeur, agrégé de l’Université ou docteur, pouvait être attaché à l’Observatoire sans avoir à démissionner, et si, après un stage suffisant, sa vocation astronomique ne se révélait pas, il rentrait dans l’enseignement, non seulement sans avoir perdu ses droits à l’avancement, mais l’esprit enrichi des notions nouvelles qu’il avait acquises dans la pratique des instruments et des méthodes de la plus parfaite des sciences d’observation2.

11Victor Puiseux et Paul Desains furent appelés les premiers par Le Verrier, l’un pour diriger le bureau des calculs, le second pour établir les études de physique du globe. Le passage de ces deux maîtres à l’Observatoire, quelque court qu’il ait été, y a laissé des traces profondes. Pendant que Yvon Villarceau réorganisait la salle méridienne, Puiseux posait les règles qui ont été et sont toujours suivies pour la réduction des observations. Desains instituait à l’Observatoire les premières observations continues des variations du magnétisme terrestre qui aient été faites en France.

12Les ennemis de Le Verrier n’ont pas manqué d’attribuer à ses exigences tyranniques le départ de Puiseux et de Desains, après deux années seulement de séjour à l’Observatoire. Quelle aubaine de pouvoir signaler à la malignité du public de tels savants comme les victimes de cet autocrate ! Quel devait être son caractère pour qu’il ait pu parvenir à lasser la patience d’un Puiseux, d’un Desains ? La vérité est que tous deux quittèrent l’Observatoire en excellents termes avec le Directeur et par un très honorable scrupule de conscience. Puiseux, nommé professeur titulaire de mécanique céleste à la Sorbonne, en remplacement de Cauchy, ne crut pas pouvoir concilier, avec ses fonctions très absorbantes de chef du bureau des calculs, ce nouvel enseignement et celui qu’il donnait en outre à l’École normale. De même, plus tard, nous l’avons vu se démettre de son titre de membre du Bureau des longitudes, malgré les sollicitations de ses collègues, lorsque l’état de sa santé ne lui permit plus de diriger la rédaction de la Connaissance des temps. P. Desains quitta l’Observatoire lorsque l’extension donnée au service météorologique par la création des avertissements aux ports allait lui imposer une besogne inconciliable avec son enseignement à la Faculté des sciences. Tous deux furent remplacés par d’autres élèves de l’École, Paul Serret et Marié-Davy.

13A cette même époque, le goût des observations astronomiques parut s’éveiller chez quelques anciens élèves de l’École. Ce fut à l’occasion de l’éclipse totale de soleil du 18 juillet 1800, qui devait être visible en Espagne. Legrand, de la Faculté des sciences de Montpellier, alla l’observer à Castellon de la Plana avec un de ses collègues. M. Lespiault, de la Faculté de Bordeaux, accompagné de Burat, professeur au lycée de la même ville, se rendit à Briviesca, donnant ainsi la première preuve de son ardent amour pour l’astronomie, qui devait, quelques années plus tard, contribuer si puissamment à la création de l’Observatoire de Bordeaux.

14Le Verrier ne manqua pas de saisir ces indices de vocation astronomique. En 1862, il appelait à l’Observatoire trois anciens élèves de l’École ; l’année suivante, trois autres entraient au bureau météorologique et commençaient le service de la prévision du temps et des avertissements aux ports. Puis les entrées se succédaient si rapidement, qu’en 1866, une quinzaine d’anciens élèves de l’École figuraient sur les états de l’Observatoire. Sans doute, tous n’y sont pas restés ; mais, malgré les troubles qui survinrent bientôt dans l’établissement, le nombre des persévérants fut assez grand et leur ardeur au travail assez féconde, pour fournir aux Annales de l’Observatoire de gros volumes d’observations et des mémoires importants de physique et d’astronomie.

15Plusieurs d’entre eux ont pris part à de lointaines et parfois périlleuses expéditions astronomiques. En 1868, MM. Stéphan, Rayet et Tisserand allèrent observer, sur les rivages fiévreux de la presqu’île de Malacca, la fameuse éclipse de soleil du 18 août, qui révéla tant de faits nouveaux sur la constitution du soleil. En 1874 et 1882, le passage de Vénus sur le soleil vit M. Tisserand au Japon, MM. André et Angot à Nouméa, MM. Puiseux et Tisserand à la Martinique. Le passage de Mercure amena de nouveau M. André en Amérique en 1878.

16L’Observatoire de Paris était donc riche en astronomes de renom, et, lorsque le Gouvernement en 1878 décida la création de nouveaux Observatoires, il n’eut que l’embarras du choix pour en trouver les Directeurs. Depuis plusieurs années déjà, M. Stephan dirigeait l’Observatoire de Marseille, où, avant lui, deux autres élèves de l’École, Ch. Simon et M. Voigt, n’avaient fait que passer. A Toulouse, après la direction temporaire de Despeyrous et de Daguin, M. Tisserand était venu relever l’observatoire de Fréd. Petit, et, en 1878, il cédait la place à M. Baillaud, pour venir prendre un fauteuil à l’Académie des sciences.

17En 1878, MM. Rayet, André et Gruey fondaient les Observatoires de Bordeaux, de Lyon et de Besançon. Enfin, le 3 août 1892, à la mort de l’amiral Mouchez, M. F. Tisserand était appelé, par les suffrages de l’Académie et le vœu unanime des astronomes, à la direction de l’Observatoire de Paris.

18Ainsi l’École normale qui, au commencement du siècle, était tenue à l’écart de l’astronomie d’observation a conquis successivement et occupe aujourd’hui tous les Observatoires de l’État dans la France continentale. C’est un de ses titres de gloire qu’il convenait de rappeler au moment où elle va célébrer le centenaire de sa fondation.

Notes

1 Je relève dans la Notice historique sur les travaux des anciens élèves (décédés) de l’École normale, les indications suivantes : Dubus-Champville (1810), Éphérmérides maritimes, St-Brieuc, 1838 à 1868 ; Calculs de navigation et d’astronomie. — Chenou (1818), Sur le mouvement des corps célestes dans le vide et dans un milieu résistant ; Sur le mouvement des étoiles multiples. Thèses, 1840. — Sonnet (1819), Mouvement relatif des étoiles doubles. — Bach (1831), Passages de Vénus et de Mercure sur le Soleil ; Position géographique de Strasbourg ; Calcul des éclipses par la méthode des projections. — Vasnier (1854), Attraction et figures des planètes. Thèse, 1839. — Girault (1837), Variations des orbites des Planètes. Thèse, 1843. — V. Puiseux (1837), Mémoire sur les variations de la pesanteur dans une petite étendue de la surface terrestre et sur quelques effets qui en résultent (1856) ; Sur les inégalités périodiques du mouvement des planètes (1856) ; Sur les inégalités à longues périodes du mouvement des planètes (1856) ; Sur le développement en séries de la fonction perturbatrice ; Sur les principales inégalités du mouvement de la Lune ; Les passages de Vénus sur le Soleil. — Sornin (1841), Figure de l’anneau de Saturne (1854) ; Sur la planète Neptune (1849). — Bourget (1843), Développement en séries des coordonnées d’une planète ; Sur la fonction perturbatrice ; Sur l’anneau de Saturne ; Sur l’hypothèse de Laplace. — Houel (1843), Sur la fonction perturbatrice. — Berger (1843), Sur les méthodes de Cauchy pour le calcul des perturbations des mouvements planétaires. Thèse, 1864. — Simon (1845), Sur la rotation de ta Terre ; Sur la rotation de la Lune.— Renard (1847), Sur le mouvement troublé des planètes. Thèse, 1856.

2 Un arrêté ministériel du 18 mars 1858, rendu à la demande de Le Verrier, décida que les membres du corps enseignant, attachés à l’Observatoire par décret impérial ou décision ministérielle, conservent leurs droits à l’avancement dans les fonctions de l’enseignement. Les Professeurs de Faculté entrent à l’Observatoire avec le rang d’Astronome titulaire, les professeurs de lycée sont Astronomes adjoints.

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540