Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

IV. Variétés

L’instruction militaire à l’École (1885-1889)

André Lalande

Texte intégral

1Sous le régime de l’ancienne loi militaire, les normaliens étaient totalement dispensés de service, et les dix ans d’enseignement auxquels ils s’engageaient étaient considérés par les décrets fondamentaux de l’Université comme « l’équivalent » de cinq ans de présence sous les drapeaux, exigés de la généralité des Français. Cette situation ne les empêchait pas d’être les premiers au feu, en volontaires, dès qu’un péril sérieux menaçait le pays ; et l’on a dit ici même quel fut leur courage en 1870. Ils auraient cependant préféré avoir leur place assignée d’avance en cas de guerre, et n’être pas obligés, aux jours de danger, d’avoir recours à des démarches souvent difficiles pour obtenir le droit de se battre. Aussi furent-ils très heureux quand parut le projet de réforme de la loi sur le recrutement : ce projet comportait l’instruction militaire pendant les trois années d’École, et un an de service actif à la sortie, au titre de sous-lieutenant de réserve. C’était une combinaison qui sauvegardait tous les intérêts, au prix d’un léger surcroît de travail et qui répondait honorablement aux désirs patriotiques de nos camarades. Ils s’en emparèrent, et demandèrent à recevoir l’instruction militaire à l’École dès l’année suivante, sans attendre le vote de la loi, quittes à n’en avoir que les charges sans les bénéfices si la réforme n’était pas adoptée ; bien que cela soit malheureusement arrivé, ceux qui l’ont fait ne le regrettent pas.

2La promotion de 1884 se montra surtout favorable à ce projet ; mais c’est seulement après la rentrée de 1885 que furent pris, après entente du ministère de l’instruction publique et du ministère de la guerre, les arrêtés et règlements organisant à l’École l’instruction militaire. Il y était décidé que les exercices auraient lieu le lundi et le vendredi, de une heure à trois, et qu’en outre, des journées entières, quand il serait possible, seraient consacrées à des marches et à des tirs au fusil sur les buttes de Vincennes. Pendant la durée des exercices, les élèves de l’École étaient placés sous l’autorité du ministre de la guerre ; ils devaient recevoir les grades de caporal et de sous-officiers à mesure que leurs états de service le leur permettraient ; ils étaient passibles des punitions militaires : les consignes devaient être exécutées dans l’École, les punitions plus graves à la prison du Cherche-Midi. Hâtons-nous d’ajouter que malgré quelques menaces chroniques de notre état-major, pour soutenir la discipline, personne de nous n’a jamais fait connaissance avec la paille humide.

  • 1 M. Bonvoust est mort il y a trois ans. Les autres instructeurs étaient M. Durand, capitaine ; MM. W (...)

3La première séance d’exercice eut lieu le 15 février. Les élèves de première et de seconde année y figuraient seuls ; les cubes, du haut des gouttières, regardaient celle nouveauté. Nous avions été habillés sommairement, en attendant que le budget permît de mieux faire les choses : nous avions un képi de drap bleu marine, avec passepoils rouges, aux palmes de l’École, un pantalon et une tunique de cette toile blanche qu’on appelle treillis. Pourquoi une tunique au lieu de l’ordinaire bourgeron de l’armée, ample et commode ? Nous n’avons jamais su la raison de cette élégance, mais nous avons pu nous convaincre qu’elle manquait de confort. — Une fois alignés par rang de taille dans la cour de la « fosse aux ours », face à l’École, nous fîmes connaissance avec le cadre de nos officiers : deux capitaines, trois lieutenants, un sous-lieutenant, tous choisis dans l’armée territoriale. L’instructeur militaire en chef était M. Bonvoust, capitaine adjudant-major au 36e ; son nom est resté dans la langue de l’École, où il continue aujourd’hui encore à désigner le service militaire1. De plus, comme il fallait des sous-officiers, des caporaux, des clairons et des tambours, on en avait pris provisoirement un peu partout. Le ministère, pour susciter des candidatures, avait fait savoir par les journaux que le temps fait à l’École normale dispenserait d’une période de 28 jours dans la réserve. Un bon nombre s’étaient présentés, et ceux qu’on avait choisis étaient venus, chacun avec la tenue de son corps, infanterie, génie, zouaves, chasseurs, sortis des rangs sociaux les plus divers, depuis des ouvriers jusqu’à un de nos camarades de lycée, déjà caporal de réserve et étudiant en droit.

4Le soir, au dîner, le cacique général célébra cette journée d’inauguration par un chic « au premier bataillon scolaire de France ! »

5A la position du soldat sans armes succédèrent les exercices d’assouplissement, mêlés de théories sur « les signes extérieurs du respect » et sur les principes de la marche au pas. Puis vint le jour d’aborder le maniement d’armes : la direction d’artillerie de Vincennes nous envoya 102 fusils Gras, 2 fusils coupés pour la théorie, 2 revolvers d’ordonnance, 4 chevalets pour le tir. Pour loger ce matériel, on transforma en magasin d’armes le chœur d’une ancienne chapelle, située dans les bâtiments neufs, le long de la cour, et qui depuis son annexion servait déjà de salle de billard. Chacun y avait sa case pour les effets, le nécessaire d’armes et les produits destinés à l’astiquage ; un râtelier en fer à cheval supportait les fusils ; la niche du fond, veuve de statue, servait pour les tambours, les clairons et les revolvers.

6Aussitôt que nous fûmes un peu familiarisés avec le fusil, notre commandant trouva que la cour de l’École était trop petite, et nous fit sortir. Il avait obtenu de la Place l’autorisation de nous faire manœuvrer sur le boulevard Arago et derrière l’Observatoire. L’idée n’était pas des plus heureuses. Nous savions à peine marcher en colonne ; nous n’avions guère la figure militaire ; à notre tête s’avançaient deux clairons dépareillés ; et, n’ayant pas encore eu le temps d’acquérir des galons, nous étions escortés par nos sergents instructeurs, chacun dans l’uniforme de son corps. Le zouave surtout, bel homme, le teint fleuri, la moustache en croc, attirait tous les regards sur notre petite troupe. Et Dieu sait si nous gagnions à être regardés ! Les ceinturons tombaient à gauche, faute de pattes pour les soutenir. Les tuniques et les pantalons de toile, après une première lessive, s’étaient rétrécis. Les manches s’arrêtaient à l’avant-bras ; la culotte raccourcie laissait passer notre pantalon civil que le froid nous forçait à garder par-dessous. Les boutons de la tunique, mis avec peine, plissaient l’étoffe en travers et menaçaient de sauter. — C’est dans cet équipage qu’on nous mit dehors. Les plus sensibles au ridicule n’y tinrent pas. Un certain nombre se firent déclarer malades ; quelques-uns profitèrent du rétrécissement des tuniques pour provoquer doucement une déchirure, ou trouvèrent un autre prétexte pour garder la maison. On ne peut guère le leur reprocher. Il était mal à propos de donner l’École en spectacle dans la rue, et nos officiers auraient dû songer un peu plus à nos sentiments de dignité collective ; mais ils se croyaient quelquefois à la caserne.

7Ce que nous préférions était le tir réduit, organisé dès le printemps dans le passage qui longe les laboratoires de chimie. A l’extrémité avait été installé un large panneau de bois, mobile d’un côté sur deux fortes charnières, et de l’autre sur un galet, de sorte qu’on pouvait à volonté le mettre en travers de l’allée ou l’appliquer comme une porte le long du mur. Deux cibles de fer y étaient accrochées, où les balles marquaient en emportant la couleur : un élève, armé d’un pot de noir et d’un pot de blanc, était chargé d’effacer les coups. A cause des maladroits, — il y en a toujours, — l’appareil était complété par un grand auvent de tôle dominant les cibles, et préservant les congrégations voisines des balles perdues. Mais elles étaient rares : non seulement quelques-uns se montrèrent excellents tireurs, mais la moyenne même, au dire des officiers, était très supérieure à celle du régiment.

8L’année suivante, il y eut de grands progrès dans nos exercices militaires, et cela pour plusieurs raisons. La première est qu’on nous fit un nouvel uniforme, modeste, — car il revenait à l’École au prix de 46 fr. 80, — mais convenable et pratique. Ce fut un soulagement quand un élève caporal, pris pour mannequin, nous arriva en tenue « modèle 86 ». Le costume était en drap de sous-officier, tout entier bleu de roi. Il se composait d’un dolman semblable à ceux qu’avaient alors les officiers, mais sans brandebourgs, et portant au collet, au lieu de numéro, les palmes de l’École. Des pattes d’épaule unies, du même drap, protégeaient le vêtement contre l’usure du fusil. Le pantalon avait un simple passepoil rouge, de même que le képi, qui portait aussi les palmes. — Les conscrits reçurent en outre, comme dans l’armée, un pantalon et une blouse de treillis, beaucoup plus commode que l’ancienne tunique.

9Fort heureusement aussi, comme nous étions enrégimentés depuis un an, on put nommer des caporaux et des sous-officiers parmi les élèves de l’École. Les premiers eurent pour privilège une permission de minuit supplémentaire par mois ; les sergents en eurent deux, ce qui leur donnait trois samedis sur quatre — quand le quatrième ne se trouvait pas aussi jour de fête ou de bal officiel. Chose singulière, la section des lettres fut presque seule à briguer les grades et les avantages qui y étaient attachés. Est-ce parce que les élèves des sciences, pour la plupart, sont en même temps reçus à l’École polytechnique, et que ceux qui viennent à l’École normale optent ainsi par un esprit d’individualisme qui les éloigne de la carrière militaire ? Cela est possible. Mais, pendant toute la durée du service, le fait a été frappant.

10D’autre part, une innovation assez heureuse vint rompre la monotonie des exercices. M. Petit, lieutenant du génie, fut chargé de faire un cours de topographie aux élèves dont l’instruction militaire était le plus avancée. Il avait à vaincre une difficulté extrême : intéresser à la fois des scientifiques et des littéraires, sans ressasser des éléments trop connus des premiers, sans entrer dans des explications incompréhensibles pour les seconds. Echapper totalement à ces deux écueils était impossible ; notre professeur improvisé s’en est du moins tiré fort honorablement. Il nous a fait faire connaissance, sans complications inutiles, avec les différentes espèces de cartes et de plans, les échelles employées, la lecture des feuilles de l’état-major. Il nous a donné les principes du levé ordinaire et rapide, l’emploi du carton de Fontainebleau, celui des principaux instruments de géodésie. Tout cela nous intéressait plus que l’exercice, et pouvait nous servir au besoin.

11Enfin les circonstances favorisaient la nouvelle institution. Un vent de guerre commençait à souffler. C’était l’époque du ministère Boulanger, et le « brave général » n’était encore, dans l’opinion publique, qu’un administrateur actif, entreprenant, chaud patriote et désireux de la revanche. Les bruits qui couraient entretenaient l’excitation. Nous savions que de grands préparatifs étaient faits, que dans certaines gares, voisines de la frontière, des locomotives demeuraient jour et nuit chauffées pour le départ. Un de nos camarades, en relations étroites avec la Compagnie de l’Est, confiait à ses amis le nombre des canons expédiés sans cesse vers l’ennemi. Dans notre « turne », jadis ornée de bibelots chinois, s’étalait maintenant au-dessus de nos livres une large fresque, représentant les armes de Metz et de Strasbourg. Nous commentions, les uns avec passion, les autres avec inquiétude, la nouvelle Instruction pour le combat que venait de faire distribuer le ministère de la guerre, et dont la première phrase était alors célèbre : « Seule, l’offensive permet d’obtenir des résultats décisifs ». — Quand eut lieu l’affaire Schnæbelé, tout le monde se crut à la veille de la guerre. Un de nos camarades, sans en rien dire, fit provision de chemises de flanelle et de souliers de campagne. On ne parlait plus que du grand événement. Les travaux ordinaires étaient suspendus ; l’émotion était si vive que notre maître, M. Gabriel Monod, interrompit son cours sur le moyen âge pour commencer l’histoire de la guerre de 1870.

12Ce fut le temps héroïque de l’entreprise. A la suite d’une visite du général Boulanger, qui nous avait promis des chevaux, une section de cavalerie fut organisée — sur le papier, bien entendu ; car les chevaux du ministère ne vinrent pas, et nous aurions été fort embarrassés de les recevoir. Tout le bénéfice de nos espérances fut pour le manège Jamin, qui recruta quelques clients de plus. — Nous nous dédommagions aussi sur le boulevard Arago. Depuis que nous avions une tenue convenable, l’exercice y marchait beaucoup mieux. Nous prenions d’assaut le Lion de Belfort suivant toutes les règles de la tactique. Tantôt nous l’attaquions « sur terrain varié », en tirailleurs, défilés derrière les arbres ou les édicules du boulevard, tantôt, en rangs serrés, par bonds réguliers de 100 mètres, au pas de charge pour finir, devant toute une foule de petits rentiers, de braves femmes et de gamins du quartier qui avaient fini par connaître nos heures de manœuvre. Nous arrivions par la rue de la Glacière, en quatre rangs, le capitaine en tête, sur un cheval que lui prêtait un de ses amis. Aussitôt que nous avions tourné l’angle du boulevard Arago, il commandait : « Colonne à distance entière ! » De proche en proche, les lieutenants répondaient : « Section à gauche en ligne ! » Puis après un moment d’attente, au commandement de « Marche ! » tout d’un coup, les sections se déployaient en largeur, à leurs distances, traversant le boulevard d’un trottoir à l’autre, guide à droite, jusqu’à la place où commençaient des évolutions plus compliquées. — Quelquefois nous étions lancés dans des expéditions lointaines : nous allions reconnaître Arcueil, où nous trouvions beaucoup de boue, ou bien encore nous figurions des marches en pays ennemi le long des fortifications, à Montrouge. Nous faisions des haltes, nous placions des sentinelles à la crête des murs, au tournant des rues, dans toutes les positions stratégiques. Puis nous revenions en belle ordonnance le long de la rue Saint-Jacques, ou quelquefois par la rue Denfert-Rochereau, jusqu’à l’École, et pour rentrer nous portions les armes devant un poste imaginaire. Presque toujours, nous étions en retard, trois heures sonnant déjà. Comme nous n’avions plus le temps de changer, on allait à la conférence en uniforme. On y dormait bien aussi un peu, quand il avait fait chaud. Mais nos professeurs se montraient indulgents ; on ne peut pas demander trop d’esprit à des gens qui sont sous les armes depuis leur déjeuner.

13Cette indulgence était d’ailleurs très justifiée, car en définitive ni les travaux personnels des élèves, ni la réussite aux examens n’ont jamais souffert de ces exercices. Comme, après tout, nous ne donnions qu’un travail physique modéré, nous y trouvions une bonne réaction contre la fatigue intellectuelle ; et, si nous étions un peu engourdis le jour même, nous en retrouvions les bénéfices le lendemain. Quelquefois, l’hiver, après un exercice les pieds dans la neige, ou l’été, quand nous avions fait une marche au grand soleil de deux heures, il y eut bien quelques petites indispositions : jamais rien de grave. D’ailleurs l’administration avait la sagesse d’accorder facilement des dispenses à ceux qui pouvaient en avoir besoin ; et puis le capitaine lui-même, tout en parlant haut de nous endurcir, nous faisait volontiers manœuvrer les jours de pluie dans les couloirs et le péristyle Thuillier. Souvent aussi, par le mauvais temps, l’exercice se passait en théories diverses dans la salle de billard, appelée de midi à trois heures « le magasin de la compagnie ». On nous y apprit et nous y enseignâmes à nos conscrits le paquetage des effets, le démontage du fusil et du revolver, le nettoyage des armes, pour les gradés, l’établissement des rapports, des états, un peu de comptabilité militaire. Là se faisait aussi l’astiquage : brosses, cire, cirage, torchons, patiences, tripoli, graisse et nécessaire d’armes, nous avions tout un fourniment qui ne plaisait guère aux plus délicats. Il faut avouer qu’il fallait ensuite un certain temps pour se laver les mains. Mais au moins on se reposait toujours pendant ce temps des mathématiques ou du latin ; le lavage fait, on s’en trouvait peut-être plus dispos.

14Pour nous récompenser de nos peines, nous avions l’encouragement des visites et des inspections officielles. A la fin de l’année, le ministre de la guerre, représenté par un officier d’état-major, nous distribuait des médailles d’argent et de bronze comme prix d’instruction militaire, des épinglettes comme prix de tir. Une fois ou deux, nos chefs universitaires assistèrent aussi à nos exercices ; mais, alors, ce furent nos instructeurs dont le dolman reçut les palmes académiques. — De temps à autre, l’excellent général Jeanningros venait nous passer en revue ; ses discours n’étaient pas longs, mais comme ils sentaient la poudre ! A sa première inspection il ne dit qu’un mot, mais qui nous fut au cœur : « Cristi, les beaux hommes ! » A la seconde, il nous parla des avantages de l’instruction militaire, et dans le feu de l’improvisation : « Quoi que vous soyez plus tard, conclut-il, commerçants... industriels... ou autres..., vous verrez si l’exercice vous aura servi ! »

15Mais nos meilleures journées militaires furent les tirs à Vincennes, l’été. Le premier eut lieu le 13 mai 1887. Les suivants étaient échelonnés de trois en trois semaines. Ces jours-là, suppression de toutes conférences. Dès notre lever, nous revêtions pantalon et dolman ; une large galette de suif, au milieu du dortoir, était à la disposition des pieds trop tendres et des chaussures trop dures. A six heures, un déjeuner solide nous attendait au réfectoire ; puis le clairon sonnait le rassemblement, nous formions les rangs, et, le fusil sur l’épaule, la compagnie partait pour Vincennes. Par le soleil comme par la pluie, — et quelles averses nous avons reçues ! — le trajet se faisait toujours à pied. Au bout de l’avenue Daumesnil, aux fortifications, nous prenions le pas de route, et l’arme à la bretelle. Puis nous traversions le bois de Vincennes en chantant ; c’est chose recommandée par la théorie ; d’ailleurs le répertoire de l’École ne manque pas de ressources. Quand il faisait beau, la course était excellente ; les chemins sous bois gardaient la fraîcheur du malin, la lumière était gaie, et sans avoir eu le temps de songer à la route, on débouchait dans l’immense clairière du terrain de manœuvres, derrière le fort, où les buttes des cibles apparaissaient au fond toutes petites, en même temps que les troupes installées déjà pour le tir semblaient un alignement de lointains soldats de plomb. Alors, nous prenions possession de notre terrain ; les balles commençaient à siffler, et les marqueurs dans leur fosse, à signaler les manques et les rigodons avec leurs petits drapeaux. Quand arrivait l’heure du « pot », une voiture de cantinier distribuait du pain, du saucisson, du fromage et du vin, assaisonnés par la poussière du champ de manœuvres et par un appétit de voyageurs. Outre la ration officielle, presque tous demandaient des suppléments ; et, tout en pestant contre le vent ou le soleil, on finissait par se trouver réconforté et dispos pour achever la séance par quelques tirs à genou ou à plat ventre. Ceux qui ne tiraient pas attendaient leur tour couchés dans l’herbe ; les infatigables tâchaient d’obtenir quelques paquets de cartouches supplémentaires. Enfin, sur le soir, nous revenions toujours à pied, noblement poudreux, au travers de la ville ; et quand nous remontions le boulevard Saint-Michel, à l’heure où les terrasses des cafés sont pleines, nous récoltions quelquefois, de la part des étudiants qui nous reconnaissaient, quelques bruyants témoignages d’admiration dont il ne faudrait pas trop soupeser la dose exacte d’ironie.

16On sait comment, après quatre ans d’exercices, il fallut renoncer à nos espérances. L’article qui consacrait notre nouvelle situation militaire, voté par la Chambre des députés, fut rejeté au Sénat, non par mauvaise volonté pour l’École normale, mais par un de ces jeux du hasard et de la politique qui viennent quelquefois troubler l’élaboration des lois. Celle-ci revint donc à la Chambre, l’École oubliée. Quelques-uns s’en aperçurent ; mais le temps pressait ; la session touchait à sa fin et la discussion durait déjà depuis plusieurs années. Revenir sur le projet, c’était renoncer à en obtenir le vote cette fois encore. On voulut en finir, et tel quel, en bloc, le texte du Sénat fut adopté. — Depuis ce moment, nos conscrits, moins favorisés qu’à l’École polytechnique et même qu’à l’École centrale, font un an de service en qualité de simples soldats. Opera et impensa periit. Mais si d’abord cette inégalité de traitement nous a été pénible, et si nous avons senti quelque regret de notre peine perdue sans profit pour nos jeunes camarades, nous avons la satisfaction d’avoir fait ce qui paraissait alors le plus utile à l’École, — et même, nous ne désespérons pas qu’un jour vienne où se répare l’oubli commis à son détriment.

Notes

1 M. Bonvoust est mort il y a trois ans. Les autres instructeurs étaient M. Durand, capitaine ; MM. Wapler, Käuffer et Dubillon (remplacé par M. Egrot en 1888), lieutenants, et M. Belol, sous-lieutenant. M. Petit, lieutenant du génie, a été chargé la seconde année du cours de topographie.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540