Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

IV. Variétés

Émile Chevé

Duclaux

Texte intégral

1Je suis certain de faire plaisir à tous ceux de mes camarades qui ont connu, et par conséquent aimé, celui que nous appelions familièrement le père Chevé, en essayant de faire revivre dans leur mémoire le souvenir du cours de musique de l’École et du maître entraînant à qui ils le devaient.

2Maître, il l’était par toutes les manifestations et tout le rayonnement de son être, par son masque expressif, par son geste animé, par sa parole chaude, à la fois abondante et originale. Il l’était par sa méthode d’exposition, méthode qui au point de vue pédagogique est un pur chef-d’œuvre, et qu’il savait rendre encore plus pénétrante et plus féconde par l’accent personnel qu’il lui imposait. Car il était à la fois grand et familier, et c’était toujours une surprise de voir cet homme si vif, si primesautier quand il causait, ou quand une de ces digressions, qu’il se permettait quelquefois avec nous, lui avait fait déposer un instant sa baguette de chef de chœur, redevenir aussitôt qu’il la reprenait le serviteur attentif, patient, presque respectueux de cette méthode d’exercices gradués dont il avait si souvent constaté la puissance. Je suis assuré que toutes les fois qu’il la mettait de nouveau à l’épreuve, et qu’il promenait, d’un air rêveur, ses bâtons d’harmonie sur le tableau, sa pensée n’était jamais loin de celle qui, avec une foi d’apôtre et une patience de femme, avait échelonné les difficultés, rattaché ensemble toutes les parties de la méthode, et tissé le fil souple et fort qui les réunissait.

3Je viens de prononcer le mot d’apôtre à propos de Nanine Chevé. Comment se fait-il que, sans que nous l’ayons jamais vue, elle nous était presque aussi présente, et je dirai presque aussi familière que son mari ? Ah ! c’est qu’il était impossible de les séparer l’un de l’autre. S’il y eut jamais deux êtres unis, en dehors des liens de l’affection, par une foi commune, par l’ardeur vers le bien et par l’esprit de sacrifice, ce furent bien Émile et Nanine Chevé. Leur vie se résume en ces mots : oubli de soi-même pour les autres. Et qu’on ne se figure pas qu’ils aient uniquement visé l’un et l’autre le triomphe de leur méthode d’enseignement. C’eût été là une satisfaction égoïste dont ils étaient incapables de se contenter. La méthode n’était pour eux qu’un moyen, plus rapide que les autres, d’initier les masses populaires aux jouissances de la musique, au plaisir d’entonner en commun de beaux chants qui laissent quelque chose dans l’âme. Émile Chevé était trop fin, trop aussi de son siècle pour paraphraser à nouveau cette thèse que la musique adoucit les mœurs, mais il savait que ce n’est pas impunément que des centaines d’hommes se réunissent pour communier en un même sentiment et se disciplinent pour obéir à l’inspiration supérieure du musicien et du poète. Je ne répondrais pas non plus qu’en creusant dans sa pensée, on n’y aurait pas découvert qu’il plaçait, dans cet ordre d’idées, le concert des voix au-dessus du concert des instruments : on met davantage de soi dans ce qu’on chante. En tout cas, à ceux qui auraient été tentés de sourire de ses illusions ou de lui contester ses espérances, il pouvait répondre en montrant les élèves qu’il avait faits. Je ne crois pas qu’il y ait jamais eu d’église plus unie, plus dévouée, je dirais presque plus adorante, que la sienne, au moment où je l’ai connue.

4C’était dans le grand amphithéâtre de la Faculté de médecine qu’il fallait le voir, aux concerts, mensuels je crois, qu’il y donnait. Tout y était gratuit, et les exécutants n’étaient pas payés, mais aucun ne manquait à l’appel, et dès que le maître frappait sur son pupitre, on sentait qu’il s’établissait entre ses choristes et lui un de ces courants de sympathie et d’émotion qui témoignent à la fois en faveur du professeur et des élèves : lui, noble et bienveillant, souriant et grave ; eux, attentifs, à la fois timorés et sûrs d’eux-mêmes, ayant si souvent franchi des obstacles difficiles qu’ils n’en redoutaient plus aucun, mais veillant sur eux-mêmes, et se contentant du sourire discret qu’il leur envoyait quand ils avaient traversé sans broncher un changement de ton ou exécuté à première vue un chœur compliqué. Car, chose bizarre, ce n’était pas d’eux qu’ils voulaient qu’on fût satisfait, c’était de la méthode et du maître qui la représentait. Nous avions le même sentiment, nous cherchions à traduire la même vénération à l’École normale dans le concert que nous donnions tous les ans à l’Administration. Et, s’il faut dire toute ma pensée, nous en voulions un peu à nos directeurs de ne pas être aussi sensibles qu’ils l’auraient dû au spectacle de cette communion intime du professeur et des élèves.

5Pour ma part, et s’il m’est permis d’introduire ici une note personnelle, ce dont je garde le plus de reconnaissance à Émile Chevé, ce n’est pas de m’avoir initié aux jouissances d’un premier ténor, mais de m’avoir révélé ce que c’était qu’un bon professeur, et ce qu’était une classe où le maître et les élèves s’aimaient. Rien ne pouvait être plus réconfortant, plus pédagogique au sens élevé du mot, plus digne par conséquent de l’École normale, que de montrer à de futurs professeurs ce qu’ils peuvent faire de leurs élèves avec une bonne méthode vivifiée par du dévouement et de l’affection. Émile Chevé ne recevait aucun traitement pour les deux leçons qu’il nous donnait par semaine : il n’en manquait aucune. Ces leçons avaient lieu de 9 à 10 heures du soir, après la fatigue de la journée, à la veille d’un jour de sortie. Elles n’avaient rien d’obligatoire, et ne comportaient aucun moyen de discipline et de répression : elles étaient pourtant toujours à la fois peuplées et tranquilles. Bien plus, comme il y avait tous les ans de nouvelles recrues, on recommençait chaque année les mêmes exercices, depuis le b a ba destiné à façonner les voix nouvelles, qui, il faut le dire, arrivaient d’ordinaire vierges de toute préparation. Eh bien, malgré ce recommencement qui partout ailleurs eût paru un rabâchage, Émile Chevé avait le plaisir de voir ses anciens élèves lui rester fidèles, tant il savait varier ses procédés d’éducation sans rien changer à la marche générale des études, tant sa méthode avait à la fois de souplesse et de rigidité.

6Ce qu’elle avait de remarquable, c’est l’absence de tout formulaire. Les exercices étaient variés, et livrés en apparence au hasard de l’inspiration du maître et de la course de sa baguette sur le tableau. Mais, en réalité, le maître était toujours attentif, attentif a sérier les difficultés, à ne pas en faire aborder une nouvelle avant que la précédente ne fût franchie de plein saut. Revenant avec patience, mais par des voies très variées, au passage où avait apparu de l’hésitation, il intervenait parfois plus activement en chantant lui-même de sa petite voix fatiguée, cassée, mais toujours remarquablement juste, et la leçon se poursuivait ainsi, entraînante, variée, coupée de temps en temps par une courte digression, une historiette, un souvenir des luttes du passé, parfois, mais rarement, par un de ces mots à l’emporte-pièce où reparaissait le polémiste ardent du début de la méthode, le lutteur de sang breton, avec sa franche obstination et son loyal coup de tête en pleine poitrine : tout cela tempéré, illuminé par ce bon sourire que je crois voir encore au moment où j’écris ces lignes, ce sourire où il y avait de tout, de la noblesse, de la bonté, et ce rayonnement intérieur que donne une vie de sacrifices et de dévouement à la cause de tous.

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540