Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

III. L’enseignement

La bibliothèque de l’École

P. Vidal de la Blache

Texte intégral

1Le statut du 30 mars 1810 sur l’administration de l’École normale contient un article relatif à la Bibliothèque : le directeur des études, assisté d’un élève-répétiteur, est chargé de sa conservation. Les livres ne sont prêtés qu’aux fonctionnaires de la maison et aux élèves, qui doivent les rapporter au bout de huit jours. En réalité, cette bibliothèque était alors tout à créer, et même les plus simples instruments de travail faisaient défaut. Il y a, sur nos rayons, une grammaire latine de Port-Boyal en tête de laquelle un calligraphe habile a écrit ces mots : Année 1811, pour l’usage commun des élèves ; donné par M. Guéroult, conseiller titulaire, chef de l’École normale. Il fallut ainsi pourvoir aux premiers besoins. Mais on se mit à l’œuvre, et bientôt un premier fonds, composé surtout de lexiques, de textes classiques, de quelques ouvrages (en petit nombre) de sciences, de philosophie et d’histoire, fut constitué. Ces aînés de nos livres sont timbrés à l’effigie de l’aigle impériale. Il n’y a aucune trace, pour cette époque, de dons ou d’acquisitions considérables.

  • 1 Statut du 30 mars 1810, art. 40.

2On peut juger de ce qu’était cet embryon de bibliothèque, en feuilletant les plus anciens cahiers de prêt, qui remontent à 1815. Les signatures de Guigniaut, Cousin, Augustin Thierry, Paul Dubois, etc., figurent sur ce vénérable registre en regard des ouvrages par eux empruntés. Le nombre de ces emprunts n’est pas grand. Vingt ou trente volumes sont le maximum des demandes pour l’année entière. Quant au choix des ouvrages, il est peu varié : des grammaires, des textes classiques surtout ; çà et là quelques livres de mathématiques et de physique ; en philosophie le manuel des Institutiones philosophicæ, sommairement désigné sous le nom de Philosophie de Lyon ; enfin le cours de littérature de La Harpe et le Voyage du Jeune Anacharsis. On remarque quelques emprunts inscrits au nom du réfectoire. Il s’agit de la lecture réglementaire qui se faisait pendant les repas1. C’est surtout l’histoire ancienne de Rollin, l’histoire des Empereurs de Crevier qui servent à cet exercice.

  • 2 C’est le nom que porta de 1800 à 1808 l’ancien collège Louis-le-Grand, devenu ensuite Lycée impéria (...)

3Il est vrai que, pendant cette première période de son existence, l’École installée au Plessis avait à sa disposition et à sa portée la bibliothèque de l’Université qui se trouvait alors dans les bâtiments du Lycée impérial (Louis-le-Grand). Mais, le 1er janvier 1814, elle fut transportée rue des Postes, dans l’ancien séminaire du Saint-Esprit. C’est alors surtout que l’insuffisance de livres se fit sentir. Quand un ouvrage manquait, il fallait recourir à quelque bibliothèque publique. En 1817, le Conseil de l’Instruction publique crut tirer l’École de cet embarras, en décidant que la bibliothèque de l’Université, dont le local menaçait ruine, y serait transférée. Mais, pour diverses raisons, l’arrêté fut rapporté et le transfert n’eut pas lieu. Le chef de l’École, qui était alors M. Guéneau de Mussy, s’y était montré peu favorable. Il préférait l’allocation régulière d’un crédit spécial permettant à l’École normale de constituer sa propre bibliothèque, pour elle et chez elle. C’est ce qui eut lieu. A partir de 1818 une somme, qui fut d’abord de 9 000 francs, fut portée au budget de l’Instruction publique, en faveur de la bibliothèque de l’École. En même temps la bibliothèque de l’Université nous céda ses doubles ; beaucoup de nos livres, marqués au timbre de l’Université de Paris ou du Prytanée2, attestent cette provenance.

4La bibliothèque continua ainsi à s’accroître jusqu’en 1822, date de la suppression de l’École normale. Elle fut alors transportée dans « l’ancienne maison de la Sorbonne », où l’on s’apprêtait à installer avec les Facultés et l’Académie la Bibliothèque universitaire. L’École fut, il est vrai, rétablie en 1826, sous un nom différent, et réinstallée au Plessis, mais elle ne reprit pas possession de ses livres. Elle resta, pour sa propre bibliothèque, tributaire de la Sorbonne, et les achats paraissent avoir été, sinon suspendus, au moins bien réduits : les registres de 1829 et 1830 accusent à peine l’entrée d’une vingtaine d’ouvrages.

  • 3 Création d’une agrégation d’histoire en 1831, de physique en 1841, d’une conférence de français en (...)
  • 4 English, Scotch and Irish record publications. Un demi-millier de volumes environ aujourd’hui.

5Une période plus prospère s’ouvrit après la révolution de Juillet. Le nouveau régime, qui avait d’abord rendu à l’École son nom, qui l’avait dotée d’une organisation nouvelle, ne tarda pas à lui rendre aussi ses livres. En 1832 la bibliothèque revint de la Sorbonne au Plessis. Alors commence une poussée vigoureuse dans la croissance de la bibliothèque comme dans celle de l’École. Le développement nouveau que prennent les études d’histoire, de physique, de littérature française3, explique en partie l’augmentation des achats de livres. Les registres d’entrées s’enflent, en effet, dans des proportions inusitées ; plus d’un millier d’ouvrages, surtout de 1842 à 1845, y figurent annuellement. Ces registres, écrits en partie, à ce qu’il semble, de la main de M. Guigniaut, contiennent surtout des éditions savantes, des ouvrages d’histoire et de sciences, des recueils périodiques étrangers parmi lesquels dominent les publications allemandes. Un esprit large, une entente élevée de l’enseignement de l’École préside visiblement à la composition de la bibliothèque. L’État, d’ailleurs, contribue activement à accroître ses richesses. A la mort de Cuvier, en 1853, sa bibliothèque avait été acquise par l’État, qui la distribua entre différents établissements. Une partie, non la moins importante, de cette collection devint le lot de l’École : beaucoup de nos livres d’histoire, de voyages, de linguistique, ainsi que quelques-uns de philosophie et d’antiquités, portent à leur première page le nom du grand naturaliste. Deux ans après, le ministère des Affaires étrangères, à la prière du ministre de l’Instruction publique qui était alors M. Guizot, intervint pour procurer à notre bibliothèque la collection imprimée « par la Commission des Archives d’Angleterre4 », qui, régulièrement continuée depuis cette époque, est une de nos richesses.

6Il fallut pourvoir par une organisation plus stable à la surveillance de cette bibliothèque qui atteignait presque déjà le chiffre de 20 000 volumes. Jusqu’en 1845 un élève, conformément au texte du règlement primitif, avait suffi pour cette surveillance. M. Cucheval-Clarigny, qui venait de remplir ces fonctions, fut nommé en 1845, après ses trois ans d’École, bibliothécaire en titre. C’est lui qui, en cette qualité, présida à la translation de la bibliothèque dans les bâtiments de la rue d’Ulm. Dès le mois de septembre 1846, avant même l’installation des élèves, les livres s’y trouvaient réunis, et purent servir dès cette date aux candidats à l’agrégation.

  • 5 Ils furent d’abord au nombre de deux ; il y en a trois aujourd’hui pour la seule bibliothèque des L (...)

7Après avoir été si longtemps relégués dans un obscur entresol du collège du Plessis, nos livres prenaient la place d’honneur dans le nouvel édifice où entrait l’École. Une salle avait été disposée pour eux au premier étage et au centre, entre les locaux réservés à l’enseignement des lettres et ceux des sciences. Décorée avec élégance, ouverte au levant et offrant à la vue une perspective d’arbres et jardins qui s’étendait alors plus loin qu’aujourd’hui, elle fit entrer plus d’air et de lumière ; les livres y prirent un air attrayant. Il y eut désormais un endroit où, du moins pendant quelques heures, les élèves purent se familiariser avec la bibliothèque ; ceux d’entre eux que leur mérite fit désigner comme sous-bibliothécaires5, y trouvèrent, avec un bureau de travail permanent, toute facilité pour entrer en commerce intime avec elle. Avec quelle reconnaissance M. Fustel de Coulanges, qui fut du nombre, parlait-il, longtemps après, des heures qu’il avait passées ainsi dans le recueillement de ce séjour ! Lui qui possédait si bien l’art d’user des livres sans se laisser dominer par eux, il se plaisait à attribuer à la bibliothèque de l’École une partie de son éducation scientifique. Il s’en souvint lorsqu’il fut directeur : l’un de ses actes fut un règlement qui mettait plus libéralement la bibliothèque à la disposition des élèves, par une plus longue durée des heures de séance et par des facilités nouvelles accordées au prêt.

8L’École commençait à montrer avec quelque complaisance ses collections rapidement accrues. La salle de bibliothèque servait à la célébration de ses solennités. C’est là que, le 4 novembre 1847, eut lieu la séance d’inauguration du nouvel édifice, et qu’à plusieurs reprises, plus tard, se tinrent les séances de rentrée, que M. Duruy remit en honneur. Mais si intéressantes que puissent être ces circonstances de la vie officielle de l’École, c’est surtout sa vie intellectuelle et intime qui revit dans celte salle, et qui lui crée de nobles souvenirs.

9La période qui suivit 1852 fut d’abord marquée par un ralentissement. Le zèle de M. Jacquinet, directeur des études littéraires, si attentif pourtant aux intérêts de la bibliothèque, dont il avait la haute surveillance (le bibliothécaire était M. Hauvette-Besnault), luttait contre la modicité des ressources. Peu à peu cependant les conditions devinrent plus favorables. En 1864 l’accroissement de la bibliothèque des sciences rendit nécessaire la présence d’un agrégé sortant de l’École, que l’on chargea spécialement du soin de son administra-lion ; c’est à M. Gaston Darboux qu’échut en premier lieu celte fonction de confiance, qui permet à des agrégés d’élite de poursuivre après leur temps d’École les travaux qu’ils ont commencés. Cette partie de notre bibliothèque s’enrichit en 1867 du legs qui lui fut fait par M. Verdet, maître de conférences de physique : toute une bibliothèque composée avec amour par un savant d’esprit philosophique, qui contient une collection remarquable de livres relatifs à l’histoire des sciences. Ce n’est pas le seul bienfaiteur que l’École ait trouvé parmi ses anciens maîtres. M. Caboche lui a laissé en 1887 une bibliothèque de 2 500 volumes, précieuse en ouvrages de littérature et en mémoires historiques. Elle doit aux dernières volontés de M. Lerambert, maître de conférences d’anglais, mort en 1890, une collection de 3 000 volumes, où l’histoire, la géographie, l’économie politique, les littératures étrangères sont richement représentées.

  • 6 Statistique de l’enseignement supérieur.

10Mais, dès 1872, l’accroissement de la bibliothèque avait été mis sur un pied nouveau. Sous l’impulsion de M. Bersot et avec l’assentiment du ministère, le bibliothécaire, qui était alors M. de Chantepie, put se créer les ressources nécessaires. Le nombre des volumes s’éleva rapidement à 60 000, chiffre qu’il atteignait en 1878. Dix ans après il montait à 77 0006, car après la mort de M. Bersot et le départ de M. de Chantepie le progrès ne s’était pas ralenti. On peut admettre aujourd’hui le chiffre de 100 000 volumes comme plutôt inférieur à la réalité.

  • 7 Elle possède pourtant quelques collections curieuses, qui lui sont venues par dons : entre autres, (...)

11Composée méthodiquement et avec un discernement rigoureux, pour subvenir aux besoins des diverses sections (auxquelles s’ajouta, en 1882, la section des sciences naturelles), notre bibliothèque s’interdit les acquisitions de pure curiosité7. Elle évite les ouvrages de simple vulgarisation, qui ne pourraient qu’exercer une influence fâcheuse sur les habitudes de travail. Je me souviens combien M. Fustel de Coulanges se montrait attentif et sévère dans le contrôle des achats. Ce choix est ce qui donne à la bibliothèque son caractère ; c’est une collection faite pour l’étude. Il lui reste à combler des lacunes. Mais dans les principales spécialités elle peut se flatter d’être au courant, et d’offrir toutes facilités au travail. Je citerai surtout la philologie classique, qui attira tout particulièrement l’attention de M. de Chantepie, l’ancienne littérature française, les mathématiques, et en histoire le moyen âge et l’antiquité.

LA BIBLIOTHÈQUE DES LETTRES (GRANDE SALLE)

12Outre les achats et les libéralités des anciens élèves qui s’intéressent à ce patrimoine commun, des dons réguliers viennent enrichir la bibliothèque. En vertu d’un arrangement conclu en 1882, le ministère de l’Instruction publique met à sa disposition les publications universitaires de l’étranger qu’il reçoit en échange des thèses françaises de doctorat. Les ministères des Travaux publics, du Commerce, de l’Agriculture, de l’Intérieur, des Finances, des Affaires étrangères, des Colonies, la Ville de Paris, la Préfecture de la Seine, lui envoient gracieusement leurs principales publications. En échange des Annales que publient les maîtres de la section des sciences, l’École reçoit un certain nombre de grands recueils périodiques de l’étranger. D’Italie, du Canada même, d’Australie et du Japon, lui arrivent des dons importants, attestant son crédit et sa renommée.

13Toutes ces ressources sont libéralement à la disposition des élèves, des maîtres, des anciens normaliens de séjour ou de passage à Paris. Un catalogue méthodique et plusieurs catalogues alphabétiques facilitent les recherches. Il est peu de moments de l’année où la bibliothèque chôme ; les vacances, même après l’agrégation, lui amènent de nouveaux hôtes. Néanmoins le personnel attaché à la bibliothèque s’est à peine accru ; deux élèves assistent l’agrégé chargé de la collection des sciences ; trois élèves de lettres sont les auxiliaires du bibliothécaire. A celui-ci revient le soin de préparer et de centraliser les achats, de surveiller le prêt, et, par surcroît et par bonne camaraderie, d’orienter les novices, jeunes ou vieux, dans ce domaine qu’il connaît mieux que personne. Ces fonctions délicates ont été remplies successivement, après le départ de M. de Chantepie en 1880, par M. Rébelliau et par M. Lucien Herr.

14La grande salle est depuis longtemps devenue insuffisante. Le flot montant des livres a débordé dans les salles annexes. D’autres ont été ajoutées, qui se sont remplies à leur tour. La bibliothèque des sciences a dû émigrer dans une aile de nos bâtiments, où elle occupe trois salles. De petites succursales se sont formées dans les laboratoires de physique, de chimie, de zoologie, de botanique et de géologie, pour que chacun eût sous la main les livres indispensables. Et, malgré tout, nous voyons, avec un embarras mêlé de satisfaction, la nécessité de chercher encore de la place pour nos livres.

15Mais cela n’est que le signe matériel de l’importance que la bibliothèque a prise dans la vie de l’École. Elle initie les élèves aux recherches personnelles. La plupart, au moment de leur entrée, sont encore inexpérimentés, embarrassés en toutes occasions pour le choix de leurs instruments de travail. Peu à peu, grâce à l’extrême liberté qui leur est laissée dans l’usage des livres, l’esprit de curiosité se fortifie, le goût de l’information sûre et précise s’éveille. Dans la grande salle, ouverte chaque jour de une heure et demie à quatre heures et demie, les collections, les in-folio, les atlas étalés sur les tables attirent des lecteurs ; mais ce que préfèrent encore les plus avisés, ce sont les salles écartées où, sur les rayons dépourvus de grillages, il est permis de fureter, de poursuivre d’un livre à un autre, parmi les collections de philosophie, de grammaire, de géographie et d’histoire qui y sont assemblées, le texte ou le renseignement qui fuit. L’emprunt dans l’intérieur de l’École se pratique avec une libéralité qui n’a de limites que les restrictions nécessaires pour la conservation du bien commun. La liste toujours grossissante des prêts atteste avec quel empressement on use de ces facilités. Assurément un régime si large exige un redoublement d’attention chez ceux qui ont la responsabilité de ce dépôt. Il fonctionne néanmoins par l’accord de tous, et ses avantages sont assez grands pour faire oublier des abus, d’ailleurs rares. Ceux dont les souvenirs remontent déjà un peu loin sont souvent à même de remarquer chez les meilleurs élèves des générations récentes une variété et une étendue de connaissances, qui autrefois ne s’obtenaient guère que tard, au prix de longs efforts. L’influence de la bibliothèque n’est pas étrangère à ce progrès. Il y a là un ferment qui travaille avec l’enseignement des maîtres, ou à côté de lui. Accroître cette force, la rendre de plus en plus mobile et partout présente, c’est assurément contribuer à augmenter la vitalité de l’École.

Notes

1 Statut du 30 mars 1810, art. 40.

2 C’est le nom que porta de 1800 à 1808 l’ancien collège Louis-le-Grand, devenu ensuite Lycée impérial.

3 Création d’une agrégation d’histoire en 1831, de physique en 1841, d’une conférence de français en 1842.

4 English, Scotch and Irish record publications. Un demi-millier de volumes environ aujourd’hui.

5 Ils furent d’abord au nombre de deux ; il y en a trois aujourd’hui pour la seule bibliothèque des Lettres,

6 Statistique de l’enseignement supérieur.

7 Elle possède pourtant quelques collections curieuses, qui lui sont venues par dons : entre autres, une série de plus d’une centaine de traductions d’Horace. De 1812 à 1860, on n’en compte pas moins de soixante-six, la plupart en vers.

Table des illustrations

Légende LA BIBLIOTHÈQUE DES LETTRES (GRANDE SALLE)
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540