Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

III. L’enseignement

H. Debray

A. Joly

Texte intégral

1En 1851, Henri Sainte-Claire Deville était appelé à remplacer, comme maître de conférences à l’École normale, Balard, nommé professeur au Collège de France. Le jeune maître avait trente-trois ans ; célèbre déjà par une découverte qu’il venait de faire à Besançon, découverte qui, par son opportunité, jetait un jour nouveau dans les discussions théoriques soulevées alors par les Dumas, les Laurent, les Gerhardt, il revenait à Paris après six années d’absence, heureux de trouver place à un foyer intellectuel digne de sa science et de son activité, heureux de se rapprocher des maîtres qu’il aimait et qui avaient, foi en son avenir.

2Il trouvait au modeste laboratoire de l’École, installé depuis quelques mois en qualité d’agrégé-préparateur, un jeune homme de vingt-quatre ans, Henri Debray. Et ce fut une bonne fortune pour l’un et pour l’autre, de se trouver réunis, associés à un travail de tous, les instants, jeunes tous deux, ardents à s’instruire, curieux des faits, habiles expérimentateurs, diversement doués cependant : Deville, enthousiaste, d’une extrême vivacité d’imagination, très érudit déjà ; Debray, plus calme, d’une grande finesse d’esprit, apte à saisir rapidement le point faible d’une discussion scientifique.

3Liés bientôt d’une étroite amitié, ils travaillèrent côte à côte pendant trente ans. Dans le laboratoire fondé par Deville, bien des savants passèrent qu’il entraîna dans le tourbillon de son activité et qu’il anima de son souffle puissant ; il eut d’autres collaborateurs que Debray : les uns sont morts, tels que Wöhler, Caron ; d’autres sont vivants encore, et je n’ai pas à en faire l’éloge. Mais les derniers travaux publiés par Deville portent aussi le nom de Debray, et c’est à lui qu’incomba la tâche de poursuivre l’œuvre brusquement interrompue par la mort du maître.

I

4Né à Amiens en 1827, Jules-Henri Debray entrait à l’École au mois d’octobre 1847. A quinze ans, il n’avait encore suivi que les cours de l’École primaire ; son père et son frère étaient mécaniciens, et son éducation fut celle d’un artisan. Le jeune Henri s’exerçait à manier la lime et le marteau, tout en suivant le soir les cours de sciences appliquées fondés par la ville d’Amiens ; des notions très solides sur les mathématiques élémentaires et la mécanique, la physique et la chimie, les sciences naturelles, furent ainsi rapidement acquises, et l’heure était venue pour lui de prendre définitivement sa place à l’atelier.

5D’une intelligence très vive, il s’était fait remarquer par ses maîtres et par les clients de son père, pour la plupart chefs de filatures, instruits et soucieux des progrès de leur industrie. Ils insistèrent pour que le jeune homme poursuivît plus avant ses études scientifiques. Mais Henri Debray n’était pas bachelier ; il ne savait pas de latin ! Le père reculait à tenter une expérience périlleuse qui pouvait devenir funeste : engager son fils dans une impasse ou lui enlever le goût du travail manuel auquel il lui faudrait peut-être revenir un jour. L’expérience fut tentée cependant, et, seize mois après, Henri Debray était bachelier.

6Élève à l’institution Favart, Debray suivit pendant deux années les cours du lycée Charlemagne. L’enseignement qu’il y reçut d’un professeur éminent dont il conserva toujours le plus affectueux souvenir, M. Bary, acheva de développer son goût pour les sciences physiques : à la fin de la première année, il remportait le premier accessit de chimie au Concours général, le premier prix à la fin de la seconde année.

7Ces succès, tout en déterminant sa vocation, facilitèrent beaucoup son admission à l’École, car il s’en fallut de peu qu’une telle somme d’énergie ne vînt se briser contre un obstacle imprévu. Debray avait mal entendu l’énoncé de la composition de mathématiques ; le problème qu’il avait résolu était un peu différent de celui qui avait été proposé ; une élimination brutale pouvait en être la suite.

8A cette époque, une moyenne établie d’après une formule mathématique compliquée, dans laquelle l’intelligence du candidat et son énergie disponible n’entrent, le plus souvent, qu’affectées d’un coefficient imaginaire, ne décidait pas seule du sort et de l’avenir d’un jeune homme. L’examinateur d’alors, tout aussi scrupuleux d’ailleurs que celui d’aujourd’hui, regardait le candidat bien en face, et pesait en toute conscience, non seulement la somme des connaissances qu’il avait acquises, mais aussi tout le parti qu’il pouvait en tirer dans l’avenir.

9L’examinateur de mathématiques était, cette année-là, M. Joseph Bertrand, aujourd’hui secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences. Le passé du jeune candidat lui était connu ; ses succès au Concours général et son aptitude si remarquée pour l’étude des sciences expérimentales plaidaient en sa faveur, et le mathématicien, déjà célèbre, tendit la main au futur chimiste. Dès lors l’avenir est assuré.

10H. Debray arrive à l’École avec un bagage littéraire sans doute incomplet, avec une instruction générale qui présente certainement des lacunes, mais il est avide de s’instruire ; son esprit est libre et l’heureux équilibre de ses facultés le rend apte à s’assimiler très vite tout ce qui lui fait défaut et le maintiendra toujours au-dessus du spécialiste pur ; il n’est pas fatigué par un travail préparatoire excessif, il est habitué à l’observation des faits, curieux ; son chemin est d’ailleurs tout tracé, il sait qu’il sera chimiste.

11D’une taille élancée, large d’épaules, d’une force physique peu commune, sa santé robuste ne subit aucune atteinte de l’existence sédentaire qu’il mène à l’École, et le travail sédentaire ne fait rien perdre à cette nature solidement constituée de ses qualités natives ; la physionomie est franche et douce, les instincts généreux et bons ; il n’eut à l’École que des amis. On a dit d’autre part comment, en juin 1848, Debray et son camarade Mézières, de la section des lettres, furent choisis par les élèves de l’École pour faire partie de l’état-major du gouvernement provisoire, et comment tous deux se lancèrent dans la lutte avec toute la fougue et la générosité de leurs vingt ans.

12Ce qu’il fut élève à l’École, Debray le fut toujours, généreux et bon ; sa large figure souriante conservait toujours cette douceur aimable et indulgente des gens véritablement forts. La bonté faisait le fond de son caractère, et il n’eut pas besoin d’être à l’école de Deville pour que ces qualités natives se développassent.

II

13On l’a dit d’autre part, le laboratoire que l’École mettait à la disposition d’Henri Sainte-Claire Deville n’était pas ce que le maître l’a fait plus tard : quelques petites pièces mal éclairées, une cour ; des collections incomplètes, un outillage presque ridicule, des crédits insignifiants ! C’est ici que l’aide de Debray fut précieuse au jeune maître. Marteler, forger, construire les appareils les plus compliqués, tout cela n’était pour lui qu’un passe-temps.

14Projetant de poursuivre avec les ressources de la science moderne les travaux de Berzelius et de ses élèves sur les corps simples, Deville s’attaque bientôt à l’aluminium. Pour extraire le métal, il faut préparer tout d’abord de grandes masses de sodium, et le premier kilogramme de ce métal c’est Debray qui le prépara à l’aide d’un appareil à la construction duquel il a concouru, et, bien que le nom de Debray ne se trouve pas associé au nom de Deville dans ces mémorables recherches où le nouveau métal apparut tel que nous le voyons aujourd’hui préparé en grande masse par l’industrie métallurgique, tous ceux qui ont fréquenté le laboratoire de l’École normale savent quelle part Deville, si généreux et si juste, faisait au préparateur dans celte œuvre, colossale pour l’époque où elle fut accomplie. A côté de Deville, et sous sa direction, Debray retirait de l’émeraude de Limoges un autre métal à peine connu, mais qui n’a pas eu, en raison du prix relativement élevé des matières premières, le même avenir que l’aluminium : il préparait pour la première fois le glucinium sous une forme comparable à celle des métaux les mieux caractérisés. Plus tard, lorsque Deville entreprit sur les métaux du platine un travail qui devait absorber les dernières années de sa vie, c’est la collaboration de Debray qu’il rechercha, comptant autant sur son habileté professionnelle que sur la solidité de son jugement. Que de difficultés, grâce à son éducation première d’artisan, ont été aplanies ! Nous l’avons vu, heureux de ce retour aux travaux de son enfance, mettre habit bas, et, sa bonne et douce figure largement épanouie, forger sur l’enclume les lingots de platine sortis du four de fusion, maniant avec aisance la pince et le marteau.

15Il ne peut être question d’analyser ici l’œuvre scientifique de Debray ; si vaste qu’elle soit, elle ne peut briller d’un aussi vif éclat que celle du maître. Il faut pourtant rendre à Debray cette justice, et Deville était le premier à le reconnaître : bien des travaux entrepris par celui ci n’eussent pu être menés à bonne fin sans l’aide matérielle ou les conseils pleins de lucidité de l’élève et du collaborateur. Pour ne citer qu’un exemple, il suffira de rappeler la part que prit Debray à la vulgarisation des phénomènes de dissociation. L’emploi des températures élevées dont Deville et Debray avaient perfectionné l’outillage, attire l’attention du maître sur les phénomènes de décomposition limités par la réaction inverse. La dissociation est l’idée géniale de Sainte-Claire Deville. Mais cette idée est, pour les savants peu habitués à envisager d’aussi près cet ordre de phénomènes, encore obscure ; les expériences à l’appui sont délicates et exigent une critique rigoureuse. Quelques expériences d’une extrême simplicité, imaginées par Debray, viennent fixer les idées et entraînent la conviction des plus indécis. Les recherches sur la dissociation du carbonate de chaux et sur l’efflorescence sont bientôt classiques, et, par un retour inverse, les faits plus complexes mis en avant par Sainte-Claire Deville trouvent leur interprétation.

16Tout ce qu’accomplit Debray garde la trace de son éducation première pratique et simple.

17Professeur au lycée Charlemagne, puis au lycée Napoléon (aujourd’hui lycée Henri IV), professeur à la Sorbonne, où il succède à son maître Henri Deville, maître de conférences à l’École normale, il enseigne simplement, avec clarté, ennemi de toute surcharge et convaincu qu’enseigner ne veut pas dire tout enseigner, s’efforçant de ramener au minimum les matières de son enseignement, exigeant au contraire de l’élève un effort personnel propre au développement de ses facultés. Et plus tard, lorsqu’il fut appelé par le choix de ses collègues au Conseil supérieur de l’Instruction publique, on le vit encore, ennemi des formules compliquées, lutter, souvent en vain, contre l’envahissement des programmes par les détails accessoires et les développements inutiles.

18Pendant sept ans, Debray exerça les fonctions d’examinateur d’admission à l’École polytechnique avec cette même conscience, cette même bonhomie gracieuse, cette même sûreté de jugement qui ont fait sa force. Il aimait à rappeler l’aventure qui faillit lui fermer les portes de l’École, et, aux examens d’admission à l’École normale, il rendit à plus d’un le service que lui avait autrefois rendu un maître éminent ; que de fois le chimiste tendit une main secourable au mathématicien d’avenir !

19L’éducation qu’il reçut dans ses premières années avait développé chez Debray le goût des sciences appliquées. Plus que tout autre chimiste en France, il comprit qu’un progrès scientifique accompli dans le laboratoire doit profiter à l’industrie et que celle-ci ne peut prospérer qu’en s’appuyant sur la chimie théorique. Au conseil de la Société d’encouragement à l’industrie nationale, au Comité consultatif des arts et manufactures, ses connaissances théoriques et pratiques exercèrent toujours une heureuse influence.

20Nommé directeur du Bureau de la Garantie en 1868, il prit la suite de Vauquelin et de Gay-Lussac ; la connaissance approfondie qu’il avait des métaux précieux et de leurs alliages, que ses travaux de laboratoire sur les métaux du groupe du platine avaient largement développée, rendit d’éminents services à l’industrie française ; mais ici encore sa finesse naturelle, le tact exquis qu’il apportait dans ses relations avec l’industriel facilitaient la tâche du chef de service.

21Aussi ne faut-il pas s’étonner que Debray s’éprît d’un enseignement public, plus pratique et plus à la portée des modestes artisans que l’enseignement classique officiel. Lorsque Duruy créa l’enseignement spécial, Debray applaudit et s’y donna. Il aimait, malgré toutes les imperfections du système, à en suivre les développements. Membre du Conseil supérieur de l’Instruction publique, il l’eût certainement défendu ou, à son défaut, eût réclamé un système d’éducation plus pratique et plus simple.

III

22Ce n’est pas seulement par le séjour qu’il fit à l’École d’octobre 1847 à juin 1888, époque où la mort vint brutalement le frapper, alors que par sa robuste constitution il semblait à tous ceux qui l’approchaient et qui l’aimaient que de longs jours de travail intime et d’affection leur étaient encore réservés, ce n’est pas seulement par ses travaux, par son enseignement, par les services qu’il aimait à rendre à ses anciens élèves et à l’École dans les Conseils administratifs ou au Comité de l’association, que Debray fut normalien et mérite de prendre place dans notre Livre d’or. Des liens plus étroits l’unissent, à l’École.

23Il n’était encore qu’agrégé-préparateur à l’École lorsqu’il épousa, sous les auspices de M. Deville, une jeune fille sans fortune, la fille de M. Michelle ; peu de ressources dans le jeune ménage, aux débuts de cette carrière que Debray voulait consacrer tout entière à la science.

24Comme lui, sévèrement élevée, sa compagne l’aide courageusement à franchir les pas difficiles. Plus tard, l’aisance vient, laborieusement acquise, et lorsque le moment approche de marier sa fille aînée, c’est à un normalien que Debray songe à la confier, et qu’il la confie en effet. Pour sa seconde fille, très jeune encore au moment où la mort vint l’enlever à l’affection des siens, il souhaitait une alliance pareille. Ses vœux sont aujourd’hui comblés. Ses petits-fils, Henri et Pierre Brunei, Henri Molliard, trouveront pieusement conservé, dans la famille, le souvenir vénéré de leur grand-père ; ils auront son exemple pour les guider et, pour les encourager, l’affection de tous ceux, et ils sont nombreux, à qui Debray a ouvert la route et qu’il a guidés dans la carrière scientifique.

Table des illustrations

Titre DEBRAY
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 915k

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540