Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

III. L’enseignement

Bertin Mourot. Maître des conférences de physique (13 février 1818 — 20 aout 1884)

Marcel Brillouin

Texte intégral

  • 1 Louis Pasteur, Notice sur M. Bertin, Annuaire de l’Association des anciens élèves de l’École normal (...)

1M. Berlin était originaire de la Franche-Comté, comme trois de ses meilleurs amis, L. Pasteur, Briot et J.-Cl. Bouquet. Son père, ancien soldat de l’Empire, retiré et marié à Besançon après Waterloo, y éleva ses trois fils avec les très modestes appointements d’une petite place de comptable chez un maître de forges. Bertin était l’aîné ; instruit d’abord par son père, il fit ensuite un court séjour au petit séminaire d’Ornans, puis au collège royal de Besançon ; devenu bachelier, il fit, et l’on fit autour de lui, un rêve éminemment franc-comtois, au dire de M. Pasteur : devenir professeur, professeur de l’Université de France, et pour cela commencer par être reçu à l’École normale supérieure. « Ce but brillait à l’extrémité de la route d’écolier du jeune Berlin comme un point lumineux. Mais tout en ne le perdant jamais de vue, notre camarade entendait ne rien ajouter aux lourdes charges qui pesaient sur ses parents. Il demanda un emploi de régent de mathématiques dans un collège, et, en attendant qu’il fût nommé, il entra comme précepteur dans une famille comtoise. Une année à peine s’était écoulée qu’il devint en 1839 régent au collège de Luxeuil. Après avoir prélevé pendant deux ans sur ses maigres appointements une épargne d’étudiant, il vint à Paris se préparer à l’École normale en suivant les cours de mathématiques spéciales du lycée Louis-le-Grand. En 1841 il était reçu le premier de sa promotion1. »

  • 2 M. Bertin avait fait en 1848 (15 mars - 22 octobre) quelques mois de suppléance entre la mort de Bl (...)

2Agrégé-préparateur (1846-1848), et bientôt docteur, il devint en 1849 professeur à la Faculté des sciences de Strasbourg, qu’il ne quitta qu’en 1867, pour suppléer Regnault au Collège de France. Nommé maître de conférences à l’École2, et bientôt sous-directeur, M. Bertin a consacré jusqu’à ses derniers jours toute son activité à un enseignement qu’il aimait passionnément, qu’il quittait à regret aux vacances, et retrouvait avec bonheur après quelques semaines de repos. L’Université lui doit 45 ans, l’École 17 ans d’un dévouement ininterrompu, si discret pourtant qu’il n’est pas sûr que tout le monde en ait senti le prix. Grand railleur, doué de l’esprit le plus fin et le plus pénétrant, M. Bertin avait une verve intarissable ; malicieux sans méchanceté, il ne s’épargnait pas lui-même ; on avait vite appris de lui qu’aucune des jouissances de la vie ne lui paraissait méprisable : bonne chère, bonne bière ou bon vin, bonne bière plutôt, il parlait de tout cela en expert, avec expansion, d’un ton de joyeuse humeur communicative. Les normaliens qui lui arrivaient avec leurs parents ou correspondants pouvaient être quelquefois étonnés de celle bonhomie un peu familière. A l’entendre on aurait pu croire qu’il n’avait qu’une seule vraie passion, le whist. Il ne croyait pas nécessaire, étant sous-directeur d’une école de jeunes gens, de dissimuler qu’il aimait la vie et tout ce qui l’égaie. Vaudevilles et opérettes lui étaient rapidement connus ; nul doute que dans cette légendaire descente de la rue Gay-Lussac, après conférences faites, il n’initiât son ami Bouquet aux plus folles fantaisies du jour. Mais qu’il avait raison, notre professeur d’Analyse, de s’en tenir aux récits et aux contes de Bertin ! Que d’esprit prêté, pas toujours aux riches !

3Parmi mes camarades, les physiciens de 1877, qui ne se souvient de certain refrain, pas même d’opérette, mais de quelque chanson populaire entre l’Observatoire et la fontaine Saint-Michel, qui a plus fait que bien des sermons pour nous apprendre à préparer les expériences de nos leçons ? N’est-ce pas à une leçon sur les propriétés des gaz qu’elle a fait son apparition ? La théorie de la machine pneumatique était plus familière à l’opérateur que son emploi. Ayant disposé je ne sais quelle expérience d’Otto de Guéricke, l’élève pompe lentement et, avec une dignité toute professorale, continuant son discours et annonçant le résultat. Derrière la petite table couverte d’un lapis vert, déjà antique à cette époque, véritablement vénérable aujourd’hui, M. Berlin, renversé dans son fauteuil de paille, regardait sans mot dire, avec l’indifférence placide qui lui était habituelle au début de nos leçons. L’élève pourtant jetait des regards inquiets sur ce malencontreux baromètre tronqué, dont le mercure ne commence à baisser que lorsque la plus grande partie de l’air est déjà expulsée ; pas le moindre déplacement ! Un pied sur le barreau de la table qui porte la machine pneumatique, le futur professeur accélère le mouvement de la manivelle. Les pistons à chaque course frappent bruyamment le fond des cylindres, la table tremble ; les camarades commencent à sourire, regardant tantôt « le professeur », tantôt M. Bertin sur la figure rasée duquel on voyait se peindre un intérêt narquois pour l’expérience en cours d’exécution. Au bout d’un moment, à un certain frémissement des lèvres, à quelques sons qui parviennent à nos oreilles, entre les coups de piston, on devine qu’il fredonne intérieurement un refrain qu’on ne tarde pas à reconnaître. « Et pendant c’temps-là » le professeur ne fait plus aucun discours ; pomper l’essouffle assez ; inquiet, perdant patience, le malheureux tourne fiévreusement certain robinet perfectionné de Babinet, à droite d’abord, puis à gauche ; rien n’y fait. Enfin épuisé, découragé, il s’arrête brusquement, et... « pendant c’temps-là, il tournait la manivelle ». C’était le refrain connu qu’au milieu du bruit Bertin fredonnait à mi-voix ; quelle gaieté des quatre auditeurs, quelle confusion du « professeur » ! Cependant Bertin se lève de son fauteuil, s’avance lentement, après s’être dégourdi les jambes, tourne le robinet perfectionné, fait jouer les pistons une ou deux fois, et, toujours silencieux, remet la manivelle aux mains du professeur novice, qui celte fois réussit sans peine. Depuis lors, nous savions à quoi nous en tenir quand nous voyions notre maître de conférences, les yeux à demi fermés, rythmer par un imperceptible balancement de la tête l’air que nous étions devenus habiles à lire sur ses lèvres. Expérience manquée !

4Celte gaieté, celle bonne humeur inaltérables qui l’accompagnaient partout, n’étaient pas tout le caractère de Berlin ; ce n’en était que l’extérieur, et à bien des indices on pouvait deviner ce qui en était le fond, un amour passionné de l’enseignement, qui, je crois, explique et domine toute sa vie scientifique. Il aimait se trouver au milieu des jeunes gens, causer avec eux, leur expliquer clairement et simplement tout ce qui, dans la Physique, est susceptible d’explication claire et simple. Aussi son enseignement se développait-il, calme et régulier, comme le courant d’un large fleuve loin des rives troubles ou bourbeuses. C’est celle qualité qu’il s’efforçait, non sans peine quelquefois, d’obtenir de nous dans nos leçons de troisième année ; quand nous avions voulu parler de trop de choses, confuses ou insuffisamment comprises, de quel air de dédain il classait : « Bon pour l’enseignement supérieur » ! Comme il nous développait alors avec conviction ses idées sur les avantages de l’enseignement secondaire ! Comme on sentait bien qu’ils se résumaient tous en un seul : avoir des élèves, assez nombreux, la plupart passables, quelques uns bons, jeunes, curieux, sur lesquels le professeur peut prendre une influence personnelle. Et il est très vrai que durant toute la carrière de M. Berlin il n’y a pas eu, hors Paris, une seule Faculté où le professeur eût chance de trouver tous les ans un auditoire comme ceux de philosophie ou de mathématiques élémentaires, lui donnant cette jouissance de se sentir compris et suivi par presque toute sa classe. Pour M. Berlin, le plaisir de l’enseignement ne tenait guère aux matières enseignées ; il était dans l’action exercée sur ses élèves ; non pas dans la prise de possession d’un auditoire nombreux auquel on impose ses idées, ou au moins l’admiration pour le talent avec lequel on les développe, et qui en témoigne par ses applaudissements ; mais dans la sympathie des élèves qui sentent, avec un instinct bien plus naïf chez les adolescents que chez les jeunes gens, le dévouement constant, la pensée toujours active de leur professeur. En un mot, ce n’est pas comme savant qu’il aimait l’enseignement ; c’est parce qu’il aimait les jeunes gens, ses élèves, qu’il aimait l’enseignement et la science.

5Ces idées, il faut l’avouer, ne nous séduisaient pas tous également ; mais elles lui tenaient au cœur, et il y revenait avec un sérieux et une ardeur de parole qui nous frappaient d’autant plus que nous savions son adresse à évoluer sur un mot au milieu d’une discussion trop sérieuse et à ramener l’entretien au ton le plus plaisant. Quelques-uns d’entre nous pourtant, mûris par la nécessité de vivre, avaient déjà cette bienveillante sympathie pour la jeunesse des collèges et des lycées ; c’étaient surtout ceux qui, ayant été comme lui maîtres d’études, avaient déjà exercé celte autorité quasi paternelle. Un surtout, l’aimable et laborieux Bibart, que la fièvre typhoïde nous a enlevé en 1882 à Marseille, ne se lassait pas de commenter ces instructions du maître ; il était intarissable sur ces années que d’autres trouvent si dures ; jamais il ne manquait d’anecdotes pour nous prouver qu’avec un peu de fermeté, de la bonne humeur et beaucoup de bienveillance, un maître d’études et a fortiori un professeur peuvent obtenir tout ce qu’ils veulent de leurs élèves. Et il n’y avait pas à douter de sa sincérité ; il avait notre âge.

6Voilà longtemps déjà que nous sommes tous convertis, mais à cette époque plusieurs d’entre nous voyaient surtout dans l’enseignement un moyen d’entreprendre et de poursuivre des recherches scientifiques ; l’Institut avait ouvert récemment ses portes à plusieurs de nos maîtres, et on commençait à admettre que l’originalité n’est pas étranglée par l’enseignement de l’Ecole. Cela nous enflammait d’ardeur ; nous qui sortions du lycée comme élèves, nous trouvions un peu mesquin d’y rentrer pour enseigner simplement ce que nous venions d’apprendre. Notre curiosité allait plus loin, et, collégiens encore ignorants de la vie, nous avions peine à comprendre, malgré les efforts de Berlin, que ce n’est pas ce qu’on enseigne qui fait l’intérêt de l’enseignement secondaire, mais bien l’éveil de l’intelligence, le développement du caractère, dont physique ou mathématique aussi bien que littérature ou histoire ne sont que l’occasion. Peut-être faut-il des années pour bien sentir cela.

7C’étaient bien des professeurs et non pas de futurs savants que M. Bertin cherchait à faire de nous. Tout son enseignement était conçu dans cet esprit ; la clarté, la limpidité lui étaient nécessaires. C’était plaisir de le voir exécuter le croquis de quelque appareil compliqué, méthodiquement et correctement, sans faux traits ni disproportions ; lorsqu’il avait terminé, il se campait devant le tableau, un peu renversé, laissant pendre la main gauche avec ses notes ; il contemplait un instant son dessin, le menton dans la main droite, en contrôlait l’exactitude, puis, en peu de mots très clairs, décrivait les opérations les plus compliquées. D’ailleurs scrupuleux, il ne redoutait pas les détails d’expérience vraiment nécessaires, mais ceux-là seulement. Ce professeur qui tenait tant à la sobriété et à la limpidité de l’exposition, qui d’ailleurs saisissait au vol les moindres ridicules, n’avait pas le travers si commun de juger un livre sur la forme seule et d’énoncer, pour quelques singularités de rédaction, un jugement tranchant et dédaigneux. Tous les physiciens qu’il a formés lui ont entendu faire un éloge chaleureux d’un traité d’optique, écrit d’un style souvent bien imagé, œuvre excellente néanmoins et toujours consultée, due à l’un des meilleurs physiciens de l’ancienne École normale, Billet, qui a vécu et est mort professeur à la Faculté de Dijon.

8Les travaux de Bertin portent la marque du même esprit que son enseignement ; les recherches de haute précision ne l’ont jamais tenté ; je crois bien qu’il tenait presque toujours les résultats annoncés pour illusoires ; aucune manière de combiner les moyennes ne lui en imposait ; personne ne savait mieux effacer dans les tableaux numériques les décimales incertaines. De même, dans les théories, personne ne tenait moins à la rigueur de raisonnements étayés sur des prémisses médiocrement connues, ou destinés à expliquer un phénomène inaccessible aux mesures. Grâce à un sens très sûr des approximations légitimes, il arrivait souvent par des moyens d’une extrême simplicité, presque intuitifs, à discuter des phénomènes en apparence compliqués, et à mettre en évidence tous les résultats essentiels. Le mémoire, justement célèbre, sur la surface isochromatique dans les cristaux me paraît tout à fait caractéristique du talent de M. Bertin.

9II faut avouer qu’en certains jours de verve, il lui arrivait de dissimuler le bien fondé de ses affirmations sous une assez libre fantaisie de langage ; mais je crois qu’il ne lui déplaisait pas de susciter entre nous la discussion en scandalisant les mathématiciens, et de nous forcer ainsi à reconnaître nous-mêmes qu’en effet, pour tout instrument de mesure, α3 est nul quand α est assez petit, comme il s’amusait à le dire.

10S’il aimait peu les travaux et les livres de physique mathématique, s’il les pratiquait peu lui-même, cela ne l’empêchait pas de les faire acheter par la Bibliothèque dès leur apparition. Mais il ne nous les signalait pas ; à nous de les découvrir en furetant le long des rayons, et de nous en nourrir à nos risques et périls. Quelquefois le péril était grand ; ce n’était sûrement pas un aliment assez facile à digérer que le gros Traité d’électricité de Maxwell, et les mémoires du même auteur sur la théorie cinétique des gaz. Les railleries et les avertissements de M. Bertin ne manquaient pas à qui s’égarait dans cette étude. Il y avait assez à lire en se bornant aux mémoires de théorie facile et d’expériences difficiles qu’il nous indiquait à chaque conférence, et que d’ailleurs nous avions sous la main en troisième année. Une respectable armoire, confiée à la garde de l’un de nous, contenait le Journal de physique, récemment créé par d’Almeida, et plus de soixante années des Annales de chimie et de physique françaises ; tous les mémoires récents de quelque importance parus à l’étranger nous étaient immédiatement connus par les résumés substantiels que M. Bertin donnait régulièrement à ces Annales, et qui renouvelaient chaque année les exemples ou les applications dans ses leçons.

11Deux conférences de licence en seconde année, une troisième consacrée aux leçons des candidats à l’agrégation, la surveillance de toutes les manipulations, la charge des examens qui revenaient tous les ans pour lui, tout cela n’épuisait pas son zèle. Il trouvait encore moyen de nous faire une quatrième conférence, pour compléter les notions de physique acquises l’année précédente et insister, entre physiciens, sur les détails d’appareils, ou les précautions d’expériences. Lui étions-nous assez reconnaissants à cette époque du supplément de travail qu’il s’imposait ainsi gratuitement ? Nous avions trouvé la tradition établie depuis plusieurs années, et nous ne nous doutions pas que c’était pure libéralité de sa part, et je crois bien que nos camarades des années précédentes l’ignoraient comme nous. Aussi est-ce justice de proclamer que tous les physiciens de seize ou dix-sept promotions devaient à M. Bertin seul presque toutes les connaissances qu’ils possédaient au sortir de l’Ecole. Quelque importants que soient les services qu’ont rendus à la science M. Desains et M. Jamin, en organisant les laboratoires d’enseignement et de recherches de la Faculté des sciences, ce n’est pas d’eux que les normaliens peuvent se dire vraiment les élèves. Nous devons peu au cours consciencieux dans lequel le premier traitait de questions en grande partie apprises au lycée ; nous ne devons pas beaucoup plus aux leçons oratoires dans lesquelles le second commentait, plus qu’il ne les expliquait, d’admirables expériences d’optique. C’est, en seconde année, dans les conférences où le programme entier de la licence, déjà fort étendu à cette époque, nous était développé sans fatigue par M. Berlin, c’est dans les conférences complémentaires de troisième année que les normaliens ont appris la physique expérimentale, entre 1867 et 1884. Quelques élèves de troisième année suivaient bien en dehors de l’École les cours de physique mathématique de M. Briot à la Sorbonne, de M. Joseph Bertrand ou de M. Maurice Lévy au Collège de France, surtout celui de physique générale de M. Mascart, aussi au Collège de France. Mais comme M. Bertin, très soucieux de l’agrégation, n’y poussait pas beaucoup, ceux qui négligeaient de mettre à profit de pareilles leçons n’étaient que trop nombreux. C’est donc M. Bertin qui a, pendant ces dix-sept années, exercé l’influence prépondérante sur notre esprit à tous. Même sur ceux qui avaient déjà rencontré au lycée un esprit vraiment supérieur, ou chez lesquels d’autres influences ont plus tard complété la première, même sur ceux dont l’originalité propre s’est le mieux développée depuis, l’action de Bertin, préceptes et exemples, est facile à reconnaître.

  • 3 L. Pasteur, Notice sur Bertin..
  • 4 L. Pasteur, Notice sur Bertin.

12Peut-être, aux approches de la mort, eût-il accueilli les témoignages de tant d’affections, juste conséquence « d’un dévouement discret, qui ne souffrait pas qu’on le remarquât ; échappant par une plaisanterie à toute expression de reconnaissance, sa modestie, aussi grande que sa bonté, arrêtait net le moindre mot qui aurait pu l’offenser3 ». Mais nous étions tous dispersés quand M. Berlin est mort subitement loin de Paris, en pleines vacances. « Au mois d’août 1884, la famille où il avait été précepteur en 1839 l’attendait avec joie. Il arriva et partit bientôt avec le fils de son ancien élève pour une excursion au Saut du Doubs, comme si sa vie au moment de finir n’eût aspiré qu’à parcourir le pays de son enfance et de sa jeunesse. Le 20 août, à quelques pas de la frontière de la France, aux Brenets, il fut frappé d’une attaque d’apoplexie foudroyante. La mort lui épargna du moins les tristesses et les angoisses des derniers adieux. En évoquant cette physionomie que la souffrance n’eut pas le temps d’assombrir, il nous semble la revoir encore, avec son bon cl affectueux sourire4. »

13Dévoué à l’École et à ses élèves, comme il ne vantait ni ses services, ni ses travaux, il n’en obtint peut-être pas toutes les récompenses qu’il aurait pu souhaiter. En fut-il chagrin, on ne l’a guère su ; car il n’en témoigna jamais rien, et parut gai jusqu’à son dernier jour.

Notes

1 Louis Pasteur, Notice sur M. Bertin, Annuaire de l’Association des anciens élèves de l’École normale, 1885.

2 M. Bertin avait fait en 1848 (15 mars - 22 octobre) quelques mois de suppléance entre la mort de Blanchet et la nomination de Verdet. Après la mort de Verdet, au milieu de l’année 1866 (2 mai - 31 août), les conférences furent faites pendant quatre mois par M. Mascart.

3 L. Pasteur, Notice sur Bertin..

4 L. Pasteur, Notice sur Bertin.

Table des illustrations

Titre BERTIN MOUROT
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 720k

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540