Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

III. L’enseignement

Verdet

Jules Violle

Texte intégral

Imp. Ch. et A. Chardon. Paris

1Ceux qui ont eu le bonheur d’être les élèves d’Émile Verdet à l’École normale aiment à se rappeler leur professeur dans le milieu familier où ils écoutaient ses leçons. C’est à notre laboratoire de physique que s’exécutèrent ses travaux ; c’est là que d’illustres savants, tels que Foucault, se plaisaient à s’entretenir avec lui, et que les débutants venaient demander au jeune maître les encouragements et les conseils. Gardons-nous toutefois d’être exclusifs et de vouloir le posséder sans partage. A trop restreindre le cadre, on risquerait de diminuer l’homme, dont le seul aspect révélait la haute valeur personnelle, en même temps qu’un ensemble rare des qualités les plus éminentes et les plus variées.

2Sa tête, large et puissante, reposant sur un corps solidement charpenté, attirait aussitôt et retenait l’attention. Son front, élevé, lumineux, annonçait les hautes pensées d’un esprit toujours en travail. Ses grands yeux bleus, où sous le lorgnon brillait un vif et pur regard, étaient bien ceux de l’observateur, toujours tournés vers le spectacle de la nature dont il ne veut laisser échapper aucun phénomène. Parfois pourtant, l’œil à demi voilé ne semblait plus éclairé que par le reflet du regard intérieur. A quoi Verdet songeait-il alors ? Poursuivait-il la solution de quelque problème scientifique dont la difficulté même le captivait ? Sa fière intelligence, attirée vers ces régions sereines dont parle le poète, où la science et la philosophie se rencontrent, s’efforçait-elle d’y saisir le secret de nos destinées humaines ? Était-ce plutôt l’artiste qui revivait par la pensée les sensations éprouvées naguère dans les musées de Londres, de Rome et de Florence, où l’entraînait soudain l’unique besoin d’admirer les chefs-d’œuvre et de satisfaire sa passion du beau ? Peut-être méditait-il par aventure sur cet art spécial que Brillat-Savarin a ennobli et que lui-même ne dédaignait pas ? Le nez droit et fort, la bouche petite, un peu serrée, le menton ferme, donnaient au visage, encadré par des cheveux soyeux et par une barbe bien fournie, d’un blond châtain, l’expression de la gravité, sans aucune affectation de puritanisme. Son allure aisée, sa tenue élégante, sa main très soignée, aristocratique, et surtout le sourire de ses lèvres fines faisaient vite reconnaître l’homme du monde, d’un commerce aimable, le causeur exquis, dont la place était marquée dans les salons les plus réputés par l’esprit de conversation, où la société d’élite répondait le mieux à ses goûts. Il fréquentait chez Mme d’Haussonville, chez Mme de Romilly. Hôte toujours bien accueilli à Coppet, chez Mme de Staël, il était particulièrement lié avec la famille de Broglie. Partout on estimait à sa valeur l’indépendance de ses opinions et la fermeté de son caractère. Il était de ceux qu’on recherche d’autant plus que leur amitié se prodigue moins. Son urbanité de bon aloi ne ressemblait pas à cette banalité mondaine, qui est la fausse monnaie de la politesse.

3Ses penchants naturels et ses habitudes d’éducation le portaient de préférence vers l’étude des questions philosophiques. Il appartenait à celte fraction du protestantisme qui défendit ardemment les idées libérales représentées par Coquerel, et il avait lui même soutenu le vaillant pasteur de toute l’autorité d’un nom déjà célèbre. Mais aussi les souvenirs fidèles de ceux qui l’ont connu, son « Journal de lectures » et sa correspondance littéraire avec M. Doudan, nous montrent en Verdet le savant et l’artiste, sincèrement épris de toutes les beautés de la science, de la nature et de l’art, l’amateur éclairé de statues et de tableaux, le musicien consommé, le lettré délicat, en un mot l’intelligence largement ouverte, à qui rien d’humain n’était étranger.

4Quoique son origine le rattachât à la Provence (il était né à Nîmes le 15 mars 1824), son abord quelque peu sévère ne trahissait nullement la race méridionale. Je le revois encore entrant dans notre vieille salle de conférences au milieu du respect presque craintif de ses élèves. Il parle, et aussitôt le Midi se révèle par cette voix chaude, bien timbrée, musicale, par cette diction limpide et colorée qui nous tient sous le charme. Le chemin qu’il ouvre devant nous s’éclaire et s’élargit à la fois. Son plan se dessine avec une netteté merveilleuse ; les développements se succèdent d’après une méthode sûre, dans un ordre parfait. La parole est élégante et sobre, sans obscurité ni sécheresse, comme aussi sans exubérance inutile. Chacune de ses leçons forme un ensemble complet, harmonieux, savamment pondéré, dont les heureuses proportions et le fini rappellent l’éloquence attique et semblent mériter le même éloge : rien à retrancher, rien à ajouter. Ce sera toujours pour ses élèves un regret amer qu’il n’ait pas eu le loisir de publier lui-même son cours à l’École normale. L’édition que quelques-uns d’entre nous en ont fait paraître après sa mort offre du moins l’avantage d’être une sorte de phonographie.

5Pour l’auditoire spécial qu’il devait instruire et former, Verdet réalisait l’idéal du professeur. Aux connaissances profondes, à l’érudition inépuisable qui donnent la pleine possession du sujet, étudié et connu sous ses différentes faces, il joignait l’intelligence supérieure qui domine les questions, les embrasse dans leur étendue et sait en mesurer la portée. Le talent d’enseigner était chez lui à la hauteur du savoir. Il excellait à disposer les matières pour éveiller l’attention, préparer les esprits, les entraîner à sa suite dans les passages difficiles et les amener victorieusement au but. Et quelle justesse dans les critiques, dont la vivacité colorée frappait l’imagination, sans blesser les amours-propres ni décourager les efforts ! Mais surtout quelle passion du vrai, dont la chaleur communicative pénétrait les âmes par une contagion bienfaisante, quel don merveilleux pour initier ses auditeurs à la pure science, pour leur en inspirer l’amour efficace et le culte désintéressé ! N’est-ce pas là le secret de l’enseignement vraiment fécond, qui se survit dans ses disciples ?

6Toute la carrière scientifique d’Émile Verdet fut pour ses élèves une leçon vivante. Son exemple leur enseignait le fier sentiment de la dignité personnelle, le mépris des vanités, la haine de la réclame. Sa vie se partageait entre l’amitié et la science. Loin de rechercher la notoriété, il mettait plutôt à la fuir un soin jaloux et presque ombrageux. Parmi ses contemporains et ses émules, d’autres firent plus de bruit et se plurent à savourer de leur vivant les menues anticipations de la gloire, comme des héritiers trop pressés se hâtent de dépenser, par avance d’hoirie, un héritage qui souvent ne leur revient point. Le temps a remis chaque chose à sa place, et tandis que certains noms sont presque effacés, celui de Verdet n’a fait que grandir. Les savants l’ont adopté pour désigner l’une des plus importantes constantes de la physique. Cet hommage posthume dit assez en quelle estime ses travaux sont tenus par tous pays.

7Sa vaste érudition, heureusement servie par une prodigieuse mémoire et fécondée par des vues personnelles, sa remarquable puissance d’assimilation, son jugement droit et impartial lui assurent, comme critique scientifique, une place à part dans l’histoire de son temps. Ses « Revues des mémoires sur la physique publiés à l’étranger » sont bien autre chose qu’une analyse méthodique, fidèle et correcte. Verdet n’est pas le traducteur, toujours un peu traître, à la façon du proverbe. Il transforme tout ce qu’il touche. Sous sa plume magistrale, l’œuvre d’autrui prend une ampleur inattendue ; il la fait sienne et la vivifie par une lumineuse et forte synthèse. On dirait d’un artiste qui, pour mieux décrire la statue dont il parle, la pétrirait à son tour de ses propres mains et lui rendrait la vie, non sans y imprimer des traits nouveaux d’originalité et de grandeur. Plus d’un physicien, j’imagine, en lisant le compte rendu de ses travaux dans les écrits de Verdet, dut se répéter tout bas le mot célèbre : « Que de belles choses ce jeune homme me fait dire auxquelles je n’avais jamais songé ! »

8A l’époque où Verdet entreprit ses premières recherches, les phénomènes d’induction attiraient particulièrement les esprits. Le développement actuel de l’industrie électrique, les applications prodigieuses qui frappent aujourd’hui nos sens montrent assez quel domaine fertile ouvraient alors les investigations des savants. Verdet s’attache, lui aussi, à l’explorer. Sa thèse inaugurale (1848) porte « sur les phénomènes d’induction provoqués par les décharges des batteries » ; il y étudie spécialement les courants induits du deuxième ordre ». Bientôt après (1849), il publie une note complémentaire, où il précise les propriétés des « courants induits d’ordre supérieur ». L’année suivante (1850), l’observateur ingénieux s’affirme dans un travail consacré aux « phénomènes d’induction produits par le mouvement des métaux magnétiques et non magnétiques » : il réussit à saisir les courants variables au moyen d’un commutateur tournant qui, pour chaque révolution, établit les contacts pendant un temps très court à un instant déterminé de la période.

9Sans abandonner l’électricité, dont il devait être l’un des premiers à approfondir les rapports étroits avec la lumière, Verdet dirige ses efforts du côté de l’optique. Une courte note « sur les interférences de la lumière polarisée » (1851) rectifie la démonstration de Fresnel relative à la transversalité des vibrations lumineuses. La même année (1851) nous apporte un procédé de calculs destinés à résoudre certaine difficulté de théorie concernant « l’intensité des images au foyer des lentilles et des miroirs ». Puis (1852) vient « l’explication des phénomènes des couronnes », ces cercles colorés qui entourent le Soleil et la Lune, comme les lanternes de la voie publique, lorsque l’atmosphère est chargée de globules aqueux, et qui, paraissant en contact immédiat avec le corps incandescent, présentent leurs couleurs dans l’ordre caractéristique des phénomènes de diffraction, le rouge en dehors et le violet en dedans.

10Mais quel sujet était plus digne d’exercer une intelligence toujours en éveil que la récente découverte de Faraday, l’action merveilleuse de l’aimant sur la lumière ? Verdet en saisit toute l’importance, et s’applique à pénétrer « les propriétés optiques développées dans les corps transparents sous l’action du magnétisme ». Alors commence une série de recherches qu’il poursuit pendant dix années (1854-1863). C’est pour lui une ample matière où se déploient avec plus de vigueur que jamais ses hautes qualités de physicien : sagacité d’observation, habileté expérimentale, sûreté de raisonnement mathématique. Il démontre que la rotation électromagnétique du plan de polarisation de la lumière traversant un milieu transparent est proportionnelle à l’intensité du champ, proportionnelle à l’épaisseur du milieu, proportionnelle au cosinus de l’angle que le rayon lumineux fait avec la force magnétique : il établit ainsi les lois précises du phénomène, en même temps qu’il met en relief l’importance du champ magnétique, dont l’intensité en chaque point peut être mesurée d’après sa méthode. A ces lois exactes il ajoute de précieuses remarques sur la dispersion rotatoire magnétique, sur la grandeur et le signe même de cette rotation, qu’il découvre être positive ou négative suivant les substances. La constante fondamentale de la polarisation rotatoire magnétique portera désormais le nom de Verdet : ce sera la consécration légitime d’un si beau travail.

11Presque immédiatement après ces recherches (1865), Verdet publiait encore une « étude sur la constitution de la lumière non polarisée et de la lumière partiellement polarisée », dans laquelle il soumet à une analyse rigoureuse les idées de Fresnel sur la nature de la « lumière directe ».

12Cependant les investigations du physicien ne ralentissaient pas les fructueuses enquêtes du critique sur les manifestations les plus diverses du mouvement scientifique à l’étranger. La thermodynamique, dont la science française avait jeté les premières assises, s’était édifiée en Angleterre et en Allemagne. Verdet suit avec passion les développements de cette idée féconde, il s’en imprègne pour ainsi dire, et emploie à la répandre toutes les ressources de son talent. Ses deux « leçons sur la théorie mécanique de la chaleur », professées en 1862 devant la Société chimique de Paris, eurent un retentissement mérité. Les origines, les progrès et l’avenir de la question étaient présentés dans une savante ordonnance, qui permettait d’envisager à la fois l’interprétation hardie des faits, la grandeur des principes et l’importance des résultats.

13Jusqu’à la fin, son activité intellectuelle se déploya sans trêve ni défaillance. Il achevait presque à ses derniers moments cette admirable « Introduction aux œuvres de Fresnel », le plus grandiose monument élevé à la gloire du créateur de l’optique moderne et le plus majestueux exposé de sa conception géniale. Les pages finales en sont empreintes d’une mélancolie sereine où se traduit la sévère pensée de l’au-delà.

14Les recherches personnelles de Verdet, ses analyses des travaux étrangers insérées dans les Annales à partir de 1852, ses leçons à l’École normale où il était maître de conférences depuis 1848, son enseignement à l’École polytechnique où, après avoir été successivement examinateur d’admission (1852), examinateur de sortie (1855), il avait remplacé de Sénarmont comme professeur en 1862, son cours à la Sorbonne, dont les portes s’étaient tardivement ouvertes pour lui en 1863, formaient un fardeau écrasant sous lequel son tempérament robuste devait brusquement succomber. Il mourut à Avignon, le 3 juin 1866, à l’âge de quarante-deux ans.

15Si sa vie ne fut pas pleine de jours, elle a été pleinement remplie par un généreux labeur. L’intensité de ses efforts décuplait pour lui la durée du temps. Il se dépensait avec une fougue juvénile qui lui permettait de fournir en quelques heures une somme de travail énorme, répartie sur les sujets les plus divers. Sans s’arrêter aux difficultés présentes, il allait en avant, assuré que bientôt la clarté se ferait sur les points demeurés obscurs. Par l’exercice continuel de ses facultés puissantes, il s’était élevé aux plus hauts sommets de l’intelligence. Affamé de connaître, il puisa avec une égale avidité à toutes les sources du savoir humain. La physique fut son étude de prédilection. Peut-être en effet une âme ouverte à tous les nobles appétits trouve-t-elle de préférence à se satisfaire par un mode de connaissance qui réunit à la détermination rationnelle des lois, à la solution mathématique des plus difficiles problèmes, le sens exquis de la beauté inspiré par le spectacle de l’univers et fortifié par l’observation attentive des phénomènes naturels. N’est-ce pas surtout dans les sciences physiques que « le beau est la splendeur du vrai » ?

Table des illustrations

Légende Imp. Ch. et A. Chardon. Paris
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 932k

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540